Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Ennio Morricone, né en 1928

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 12 ... 20  Suivant
AuteurMessage
laudec



Nombre de messages : 2925
Age : 64
Date d'inscription : 25/02/2013

MessageSujet: Re: Ennio Morricone, né en 1928   Lun 11 Mar - 19:52

merci Icare, No cet extrait me suffit amplement pour ressentir l'effroi... La musique est bien adaptée, je la préfère sans images ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10042
Age : 52
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Ennio Morricone, né en 1928   Lun 11 Mar - 20:09

Si tu aimes les orques, il y a ce film intitulé ORCA mis en musique par Morricone . J'adore aussi cette approche musicale qui associe lyrisme et atonalisme avec des sonorités aquatiques et des effets dissonants très viscéraux surtout lors de la mise à mort très violente de la femelle orque.


Revenir en haut Aller en bas
laudec



Nombre de messages : 2925
Age : 64
Date d'inscription : 25/02/2013

MessageSujet: Re: Ennio Morricone, né en 1928   Lun 11 Mar - 20:59

j'aime les orques plutôt vivants ...
La musique est belle, les images émouvantes, merci
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10042
Age : 52
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Ennio Morricone, né en 1928   Lun 11 Mar - 21:21

claudevdb a écrit:
B.O C'est bande originale ? et béophile celui qui est amateur de celles-ci ?

Tout-à-fait.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10042
Age : 52
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Ennio Morricone, né en 1928   Lun 11 Mar - 21:32

Voilà une analyse argumentée du film de Samuel Fuller White Dog:

<< Dans une Amérique en proie au problème noir et à la ségrégation raciale, Romain Gary se met en scène dans son roman Chien blanc, dans lequel, au milieu de nombreux évènements ayant trait au racisme, il se retrouve en possession de Batka, un Berger allemand. Très rapidement, ce dernier va montrer des signes d’une agressivité uniquement orientée envers les personnes noires… Ce qui n’est que le point de départ du roman va finalement servir de base au film White Dog, distribué en France sous le titre Dressé pour tuer. Un film qui traîne depuis sa sortie une réputation sulfureuse totalement infondée. Taxé de production raciste avant même que la postproduction ne soit achevée, White Dog sera seulement distribué en Europe. A l’exception d’une semaine d’exploitation dans cinq salles de la ville de Detroit, le public américain devra attendre dix ans pour découvrir le film au cinéma, se contentant entre temps de rares diffusions sur les chaînes câblées de la télévision. Le projet Dressé pour tuer est confié à Samuel Fuller (Shark : Le mangeur d’hommes, Au-delà de la gloire, Police spéciale, etc.) À noter que la Paramount avait dans un premier temps envisagé d’autres réalisateurs pour mener à bien ce projet, comme Arthur Penn ou Roman Polanski.

Si le livre de Romain Gary se présente un peu comme un instantané assez large d’une époque pas si lointaine, le film de Fuller se focalise uniquement sur l’animal et sa relation avec les hommes. Un choix dont découlent une certaine réserve et quelques traits un peu caricaturaux, heureusement bien vite oubliés en regard de ce que le réalisateur nous offre ici. Parmi les nombreux films mettant en scène des attaques de chiens, qui inondaient d’ailleurs les étals des vidéos-clubs durant les années 80, Dressé pour tuer est véritablement un film à part. Il n’est absolument pas question ici d’un chien génétiquement modifié, enragé, démoniaque ou encore de molosses entrainés par l’armée, mais bel et bien d’un animal agressif, qui ne doit son comportement qu’à une volonté et une intervention humaine. Le sujet abordé ici est évidemment plus « sensible » que ceux des titres précités, mais Samuel Fuller parvient de belle manière à nous impliquer dans cette histoire de chien dressé pour attaquer et tuer des personnes de couleur noire.

Lors de sa première partie, le récit nous montre les liens qui se tissent entre Julie Sawyer (Kristy McNichol, parfaite et très touchante dans son rôle) et le chien blessé qu’elle a décidé d’adopter. Une complicité accentuée après que l’animal mette sauvagement en déroute un agresseur bien décidé à violer sa nouvelle maîtresse. Si Julie soupçonne que l’animal à été dressé à l’attaque, c’est avec horreur qu’elle découvre par la suite que la violence du chien n’est dirigée qu’envers les personnes noires. Elle refuse pourtant de l’abandonner, et va tout faire pour rééduquer l’animal. C’est pour cela qu’elle le confie à Keys (Paul Winfield), dresseur émérite, qui s’occupe également d’animaux sauvages autrement plus dangereux et de cas jugés comme sans espoir. Inconvénient, Keys est lui-même noir, ce qui ne va pas lui faciliter la tâche… La seconde partie de Dressé pour tuer s’attarde donc sur cette rééducation du chien, visant à faire disparaitre ses excès de férocité.

Si l’histoire peut paraître assez classique, Dressé pour tuer possède une vraie hargne qui transparait assurément lors de sa vision. La mise en scène de Samuel Fuller est rythmée, les séquences d’attaques impitoyables, et l’ensemble est soutenu par une superbe musique d’Ennio Morricone, qui propose une tonalité très dramatique tout en gardant un aspect incisif. Le chien impressionne vraiment par sa férocité. Alors que le roman décrit un Berger allemand standard, dans le film, le choix s’est porté sur un Berger blanc. Superbe animal à la robe blanche immaculée, qui parvient sans problème à nous effrayer lors de quelques séquences. Le choix d’un chien de couleur blanche ici est sans doute à mettre sur le compte de plusieurs éléments. Une manière symbolique d’accentuer le contraste entre la couleur de l’agresseur et celle de ses victimes, et également de mieux coller au titre du roman, choisit en référence aux « white dogs », surnom utilisé pour nommer les chiens ainsi dressés aux États-Unis…

La collaboration établie entre le réalisateur et le dresseur porte vraiment ses fruits à l’écran. Dresseur qui n’est autre que le spécialiste Karl Lewis Miller, qui à travaillé sur de nombreux films dont The Doberman Gang, Danger doberman!, Zoltan – Le chien sanglant de Dracula, la série télévisée Magnum, Cujo, Beethoven et bien d’autres. Certains passages sont très réussis, comme celui de la rééducation du chien, qui comporte son lot de scènes à la fois sauvages et fascinantes, ou les attaques dans la ville, peu nombreuses, mais efficaces et bien mises en valeur. Tout comme son final vraiment surprenant… et terrifiant, l’un des moments forts de Dressé pour tuer demeure La confrontation de Julie Sawyer avec la précédente famille du chien, responsable de la haine raciale qui anime les instincts de l’animal. Comme le dit Fuller lui-même à propos de son film :

In Frankenstein, the monster’s crime were great, but the greater crime was Dr. Frankenstein for having created the monster.

Des images marquantes qui font de Dressé pour tuer un excellent film, qui traite de belle manière et de façon originale un sujet assez sensible, mais qui a également de quoi satisfaire les amateurs de films d’agressions animales, bien que l’on s’éloigne clairement ici de l’horreur ou de la science-fiction généralement réservées à ce type de récits. À ranger sur vos étagères aux côtés de l’excellent Les Chiens d’Alain Jessua. >>
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin


Nombre de messages : 15578
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Ennio Morricone, né en 1928   Mar 12 Mar - 10:25

Bigre Et le film se termine comment ? Le chien finit par être dressé pour aimer les noirs ?
Revenir en haut Aller en bas
laudec



Nombre de messages : 2925
Age : 64
Date d'inscription : 25/02/2013

MessageSujet: Re: Ennio Morricone, né en 1928   Mar 12 Mar - 22:23

Passionnant tout ça, un film étonnant avec de beaux personnages à la psychologie complexe si je lis bien, et puis encore une fois je fais la découverte de ce compositeur que je connaissais à peine et qui a composé une œuvre monumentale. J'ai commencé à lire et à écouter quelques interventions en amont, c'est époustouflant.
J'ai beaucoup aimé aussi "Gabriel's oboe", là je découvre également le hautbois que je connais mal, c'est magnifique, le "vagabond" !
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10042
Age : 52
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Ennio Morricone, né en 1928   Mer 13 Mar - 20:10

joachim a écrit:
Bigre Et le film se termine comment ? Le chien finit par être dressé pour aimer les noirs ?

Non, la fin n'est absolument pas aussi optimiste. La dernière grande scène du film laisse largement comprendre que le chien finit par se retourner contre son maître ou plutôt contre celui qui ressemble à son maître, c'est-à-dire contre l'homme qui l'a dressé à attaquer les gens de couleur. Dans le film, le propriétaire de l'entreprise de dressage ressemble plus ou moins à son ancien maître raciste. A l'épilogue, alors que l'on pense que le dresseur noir a réussi à lui ôter cette mauvaise habitude, il est obligé de l'abattre lorsqu'il se jette sur son patron.



Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10042
Age : 52
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Ennio Morricone, né en 1928   Mer 8 Mai - 22:55

Sinfonia di Baaria, en trois mouvements:





Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10042
Age : 52
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Ennio Morricone, né en 1928   Jeu 30 Mai - 23:04

Discussion avec le réalisateur pendant laquelle Ennio Morricone tente d'expliquer ce que seront les thèmes principaux du film Karol, en deux parties, retraçant la vie de Karol Wojtyla:





Une oeuvre de deux heures environ qui se devait d'intégrer mon cycle sur la musique religieuse. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10042
Age : 52
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Ennio Morricone, né en 1928   Dim 28 Juil - 9:45

undefined a écrit:
"Toutefois, ce ne sont pas les pièces avec clarinette qui m'ont le plus touché, ce sont ses trois pièces pour violoncelle seul réunies sous le titre RIFLESSI et merveilleusement interprétées par un des meilleurs violoncellistes italiens actuels, Andrea Noferini. L'autre pièce qui m'a beaucoup plu, c'est son V STUDIO (catalogo) pour piano seul, lui aussi magnifiquement interprété par la talentueuse Gabriele Rota. Des quelques pièces de musique pure que Morricone dédia au piano, c'est, à mon humble avis, la meilleure. J'ai vraiment bien accroché, le discours est moderne et ludique à la fois et si significatif du style inimitable et caractéristique de son créateur. Je pourrais faire la même réflexion au sujet de son RIFLESSI qui offre une belle palette d'expressions au violoncelle.

Je suis toujours en pleine admiration pour ces deux oeuvres, la première écrite pour piano, la seconde pour le violoncelle. Elles donnent à l'instrument pour lequel elles furent écrites, un formidable éventail de trouvailles et d'expression qu'en les écoutant j'avais la terrible envie d'être soudainement un grand violoncelliste pour interpréter Riflessi et un grand pianiste pour interpréter V Studio. Le second mouvement de Riflessi, par exemple, lorsque le violoncelliste chope les sonorités les plus âpres de son instrument, lorsqu'il entame un Presto, c'est particulièrement saisissant et viscéral! Cela me fait presque penser à un étranglement, à un son étranglé qui exprime la souffrance, la douleur. Cet étranglement me ramène indirectement à l'Harmonica dans Il était une fois dans l'ouest, (l'harmoniciste obtenant le son douloureux de son instrument par une pression faite à sa gorge pendant qu'il joue). Dans le second mouvement de Riflessi, j'ai aussi cette impression d'étranglement lorsque j'entends les sons âpres et douloureux du violoncelle, même si personne ne serrait la gorge d'Andrea Noferini à ce moment-là, ce qui n'aurait de toute façon pas abouti au résultat escompté. Laughing Si le premier mouvement est également fascinant, le troisième propose tout autre chose de complètement différent; une grande économie de gestes musicaux et de moyens, un jeu permanent et dangereux entre le violoncelle et le prolongement silencieux qui suit chacun de ses succincts murmures, une musique feignant éteindre peu à peu ses lumières sous l'épaisse ombre d'un silence qui finit toujours par gagner...mais gagne-t-il vraiment? Oui, ce matin, que ce soit pour V Studio ou pour Riflessi, j'aurais voulu être le chanceux interprète; Gabriele Rota ou Andrea Noferini. Ha! Ces musiques qui vous donnent envie d'être musicien, d'être pianiste, violoncelliste, violoniste, clarinettiste...
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin


Nombre de messages : 21022
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: Ennio Morricone, né en 1928   Dim 28 Juil - 10:43

Je ne savais pas qu'on réalisait un film sur Jean Paul II confused 
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Icare
Admin


Nombre de messages : 10042
Age : 52
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Ennio Morricone, né en 1928   Dim 28 Juil - 11:17


Si, si, en deux parties même, la première racontant la jeunesse de Karol jusqu'à ce qu'il devienne pape et la seconde lorsqu'il est nommé pape jusqu'à sa mort. Ces films furent réalisés par Giacomo Battiato et connurent un énorme succès en Italie et en Pologne évidemment. L'acteur Piotr Adamczyck qui joue le rôle de Karol Wojtyla est remarquable d'un bout à l'autre, saisissant et émouvant, totalement imprégné du personnage. J'ai les deux films en dvd.
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin


Nombre de messages : 15578
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Ennio Morricone, né en 1928   Dim 28 Juil - 12:08

Il est même passé à la TV l'année dernière, deux jours de suite, et malheureusement je n'ai vu que le premier, vraiment très bien fait (je n'avais pas remarqué que la musique est de Morricone Embarassed ). Je ne sais plus pour quelle raison je n'ai pas pu regarder le deuxième film...
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10042
Age : 52
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Ennio Morricone, né en 1928   Dim 28 Juil - 12:21

joachim a écrit:
Il est même passé à la TV l'année dernière, deux jours de suite, et malheureusement je n'ai vu que le premier, vraiment très bien fait (je n'avais pas remarqué que la musique est de Morricone Embarassed ).

Il ne faut pas se le reprocher, personne ne va au cinéma ou ne regarde un film à la télé pour en écouter la musique. Elle fait partie d'un tout, de l'action notamment et le nom du compositeur ne s'imprime que quelques secondes au générique. Le béophile fonctionne autrement et fait généralement attention à la musique et au nom du compositeur lorsqu'il regarde un film. Il s'agit même d'un réflexe dans son cas. C'est un passionné de la B.O. et la démarche est donc différente. Personnellement, ayant les deux cd des musiques composées pour les deux KAROL, les connaissant en tant qu'oeuvres musicales autonomes, avant d'avoir vu les films de Battiato, ma démarche en fut donc inversée. Puis, si je vois un film avec une musique inédite de Morricone, je vais tout de suite savoir que c'est lui, avant même que son nom n'apparaisse au générique.Very Happy  Pareil avec des compositeurs comme Maurice Jarre, Antoine Duhamel ou Lalo Schifrin. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10042
Age : 52
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Ennio Morricone, né en 1928   Lun 2 Sep - 10:12

__The Ennio Morricone Songbook vol3 - Canto Morricone The 70's     par Milva, Massimo Ranieri, Astrud Gilberto, Lisa Gastoni...

<< Beaucoup de choses que je connais sur le bout des doigts, quelques inédits mais surtout une formidable et poignante "La donna Madre" que je n'avais pas réécoutée depuis l'ère du 33 tours. Pris aux tripes, je l'ai mise en boucle jusqu'à satiété! Comme souvent, la musique de ce compositeur, tonale ou atonale, me prend aux tripes et me procure des émotions indescriptibles. Je ne comprends pas pourquoi.>>

___Un Uomo a Meta - Film de Vittorio de Seta avec Jacques Perrin et Lea Padovani.1966    

<<D'une approche très contemporaine, atonale, de par sa construction sous la forme d'une suite symphonique avec choeur et prédominance des cordes, on ne sait pas s"il s'agit d'une musique de film ou d'une oeuvre de concert. J'ai l'impression d'être à la frontière des deux. Hélas, je n'ai toujours pas vu ce film.>>

__Prima della Rivoluzione - Film de Bernardo Bertolucci.  

<<Très mélodique et rafraîchissant, un clavecin qui trotte amoureusement, une flûte solo qui égrène une mélodie magnifiquement naïve, cette B.O. révèle aussi une "partie cordes" qu'il ré-emploiera note pour note dans sa superbe partition pour le film de Luciano Salce "El Greco". Je ne connais malheureusement pas le film.>>

___Uomini e No - Film de Valentino Orsini.   

<<Les thèmes s'imbriquent les uns aux autres pour n'en devenir qu'un, c'est-à-dire un triple langage complexe et original qui s'équilibre entre "martialité", mélancolie et fatalité. Répétitif mais très captivant et même ludique d'une certaine façon. Je n'ai pas vu le film. Crying or Very sad 


___Gli Indifferenti - Film TV de Mauro Bolognini avec Liv Ullman, Peter Fonda, Laura Antonelli, Cris Campion et Sophie Ward.  I love you 

<< Une grande valse lancinante et cérébrale qui fait davantage danser les esprits que les corps...même morbide...une valse bourgeoise vers la mort peut-être...C'est l'élément majeur de cette B.O., bien que j'ai toujours gardé une réel affection pour le thème d'amour d'une belle féminité et délicatesse.>>

___Il Bandito dagli occhi azzuri- Film d'Alberto Giannetti avec Franco Nero et Dalila di Lazzari.  I love you 

<< Ennio Morricone s'amuse avec le jazz, en compagnie notamment d'Enrico Pieranunzi et Riccardo Del Fra; un exercice de style réussi et sacrément en phase avec l'esprit du film que j'aimerais beaucoup revoir.>>

___E ridendo l'uccise- Film de Florestano Vancini. 2006    

<<Puisant ses racines au sein de la musique ancienne, la partition de Morricone est une somptueuse plante grimpante qui me conduit tout droit au Nirvana.>>

Laudec, je te conseille cette dernière partition en priorité.Very Happy 
Revenir en haut Aller en bas
laudec



Nombre de messages : 2925
Age : 64
Date d'inscription : 25/02/2013

MessageSujet: Re: Ennio Morricone, né en 1928   Lun 2 Sep - 11:48

Bien vu Icare, j'ai tout de suite craqué pour cette musique    ou au moins pour ce que j'ai pu trouver à son sujet, je ne sais pas du tout si c'est toute  l’œuvre ou seulement une partie puisqu'il s'agit d'une séance d'enregistrement que j'ai trouvé sur youtube  et que je poste ici, mais peut-être n'as-tu toujours pas accès aux vidéos et ne sauras-tu pas répondre à cette question   
Il y a bien sûr les flûtes à bec qui viennent déjà m'enchanter mais il y a aussi des cordes, je ne sais si c'est une harpe ? qui viennent faire vibrer mes cordes à moi avec ce son cristallin qui me rappelle  des clochettes en cristal très pur, j'étais ravie de cette musique !  Je m'en vais en écouter d'autres encore que tu proposes de ce grand monsieur Ennio , j'espère les trouver Wink 

Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10042
Age : 52
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Ennio Morricone, né en 1928   Lun 2 Sep - 15:50


Hélas, je dois me contenter de mon vieux pc muet pour le moment car j'ai beaucoup de frais plus urgents que l'achat d'un nouveau. No  Je traverse une période difficile mais très heureux que tu ais aimé cette musique. Very Happy 
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10042
Age : 52
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Ennio Morricone, né en 1928   Jeu 5 Sep - 19:00

___Mission - Film de Roland Joffé. 1986     
Une partition-phare dans mon parcours de mélomane.

___La casa bruciata - film TV de Massimo Spano. 2005     
Le film semble traiter d'un sujet similaire que celui de MISSION et le compositeur poursuit un schéma très voisin mais tout en lui apportant une couleur propre.

___Ripley's Game - film de Liliana Cavani  2003   I love you 
Une ambiance polar/baroque très réussie.

___Il Fondo al Cuore - film TV de Luigi Perelli 2006   I love you 
Onirique, romantique, avec relents du style "Giallo" qu'il élaborait durant les années 70 à partir du cinéma de Dario Argento.

___La Notte e il Momento - film de Anna Maria Tato 1995   
Une musique espiègle, sautillante, onirique par moments, un instrumentarium baroque, charmant!

___Gli Angeli del Potere - film d'Alberto Albertazzi 1996 (quatre extraits seulement)   
J'attends un version plus complète de cette musique qui contient un hymne magnifique.

___Per Amore - film de Mino Giarda 1976  I love you 
D'un romantisme certes sucré mais fort attachant.

___Eat it - film de Francesco Casaretti 1968  I love you 
Un film qui a l'air loufoque et une partition qui alterne thèmes enjoués, romantisme, tendresse, musique étrange et un peu curieuse.


Dernière édition par Icare le Ven 6 Sep - 9:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10042
Age : 52
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Ennio Morricone, né en 1928   Ven 6 Sep - 9:57


___René la canne - film de Francis Girod    
Une époque où la musique de film avait une saveur, un parfum, un grain de folie, de la gueule.

___One Two Two, 122 rue de Provence - film de Christian Gion   
Entre nostalgie, formes rétros et romantisme, cette partition, parfaitement encrée dans la période française du compositeur, se bonifie avec le temps. Le thème principal annonce celui de CINEMA PARADISO (film de Giuseppe Tornatore) sauf qu'il bénéficie ici d'un motif introductif et conclusif de toute beauté.
Revenir en haut Aller en bas
laudec



Nombre de messages : 2925
Age : 64
Date d'inscription : 25/02/2013

MessageSujet: Re: Ennio Morricone, né en 1928   Ven 6 Sep - 10:00

Je crains un peu pour ton cœur là Icare, il me semble que tu lui en fait voir de toutes les couleurs et que toute ces belles musiques lui imposent un rythme fort soutenu mais il est vrai que tu es jeune encore Hehe de la part de  docteur laudec Wink 

Merci pour ce partage en tout cas, je m'en vais tout de suite écouter la musique de "Mission", film qui m'a tant marquée et fait pleurer, la musique est sublime aussi  Mains 
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10042
Age : 52
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Ennio Morricone, né en 1928   Ven 6 Sep - 10:43

La casa Bruciata en est un peu (beaucoup) le prolongement esthétique. Un ersatz plutôt réussi. Very Happy

Revenir en haut Aller en bas
laudec



Nombre de messages : 2925
Age : 64
Date d'inscription : 25/02/2013

MessageSujet: Re: Ennio Morricone, né en 1928   Dim 8 Sep - 18:39

De la très belle musique très variée et colorée, de bien bons moments passés en compagnie de monsieur Ennio Morricone ! J'ai écouté et aimé aussi Cefalonia, Malena, Nostalgia, Sahara, Nana... Mains 
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10042
Age : 52
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Ennio Morricone, né en 1928   Dim 8 Sep - 18:52


Oui, ce sont de bien beaux titres et le thème principal de CEFALONIA pourrait faire un très beau hymne italien.

Sinon, essaie d'écouter Yannis Markopoulos lorsque tu en auras l'envie car sa musique pourrait te plaire aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin


Nombre de messages : 10042
Age : 52
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Ennio Morricone, né en 1928   Mar 10 Sep - 21:24


Concert à Bercy (Paris) le 4 février 2014. J'y serai probablement!  

Découverte aujourd'hui de LEONOR (1975), film de Juan Bunuel avec Liv Ullmann, Michel Piccoli et Ornella Muti.

Une musique entre beauté et folie.   
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ennio Morricone, né en 1928   Aujourd'hui à 20:48

Revenir en haut Aller en bas
 
Ennio Morricone, né en 1928
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 20Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 12 ... 20  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: