Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment :
Support Téléphone Voiture à Fente ...
Voir le deal
12.99 €

 

 Natalie Dessay

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 21506
Age : 45
Date d'inscription : 10/08/2006

Natalie Dessay Empty
MessageSujet: Natalie Dessay   Natalie Dessay EmptySam 28 Oct 2006 - 21:40

Natalie Dessay est une cantatrice française, née à Lyon en 19 avril 1965.
Son nom s'écrit en réalité Nathalie Dessaix, mais elle a enlevé le « h » de son prénom en hommage à Natalie Wood, lorsqu’elle était en classe de sixième.

Comédienne tout d’abord, elle joue un lutin qui fredonne l'air de Pamina dans L'amour peintre de Molière. En l’entendant, on lui conseille de prendre des cours de chant. Elle étudie alors au Conservatoire de Bordeaux. Elle devient choriste au Capitole de Toulouse et remporte plusieurs prix, notamment à Alès. Elle chante divers rôles : Elisa (Boulogne), Barberine (Marseille), Blonde, Zerbinetta, Zaïde (à Lyon), la soubrette Adele (à Genève)...

En avril et mai 1992 à l'Opéra Bastille, elle chante le rôle court mais brillant d’Olympia dans Les contes d’Hoffmann, aux côtés de José van Dam. La production de Roman Polanski déçoit mais la jeune chanteuse remporte un véritable triomphe. C’est la révélation. Quelques polémiques suivent où certains insinuent que sa voix est amplifiée par des micros. Elle ne chantera plus à l’Opéra de Paris avant de nombreuses années, même si une année, elle est officiellement annoncée dans une reprise des Contes d’Hoffmann. Ce n'est que 10 ans plus tard qu'elle y triomphera à nouveau dans ce rôle.

Elle intègre la troupe de l’Opéra d’Etat de Vienne (Autriche), où elle chante Blonde de L'Enlèvement au sérail de Wolfgang Amadeus Mozart. Puis elle remplace Cheryl Studer qui devait chanter les trois rôles féminins des Contes d’Hoffmann (mais s'était fait huée quelques mois auparavant dans un rôle verdien). En décembre 1993, Olympia lui ouvre le cœur du public viennois. Plácido Domingo fait part aux journalistes de son émerveillement face aux performances vocales sans effort de la française. En chantant Sophie von Faninal dans la même production où Barbara Bonney est dirigée par Carlos Kleiber, elle rêve de travailler avec "le plus grand chef d’orchestre du monde", ce qui ne se fera malheureusement jamais, le chef étant décédé en 2004.

Blonde de L'Enlèvement au sérail de Wolfgang Amadeus Mozart et Zerbinetta d’Ariane à Naxos de Richard Strauss deviennent ses rôles fétiches, surtout le dernier, qui est probablement son préféré. L’Opéra de Vienne monte spécialement pour elle La Femme Silencieuse de Richard Strauss et prévoit la version inachevée de Lulu d'Alban Berg qu’elle refusera finalement car le rôle l’attire mais lui demanderait trop de travail. Elle n’arrive pas à concevoir sa propre Lulu et a une mauvaise mémoire, ayant commencé à étudier le chant (et le solfège) relativement tard. La plupart de ses rôles sont courts ou avec des mélodies plus faciles à apprendre, sauf Aminta (La Femme silencieuse) qui a nécessité un an de travail.

Au festival d'Aix-en-Provence, elle chante enfin la Reine de la Nuit dans La Flûte enchantée. Robert Carsen en fait une gentille, qui fait seulement semblant d’être méchante. C’est presque la sœur de Pamina. Natalie Dessay déclare qu’elle n’acceptera de chanter le rôle que dans cette production-là, parce qu’elle ne veut pas chanter des rôles de méchante. Cela entame une longue série de "dernières" Reines de la Nuit.
Elle fait ses débuts au Metropolitan Opera de New York, dans le rôle anecdotique de la Fiakermilli dans Arabella de R. Strauss. Elle ne veut plus jamais chanter ce genre de rôle, prétexte à roulades. Idem pour la Chanteuse Italienne de Capriccio.

A l’Opéra-Comique, elle interprète sa première Lakmé, qu’elle ne rechantera qu’à Saint-Etienne peu de temps après. Elle ose vocaliser au-delà du contre-fa au milieu de l’air des clochettes (pas au disque). On ne peut s’empêcher de penser à Mado Robin et à Mady Mesplé, les deux grandes sopranos coloratures françaises d’après-guerre. Natalie Dessay se refuse cependant à aborder des rôles un tout petit peu dramatiques (c’est à dire qui demande de la puissance dans le grave ou le médium). Pas question donc de suivre les traces de Mado Robin dans Rigoletto ou La Traviata. Elle refuse également de chanter l’opérette, qu’elle déteste. Après les représentation d’Orphée aux enfers, elle dira qu’on l’avait mal comprise, et que c’était l’opérette à la Mady Mesplé dont elle parlait.
Elle chante Ophélie (Hamlet d'Ambroise Thomas) au Grand Théâtre de Genève aux côtés de Simon Keenlyside. Durant la représentation enregistrée par la radio, elle n’atteint que de justesse la note la plus aiguë du rôle mais se rattrape en rajoutant un contre-fa non écrit sur la partition. La production de Moshe / Leiser a longtemps été son plus beau souvenir scénique. Barcelone a mis cette production à son programme de 2003-2004. Natalie aime le côté shakespearien d’ Ophélie mais refuse de chanter le rôle en anglais à l’English National Opera, où toutes les œuvres sont données dans la langue locale. Elle accepte en revanche de chanter Titania en français à l’Opéra de Lyon. Elle y chante également une reprise de La Flûte enchantée, ainsi qu’Orphée aux enfers d’Offenbach. Elle revient à Paris en 1997, mais au Théâtre du Châtelet, pour Le Rossignol de Stravinsky, dans une production du jeune Stanislas Nordey. Christine Schäfer occupe seule l’autre partie de la soirée dans Pierrot Lunaire d'Arnold Schönberg. Stanislas Nordey connaît le succès grâce à cette production.

Elle est pressentie pour chanter Gepopo dans le Grand Macabre de György Ligeti au festival de Salzbourg 1997. Elle chante à nouveau au Metropolitan Opera. Zerbinetta lui vaut des éloges dans toute la presse musicale. Olympia lui assure également un triomphe. Après avoir chanté le rôle un peu partout, à Lyon, à Milan, elle ajoute de plus en plus de notes non écrites sur la partition.

Elle revient enfin à l’Opéra de Paris, pour la Reine de la Nuit qu’elle décide de chanter pour la dernière fois. Elle n’accepte que pour être un peu plus à Paris qui lui manque. Son mari, la basse Laurent Naouri, chante souvent à Paris.

Elle chante aussi Morgana (Alcina de Haendel), puis dans Les Indes galantes de Rameau au Palais Garnier. Le répertoire baroque convient bien à sa voix légère et à la liberté de pouvoir rajouter des notes aiguës.
Elle aborde également le bel canto romantique avec Amina (La Somnambule de Bellini) à Lausanne et à Bordeaux, et plus tard à Vienne et Milan. Dans Opera International, Sergio Segalini s’insurge contre le fait de distribuer le rôle à un soprano léger.

De mi-janvier 2000 à début février, elle programme 5 ou 6 concerts à Paris, dont 3 concerts en l’espace de moins de 4 jours avec l’Orchestre de Paris. Les musiciens considèrent que c’est de la folie, mais elle tient à le faire. Quelques minutes avant le second concert, le médecin diagnostique une chute de tension importante. Tous les concerts sont annulés à la salle Pleyel. Au Châtelet, elle se fait remplacer par Françoise Pollet et Marie Devellereau, et à l’Opéra-Comique par une chanteuse qui annulera également, Lynne Dawson.

Natalie Dessay est revenue à l’Opéra Bastille du 20 mars 2000 au 6 avril pour 5 représentations des Contes d’Hoffmann, et au Capitole de Toulouse dans Hamlet en avril 2001, puis du 19 au 28 juin au Châtelet. A Vienne, elle a chanté une autre "dernière" Reine de la Nuit en juin 2000 mais annulera Susanne (Les Noces de Figaro) l'été 2001 avec Riccardo Muti. A Orange, elle a chanté dans les Contes d’Hoffmann "pour la dernière fois" l'été 2000.

Elle chante en récital à Gênes le 16 septembre 2001, puis a chanté à Genève sa première Konstanze (L’enlèvement au Sérail) du 20 octobre au 5 novembre, avant de reprendre le rôle à New York, fin 2002 ou début 2003.

En janvier 2001, elle a chanté La Sonnambula de Bellini à Milan. Le succès a été au rendez-vous mais la chanteuse est ressortie démoralisée de ce spectacle qu'elle juge totalement sans intérêt d'un point de vue théâtral. Elle annulera les représentations de l'œuvre prévues au Met.
La saison parisienne de Natalie Dessay comprenait en 2000-2001 la production viennoise de Die schweigsame Frau de Strauss au TMP, ainsi qu'un récital le 14 mars 2001 (annulé), et sa "dernière Reine de la Nuit" (marque déposée) en décembre 2000 au Palais Garnier.

En arrêt pendant trois mois, elle a annulé ses engagements du printemps 2001, soit Zerbinetta, Olympia, Susanna, et quelques concerts. Elle est revenue pour sa sixième "dernière Reine de la Nuit" (marque déposée), à Aix, où elle avait chanté sa première dernière Reine de la Nuit (marque déposée).

En janvier 2002, elle aborde la version française de Lucia di Lammermoor ("Lucie de Lammermoor") de Donizetti, aux côtés de Roberto Alagna et de Ludovic Tézier, version authentique du compositeur (et non simple traduction !) destinée à l'origine à présenter l'œuvre, après remaniements, au public français du 19e siècle pour lequel la coutume n'était pas encore à l'exécution dans la langue originale de composition. Malheureusement, elle craint que son état vocal ne lui permette pas d'assurer toutes les représentations. L'Opéra National de Lyon fait alors appel à Patrizia Ciofi pour la moitié des représentations et celle-ci en chantera finalement davantage. Natalie n'aura chanté qu'à la première, qui n'a pas été officiellement enregistrée, et lors d'une autre représentation où Roberto Alagna était souffrant. C'est pour cela que c'est une soirée avec Patrizia Ciofi qui a été diffusée par Arte et publiée en DVD.

Natalie s'est fait remplacer pour presque toutes les représentations de la Sonnambula à Vienne en 2001-2002. Après cela, elle est obligée de se retirer de la scène pendant longtemps. Après une opération chirurgicale visant à lui retirer un nodule des cordes vocales, elle se repose.
Natalie devait chanter les trois héroïnes des Contes d’Hoffmann avec Marc Minkowski en 2002-2003 à Lausanne (production de Laurent Pelly) mais s'est fait remplacer par Mireille Delunsch aux premières représentations mondiales de la toute nouvelle édition critique de l'œuvre réalisée par le musicologue, chef d'orchestre et autorité offenbachienne s'il en est, Jean-Christophe Keck, qui offre, outre un nouveau découpage dramaturgique (restitution du final du 4e acte dit "acte de Venise"), des airs débarassés des scories laissées par les éditions précédentes, grâce à la découverte miraculeuse (et rocambolesque), derrière l'escalier d'une maison du Centre de la France, d'une partition manuscrite d'Offenbach utilisée lors des premières représentations monégasques de l'ouvrage.
Lors de la 10ème cérémonie des Victoires de la Musique classique le 26 février 2003, elle fait un retour remarqué en interprétant un extrait de Manon de Jules Massenet, rôle qu'elle aborde sur scène en 2004.
Son véritable retour en public, fin mars 2003 au Metropolitan Opera de New York, la montre dans une grande forme. Sa Zerbinetta virtuose et charismatique éclipse presque l'Ariadne imposante de Deborah Voigt, pourtant la chanteuse préférée des spectateurs du Met. Le spectacle a été filmé.

En 2004-2005, elle doit chanter Zerbinetta à l'Opéra Bastille et participer à plusieurs concerts de musique baroque au Théâtre des Champs-Elysées. Malheureusement, elle est contrainte d'annuler sa participation à Ariadne auf Naxos et est remplacée pour toute la série par Lubov Petrova, comme au Met quelques années auparavant, pour des problèmes aux cordes vocales (un polype). En janvier 2005, elle déclare à la télévision française avoir commencé une rééducation et ne pas savoir précisément lorsqu'elle se produira à nouveau en public. Son retour en concert a finalement lieu à Montréal le 8 mai 2005.

Le retour "à la voix" de Natalie Dessay s'accompagne d'une réorientation lyrique. Natalie Dessay veut exprimer des choses fortes sur scène en banissant les incarnations qu'elle considère sans consistance (Gilda de Rigoletto par exemple) ou les rôles dont elle ne veut plus (la Reine de la Nuit, la poupée Olympia notamment). Elle prend aussi des positions très tranchées concernant son métier et fustige dans la presse les metteurs en scène qui ne lui donnent aucune matière à pétrir allant même, sans les citer, à condamner l'attitude de certaines consoeurs et de certains confrères qui ne donneraient pas leur maximum sur scène. Elle affirme qu'il ne lui reste environ qu'une dizaine d'années à chanter et qu'elle doit faire des choix draconiens.
Elle aborde un projet en images de synthèse avec incrustation des interprètes basé sur son enregistrement du Rossignol de Stravinski, qui paraît en DVD. Puis elle abandonne certains rôles et en chante de nouveaux : Manon de Jules Massenet au Grand Théâtre de Genève, Juliette dans Roméo et Juliette de Gounod au Metropolitan Opera de New York, Lucia dans Lucia di Lammermoor de Donizetti, et incarne lors d'un récital toulousain puis parisien (aux côtés de Rolando Villazon) sa première Violetta de La Traviata de Verdi. Le triomphe est absolu. Elle finit même son récital, non sans humour vu ce qu'elle pense du rôle, par chanter un bref passage de Rigoletto (Addio... Addio) en propulsant sa note finale à l'octave pour le plus grand frisson et bonheur du public.
Ses nouveaux enregistrements, rares mais ô combien éclectiques, la voient s'aventurer sur les terres haendeliennes (delirio), vocaliser sur le dernier album de Claude Nougaro (La note bleue), réciter un conte pour enfants (la boîte à Joujoux de Debussy), interpréter en création mondiale un Ave Maria de Philippe Rombi sur la bande originale du film Joyeux Noël et chanter la Messe en ut de Mozart.

Ses projets pour 2006/2007 comprennent Lucia di Lammermoor à Paris, sa prise de rôle dans La Fille du Régiment de Donizetti à Vienne et un récital parisien avec le ténor Paul Groves. Mais tous attendent désormais sa première intégrale scénique de La Traviata prévue à Santa Fe en 2009.

Elle vit à la Varenne-Saint-Hilaire (Val-de-Marne) avec Laurent Naouri, lui même chanteur lyrique effectuant une carrière internationale, et leurs deux enfants, Neima et Tom Solal.
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
calbo

calbo

Nombre de messages : 1027
Age : 49
Date d'inscription : 01/10/2006

Natalie Dessay Empty
MessageSujet: Re: Natalie Dessay   Natalie Dessay EmptySam 28 Oct 2006 - 23:04

Elle a été une artiste exceptionnelle, mais ses deux opérations et la longue période de repos qui s'en est suivi en ont fait une technitienne. Nathalie Dessay a certes retrouvé sa voix mais, en cours de route elle a perdu ses dons de comédienne. Dans la récente série de "Lucia di Lamermoor" à l'ONP, je l'ai trouvé froide et sans émotion.
Revenir en haut Aller en bas
http://artistes-italiens.forumsactifs.com/index.htm
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 21506
Age : 45
Date d'inscription : 10/08/2006

Natalie Dessay Empty
MessageSujet: Re: Natalie Dessay   Natalie Dessay EmptySam 13 Jan 2007 - 17:49

Après deux longues périodes de doute, la soprano française retrouve un nouveau souffle. La voix qui a mûri, mais le génie théâtral est intact. Preuve par un Donizetti époustouflant et un DVD passionnant.

Covent Garden fut un des derniers temples de l'opéra à résister au charme de Natalie Dessay. La soprano française aurait dû y chanter Zerbinetta pour les débuts d'Antonio Pappano en 2002, mais des nodules aux cordes vocales l'avaient tenue éloignée des scènes.

Opérée, Dessay allait signer un premier retour à la scène en 2003, avant qu'une seconde alerte ne la contraigne à nouveau à ménager sa voix. On finissait par craindre une fin de carrière prématurée mais, depuis quelques mois, elle a repris le rythme : Juliette de Gounod au Met, Pamina à Santa Fe, Lucia à Paris et, aujourd'hui, sa première Marie dans "La fille du régiment" à Londres, dans ce Royal Opera House qui n'avait plus connu de titulaire du rôle depuis... Joan Sutherland. Pas le même genre de calibre, assurément, et on ne parle pas seulement de la voix.

A ses côtés, un Tonio de premier plan, succédant lui à Pavarotti : le ténor péruvien Juan Diego Florez, capable d'enfiler avec une stupéfiante aisance les neuf contre-uts du premier acte mais aussi de camper un personnage de chair et d'os

Le spectacle, qui ira ensuite à l'Opéra de Vienne puis au Met de New York, est signé Laurent Pelly, un des metteurs en scène fétiche de Dessay. On y retrouve non sans redites le comique visuel qui faisait la substance de ses spectacles précédents, notamment les Offenbach avec Marc Minkowski, mais le public londonien apprécie ces gags visuels bon enfant (faciles ?) ou les anachronismes de dialogues largement réécrits, et Dessay semble ravie de pouvoir crier le mot de Cambronne entre deux pirouettes scéniques - elle est capable de chanter dans toutes les positions, même tenue couchée à bout de bras par tout son régiment - et surtout vocales. "Je suis ravie : je n'aurais jamais pu chanter Marie il y a quinze ans. C'est long, c'est difficile, il y a à la fois le comique, le burlesque, l'élégiaque, le tendre, il faut construire le personnage. Marie passe de l'état de garçon mal dégrossi à celui de jeune femme prête à se marier, du débardeur et du pantalon militaire à la petite robe à la Comtesse de Ségur. Ma voix aurait de toute façon évolué avec le travail et l'âge, et je ne saurai jamais dans quelle mesure les opérations ont contribué à ce changement". C'est que Dessay l'a toujours dit : elle n'est pas seulement une voix, mais une actrice qui chante : "Je veux une direction d'acteur millimétrée, presque chorégraphiée, un rythme, une précision dans le jeu. On ne peut pas laisser les chanteurs livrés à eux-mêmes sur un plateau . On a des airs qui sont des tunnels, où il ne se passe rien, alors il faut construire un chemin, une situation qui se développe et qui prenne la salle pas seulement par la beauté de la voix mais aussi par l'urgence de la situation". Et de mettre ses actes en rapport avec ses principes : elle vient de décliner la proposition de chanter Marie à la Scala... dans la reprise d'une production de 1952 : "Je refuse de cautionner ce genre de spectacle. Je ne veux pas ne pas arriver trois jours avant la première, et jouer dans des productions qui ne veulent plus rien dire, pour autant qu'elles aient voulu dire quelque chose un jour ! Cela n'a aucun sens de présenter en 2006 des trucs de patronage dépourvus de toute direction d'acteurs. Si c'est pour faire du concert en costumes, autant faire du concert directement, ne soyons pas hypocrite".

Deux coffrets

Parallèlement à cette prise de rôle scénique, Virgin sort deux coffrets intitulés "Le miracle d'une voix", qui documentent les quinze premières années de sa carrière : un double CD de compilation de disques précédents, mais aussi et surtout un DVD d'extraits de captations de ses prestations scéniques. "Le titre, ce n'est pas moi qui l'ai choisi ! Moi, j'aurais mis "La miraculée" ou "Mes quinze ans" ! Non, c'est pour rire. L'idée vient du département marketing, mais je ne suis même pas sûre qu'ils aient pensé à la connotation médicale que ce titre revêt... Ce DVD est une sorte de bilan à mi-parcours, comme un album photo sonore et visuel : c'est le souvenir d'un instant qui a duré quinze ans, mais c'est aussi un adieu car, Ophélie de "Hamlet" mise à part, je ne chante plus aucun de ces rôles. Au début, je voyais le disque comme un mal nécessaire : je trouvais que ce n'était pas mon métier, que mon vrai métier c'était d'être sur scène et de jouer des personnages. Aujourd'hui, j'ai changé d'avis : je m'amuse beaucoup au disque : dès lors qu'on a le droit de recommencer, on peut se permettre d'être beaucoup plus exigeant qu'en scène. Cela dit, je suis ravie de ce DVD, qui me rend un peu justice : je n'ai jamais fait ce métier pour le plaisir de me gargariser de ma propre voix".

"Au début d'ailleurs, je n'aimais pas ma voix : je savais qu'elle était exceptionnelle en longueur et que c'était un avantage, mais je la trouvais pas belle et pas intéressante en soi. C'est pour cela que j'ai passé ma vie pendant dix ans à développer tout le reste : je travaillais bien sûr ma voix, mais je pensais qu'elle ne suffirait jamais dans ce monde concurrentiel des sopranos. Il fallait que je sois extraordinaire en scène pour qu'on ne puisse pas se passer de moi. Et c'est quand j'ai eu tous ces problèmes que j'ai compris que j'avais une voix exceptionnelle et qu'il fallait l'aimer. Peut-être a-t-elle senti que je ne l'aimais pas, mais c'était inévitable : elle était tellement éloignée de ce que je suis, et des personnages que j'avais envie de chanter".

Lucide, Dessay l'est jusqu'au bout, envisageant déjà la fin de sa carrière : "Je me donne encore une petite dizaine d'années. Je vais avoir 42 ans, je ne me vois pas faire Juliette, Manon, Marie ou Violetta à plus de cinquante ans".
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 19894
Age : 74
Date d'inscription : 19/08/2006

Natalie Dessay Empty
MessageSujet: Re: Natalie Dessay   Natalie Dessay EmptySam 13 Jan 2007 - 19:54

J'ignorais tout de sa biographie. Cette femme a un courage exceptionnel.

Dis moi, que veut dire "marque déposée" lorsque tu parles de l'air de la Reine de la Nuit, dans ton premier post ? Wink
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 21506
Age : 45
Date d'inscription : 10/08/2006

Natalie Dessay Empty
MessageSujet: Re: Natalie Dessay   Natalie Dessay EmptySam 13 Jan 2007 - 20:14

Une marque déposée est soumise au droit d'auteur.

En France, sa mise à disposition est autorisée dans la limite des droits que l'article L-713-3 du Code de la propriété intellectuelle accorde à son titulaire.

Natalie Dessay à donc tout simplement protégée sa version de "la Reine de la nuit". Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 19894
Age : 74
Date d'inscription : 19/08/2006

Natalie Dessay Empty
MessageSujet: Re: Natalie Dessay   Natalie Dessay EmptySam 13 Jan 2007 - 20:34

Snoopy a écrit:
Une marque déposée est soumise au droit d'auteur.

En France, sa mise à disposition est autorisée dans la limite des droits que l'article L-713-3 du Code de la propriété intellectuelle accorde à son titulaire.

Natalie Dessay à donc tout simplement protégée sa version de "la Reine de la nuit". Wink

Ah bon, j'ignorais qu'il existait des marques déposées dans le classique, à part les contemporains ou les anciens comme Ravel qui ne sont pas dans le domaine public (loi des 70 ans après le décès).

Même la façon d'interpréter une oeuvre est déposée? Bizarre.
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 21506
Age : 45
Date d'inscription : 10/08/2006

Natalie Dessay Empty
MessageSujet: Re: Natalie Dessay   Natalie Dessay EmptySam 13 Jan 2007 - 20:39

joachim a écrit:


Même la façon d'interpréter une oeuvre est déposée? Bizarre.

Bien sûr, c'est tout à fait possible. Une interprétation, une tenue vestimentaire, une gestuelle, une chorégraphie, etc... ou tout ce que tu veux du moment que c'est assez précis et identifiable. C'est "ta marque de fabrique", ton style en quelque sorte qui fait ton originalité ( et en théorie ton succès ) donc du coup, tu cherches à la protéger.

Par exemple, en peinture, le nom "Picasso" est protégé. Celui qui veut s'en servir doit donc payer ou racheter ce droit.
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 19894
Age : 74
Date d'inscription : 19/08/2006

Natalie Dessay Empty
MessageSujet: Re: Natalie Dessay   Natalie Dessay EmptySam 13 Jan 2007 - 20:44

Alors, quand tu interprètes un nocturne de Chopin sur ton piano - et je ne doute pas que ce soit bien - tu peux demander à ce qu'elle soit protégée pour qu'on n'imite pas ton interprétation ?
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 21506
Age : 45
Date d'inscription : 10/08/2006

Natalie Dessay Empty
MessageSujet: Re: Natalie Dessay   Natalie Dessay EmptySam 13 Jan 2007 - 20:47

Pour cela il faudrait pourvoir comparer. Cela veut donc dire posséder un enregistrement. Et dans ce cas, la protection est automatique car l'article Article L111-1 du code de la propriété intellectuelle stipule que " L'auteur d'une oeuvre de l'esprit jouit sur cette oeuvre, du seul fait de sa création, d'un droit de propriété incorporelle exclusif et opposable à tous." et l' Article L111-2 de confirmer "L'oeuvre est réputée créée, indépendamment de toute divulgation publique, du seul fait de la réalisation, même inachevée, de la conception de l'auteur".

Enfin, que Article L113-1 stipule que "La qualité d'auteur appartient, sauf preuve contraire, à celui ou à ceux sous le nom de qui l'oeuvre est divulguée".

Un autre article intéressant: L'Article L112-4

"Le titre d'une oeuvre de l'esprit, dès lors qu'il présente un caractère original, est protégé comme l'oeuvre elle-même.

Nul ne peut, même si l'oeuvre n'est plus protégée dans les termes des articles L. 123-1 à L. 123-3, utiliser ce titre pour individualiser une oeuvre du même genre, dans des conditions susceptibles de provoquer une confusion."

Etc...
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
zerlinette

zerlinette

Nombre de messages : 63
Age : 61
Date d'inscription : 27/03/2007

Natalie Dessay Empty
MessageSujet: Re: Natalie Dessay   Natalie Dessay EmptyMer 28 Mar 2007 - 0:15

Je l'adore dans Offenbach! La scène de la mouche dans "orphée aux enfers" est trop cool! Non, seulement elle réalise de véritables prouesses vocales, masi c'est également une vraie comédienne!!
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 21506
Age : 45
Date d'inscription : 10/08/2006

Natalie Dessay Empty
MessageSujet: Re: Natalie Dessay   Natalie Dessay EmptyMer 28 Mar 2007 - 8:24

Oui, mais elle n'a pas reçu de prix aux victoires de la musique cette année pour "Natalie Dessay, le miracle d'une voix" Natalie Dessay Icon_neu
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
benoît

benoît

Nombre de messages : 324
Age : 56
Date d'inscription : 14/02/2007

Natalie Dessay Empty
MessageSujet: Re: Natalie Dessay   Natalie Dessay EmptyMer 28 Mar 2007 - 14:54

J' ai vu N. Dessay en septembre dans Lucia di Lammermoor et globalement j' ai été séduit mais je n' ai pas de recul nécessaire pour une comparaison puisque je voyais cet opéra pour la 1ère fois.Au disque, J. Sutherland me plaît beaucoup.

N. Dessay a une technique incomparable et cela fait beaucoup d' effets, mais manque peut-être une once d' émotion, ou de fragilité pour toucher encore plus.

Je l' avais vue aussi dans Alcina de Händel aux côtés de R. Fleming à Garnier il y a quelques années;sa présence sur scène est étonnante.

Cette chanteuse a de la personnalité et tant mieux si , sur son nom,elle fait rayonner la Musique Classique.
Revenir en haut Aller en bas
calbo

calbo

Nombre de messages : 1027
Age : 49
Date d'inscription : 01/10/2006

Natalie Dessay Empty
MessageSujet: Re: Natalie Dessay   Natalie Dessay EmptyMer 28 Mar 2007 - 16:52

benoît a écrit:
J' ai vu N. Dessay en septembre dans Lucia di Lammermoor et globalement j' ai été séduit mais je n' ai pas de recul nécessaire pour une comparaison puisque je voyais cet opéra pour la 1ère fois.Au disque, J. Sutherland me plaît beaucoup.

N. Dessay a une technique incomparable et cela fait beaucoup d' effets, mais manque peut-être une once d' émotion, ou de fragilité pour toucher encore plus.

Je l' avais vue aussi dans Alcina de Händel aux côtés de R. Fleming à Garnier il y a quelques années;sa présence sur scène est étonnante.

Cette chanteuse a de la personnalité et tant mieux si , sur son nom,elle fait rayonner la Musique Classique.

Justement c'est ce que je lui reproche dans Lucia di Lamermoor. Trop de technique et aucune émotion, aucun sentiment, bref, rien qui m'ait permis de dire que Dessay est une incarnation idéale de Lucia. Par contre elle m'a beaucoup séduit dans "La sonnambula" qu'elle avait chanté en Novembre à Lyon sous la direction de Pido.
Revenir en haut Aller en bas
http://artistes-italiens.forumsactifs.com/index.htm
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 21506
Age : 45
Date d'inscription : 10/08/2006

Natalie Dessay Empty
MessageSujet: Re: Natalie Dessay   Natalie Dessay EmptyMer 28 Mar 2007 - 16:53

Comme quoi, d'un rôle à l'autre...
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Invité
Invité



Natalie Dessay Empty
MessageSujet: Re: Natalie Dessay   Natalie Dessay EmptySam 31 Mar 2007 - 11:14

Malgré les éloges dithyrambiques dont elle fut l'objet, je n'ai jamais pu être touchée par cette voix qui, à mon sens, manque de sobriété et de chaleur...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Natalie Dessay Empty
MessageSujet: Re: Natalie Dessay   Natalie Dessay EmptySam 31 Mar 2007 - 18:08

Je crois que je vais acheter le CD avec les Melodies Françaises, j'ai écouté un bref extrait de l'air connu de Lakmé Delibes, elle était superbe, d'ailleurs très oriental la sonorité !
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 21506
Age : 45
Date d'inscription : 10/08/2006

Natalie Dessay Empty
MessageSujet: Re: Natalie Dessay   Natalie Dessay EmptyMer 26 Nov 2008 - 21:35

La soprano Natalie Dessay, 43 ans, s'est vu attribuer par l'Académie Charles Cros un prix "in honorem" pour l'ensemble de sa carrière, selon le palmarès 2008 de l'institution, proclamé vendredi à la Cité de la musique à Paris.

Au total, 19 récompenses couronnant des CD et DVD de musique classique et contemporaine, de variétés, de jazz, de parole enregistrée et pour enfants figurent cette année au palmarès de l'académie.

Le prix du président de la République est décerné au compositeur de musique électro-acoustique Bernard Parmegiani, 81 ans, pour un coffret de 12 CD regroupant sa production de 1964 à nos jours (INA-GRM).

Des prix "in honorem" vont à Natalie Dessay après la publication de "La Fille du régiment" de Donizetti (DVD Virgin/EMI) et à Steve Waring à l'occasion du CD "Retour du matou" (Victorie Music/Universal).

Deux prix similaires sont accordés à Allain Leprest ("Chez Leprest" et "Quand auront fondu les banquises", Tacet) ainsi qu'à Gerald Wilson, notamment pour son dernier disque, "In my time" (Mack Avenue).

Les grands prix internationaux du disque sont répartis selon 14 rubriques:

- Opéra: "De la maison des morts" de Janacek, direction musicale Pierre Boulez, mise en scène Patrice Chéreau (DVD Deutsche Grammophon/Universal)

- Soliste lyrique: Jonas Kaufmann ("Airs romantiques", 1 CD Decca/Universal)

- Baroque: "Il Sant'Alessio" de Landi, direction musicale William Christie, mise en scène Benjamin Lazar (2 DVD Virgin/EMI)

- Soliste instrumental: Bertrand Chamayou (Pièces pour piano de 0Mendelssohn, 1 CD Naïve)

- Musique de chambre: Quatuor Modigliani (Quatuors à cordes de Haydn, 1 CD Mirare)

- Chef d'orchestre: Pierre-André Valade pour trois CD Hugues Dufourt (Timpani), Giovanni Verrando (Stradivarius) et Mauro Lanza (Opus Arte)

- Musique contemporaine: 1 CD Kairos consacré à Luca Francesconi, par l'Ensemble intercontemporain et l'Ircam

- Jazz: Daniel Humair, Joachim Kühn, Tony Malaby pour "Full Contact" (CD Bee Jazz)

- Blues: Eli "Paperboy" Reed pour "Roll with me" (Q Division)

- Chanson: Christophe avec "Aimer ce que nous sommes" (AZ/Universal) et Alex Beaupain avec "33 tours" (Naïve)

- Francophonie: la Québécoise Louise Forestier pour "Ephémères" (Productions Lumières)

- Musiques du monde: A Filetta (Corse) pour son CD "Bracana" (A Filetta) et le Malien Toumani Diabaté pour son CD "The Mandé Variations" (World Circuit)

- Disques pour enfants: le conte musical de Pierre Créac'h "Le silence de l'opéra" dit par Jean Rochefort (1 livre et 1 CD Sarbacane)

- Parole enregistrée: François Cheng pour son CD "Cinq méditations sur la beauté" (MP3 Audiolib) et Michel Butor pour sa "Petite histoire de la littérature française" sur DVD, 6 CD et un livre (Carnets Nord).
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Invité
Invité



Natalie Dessay Empty
MessageSujet: Re: Natalie Dessay   Natalie Dessay EmptyJeu 24 Oct 2013 - 10:39

Natalie Dessay est difficile á cerner : je l´aimais beaucoup dans les premieres années de sa carriere, je l´ai découvert en 1998 il me semble et elle a été
l´une des artistes qui m´a fait me rapprocher du lyrique mais á présent, je ne sais pas pourquoi, j´y suis nettement moins attachée : peut-être parce qu´elle a été trop médiatisée depuis ces dernieres années, peut-être parce qu´elle a amorcé un virage vocal qui ne correspond pas tout á fait á sa voix de départ ? Dessay excellait en soprano aigu léger colorature mais il me semble qu´aborder des rôles tels que Lucia di Lammermoor qui exige un soprano plus central de tessiture et dramatique de couleur n´a pas été ce qu´elle a fait de mieux dans sa carriere . On peut aisément comprendre qu´elle ait eu une sorte de ras le bol de chanter la Reine de la Nuit, Olympia et Lakmé mais un artiste, s´il ne peut ou ne veut plus chanter ce qui correspond á sa voix, devrait arrêter et passer á autre chose plutôt que de s´égarer ( même si c´est brillament) dans une tessiture qui ne lui correspond pas naturellement .
Revenir en haut Aller en bas
calbo

calbo

Nombre de messages : 1027
Age : 49
Date d'inscription : 01/10/2006

Natalie Dessay Empty
MessageSujet: Re: Natalie Dessay   Natalie Dessay EmptyJeu 24 Oct 2013 - 13:17

Est il nécessaire pourquoi elle "s'est égaré"? Deux lourdes opérations aux cordes vocales (nodules et polypes mal placés) au début des années 2000 ont suffit à la "convaincre" qu'elle devait changer de répertoire. Je suis assez d'accord avec vous ce n'est pas la meilleure idée qu'elle ait eu mais c'est ainsi.

À propos de Dessay, savez vous que son dernier CD, enregistré avec Michel Legrand, vient de sortir?
Revenir en haut Aller en bas
http://artistes-italiens.forumsactifs.com/index.htm
Invité
Invité



Natalie Dessay Empty
MessageSujet: Re: Natalie Dessay   Natalie Dessay EmptyJeu 24 Oct 2013 - 19:37

C´est justement parce qu´elle a subit ces opérations dont vous parlez qu´elle aurait dû arrêter . Non, je n´ai pas écouté le disque que vous me citez, seulement des extraits mais d´ailleurs, depuis quelques années, je ne reconnaîs plus la Natalie Dessay que j´avais jadis découvert .
Revenir en haut Aller en bas
Jean

Jean

Nombre de messages : 7219
Age : 77
Date d'inscription : 14/05/2007

Natalie Dessay Empty
MessageSujet: Re: Natalie Dessay   Natalie Dessay EmptyJeu 24 Oct 2013 - 20:54

Lachez lui un peu les baskets ...à mieux savoir qu'elle ce qu'elle DOIT faire , en dépit de ce qu'elle aime faire Wink ...Elle est grande, adulte, intelligente ...et vous en apprendrait surement dans le domaine du chant Natalie Dessay 231625 

Elle toujours dit que dès le début , elle appréciait que très modérément les rôles de soprano colorature et attendait avec impatiente de pouvoir chanter des rôles plus ...lourd; indépendemment de ses problèmes de cordes vocales, comme la plupart des chanteurs sa voix à changé...Vous connaissez beaucoup de sopranos coloratures qui en sont restées à La Reine de la Nuit jusqu'à 50 ans??

Elle arrête l'opéra...et alors?
Revenir en haut Aller en bas
calbo

calbo

Nombre de messages : 1027
Age : 49
Date d'inscription : 01/10/2006

Natalie Dessay Empty
MessageSujet: Re: Natalie Dessay   Natalie Dessay EmptyJeu 24 Oct 2013 - 21:01

Ai je critiqué sa décision ? NON que je sache. Natalie a fait un choix que je respecte tout en regrettant les choix de carrière qu'elle a fait après ses opérations. Il est juste dommage que d'autres ne tiennent pas le même discours
Revenir en haut Aller en bas
http://artistes-italiens.forumsactifs.com/index.htm
Jean

Jean

Nombre de messages : 7219
Age : 77
Date d'inscription : 14/05/2007

Natalie Dessay Empty
MessageSujet: Re: Natalie Dessay   Natalie Dessay EmptyJeu 24 Oct 2013 - 21:44

calbo a écrit:
Ai je critiqué sa décision ? NON que je sache. Natalie a fait un choix que je respecte tout en regrettant les choix de carrière qu'elle a fait après ses opérations. Il est juste dommage que d'autres ne tiennent pas le même discours
je parlais surtout à ...Choraline. Wink 
Revenir en haut Aller en bas
calbo

calbo

Nombre de messages : 1027
Age : 49
Date d'inscription : 01/10/2006

Natalie Dessay Empty
MessageSujet: Re: Natalie Dessay   Natalie Dessay EmptyJeu 24 Oct 2013 - 21:57

Ah OK Wink . Il faut dire que le loustic m'a bien chauffé ce soir. Suspect 
Revenir en haut Aller en bas
http://artistes-italiens.forumsactifs.com/index.htm
Bel Canto
Admin
Bel Canto

Nombre de messages : 6282
Age : 64
Date d'inscription : 10/07/2007

Natalie Dessay Empty
MessageSujet: Re: Natalie Dessay   Natalie Dessay EmptyJeu 24 Oct 2013 - 23:26

Un peu de musique pour détendre l'athomosphère ???
C'est vrai qu'elle peut être agaçante par ses mimiques répétitives et que malheureusement sa voix a perdu énormément de couleurs et d'élasticité mais il nous reste des enregistrements pour profiter encore de ce qu'elle nous a offert.

J'adore cet opéra et cette version est merveilleuse pour moi ... même JD Florez "joue", c'est dire !



Une des plus belles mises en scène des Contes (Jérôme Savary - 2000 - Orange).
Cela lui va comme un gant !!!



Ils sont ici tous les deux tellement touchants ... et quelle diction !



L'opus dont vous parlez ... je n'aime pas beaucoup les compositions de Michel Legrand
mais cela lui va bien !


Il y a longtemps que je voulais voir cet opéra ... j'ai réservé pour décembre à la Monnaie
avec Stéphane Degout en Hamlet.
Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
Contenu sponsorisé




Natalie Dessay Empty
MessageSujet: Re: Natalie Dessay   Natalie Dessay Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Natalie Dessay
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les interprètes-
Sauter vers: