Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Carlo SOLIVA (1791-1853)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jean

avatar

Nombre de messages : 6521
Age : 74
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Carlo SOLIVA (1791-1853)   Lun 2 Aoû - 21:44

Carlo Evasio Soliva (27 Novembre 1791 au 20 Décembre 1853) était un compositeur d'opéras, musique de chambre et œuvres chorales sacrées suisse-italien.

Soliva est né en Casale Monferrato, Piémont d'une famille de chocolatiers suisses qui avaient émigré dans le canton de Tessin. Il a étudié le piano et la composition au Conservatoire de Milan.

Un contemporain de Gioacchino Rossini, il est surtout connu pour son opéra de 1816 La testa di Bronzo ce qui a incité Stendhal, d'écrire dans son enthousiasme : "Ce petit Soliva à la figure  chétive est un homme de génie." Après une vie passée à composer, l'enseignement et la conduite en Italie, Pologne, Russie, Suisse et France, il mourut à Paris à l'âge de 62 ans.

Au Conservatoire de Milan il est arrivé en tête de sa classe. Il est rapidement devenu un chef d'orchestre de La Scala et "a puisé son inspiration pour sa musique dans Mozart, dont la musique était alors à la mode à Milan" (Stendhal), et où les représentations d'opéras du compositeur étaient donnés fréquemment depuis 1807. Lorsque la Scala a organisé un concours pour de nouveaux librettistes  en avril 1816, le jury a donné le premier prix à Felice Romani mais il a choisi le novice Carlo Soliva pour composer la musique. Son travail a été composé dans le style de Mozart et il a été bien accueillie par le public local. L'année suivante, son premier opéra, La testa di Bronzo o sia La Capanna solitaire, a été un succès immédiat et retentissant, mais il marque l'apogée de sa popularité. L'opéra a reçu un nombre record de 47 spectacles pendant la saison 1816-1817. En 1817, son deuxième opéra, Bérénice d' Arménie a reçu sa première à Turin et son troisième, La Zingara delle Asturie joués à la Scala n'ont pas été reçus avec beaucoup de chaleur, et en 1818 Giulia e Sesto Pompeo fut un fiasco à la Scala.

Mais, comme cela a été noté :

"la raison même de la réussite initiale de Soliva a finalement condamné sa carrière comme compositeur d'opéras. Le nouveau style de Rossini prenait toutes les étapes européennes comme une tempête, et a terminé la renaissance milanaise de Mozart. Après les performances du La clemenza di Tito en 1819, Mozart a disparu des programmes du Théâtre La Scala pour plus de 50 ans. Soliva ne voyait aucun avenir pour son style musical et a axé sur une carrière de chef d'orchestre et enseignant. Il continua de composer des œuvres vocales sacrées, ainsi que pour l'orchestre, musique de chambre et piano."

En 1821, il s'installe en Pologne et devient directeur de chant au conservatoire de Varsovie. Là, il épousa une de ses élèves, Maria Kralewska, et se lia d'amitié avec Frédéric Chopin. Il était le chef d'orchestre en novembre 1830 pour la première exécution du Concerto pour piano de Chopin en mi mineur. Dans la tourmente qui a suivi la défaite de l' Insurrection de Novembre, Soliva déménage Saint-Pétersbourg en 1832 où il a pris des postes de chef d'orchestre à la Chapelle Royale et de directeur de l'école impériale de chant et il eu des contacts avec Mikhail Glinka.

De 1841 à 1843, il vivait dans le village tessinois de Semione dans le Val di Blenio, où son père était né .

Par la suite il a déménagé à Paris en 1844 où il a rencontré de nouveau Chopin avec George Sand et il faisait probablement  partie du cercle de Cristina Trivulzio Belgiojoso. Il a dédié un Salve Regina à son mari. Il a donné des cours de chant et composé de la musique de chambre, vocale et instrumentale. Il meurt en décembre 1853 et est enterré au Père Lachaise, devant la tombe de Bellini.


 Opéras

La testa di Bronzo o sia La Capanna solitaria, livret de Felice Romani. 3 Mars 1816, Teatro alla Scala, Milan
Bérénice d' Arménia, livret de Jacopo Ferretti. Mars 1817, Teatro Regio, Turin
La Zingara delle Asturie, livret de Felice Romani. 5 août 1817, Teatro alla Scala de Milan
Giulia e Sesto Pompeo, livret de B. Perotti. 24 Février 1818, Teatro alla Scala de Milan
Elena e Malvina, un livret de Felice Romani. 22 mai 1824, Teatro alla Scala de Milan
Китайские девицы, или Три рода драматического искусства  (Kitaijskaja djewaschka), livret russe d'après Le Cinesi de Metastasio, 1833 [ ? ], Saint-Pétersbourg
Revenir en haut Aller en bas
Jean

avatar

Nombre de messages : 6521
Age : 74
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: Carlo SOLIVA (1791-1853)   Lun 2 Aoû - 21:46

Revenir en haut Aller en bas
Jean

avatar

Nombre de messages : 6521
Age : 74
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: Carlo SOLIVA (1791-1853)   Lun 2 Aoû - 22:07



On sent plus la façon Rossini que Mozart , je trouve mais surtout qu'il ne mérite pas l'oubli dans lequel il est tombé!
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
avatar

Nombre de messages : 21017
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: Carlo SOLIVA (1791-1853)   Lun 2 Aoû - 22:12

Jean a écrit:


On sent plus la façon Rossini que Mozart , je trouve mais surtout qu'il ne mérite pas l'oubli dans lequel il est tombé!

D'après l'extrait que tu as mis ça semble pas mal du tout en effet. Sinon en effet c'est un mélange de Donizetti et Rossini.
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16379
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Carlo SOLIVA (1791-1853)   Dim 12 Juil - 16:54

Jean a écrit:


On sent plus la façon Rossini que Mozart , je trouve mais surtout qu'il ne mérite pas l'oubli dans lequel il est tombé!

En effet, c'est un compositeur bien méconnu. Je viens d'écouter ce Giulia e Sesto Pompeo que tu as présenté, et je suis d'accord avec toi : ce n'est pas le style mozartien du tout, c'est en effet plus proche de Rossini, ceci dès l'ouverture.

Je n'ai pas le synopsis, mais je crois comprendre que Ottavio et Marco Antonio, qui ont vaincu Jules César, ont fait prisonnière Giulia, la fille de César, laquelle aime Sesto Pompeo qui lui-même complote contre Ottavio, et alors que Ottavio est aussi amoureux de Giulia ? Je n'ai pas compris ce qui se passe ensuite, mais en somme c'est le genre opéra seria avec une trame assez habituelle du genre ?



https://www.youtube.com/watch?v=u5-kqh2MRB8


Après l'ouverture, j'ai trouvé quelques extraits

https://www.youtube.com/watch?v=kGnlAwa2roU
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Carlo SOLIVA (1791-1853)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Carlo SOLIVA (1791-1853)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: