Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Philippe Gaubert (1879-1941)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin


Nombre de messages : 15860
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Philippe Gaubert (1879-1941)   Jeu 10 Déc - 18:32

Philippe Gaubert, né le 5 juillet 1879 à Cahors et mort le 8 juillet 1941 à Paris, était un chef d’orchestre, flûtiste et compositeur français. Il était Directeur de la Musique à l'Opéra de Paris.


Le père de Philippe Gaubert, cordonnier à Cahors, clarinettiste amateur dans des orchestres locaux, décide en 1888 de partir avec sa femme pour Paris et d'amener avec eux leurs enfants pour qu'ils puissent devenir des musiciens professionnels. Hélas, il meurt trois ans plus tard, en 1891. Philippe qui n'a alors que douze ans, doit gagner sa vie et celle de sa famille en jouant du violon dans un cinéma de quartier. Il s'exerce aussi à la flûte traversière. Le père de Paul Taffanel, le plus célèbre flûtiste de l'époque, qui l'entend, est immédiatement convaincu de ses dons. Il le prend aussitôt sous son aile pour l'initier aux subtilités et à la virtuosité. Paul Taffanel, charmé lui aussi, l'inscrit alors dans sa propre classe du Conservatoire. Ainsi, à quinze ans, en 1894, Philippe Gaubert obtient un premier prix. Mais il continue de travailler aussi le violon auprès de Jules Garcin et en joue, comme remplaçant, dans l'orchestre du théâtre national de l’Opéra. En 1895, Taffanel l'y fait nommer "première flûte solo". Philippe Gaubert poursuit néanmoins ses études d'harmonie puis de composition au Conservatoire. En 1903, il y obtient "premier prix de fugue et contrepoint" , et en 1905, un second "Grand prix de Rome".


En 1904 - il a 25 ans- il passe sur les conseils de Paul Taffanel, le concours ouvert pour le poste de second chef de l'orchestre de la Société des concerts du Conservatoire. Il interprète le Final de la "IXe symphonie" de Beethoven et remporte la place haut la main. Mobilisé en 1914, il revient de la Guerre en 1919 et succède à André Messager à la tête de la Société des Conservatoires. Il y reste, jusqu'en 1938. En 1919, il est nommé, parallèlement professeur de flûte au Conservatoire de Paris. Il le sera jusqu'en 1931. Mais il a abandonné lui même la pratique de la flûte en 1922, avant de publier, en 1923, la Grande méthode de flûte de Paul Taffanel. En 1931, il est chargé, au Conservatoire, de la classe de direction d'orchestre que la mort de Vincent d'Indy laisse vacante.


En 1920, nommé premier chef à l'Opéra, dirige Faust pour la première fois le 19 septembre. Il va franchir toutes le étapes : Chef de la Musique en décembre 1931, Directeur de la Musique le 1er juin 1939... Il y crée beaucoup: "Ariane et Barbe-Bleue" de Paul Dukas, "Oedipe" d'Enesco, "Daphnis et Chloé" de Maurice Ravel, "Oriane" de Schmitt, "Médée" de Darius Milhaud, " Turandot", "Elektra" de Richard Strauss. La 200ème représentation du Faust de Gounod, le 31 décembre 1934, fait événement: les plus célèbres chanteurs de l'époque ont rejoint le chœur pour interpréter avec lui "Gloire immortelle de nos aïeux".


Philippe Gaubert a également été un grand compositeur. À son actif figurent de nombreuses musiques pour un instrument ( la flûte notamment ) et piano ou orchestre; des morceaux orchestraux, tableaux ou du poèmes symphoniques: "Le Cortège d'Amphitrite"; "Inscriptions pour les portes de la Ville"; "Les chants de la Mer"... ; des pièces pour la scène: "Sonia", drame lyrique en trois actes; "Naïla", conte lyrique en trois actes; une musique de scène pour l"'Antigone" de Sophocle et quatre ballets: "Philotis", "Fresque", "Alexandre le Grand" et "Le Chevalier et la Demoiselle", ballet chorégraphié par Serge Lifar et représenté en 1941; quelque 90 mélodies pour la voix humaine...

Philippe Gaubert est mort brutalement à Paris en 1941.

Distinctions

Philippe Gaubert a été nommé Chevalier de la Légion d'Honneur en 1921, promu officier en 1928 et Officier de l'Instruction Publique en 1929. Son ami Jean Bouzerand, journaliste, a obtenu que la municipalité de Cahors lui dédie un square-jardin en ville, au bord du Lot, vers la fin des années 1930.


Œuvres

Ses compositions, qui au plan du style sont fort influencées par Gabriel Fauré, comprennent :


Opéras :

Sonia, livret de Batilliot (1913)
Naïla, 3 actes, livret de Lena (1927)


Ballets :

Philotis, danseuse de Corinthe (1914)
Alexandre le Grand (1937)
Le Chevalier et la Damoiselle (1941)


Musique vocale :

Soir païen, pour soprano, flûte et piano (1908)
Josiane, légende pour solistes, choeurs et orchestre (1921)
Mélodies pour voix et piano (dont les Chansons pour me consoler d'être heureux, La Cloche fêlée, Elégie, Au jardin de l'Infante)


Orchestre :

Rhapsodie sur des thèmes populaires (1909)
Madrigal pour flûte et orchestre (1910)
Poème pastoral (1911)
Le Cortège d'Amphitrite (1911)
Concerto-Lamento pour violoncelle et orchestre (1912)
Fantaisie pour violon et orchestre (1922)
Fresques, suite symphonique (1923)
Les Chants de la Mer, trois tableaux symphoniques (1929)
Concerto pour violon et orchestre (1930)
Au Pays basque (1930)
Les Chants de la Terre (1931)
Poème romanesque pour violoncelle et orchestre (1932)
Concert en fa (1933)
Inscriptions sur les portes de la ville, 4 tableaux symphoniques (1934)
Symphonie en fa (1934)
Poème des Champs et des Villages (1939)
Calme du soir
Le Clair Chemin
Voiles blanches et Crépuscules
Divertissement sur un choral
Fantaisie pour violon et orchestre


Musique de chambre :

Romance pour flûte et piano (1905)
Fantaisie pour flûte et piano (1912)
Esquisses pour flûte et piano (1914)
Médailles antiques, pour flûte, violon et piano (1916)
Divertissement grec pour 2 flûtes et harpe (1909)
Suite pour flûte et piano : invocation, berceuse orientale, barcarolle, scherzo-valse (1921)
Sur l'eau, pour flûte et piano (1910)
3 Sonates pour flûte et piano (1917, 1924, 1933)
Sonatine "quasi fantasia" pour flûte et piano (1937)
Nocturne et allegro scherzando pour flûte et piano
Intermède champêtre pour hautbois et piano
Tarentelle pour flûte, hautbois et piano (1903)
Trois Aquarelles, pour flûte, violoncelle et piano (1915)
Pièce romantique pour flûte, violoncelle et piano (1926)
Sonate pour violon et piano (1917)
Fantaisie pour clarinette et piano
Morceau symphonique pour trombone et piano
Quintette à vent
Impromptu pour harpe

Méthode complète de flûte (1923)
Transcriptions pour flûte diverses


Dernière édition par joachim le Dim 1 Nov - 19:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin


Nombre de messages : 15860
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Philippe Gaubert (1879-1941)   Ven 11 Déc - 20:29

J'ai écouté pour la 1ère fois du Gaubert, avec le CD Timpani où se trouvent sa symphonie en fa, la suite Les Chants de la Mer et le concert en fa, le tout dirigé par Marc Soustrot.

Voici un compositeur qui n'a rien à voir avec son époque ! c'est du romantisme teinté d'un peu d'impressionisme. J'ai bien aimé.

Je crois que Jean connaît ce CD ?
Revenir en haut Aller en bas
Jean



Nombre de messages : 6399
Age : 74
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: Philippe Gaubert (1879-1941)   Ven 11 Déc - 21:01

Hélas...je n'ai que failli l'acheter quand il est paru...mais ce n'est surement pas trop tard
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10475
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Philippe Gaubert (1879-1941)   Lun 18 Juil - 11:25

Et bien je viens d'écouter ce disque que vous citez ci-dessus et il est vrai que j'ai retenu de cette musique quelques moments de toute beauté. Je pense tout d'abord à l'Adagio de sa SYMPHONIE EN FA qui est très raffiné et émouvant puis surtout au troisième et dernier mouvement des CHANTS DE LA MER; "Là-bas,très loin,sur la mer" qui développe une mélodie que je trouve magnifique. Le CONCERTO EN FA contient aussi quelques bons moments,notamment un qui met en avant un violon solo. Sinon,plus globalement,la musique me freine sur certains angles - je la trouve par d'autres moments d'un symphonique trop bavard et exacerbé,un de celui que l'on entend dans de vieux films français. J'aurais aimé plus de retenue et parfois de dépouillement. Joachim évoque à juste titre un romantisme teinté d'un peu d'impressionnisme et je pense que j'aurais préféré un impressionnisme teinté d'un peu de romantisme. Wink

Ceci-dit,ce "symphonisme" un peu trop bavard et exacerbé,d'un charme désuet,ne me rebute pas au point de regretter mon achat, d'autant plus qu'il est ponctué de quelques délicieux moments. Je pense qu'un jour ou l'autre j'aurai plaisir à m'y replonger. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10475
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Philippe Gaubert (1879-1941)   Jeu 22 Aoû - 10:05

Icare a écrit:
Ceci-dit,ce "symphonisme" un peu trop bavard et exacerbé,d'un charme désuet,ne me rebute pas au point de regretter mon achat, d'autant plus qu'il est ponctué de quelques délicieux moments. Je pense qu'un jour ou l'autre j'aurai plaisir à m'y replonger. Very Happy 
Et bien je viens de le faire avec la Symphonie en Fa et j'en adore finalement les deux premiers mouvements, pas trop le troisième et plutôt bien le quatrième, même si je regrette un final un peu trop prévisible à mon goût. J'ai quand même passé un très bon moment musical.   

Par l'Orchestre Philharmonique du Luxembourg et Marc Soustrot. 2008.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10475
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Philippe Gaubert (1879-1941)   Ven 17 Juil - 11:52

Icare a écrit:
Icare a écrit:
Ceci-dit,ce "symphonisme" un peu trop bavard et exacerbé,d'un charme désuet,ne me rebute pas au point de regretter mon achat, d'autant plus qu'il est ponctué de quelques délicieux moments. Je pense qu'un jour ou l'autre j'aurai plaisir à m'y replonger. Very Happy 
Et bien je viens de le faire avec la Symphonie en Fa et j'en adore finalement les deux premiers mouvements, pas trop le troisième et plutôt bien le quatrième, même si je regrette un final un peu trop prévisible à mon goût. J'ai quand même passé un très bon moment musical.   

Par l'Orchestre Philharmonique du Luxembourg et Marc Soustrot. 2008.

Plus j'écoute cette Symphonie en fa et plus je l'apprécie, c'est plutôt bon signe! Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10475
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Philippe Gaubert (1879-1941)   Ven 17 Juil - 20:01

Finalement, ce cd qui contient la Symphonie en fa, Les Chants de la mer, Concert en fa sous la direction de Marc Soustrot est vraiment un bel album. Mon impression première d'une musique symphonique un peu bavarde et un peu trop chargée s'est dissipée. Au contraire, je suis vraiment bien entré dans l'univers romantique teinté d'impressionisme, surtout les deux premières, le Concert en fa un peu moins. C'est ce qui m'a le moins captivé. J'ai même remis dans mon lecteur la Symphonie en fa alors que je l'avais déjà réécoutée ce matin. C'est pour dire! Un besoin irrésistible d'y revenir, me replonger dans une symphonie qui m'a définitivement conquis.
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin


Nombre de messages : 15860
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Philippe Gaubert (1879-1941)   Dim 1 Nov - 19:21

Un autre CD de Philippe Gaubert, avec le poème symphonique "Au Pays Basque" (en deux parties : Au matin dans la montagne, et Fête populaire à St Jean de Luz), un autre poème symphonique : le Cortège d'Amphitrite, le concerto pour violon et le Poème romanesque pour violoncelle et orchestre.
J'ai beaucoup aimé les deux poèmes symphoniques, un peu moins les deux oeuvres concertantes que j'ai trouvées parfois ennuyeuses, surtout dans le concerto pour violon où l'on entend un peu trop le violon au détriment de l'orchestre. Le poème romanesque fait un peu penser au poème pour violon et orchestre de Chausson, mais en moins bien;

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Philippe Gaubert (1879-1941)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Philippe Gaubert (1879-1941)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: