Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Le parlando

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
felyrops

avatar

Nombre de messages : 1446
Age : 71
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Le parlando   Sam 22 Mai - 20:13

Pour faire suite au fil sur le recitativo de Bel Canto:

Le récitatif baroque, complètement abandonné au 19e siècle, sera succédé par le "parlando", dont le plus connu est le "Pierrot Lunaire", opus 21 (1912) d'Arnold Schönberg. La diction miaulante ne fut pas appréciée du grand public, mais Stravinski, qui assista à la 4e audition à Berlin, fut frappé par cette oeuvre qu'il trouva prodigieuse (dans une lettre à Florent Schmitt).
Pierrot Lunaire est basé sur des poèmes d'Albert Giraud (Louvain 1860- Bruxelles 1929) écrits en 1884, et déjà pleinement dans l'esprit "fin de siècle".
Schönberg mettait en garde contre le parler chantant (eine singende Sprechweise), sauf avec l'indication "fast gesungen" (presque chanté). D'autres indications sont "tonlos" (sourd, sonorité blanche) ou "tonlos geflüstert" (chuchoté).
En fait, la voix en "parlando" était intégrée dans le tissu instrumental.

Mais il y a un précédent: Henri Thiébaut (Schaarbeek 1865- Glain 1959) qui fonda en 1896 à Bruxelles l'Ecole de musique et de déclamation, précurseur de L'Institut des Hautes Etudes musicales et dramatiques (1907), et qui introduisit en Belgique la méthode du suisse Jacques-Dalcroze, compose la musique pour le monodrame lyrique parlé Le Juré en cinq actes, d'après un texte d'Edmond Picard (1836-1924). C'est du pur parlando.
Cette oeuvre est créée et publiée en 1910, donc deux ans avant le "Pierrot Lunaire".
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16722
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Le parlando   Sam 22 Mai - 20:25

Ce n'est pas très beau à l'oreille.

Pierrot lunaire fait usage du "Sprechtgesang" (chant parlé, ou parlando)
l'Ode für Napoleon utilise le "Sprechtstimme" (voix parlée, mais sans être récité comme une oeuvre avec récitant)

Mais je ne voix pas bien la différence...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le parlando   Sam 22 Mai - 21:17

felyrops a écrit:
La diction miaulante ne fut pas appréciée du grand public

Cela, je veux bien le croire !
Par contre, comment était-ce indiqué sur les partitions, était-ce des notes ? C'est vraiment très spécial et comme le dit fort justement Joachim "pas très beau à l'oreille".
Revenir en haut Aller en bas
felyrops

avatar

Nombre de messages : 1446
Age : 71
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: Le parlando   Sam 22 Mai - 22:30

Je suis bien d'accord. Moi non plus, je n'aime pas spécialement.
Et si Thiébaut-Picard n'est pas resté dans la mémoire collective, Pierrot Lunaire restera une borne importante, surtout vu dans le contexte:
en 1912 Kandinski fonde avec Franz Marc le groupe "Blaue Reiter", et sa peinture évolue vers trois catégories de tableaux abstrahisants, les improvisations, les impressions et les compositions. Picasso peint son premier tableau abstrait, "Nature morte".
En litérature Franz Kafka écrit ses premières nouvelles. En Italie se constitue le groupe des Futuristes, actifs en peinture et en pamphlets. Ils seront les précurseurs du mouvement Dada.
En musique, Stravinski écrit Pétrouschka en 1911 et le Sacre du Printemps en 1913. Mais là aussi, ils étaient peu nombreux, ceux ou celles qui aimaient le "Sacre". Egalement en 1913, Alexandre Scriabine compose "Prometheus", poème symphonique avec "clavier de lumières".

En 1913 personne au monde pouvait prévoir l'agression de la part de l'Allemagne, pour celà il fallait l'assasinat de l'archiduc François-Ferdinand en 1914.


Dernière édition par felyrops le Sam 22 Mai - 23:54, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
felyrops

avatar

Nombre de messages : 1446
Age : 71
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: Le parlando   Sam 22 Mai - 23:24

Non nikki, la partition devait tenir compte des syllabes du livret et/ou vice-versa.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le parlando   Sam 22 Mai - 23:27

Merci, c'est tellement particulier, mais s'il n'y a pas de notes, alors je suppose que cela différait selon les interprètes ?
Revenir en haut Aller en bas
felyrops

avatar

Nombre de messages : 1446
Age : 71
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: Le parlando   Sam 22 Mai - 23:50

Je n'ai jamais vu une partition de "Pierrot Lunaire", par contre j'ai celle du "Juré", et les syllabes se trouvent sous l'accord des instruments où elles doivent être prononcées.
C'est le même principe que dans les chansons de Debussy, Duparc ou Fauré. Sauf que pour ces derniers, il y a une portée pour le/la chanteur/euse.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le parlando   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le parlando
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Histoire de la musique-
Sauter vers: