Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 La donna del lago (Rossini, 1819)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bel Canto
Admin


Nombre de messages : 5598
Age : 60
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: La donna del lago (Rossini, 1819)   Sam 5 Juin - 18:06

Opéra en 2 actes de Gioacchino Rossini, livret de A.L. Tottola, d'après le poème narratif de Sir Walter Scott The lady of the Lake.
Créé au Théâtre San Carlo de Naples, le 24 septembre 1819 avec, entre autres, Isabella Colbran dans le rôle d'Elena.

Personnages

Elena (soprano) - Giacomo V (ténor) - Roderigo (ténor) - Malcolm (mezzo-soprano) - Douglas, comte d'Angus (basse) - Serano, suivant de Douglas (basse) - Albina, confidente d'Elena (mezzo-soprano)

Argument

L’action, comme celle du roman de Walter Scott, se déroule en Ecosse en 1530, à l’époque de la révolte des montagnards du Stirling contre Jacques V. Archibald Douglas, ancien précepteur du roi a été banni du royaume à cause de son neveu. Il a dû s’enfuir avec sa fille Ellen dans les montagnes. Là, il a trouvé la protection de Roderick Dhu, le chef des rebelles, à qui il a offert la main d’Ellen en guise de reconnaissance, sans savoir qu’entre-temps, sa fille était tombée amoureuse du jeune Malcolm Groem qui a pris le maquis pour la suivre. Désespérée, Ellen passe chaque jour de longues heures à méditer sur le lac Kattrine, ce qui lui a valu le surnom de ‘dame du lac’ parmi les habitants du lieu. L’action se déroule en Ecosse, à Stirling au XVIème siècle

Acte 1

Guidé par le bruit de la beauté de la mystérieuse dame du lac, le roi, déguisé en chasseur et sous le faux nom d’Hubert de Snowdon, quitte une battue de chasse pour partir à sa recherche. L’ayant trouvée, il feint d’avoir perdu son chemin. Il est immédiatement charmé par la jeune femme et par son hospitalité désintéressée. Tandis qu’Ellen le conduit dans la demeure des Angus et qu’elle lui révèle elle-même le nom de son père, il s’attarde en propos amoureux. Un groupe d’amies d’Ellen arrive pour fêter son futur mariage avec Roderick, provoquant ainsi, sans le savoir, l’anxiété d’Ellen et la jalousie du roi. Interrogée par celui-ci, Ellen avoue sa peine sans en révéler la raison, alimentant ainsi, involontairement, ses espoirs. Mais Hubert doit rejoindre les siens ; Albina, une amie d’Ellen, l’accompagne sur l’autre rive du lac. A peine se sont-ils éloignés qu’arrive Malcolm. Il est plongé dans des pensées mélancoliques à cause de son amour contrarié par le destin. Serano et Douglas le rejoignent. Malgré les exhortations de ce dernier pour qu’elle épouse et rende heureux le chef des rebelles, Ellen essaye de gagner du temps, prétextant la guerre imminente. De cette façon, elle réussit seulement à irriter son père. Peu après le silence d’Ellen et les intempérances de Malcolm finissent par éveiller les soupçons de Roderick, qui est arrivé sur les lieux avec l’armée rebelle. Les bardes célèbrent un rite propitiatoire pendant le quel une lumière boréale éclaire le ciel un moment, signe d’heureux auspices pour tous. Puis, les rebelles s’élancent contre l’ennemi au son de chants de victoire.

Acte 2

Le roi, toujours déguisé en Hubert, est retourné dans la forêt avec l’intention de se déclarer à Ellen. Il la trouve avec Albina au seuil d’une grotte où les deux femmes attendent des nouvelles de Douglas, qui tarde à rentrer au camp de bataille. Face au refus d’Ellen, qui avoue aimer quelqu’un d’autre, il lui offre son amitié et une bague avec laquelle elle pourra obtenir grâce pour elle-même et les siens devant le roi, si jamais ils étaient condamnés par lui. Au moment où ils se séparent, ils sont surpris par Roderick, qui reconnaît immédiatement en Hubert un ennemi. Face à la résistance indomptable d’Hubert, Roderick appelle ses soldats pour l’arrêter. L’intervention d’Ellen en sa faveur transforme la mêlée en un duel entre Roderick et le mystérieux ami du roi. Pendant ce temps, Malcolm est retourné à la grotte pour protéger Ellen contre l’armée du roi qui, entre-temps, a pénétré dans le territoire des Alpins, mais il n’y trouve qu’Albina. Serano arrive avec la nouvelle de la défaite des rebelles et de la capitulation de Douglas, qui a décidé de se rendre au roi dans l’espoir d’apaiser sa furie vengeresse. Aux questions de Malcolm, Serano ajoute qu’Ellen, qu’il a informé un peu de temps auparavant, est partie en courant vers le palais royal. Les soldats en retraite pleurent la mort de Roderick, battu en duel. Entrée dans le palais immédiatement après l’arrestation de Douglas par le roi, Ellen entend celui-ci chanter son amour malheureux pour elle. Croyant encore à sa fausse identité, elle lui demande de l’emmener auprès du roi. Il l’introduit dans la salle, et se révélant alors comme le souverain, il tient sa promesse de pardonner Douglas et les siens. Malcolm n’accepte pas cette intervention ; le roi le fait alors appeler et, feignant de vouloir le châtier devant tous, il lui offre un collier de perles et donne sa main à Ellen à la surprise et au soulagement de tous.
Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
Bel Canto
Admin


Nombre de messages : 5598
Age : 60
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: La donna del lago (Rossini, 1819)   Sam 5 Juin - 18:20



J'ai cette version avec June Anderson, Martine Dupuy, Rockwell Blake et Chris Meritt - Scala de Milan - Ricardo Muti
J'aime vraiment beaucoup mais Rockwell Blake, c'est toujours un chant un peu particulier.



Une autre version qui paraît intéressante ... dirigée par Zedda qui est vraiment un specialiste de Rossini.
J'ai déjà entendu Pizzolato (Malcolm) dans le Barbier et c'est vraiment une bonne rossinienne et les extraits du CD semblent le confirmer ; Sonia Ganassi me semble aussi très bien en Elena, par contre, ce qui est étonnant c'est qu'il n'y a aucun extrait du ténor - Maxim Mironov - dont le rôle est pourtant important .... Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
Bel Canto
Admin


Nombre de messages : 5598
Age : 60
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: La donna del lago (Rossini, 1819)   Mer 7 Juil - 17:28

Avec la Donna del Lago, Rossini inventait le romantisme musical italien. En ce début de XIXe siècle, l’Europe entière rêvait d’Italie : Turner allait y apaiser ses tempêtes et y dorer ses brumes ; Goethe faisait chanter à sa Mignon ce paysage de Sicile où se découpe un oranger en fleurs ; Stendhal et Heine précédaient leurs lecteurs dans telle ruelle florentine ou au bord de telle fontaine romaine. Le romantisme italien, qui comme tout romantisme est d’abord insatisfaction et aspiration, ne pouvait porter ses propres couleurs. S’inspirant de l’Écossais Walter Scott, Rossini ne rêvait que brumes et pluies et allait assombrir à des bords moins riants des cantilènes faites pour l’air et la mer bleus. Ainsi trouvait-il au bord du lac Katrine des couleurs inouïes de cors et de harpes, de plaintes nocturnes et de forêts ombreuses. Rappelons qu’au même moment, à Vienne, Franz Schubert mettait en musique les mêmes chants d’Ellen – l’Elena de Rossini –, dont l’illustre Ave Maria. Une oeuvre rare et mythique trouve enfin le chemin du Palais Garnier.

du site de l'Opéra Royal de Paris

Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La donna del lago (Rossini, 1819)   Aujourd'hui à 6:56

Revenir en haut Aller en bas
 
La donna del lago (Rossini, 1819)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: L'opéra, les ballets et le chant-
Sauter vers: