Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Alexandre Konstantinovitch Glazounov (1865-1936)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Snoopy
Admin
avatar

Nombre de messages : 21014
Age : 43
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Alexandre Konstantinovitch Glazounov (1865-1936)   Mar 31 Oct - 13:38

Alexandre Konstantinovitch Glazounov est un compositeur post-romantique russe, né à Saint-Pétersbourg le 10 août 1865 et mort à Neuilly-sur-Seine le 21 mars 1936. Alexandre Glazounov est le fils aîné de Konstantin Ilitch Glazounov (1828-1914) éditeur de livres et amateur de musique et d'Elena Pavlovna Glazounova, née Turygin (1846-1925) pianiste elle aussi. Le couple a quatre enfants : Alexandre, Elena , Mikhail et Dimitri ; Son oncle Ivan Ilitch Glazounov fut maire de Saint-Petersbourg de 1881 à 1885 ; Son frère Dimitri Konstantinovitch Glazounov fut entomologiste.

Glazounov est né à Saint-Pétersbourg, fils d'un riche éditeur. Il a commencé à étudier le piano à l'âge de neuf ans et à composer à onze ans. Mili Balakirev, ancien chef du groupe des Cinq reconnaît le talent de Glazounov et montre ses compositions à Nikolaï Rimski-Korsakov.

"Incidement, Balakirev m'a un jour apporté la composition d'un étudiant de quatorze ou quinze ans, Alexandre Glazounov", se souvint Rimski-Korsakov. "C’était une partition d'orchestre écrite de façon enfantine. Le talent du garçon était indubitablement clair." Balakirev l'a présenté à Rimski-Korsakov peu de temps après, en décembre 1879. Rimski-Korsakov créa cette œuvre en 1882, quand Glazounov avait 16 ans. Borodine et Stassov, entre autres, ont généreusement loué l'œuvre et son compositeur.

Rimsky-Korsakov a enseigné à Glazounov comme à un étudiant privé. "Son développement musical progressait non pas de jour en jour, mais littéralement d’heure en heure", écrit Rimski-Korsakov La nature de leur relation a également changé. Au printemps de 1881, Rimski-Korsakov considérait Glazounov plus comme un jeune collègue qu'un étudiant. Si une part de cette appréciation provient sans doute du besoin qu’éprouvait Rimski-Korsakov de trouver un remplaçant spirituel à Modeste Moussorgski qui était mort en mars, elle peut aussi avoir été provoquée par l’observation de ses progrès sur la première des huit symphonies achevées de Glazounov (il laissa une neuvième inachevée à sa mort).

Au-delà de cet éloge, il y avait parmi les admirateurs de ses œuvres, un riche propriétaire d'une grande entreprise de bois et musicien amateur, Mitrofan Belaïev.

C’est Anatoli Liadov qui fit découvrir à Belaïev la musique de Glazounov et Belaïev prit un vif intérêt pour l'avenir musical de l'adolescent, avant d’étendre celui-ci pour tout un groupe de compositeurs nationalistes.

Belaïev emmena Glazounov en voyage en Europe occidentale en 1884. Glazounov rencontra Liszt à Weimar, où sa Première Symphonie fut créée.

Aussi en 1884, Belaïev loua une salle et engagea un orchestre pour jouer la Première Symphonie de Glazounov, plus une suite orchestrale que ce dernier venait de composer.

Fort du succès de la répétition, Belaïev décida la saison suivante de donner un concert public d'œuvres de Glazounov et d'autres compositeurs. Ce projet s’est développé avec les Concerts symphoniques russes, qui furent inaugurés au cours de la saison 1886-1887.

En 1885, Belaïev fonda sa propre maison d'édition à Leipzig, en Allemagne, en publiant d'abord la musique de Glazounov, Liadov, Rimski-Korsakov et Borodine à ses propres frais. De jeunes compositeurs commencèrent à faire appel à son aide. Pour l’aider à choisir parmi leurs offres, Belaïev demanda à Glazounov de former avec Rimski-Korsakov et Liadov un conseil consultatif. Ce groupe de compositeurs qui s’est formé s’est finalement fait connaître sous l’appellation de "Cercle Belaïev".

Glazounov devait rapidement bénéficier d’une renommée internationale. Il subit une crise de créativité en 1890-1891, une période dont il sortit avec une nouvelle maturité. Pendant les années 1890, il a écrit trois symphonies, deux quatuors à cordes et un ballet. Quand il fut nommé directeur du Conservatoire de Saint-Pétersbourg en 1905, il était à l’apogée de sa puissance créatrice. Sa huitième symphonie et son concerto pour violon sont considérés comme les meilleures œuvres de cette période. Ce fut aussi la période de son plus grand succès international. Il a dirigé le dernier des Concerts Russes Historiques à Paris le 17 mai 1907, et a reçu la distinction honorifique de Doctor of Music des universités d'Oxford et de Cambridge. Il y eut aussi des cycles de concerts d’ "intégrale Glazounov" à Saint-Pétersbourg et Moscou pour célébrer son 25e anniversaire en tant que compositeur.

Glazounov a fait ses débuts à la direction d’orchestre en 1888. L'année suivante, il a dirigé sa Deuxième Symphonie à Paris à l'Exposition universelle. Il a été nommé chef d'orchestre des concerts symphoniques russes en 1896. En mars de cette année, il a dirigé la première de l'ouverture L'Orage, l’opus posthume du jeune élève Tchaïkovski. En 1897, il a dirigé la première désastreuse de la symphonie nº 1 de Rachmaninov. Ceci provoqua une dépression chez Rachmaninov qui dura trois années. La femme du compositeur prétendit par la suite que Glazounov semblait être ivre à l'époque de la première. Bien que cette affirmation ne put être confirmée, elle n’est pas improbable de la part d’un homme qui, selon Chostakovitch, gardait une bouteille d'alcool cachée derrière son bureau, et sirotait à travers un tube pendant les cours.

Ivre ou non, Glazounov ne bénéficia pas de suffisamment de temps pour la répétition de cette symphonie, et, bien qu'il adorait diriger, il n'a jamais totalement maîtrisé cet art. De temps à autre, il dirigeait ses propres compositions, en particulier le ballet Raymonda, même s’il n’ignorait pas qu'il avait peu de talent pour cela. Il lui arrivait de plaisanter à ce sujet : "Vous pouvez critiquer mes compositions, mais vous ne pouvez pas nier que je suis un bon chef d’orchestre, et un directeur de conservatoire remarquable."

Malgré les privations dont il a souffert au cours de la Première Guerre mondiale et de la guerre civile russe qui a suivi, Glazounov est resté actif comme chef d'orchestre. Il a dirigé des concerts dans des usines, des clubs et des postes de l'armée rouge. Il a joué un rôle de premier plan dans la participation de la Russie en 1927 au centenaire de la mort de Beethoven, à la fois comme conférencier et chef d'orchestre. Après avoir quitté la Russie, il a organisé et dirigé une soirée de ses œuvres à Paris en 1928. Elle a été suivie par des engagements au Portugal, en Espagne, en France, en Angleterre, en Tchécoslovaquie, en Pologne, aux Pays-Bas et aux États-Unis.

En 1929, à l'âge de 64 ans, Glazounov a épousé Olga Nikolaïevna Gavrilova (1875-1968), de dix ans sa cadette. L'année précédente, Elena Gavrilova, la fille d'Olga, avait été la soliste dans la création à Paris de son Concerto pour piano n° 2 en si majeur, op. 100. Il a par la suite adopté Elena, et celle-ci a ensuite utilisé le nom d’Elena Glazounova. En 1928, Elena épousa le pianiste Sergei Tarnowsky, qui gérait les affaires de Glazounov à Paris, comme la négociation de ses prestations aux États-Unis avec Sol Hurok. Elena pris plus tard le nom d’ Elena Gunther-Glazounova, après son remariage avec Herbert Gunther (1906 à 1978).

En 1899, Glazounov est professeur au Conservatoire de Saint-Pétersbourg. À la suite de la Révolution russe de 1905, du licenciement puis du réembauchage de Rimski-Korsakov la même année, Glazounov en devient le directeur. Il le resta jusqu'aux événements révolutionnaires de 1917, qui culminèrent le 7 novembre. Son Concerto pour piano n° 2 en si majeur, Op. 100, qu’il a dirigé, est créé à Petrograd après ces événements. Une fois la Première Guerre mondiale achevée, il a contribué à la réorganisation du Conservatoire, ce qui peut, en fait, constituer la raison principale pour laquelle il a attendu si longtemps avant de s’exiler Pendant son mandat, il a travaillé inlassablement pour améliorer le programme d'études, relever le niveau des étudiants et du personnel, ainsi que défendre la dignité et l'autonomie de l'institut. Parmi ses réalisations figurent un studio d'opéra et un orchestre philharmonique des étudiants.

Glazounov a fait preuve de paternalisme envers des étudiants nécessiteux, comme ont pu l’être Dmitri Chostakovitch ou Nathan Milstein. Il a personnellement examiné des centaines d'étudiants à la fin de chaque année scolaire, rédigeant de brèves observations sur chacun.

Alors que la sobriété de Glazounov pouvait être remise en cause, son prestige ne le pouvait pas. En raison de sa réputation, le Conservatoire a reçu un statut spécial au sein des institutions d'enseignement supérieur à la suite de la Révolution d'Octobre. Glazounov établit de bonnes relations avec le régime bolchevique, particulièrement avec Anatoli Lounatcharski, le ministre de l'éducation. Néanmoins, le conservatisme de Glazounov a été a été attaqué au sein du Conservatoire. De plus en plus, les professeurs exigèrent des méthodes plus progressives, et les étudiants demandaient davantage de droits. Glazounov a perçu ces exigences à la fois comme destructrices et injustes. Lassé du Conservatoire, il profite d’un voyage à l'étranger en 1928 pour les célébrations du centenaire de Schubert à Vienne pour ne pas revenir. Maximilian Steinberg dirigea le Conservatoire en son absence jusqu'à la démission finale de Glazounov survenue en 1930.

Glazounov a visité l'Europe et les États-Unis en 1928, et s'est installé à Paris en 1929. Il a toujours prétendu que la raison de son absence prolongée de la Russie était due à sa "mauvaise santé"; Cela lui permit de rester un compositeur respecté en Union soviétique, contrairement à Stravinsky et Rachmaninov, qui l’avaient quittée pour d'autres raisons. En 1929, il a dirigé un orchestre de musiciens parisiens dans le premier enregistrement intégral complet des Saisons. En 1934, il compose son concerto pour saxophone, une œuvre virtuose et lyrique pour saxophone alto.

Glazounov est mort à Neuilly-sur-Seine, près de Paris, à l'âge de 70 ans en 1936. L'annonce de sa mort a choqué beaucoup de monde. Nombreux sont ceux qui avaient longtemps associé Glazounov à la musique du passé plutôt que du présent, de sorte qu'ils pensaient qu'il était déjà mort depuis de nombreuses années.

En 1972, ses restes ont été inhumés à Leningrad.


Œuvres et influence

Une mémoire phénoménale

Glazounov a été reconnu comme un grand prodige dans son domaine et, avec l'aide de son mentor et ami Rimski-Korsakov, il a achevé quelques-unes des grandes œuvres d'Alexandre Borodine, les plus célèbres étant la troisième symphonie et l'opéra Le Prince Igor, ainsi que les populaires Danses polovtsiennes. Il a réécrit l'ouverture de mémoire, après l’avoir entendue jouée au piano une seule fois.

Il écrivit notamment des poèmes symphoniques, des symphonies, des ouvertures et des concerti. Il aida Rimski-Korsakov à terminer l'opéra Le Prince Igor de Borodine.


Oeuvres principales (catalogue complet dans les posts ci-dessous)

8 symphonies achevées
Symphonie no 1 en mi majeur, op. 5 (1880-82)
Symphonie no 2 en fa dièse mineur, op. 16 (1886)
Symphonie no 3 en ré majeur, op. 33 (1890)
Symphonie no 4 en mi bémol majeur, op. 48 (1893)
Symphonie no 5 en si bémol majeur, op. 55 (1895)
Symphonie no 6 en ut mineur, op. 58 (1896)
Symphonie no 7 en fa majeur, op. 77 (1902)
Symphonie no 8 en mi bémol majeur, op. 83 (1905/06)
Symphonie no 9 en ré mineur, op. posthume (fragment, 1904-10)
7 quatuors à cordes
Quintette à deux violoncelles en la majeur Opus 39
Le quatuor de saxophones d'Alexandre Glazounov opus 109
2 concertos pour piano
Ruses d'amour (ballet), au titre traduit (?) en anglais par "Lady Soubrette"
Raymonda (ballet)
Les Saisons (ballet)
Stenka Razine (poème symphonique), 1885
Le Roi des Juifs, musique de scène
Concerto pour violon et orchestre en la mineur, op. 82
Concerto pour saxophone alto et orchestre à cordes, op. 109-bis
Concerto-Ballata pour violoncelle et orchestre Op.108
Chant du ménestrel pour violoncelle et orchestre, op 71
Des Fantaisies pour grand orchestre symphonique (La Forêt, La Mer)
Idylle, pour piano, op.103 (1926)
Elegie, pour Alto, op.44
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16840
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Alexandre Konstantinovitch Glazounov (1865-1936)   Mar 31 Oct - 17:11

De Glazounov, autre Russe que j'aime bien, je possède l'intégrale de la musique orchestrale parue chez Naxos en 17 CD.
Lui aussi a subi la "malédiction de la 9éme symphonie" puisque celle ci n'a été qu'esquissée. Elle était en ré mineur comme celle de Beethoven, ce qui a dû aggraver la malédiction. Le premier mouvement a été complété par Yudin et se trouve dans l'intégrale Naxos.
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
avatar

Nombre de messages : 21014
Age : 43
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: Alexandre Konstantinovitch Glazounov (1865-1936)   Mar 31 Oct - 18:04

joachim a écrit:
Elle était en ré mineur comme celle de Beethoven, ce qui a dû aggraver la malédiction. .

Donc avis à tous les compositeurs en herbe, on évite le ré mineur pour sa 9ème symphonie. Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
vincent.piot

avatar

Nombre de messages : 339
Age : 41
Date d'inscription : 11/04/2007

MessageSujet: Re: Alexandre Konstantinovitch Glazounov (1865-1936)   Jeu 3 Mai - 16:29

Un autre compositeur que j'aime beaucoup, et le fait que l'on soit né tous les deux un 10 aout, ça créé des liens ! Je vais très prochainement vous envoyer le catalogue de ses oeuvres.
A noter que Glazounov a écrit une musique de scène pour la pièce de Lermontov "Bal Masqué" ou prfois connu aussi sous le nom de "Masquerade". J'avais lu il y a une dizaine d'année la pièce et depuis, j'attends de pouvoir écouter cette musique. Mon attente va bientôt se finir, puisque Naxos, dans le cadre de son intégrale, vient de l'enregistrer (ce qui sera une première au disque).
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16840
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Alexandre Konstantinovitch Glazounov (1865-1936)   Jeu 3 Mai - 20:10

vincent.piot a écrit:
Un autre compositeur que j'aime beaucoup, et le fait que l'on soit né tous les deux un 10 aout, ça créé des liens ! Je vais très prochainement vous envoyer le catalogue de ses oeuvres.
A noter que Glazounov a écrit une musique de scène pour la pièce de Lermontov "Bal Masqué" ou prfois connu aussi sous le nom de "Masquerade". J'avais lu il y a une dizaine d'année la pièce et depuis, j'attends de pouvoir écouter cette musique. Mon attente va bientôt se finir, puisque Naxos, dans le cadre de son intégrale, vient de l'enregistrer (ce qui sera une première au disque).

Heureux d'apprendre que Naxos n'avait pas terminé.
En effet j'avais remarqué qu'il manquait cette Masquerade opus 102, ainsi que le Pas de caractère sur des thèmes slaves et hongrois op 68, la paraphrase sur l'hymne national des alliés op 96, et Une pensée à Franz Liszt pour cordes (sans opus).
..et la Fantaisie russe pour orchestre de balalaïkas opus 86 !
Revenir en haut Aller en bas
vincent.piot

avatar

Nombre de messages : 339
Age : 41
Date d'inscription : 11/04/2007

MessageSujet: Re: Alexandre Konstantinovitch Glazounov (1865-1936)   Ven 4 Mai - 11:33

Naxos annonce que cette fois ce serait le dernier volume de la série consacré à Glazounov...
Dommage, il reste encore quelques oeuvres sans numéro d'Opus que j'aurai bien aimé entendre... Comme La Marche du Diable de 1889, la suite Orientale de 1895, l'Allegro vivo de 1895, la valse lente de 1901, une procession solennelle de 1907, une petite suite de Ballet de 1910, une danse de l'Est de 1911...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Alexandre Konstantinovitch Glazounov (1865-1936)   Mer 9 Mai - 17:54

Allez, un peu de Glazounov dans les n'oreilles Wink

Pas très longs, mais assez jolis ces extraits de quatuors pour saxophones

http://quatuor.habanera.free.fr/ecoute.htm

Vais essayer d'en trouver d'autres.

Coco
Revenir en haut Aller en bas
OSS 1970

avatar

Nombre de messages : 234
Age : 56
Date d'inscription : 17/06/2007

MessageSujet: Re: Alexandre Konstantinovitch Glazounov (1865-1936)   Lun 18 Juin - 22:00

Bon je vois que je suis pas le seul à avoir découvert Glazounov (1865-1936) grace au catalogue Naxos.

Sympa cette collection à petit prix qui permet de fureter un peu dans tous les pays. Grace à elle j'ai découvert des compositeurs anglais comme Arnold Bax (1883-1953), William Walton (1902-1983)... Au début les enregistrements péchaient un peu par la prise de son, les orchestres de seconde zone mais depuis quelques années l'ensemble est de qualité.

J'ai découvert avec étonement la symphonie n°: 5 op.55 de ce compositeur à l'écriture, parait il, un peu trop académique.
Le troisieme mouvement (andante) est magnifique, plein de tristesse, trés lyrique.
Revenir en haut Aller en bas
http://ctifanblog.blogspot.com/
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16840
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Alexandre Konstantinovitch Glazounov (1865-1936)   Jeu 21 Juin - 20:06

OSS 1970 a écrit:

J'ai découvert avec étonement la symphonie n°: 5 op.55 de ce compositeur à l'écriture, parait il, un peu trop académique.
Le troisieme mouvement (andante) est magnifique, plein de tristesse, trés lyrique.

Je n'ai jamais compris ce que signifie cette expression restrictive Rolling Eyes

On dit de même avec Saint Saens ou Vincent d'Indy Qu'importe si un compositeur est "académique" ou non s'il a fait de la belle musique Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Saville

avatar

Nombre de messages : 245
Age : 111
Date d'inscription : 11/12/2006

MessageSujet: Re: Alexandre Konstantinovitch Glazounov (1865-1936)   Ven 22 Juin - 17:35

joachim a écrit:
Qu'importe si un compositeur est "académique" ou non s'il a fait de la belle musique Very Happy
Je ne peux qu'approuver cette sage maxime Very Happy ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Alexandre Konstantinovitch Glazounov (1865-1936)   Ven 22 Juin - 20:36

Revenir en haut Aller en bas
OSS 1970

avatar

Nombre de messages : 234
Age : 56
Date d'inscription : 17/06/2007

MessageSujet: Re: Alexandre Konstantinovitch Glazounov (1865-1936)   Ven 22 Juin - 21:50

Coco a écrit:


CONCERTO No 2 extrait

http://www.mattherskowitz.com/mp3/Glazunov%20clip%202.mp3

Très joli ça

Pas mal du tout, mais je me demande si c'est pas son concerto pour violon qu'il faut écouter en priorité.
Je crois l'avoir vu à la médiathèque, j'irai jeter une oreille.
Revenir en haut Aller en bas
http://ctifanblog.blogspot.com/
OSS 1970

avatar

Nombre de messages : 234
Age : 56
Date d'inscription : 17/06/2007

MessageSujet: Re: Alexandre Konstantinovitch Glazounov (1865-1936)   Sam 23 Juin - 17:53

Coco a écrit:

Quatuors pour saxophone -

Tiens justement coco j'ai fait un "vide grenier" cet aprés midi et j'ai trouvé pour 2 euro le quatuor pour saxophones op.109 et le concerto pour saxophone et orchestre op.109 de ce cher Glazounov. Un vieux 33 tours russes (Melodya) bien conservé avec l'ensemble des solistes du grand orchestre symphonique de la radio et de la télévision d'URSS. Rien que ça !


Dernière édition par le Sam 23 Juin - 18:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://ctifanblog.blogspot.com/
Snoopy
Admin
avatar

Nombre de messages : 21014
Age : 43
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: Alexandre Konstantinovitch Glazounov (1865-1936)   Sam 23 Juin - 17:55

La marque Mélodia existe d'ailleurs toujours en Russie Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Alexandre Konstantinovitch Glazounov (1865-1936)   Sam 23 Juin - 18:08

OSS 1970 a écrit:
Coco a écrit:

Quatuors pour saxophone -

Tiens justement coco j'ai fait un "vide grenier" cet aprés midi et j'ai trouvé pour 2 euro le quatuor pour saxophones op.109 et le concerto pour saxophone et orchestre op.109 de ce cher Glazounov. Un vieux 33 tours russes (Melodya) bien conservé avec l'ensemble des solistes du grand orchestre symphonique de la radio et de la télévision d'URSS. Rien que ça !

Ca a l'air assez joli ces quatuors d'après les extraits.

Moi j'ai pas de grenier et malgré le fait que je ne sois pas conservatrice du tout, c'est le foutoir dans mon minuscule appart Laughing

Coco
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16840
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Alexandre Konstantinovitch Glazounov (1865-1936)   Dim 20 Juin - 9:56

Catalogue des oeuvres

A/Par catégorie

Musique pour la Scène

Op. 57: Raymonda, ballet en trois actes (1898)
Op. 61: Ruses d'amour ou The Trial of Damis ou Lady Soubrette, ballet en un acte (1900)
Op. 67: Les Saisons, ballet en un acte (1900)
Op. 95: Musique pour le drame Le Roi des Juifs d'après K.K. Romanov (1913)


Musique orchestrale

Symphonies
Op. 5: Symphonie nº 1 en mi majeur "Symphonie Slavone" (1881-1884)
Op. 16: Symphonie nº 2 en fa dièse mineur "À la Mémoire de Liszt" (1886)
Op. 33: Symphonie nº 3 en ré majeur (1890)
Op. 48: Symphonie nº 4 en mi bémol majeur (1893)
Op. 55: Symphonie nº 5 en si bémol majeur (1895)
Op. 58: Symphonie nº 6 en ut mineur (1896)
Op. 77: Symphonie nº 7 en fa majeur "Pastorale" (1902-1903)
Op. 83: Symphonie nº 8 en mi bémol majeur (1905-1906)1
Symphonie nº 9 en ré mineur (1910), premier mouvement (incomplet, orchestré par Gavril Yudin)


Autres

Op. 3: Ouverture No. 1 en sol mineur pour orchestre "Sur des Thèmes Grecs" (1882)
Op. 6: Ouverture No. 2 en ré majeur pour orchestre "Sur des thèmes grecs (1883)
Op. 7: Sérénade No. 1 en la majeur pour orchestre (1882)
Op. 8: À la Mémoire d'un Héros, élégie pour orchestre (1885)
Op. 9: Suite Charactéristique en ré majeur pour orchestre (1884-1887)
Op. 11: Sérénade No. 2 en fa majeur pour petit orchestre (1884)
Op. 12: Poème Lyrique en ré bémol majeur pour orchestre (1884-1887)
Op. 13: Stenka Razine, poème symphonique en si mineur (1885)
Op. 14: Deux pièces pour orchestre (1886-1887)
Op. 18: Mazurka en sol majeur pour orchestre (1888)
Op. 19: La Forêt, fantaisie en ut dièse mineur pour orchestre (1887)
Op. 21: Marche nuptiale en mi bémol majeur pour orchestre (1889)
Op. 26A: Fête slave, esquisses symphoniques
Op. 28: La Mer, fantaisie en mi majeur pour orchestre (1889)
Op. 29: Rhapsodie orientale en sol majeur pour orchestre (1889)
Op. 30: Le Kremlin, tableau symphonique en trois parties (1890)
Op. 32: "Méditation" en ré majeur pour violon et orchestre (1891)
Op. 34: Le Printemps, tableau symphonique en ré majeur (1891)
Op. 45: Carnaval, overture pour grand orchestre et orgue en fa majeur (1892)
Op. 46: Chopiniana, suite pour orchestre d'après des pièces de piano de Chopin (1893)
Op. 47: Valse de Concert No. 1 en ré majeur pour orchestre (1893)
Op. 50: Cortège Solennel en ré majeur pour orchestre (1894)
Op. 51: Valse de Concert No. 2 en fa majeur pour orchestre (1894)
Op. 52: Scènes de Ballet, suite, non conçue comme un morceau à danser (1894)
Op. 53: De l'ombre à la lumière, fantaisie pour orchestre (1894)
Op. 68: "Pas de Caractère" de Raymonda en sol majeur pour orchestre (1899)
Op. 69: Intermezzo Romantica en ré majeur pour orchestre (1900)
Op. 73: Ouverture Solennelle pour orchestre (1900)
Op. 76: Marche sur un Thème Russe en mi bémol majeur (1901)
Op. 78: Ballade en fa majeur pour orchestre (1902)
Op. 79: Au Moyen Age, suite en mi majeur pour orchestre (1902)
Op. 81: Scène de Danse en la majeur pour orchestre (1904)
Op. 84: Le Chant de la destinée, ouverture dramatique en ré mineur pour orchestre (1908)
Op. 85: Deux Préludes pour orchestre (1908)
Op. 86: Fantaisie Russe en la majeur pour orchestra de balalaïkas (1906)
Op. 87: À la Mémoire de Gogol, prologue symphonique en ré majeur (1909)
Op. 88: Fantaisie Finnoise en ré majeur pour orchestre (1909)
Op. 89: Esquisses Finnoises en mi majeur pour orchestre (1912)
Op. 90: Introduction et Dance de Salomé, pour le drame d'Oscar Wilde (1908)
Op. 91: "Cortège Solennel" en si bémol majeur pour orchestre (1910)
Op. 96: Paraphrase sur l' Hymne des Alliés pour orchestre (1914-1915)
Op. 99: Légende carélienne en la mineur pour orchestre (1916)
Op. 102: Romance de Nina d'après la pièce "Masquerada" (1918)
Sans opus : Poème épique (1934)


Musique concertante

Op. 20: Deux Pièces pour violoncelle et orchestre (1887-1888)
Op. 82: Concerto pour violon et orchestre en la mineur (1904)
Op. 92: Concerto No. 1 en fa mineur pour piano et orchestre (1910-1911)
Op. 100: Concerto No. 2 en si majeur pour piano et orchestre (1917)
Op. 100A/B: Mazurka Oberek (1917) pour violon et orchestre ou piano (1917)
Op. 108: Concert Ballade en ré majeur pour violoncelle et orchestre (1931)
Op. 109: Concerto pour Saxophone alto et orchestre à cordes en mi bémol majeur (1934) (même numéro d'opus que le quatuor, tout en étant une oeuvre différente)
En 1896 il a arrangé le morceau pour violon et piano de Tchaikovsky Souvenir d'un lieu cher pour violon et orchestre.


Musique vocale/chorale

Op. 40: Marche Triomphale pour grand orchestre et chœur (1892)
Op. 56: Cantate du Couronnement pour quatre solistes, chœur et orchestre (1895)
Op. 65: Cantate d'après Pouchkine pour voix solistes, chœur et orchestre (1899)
Op. 97: Chant des bateliers de la Volga pour chœur et orchestre (1918)


Musique de chambre

Quatuor à cordes
Op. 1: Quatuor à cordes nº 1 en ré majeur (1881-1882)
Op. 10: Quatuor à cordes nº 2 en fa majeur (1884)
Op. 26: Quatuor à cordes nº 3 en sol majeur "Quatuor Slave" (1886-1888)
Op. 64: Quatuor à cordes nº 4 en la mineur (1894)
Op. 70: Quatuor à cordes nº 5 en ré mineur (1898)
Op. 106: Quatuor à cordes nº 6 en si bémol majeur (1920-1921)
Op. 107: Quatuor à cordes nº 7 en ré majeur "Hommage au passé" (1930)

Op. 14: Rêverie Orientale pour clarinette et quatuor à cordes (version originale de 2 Pièces pour orchestre) (1886)
Op. 15: Cinq Novelettes pour quatuor à cordes (1886)
Op. 35: Suite en ré majeur pour quatuor à cordes (1887-1891)
Op. 38: In Modo Religioso, quatuor pour trompette, cor et deux trombones (1892)
Op. 39: Quintette à cordes en la majeur pour quatuor à cordes et violoncelle (1891-1892)
Op. 105: Élégie en ré mineur pour quatuor à cordes en mémoire def M. P. Belaieff (1928)
Op. 109: Quatuor de Saxophones en si bémol majeur (1932)


Musique instrumentale

Op. 17: Élégie en ré bémol majeur pour violoncelle et piano (1888)
Op. 24: Rêverie en ré bémol majeur pour cor et piano (1890)
Op. 32A: Méditation en ré majeur pour violon et piano (1891)
Op. 44: Élégie en sol mineur pour alto et piano (1893)
Op. 71: Chant du Ménestrel pour violoncelle et piano (1900) (a version exists pour violoncelle et orchestra)
Op. 93: Preludium et Fugue No. 1 en ré majeur pour orgue (1906-1907)
Op. 98: Preludium et Fugue No. 2 en ré mineur pour orgue (1914)
Op. 110: Fantaisie en sol mineur pour orgue (1934-1935)
Albumblatt pour trumpet et piano (1899)
10 Duets pour Deux Clarinets


Piano

Op. 2: Suite sur le Thème "S-A-C-H-A" pour Piano (1883)
Op. 22: Deux Pièces pour Piano (1889)
Op. 23: Valses sur le nom S-A-B-E-L-A pour piano (1890)
Op. 25: Preludium et Deux Mazurkas pour piano (1888)
Op. 31: Trois Études pour piano (1891)
Op. 36: Petite valse en ré majeur pour piano (1892)
Op. 37: Nocturne en ré bémol majeur pour piano (1889)
Op. 41: Grande valse de Concert en mi bémol majeur pour piano (1893)
Op. 42: Trois Miniatures pour piano (1893)
Op. 43: Valse de Salon en ré majeur pour piano (1893)
Op. 49: Trois Pièces pour piano (1894)
Op. 54: Deux Impromptus pour piano (1895)
Op. 62: Prélude et Fugue en ré mineur, pour piano (1899)
Op. 72: Thème et Variations en fa dièse mineur pour piano (1900)
Op. 74: Sonate pour piano No. 1 en si bémol mineur (1901)
Op. 75: Sonate pour piano No. 2 en mi mineur (1901)
Op. 101: Quatre Préludes et Fugues pour piano (1918-1923)
Op. 103: Idylle en fa dièse majeur pour piano (1926)
Op. 104: Fantaisie en fa mineur pour deux pianos (1919-1920)
Autres pièces : 2 Préludes-Improvisations, Barcarolle sur les touches noires, Fugue en mi mineur...


Musique Vocale

Op. 4: Cinq Romances, chants (1882-1885)
Op. 27: Deux chants d'après Pouchkine (1887-1890)
Op. 59: Six chants pour voix moyenne (1898)
Op. 60: Six chants (romances d'Alexandre Pouchkine et Apollon Maïkov) pour voix (1897-1898) ([2] )
Op. 63: Cantate de Fête pour voix solistes, chœur de femmes et deux pianos à huit mains (1898)
Op. 66: Hymne d'après Pouchkine pour chœur de femmes et piano (1899)
Op. 80: Chant Sans Bornes pour soprano et alto avec accompagnement de piano (1900)
Op. 94: Amour, d'après Shukovsky pour chœur mixte a cappella (1907)


B/ par opus

Op. 1: Quatuor à cordes n° 1 en ré majeur (1881-1882)
Op. 2: Suite sur le thème "S-A-C-H-A" pour Piano (1883)
Op. 3: Ouverture n° 1 en sol mineur pour orchestre "On Greek Thèmes" (1882)
Op. 4: Cinq Romances, chants (1882-1885)
Op. 5: Symphonie n° 1 en mi majeur "Slavonian Symphonie" (1881-1884)
Op. 6: Ouverture n° 2 en ré majeur pour orchestre (1883)
Op. 7: Sérénade n° 1 en la majeur pour orchestre (1882)
Op. 8: À la Mémoire d'un Héros, élégie pour orchestre (1885)
Op. 9: Suite Charactéristique en ré majeur pour orchestre (1884-1887)
Op. 10: Quatuor à cordes n° 2 en fa majeur (1884)
Op. 11: Sérénade n° 2 en fa majeur pour petit orchestre (1884)
Op. 12: Poème Lyrique en ré bémol majeur pour orchestre (1884-1887)
Op. 13: Stenka Razine, poème symphonique en si mineur (1885)
Op. 14: Deux Pièces pour orchestre (1886-1887)
Op. 15: Cinq Novelettes pour quatuor à cordes (1886)
Op. 16: Symphonie n° 2 en fa dièse mineur "À la Mémoire de Liszt" (1886)
Op. 17: Élégie en ré bémol majeur pour violoncelle et piano (1888)
Op. 18: Mazurka en sol majeur pour orchestre (1888)
Op. 19: La Forêt, Fantaisie en ut dièse mineur pour orchestre (1887)
Op. 20: Deux Pièces pour violoncelle et orchestre (1887-1888)
Op. 21: Marche nuptiale en mi bémol majeur pour orchestre (1889)
Op. 22: Deux Pièces pour piano (1889)
Op. 23: Valse sur le nom S-A-B-E-L-A pour piano (1990)
Op. 24: Rêverie en ré bémol majeur pour cor et piano (1890)
Op. 25: Preludium et Deux Mazurkas pour piano (1888)
Op. 26: Quatuor à cordes n° 3 en sol majeur "Quatuor Slave" (1886-1888)
Op. 26A: Fête slave, esquisse symphonique en sol majeur
Op. 27: Deux chants d'après Pouchkine (1887-1890)
Op. 28: La Mer, fantaisie en mi majeur pour orchestre (1889)
Op. 29: Rhapsodie Orientale en sol majeur pour orchestre (1889)
Op. 30: Le Kremlin, tableau symphonique en trois parties (1890)
Op. 31: Trois Études pour piano (1891)
Op. 32: Méditation en ré majeur pour violon et orchestre (1891)
Op. 32A: Méditation en ré majeur pour violon et piano (1891)
Op. 33: Symphonie n° 3 en ré majeur (1890)
Op. 34: Le Printemps, tableau symphonique en ré majeur (1891)
Op. 35: Suite en ré majeur pour quatuor à cordes (1887-1891)
Op. 36: Petite valse en ré majeur pour piano (1892)
Op. 37: Nocturne en ré bémol majeur pour piano (1889)
Op. 38: In Modo Religioso, quatuor pour trompette, cor et deux trombones (1892)
Op. 39: Quintette à cordes en la majeur pour quatuor à cordes et violoncelle (1891-1892)
Op. 40: Marche Triomphale pour grand orchestre et chœur (1892)
Op. 41: Grande Valse de Concert en mi bémol majeur pour piano (1893)
Op. 42: Trois Miniatures pour piano (1893)
Op. 43: Valse de Salon en ré majeur pour piano (1893)
Op. 44: Élégie pour alto et piano (1893)
Op. 45: Carnaval, ouverture pour grand orchestre et orgue en fa majeur (1892)
Op. 46: Chopiniana, suite pour orchestre d'après des pièces de piano de Chopin (1893)
Op. 47: Valse de Concert No. 1 en ré majeur pour orchestre (1893)
Op. 48: Symphonie n° 4 en mi bémol majeur (1893)
Op. 49: Trois Pièces pour piano (1894)
Op. 50: Cortège Solemnel en ré majeur pour orchestre (1894)
Op. 51: Valse de Concert n° 2 en fa majeur pour orchestre (1894)
Op. 52: Scènes de Ballet, suite, not intended as dance piece (1894)
Op. 53: Fantaisie From Dark into Light pour orchestre (1894)
Op. 54: Deux Impromptus pour piano (1895)
Op. 55: Symphonie n° 5 en si bémol majeur (1895)
Op. 56: Cantate du Couronnement pour quatre solistes, chœur et orchestre (1895)
Op. 57: Raymonda, ballet en trois actes (1898)
Op. 58: Symphonie n° 6 en ré mineur (1896)
Op. 59: Six chants pour voix moyennes (1898)
Op. 60: Six chants (romances sur des poésies d'Alexandre Pouchkine et Apollon Maïkov) pour voix (1897-1898) ([3] )
Op. 61: Les Ruses d'Amour ou The Trial of Damis ou Lady Soubrette, ballet en un acte (1900)
Op. 62: Prélude et Fugue en ré mineur, pour piano (1899)
Op. 63: Cantate de Fête pour voix solistes, chœur de femmes et deux pianos à huit mains (1898)
Op. 64: Quatuor à cordes n°. 4 en la mineur (1894)
Op. 65: Cantate d'après Pouchkine pour voix solistes, chœur et orchestre (1899)
Op. 66: Hymen d'après Pouchkine pour chœur de femmes et piano (1899)
Op. 67: Les Saisons, ballet en un acte (1900)
Op. 68: "Pas de Caractère" de Raymonda en sol majeur pour orchestre (1899)
Op. 69: Intermezzo Romantica en ré majeur pour orchestre (1900)
Op. 70: Quatuor à cordes n° 5 en ré mineur (1898)
Op. 71: Chant du Ménestrel pour violoncelle et piano (1900) (une version existe pour violoncelle et orchestre)
Op. 72: Thème et Variations en fa dièse mineur pour piano (1900)
Op. 73: Ouverture Solennelle pour orchestre (1900)
Op. 74: Sonate pour piano n° 1 en si bémol mineur (1901)
Op. 75: Sonate pour piano n° 2 en mi mineur (1901)
Op. 76: Marche sur un Thème Russe en mi bémol majeur (1901)
Op. 77: Symphonie n° 7 "Pastorale" en fa majeur (1902-1903)
Op. 78: Ballade en fa majeur pour orchestre (1902)
Op. 79: Au Moyen Age, suite en mi majeur pour orchestre (1902)
Op. 80: Chant Sans Bornes pour soprano et alto avec accompagnement de piano (1900)
Op. 81: Scène de Danse en la majeur pour orchestre (1904)
Op. 82: Concerto en la mineur pour violon et orchestre (1904)
Op. 83: Symphonie n° 8 en mi bémol majeur (1905-1906)
Op. 84: Le Chant du Destin, ouverture dramatique en ré mineur pour orchestre (1908)
Op. 85: Deux Préludes pour orchestre (1906)
Op. 86: Fantaisie Russe en la majeur pour orchestre de balalaïkas (1906)
Op. 87: À la Mémoire de Gogol, prologue symphonique en ré majeur (1909)2
Op. 88: Fantaisie Finnoises en ré majeur pour orchestre (1909)
Op. 89: Esquisses Finnoises en mi majeur pour orchestre (1912)
Op. 90: Introduction et Dance de Salomé, au drame d'Oscar Wilde (1908)
Op. 91: Cortège Solennel en si bémol majeur pour orchestre (1910)
Op. 92: Concerto n° 1 en fa mineur pour piano et orchestre (1910-1911)
Op. 93: Preludium et Fugue n° 1 en ré majeur pour orgue (1906-1907)
Op. 94: Amour, d'après Shukovsky pour chœur mixte a cappella (1907)
Op. 95: Musique pour le drame Le Roi des Juifs d'après K. K. Romanov (1913)
Op. 96: Paraphrase sur l' Hymne des Alliés pour orchestre (1914-1915)
Op. 97: Chant des bateliers de la Volga pour chœur et orchestre (1918)
Op. 98: Preludium et Fugue n° 2 en ré mineur pour orgue (1914)
Op. 99: Légende carélienne en la mineur pour orchestre (1916)
Op. 100: Concerto n° 2 en si majeur pour piano et orchestre (1917)
Op. 100A/B: Mazurka Oberek (1917) pour violon et orchestre ou piano (1917)
Op. 101: Quatre Préludes et Fugues pour piano (1918-1923)
Op. 102: Romance de Nina pour "Masquerada" (1918)
Op. 103: Idylle en fa dièse majeur pour piano (1926)
Op. 104: Fantaisie en fa mineur pour deux pianos (1919-1920)
Op. 105: Élégie en ré mineur pour quatuor à cordes en mémoire de M. P. Belyayev (1928)
Op. 106: Quatuor à cordes n° 6 en si bémol majeur (1920-1921) (Listings with details about opp. 105 et 106 )
Op. 107: Quatuor à cordes n° 7 en ré majeur "Hommage au passé" (1930)
Op. 108: Concert Ballade en ré majeur pour violoncelle et orchestre (1931)
Op. 109: Quatuor pour saxophones en si bémol majeur (1932)
Op. 109: Concerto pour saxophone alto et orchestre à cordes en mi bémol majeur (1934) (même numéro d'opus du quatuor)
Op. 110: Fantaisie en sol mineur pour orgue (1934-1935)


Œuvres sans numéro d'opus

Albumblatt pour trompette et piano (1899)
Symphonie n° 9 en ré mineur (1910, premier mouvement incomplet)
Rêverie Orientale pour clarinette et quatuor à cordes (1886)
10 Duos pour deux clarinettes
Poème épique pour orchestre (1934)
Musique pour "Le Bal Masqué" (1918)
Pièces pour quatuor à cordes dans les recueils collectifs des Vendredis, de "Jour de Fête", de B la F
Prélude et Fugue en mi mineur pour orgue ou piano
Hymne pour l'ouverture de la Douma (1906)
Une des Variations collectives sur un thème russe pour orchestre
Une pensée à Franz Liszt, pour orchestre à cordes


Dernière édition par joachim le Lun 20 Juil - 20:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Stadler
Admin
avatar

Nombre de messages : 4200
Age : 47
Date d'inscription : 09/11/2006

MessageSujet: Re: Alexandre Konstantinovitch Glazounov (1865-1936)   Dim 20 Juin - 11:57

Je n'imaginais pas qu'il avait tant composé I love you I love you
Revenir en haut Aller en bas
http://clarinette-classique.forumactif.fr/index.htm
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16840
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Alexandre Konstantinovitch Glazounov (1865-1936)   Dim 20 Juin - 12:06

Stadler a écrit:
Je n'imaginais pas qu'il avait tant composé I love you I love you

Et même une rêverie orientale pour clarinette et cordes op 14 n° 2 Wink

Sans compter le concerto pour saxophone alto et le quatuor de saxophones (opus 109 tous les deux).
Revenir en haut Aller en bas
vincent.piot

avatar

Nombre de messages : 339
Age : 41
Date d'inscription : 11/04/2007

MessageSujet: Re: Alexandre Konstantinovitch Glazounov (1865-1936)   Dim 26 Jan - 12:42

Il manque certaines oeuvres sans opus dans la liste  Wink :

1882 : Danse orientale pour orchestre
1889 : marche du diable pour orchestre en si bémol majeur, dédié W. Ewald
1901 : Valse lente pour orchestre, en fa majeur
1906 : Les élus du peuple russe, pour chœur, piano et orchestre en la majeur.
1911 : Danse orientale pour orchestre dédié à A. Spendiarov
1911 : Cantate pour le 50e Anniversaire du Conservatoire de Saint-Pétersbourg pour solistes, chœur et orchestre.
1913 : Musique pour le drame de M. Lermontov "mascarade" pour orchestre.
1914 : En souvenir de MD Skobeliov pour chœur et orchestre en Fa majeur.
1935 : Fantaisie pour orgue. Dédié à Marcel Dupré
Revenir en haut Aller en bas
vincent.piot

avatar

Nombre de messages : 339
Age : 41
Date d'inscription : 11/04/2007

MessageSujet: Re: Alexandre Konstantinovitch Glazounov (1865-1936)   Lun 21 Mar - 11:15

Aujourd'hui, cela fait exactement 80 ans que Glazounov est décédé... Crying or Very sad
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16840
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Alexandre Konstantinovitch Glazounov (1865-1936)   Mer 23 Mar - 11:27

vincent.piot a écrit:
Aujourd'hui, cela fait exactement 80 ans que Glazounov est décédé... Crying or Very sad

Oui, mais ça ne semble pas passionner les foules. Heureusement qu'il y a quand même Naxos pour nous faire connaître Glazounov !
Revenir en haut Aller en bas
vincent.piot

avatar

Nombre de messages : 339
Age : 41
Date d'inscription : 11/04/2007

MessageSujet: Re: Alexandre Konstantinovitch Glazounov (1865-1936)   Lun 20 Juin - 15:57

Les élus du Peuple Russe, écrite en 1906 par Glazounov pour être l'hymne de la Douma élue suite à la révolution de 1905 a été reprise en 2013 pour être le nouvel hymne de la Douma d'Etat de Russie :

Revenir en haut Aller en bas
vincent.piot

avatar

Nombre de messages : 339
Age : 41
Date d'inscription : 11/04/2007

MessageSujet: Re: Alexandre Konstantinovitch Glazounov (1865-1936)   Mar 21 Juin - 18:43

La Rêverie orientale pour clarinette et cordes de Glazounov :

https://www.youtube.com/watch?v=5QRvoZjj7TM

Revenir en haut Aller en bas
vincent.piot

avatar

Nombre de messages : 339
Age : 41
Date d'inscription : 11/04/2007

MessageSujet: Re: Alexandre Konstantinovitch Glazounov (1865-1936)   Mar 21 Juin - 18:56

Et voici la variation IV de l'acte III du ballet Raymonda, qui me fait parfois penser à la gnossienne n°4 de Satie

https://www.youtube.com/watch?v=I12Z-Z2dIMA

Revenir en haut Aller en bas
Stadler
Admin
avatar

Nombre de messages : 4200
Age : 47
Date d'inscription : 09/11/2006

MessageSujet: Re: Alexandre Konstantinovitch Glazounov (1865-1936)   Mar 21 Juin - 19:09

vincent.piot a écrit:
La Rêverie orientale pour clarinette et cordes de Glazounov

Je connais : magnifique
Revenir en haut Aller en bas
http://clarinette-classique.forumactif.fr/index.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Alexandre Konstantinovitch Glazounov (1865-1936)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Alexandre Konstantinovitch Glazounov (1865-1936)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: