Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Ennio Morricone, né en 1928

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 19, 20, 21  Suivant
AuteurMessage
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11479
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Ennio Morricone, né en 1928   Ven 2 Déc - 19:09

En plein cycle "Morricone", je me fais plaisir avec, Cette fois, Stato Interessante; "Morale bourgeoise hypocrite".

https://www.youtube.com/watch?v=kir-x73hDes


STATO INTERSSANTE est un film italien réalisé par Sergio Nasca en 1977 et mettant en vedette, entre autres, Enrico Montesano et Duilio Del Prete .

Il s'agit d'un film divisé en trois épisodes, tous centrés sur le thème de "l' avortement" . Sortie en salles le 22 avril 1977.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11479
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Ennio Morricone, né en 1928   Ven 2 Déc - 19:23

Icare a écrit:

Un film que j'ai adoré, jeune, et que, malheureusement, je n'ai jamais revu depuis, une musique superbe:

https://www.youtube.com/watch?v=1L_XFqBTCPQ

Renseignements supplémentaires sur LE SECRET, film français de Robert Enrico, sorti en salle le 9 octobre 1974 (Wikipédia):

David Daguerre s'échappe d'un lieu de détention secret où il est enfermé depuis environ quinze jours et apparemment torturé. En fuite et recherché, il décide de se réfugier en Ardèche où il connait une bergerie abandonnée. Thomas Berthelot et Julia Vandal forment un couple un peu marginal vivent dans un ancien château délabré. Touchés par sa personne, ils décident de l'héberger quelques jours. Le comportement étrange de David, paranoïaque et taiseux, les inquiète mais Thomas semble irrésistiblement poussé à lui venir en aide. Il comprend que l'homme est en cavale et prend pitié de lui. David confirme qu'il est recherché et qu'il craint pour sa vie, voyant complots et policiers partout. Il affirme être détenteur de secrets et avoir été torturé pour les livrer ; ce qu'il n'a pas fait. Il veut maintenant gagner quelques jours de répit mais se sait irrémédiablement condamné à terme, ainsi que ceux qui l'aideront. Thomas et Julia, qui elle aussi est attirée par le mystère et la beauté de David, lui propose de le faire passer en Espagne.

Le trio part pour Mimizan-Plage où il s'embarquera, via la mer, pour le Pays basque. Des barrages de gendarmerie sont présents sur les routes où les autorités françaises recherchent sur tout le territoire un « dangereux malade mental » évadé de Toulouse. Réussissant à déjouer les contrôles ils arrivent sur la côte landaise. Julia commence sérieusement à douter de l'histoire de David, s'en confie à Thomas qui refuse de l'entendre, et décide en cachette d'écrire à Claude, son frère journaliste politique, pour qu'il l'aide à éclaircir la chose. À Mimizan, le bateau de Thomas est hors d'état, mais il connait des passeurs. Le trio reste quelques jours à camper sur la plage, David toujours plus à l'affût et suspectant tout autour de lui. Il en vient, avec Thomas, à tuer un forestier landais qui, trop curieux, s'était approché et les espionnait. Julia désormais craint pour elle et Thomas. Se sentant menacée par l'attitude de David elle lui subtilise son arme et le tue. Un obscur commando — mis sur la piste de David par l'intervention du frère de Julia, à la suite de la lettre, auprès du ministère de l'intérieur — arrive à ce moment-là : seul Thomas les voit, et serre sa femme très fort, avant que les hommes ne les abattent.

Claude prend la place de David : il est le dernier détenteur du « secret » et sera désormais soumis au même traitement.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11479
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Ennio Morricone, né en 1928   Ven 20 Jan - 12:46


Aujourd'hui, j'ai eu l'excellente idée de réécouter E ridendo l'uccise, partition d'Ennio Morricone composée pour le film homonyme de Florestano Vancini. Ce n'est pas la première fois que Morricone collabore avec Vancini, mais il me semble que c'est la première fois qu'il compose une musique aussi lumineuse et souvent joyeuse, d'une belle vitalité, si communicative, faite de clavecin, de flûte, de choeur, de cordes, d'une voix soprane, de percussion, d'une trompette solo intrépide qui cavalcade au sommet de thèmes forts et savoureux, un fabuleux ballet musical virevoltant entre éléments choisis de musique ancienne et moderne fusionnant ensemble pour le meilleur, jamais pour le pire. La réussite est totale! Pour Vancini, je lui connaissais des partitions sombres et dramatiques, certes intéressantes aussi, pour des films relatant des épisodes mafieux et violents. Pour cette histoire se déroulant vers 1500, l'approche fut biensûr très différente. J'en ressortis profondément heureux au point qu'il me faudrait voir ce film un jour... Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11479
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Ennio Morricone, né en 1928   Ven 20 Jan - 20:09

Nuovo Cinema Paradiso, version concert pour violon et orchestre à cordes:

https://www.youtube.com/watch?v=XtvoklPfJkk
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11479
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Ennio Morricone, né en 1928   Lun 23 Jan - 17:32

Comme pour E ridendo l'uccise de Florestano Vancini, le film de Sergio Citti, I magi randagi, offrit à Ennio Morricone l'opportunité de revisiter les charmes inusables de la musique ancienne, employant des instruments comme la flûte douce et la ciaramella, la voix humaine y jouant aussi un rôle essentiel. Le film relate les aventures de trois saltimbanques, l'un étant italien, le second français et le troisième allemand. Leurs aventures doivent être rocambolesques si on en croit l'humeur de cette partition étirée entre passé et présent, véhiculant des relents de musique ancienne dans un esprit et une technique complètement modernes, mais surtout dans une expression globale qui se divise entre ironie et tendresse. Que ce soit dans E ridendo l'uccise (2006) ou, dix ans plus tôt, dans I magi randagi (1996) , on sent que Morricone s'est beaucoup amusé à composer ces partitions, avec une parfaite connaissance et maîtrise de la musique ancienne, sachant en extraire la poétique et la fantaisie pour les transformer à sa guise, en une oeuvre personnelle et fortement ludique, et même inventive. Voilà encore à mes oreilles une musique du maître romain qui poursuit le rêve et l'émotion au-delà d'un cinéma que je n'ai même pas eu l'occasion de voir.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11479
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Ennio Morricone, né en 1928   Mar 7 Fév - 18:55

https://www.youtube.com/watch?v=TbG9E0_NPGk


L'une de ses partitions les plus poétiques et étranges pour le film de Gisuseppe Tornatore; La Meilleure Offre, l'une de mes préférées aussi de ces dix dernières années. Il s'y passe quelque-chose de céleste, d'irréel: c'est ce que j'appelle une musique au-delà de la musique. Quelque-chose d'infiniment beau et d'insaisissable. Ce n'est pourtant pas la B.O. d'Ennio Morricone que j'ai réécoutée ce soir. Non, j'ai choisi une approche à dimension plus humaine, entre romantisme et nostalgie: La Ragion Pura, film de Silvano Agosti. Il y a une trompette solo qui m'emporte dans le souvenir d'un bonheur lointain, jouant un motif qui accroche aussitôt l'oreille, comme seul Morricone sait en concocter. Ce motif mélodique pourra être repris au piano ou joué sur un tempo plus rapide, se détachant de son aspect nostalgique initial pour devenir une sorte de danse insouciante...

https://www.youtube.com/watch?v=DFoieS0CzW4
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11479
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Ennio Morricone, né en 1928   Dim 19 Fév - 22:38


Par hasard je suis tombé sur ce guitariste et j'aime bien ses interprétations de thèmes qui n'ont pas été pensés ni écrits pour la guitare:

https://www.youtube.com/watch?v=-RRJ-7Nh_co
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11479
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Ennio Morricone, né en 1928   Mar 14 Mar - 22:53

https://www.youtube.com/watch?v=fHtSU5or3-g


Le Raccourci (titre italien : Tempo di uccidere) est un film de guerre franco-italien réalisé par Giuliano Montaldo, sorti en 1990. L'action se déroule pendant l'invasion de l'Éthiopie par l'Italie en 1936. Parce qu'il a raté un virage avec son camion, un jeune soldat se retrouve à pied et prend un raccourci qui le conduit dans la brousse. Il y rencontre une jeune indigène qu'il viole. Il la tue accidentellement, et l'enterre sur place. La terreur d'être découvert le transforme en animal traqué : il s'enfuit, prêt à tout pour ne pas être pris. Une angoisse proche de la névrose s'empare de lui quand il croit avoir contracte la lèpre...Il finira par se suicider. Ennio Morricone composa pour ce film de Montaldo, réalisateur avec lequel il a beaucoup collaboré; Sacco e Vanzetti, Le Carnaval des Truands, A l'aube du 5ème jour, Marco Polo, Le jouet dangereux..., histoire de ne citer que quelques titres, un score monothématique d'humeur angoissante et d'une profonde mélancolie, employant aussi des éléments ethniques notamment par la percussion et les talents de Paolo Zampini sur la flûte basse.

Titoli:

https://www.youtube.com/watch?v=AFkNgQ5ebDE
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11479
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Ennio Morricone, né en 1928   Dim 19 Mar - 22:55

C'est bien la première fois que j'entends le Main title de POUR UNE POIGNEE DE DOLLARS joué en concert et c'est plutôt pas mal même si je préfère la dynamique et l'incisivité de la version originale, c'est-à-dire "studio":

https://www.youtube.com/watch?v=_3lGa6nsdlQ
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

avatar

Nombre de messages : 2796
Age : 56
Date d'inscription : 03/04/2014

MessageSujet: Re: Ennio Morricone, né en 1928   Mar 21 Mar - 23:49

Merci Icare pour ce fil et tout ce que tu envoies. Je n'ai pas encore eu le temps de rattraper mon "retard" sur les vidéos que tu postes, sauf "Le secret" ce soir : la musique est magnifique -tout Morricone, quoi-, douceur et drame sous-jacent, la BO donne vraiment envie du film. J'ai demandé à mon époux de le télécharger, s'il le peut.
(La suite du fil à écouter : Demain, je pense avoir un peu plus de temps).
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16657
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Ennio Morricone, né en 1928   Mer 22 Mar - 10:31

C'est bien ce que j'ai déjà dit (et qui fait le désespoir de l'ami Icare Laughing ) : Morricone : très très bien pour la musique de film, mais pas terrible pour les autres musiques (trop "contemporain" pour moi)

Après l'adaptation de "pour une poignée de dollars", voici encore la suite, "le bon, la brute et le truand", un autre "western spaghetti".



https://www.youtube.com/watch?v=2RGrz1mZve8

Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11479
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Ennio Morricone, né en 1928   Mer 22 Mar - 17:47

joachim a écrit:
C'est bien ce que j'ai déjà dit (et qui fait le désespoir de l'ami Icare Laughing ) : Morricone : très très bien pour la musique de film, mais pas terrible pour les autres musiques (trop "contemporain" pour moi)

En fait, ce n'est pas si systématique. Une bonne partie de sa musique de chambre et ses concertos sont probablement trop "modernes/contemporains" pour ton oreille de "classico-romantico-néo-tonal" indécrottable... Hehe...En revanche, certaines de ses pièces orchestrales et sa musique religieuse te seraient, j'en suis sûr, accessibles. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

avatar

Nombre de messages : 2796
Age : 56
Date d'inscription : 03/04/2014

MessageSujet: Re: Ennio Morricone, né en 1928   Mer 22 Mar - 23:06

Je penche plutôt du côté de Joachim sur le sujet -comme c'est original !!  Hehe -, mais je crois que j'aime certaines de ses oeuvres religieuses, d'ailleurs tu nous en as envoyé déjà au début ou milieu de ce fil....! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11479
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Ennio Morricone, né en 1928   Sam 6 Mai - 20:46

Synopsis de LA CLASSE OUVRIERE VA AU PARADIS

Lulu Massa est un ouvrier ordinaire, acharné au travail. Un jour qu'il est victime d'un accident de travail dans lequel il perd un doigt, il s'aperçoit de la solidarité des autres ouvriers qui se mettent en grève pour interpeller sur les mesures de sécurité dont il a été une des victimes. Désormais il s'engage comme jamais et devient un syndicaliste extrémiste, il se lie à des gauchistes, son usine le licencie, sa femme le quitte, il déprime mais une nouvelle grève éclate, en guise de solidarité, et il est réembauché.


Voilà un sujet parfaitement d'actualité et il me fut opportun d'en réécouter la B.O. signée Ennio Morricone aujourd'hui, juste un jour avant de savoir à quelle sauce nous allons être mangés: La Classe ouvrière va au Paradis, un excellent film d'Elio Petri que tout bon cinéphile et même simple amateur de cinéma devrait voir. Il vaut son pesant d'or! Alors, ce que j'ai réécouté cet après-midi est une partition percutante, de celles qui marquent les esprits par sa radicalité, son intransigeance, son caractère engagé.  La musique est grinçante, grotesque, corrosive, avec un usage cocasse de l'électronique, des guitares électriques triturées, des cuivres au service d'une mécanique infernale....Jouissif!

https://www.youtube.com/watch?v=am135444XWc
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11479
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Ennio Morricone, né en 1928   Ven 12 Mai - 19:50

Tre Colonne in Cronica est un film de 1990 , dirigé par Carlo Vanzina , vaguement basé sur le roman de Corrado Augias et Daniela Pasti. La musique est signée Ennio Morricone. Percutante, incisive, obsessionnelle, sont les trois adjectifs qui me viennent à l'esprit pour la décrire. Si j'ai intégré cette B.O. dans mon cycle "Le monde des hommes", cycle qui a été inspiré par l'élection présidentielle et le système avec ses différents pouvoirs et ses différentes forces parfois antagonistes, c'était pour faire référence aux médias. Plus haut, j'évoque la classe ouvrière par le biais du film d'Elio Petri, sur un autre fil je cite au travers d'un opéra de Karel Goeyvaerts, Aquarius, l'utopie d'une société meilleure, etc...J'avais d'ailleurs ouvert ce fil avec un oratorio de Nicolas Bacri sur les "gueules noires"...Il fallait donc que je fasse référence aux médias qui jouent évidemment un rôle majeur dans notre société. Le synopsis du film de Carlo Vanzina relate une histoire un peu sombre mais bien contemporaine en même temps:

<<Situé dans le monde de la finance et de l'intrigue politique, le film raconte les pratiques opaques mises en œuvre par un homme politique à saisir le journal d'opposition. Un terroriste arabe a été chargé de tuer un agent de change. Le crime déclenche une série de chantage et de subterfuges par lesquels les pouvoirs qui gravitent autour du quotidien cherchent à gagner la suprématie. À un vice-chef et un journaliste courageux a pour mission de faire la lumière sur toute l'histoire, mais l'homme politique, avec des mouvements qualifiés et peu scrupuleux, parvient à mettre le bâillon à toute enquête.>>

https://www.youtube.com/watch?v=rP-vDnKAPCE
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11479
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Ennio Morricone, né en 1928   Sam 13 Mai - 17:51

Aujourd'hui, j'ai réécouté une partition porteuse d'espoir qu'Ennio Morricone a composée pour le film TV d'Alberto Negrin, Pane e Libertà, avec une superbe prestation d'acteur de Pierfrancesco Favino, parfait dans le rôle principal. Le film relate l'histoire de l'homme politique, anti-fasciste et syndicaliste Giuseppe Di Vittorio dont voici la biographie: (Wikipédia)

Giuseppe Di Vittorio est né le 11 août 1892 à Cerignola, dans la province de Foggia, dans la région des Pouilles, et est mort le 3 novembre 1957 (à 65 ans) à Lecco. Il était un homme politique, anti-fasciste et syndicaliste italien. Il est le fils d'un ouvrier agricole, la classe sociale la plus nombreuse en ces temps dans les Pouilles. Il est autodidacte. Dès son adolescence, il mène une intense activité politique et syndicale et à 15 ans il participe au Cercle des jeunesses socialistes de Cerignola. En 1911, il dirige la chambre de travail de Minervino Murge. En 1912, Giuseppe Di Vittorio entre dans l'"Unione Sindacale Italiana", atteignant en un an le comité national. Selon les dires de Randolfo Pacciardi, démentis par Di Vittorio lui-même dans une interview à Felice Chilanti, il est présenté comme un interventionniste lors de la Première Guerre mondiale. Les amis et adversaires de Di Vittorio lui reconnaissent du bon sens et de l'humanité, il sait se faire comprendre, grâce à son langage simple et efficace aussi bien par la classe ouvrière qui des paysans encore en marge de la vie économique, sociale et culturelle du pays.

Le passage au communisme

Il prend la tête de la chambre de travail de Bari où il organise la défense du siège de la chambre avec des anciens officiers légionnaires de Fiume, des socialistes, des communistes et des anarchistes rassemblés autour de Arditi del Popolo. Ils sortiront victorieux de ce combat contre les squadristi fascistes de Giuseppe Caradonna. Trois ans après la scission de Livourne de 1921, il devient communiste en 1924 et il est élu député la même année. En 1925, il est condamné par le tribunal spécial fasciste à 12 ans d'emprisonnement, il se réfugie en France où il présente la dissolution de la Confédération générale du travail (CGdL) dans l'Internationale des syndicats « rouges ». De 1928 à 1930, il séjourne en Union des républiques socialistes soviétiques et représente l'Italie dans la nouvelle Internationale paysanne puis il renvient à Paris où il entre dans le bureau du PCI.

Les guerres

Pendant la guerre d'Éthiopie, sur indication du Comintern, il envoie trois communistes appelé "les trois apostoliques" parmi lesquels Ilio Barontini très expérimenté en la matière pour organiser la guérilla locale contre l'invasion fasciste. Avec d'autres antifascistes, il participe à la guerre civile espagnole et en 1937, il dirige à Paris un journal antifasciste. En 1941, il est arrêté par la police fasciste et envoyé en exil à Ventotene. En 1943, il est libéré par les partisans et au cours des dernières années de la Seconde Guerre mondiale, il prend part à la Résistance au sein de la Brigade Garibaldi.

L'après guerre

En 1945, il est élu secrétaire de la Confédération générale italienne du travail qui avait été reconstitué l'année d'avant à la suite d'un accord entre Di Vittorio, Achille Grandi et Oreste Lizzardi (pacte de Rome) représentant les trois principaux courants syndicaux: communiste, catholique et socialiste. L'année suivante, il est élu député avec le PCI. L'unité syndicale dure jusqu'en 1948, lorsqu'en l'occasion de la grève générale pour l'attentat contre Palmiro Togliatti, le courant catholique se sépare et crée son syndicat, la CISL, rapidement imité par les sociaux démocrates qui se regroupe dans l'UIL. En 1956, il prend position contre l'intervention soviétique en Hongrie, opinion différente de celle du PCI. Le prestige de Giuseppe Di Vittorio arrive à conquérir la classe ouvrière et le mouvement syndical dans le monde entier au point d'être élu en 1953 président de la Fédération syndicale mondiale. Di Vittorio reste à la tête de la CGIL jusqu'à sa mort en 1957 à Lecco.

L'instant filmique:

https://www.youtube.com/watch?v=0JlLAyD6XJs
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11479
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Ennio Morricone, né en 1928   Sam 13 Mai - 18:14

Revenir en haut Aller en bas
Kristian

avatar

Nombre de messages : 447
Age : 74
Date d'inscription : 18/11/2016

MessageSujet: Re: Ennio Morricone, né en 1928   Jeu 29 Juin - 14:50

Il se trouve que Pour quelques dollars de plus de Sergio Leone est passé sur une chaîne du cable il y a deux ou trois jours. Bien que le connaissant par pratiquement par cœur car il fait partie de mes fims cultes perso, je l'ai regardé de nouveau en prêtant une attention toute particulière à la musique de Ennio Moriconne : une merveille, un vrai bijou.  

Sans elle, c'est la narration de l'histoire qui serait pratiquement inexistante.

Ce film, et les autres de la série, sont de véritables chefs-d'œuvre de coopération. J'aurais aimé être petite souris et assister au montage, car la complicité est telle entre scénariste, compositeur et metteur en scène, qu'on se demande comment ils ont bien pu travailler pour parvenir à cette perfection de fusion dans la réalistation finale.

J'ai essayé d'écouter la musique séparément, mais ne puis pas juger objectivement : elle est dans mon esprit tellement consubstantielle à l'histoire, que je ne parvine pas à l'en séparer. C'est d'ailleurs une question amusante : on peut attacher une musique déjà existante à un film, mais est-il possible de détacher une musique de film de son support sans lui faire perdre une partie de sa substance ? (Ah, que voilà un sujet de dissertation que mon prof de français de 1ère aurait eu plaisir à nous donner il y a... 50 ans... Déjà !!! Ptdr Ptdr
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11479
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Ennio Morricone, né en 1928   Jeu 29 Juin - 19:54

Kristian a écrit: C'est d'ailleurs une question amusante : on peut attacher une musique déjà existante à un film, mais est-il possible de détacher une musique de film de son support sans lui faire perdre une partie de sa substance ?

Question intéressante qui suscite plusieurs réponses. La plus vraisembable est que tout cela dépend prioritairement de la sensibilité et l'expérience de chacun, de l'importance que l'on voue à l'image, donc au film puis à la musique ou, inversement, à la musique puis à l'image, donc au film, dans quel ordre de perception toutes ces informations nous arrivent-elles, un ordre qui a son importance. Chez le spectateur ordinaire - pardonne-moi ce terme, il n'a rien de péjoratif en soi - il découvre en général la musique avec le film. Beaucoup de gens prêtent surtout attention au film, à l'intrigue, aux personnages, voire aux paysages, bref à tout ce que les images montrent, l'oeil primant le plus souvent sur l'ouïe de manière beaucoup plus consciente. Au cinéma, la musique nous imprègne et nous manipule de façon plus inconsciente. Les gens vont au cinéma pour voir un film et vont au concert pour écouter de la musique et voir les musiciens la jouer. A partir de là, la conscience auditive est plus développée, dans la parfaite cohérence de la démarche. Biensûr, il ne faut jamais généraliser car je suis un contre-exemple qui n'est évidemment pas unique. Mon ordre de perception est différent. Je vais m'en expliquer après. Il y a aussi des films où la musique se remarque plus facilement que dans d'autres, tout dépend alors de son utilisation, de l'espace qui lui est accordé, si elle est employée en fond parmi les effets sonores et les dialogues où si elle bénéficie d'un véritable champs d'expression comme c'est le cas, par exemple, dans les films de Sergio Leone, et biensûr s"il s'agit d'une musique qui reste en tête ou non par des thèmes mélodiques forts et accrocheurs. Leone voyait ces films comme des opéras dans lesquels la musique d'Ennio Morricone était un des personnages principaux, pas une musique qui se limite à illustrer les différentes actions mais une musique qui s'installe dans l'action, prenant ainsi une dimension visuelle. Beaucoup de paramètres entrent en jeu dans l'appréciation d'une musique de film, il y a tous les éléments que j'évoque ci-dessus auxquels se rajoutent notre goût personnel qui n'est jamais partagé par tout le monde...sinon il ne serait pas personnel...

Dans cet ordre d'importance "image/film/musique", même si le spectateur lambda reçoit tout ça en même temps: fut une époque désormais révolue où c'était la musique qui arrivait en premier par un vrai générique en début de film, ce qui lui était déjà plus favorable - beaucoup de gens reçoivent une émotion globale du film, même si la musique y est pour beaucoup dans certains cas, l'image, dans leur esprit, y est indissociable. Ceux qui arrivent à les dissocier, intellectuellement & émotionnellement, c'est-à-dire à pouvoir apprécier la musique d'un film hors de son contexte, sur disque, deviennent, lorsque cette appréciation se répète au point de devenir une passion ou une spécialité, des béophiles. Il existe des blogs et des forums autour de la musique de film, une musique de film qui envahit de plus en plus les salles de concert et donc, par conséquent, trouve une seconde vie bien plus autonome.

A savoir que tout mon raisonnement s'appuie sur le principe que nous parlons uniquement de musiques originales de films de qualité parce que la mauvaise existe aussi, comme dans tous les autres domaines, ce qui engendre d'autres paramètres et d'autres arguments. Je ne voudrais pas trop compliquer mon propos ni le parasiter avec des jugements trop subjectifs. Pour ce qui est des musiques existantes, comme une oeuvre classique, par exemple, c'est très différent dans la mesure où on les a souvent écoutées et aimées avant qu'elles ne soient associées aux images d'un film, ce qui change complètement la donne.

Je disais plus haut que j'étais un contre-exemple du spectateur lambda, ce qui est vrai car je n'obéis pas au même ordre d'importance lorsque je regarde un film ou un téléfilm. La première chose à laquelle je fais attention est la musique même lorsque celle-ci ne correspond pas à ce qui me touche. La conscience auditive est spontanée chez moi et pas seulement lorsque je me rends à un concert. Même gamin, la musique est la première chose que je percevais. Un ami en était même presque agacé, si bien que lorsque je lui disais que j'allais au cinéma, il me rétorquait: <<Ha! Tu vas encore aller écouter un film!>> Autre particularité, c'est que j'aime un grand nombre de musiques sur cd alors que je n'ai jamais vu les films auxquels elles se rapportent. C'est le cas avec la collaboration Leone/Morricone. J'ai découvert et adoré les musiques avant de découvrir les films qui n'étaient diffusés qu'au cinéma du vivant de leur auteur. C'est donc Morricone qui m'a conduit à Leone et non l'inverse, ai donc été fasciné par une musique avant qu'elle ne soit associée aux images d'un cinéma qui me fascina tout autant par la suite. Je connais quelqu'un qui adore ces musiques d'Ennio Morricone mais n'aime pas vraiment les westerns de Sergio Leone, c'est un cinéma qui l'ennuie.


Dernière édition par Icare le Ven 30 Juin - 14:28, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kristian

avatar

Nombre de messages : 447
Age : 74
Date d'inscription : 18/11/2016

MessageSujet: Re: Ennio Morricone, né en 1928   Jeu 29 Juin - 22:43

Dans le cas d'espèce qui est le tien, Icare, et que je crois unique, tu es en effet le seul à savoir ce qui se passe. Personnellement, je me sens incapable de me mettre à ta place, parce ce n'est pas du tout ainsi que je me situe : devant un film, c'est le film qui prime, et le reste qui lui est accessoire.

Ce qui me fascine le plus dans la musique classique utilisée dans les films, c'est la découverte que l'on peut faire d'une correspondance musique-image jamais imaginée auparavant. Par exemple, dans mon cas, et pour ne prendre qu'un exemple, la découverte de la musique de chambre de Fauré (trio et quintettes avec piano, si je me souviens bien) , que je connaissais pourtant très, très bien, dans Un dimanche à la campagne de Tavernier.

Je fus stupéfait d'entendre ma musique de chambre préférée dans ce cadre, et bouleversé de lui découvrir une nouvelle signification que je n'avais jamais auparavant imaginée. L'adéquation, bien que totalement inattendue, a été parfaite pour moi, et je ne l'ai jamais oubliée. Si bien, d'ailleurs, que cette musique, chaque fois que je l'entends de nouveau évoque en moi les merveilleuses images de Tavernier.

« Les parfums, les couleurs et les sons se répondent » disait merveilleusement Baudelaire. Oui, les images aussi.


Dernière édition par Kristian le Ven 30 Juin - 0:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11479
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Ennio Morricone, né en 1928   Ven 30 Juin - 0:19

Kristian a écrit:
Dans le cas d'espèce qui est le tien, Icare, et que je crois unique

Ho la la! Unique? Va te balader sur les forums dédiés à la musique de film et tu verras que mon cas n'est vraiment pas unique. Very Happy Beaucoup de mélomanes (sans être une majorité), béophiles comme ils se nomment eux-mêmes, aiment un grand nombre de musiques sans connaître les films auxquels elles se rapportent. Il n'y a pas une réponse spécifique à cela si ce n'est que lorsque la musique est bonne, elle est bonne et trouvera toujours des amateurs éclairés ou non pour l'apprécier. Ceux qui n'arrivent pas à dissocier émotionnellement une musique de son film sous prétexte que celle-ci a été composée pour, ne sont pas systématiquement plus objectifs ni plus "normaux" dans leur appréciation.

Kristian a écrit: <<Ce qui me fascine le plus dans la musique classique utilisée dans les films, c'est la découverte que l'on peut faire d'une correspondance musique-image jamais imaginée auparavant. Par exemple, dans mon cas, et pour ne prendre qu'un exemple, la découverte de la musique de chambre de Fauré (trio et quintettes avec piano, si je me souviens bien) , que je connaissais pourtant très, très bien, dans Un dimanche à la capagne de Tavernier. Je fus stupéfait d'entendre ma musique de chambre préférée dans ce cadre, et bouleversé de lui découvrir une nouvelle signification que je n'avais jamais auparavant imaginée. L'adéquation, bien que totalement inattendue, a été parfaite pour moi, et je ne l'ai jamais oubliée. Si bien, d'ailleurs, que cette musique, chaque fois que je l'entends de nouveau évoque en moi les merveilleuses images de Tavernier.

Ca c'est une expérience qui n'est pas exclusive à la musique classique. Je vis très souvent ce genre d'expérience très heureuse avec des partitions spécifiquement imaginées et conçues pour le cinéma. A la différence de toi, c'est que lorsque j'écoute ces musiques originales sur disque, dans le cas où j'ai vu les films en question, la correspondance musique-image à laquelle tu fais référence ne réapparaît pas pendant l'écoute ou alors de manière très brève, furtive, floue. L'émotion est exclusivement musicale. Il en ira de même pour une pièce classique utilisée dans un film, même sur une scène-choc. Pour moi, la musique (de film, de jazz, la classique...) est un art fondamentalement abstrait et ce n'est pas parce qu'elle a été écrite ou a été associée à une image, à un film, qu'elle va perdre cette spécificité à mes oreilles. Elle devient une musique de film lorsque je la redécouvre avec le film ou si j'ai vraiment envie de revivre le film à travers sa musique, ce qui aurait pu arriver avec la pièce de Fauré dans l'hypothèse où j'aurais vu et aimé le film de Tavernier. Une pièce préexistante qui m'a beaucoup marqué dans un film est le célèbre Adagio de Samuel Barber à la fin d'Elephant Man de David Lynch, mais pas plus spectaculaire que la superbe partition qu'Ennio Morricone composa pour le film de Giuliano Montaldo, Sacco et Vanzetti: ha! Cette envoûtante ballade chantée par Joan Baez sur des images de foules révoltées en noir et blanc! Malgré que j'ai été marqué au fer rouge par cette correspondance musique-image - je pourrais citer tant d'autres exemples dans l'immense corpus de Morricone, avec des pics d'émotion comme celui-là! Je crois qu'au fil du temps, la musique, de toute évidence, par sa richesse intrensèque, finit pas se suffir à elle-même et exister par elle-même au-delà du film duquel elle finit par se détacher, au-delà de son souvenir, film que je ne voudrais surtout pas revoir sans cette musique. Tout le paradoxe est là. Elle est son âme, pas son accessoire, et les bonnes âmes finissent toujours par quitter les corps dans lesquels les sceptiques veulent les emprisonner. Petite métaphore en conclusion. Hehe


Dernière édition par Icare le Ven 30 Juin - 0:31, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kristian

avatar

Nombre de messages : 447
Age : 74
Date d'inscription : 18/11/2016

MessageSujet: Re: Ennio Morricone, né en 1928   Ven 30 Juin - 0:27

Icare a écrit:
Elle est son âme, pas son accessoire

Dans ce cas, cela signifie que la musique préexiste au film.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11479
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Ennio Morricone, né en 1928   Ven 30 Juin - 0:30

Kristian a écrit:
Icare a écrit:
Elle est son âme, pas son accessoire

Dans ce cas, cela signifie que la musique préexiste au film.

J'ai modifié ma fin pendant que tu répondais. Sinon, en réaction à ta remarque, la musique est apparue bien avant le cinéma. Hehe C'est le cinéma qui a eu besoin de la musique et non l'inverse. Si beaucoup (pas tout le monde) de gens peuvent aisément apprécier la musique de Laurence d'Arabie et celle de Il était une fois en Amérique hors de leur contexte, personne, je dis bien personne ne pourrait envisager, même une fois, revoir ces deux chefs-d'oeuvre du Septième Art sans musique, et notamment sans les musiques fabuleuses qui ont été respectivement composées par Maurice Jarre et Ennio Morricone.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11479
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Ennio Morricone, né en 1928   Mer 2 Aoû - 23:13

Une entorse à la condition de mon cycle actuel, mais je fus si heureux de tomber sur une telle vidéo que je ne pus résister de la publier ici:

https://www.youtube.com/watch?v=mtQNrD9CP-8


J'ignorais qu'il existait une suite de concert de cette merveilleuse composition d'Ennio Morricone pour le film de Zeffirelli (un peu raté) HAMLET. Un de mes grands chocs musicaux des années 90. J'ai toujours été bouleversé par la beauté de cette musique, d'autant plus qu'à cette époque, j'avais justement choisi le rôle d'Hamlet pour un concours d'"Actor's Studio", concours que j'avais copieusement raté. Je m'étais d'ailleurs beaucoup servi de cette partition de Morricone pour me baigner dans l'ambiance. Certes, elle ne m'aura pas porté bonheur mais qu'est-ce que je l'adore!
Revenir en haut Aller en bas
laudec

avatar

Nombre de messages : 3435
Age : 65
Date d'inscription : 25/02/2013

MessageSujet: Re: Ennio Morricone, né en 1928   Ven 4 Aoû - 21:04

Des entorses pareilles, j'en veux bien encore souvent drunken
Quelle subtilité dans l'approche du thème et puis les rebondissements colorés et dynamisants, une source de bonheur cette œuvre-surprise.
Excellente flûtiste également : Sara Andon
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ennio Morricone, né en 1928   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ennio Morricone, né en 1928
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 20 sur 21Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 19, 20, 21  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: