Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Johann Adolph Hasse (1699-1783)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Snoopy
Admin


Nombre de messages : 21020
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Johann Adolph Hasse (1699-1783)   Mer 1 Nov - 17:31

Johann Adolph Hasse (25 mars 1699 - 23 décembre 1783) fut un compositeur allemand.

Il est né à Bergedorf non loin de Hambourg et reçut sa première formation musicale de son père. Comme il avait une jolie voix de ténor, il choisit la carrière lyrique et entra dans la compagnie d'opéra du Gänsemarkt dirigée par Reinhard Keiser, celle-là même ou Georg Friedrich Haendel avait joué en tant que second violon quelques années auparavant. Sa réussite le fit remarquer pour être engagé par le théâtre de la Cour de Brunswock-Lunebourg et ce fut là qu'en 1723 il débuta sa carrière de compositeur d'opéras avec sa première œuvre intitulée Antigonus.

Devant le succès remporté par cette première composition, le duc décida d'envoyer Hasse en Italie pour y parfaire sa formation ; c'est ainsi qu'il arriva à Naples en 1724 pour y travailler avec Porpora; il semble cependant qu'il s'entendait mal avec ce dernier, que ce soit au plan artistique ou personnel. En revanche, il se lia d'amitié avec Alessandro Scarlatti, qui était largement plus âgé que lui, et grâce auquel il reçut sa première commande: il s'agissait d'une sérénade à deux voix, qui fut chantée chez une famille de riches marchands par deux des plus célèbres chanteurs italiens du temps, le castrat Farinelli et la Signora Tesi.
Cet événement établit sa réputation. Il devint bientôt très célèbre et son opéra Sesostrato, écrit pour l'Opéra Royal de Naples en 1726 fit connaître son nom dans toute l'Italie. Il se rendit à Venise en 1727 et lia une idylle avec la célèbre chanteuse d'opéras Faustina Bordogni, qui était née à Venise en 1700 et qu'il épousa en 1730.

Le couple d'artiste s'installa peu de temps à Dresde, répondant à une offre intéressante du munificent Électeur de Saxe Auguste II. Hasse y resta deux années ; il retourna ensuite en Italie puis, en 1733, se rendit à Londres. Il y fut courtisé par la faction aristocratique anti-Haendel qui voulut lui faire jouer le rôle de concurrent à cet illustre rival et contrer ses entreprises en matière d'opéra. De façon modeste et lucide, Hasse déclina cette proposition mais resta néanmoins à Londres pour y diriger les répétitions de son opéra Artaserse (dont la première représentation avait eu lieu à Venise en 1730).

Pendant tout ce temps, Faustina était restée à Dresde ou elle était devenue la chanteuse favorite du public et la favorite tout court de l'Électeur, séduit par sa voix et le reste. Cependant son époux légitime resta attaché à elle, qu'il n'était autorisé à voir que de temps à autre. L'Électeur mourut en 1739 et Hasse s'installa pour de bon à Dresde jusqu'en 1763. A cette date, Hasse et son épouse se retirèrent du service à la Cour avec une pension considérable.

Mais Hasse était encore trop jeune pour se reposer sur ses lauriers. Il partit pour Vienne avec sa famille et créa encore plusieurs opéras qui vinrent allonger la liste de cuex qu'il avait écrits. Sa dernière œuvre scénique fut l'opéra Ruggiero composé à l'occasion du mariage de l'archiduc Ferdinand à Milan. A cette même occasion fut exécutée une œuvre de Mozart, qui avait alors 14 ans, et Hasse remarqua avec justesse: « ce jeune homme nous dépassera tous ». Pour plaire à sa femme, Hasse finit par s'établir à Venise d'ou elle était native ; c'est là qu'il mourut.

Pendant toute sa carrière il ne composa pas moins de 120 opéras ainsi que des oratorios, des cantates et toutes sortes de pièces instrumentales. Pendant le siège de Dresde par les prussiens en 1760, la plus grande partie de ses manuscrits furent détruits par un incendie, alors qu'il devait en être publiée une édition complète aux frais de l'Électeur de Saxe. Quelques-uns de ses ouvrages, au nombre desquels l'opéra Alcide al Bivio (1760), ont été publiés et les bibliothèques de Vienne et de Dresde possèdent les manuscrits de quelques autres.

L'instrumentation de Hasse ne dépasse pas le niveau assez médiocre de la plupart des musiciens de son temps et ses ensembles ne présentent généralement guère d'intérêt. Il manquait aussi de talent dramatique, mais ses mélodies sont plaisantes et faciles, c'est ce qui lui permit d'atteindre à une telle notoriété. Les deux airs que le mélancolique roi d'Espagne Philippe V demanda à Farinelli de lui chanter tous les jours pendant dix ans étaient de sa composition. En ce qui concerne son épouse, Faustina, il suffit d'ajouter qu'elle fut, aux dires unanimes des critiques de l'époque (et parmi eux Charles Burney) l'une des meilleurs chanteuses de cette époque qui n'en manquait pas. La date précise de sa mort n'est pas connue. On pense qu'elle précéda de peu celle de son mari.

Oeuvres

Opéras

Antioco (1721)
Sesostrate (1726)
L'Astarto (1726)
Gerone, tiranno di Siracusa (1727)
Attalo, re di Bitinia (1728)
L'Ulderica (1729)
Tigrane (1729)
Ezio (1730)
Artaserse (1730)
Dalisa (1730)
Arminio (1730)
Cleofide (1731) (repris sous le titre Alessandro nelle Indie)
Catone in utica (1731)
Demetrio (1732)
Cajo Fabrizio (1732)
Euristeo (1732)
Siroe (1733)
Tito Vespasiano (1735)
Senocrita (1737)
Atalanta (1737)
Asteria (1737)
Irene (1737)
Alfonso (1738)
Viriate (1739)
Numa (1741)
Lucio Papirio (1742)
L'asilo d'amore (1742)
Didone abbandonata (1742)
Issipile (1742)
Antigono (1743)
Ipermestra (1744)
Semiramide riconosciuta (1744)
La spartana generosa (1747)
Leucippo (1747)
Demofoonte (1748)
Il Natale di Giove (1749)
Attilio Regolo (1750)
Ciro riconosciuto (1751)
Adriano in Siria (1752)
Solimano (1753)
L'eroe cinese (1753)
Artemisia (1754)
Il re pastore (1755)
L'Olimpiade (1756)
Nitteti (1758)
Il sogno di Scipione (1758)
Achille in Sciro (1759)
Alcide al bivio (1760)
Zenobia (1761)
Il trionfo di Clelia (1762)
Egeria (1764)
Romolo ed Ersilia (1765)
Partenope (1767)
Piramo e Tisbe (1768)
Ruggiero (1771)

Intermezzi

Larinda e Vanesio (1726) (per l'Astarto)
Porsugnacco e Grilletta (1727) (per Gerone, tiranno di Siracusa)
Pantalone e Carlotta (1728) (per Attalo, re di Bitinia)
La contadina (1728) (per Clitarco)
La fantesca (1729) (per l'Ulderica)
La serva scaltra (1729) (per Tigrane)
Lucilla e Pandolfo (Il tutore) (1730) (per Ezio)
Rimario e Grilantea (1730)
Pimpinella e Marcantonio (per Numa) (1741)
Il bevitore (1747)
Il baron cespuglio (1747)
La donna accorta (1751)


Oratorios

Daniello (Apostolo Zeno ; Vienna 1731)
Il cantico de' tre fanciulli (Stefano Benedetto Pallavicino; Dresden 1734, rev. Wien 1774)
Serpentes ignei in deserto (Bonaventura Bonomo; Venedig 1740(?))
Le Virtù appié della Croce (Stefano Benedotto Pallavicino; Dresden 1737)
Giuseppe riconosciuto (Pietro Metastasio; Dresden 1741)
I pellegrini al Sepolcro (Stefano Benedetto Pallavicino; Dresden 1742)
La Deposizione della Croce (Stefano Benedetto Pallavicino; Dresden 1744)
La Caduta di Gerico (Giovanni Cosimo Pasquini; Dresde 1745)
S. Elena al Calvario (Pietro Metastasio; Dresden 1747, rev. Wien 1772)
La conversione di Sant' Agostino (Maria Antonia Walpurgis von Sachsen; Dresden 1750)
S. Petrus et S. Maria Magdalena (Venedig ca. 1759)


Musique religieuse

Beatus vir (ps 111) in a
Confitebor tibi (ps 110) in F
Dixit Dominus (ps 109) in C
Domine ad adjuvandum me festina in C
Laudate pueri (ps 112) in A
Litaniae Lauretanae in f
Litaniae Lauretanae in G
Missa ultima in g (Venedig 1783)
Messe in d (1751, zur Einweihung der kath. Hofkirche)
Messe in a
Miserere in d
Miserere in F
Miserere in c
Regina coeli in D
Requiem in C (1763, zur Beisetzung Friedrich Augusts II.)
Requiem in Es
Salve Regina in A
Salve Regina in F
Sub tuum praesidium in B
Sub tuum praesidium in c
Te Deum (1751, zur Einweihung der kath. Hofkirche (Dresden))
Venite pastores. Motetto pastorale

Cantate profane : L'Armonica, avec glassharmonica


Musique instrumentale

Six sonatas for cembalo (pianoforte)

Six trio sonatas :
Sonata I in e minor
Sonata II in C major
Sonata III in A major
Sonata IV in G major
Sonata V in E major
Sonata VI in D major

Six violin sonatas

Six concertos fot organ solo :
Concerto no.1 in F major
Concerto no.2 in D major
Concerto no.3 in G major
Concerto no.4 in G major
Concerto no.5 in D major
Concerto no.6 in F major

Flute concerto in D major
Flute concerto in b minor
Concerto for two flutes in G major
Oboe concerto in F major
Organ concerto in D major

Six sinfonias
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
joachim
Admin


Nombre de messages : 15843
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Johann Adolph Hasse (1699-1783)   Ven 14 Jan - 19:46

J'ai réécouté cette Messe solennelle en sol mineur (dite "terza messe", n°3), dans cet enregistrement Berlin Classics, solistes choeurs et orchestre dirigés par Ludwig Güttler.

C'est la dernières des innombrables oeuvres de Hasse, composée en 1783, année de sa mort. Hasse avait donc 84 ans, ce qui n'empêche pas sa Messe d'être d'une grande vitalité. Elle a la particularité d'inclure un motet entre le Credo et le Sanctus.

C'est manifestement l'oeuvre de Hasse que je préfère. Son style fait un peu penser à la Messe Sainte Cécile de Haydn, elle est d'ailleurs presque aussi longue (62 minutes) et est d'esprit classique, contrairement à la plupart des oeuvres de Hasse, plutôt baroques.



Dernière édition par joachim le Ven 14 Jan - 20:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin


Nombre de messages : 15843
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Johann Adolph Hasse (1699-1783)   Ven 14 Jan - 20:04

Après avoir écouté la messe en sol mineur, je me suis mis cet opéra en 3 actes, de 1753, L'Eroe Cinese (le héros chinois), sur un livret de Metastase. Je l'avais depuis un certain temps, et ne l'avais pas encore écouté...

C'est l'histoire d'un Prince chinois élevé en cachette alors que sa famille a été massacrée lors d'une révolution et dont le père vient de mourir en exil. Ce prince est prêt à monter sur le trône après qu'un traité ait été passé avec les tartares, ennemis héréditaires.

Deux princesses tartares gardées en otage vont être libérées, mais sont, pendant leur captivité, tombées amoureuses, l'une du Prince, l'autre d'un jeune général de l'armée chinoise.

Le sujet est assez captivant et original. Mais la musique de Hasse, ici m'a plutôt ennuyé : c'est en effet l'opéra baroque tel que je n'aime pas beaucoup, avec des récitatifs assez long et des airs da capo interminables. De plus, à part un seul rôle masculin, il n'y a que des voix de femmes, certaines dans des rôles travestis, ce qui rend d'autant plus cette impression de monotonie.




Personnellement, c'est dans sa musique religieuse que je préfère Hasse : outre la messe en sol mineur, j'ai aussi écouté deux Requiem, trois Salve Regina, trois Miserere, un Te Deum, un Laudate Dominum, et ce sont des oeuvres qui m'ont tout de suite plu. Certaines cantates profanes, comme L'Armonica (avec glassharmonica), sont pas mal également. Quant à la musique instrumentale, assez réduite chez Hasse, elle n'a rien d'exceptionnel.
Revenir en haut Aller en bas
Jean



Nombre de messages : 6391
Age : 74
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: Johann Adolph Hasse (1699-1783)   Dim 16 Jan - 1:48

un compositeur que j'aime beaucoup aussi...dans toutes les ouevres religieuses que tu cites (Messes, requiem(s) , Te Deum...je connais moins les opéras (en fait je préfère les operas Français baroque d'un stylke très différents sans ces arias interminables qui ...sont loin de l'inspiration mélodique d'un Vivaldi ou Haendel
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin


Nombre de messages : 15843
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Johann Adolph Hasse (1699-1783)   Jeu 12 Mai - 20:35

Un CD Hasse intéressant, avec deux de ses Salve Regina (mi bémol à 2 voix et la majeur), 2 symphonies de l'opus 3 - en fait des ouvertures d'opéras - et une page originale et unique en son genre : un Fugue et Grave pour orchestre à cordes.



Au risque de me répéter, c'est vraiment dans la musique religieuse que Hasse a fait le plus de prodiges Wink
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin


Nombre de messages : 21020
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: Johann Adolph Hasse (1699-1783)   Mar 16 Aoû - 10:50

J'ai écouté hier soir la (très longue ) Messe en sol, Requiem et Miserere. C'est pas mal du tout dans l'ensemble. C'est bien rythmé, les voix sont agréables. Une belle musique I love you
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
joachim
Admin


Nombre de messages : 15843
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Johann Adolph Hasse (1699-1783)   Mar 16 Aoû - 12:12

C'est vrai que la musique religieuse de Hasse est sensationnelle ! c'est ce que je préfère chez lui.
Revenir en haut Aller en bas
shanessean



Nombre de messages : 842
Age : 80
Date d'inscription : 19/08/2009

MessageSujet: Re: Johann Adolph Hasse (1699-1783)   Lun 5 Mar - 16:49

J'ai écouté ses concerti pour flûte. Je trouve très bien. Ce n'est pas de la musique à réveiller un mort, mais comme musique de fond c'est parfait. Evil or Very Mad
En fait j'ai beaucoup aimé mais cela devient lassant à la fin. C'est un peu toujours la même chose (excuse-moi Jean).
Ses 3 symphonies N° 3, 5, et en G sont très agréables, ainsi que son concerto pour mandoline. J'aime bien ces concertos pour mandoline.
Bien sûr la missa ultima (dite aussi terza) c'est nettement ce que je préfère.
Je voulais écouter la missa in D et un requiem, comme il y en a 3 je ne sais pas lequel écouter. Quel dilemne
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr/
joachim
Admin


Nombre de messages : 15843
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Johann Adolph Hasse (1699-1783)   Lun 5 Mar - 17:16

Les 3 sont bien Very Happy

Le Messe en ré mineur n'égale quand même pas celle en sol mineur, mais elle est à connaître !

Les deux Requiem sont en mi bémol majeur et en ut majeur. Personnellement je préfère celui en ut majeur...
Revenir en haut Aller en bas
Frantz 77



Nombre de messages : 130
Age : 68
Date d'inscription : 17/10/2013

MessageSujet: J.A.HASSE : Cantate pour Armonica de verre,soliste,choeurs..   Ven 18 Oct - 11:15

...Je me permets de conseiller aussi, en plus de ces oeuvres religieuses , cette Cantate et son instrument étrange.

("l'orgue des anges " disait Paganini) -inventé (mis au point) par Benjamin Franklin qui accompagne aussi le dernier K.617 de W.A. Mozart et l'air de la folie de Lucia de Lamermor , et les soins prodigués par la "mage" Mesmer au XVIIIéme siècle, ( dont il dut se séparer en raison des dégâts commis)
On trouve un exemplaire se trouve à la cité de la musique de la Vilette (Paris) et 5000 exemplaires aux U.S.A... (voir vidéos sur Youtube)


Commandée à Johann Adoplh Hasse pour le mariage d'un prince elle mérite l'écoute de la version de Véronique Dietschy, Soprano.
Le grand spécialiste de cet instrument (et autres instruments "horphelins" comme les maladies )
Thomas BLOCH, (dont je pense parler bientôt sur ce site, car c'est un monument de la musique)

J.A. Hasse, celui qui à dit en entendant Mozart : "Celui qui nous fera oublier tous!" a bien faillit connaître ce sort, mais semble revivre depuis une quinzaine d'années.
Son opéra-fleuve (4cds) "Cléofide" reste aussi un must de son époque.
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin


Nombre de messages : 15843
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Johann Adolph Hasse (1699-1783)   Ven 18 Oct - 11:48

Frantz 77 a écrit:
...Je me permets de conseiller aussi, en plus de ces oeuvres religieuses , cette Cantate et son instrument étrange.

La cantate "L'Armonica", pour soprano, glassharmonica et orchestre de 1769 ? C'est une des oeuvres de Hasse que je préfère. D'ailleurs, d'une manière générale, j'aime beaucoup cet instrument au son céleste !
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10452
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Johann Adolph Hasse (1699-1783)   Ven 18 Oct - 12:20


J'aime beaucoup aussi cet instrument et aimerais bien découvrir cette cantate. C'est donc dans mes notes!
Revenir en haut Aller en bas
Frantz 77



Nombre de messages : 130
Age : 68
Date d'inscription : 17/10/2013

MessageSujet: Johann-Adolph Hasse: le site d'un "fan-pro"   Sam 19 Oct - 11:45

Je pensais avoir déposé un super site sur J.A. Hasse , en fait c'est une mine d'infos actualisée régulièrement :


Le site d'un "fan-pro"  qui sait tout (ou presque) et qui tient à jour les concerts, partitions, cds,etc ...de son

compositeur fétichexxw 


http://www.hasse-compositeur.net/
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin


Nombre de messages : 15843
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Johann Adolph Hasse (1699-1783)   Dim 28 Sep - 12:03

D'habitude, j'aime bien la musique de Hasse, mais ici, à l'écoute de son oratorio "Sanctus Petrus et Sancta Maria Magdalena", je me suis ennuyé. Les airs mélancoliques n'en finissent pas, ils sont tous pour voix de femme (même Saint Pierre et Joseph d'Arimatie !). Heureusement, les derniers morceaux (Miserere mei Deus, Ecce enim, et Tunc acceptais sacrificiel sont accompagnés de choeurs, ça romp la monotonie.






Je ne l'ai pas trouvé sur youtube, mais voici la cantate l'Armonica qui avait plu à Frantz, c'est tout autre chose !

Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin


Nombre de messages : 15843
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Johann Adolph Hasse (1699-1783)   Jeu 2 Juil - 18:17

joachim a écrit:
D'habitude, j'aime bien la musique de Hasse, mais ici, à l'écoute de son oratorio "Sanctus Petrus et Sancta Maria Magdalena", je me suis ennuyé. Les airs mélancoliques n'en finissent pas, ils sont tous pour voix de femme (même Saint Pierre et Joseph d'Arimatie !)

Eh bien je peux dire presque le même avec cet oratorio de 1740, Serpentes ignei in deserto (les serpents de feu dans le désert). Suite de récitatifs et airs, tous (6 protagonistes) pour voix de femmes, y compris Moïse, Josué ou Nathanaël. Néanmoins, je préfère quand même cet oratorio, parce que certains airs, comme celui de Josué ou celui, plus guerrier de Nathanaël, sont assez beaux. Je n'ai pas les paroles de l'oratorio, mais je suppose que c'est une partie du texte de l'Exode, quand Moïse quitte l'Egypte et se retrouve dans le désert .





https://www.youtube.com/watch?v=JfYSAlys89U

Aria de Nathanaël "Furit grando procellosa"
https://www.youtube.com/watch?v=nIbOGLigET0
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Johann Adolph Hasse (1699-1783)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Johann Adolph Hasse (1699-1783)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: