Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Un castrat

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Snoopy
Admin


Nombre de messages : 21022
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Un castrat   Ven 27 Oct - 23:03

Un castrat est un chanteur de sexe masculin ayant subi la castration avant sa puberté, dans le but de conserver le registre aigu de sa voix enfantine, tout en bénéficiant du volume sonore produit par la capacité thoracique d'un adulte. On dit que les meilleurs castrats pouvaient rivaliser en puissance, technique et hauteur avec une petite trompette. Cette pratique nous serait venue des maures et elle a été employée à cause de l'interdiction donnée aux femmes de se produire sur scène ou à l'église.

Le mot désigne également le type de voix obtenu au moyen de cette opération. La voix du castrat possédait une tessiture, généralement très étendue, s'apparentant plus ou moins à celle d'un mezzo-soprano coloratura, mais dont le timbre était, dit-on, tout à fait incomparable. Selon la hauteur relative de son ambitus vocal, un castrat pouvait cependant être classé soprano ou contralto.

Les castrats chantaient des airs composés spécialement pour eux par leur professeur de musique (airs de valise). Ils chantaient ces airs souvent très virtuoses au milieux des opéras. En effet, le public baroque allait plus souvent à l'opéra pour écouter les performances du castrat que l'œuvre en elle même.

Les castrats étaient très en vogue pendant la période baroque, et le développement de leur technique vocale est indissociable des progrès accomplis dans le domaine du bel canto. Ils étaient capables d'interpréter différentes œuvres lyriques normalement hors de la portée d'une voix d'homme adulte. Farinelli fut l'un des plus célèbres.

La pratique de la castration dans le but d'obtenir ce type de voix ayant été interdite par le pape Clément XIV à la fin du XVIIIe siècle, les castrats ont disparu au cours du siècle suivant. Il nous reste un enregistrement sur cylindre de cire du dernier castrat Moreschi (qui était en fin de carrière et dont la voix est assez chevrotante).

Quelques exemples bien connus de rôles écrits à l'origine pour voix de castrat :

- le rôle-titre dans Giulio Cesare de Haendel
- le rôle d'Orphée dans Orfeo ed Euridice (version de Vienne) de Gluck
- le rôle de Sesto dans La clémence de Titus de Mozart.

De nos jours, en l'absence de castrats, le répertoire destiné à ce genre de voix est habituellement interprété, soit par des contreténors, soit par des mezzo-sopranos, possédant une voix particulièrement agile et étendue.
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Snoopy
Admin


Nombre de messages : 21022
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: Un castrat   Ven 9 Oct - 11:41

Par Ariel David,

Bien avant Hollywood et les ravages de la chirurgie plastique, le monde du spectacle avait déjà ses victimes: les jeunes chanteurs d'opéra des siècles passés, castrés pour créer ces voix si particulières, haut perchées et pures, et auxquels la mezzo-soprano Cecilia Bartoli rend hommage dans un nouvel album.

"Sacrificium" ("sacrifice" en latin) est en effet dédié aux milliers de jeunes garçons à la virilité sacrifiée sur l'autel de la gloire musicale, et qui souvent terminaient leur vie dans la pauvreté et l'isolement.

Parce que les femmes étaient interdites de séjour sur scène, pendant des siècles l'opéra mit en scène des chanteurs mâles castrés, italiens ou venus d'ailleurs.

"Les familles pauvres et nombreuses permettaient parfois la mutilation d'un fils, dans l'espoir de succès, et poussés par des imprésarios peu scrupuleux", expliquait vendredi la diva italienne dans un entretien au quotidien "Corriere della Sera".

La pratique des "castrati" connut un pic au XVIIIe siècle, époque où jusqu'à 4000 garçons étaient émasculés chaque année, rien qu'en Italie, poursuit Cecilia Bartoli sur son site Web.

Sur "Sacrificium", qui sort dans le monde entier le 2 octobre, elle chante certains arias rarissimes, dont certains n'avaient jamais été enregistrés auparavant, écrits spécialement pour des castrats par différents compositeurs, dont Haendel ou Nicola Porpora, qui dirigeait la principale école pour castrats de Naples. Ces arias complexes ont été "probablement la musique la plus difficile que j'ai jamais enregistrée", ajoute Cecilia Bartoli, qui est, à 43 ans, l'une des plus grandes mezzo-sopranos au monde.

La castration chirurgicale, avant ou lors des premiers stades de la puberté, fabriquait des chanteurs ayant le larynx d'un jeune garçon et le coffre d'un adulte, d'où une voix unique, puissante et à grande étendue.

A cela venait s'ajouter un entraînement très rigoureux, qui permettait aux castrats d'exécuter des morceaux extrêmement difficiles, une virtuosité qui faisait d'eux de gigantesques stars, comme le légendaire Farinelli, chanteur d'opéra le plus populaire et le mieux payé de l'Europe du XVIIIe siècle.

Mais "qu'arrivait-il à ceux qui ne réussissaient pas?", s'interroge Cecilia Bartoli dans les colonnes du "Corriere". "De toute évidence, ils ne pouvaient pas se marier, ils devenaient des parias. Ils étaient relégués dans un choeur".

La pratique cruelle des castrats déclina au XIXe siècle, les femmes entrant dans l'univers de l'opéra. Mais Cecilia Bartoli évoque leurs successeurs: "je pense à la chirurgie esthétique, ces femmes, mais aussi ces hommes, qui se mutilent et sont parfois défigurés. Botox, liposuccion, ce sont aussi des sacrifices".

L'édition spéciale est accompagnée d'un livre sur les castrats intitulé "Evviva il coltellino!" ("vive le petit couteau!"), le cri qui saluait la performance sur scène de ces castrats.

Bartoli est accompagnée par l'orchestre italien Il Giardino Armonico et son chef Giovanni Antonini, avec lequel elle enregistra en 2000 son album Vivaldi. A la sortie de l'album fera suite une tournée européenne l'année prochaine, passant par Londres, Berlin et Paris.
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Bel Canto
Admin


Nombre de messages : 5598
Age : 60
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: Un castrat   Sam 19 Déc - 14:19

Article Qobuz

ON LE SAIT

Ils sont la "voix des anges". Les castrats furent, pendant deux siècles, le symbole du bel canto, le beau chant. Puissante et d’une souplesse sans égal, leur voix pouvait couvrir l’étendue de trois octaves, comprenant tous les registres connus, du soprano (aigu) à la basse (grave). Cet éclat incomparable, mêlé au trouble produit par leur ambiguïté sexuelle, est à l’origine d’une véritable fascination exercée sur le public et les compositeurs. Jusqu’à Napoléon, qui, paraît-il, pleura en entendant, à l’Opéra, le castrat Crescentini.

Farinelli était leur prince. Selon un témoin de l’époque, le "plus grand châtré de l’univers" fut au XVIIIe siècle ce que la Callas fut au XXe : une voix de légende incomparable. Le symbole des castrats et de leur époque, célébré dans le film de Gérard Corbiau, Farinelli, s’appelait de son vrai nom Carlo Broschi (1705-1782). Il venait, contrairement à ses condisciples généralement de basse extraction, d’une famille noble. Autre particularité, il n’a pas fini sa vie dans l’oubli, mais, après avoir connu les succès les plus enivrants, se mit au service de la cour d’Espagne. Tous les jours, il chantait pour soulager la neurasthénie incurable du roi Philippe V. Il y parvint et ce miracle ne fit que renforcer la légende d’un don vocal "surnaturel".

Aujourd’hui, ils reviennent. Comment chanter le répertoire des castrats ? Cette question a pris plus d’importance à mesure que la musique baroque était redécouverte. Doit-on engager des femmes, comme le faisait Haendel, ou des hommes sopranistes ? En fait, tout est possible, comme le prouvent les sorties récentes de disques de Philippe Jaroussky (contre-ténor), Vivica Genaux ou Cecilia Bartoli (mezzo sopranos).

ON LE SAIT MOINS

Ils sont allés à l’école. Au début du XVIIe siècle, la demande de castrats fut telle, en Europe, qu’on fut obligé d’organiser leur formation. Les conservatoires de Bologne et de Naples s’en firent une spécialité, proposant un enseignement complet aux jeunes castrés, en plus des périlleux exercices de respiration et de vocalises. Les élèves y entraient après leur opération, réalisée entre 7 et 12 ans. Seuls 10 % d’entre eux parvenaient à faire carrière.

Ils restent un mystère. À la fois homme, femme et enfant, le castrat possédait dans son chant des qualités propres à ces trois états. Une fois castré, pas de mue. Sa voie restait donc "haute". De plus, la castration entraînait un développement de la cage thoracique, d’où une puissance hors de portée des chanteuses. Comme l’écrit Patrick Barbier dans son Histoire des castrats (Grasset) : "Différente de la voix d’hom-me par sa légèreté, sa flexibilité et ses aigus, différente de la voix de femme par son éclat, sa limpidité et sa puissance, [celle des castrats] était également supérieure à celle de l’enfant par sa musculation d’adulte, sa technique et son expressivité."

Ils ont été victimes d’une interdiction papale. Rome avait "inventé" les castrats afin de contourner l’interdiction faite aux femmes de chanter dans les églises. Les premiers d’entre eux apparurent à la chapelle Sixtine et c’est aussi là qu’ils disparurent. Chassés des scènes d’opéra pour des raisons éthiques et esthétiques, les castrats s’éteignirent au fil du xixe siècle. En 1902, le pape Léon XIII finit par interdire leur utilisation pour la musique d’église. Le dernier d’entre eux, Alessandro Moreschi, mourut dans l’indifférence en 1922.
Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
Snoopy
Admin


Nombre de messages : 21022
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: Un castrat   Sam 19 Déc - 14:35

Bel Canto a écrit:
De plus, la castration entraînait un développement de la cage thoracique, d’où une puissance hors de portée des chanteuses..

C'est prouvé ça? Car j'ai du mal à voir le lien de cause à effets confused
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Bel Canto
Admin


Nombre de messages : 5598
Age : 60
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: Un castrat   Sam 19 Déc - 14:45

Je viens de faire un peu de recherches sur l'origine de cette affirmation.

L'article de Qobuz est en fait un article du journal l'Express, signé Bertrand Dermoncourt.

J'ai également trouvé un article sur 'forumopera' qui en parle : ici. On y parle en effet 'd'une grande taille des castrats avec une cage thoracique particulièrement développée' mais on ne lie pas l'un avec l'autre avec précision ... Rolling Eyes

Voici ce qu'en dit le Larouse :
Pratiquée avant la puberté, la suppression (ou plutôt l'annulation des fonctions) des testicules compromet l'apparition des caractères sexuels principaux et, en particulier, arrête le développement du larynx, cependant que la croissance se poursuit et que la cage thoracique atteint la dimension de celle de l'adulte (et devient même, semble-t-il, anormalement volumineuse), faisant bénéficier de cette « soufflerie » d'adulte une voix dont le timbre avait gardé les caractéristiques de celle d'un jeune garçon.
Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
Snoopy
Admin


Nombre de messages : 21022
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: Un castrat   Sam 19 Déc - 14:52

Merci pour ces précisions. C'est étrange quand meme. Qui y aurait pensé?
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Alain92-15



Nombre de messages : 62
Age : 82
Date d'inscription : 01/06/2010

MessageSujet: Re: Un castrat   Jeu 3 Juin - 19:38

Pour la respiration, il faut dire aussi que les castrats étaient soumis à un entrainement spécial leur permettant de ne pas respirer pendant un temps anormalement long en chantant en continu. On a parlé de techniques particulières enseignées en secret et perdues; car les castrats respiraient en réalité mais par petites quantités imperceptibles!
Naples était le centre de formation principal avec les maitres les plus renommés comme Porpora le professeur de Farinelli et de Cafarelli son rival que Porpora mettait en 1er. Metastase le plus grand librettiste de l'époque, 50 livrets, 1000 opéras, s'était formé aussi auprès de Porpora. Quand des londoniens ont voulu nuire à Haendel, ils ont appelé Porpora et celui-ci est venu avec ses propres opéras et Farinelli pour les chanter. Le prestige de Haendel en a été atteint fortement concernant l' opéra du moins.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.operanapolitain.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un castrat   Aujourd'hui à 6:58

Revenir en haut Aller en bas
 
Un castrat
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: L'opéra, les ballets et le chant-
Sauter vers: