Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Per Norgard, né en 1932

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 15978
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Per Norgard, né en 1932   Sam 10 Jan - 17:35

Per Nørgård (né le 13 juillet 1932 à Gentofte au Danemark) est un compositeur danois.
Il est, après Carl Nielsen, la plus forte personnalité musicale au Danemark, une figure majeure de la musique contemporaine danoise.

Parcours et style musical

Il fait ses études musicales à l'Académie Royale du Danemark à Copenhague avec Vagn Holmboe et F. Høffding, puis à Paris de 1956 à 1957 avec Nadia Boulanger. Ses premières compositions subissent l'influence des nordiques, principalement Sibelius et Nielsen.

A partir des années 1960, il s'intéresse à des techniques d'écriture plus contemporaines, la musique sérielle et surtout il découvre le concept de série infinie. Sa première œuvre utilisant cette technique est Voyage à travers l'écran d'or de 1968. Le principe de la série infinie repose sur une superposition dans un même système, des portées de tempos de plus en plus lents et dont les cellules mélodiques sont obtenues par images de cellules de la première portée. Bien que ce principe s'applique tant aux aux gammes chromatiques qu'aux gammes diatoniques, Nørgård privilégie les gammes diatoniques (dans Gilgamesh, par exemple). Dans sa Symphonie n° 3, il mélange la série infinie, des gammes majeures et mineures, des séries harmoniques et résonantes et des rapports rythmiques qui donnent naissance à une musique mouvante dont les éléments tout en variant sont en étroite interaction . Son style a évolué au cours des décennies.
Ses premières compositions, notamment les sonates n°1 et 2 pour piano comme sa première symphonie se caractérisent par une écriture dense. Si les oeuvres suivantes gardent en intensité, le style s'épure à la mesure de ses propres recherches; il atteint sa maturité à la fin des années 1960 quand Nørgård est en pleine possession de son langage et fait preuve d'une forte expressivité. (Iris, Luna et Voyage à travers l'écran d'or).

Au début des années 1980, Nørgård va s'intéresser à l'artiste schizophrène Adolf Wölfli. Parmi les compositions qui s'inspirent de cet artiste, citons la Symphonie n°4 (1981) et un opéra sur la vie de Wölfli The Divine Circus (1982).
L'originalité de Nørgård réside dans une personnalité riche qui a su assimiler plusieurs tendances complémentaires. L'une, qui fait appel à la spiritualité, au questionnement de la place de l'homme dans l'univers, l'autre, "terrestre", qui s'ancre dans les mathématiques, se réfère au nombre d'or, aux séries numérales, à l'expérimentation sonore, à la physique et la chimie. Nørgård, qui s'est lui même qualifié de "nordique" dans les années 1950, réussit cette alchimie qui fait de lui un compositeur de tout premier plan.

Choix d'oeuvres :

Sonate pour piano n°1 (1952, révis.1956)
Sinfonia austera (Symphonie n°1) (1954-55)
Tryptichon (1957)
Sonate pour piano n°2 (1957)
Constellations pour 12 cordes (19958)
Fragments VI (1959-61)
Dommen (Le jugement), oratorio (1962)
Labyrinten, opéra (1963)
Den unge mand skal giftes, ballet (1964)
Iris, Luna et Voyage à travers l'écran d'or, trilogie orchestrale (1967-68)
Symphonie n°2 (1970)
Gilgamesh, opéra-épopée (1971)
Symphonie n°3 (1973-76)
Nova Genitura (1975)
Seadrift (1978)
Symphonie n°4 (1981)
The Divine Circus, opéra (1982)
Concerto pour violon "Helle Nacht" (1986-87)
Symphonie n°5 (1990)
Concerto pour piano "in due tempi" (1994-95)
Symphonie n°6 (1998-99)
Symphonie n°7 (2006)
et 10 quatuors à cordes
Revenir en haut Aller en bas
Dorabella



Nombre de messages : 92
Age : 46
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: Per Norgard, né en 1932   Sam 10 Jan - 22:06

Je suis quand même un peu (agréablement) surprise que Joachim nous parle de ce compositeur.

Je n'aime pas tout ce qu'il a composé, mais l'écoute de sa 3eme symphonie (ma préférée) peut être une expérience musicale unique.

Elle est en 2 mouvements:
-Le premier mouvement n'intègre ni mélodie, ni harmonie, ni tempo... enfin, pas vraiment.
-Le 2eme mouvement est un peu plus "civilisé" et , à un certain moment, vous vous apercevez qu'un choeur s'est mêlé à l'orchestre, sans vraiment pouvoir déterminer à quel moment cela à commencé.

Tout cela n'est pas désagréable, même peut-être pour des oreilles classiques, avec un effet relaxant certain......à moins qu'il ne faille être déjà en état de relaxation pour avoir envie d'écouter cette symphonie.

J'en ai un très bel enregistrement par le Danish National Radio Symphony Orchestra dirigé par Segerstam.(CD Chandos)

Le même orchestre l'a enregistrée pour Naxos avec un autre chef d'orchestre :c'est totalement différent. pale

Bref, une oeuvre à écouter au moins une fois , ne serait-ce que pour pouvoir dire à vos descendants (qui risquent d'adorer Very Happy ) que vous l'avez fait ! Hehe
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 15978
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Per Norgard, né en 1932   Dim 11 Jan - 12:45

Je suis en cours de téléchargement de la symphonie n° 1 (sinfonia austera). Je te dirai ce que j'en pense Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Dorabella



Nombre de messages : 92
Age : 46
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: Per Norgard, né en 1932   Dim 11 Jan - 12:57

J'ai les 2-3-4-5 et 6, mais pas la 1.
Suis donc doublement intéressée par ton opinion.
Revenir en haut Aller en bas
Dorabella



Nombre de messages : 92
Age : 46
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: Per Norgard, né en 1932   Dim 11 Jan - 13:04

Excuses moi: erreur-j'ai bien la "sinfonia austera".

La première fois que je l'avais écoutée, elle ne m'avait pas emballée.

Je suis en train de la réécouter.
Revenir en haut Aller en bas
Dorabella



Nombre de messages : 92
Age : 46
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: Per Norgard, né en 1932   Dim 11 Jan - 13:37

Je viens donc de réécouter.
Ce n'est pas inintéressant.
Cela rappelle Sibelius....dans ses moments les plus sombres.

Une bonne musique à écouter si un jour vous avez décidé d'en finir avec la vie.
Pour vous donner le dernier coup de pouce... pale

Je préfère quand même la troisième : beaucoup plus originale. Very Happy


Dernière édition par Dorabella le Dim 11 Jan - 19:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 15978
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Per Norgard, né en 1932   Dim 11 Jan - 13:40

Si ça rappelle Sibélius, elle me plaira sûrement. C'est dans cet espoir que je me suis mis à la télécharger...

Mais ce n'est donc pas le style Norgard "normal" ?
Revenir en haut Aller en bas
Dorabella



Nombre de messages : 92
Age : 46
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: Per Norgard, né en 1932   Dim 11 Jan - 13:59

Il n'y a pas de style Nørgard, sa musique évoluant sans cesse (ce qui la rend à mes yeux plus intéressante.)
Et 20 ans séparent la première de la troisième.

On attend ton verdict pour la première Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 15978
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Per Norgard, né en 1932   Dim 11 Jan - 18:50

Bon, je viens d'écouter la sinfonia austera...et j'aime pas Embarassed Des moments criards, du bruit, quelquefois, effectivement, une touche de Sibelius, mais du mauvais Sibelius.

Et c'est, d'après les bios que j'ai consultées, la plus "classique". Inutile de demander pour les autres No

Sur le même enregistrement, il y a la courte 2ème symphonie, en 1 mouvement (21 minutes). Comme je le pressentais, encore pire !

Désolé, Dorabella...

Je vais essayer d'écouter la 3ème quand même. Après, j'arrête Wink
Revenir en haut Aller en bas
Dorabella



Nombre de messages : 92
Age : 46
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: Per Norgard, né en 1932   Dim 11 Jan - 19:58

Tu n'as pas à être désolé, d'autant plus que je suis entièrement d'accord avec toi.
Je t'avais dit que je n'aimais pas trop la première (je préfère effectivement Sibélius) et je n'aime pas la deuxième. Very Happy

Par contre, j'aime beaucoup la troisième, mais je ne m'attend pas à ce que tu apprécies : c'est certainement différent de tout ce que tu as pu entendre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Per Norgard, né en 1932   Lun 12 Jan - 20:23

Une de ses oeuvres a été jouée lors du concert d'ouverture de l'ensemble intercontemporain.
Sa musique reste en général accessible. Il se tourne plus comme un Bela Bartok dans les microcosmos en composant pour des "amateurs" (écoles de musique, associations...).

Citation :
Il n'y a pas de style Nørgard, sa musique évoluant sans cesse (ce qui la rend à mes yeux plus intéressante.)

C'est ce que je lui reproche... ! Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Dorabella



Nombre de messages : 92
Age : 46
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: Per Norgard, né en 1932   Lun 12 Jan - 20:35

Phrygien a écrit:


C'est ce que je lui reproche

Pourquoi ?

Je cherche simplement à comprendre( ce n'est pas du tout pour polémiquer)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Per Norgard, né en 1932   Mar 13 Jan - 10:15

Dans son cas, je trouve que ne pas avoir de langage musical quelque peu fixe rend moins crédible la "force" de sa musique.
Je veux dire par là qu'il est (trop) fortement influençable (comme tout le monde !) et que je n'arrive pas trop à mis retrouver... (plein de petites galaxies intéressantes mais beaucoup de petits morceaux restent de moyenne qualité...).
Il y a une évolution, un cheminement, mais pas forcément de "grandes étapes"... alors que je considère comme normal pour un compositeur d'avoir un langage musical plus ou moins déterminé et pré-établi, la musique était une extension de son corps...
Revenir en haut Aller en bas
Dorabella



Nombre de messages : 92
Age : 46
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: Per Norgard, né en 1932   Mar 13 Jan - 12:54

Merci d'avoir répondu et je comprends et respecte ton opinion.

Personnellement j'aime bien la démarche de certains compositeurs qui consiste à tout remettre en cause (ou presque) lorsqu'ils s'attaquent à une nouvelle composition.
C'est par exemple le cas du Japonais Yoshimatsu, ou de l'Américain Christopher Rouse..etc.et un peu Norgard.

Cela ne veut pas dire que je n'aime pas les "bons" compositeurs qui répondent à tes critères Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 15978
Age : 70
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Per Norgard, né en 1932   Mar 20 Juil - 20:15

Je ne sais pas si tu nous lis encore, Dorabella, mais je viens d'écouter un CD Chandos, qui comprend la Symphonie n° 6 "At the End of the Day", et un poème symphonique en 3 mouvements intitulé (en français) "Terrains vagues".

La symphonie, composée en 1999, commémore le passage à l'an 2000. Ses 3 mouvements, d'ailleurs, ne s'intitulent pas "mouvements", mais "passages". Les instruments graves ont la part belle dans cette oeuvre, en particulier dans le 2ème "passage". Au total, même si je n'en ferai pas ma tasse de thé, cette symphonie me plaît plus que celles que j'avais entendues précédemment.

Terrains Vagues date de 2000 se réfère à ces zones intermédiaires entre culture et inculture, entre terres incultes et civilisation. Les trois mouvements, enchaînés, s'intitulent Terrains, Vagues (vagues au sens de flots) et Terrains Vagues. Là aussi on entend beaucoup les instruments graves - tubas, contrebassons - mais aussi un accordéon et trois métronomes ! Au total, ça se laisse écouter, mais c'est bon pour une fois...
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10567
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Per Norgard, né en 1932   Mer 21 Juil - 16:22

joachim a écrit:
Je ne sais pas si tu nous lis encore, Dorabella, mais je viens d'écouter un CD Chandos, qui comprend la Symphonie n° 6 "At the End of the Day", et un poème symphonique en 3 mouvements intitulé (en français) "Terrains vagues".

La symphonie, composée en 1999, commémore le passage à l'an 2000. Ses 3 mouvements, d'ailleurs, ne s'intitulent pas mouvements", mais "passages". Les instruments graves ont la part belle dans cette oeuvre, en particulier dans le 2ème "passage". Au total, même si je n'en ferai pas ma tasse de thé, cette symphonie me plaît plus que celles que j'avais entendues précédemment.

Terrains Vagues date de 2000 se réfère à ces zones intermédiaires entre culture et inculture, entre terres incultes et civilisation. Les trois mouvements, enchaînés, s'intitulent Terrains, Vagues (vagues au sens de flots) et Terrains Vagues. Là aussi on entend beaucoup les instruments graves - tubas, contrebassons - mais aussi un accordéon et trois métronomes ! Au total, ça se laisse écouter, mais c'est bon pour une fois...

Mon cher Joachim,tu m'évoques là encore un compositeur qui m'est cher et c'est une musique qui ne se livre pas complètement à la première écoute. En fait,il est ce musicien idéal pour moi qui navigue entre modernité et tradition,entre hier et aujourd'hui. Le premier mouvement de TERRAINS VAGUES me fait vibrer et même danser. J'en adore l'emploi des instruments graves et le jeu presque agressif de l'accordéon. Ce sont aussi des climats sonores que j'adore chez le Danois.Pour cette raison,j'adore pratiquement toutes ses pièces orchestrales ainsi que ses symphonies avec peut-être une préférence pour la N°3 pour choeur et orchestre. La partie de son oeuvre qui me laisserait davantage dubitatif est sa musique de chambre, notamment ses pièces pour piano et surtout pour orgue qui m'ont dressé les cheveux sur la tête.

Sinon,je te conseillerais,si tu le veux bien,d'écouter SEADRIFT (1978) et NOVA GENITURA (1975) pour soprano et ensemble. L'ensemble est constitué d'une harpe,d'un violon, violoncelle,un luth,une guitare baroque,recorders,cromorne,clavecin,percussion et crotales. J'estime que ces deux oeuvres sont vraiment très belles avec des relents de musique ancienne. Cela me semble très accessible et chaque écoute est un bonheur renouvelé! Une dernière pièce accompagne celles citées ci-dessus; une pièce pour soprano et harpe intitulée FONS LAETTITIAE (1975). Plutôt jolie et apaisante. La soprano est BENTE VIST.

Vous allez voir,je vais réussir à faire danser Joachim sur TERRAINS VAGUES. En tout cas,pour quelqu'un qui n'est pas féru de musiques contemporaines,j'apprécie cet esprit de curiosité.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10567
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Per Norgard, né en 1932   Lun 11 Juil - 23:48

Voilà bien un compositeur  que j'aurai abordé par toutes les formes musicales qu'il aura explorées,le symphonigue,le concertant,les cordes,la musique de chambre,le choral,la musique appliquée,la forme opératique et le piano.

Avec "Animals in concert", "Cob weaver and other secrets...", "Nine friends", "Fragments I-IV", "Nine Studies" et "Four sketches",c'est un parcours singulier dans l'univers du piano selon le propre imaginaire de NORGARD - Pas l'univers le plus prenant et viscéral du compositeur mais quelque-part, le plus mystérieux et énigmatique à mon sens tant il m'a pris la main,m'a conduit dans son monde poétique froid et indescriptible et pourtant si personnel,si intimement expressif.

 Sinon,j'adore toutes ses symphonies,même la première dont tout le charme se situe dans son austérité - alors certes elle est moins agitée et extravertie que la N°1 de SIBELIUS dont j'apprécie certains passages - mais  elle me parait si sincère - J'adore souvent les premières symphonies exceptée celle de BEETHOVEN qui ne m'a jamais touché comme je l'espérais,j'ignore pourquoi...peut-être parce qu'il m'en fut dit beaucoup trop de bien... mais pour en revenir à NORGARD,sa troisième est ma préférée,une écriture magnifique des choeurs. Mais il y aurait beaucoup de choses à dire et à vanter dans l'oeuvre de NORGARD qui est l'un des compositeurs les plus intéressants et passionnants de son époque. Sans compter que le cinéma favorisa deux très belles compositions,le FESTIN DE BABETTE et LE PRINCE DE JUTLAND.  Au fond,sa musique me fascine bien autant que celle d'un SIBELIUS même si ce qu'elle m'apporte est évidemment (et HEUREUSEMENT) très différent. C'est un autre univers,une autre dimension sonore,une autre recherche,elle est en osmose avec son temps et finalement c'est ce qui en fait son intérêt,d'abord parce que ce compositeur possède un sacré talent,ensuite parce qu'il propose autre chose qu'un néo-classicisme rabâché dont les hauts-sommets ont été atteints par certains de ses illustres prédécesseurs. J'estime que NORGARD fut (et est encore) de ces grands compositeurs,au même titre que LIGETI,KAGEL,etc...,qui ont su faire rebondir la musique (dont la symphonie) vers autre chose. La musique danse sur de nouveaux rythmes,pétille de ses nouveaux timbres,jouit de tensions et colères nouvelles...et par ce fait,s'est créée de nouveaux adeptes desquels je fais partie et sans laquelle je serais sans doute moins mélomane que je le suis aujourd'hui. Very Happy


Dernière édition par Icare le Ven 13 Déc - 10:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10567
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Per Norgard, né en 1932   Ven 8 Juin - 11:39

Après une séance de symphonies avec Weinberg, voilà que j'aborde celles de Per Norgard avec un enthousiasme non dissimulé. Sept symphonies en tout. J'ignore si depuis il en a écrit une huitième. J'ai donc commencé dans un ordre chronologique en réécoutant les deux premières.

<< La Symphonie Austère constitue un exemple typique du ton spécial ou "Klang" qui règna dès le début du XXème siècle sur une grande partie de la musique nordique, dans laquelle la lumière apparaît presque toujours sur un fond de ténèbres: les forces de la tristesse pessimiste s'y manifestent sous un jour cru, presque sévère, comme si le Nordique vivait constamment en guerre contre les éléments ou sur le point d'y entrer. Le grand personnage du passé étant Sibelius, une allusion directe est faite à "Tapiola" dans le premier mouvement. Le jeune compositeur montre clairement le style qui lui est propre dans cette image sonore - l'idée d'un nouveau mouvement imprimé à la musique qui devait plus tard revêtir tant d'importance dans l'oeuvre de Norgard: les motifs souvent brefs, comparables à des signaux, se trouvent déplacés les uns par rapport aux autres, les efforts visant constamment à faire atteindre un caractère multidimentionnel à la musique, tandis qu'en chemin il règne une extrême liberté vis à vis de la tonalité... >> Jorgen L. Jensen.

La "Sinfonia Austera" me paraît moins austère qu'avant, sans doute parce qu'au fil des écoutes qui se sont succédées, l'approfondissement de cette oeuvre m'a permis de saisir tous les éléments sonores et poétiques qui la font vibrer de l'intérieur. J'adore le premier mouvement où Sibelius s'y trouve si bien réinventé pour ne pas dire si bien "norgardisé". En fait, je navigue tel un mousse heureux dans cette mer sobre et retenue, le coeur apaisé. Je dirais que cette musique m'apaise et me recueille. Je n'entends pas ses dissonances ou me sont-elles comme autant d'indices luminescents, ni même cette tristesse pessimiste évoquée par Jensen, non, je ressens plutôt un doux balancement entre la lumière et les ténèbres mais sans jamais que la lumière disparaisse totalement.

La seconde symphonie en un mouvement développe un univers très différent , plus obsessionnel et atmosphérique. Elle plante les bases d'une approche musicale originale et déterminée, lorsque Per Norgard développa son propre principe personnel de mise en mouvement de la musique, ce qu'il appela plus communément sa "série infinie", procédé qui fut développé à l'origine comme une technique sérielle propice à de constantes métamorphoses. J'aime aussi beaucoup cette symphonie, j'aime me soumettre à sa progression avec cette curieuse mais agréable impression d'immobilité mobile.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10567
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Per Norgard, né en 1932   Ven 8 Juin - 17:50

C'est rare que ça arrive, déjà parce que les oeuvres contemporaines ne bénéficient pas toujours de plusieurs interprétations, puis que lorsque j'en possède une je ne cherche pas forcément à en connaître une autre. Dans le cas de la Symphonie n°3 pour choeur et orchestre en deux mouvements avec alto solo (1972-75) de Per Norgard, je possédais la version de Tamäs Veto avec "The Danish National Radio Symphony Orchestra and Choir et Hedwig Rummel à l'alto. Quelques temps plus tard, apparut une nouvelle version en complément de sa septième symphonie qui jusqu'alors m'était inédite: par le "Danish National Symphony Orchestra", le "Danish National Vocal Ensemble" et le "Danish National Choir", sous la direction de Thomas Dausgaard et Ullah Munch à l'alto. Voilà l'unique raison pour laquelle je possède cette oeuvre en double. J'ai eu envie aujourd'hui d'écouter les deux versions et, après cette séance magnifique, je ne saurais dire avec certitude laquelle je préfère, peut-être la version de Tamäs Veto et encore je ne saurais dire avec précision pourquoi, peut-être parce que c'est celle que j'ai redécouverte en premier et qu'il y avait longtemps que je ne l'avais pas écoutée. J'adore cette symphonie, sans aucun doute ma préférée de Per Norgard qui aborde à merveille son principe de la "série infinie" évoquée plus haut.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10567
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Per Norgard, né en 1932   Dim 10 Juin - 17:38


Après avoir réécouté les symphonies n°4, 5, 6 & 7, je dirais que celle qui m'a le plus passionné est la Septième qui m'a parue très inspirée. Si la Cinquième et la Sixième sont assez captivantes, la Quatrième est la symphonie de Norgard que j'aime le moins.

Mon petit classement préférentiel est le suivant: 3, 7, 1, 6, 5, 2 & 4...une autre humeur pourrait éventuellement modifier mon classement entre la 1, 6 et 5.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10567
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Per Norgard, né en 1932   Jeu 9 Mai - 12:15

Citation :
Avec "Animals in concert", "Cob weaver and other secrets...", "Nine friends", "Fragments I-IV", "Nine Studies" et "Four sketches",c'est un parcours singulier dans l'univers du piano selon le propre imaginaire de NORGARD - Pas l'univers le plus prenant et viscéral du compositeur mais quelque-part, le plus mystérieux et énigmatique à mon sens tant il m'a pris la main,m'a conduit dans son monde poétique froid et indescriptible et pourtant si personnel,si intimement expressif.

Nouvelle écoute et même impression que celle évoquée dans ma citation. Very Happy Si les pièces pour piano de Per Norgard me passionnent moins que celles de George Antheil que j'ai écoutées juste avant, elles m'intriguent et m'aimantent par leur beauté insaisissable et énigmatique.

Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10567
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Per Norgard, né en 1932   Ven 13 Déc - 10:23

Icare a écrit:

Après avoir réécouté les symphonies n°4, 5, 6 & 7, je dirais que celle qui m'a le plus passionné est la Septième qui m'a parue très inspirée. Si la Cinquième et la Sixième sont assez captivantes, la Quatrième est la symphonie de Norgard que j'aime le moins.

Mon petit classement préférentiel est le suivant: 3, 7, 1, 6, 5, 2 & 4...une autre humeur pourrait éventuellement modifier mon classement entre la 1, 6 et 5.

Je vois que dans mon classement préférentiel, la Symphonie n°7 apparaît en seconde position, qu'elle fait donc indubitablement partie de mes préférences parmi les symphonies de Per Norgard. En la réécoutant, ce matin, je sus pourquoi, tant cette oeuvre est habitée de l'inspiration et du savoir-faire très personnel du compositeur danois, de par ses trouvailles rythmiques, son sens inouï des coloris; une symphonie qui se suit avec intérêt d'un bout à l'autre. Ce qui m'a définitivement conquis, ce sont les trois minutes finales qui sont particulièrement exquises de poésie et d'une finesse absolue, une musique qui s'élève vers le haut, vers l'Empyrée, une symphonie à laquelle il semble soudain pousser des ailes. Merveilleux.        On est loin de ces conclusions pompeuses et cuivreuses, pour ne pas dire bruyantes, qui pèsent des tonnes, comme une chape de plomb, écrasent tout sur leur passage, alors que le silence qui en suit apparaît à mes oreilles meurtries comme un air de délivrance. Rolling Eyes 
Pas de ça dans la Septième de Norgard, une fin poétique, merveilleusement poétique, comme dans un rêve.  
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10567
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Per Norgard, né en 1932   Lun 1 Déc - 19:46

Je viens de réécouter deux Concertos pour violon de Per Norgard; "Helle Nacht" (1986-7) & le N°2 "Borderlines" (2002), le premier interprété par Christina Astrand, le "Danish National Radio Symphony Orchestra" sous la direction de Thomas Dausgaard et le second par Rebecca Hirsch, le "Copenhagen Philharmonic Orchestra" sous la direction de Giordano Bellincampi. Aucun des deux ne fait vraiment partie de mes oeuvres préférées du compositeur danois. Disons qu'il s'agit d'oeuvres rigoureuses qui démontrent avec brio un immense savoir-faire ainsi que certaines fulgurances sonores comme dans le premier et dernier des quatre mouvements de "Helle Natch". Peut-il allier aussi de manière intéressante la percussion et le violon dans le second concerto, proposant ainsi une complicité insolite. Rien de creux dans l'un comme dans l'autre, mais rien de suffisamment émouvant ou fascinant à mon oreille pour les inclure dans une liste préférentielle.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10567
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Per Norgard, né en 1932   Sam 4 Avr - 22:39

J'avais écrit précédemment à propos de ses oeuvres pour piano:

<<Avec "Animals in concert", "Cob weaver and other secrets...", "Nine friends", "Fragments I-IV", "Nine Studies" et "Four sketches",c'est un parcours singulier dans l'univers du piano selon le propre imaginaire de NORGARD - Pas l'univers le plus prenant et viscéral du compositeur mais quelque-part, le plus mystérieux et énigmatique à mon sens tant il m'a pris la main,m'a conduit dans son monde poétique froid et indescriptible et pourtant si personnel,si intimement expressif.>>

A la réécoute de ces pièces pour piano, je pourrais réécrire ce ressenti à la virgule près, comme si cette musique, plutôt que de me prendre par les sentiments à la manière d'une oeuvre romantique, éveillait chez moi un autre sens, très certainement plus cérébral et ludique, voire poète. Plutôt que de me laisser emporter par la beauté première d'un piano qui me caresserait dans le sens du poil, c'est au contraire un piano qui construit des mélodies étranges, un piano que j'ai envie de suivre à la trace, un ingénieux jeu de pistes qui s'ouvre à moi. Ses dissonances me stimulent, son caractère ludique m'interpelle, même s"il y a des passages qui me plaisent évidemment moins que d'autres. Le désir d'aller jusqu'au bout finit toujours par être relancé. C'est sans doute là où se situe la magie de cette musique tonale/atonale: elle alimente mon esprit musical de façon espiègle et mystérieuse, avec une pointe de poésie ci et là...
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 10567
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Per Norgard, né en 1932   Mar 2 Juin - 23:14

La Symphonie n°3 (1972-1975) en deux mouvements, est vraiment son chef d'oeuvre dans le domaine de la symphonie. C'est selon moi la plus aboutie, la plus atypique, la plus inspirée, la plus géniale de ses symphonies. Il y avait sans doute trop longtemps que je ne l'avais pas réécoutée. Dans mon souvenir, je pensais que les choeurs étaient présents dès le premier mouvement qui est en réalité purement instrumental et pourtant si captivant à suivre dans l'agencement original des sons, dans la combinaison rigoureusement méthodique...et si poétique...des instruments entre eux qui ont une allure de chorale...enfin, j'entends par-là des instruments qui ressemblent à des voix s'entremêlant les unes aux autres. Une présence lyrique semble d'ailleurs s'y greffer incidieusement par les cordes. Les choeurs interviennent dans le fabuleux second mouvement qui se développe sur presque 26 minutes, mais pas de suite. La matière instrumentale achemine ses couleurs dans un art de l'agencement propre au compositeur qui finit par se propager aux choeurs qui, eux, entrent discrètement dans la symphonie, presque lointains au tout début, avant de s'imposer sur le devant de la scène. La musique prend alors toute sa dimension spirituelle et onirique.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Per Norgard, né en 1932   

Revenir en haut Aller en bas
 
Per Norgard, né en 1932
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: