Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Raphaël FUMET (1898-1979)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10722
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Raphaël FUMET (1898-1979)   Sam 21 Aoû - 21:27

RAPHAËL FUMET est un compositeur et organiste français né à Juilly en 1898 et mort à Angers en 1979. Fils du compositeur DYNAM-VICTOR FUMET (1867-1949),frère de l'écrivain Stanislas FUMET,père du flûtiste Gabriel FUMET,il manifeste très jeune des dons exceptionnels de pianiste et d'improvisateur. Parallèlement à ses études de composition avec VINCENT D'INDY à la Schola Cantorum,il est engagé dans de nombreux cinémas parisiens où ses facilités extraordinaires lui permettent de jouer directement à l'orgue sur les images des films muets de cette époque. Son charisme de musicien lui vaut l'amitié de nombreux artistes,principalement à Montparnasse. Il se lie surtout avec des peintres et sculpteurs encore inconnus comme SOUTINE,Jeanne HEBUTERNE,MODIGLIANI,Juan GRIS,Joseph BERNARD, etc...

   D'une nature très indépendante,naturellement peu porté à affronter le sectarisme exacerbé des querelles esthétiques de son temps, RAPHAËL FUMET se retire tout d'abord à la campagne au célèbre collège de Juilly en Seine-et-Marne où il restera durant dix ans Maître de chapelle. Lors de la débâcle de 1940,il quitte Juilly avec sa famille. Il s'installe à Angers et devient professeur de piano et d'harmonie au conservatoire,ainsi qu'organiste à l'Eglise Saint-Joseph où il poursuit l'oeuvre de son père dans un isolement presque total.

Il composa un certain nombre de pièces pour orgue et piano,une CANTATE BIBLIQUE pour quatre flûtes et un violoncelle,un TRIO pour flûtes,un DIPTYQUE BAROQUE pour alto et flûte, une INTERPOLAIRE pour flûte seule, un QUATUOR pour flûtes, un LACRYMOSA pour flûte et piano, une ODE CONCERTANTE pour flûte et orchestre à cordes. On y note aussi un QUINTETTE A VENTS créé à Radio France par les membres de l'Orchestre national, un QUATUOR A CORDES créé par le Quatuor Via Nova et repris par le Nouveau Quatuor de Budapest. Il écrira également plusieurs oeuvres symphoniques dont la GRANDE SYMPHONIE DE L'ÂME jouée par deux fois par l'Orchestre National des Pays de la Loire sous la direction de François BILGER et Marc SOUSTROT.


Dernière édition par Icare le Ven 23 Jan - 20:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16106
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Raphaël FUMET (1898-1979)   Dim 22 Aoû - 9:22

Il existe un CD chez Marco Polo :



Avec une présentation assez complète, si tu comprends l'anglais Wink


English
Raphael Fumet (1898 - 1979)
Music for Flute
Cantate biblique
Trio for flutes
Diptyque baroque
Interpolaire
Quatuor for flutes
Lacrymosa
Ode concertante

Son of the composer Dynam-Victor Fumet (1867-1949), brother of the writer Stanislas Fumet and father of the flautist Gabriel Fumet, Raphael Fumet showed his exceptional gifts as a pianist and improviser at a very early age. Parallel to his studies with Vincent d'Indy at the Schola Cantorum, he worked at a number of Paris cinemas, where he was able to improvise directly on the organ to accompany the silent films of the period. His charisma as a musician won him the friendship of many artists, mainly in Montparnasse. He was associated in particular with painters and sculptors still unknown, such as Soutine, Jeanne Hebuterre, Modigliani, Juan Gris, Joseph Bernard and others.

By nature very independent and with little interest in the bitter divisions occasioned by the aesthetic quarrels of his day, Raphael Fumet withdrew first to the country, to the famous College de Juilly in seine-et-Marne, where he stayed for ten years as director of music. After the disaster of 1940, he left Juilly with his family and settled at Angers, where he taught piano and harmony at the Conservatoire and served as organist at the Church of St Joseph, continuing there the tradition of his father in almost total isolation.

Persuaded that his compositions had little chance of being understood by official institutions, Fumet made practically no attempt to promote his music. "I no longer believe in the success of serious music”, he wrote to a friend, "modern man wants to enjoy in music something completely alien to harmony, in the universal sense of the word: he wants the sensual or the "scientific" but never love that is like the trees and flowers, which seem to him out of fashion and of no interest."

If the time in which we live seems to be one of total freedom of artistic expression, some will probably be surprised that music of a quality as impressive as that of Raphael Fumet has up to now always been systematically excluded by various reading committees or other channels giving access to wider diffusion. It is true that his work is difficult to classify in what is now generally called the historical evolution of contemporary music, a fact that seems to allow him greater strength and originality.

Although condemned to write music in silence until his death in Angers in 1979, without ever hearing an echo of what he composed or ever having anything published, Fumet has left us, in spite of inevitable discouragement, a certain number of works that are significant in their diversity and which bear witness to the anti-conformist freedom of their composer in his search, against all odds, for musical beauty. These include several symphonic works, particularly the great Symphonie de l'ame (Symphony of the Soul), twice performed by the Philharmonic Orchestra of the Pays de Loire, organ and piano pieces, a string quartet, first performed by the Via Nova Quartet and then by the Budapest Quartet, a wind quintet, broadcast by members of the French Orchestre National, and various chamber works.

Ten years after his death and thanks to the support of the Fondation Paribas, a compact disc by Jean-Paul Imbert was dedicated to the organ works of Raphael Fumet, coupled with those of his father. Paradoxically, above all if one accepts the pessimistic views of the composer on the understanding of his music by official institutions, this recording won considerable international critical success, both in Europe and in the United States.

Apart from the Cantate biblique, written for a film, Raphael Fumet's flute compositions were written at the request of his son, the flautist Gabriel Fumet. The Cantate biblique, for four flutes and cello, was written for a film showing pictures of Israel under the title Entre ciel et terre (Between Heaven and Earth). In this musical fresco, an evocation of the holy places, the composer's inspiration was drawn from what he himself called "interior horizons", which doubtless explains his more traditional musical language, although clothed in a perfectly original form, as much in the very unusual instrumentation as in the unexpected choice of means of expression that recall the form of the cantata. The great success of this music, originally intended as an interior commentary on biblical scenes, encouraged the composer to make of it a separate work in itself.

The Trio for flutes was written in 1935 for Fumet's chamber-music class at the Angers Conservatoire. The work demonstrates exceptional richness of texture with the means employed.

In 1958 the Baroque renaissance began to take off, thanks to recordings. Fumet was aware of this and in his Diptyque baroque shows an interest in the blending of two timbres rarely heard together, that of the flute and of the viola, making use of the spirit of the Baroque, while keeping a surprising originality in a style already so familiar.

At the limit of total consciousness, Interpolaire, with its unusual title, attempts to resolve difficult relationships of tonality and a completely free melodic range. Here tonal attraction remains, even if the melody tries to escape to reach again its own sphere, a feature that explains the title Interpolaire, between the poles of attraction of tonality .

Fumet's Quatuor pour flutes (Quartet for flutes) was written at the same period as the Cantate biblique. It reflects a new poetry, full of freshness and invention, in a musical language more contemporary in its clashes of stress, although always part of natural life.

Lacrymosa was originally written for viola and piano, with the present version for flute and piano, by Fumet, slightly different. A faultless melody, simple and serious, is set against extraordinary harmonies that, in spite of their apparent simplicity, bear witness to the composer's powers of aural perception.

The Ode concertante, for flute and string orchestra, is characterized by the astonishing dimension of the role allotted for the first time to the flute. At a time when this instrument was enjoying particular success, it was important to write a work that was completely different in which it could rival the violin or the voice, as much by the depth of the musical content entrusted to it as by the range, which explores all possibilities. The composer himself wrote as follows:

"The Ode concertante came about, in the first place, as the result of long reflection on the difficult relationship between the techniques of strict harmony and a melody freed from tonal restrictions and rhythmic symmetry. Atonalism too has so often become a troublesome discipline! And yet! What is more atonal and more exemplary than the song of birds, so free, rising above the rooted forms, such as trees, to discover new horizons? ... Shall I take this image, this ideal example, to translate into words what I have tried to do in terms of sound? My purpose as a composer has nothing literary about it! But the form of my Ode is not traditional, therefore it escapes, perhaps, from the traditional rules of musical analysis."

Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10722
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Raphaël FUMET (1898-1979)   Dim 22 Aoû - 18:06

Ce sont les oeuvres que je possède mais chez Naxos avec un livret moins complet. J'aime bien la CANTATE BIBLIQUE. C'est un beau
disque,très agréable à écouter,mais l'oeuvre que j'aimerais découvrir est la GRANDE SYMPHONIE DE L'ÂME.
Revenir en haut Aller en bas
laudec

avatar

Nombre de messages : 3209
Age : 65
Date d'inscription : 25/02/2013

MessageSujet: Raphaël Fumet   Mer 28 Aoû - 15:39

Le fils de Victor Fumet, Raphaël, je pense qu'il a vraiment sa place parmi les compositeurs de grand talent.  J'écoute pour le moment son :" Pentecôte pour trompette et orgue", étonnant, superbe pour moi, heureuse de vous le faire découvrir aussi !

Biographie

  Fils du compositeur Dynam-Victor Fumet (élève de César Franck, 1867-1949), frère de l'écrivain Stanislas Fumet, père du flûtiste Gabriel Fumet, Raphaël Fumet manifeste très jeune des dons exceptionnels de pianiste et d'improvisateur.

Raphaël Fumet

Parallèlement à ses études de composition avec Vincent d'Indy à la Schola Cantorum, il est engagé dans de nombreux cinémas parisiens où ses facilités extraordinaires lui permettent d'improviser directement à l'orgue sur les images des films muets de cette époque. Son charisme de musicien lui vaut l'amitié de nombreux artistes, principalement à Montparnasse ; il se lie surtout avec des peintres et des sculpteurs encore inconnus comme Soutine, Modigliani, Jeannette Hébuterne, Juan Gris, Joseph Bernard…

  De nature très indépendante, naturellement peu porté à affronter le sectarisme exacerbé des querelles esthétiques de son temps, Raphaël Fumet se retire tout d'abord à la campagne dans le célèbre collège de Juilly en Seine et Marne où il restera dix ans Maître de Chapelle. Lors de la débâcle de 1940, il quitte Juilly avec sa famille et s'installe à Angers où il devient professeur de piano et d'harmonie au Conservatoire, ainsi qu'organiste à l'église St Joseph, poursuivant l'œuvre de son père dans un isolement presque total.
Son œuvre

  L'histoire de l'art a toujours été celle du génie plutôt que celle - surtout à notre époque - des divers académismes à la recherche d'un consensus esthétique "historiquement correct". La musique de Raphaël Fumet illustre singulièrement ce paradoxe.


Raphaël Fumet
Bien que possédant au plus haut point les qualités d'un créateur hors pair, il lui manqua essentiellement un savoir faire social fondamental dans un temps où le compositeur est totalement dépendant des structures de l'institution qui régissent son art dans cette très dure compétition. Cela explique sans doute l'extraordinaire abandon dans lequel est restée son œuvre qui commence seulement à être édité. Bien sûr, le fait que sa musique ne soit jamais entrée en rupture avec une filiation qu'on pourrait situer de Monteverdi à Stravinsky en passant par son père Dynam-Victor Fumet qu'il vénérait, n'a pas facilité sa promotion dans une période où tout langage ne se recommandant pas de l'avant-gardisme était réputé sans valeur.

  De plus, persuadé que sa musique avait peu de chance d'être comprise, Raphaël Fumet ne fera pratiquement rien pour la diffusion de son œuvre. « Je ne crois plus au succès de la musique sérieuse » écrit-il à un ami à propos d'une de ses œuvres, Le Colloque des Horizons, malheureusement disparue. « L'homme du siècle veut jouir dans la musique de tout autre chose que de ce qui est l'harmonie, au sens propre et universel du mot. Il veut du sensuel ou du "scientifique" mais jamais de l'amour qui ressemble aux arbres et aux fleurs, ce qui le fait paraître démodé et sans intérêt. Il est vrai que la réalisation d'une œuvre musicale est un tel travail, une telle entreprise sur sa vie propre, qu'on a peu de temps dans son parachèvement de s'occuper, si sa chère fille, le jour de sa présentation au public, aura du succès au bal... »

   Bien que condamné à créer en silence jusqu'à sa mort, sans jamais entendre l'écho de sa musique, Raphaël Fumet nous a laissé - malgré un inévitable découragement - un certain nombre d'œuvres toutes significatives dans leur diversité qui témoigne de la liberté anticonformiste de leur auteur à la recherche, envers et contre tout, de la seule beauté musicale.

   A écouter cette œuvre si forte, on est obligé de considérer qu'il n'y a pas un sens de l'histoire de l'art unique et inéluctable, mais des directions différentes parfois contradictoires avec, dans certains cas, de possibles retours vers des horizons antérieurs…

Liste des œuvres

   plusieurs ouvrages symphoniques dont la Grande Symphonie de l'âme jouée à deux reprises par l'Orchestre National des Pays de la Loire sous la direction de François Bilger et Marc Soustrot,
   des œuvres pour orgue : Miserere – Toccata – Chant d’amour – Nuit – Prélude – Fugue – Choral à l’ancienne – Le sommeil des fleurs
   des pièces pour piano,
   un quatuor à cordes créé par le Quatuor Via Nova et repris par le Nouveau quatuor de Budapest,
   un quintette à vent créé à Radio France par des membres de l'Orchestre National,
   des œuvres pour flûte,
   diverses œuvres de musique de chambre…
Revenir en haut Aller en bas
laudec

avatar

Nombre de messages : 3209
Age : 65
Date d'inscription : 25/02/2013

MessageSujet: Re: Raphaël FUMET (1898-1979)   Mer 28 Aoû - 16:04

"Pentecôte" pour trompette et orgue avec Hervé Noël à la  trompette - Henri-Franck Beaupérin à l' orgue



Ses œuvres pour flûte jouées par son fils Gabriel   

Cantate Biblique (Entre Ciel et Terre) pour 4 flûtes et basson ou violoncelle
Gabriel Fumet, flûte
Benoît Fromanger, flûte
Philippe Pierlot, flûte
Hubert de Villèle, flûte
Michel Poulet, violoncelle



et son trio pour flûtes avec toujours son fils à la flûte...  
Gabriel Fumet, flûte
Benoît Fromanger, flûte
Philippe Pierlot, flûte


Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16106
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Raphaël FUMET (1898-1979)   Mar 24 Sep - 10:32

La Symphonie de l'Ame est une oeuvre grandiose tout à fait tonale. Difficile de dire à quelle école on peut la rattacher : j'y décèle en premier lieu du Wagner et du Franck, en somme du romantisme. La symphonie est en seul mouvement, en deux parties : un Lento, qui, suivant le livret du CD, "est extatique, reflète l'amour de l'auteur pour la beauté en incarnant, tel un explorateur de l'invisible, d'extraordinaires et sublimes visions sonores", suivi par un Allegro, "une rupture où cette sublimité est plongée dans le réel de la modernité dans une sorte de confrontation glorieuse et pathétique".
En résumé, d'après moi, contraste entre le monde idéal tel qu'on peut l'imaginer, et le monde réel bien plus mouvementé !



Mais attention, mouvementé ne veut pas dire dissonant : l'oeuvre est bel et bien tonale (tonalité non indiquée, et que je suis incapable de déterminer).

Le CD est complété par deux oeuvres de son père Dynam-Victor Fumet : Sabbat rustique, et le Mystère de la terre, qui méritent elles aussi davantage d'interprétations.

Revenir en haut Aller en bas
laudec

avatar

Nombre de messages : 3209
Age : 65
Date d'inscription : 25/02/2013

MessageSujet: Re: Raphaël FUMET (1898-1979)   Mar 24 Sep - 12:45

Pour le moment j'écoute cette symphonie de l'âme ou tout au moins une partie de 17' que j'ai trouvé sur youtube



Je n'aime pas particulièrement, en tout cas pas pour le moment, il me faut quelque chose de moins enlevé, de plus méditatif, je réécouterai plus tard  
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10722
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Raphaël FUMET (1898-1979)   Ven 23 Jan - 21:13

Je viens de réécouter le seul cd que je possède de Raphaël Fumet et qui contient son oeuvre pour flûte: une CANTATE BIBLIQUE pour quatre flûtes et un violoncelle,un TRIO pour flûtes,un DIPTYQUE BAROQUE pour alto et flûte, une INTERPOLAIRE pour flûte seule, un QUATUOR pour flûtes, un LACRYMOSA pour flûte et piano, une ODE CONCERTANTE pour flûte et orchestre à cordes. Toutes ces musiques sont très belles, la Cantate Biblique au-dessus de laquelle semble planer l'ombre de J. S. Bach. Personnellement, j'adore les instrumentations inhabituelles ou pas si courantes, comme ce quintette pour quatre flûtes et violoncelle. J'avoue qu'à l'époque, alors que ce compositeur m'était totalement inconnu, cet effectif instrumental m'avait intrigué ainsi que le titre: "Cantate biblique". J'entrais dans un monde inconnu et c'est peut-être aujourd'hui que j'ai le plus apprécié ces oeuvres pour flûte, la Cantate Biblique bien sûr mais aussi le Diptyque Baroque pour flûte et alto, le Lacrymosa pour flûte et piano et surtout la formidable Ode Concertante pour flûte et orchestre à cordes auquel se rajoute la percussion. Cette oeuvre est selon moi une grande réussite. J'adore son caractère dramatique et même orageux si on porte un peu d'attention aux jeux sourds et menaçants de la percussion. Si demain je dressais une liste préférentielle des meilleures oeuvres concertantes pour flûte, elle y figurerait sans le moindre doute de ma part!
Revenir en haut Aller en bas
laudec

avatar

Nombre de messages : 3209
Age : 65
Date d'inscription : 25/02/2013

MessageSujet: Re: Raphaël FUMET (1898-1979)   Mar 27 Jan - 12:29

Icare a écrit:
Si demain je dressais une liste préférentielle des meilleures œuvres concertantes pour flûte, elle y figurerait sans le moindre doute de ma part!

Tout à fait d'accord, j'adore les œuvres pour flûte de Raphaël Fumet Les avez vous écoutées interprétées par son fils Gabriel Fumet ?

Jean-Pierre Nortel a écrit:
« Gabriel Fumet est un flûtiste qui incarne et donne une âme aux œuvres qu’il interprète. Les notes sous ses doigts, poussées par le souffle, semblent s’échapper de leur portée pour prendre leur envol… comme le font les mots d’un poète à qui le meilleur des acteurs sait donner la vie... » (Jean-Pierre Nortel, Librettiste et metteur en scène)

J'ai acheté le livre "La musique du silence ou la Dynastie des Fumet". Editions Delatour France, 2008. Livre en français, 228 p. CD Audio inclus , malheureusement, je me suis trompée, l'ai acheté en anglais...

Je suis étonnée que nous n'ayons rien à propos de Gabriel Fumet sur le forum, j'y remédie de ce pas !

Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10722
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Raphaël FUMET (1898-1979)   Mar 27 Jan - 16:19


Oui, c'est bien Gabriel Fumet le principal interprète des oeuvres que je possède de son paternel et il mérite bien topic sur ce forum. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Raphaël FUMET (1898-1979)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Raphaël FUMET (1898-1979)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: