Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Jacques Ibert (1890-1962)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16724
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Jacques Ibert (1890-1962)   Jeu 29 Oct - 21:01

Jacques Ibert est un compositeur français, né à Paris le 15 août 1890 et mort à Paris le 5 février 1962.

Jacques Ibert étudia au Conservatoire de Paris (de 1910 à 1914). Il servit pendant la guerre comme officier de Marine chez les fusiliers-marins. Il remporta le Prix de Rome en 1919.
Il fut directeur de l'Académie de France à Rome (villa Médicis) de 1937 à 1940 et de 1946 à 1960. Sans quitter ses fonctions à Rome, il fut appelé le 1er octobre 1955 à prendre la charge d'administrateur de la Réunion des théâtres lyriques nationaux. Toutefois, à cause de sa santé fragile, de la lourdeur de la tâche et des attaques dont il faisait l'objet, il se retire dès le 20 avril 1956. Il fut membre de l'Académie des beaux-arts à partir de 1956.
Il composa des opéras, des ballets, des musiques pour le théâtre, le cinéma et la radio, des œuvres vocales ou instrumentales légères et mélodieuses qui n'oubliaient pas des instruments souvent délaissés. Sa musique illustre brillamment les qualités reconnues à la musique française que sont la clarté et l'élégance.
Il est enterré au Cimetière de Passy.


Principales œuvres

Musique orchestrale

Escales, pour orchestre (1922)
Jeux, pour orchestre (1923)
Valse pour la ballet l'éventail de Jeanne (1927)
Bacchanale
Divertissement
Suite symphonique (1930)
Paris, pour orchestre (1930)
Donogoo, pour orchestre (1930)
Symphonie marine
Ouverture de fête
Concerto pour flûte (1934)
Suite Elizabethaine pour orchestre (1942)
Louisville Concert
Hommage à Mozart
Symphonie concertante pour hautbois et orchestre (1949)
Bostoniana
Tropismes pour des Amours Imaginaires, pour orchestre (1957)
Ballade de la geôle de Reading


Musique de chambre

Concerto pour violoncelle et instruments à vent (1925)
Trois pièces brèves pour flûte, hautbois, clarinette, cor et basson (1930)
Divertissement pour orchestre de chambre (1931)
Concertino da camera pour saxophone et onze instruments (1935–1936)
Pièce pour flûte seule (1936)
Aria pour clarinette et piano
Capriccio pour dix instruments (1938)
Quatuor à cordes (1942)
Trio pour violon, violoncelle et harpe (1944)
Impromptu pour trompette et piano (1951)

Piano

Histoires, 10 pièces
Toccata sur le nom de Roussel en ré majeur
Le Vent dans les ruines
Les Rencontres
Matin sur l'eau
Noël en Picardie
Petite suite en 15 images


Opéras

Persée et Andromède ou Le plus heureux des trois, Opéra (1921)
Angélique, Opéra (1927)
Le Roi d'Yvetot, Opéra (1927-28)
Gonzague, Opéra (1930)
L'Aiglon, Opéra (1937, avec Honegger)
Les Petites Cardinal, Opéra (1938, avec Arthur Honegger)
Barbe-Bleue, Opéra (1943)


Mélodies et chant

Chansons de Don Quichotte pour baryton (1932): Chanson du départ, Chanson à Dulcinée, Chanson du Duc, Chanson de la mort de Don Quichotte
Le poète et la fée, cantate
La berceuse du petit zébu


Ballets

Diane de Poitiers, ballet (1934)
Le Chevalier errant, ballet (1935)
La Licorne, ou Le Triomphe de la Chasteté, ballet (1950)


Musique de films

Un chapeau de paille d'Italie (1927)
La symphonie marine (1931) (Court métrage "SOS Foch")
Les Deux Orphelines (1932) (en collaboration avec Marcel Delannoy)
Don quichotte (1933)
Les cinq gentlemen maudits (1933)
Maternité (1934)
Golgotha (1935)
Justin de Marseille (1935)
Anne-Marie (1936)
Feu Mathias Pascal (1937)
Conflit (1938)
Macbeth d'Orson Welles (1938)
La Charrette fantôme de Julien Duvivier (1939)
Panique (1946)
Marianne de ma jeunesse de Julien Duvivier (1955)
Invitation à la danse (1956)
Revenir en haut Aller en bas
Stadler
Admin
avatar

Nombre de messages : 4199
Age : 47
Date d'inscription : 09/11/2006

MessageSujet: Re: Jacques Ibert (1890-1962)   Ven 30 Oct - 10:10

joachim a écrit:
Musique de chambre

Trois pièces brèves pour flûte, hautbois, clarinette, cor et basson (1930)
Concertino da camera pour saxophone et onze instruments (1935–1936)

Telles sont les oeuvres de Jacques Ibert que je connais.

Les Trois pièces brèves sont divertissantes mais rien d'essentiel.

Par contre, le Concertino est beaucoup plus consistant. Les oeuvres classiques pour saxophone sont tellement rares qu'on ne doit pas bouder son plaisir
Revenir en haut Aller en bas
http://clarinette-classique.forumactif.fr/index.htm
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16724
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Jacques Ibert (1890-1962)   Ven 30 Oct - 13:33

Il a aussi composé une pièce appelée "L'Age d'or" pour saxophone et piano, qui est une adaptation d'un morceau du ballet Le chevalier Errant (ballet qui soit dit en passant, avec choeurs et récitant, vaut l'écoute).

Parmi les petites oeuvres avec clarinette, il y a encore 5 Pièces en trio pour clarinette, hautbois et basson, 2 Mouvements pour 2 flûtes,clarinette et basson, et une Suite tirée de la musique de scène pour Le Jardinier de Samos, pour flûte, clarinette, trompette, violon, violoncelle et percussions.
Revenir en haut Aller en bas
Jean

avatar

Nombre de messages : 6652
Age : 74
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: Jacques Ibert (1890-1962)   Sam 12 Déc - 22:46

Pour Joachim ...non je plaisante ,il n'apprécie guère la mélodie!... plutôt Bel Canto...et aussi Snoopy et tous ceux qui apprécient!
Cette "Mort de Don Quichotte" de Jacques Ibert me bouleverse toujours autant!

Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11547
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Jacques Ibert (1890-1962)   Jeu 22 Aoû - 9:58

Je pensais que sur ce forum le fil consacré à Jacques Ibert aurait été un peu plus fourni.Very Happy  Voilà pourtant une musique française qui peut rendre heureux le mélomane le plus exigeant. Ah! Le très beau Concerto pour flûte et orchestre, tout d'abord avec son magnifique second mouvement qui m'a presque mis la larme à l'oeil, sans compter la partie médium du troisième par laquelle se dessine à la flûte une exquise mélodie - Michael Faust à la flûte et Serge Baudo à la direction d'orchestre.    Puis, Ouverture de Fête, les sublimes Escales et les non moins superbes Tropismes pour des amours imaginaires...qu'est-ce que j'aime cette dernière oeuvre, ses orchestrations, ses parties rythmées...un délice!  

__Orchestre National de L'O.R.T.F. par Jean Martinon.


Dernière édition par Icare le Mar 21 Juil - 8:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
laudec

avatar

Nombre de messages : 3469
Age : 65
Date d'inscription : 25/02/2013

MessageSujet: Re: Jacques Ibert (1890-1962)   Sam 24 Aoû - 16:09

Je trouve cette musique je dirais " agréable" mais avec un plus quelque chose d'indéfinissable qui fait que je la réécoute avec de plus en plus de plaisir.
J'ai trouvé son concerto pour flûte et orchestre et je vous propose l'interprétation de Davide Formisano, je n'ai pas trouvé Jean Martinon à moins que ce soit lui qui dirige le flûtiste Rampal ? Est ce cette pièce-là dont tu parles Icare ?
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11547
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Jacques Ibert (1890-1962)   Sam 24 Aoû - 18:41


Je ne peux pas écouter ton lien pour le moment mais je pense qu'il s'agit bien de la même oeuvre mais dans une interprétation différente. La mienne est par Michael Faust à la flûte et Serge Baudo à la direction d'orchestre.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11547
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Jacques Ibert (1890-1962)   Sam 18 Juil - 13:03

Icare a écrit:
Je pensais que sur ce forum le fil consacré à Jacques Ibert aurait été un peu plus fourni.Very Happy  Voilà pourtant une musique française qui peut nous rendre heureux qu'elle le soit. Ah! Le très beau Concerto pour flûte et orchestre, tout d'abord avec son magnifique second mouvement qui m'a presque mis la larme à l'oeil, sans compter la partie médium du troisième par laquelle se dessine à la flûte une exquise mélodie - Michael Faust à la flûte et Serge Baudo à la direction d'orchestre.    Puis, Ouverture de Fête, les sublimes Escales et les non moins superbes Tropismes pour des amours imaginaires...qu'est-ce que j'aime cette dernière oeuvre, ses orchestrations, ses parties rythmées...un délice!  

__Orchestre National de L'O.R.T.F. par Jean Martinon.

Entre Toshio Hosokawa et Jacques Ibert, c'est tout un monde que j'ai enjambé en l'espace d'une nuit - et, géographiquement parlant, c'est effectivement tout un monde entre les deux. Je suis passé d'un univers à un autre qui est, pour ainsi dire, tout son contraire. Je ne me suis d'ailleurs ennuyé dans aucun des deux même si celui d'Ibert est celui qui m'a procuré le plus d'émotion. Pas de risque de baillement sur les silences, sur lesquels joue assez subtilement le concerto pour percussions du compositeur japonais né 65 ans plus tard que le compositeur français. Dans Ouverture de fête (1940), il n'y a pas le moindre silence, au contraire, c'est une musique pleine de sons, une grande fête symphonique pleine de fougue, de tendresse, de couleurs, de lyrisme et de romantisme. Le silence intervient seulement quand la musique s'arrête. La musique de Hosokawa m'est provisoirement sortie de la tête, mais elle reviendra un jour, peut-être dans une nouvelle forme ou dans celle-ci, mais je sais qu'elle reviendra. Le symphonisme de Jacques Ibert a définitivement envahi chaque parcelle de mon cerveau et résonne encore en moi comme un hymne à la fête. Après, démarre le premier mouvement d'Escales. Il s'intitule "Rome - Palerme". Il n'y a ni guimbarde ni ciaramolla. Le morceau est magnifique et sans aucun doute le plus célèbre du compositeur. IL y a des morceaux comme ça qui touchent plus majoritairement les gens que d'autres. C'est vrai que cette Escale en particulier m'a toujours beaucoup marqué. Les deux autres; "Tunis - Nefta" et "Valencia" sont également très belles. Tropismes pour des amours imaginaires (1957), c'est un total bonheur musical pour mes oreilles. Avec un titre pareil, j'en espérais pas moins. Cette oeuvre m'a toujours beaucoup plu et lorsque le piano entre en scène pour une cadence exquise, c'est à mon sens le comble du plaisir!
Revenir en haut Aller en bas
Henri



Nombre de messages : 271
Age : 63
Date d'inscription : 23/05/2015

MessageSujet: Re: Jacques Ibert (1890-1962)   Dim 19 Juil - 0:48

J’aime beaucoup sa Symphonie marine. Bien plus que celle de Debussy, qui n’a pas le nom de symphonie mais qu’on peut considérer comme telle. Celle d’Ibert m’évoque moins la mer en tant qu’élément qu’une balade en bateau. Il y a le bruit des machines au tout début, et puis très vite c’est parti sur les flots bleus. C’est probablement un bateau de pêche d’ailleurs. Les machines tournent à un rythme régulier, l’étrave fend les flots, des mouettes suivent le sillage. Ça remue pas mal, ça tangue et ça roule, mais le brave bateau tient bon sa route, hisse et ho !...
Sa Bacchanale n’est pas mal non plus. Elle ne me fera pas déprécier celle de Saint-Saëns car je les mets à égalité. Tout aussi effrénée, mais peut-être plus dansante.
J’ai beaucoup écouté sa suite d’orchestre sur la musique du film de Julien Duvivier Golgotha, où l’on trouve quelques interventions à l’onde martenot.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11547
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Jacques Ibert (1890-1962)   Dim 19 Juil - 20:39


Voilà quelques pistes à suivre! Merci Henri. Une fois, je suis tombé sur un de ses opéras en cd dans un magasin spécialisé. Je n'arrive plus à me rappeler lequel (d'opéra). Je ne l'ai pas pris et lorsque j'ai voulu le faire, quelqu'un d'autre m'a devancé. Hehe Je regrette de ne pas avoir tenté le coup.
Revenir en haut Aller en bas
Henri



Nombre de messages : 271
Age : 63
Date d'inscription : 23/05/2015

MessageSujet: Re: Jacques Ibert (1890-1962)   Lun 20 Juil - 0:35

A propos de sa Symphonie marine, Wikipedia indique qu'il s'agit à l'origine de la musique d'un court métrage intitulé S.O.S. Foch qui date de 1931. Le film est un reportage sur le sauvetage par le croiseur cuirassé Foch d’un cargo en détresse. C’est sa première musique de film, et Ibert serait le premier compositeur européen à composer une partition pour un film parlant.
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16724
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Jacques Ibert (1890-1962)   Lun 20 Juil - 12:43

Henri a écrit:

J’ai beaucoup écouté sa suite d’orchestre sur la musique du film de Julien Duvivier Golgotha, où l’on trouve quelques interventions à l’onde martenot.

Oeuvre pratiquement inconnue, et qui me plaît beaucoup aussi. Je l'ai trouvée sur youtube :



https://www.youtube.com/watch?v=ByreUR4A774

Jacques Ibert a énormément composé de musiques de film (une trentaine), des musiques de scène et de ballets. Il en a souvent tiré des Suites parmi lesquelles Le Chapeau de paille d'Italie (devenu "Divertissement") ou Diane de Poitiers, ou encore le Chevalier Errant (ballet à écouter dans son intégralité, il en vaut la peine).

Pour compléter la liste d'Henri, il faut connaître aussi Escales (3 tableaux symphoniques), la symphonie concertante pour hautbois et orchestre à cordes et si on aime l'opéra, l'Aiglon en collaboration avec Honegger.

Il y a aussi quelques oeuvrettes dont le thème ne s'oublie pas quand on l'a entendu même la première fois, comme Entr'acte pour flûte et guitare ou bien la célèbre Berceuse du petit Zébu pour choeur d'enfants à 3 voix a cappella.

A noter qu'il existe un site très complet sur Jacques Ibert (biographie et catalogue des oeuvres) : http://www.jacquesibert.fr/ibert/Jacques_Ibert.html
Revenir en haut Aller en bas
Henri



Nombre de messages : 271
Age : 63
Date d'inscription : 23/05/2015

MessageSujet: Re: Jacques Ibert (1890-1962)   Mar 21 Juil - 0:12

J'ai écouté Diane de Poitiers sur Youtube, j'ai beaucoup aimé. Mais je n'ai pas trouvé Le Chevalier errant. Non plus sur Deezer.
Escales, bien sûr. Je n'en ai pas parlé parce que Icare l'avait déjà fait, mais c'est par là que j'ai découvert Jacques Ibert.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11547
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Jacques Ibert (1890-1962)   Mar 21 Juil - 8:19

A la fin de Golgotha, on surprend une citation du célèbre Dies Irae, une citation que l'on retrouve assez souvent dans la musique de film, mais pas seulement...

Joachim a écrit: "Jacques Ibert a énormément composé de musiques de film (une trentaine), "

Si une trentaine c'est énorme, que dire d'un compositeur comme Lavagnino et Rustichelli qui en ont composé au moins dix fois plus!  Laughing

Henri a écrit: "Escales, bien sûr. Je n'en ai pas parlé parce que Icare l'avait déjà fait, mais c'est par là que j'ai découvert Jacques Ibert.

Je pense que nous sommes nombreux à l'avoir découvert par cette oeuvre. Je me demande d'ailleurs si le premier mouvement ne fut pas employé à la télévision, à une époque...?...Les anciens, vous avez un souvenir à ce sujet?
Revenir en haut Aller en bas
laudec

avatar

Nombre de messages : 3469
Age : 65
Date d'inscription : 25/02/2013

MessageSujet: Re: Jacques Ibert (1890-1962)   Mar 21 Juil - 17:33

Merci pour le lien vers le site très intéressant et pour la vidéo : "Golgotha" que j'ai beaucoup appréciée, aucun ennui à son écoute, plein de rebondissements, de passages vers des au-delà ...
J'aime et je souscris à cette citation que j'ai trouvée sur son site :
jacques Ibert a écrit:
«Le mot système me fait horreur et je fais le pied de nez aux règles préconçues ». Antidogmatique, farouchement indépendant, Jacques Ibert a su rester libre, « dégagé de tous les préjugés qui divisent si arbitrairement les défenseurs d’une certaine tradition et les partisans d’une certaine avant-garde.» «Ce qui compte en art »,disait-il, «est le plus souvent ce qui émeut que ce qui surprend. L’émotion ne s’imite pas: elle a le temps pour elle».
Revenir en haut Aller en bas
Pianoline
Mascotte du forum
Mascotte du forum
avatar

Nombre de messages : 2021
Age : 24
Date d'inscription : 08/06/2011

MessageSujet: Re: Jacques Ibert (1890-1962)   Sam 26 Déc - 15:01

Je viens de découvrir ce compositeur par hasard sur Youtube et j'aime beaucoup ! C'est très mélodieux, doux et poétique.

Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16724
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Jacques Ibert (1890-1962)   Sam 26 Déc - 17:48

Si tu veux approfondir Jacques Ibert, voici son oeuvre peut-être la plus célèbre : Escales, 3 tableaux symphoniques inspirés par l'Italie, la Tunisie et l'Espagne;



https://www.youtube.com/watch?v=rm-bzCQRauw

Icare : tu demandes plus haut si le premier mouvement a été l'indicatif d'une émission Télé. Je ne me souviens pas...


Pour Laudec, la berceuse du petit zébu (choeur a cappella)

https://www.youtube.com/watch?v=_8LSiOmx7fM


Entr'acte pour flûte et guitare

https://www.youtube.com/watch?v=SXJ0PUpNdao
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11547
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Jacques Ibert (1890-1962)   Jeu 7 Sep - 12:47

Icare a écrit:
Je pensais que sur ce forum le fil consacré à Jacques Ibert aurait été un peu plus fourni.Very Happy  Voilà pourtant une musique française qui peut rendre heureux le mélomane le plus exigeant. Ah! Le très beau Concerto pour flûte et orchestre, tout d'abord avec son magnifique second mouvement qui m'a presque mis la larme à l'oeil, sans compter la partie médium du troisième par laquelle se dessine à la flûte une exquise mélodie - Michael Faust à la flûte et Serge Baudo à la direction d'orchestre.    Puis, Ouverture de Fête, les sublimes Escales et les non moins superbes Tropismes pour des amours imaginaires...qu'est-ce que j'aime cette dernière oeuvre, ses orchestrations, ses parties rythmées...un délice!  

__Orchestre National de L'O.R.T.F. par Jean Martinon.

Je ne m'en lasse pas, ESCALES biensûr, mais surtout TROPISMES POUR DES AMOURS IMAGINAIRES, déjà que le titre me plait beaucoup.

<<En intitulant "Tropismes pour des amours imaginaires", l'oeuvre orchestrale qu'il avait écrite en 1957, Jacques Ibert pensait§il à une chorégraphie? Elle se compose, cette oeuvre, de neuf séquences volontairement contrastées, tantôt émues et lyriques, tantôt légères et ironiques où se glissent diverses allusions musicales parmi lesquelles je devine un clin d'oeil à Namouna. Lalo, Chabrier, Ibert, n'appartiennent§ils pas à la même famille de musiciens français? Les 3Tropismes pour des amours imaginaires" ne furent jouées qu'après la mort de Jacques Ibert. C'est Jean Martinon qui les enregistra en 1975, puis les créa en concert public à la tête de l'Orchestre National de l'O.R.T.F.. Jean Roy.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jacques Ibert (1890-1962)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jacques Ibert (1890-1962)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: