Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Jean Cras (1879-1932)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16563
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Jean Cras (1879-1932)   Mer 10 Fév - 18:10

Jean Cras  est un officier de marine et compositeur français, né le 22 mai 1879 à Brest où il est mort le 14 septembre 1932.


Jean Émile Paul Cras est né à Brest le 22 mai 1879. Son père, médecin en chef de marine et sa mère partagent une même passion : la musique. Baigné dans une atmosphère musicale, il ne peut qu'être sensible à la musique, compose sa première œuvre à l'âge de 13 ans et excelle en tant que pianiste.
Élève doué, il entre à l'École navale à 17 ans sur le "Borda", ponton école. En 1898, il sort 4° d'une promotion de 70 "bordaches". Il commence ses embarquement à la mer où il consacre ses heures de loisirs à composer. En 1899, il possède, déjà, dans ses tiroirs, une messe, des motets, un trio intitulé Voyage Symphonique.

En 1919, une profonde et étroite amitié s'établit avec Henri Duparc qui le considère comme le « fils de son âme » et il devine ce qu'il y a de profond dans cette nature ardente, dans ce regard transparent. Lors d'un nouvel embarquement, Henri Duparc lui remet un viatique : les quatuors de Beethoven pour qu'il s'en pénètre. Il a su concilier cette double existence de marin et de musicien, passionnément épris de ce double métier qu'évoque le monument élevé sur le cours d'Ajot à Brest.

Le 23 janvier 1906, il épouse, Isaurette Paulette, une femme très compréhensive tant sur le plan musical que professionnel et lui donne quatre enfants : Isaure, Colette, Monique (1910-2007) et Pierre.
Pendant deux ans, il est professeur d'architecture navale à la "Baille" (surnom donné par les "Bordaches" à l'École navale). Il invente alors une règle qui porte son nom, la règle Cras. Ce génial double rapporteur transparent, qui permet de tracer une route ou de porter un point par relèvements sur une carte marine, est toujours en usage. Sur le contre-torpilleur Cassini, il met au point un appareil qui facilite la transmission de signaux électriques rendus obligatoires sur tous les navires de guerre.
Jean Cras est qualifié d'officier de premier ordre par l'amiral Auguste Boué de Lapeyrère dont il devient l'aide de camp après avoir été breveté d'état-major. Il sauve un matelot timonier de la noyade après une explosion et se distingue tout au long de la guerre en Adriatique. Sa conduite héroïque lui vaut une citation à l'ordre de l'armée et son quatrième galon. Durant la guerre, et tandis qu'il prenait part au blocus des côtes dalmates, il achève la partition de son opéra Polyphème, drame d'Albert Samain représenté à l'Opéra-Comique le 22 décembre 1922.

Plus jeune capitaine de vaisseau de la marine nationale, à bord du cuirassé Provence qu'il commande (1927-1929), il écrit à André Himonet : « J'essaie de mettre à profit les années où je suis à la mer pour travailler le plus possible, les conditions étant d'ailleurs particulièrement favorables à une production avant tout sincère et non sollicitée, impressionnée par ce qui s'écrit. »
Ces quelques lignes peuvent servir d'épigraphe au Journal de bord que Rhené-Baton dirige chez Pasdeloup en 1928. Cette suite symphonique se divise en trois parties :
1°) quart de huit à minuit : houle au large, ciel couvert se dégageant au coucher du soleil, rien en vue,
2°) quart de minuit à quatre : très beau temps, mer très belle, rien de particulier, clair de lune,
3°) quart de quatre à huit : la terre en vue, droit devant.
Cette musique est simple, exempte de littérature et laisse place à l'expression de l'âme, à une méditation solitaire dans la nuit.
Il embarque toujours son piano droit sur chacun des navires à bord desquels il sert car : "Composer, c'est pour moi obéir à une volonté supérieure, qui me dicte ses volontés et que je sers avec l'ivresse de l'humble disciple dont le seul but est d'exécuter le mieux possible les ordres de son maître."


Le 6 février 1932, Colette Cras, sa fille (future épouse du compositeur Alexandre Tansman), exécute le Concerto pour piano et orchestre aux Concerts Pasdeloup sous la direction de Désiré-Émile Inghelbrecht. Dans cette œuvre, le piano est considéré non dans un esprit de virtuosité mais dans un dessein de musicalité pure.
On retrouve une même originalité dans les Trois Noëls (Concerts Colonne, 1930) inspirés par le Pèlerin d'Assise de Léon Chancerel et dont le premier, la Plainte d'Adam, avec la réplique constante de l'Ange, est un chef-d 'œuvre ; mais le deuxième, le Dialogue de Joseph avec le mauvais hôtelier ne vaut guère moins, si parfaitement expressif de toute la détresse humaine. Et le dernier, l'Adoration des Bergers, brille d'une lumière et est marquée d'une sorte de gravité mystique.
Il a également, composé un Quintette pour harpe, flûte et trio à cordes ; un Quintette pour piano et cordes ; un Quatuor (A ma Bretagne) et un Trio à cordes ; diverses pièces pour flûte et harpe, violoncelle et piano, pour violon et piano, des mélodies (Fontaines sur des poèmes de Lucien Jacques, la Flûte de Pan sur un autre poème du même auteur, le Rubayiat d'Omar Khayyan, l'Offrande lyrique de Tagor) et puis un recueil de trois petites pièces pour six petites mains , Âmes d'enfants recueil pour piano.

Sa musique n'a pas fait école. Il a su allier la rigueur de la Schola Cantorum à la mélodie libre, naturellement limpide à la manière d'un Debussy. C'est un mélodiste comme son maître Henri Duparc. Ses influences sont sa terre natale, la Bretagne, les contrées qu'il a explorées (notamment l'Afrique) qui lui valent le surnom de Pierre Loti de la musique et, bien entendu, son ami et professeur, Henri Duparc.

Son œuvre maîtresse est sans aucun doute Polyphème qui est, selon la légende, l'aîné des cyclopes, fils de Poséidon et de la nymphe Thoosa. Albert Samain humanise son Polyphème en le faisant renoncer à faire rouler sur Galatée le quartier de roc destiné à broyer le couple (Acis et Galatée) et, en définitive, il s'aveugle et se jette dans la mer afin d'y trouver la mort car « leur bonheur m'épouvante ». On peut entendre une très belle version de cet opéra chez Timpani 3CD3078 - Chœur Régional Vittoria d'Ile de France (Michel Piquemal) et l'Orchestre Philharmonique du Luxembourg sous la direction de Bramwell Tovey. Un concert spectacle, Le Pacha, son Piano et la Mer, en visio-acoustique (film et piano) autour ses œuvres, a été réalisé par Laurent Minier et interprété en mars 2005 par Jean Dubé dans le cadre préstigieux de l'ancien ministère de la marine, rue Royale à Paris, où réside l'État-major de la marine nationale.

Il accède aux étoiles en 1931. Contre-amiral il devient major général de l'arsenal militaire du port de Brest, où il s'éteindra le 14 septembre 1932, emporté en 3 jours par une maladie foudroyante.

Si Jean Cras devait prendre la place qui lui revient dans un dictionnaire, reconnaissance dont il a toujours été injustement écarté, il serait difficile au lexicographe de le cataloguer : officier de marine ou compositeur ? Sans doute serait-il fondé d'associer les deux car Jean Cras fut indissociablement l'un et l'autre à la fois.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11326
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Jean Cras (1879-1932)   Lun 15 Fév - 13:47

J'ai découvert JEAN CRAS par son QUINTET de 1928 dont je ne me suis jamais réellement remis,surtout le premier mouvement avec cette mélodie exquise et développée,à un moment donné,avec une retenue qui me met la larme à l'oeil. Sur ce,je me demande bien ce que vaut son oeuvre orchestrale qui est parue en double CD,il y a peut-être trois ans de cela,et que j'ai eu la mauvaise idée de laisser passer. J'espère qu'un jour je retomberai dessus.


Dernière édition par Icare le Dim 17 Juil - 18:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jean

avatar

Nombre de messages : 6579
Age : 74
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: Jean Cras (1879-1932)   Lun 15 Fév - 15:20



la voici l'oeuvre orchestrale toujours disponible semble t'il (amazone )...une occasion de la réécouter...j'en ai un très bon souvenir


le quintette dont tu parles c'est celui_ci?:

Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11326
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Jean Cras (1879-1932)   Lun 15 Fév - 18:15

Sauf si il en a écrit plusieurs.(?) Celui dont je parle fut composé pour harpe,flûte,violon,alto et violoncelle,en 1928 à bord de la Provence. Il commence sur une superbe mélodie. Au cas où il s'agisse du même,ce qui est fort probable,ce n'est apparemment pas la même interprétation. Ma version figure sur un cd Quantum datant de 1988 et qui obtint le prix Radio France découverte 88. Elle est couplée avec TRIO pour alto,violon et violoncelle,composé en 1926 à bord du Lamotte Picquet,puis avec LA FLÛTE DE PAN avec baryton et sur des poèmes de Lucien Jacques. Cette oeuvre,composée en 1928 à bord du Cuirassé Provence,pour chant,flûte de pan,violon, alto et violoncelle,fut le fruit d'un pari que JEAN CRAS s'est lancé à lui-même afin de motiver son élan créatif; les quatre pièces de ce recueil sont construites sur une gamme de sept tons arbitrairement choisis (sol,si bémol,fa,sol bémol et fa). << Ne cherchez pas si les sept notes de ma flûte correspondent à un mode usité dans quelques pays lointains...voire même à celle de la flûte du Dieu Pan lui-même,je les ai choisies parce qu'elles m'ont plu...>> avait-il écrit à CHARLES KOECHLIN.


Dernière édition par Icare le Dim 17 Juil - 18:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jean

avatar

Nombre de messages : 6579
Age : 74
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: Jean Cras (1879-1932)   Lun 15 Fév - 18:25

merci Icare...
ce n'est effectivement pas le même, celui que je présentais est pour piano et cordes...avec un quatuor à cordes en complément ...
je vois le "quantum" dont tu parles
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16563
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Jean Cras (1879-1932)   Ven 26 Fév - 20:04




Je viens d'écouter ce CD Cybela, avec son très beau concerto pour piano, et les deux Suites "Ames d'enfants" et "Journal de Bord".

Très jolies musiques, un peu impressionnistes sans trop ressembler à Debussy, toutefois.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11326
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Jean Cras (1879-1932)   Ven 26 Fév - 20:10

Il va falloir que je déniche cette rareté. Merci pour cette information,Joachim. Est-ce que dans son CONCERTO pour piano,on ressent le mouvement de la mer ou la mer elle-même?
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16563
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Jean Cras (1879-1932)   Ven 26 Fév - 20:14

Non, Icare, pas dans le concerto pour piano, assez lyrique (pas comme Rachmaninov mais presque), mais dans "journal de bord", ça fait penser à la Mer de Debussy.
Revenir en haut Aller en bas
Bel Canto
Admin
avatar

Nombre de messages : 5935
Age : 61
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: Jean Cras (1879-1932)   Ven 26 Fév - 20:24

Je t'ai un peu redressé la photo Joachim ... Wink

Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16563
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Jean Cras (1879-1932)   Ven 26 Fév - 20:29

Merci Bel Canto, moi j'avais essayé en vain.
Ce qui est bizarre c'est que l'image est horizontale sur mon bureau d'ordinateur, et que l'hébergeur la met verticale Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
avatar

Nombre de messages : 21017
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: Jean Cras (1879-1932)   Ven 26 Fév - 20:46

Bel Canto a écrit:
Je t'ai un peu redressé la photo Joachim ... Wink

J'ai eu peur en lisant le début de la phrase Hehe
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Bel Canto
Admin
avatar

Nombre de messages : 5935
Age : 61
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: Jean Cras (1879-1932)   Ven 26 Fév - 20:50

Snoopy a écrit:
Bel Canto a écrit:
Je t'ai un peu redressé la photo Joachim ... Wink

J'ai eu peur en lisant le début de la phrase Hehe

J'y ai bien pensé en l'écrivant mais je me suis dite que personne n'oserait ... et bien si !!! Ptdr
Voilà comment on 'encrasse' le fil en plus ... Embarassed oui, bon, on est vendredi soir et j'ai eu une semaine difficile Hehe
Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
Bel Canto
Admin
avatar

Nombre de messages : 5935
Age : 61
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: Jean Cras (1879-1932)   Ven 26 Fév - 22:12

Henri Duparc - Lettres à Jean Cras « le fils de mon âme »



Présentées et annotée par Stéphane Topakian
Préface de Guy Sacre
Editions Symétrie
Publié en collaboration avec
Palazetto Bru Zane, centre de musique romantique française
Collection Perpetuum mobile

Duparc révélé
« A la sortie de la gare, quand je suis arrivé, j’ai aperçu Duparc, seul, appuyé sur une canne, regardant droit devant lui… avec des yeux qui, hélas, ne voient presque plus. Sa haute stature, son visage un peu amaigri, une expression d’attente peinte sur ses traits… tout cela faisait un ensemble très impressionnant ». Ainsi Jean Cras (1879-1932) raconte-t-il le 29 mars 1922 à son épouse Isaure une visite à Henri Duparc (1848-1933) dans sa maison de Mont-de-Marsan. Il s’agit d’un des seuls billets de Jean Cras reproduit dans cette nouvelle publication des Editions Symétrie, les lettres du compositeur de Polyphème à celui de Phidylé ayant disparu en 1935 dans l’incendie de la propriété des Duparc. De l’ample correspondance qu’échangèrent les deux hommes, il ne subsiste donc qu’un seul des deux pans, composé d’une petite centaine de missives qu’écrivit Henri Duparc de 1901 à 1924 et que Stéphane Topakian1 a rassemblées et annotées. Travail remarquable dont une note à la fin de l’introduction rappelle l’intérêt : cette lecture nouvelle des lettres manuscrites d’Henri Duparc a permis de corriger les erreurs de transcription qui, jusqu’à présent, étaient reprises dans bon nombre de publications. Voilà donc un ouvrage qui dès à présent fait référence. C’est là son premier mérite ; ce n’est pas le seul.

la suite sur le site forum opera, un article de C Rizoud
Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
felyrops

avatar

Nombre de messages : 1446
Age : 71
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: Jean Cras (1879-1932)   Mar 15 Fév - 14:12

Je signale à nos amis parisiens et des "faux bourgs" qu'en ce moment, et celà jusqu'au 3 mars, une collection inestimable d'autographes et documents de Jean Cras est exposée au magasin (entrée libre) de Mr Jean Raux, au 9 de la Rue de l'Odéon.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11326
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Jean Cras (1879-1932)   Dim 17 Juil - 18:59


C'est en beauté que j'ai entâmé mon "Cycle chauvin" avec les Mélodies pour voix et orchestre de Jean Cras. C'est une musique d'un raffinement et d'un impressionnisme très français,une orchestration transparente.

ELEGIES (1910) avec le ténor Philippe Do
TROIS MELODIES (1901-1905) avec le baryton Lionel Peintre.
L'OFFRANDE LYRIQUE (1920) avec la soprano Ingrid Perruche
FONTAINES (1923) avec le baryton Lionel Peintre
IMAGE (1921) avec la soprano Ingrid Perruche
TROIS NOËLS (1929) avec Ingrid Perruche,Philippe Do et Lionel Peintre.

I love you I love you I love you
Revenir en haut Aller en bas
Olivier

avatar

Nombre de messages : 799
Age : 50
Date d'inscription : 14/05/2011

MessageSujet: Re: Jean Cras (1879-1932)   Dim 17 Juil - 19:54

joachim a écrit:
Jean Cras est un officier de marine et compositeur français, né le 22 mai 1879 à Brest où il est mort.
Si Jean Cras devait prendre la place qui lui revient dans un dictionnaire, reconnaissance dont il a toujours été injustement écarté, il serait difficile au lexicographe de le cataloguer : officier de marine ou compositeur ? Sans doute serait-il fondé d'associer les deux car Jean Cras fut indissociablement l'un et l'autre à la fois.
J'ai lu avec beaucoup d'intérêt l'introduction du topic de Joachim consacré à ce compositeur que je ne connaissait pratiquement pas.
Sa double carrière me fait penser à Borodin célèbre chimiste et talentueux compositeur.

J'écoute en ce moment un quintette pour piano et cordes composé en 1922. C'est une très belle oeuvre sereine qui me donne envie de poursuivre la découverte de ce compositeur notamment avec le quatuor qui complète ce CD. Je retrouve un peu le style de Fauré dans son second quintette pour piano.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11326
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Jean Cras (1879-1932)   Lun 16 Juin - 23:00

Icare a écrit:
C'est en beauté que j'ai entâmé mon "Cycle chauvin" avec les Mélodies pour voix et orchestre de Jean Cras. C'est une musique d'un raffinement et d'un impressionnisme très français,une orchestration transparente.

ELEGIES (1910) avec le ténor Philippe Do
TROIS MELODIES (1901-1905) avec le baryton Lionel Peintre.
L'OFFRANDE LYRIQUE (1920) avec la soprano Ingrid Perruche
FONTAINES (1923) avec le baryton Lionel Peintre
IMAGE (1921) avec la soprano Ingrid Perruche
TROIS NOËLS (1929) avec Ingrid Perruche,Philippe Do et Lionel Peintre.

Il m'a semblé impératif d'intégrer dans mon cycle "Cocorico!" les Mélodies pour orchestre de Jean Cras. la meilleure raison est que je ne les ai pas encore suffisamment écoutées. J'avais besoin de m'en imprégner davantage, d'avoir, comme toujours, une connaissance plus profonde de cette musique. Les Elégies de 1910 sont merveilleuses, peut-être ce que je préfère sur ce disque. Ce n'est pas tant les chants avec la voix de ténor qui me touchent mais aussi l'accompagnement orchestral particulièrement soyeux et raffiné, en fait, ce sont les deux à la fois puisque la symbiose entre voix et orchestre me semble parfaite. Les Trois Mélodies pour baryton et orchestre me plaisent également beaucoup pour des raisons similaires. J'aime ce son très français qui transpire de la fibre orchestrale. C'est tellement délicat, poétique, rêveur, suspendu. J'ai tout aimé et voilà un disque qui m'encourage à découvrir d'autres oeuvres de Jean Cras!      I love you 


Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11326
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Jean Cras (1879-1932)   Jeu 16 Juil - 10:29

Icare a écrit:

 C'est en beauté que j'ai entâmé mon "Cycle chauvin" avec les Mélodies pour voix et orchestre de Jean Cras. C'est une musique d'un raffinement et d'un impressionnisme très français,une orchestration transparente.

ELEGIES (1910) avec le ténor Philippe Do
TROIS MELODIES (1901-1905) avec le baryton Lionel Peintre.
L'OFFRANDE LYRIQUE (1920) avec la soprano Ingrid Perruche
FONTAINES (1923) avec le baryton Lionel Peintre
IMAGE (1921) avec la soprano Ingrid Perruche
TROIS NOËLS (1929) avec Ingrid Perruche,Philippe Do et Lionel Peintre.

Je viens de réécouter ces oeuvres avec le même plaisir que la dernière fois, un an et un mois jour pour jour, autant pour la qualité des voix, la beauté des textes que pour le raffinement de l'orchestre, un son très français, qui, malgré sa douceur, une douceur presque aquatique, ses imperceptibles balancements, m'évoque la mer, l'océan, mais une mer très clémente et accueillante. En tout cas, c'est très beau et je me suis laissé tendrement bercer par ces mélodies. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16563
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Jean Cras (1879-1932)   Jeu 4 Aoû - 20:29

J'ai déjà dit ci dessus le bien que je pensais pour les oeuvres orchestrales de Jean Cras.

Je ne connais pas le quintette dont nous parlait Icare, ni celui d'Olivier.

Mais j'écoute en ce moment ce CD qui comporte sa sonate pour violoncelle et piano de 1901, son trio pour violon, violoncelle et piano (1907) et son largo pour violoncelle et piano de 1903 :



Je ne suis peut-être pas dans un bon jour, ou alors faut que je réécoute, mais je m'ennuie. Embarassed On a du mal à saisir des thèmes et leur développement, j'ai l'impression que c'est à peu près la même chose d'un bout à l'autre... Quand on voit ce que Fauré à composé vers la même époque en trio et sonate pour violoncelle, y'a pas photo comme on dit !
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11326
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Jean Cras (1879-1932)   Jeu 4 Aoû - 22:52

Je ne connais pas le contenu de ce disque mais ce que je vise prioritairement, de toute façon, est son oeuvre orchestrale et concertante. Pour ce qui est du Quintette de 1928 que je vante plus haut, je l'ai posté en entier sur le fil "L'instant Magique". Wink C'est une oeuvre à laquelle je tiens énormément, un de mes principaux et surtout premiers coups de coeur dans le domaine de la musique française.
Revenir en haut Aller en bas
Jean

avatar

Nombre de messages : 6579
Age : 74
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: Jean Cras (1879-1932)   Jeu 4 Aoû - 23:42

J'avais trouvé aussi ce quintette très inspiré, très intense en émotion!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jean Cras (1879-1932)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jean Cras (1879-1932)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: