Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Duke Ellington

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16544
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Duke Ellington   Jeu 9 Oct - 17:35

Edward Kennedy Ellington était un pianiste, compositeur et chef d'orchestre américain né le 29 avril 1899 à Washington et mort le 24 mai 1974 à New York.

Edward Kennedy « Duke » Ellington est né le 29 avril 1899 à Washington D.C. aux États-Unis. Avant de s’intéresser à la musique, c'était un jeune fanatique de baseball. Cependant, après un fâcheux incident impliquant un bâton de baseball et son visage, sa mère, Daisy Kennedy, crut préférable de l’inscrire à des leçons de piano. C’est alors que l’artiste commençe, à l’âge de sept ans, une carrière qui allait devenir « historique ». Malgré les efforts de son professeur, Mrs. Clinkscales, le jeune Edward mit un long moment avant de s’investir dans l’art, ses intérêts étant encore « sportifs ».
Toutefois, le désir de jouer du piano grandissait peu à peu dans son esprit, probablement influencé par ses parents, tous deux pianistes. Son père J.E. Ellington était un homme bien implanté dans la société et il apprit très jeune à Edward l’importance d’avoir confiance en soi. Sa mère, plutôt distinguée, lui apprit les bonnes manières.
De par son apparence digne et bourgeoise, et ses manières aristocratiques, ses camarades de classe commencèrent à le surnommer le « Duke », surnom qu’il porta avec grâce et dignité tout au long de sa vie. À l’été 1914, alors qu’il travaillait comme vendeur de boissons gazeuses au Poodle dog cafe, il composa sa première pièce : Soda fountain rag aussi connue sous le nom de Poodle dog rag. Ne sachant ni lire ni écrire la musique à cette époque, Duke composait de mémoire. Son professeur, Mrs. Clinkscales, lui donnait les instructions oralement : pour lui ce fut une véritable bénédiction et il utilisa grandement cette faculté tout au long de sa vie.
Tranquillement, Duke commence à réaliser que son amour de la musique est loin d’être éphémère et c’est ainsi qu’en 1916, alors qu’il n’était qu’à trois petits mois de son diplôme en art graphique, il quitta l’école pour se consacrer entièrement au piano. Les nombreux voyages à travers l’Amérique faits avec sa mère lui permirent de se produire non seulement à Washington mais aussi à Philadelphie et Atlantic City, dans le New Jersey. Dans son auto-biographie, Music is my Mistress, Duke raconte qu’il comprit très vite qu’il y avait toujours une belle fille installée au creux d’un piano lorsque celui-ci était joué avec grâce : I ain’t been athlete since! rajoute-t-il.
De 1917 à 1919, Ellington lance officiellement sa carrière de musicien. Il travaille au même moment dans la publicité et comme coursier pour la marine américaine. C'est à cette époque qu'il quitte la demeure familiale pour une maison qu’il s’est achetée grâce à quelques économies réalisées lors de concerts, et il amorce la création de son premier groupe jazz : The Duke’s Serenaders. Ce groupe est d’abord formé de camarades de classe et ensuite rejoint par quelques musiciens un peu plus expérimentés, dont Arthur Whetsol à la trompette, Otto (Tobby) Hardwick au saxophone et bien sûr son grand compagnon Sonny Greer à la batterie. Ils se produisent aussi en compagnie d’un joueur de banjo local du nom de Elmer Snowden. Après quelques spectacles promotionnels réalisés à l’école, le groupe donne son premier concert officiel au Reformer's Hall à l’hiver 1917. Ce baptême de la scène lui rapporte un beau gros 75 cents.
Tout au long de sa vie, Duke voue une très grande admiration à sa mère. Tellement qu’il ne respecte pas tellement les autres femmes. Au printemps de 1917, Duke se lie d’amitié avec Edna Thompson, une jolie fille du voisinage, avec qui il se marie le 2 juillet de l’année suivante, et qui donne naissance à leur premier enfant, Mercer Kennedy Ellington, le 11 mars 1919. En 1920, un deuxième enfant perd malheureusement la vie durant l’accouchement. Pendant ce temps, côté musique, le groupe bat son plein et repousse les barrières raciales en jouant autant devant un public noir que blanc. Avec la ségrégation en vigueur à cette époque, peu de gens laissent de la place à la musique afro-américaine et encore moins au mélange des couleurs. Ellington joue principalement pour la haute société, les grandes réceptions, mais aussi pour un public plus jeune et moins bourgeois. Bref, son amour pour la musique laisse bien peu de place à toutes les barrières hiérarchiques de la société, ce qui lui permet très tôt de s’ouvrir sur toute l’Amérique.

Début de carrière

Lorsque l’occasion d’aller jouer à New York s’offre à Sonny Greer, Duke décide de laisser temporairement son succès grandissant de Washington pour aller tenter sa chance lui aussi dans la « grosse pomme », plus précisément à Harlem. Le groupe, alors sous la direction de Snowden, commence à travailler au Harlem’s Exclusive Club et Ellington est engagé comme pianiste au Connie’s Inn, tout comme sa femme qui, après son arrivée en compagnie de leur enfant, trouve un emploi comme hôtesse dans le même hôtel. Vers la fin de l’automne, Snowden et le groupe se séparent et Duke, assisté de Greer en créent un nouveau : The Washingtonians. En juin 1924, Sidney Bechet, saxophoniste de renom, joint le groupe et commence la deuxième tournée en Nouvelle-Angleterre avec eux. Moins de trois mois plus tard, Duke le renvoie après qu’il ne s'est pas présenté à trois concerts. Grâce à Jo Trent, chanteur compositeur interprète, le groupe accompagne plusieurs chanteurs populaires dont Trent lui-même, et enregistre leur premier disque en tant que Washingtonians. Duke et Trent composent leur premier tube : Pretty soft for you. Le jeune compositeur offre 7 titres majeurs durant cette année-là, dont le populaire Choo Choo.
1925 : Le groupe monte en popularité et les tournées sont de plus en plus fréquentes (Pennsylvanie, Nouvelle-Angleterre ainsi que l’ouest de la Virginie). Après deux incendies douteux, le Hollywood Club ouvre ses portes de nouveau mais cette fois sous le nom de Kentuky Club et le groupe s’y installe. En même temps, Greer et Duke forment un duo (Ellington twins) et accompagnent plusieurs artistes dont la chanteuse Alberta Jones. 1927 est une année déterminante dans la progression d'Ellington et son orchestre. Au début de Janvier, WHN, une station radio-jazz, diffuse les spectacles des Washingtonians (groupe maintenant appelé « Duke Ellington and his Kentucky Club Orchestra) en direct. En février, Le groupe enregistre pour la première fois avec la compagnie Brunswick, sous le nom des Washingtonians, ce qui leur permet de continuer d’enregistrer avec d’autres compagnies en tant que Duke Ellington and his Kentucky Club Orchestra. De plus, Ellington s’associe avec Irving Mills et lui donne l’exclusivité sur toutes les publications de ses compositions. Cette association permet au jeune compositeur de garder le contrôle sur le groupe et sur son talent de compositeur. I. Mills propulsera Duke et son orchestre vers un sommet de popularité avec des contrats dans les plus grandes maisons de disques dont : Columbia, Victor, Brunswick.
Vers la fin novembre, le jeune artiste et son groupe auditionnent et sont engagés pour jouer au Cotton Club, le cabaret le plus en vogue en matière de jazz à New York. Ils jouent pour la première fois le 04 décembre de la même année. Pendant que sa carrière prend son envol, son mariage dégringole. Duke se sépare d’Edna après qu’elle lui a coupé le visage avec une lame de rasoir durant une de leurs nombreuses disputes. Elle l’accuse de fréquenter plusieurs autres femmes.
1929 marque l’apport très important, bien que bref, de Bubber Miley, un trompettiste chevronné qui changera le « feeling » musical du groupe, avec sa sonorité "growl" et le jeu avec sourdine, caractéristique du style "jungle". Le style jusqu’alors assez rigide s’ouvre tranquillement, et le son se rapproche beaucoup plus du « blues ». Après qu'il a aussi contribué à quelques compositions, le groupe se voit dans l’obligation de se défaire de ses services en raison de son important problème d’alcool. Il sera remplacé par Charlies « Cootie » Williams.
Plus les années passent et plus le Cotton Club devient la place de prédilection pour les grands artistes de l’époque : Al Jolson, Ruby Keeler et même Maurice Chevalier, avec qui Ellington joue pour une tournée de deux semaines. En 1930, Duke apparaît dans le premier d’une impressionnante liste de film Black and Tan, où il joue le personnage principal : « Duke ».
En 1931, Ellington et son orchestre quitte le Cotton Club et commence une longue tournée de 18 semaines à travers les États-Unis. Après un arrêt à Chicago, il engage une jeune femme du nom de Ivie Anderson… une attraction spéciale … qui fera le reste de la tournée avec eux. Peu de temps après, elle commence une carrière de chanteuse pour le Duke avec It Don’t Mean a Thing (If It Ain’t Got that Swing).

Le « Golden age »

Les ventes de disques se ressentent grandement des problèmes économiques qui sévissent dans le pays, mais Duke et ses musiciens survivent, en grande partie en raison de la radio, qui continue de lui faire une très importante publicité. Avec l’aide celle-ci, Duke et son orchestre entrent dans une période (1932-1942) que plusieurs analystes appellent le « Golden age » en raison de la prospérité qui finit par revenir. En effet, après la grande dépression, la musique blues et le jazz connaissent un énorme essor et l’orchestre d’Ellington n’y fait pas abstraction. En 1933, Ellington sort des États-Unis pour une tournée en Angleterre ce qui lui vaut maintenant la reconnaissance internationale tant recherchée par Mills. Le 16 mars 1934 il est invité, ainsi que son orchestre, à jouer pour la cérémonie des Academy Awards. Par la suite, les tournées se succèdent et Duke continue d’apparaître dans plusieurs films à Hollywood.
La la mort de sa mère en 1935, fait plonger Duke dans une dépression profonde et pendant quelques mois sa carrière subit un important ralentissement. Il compose Reminiscing in tempo en son honneur. Pendant ce temps, l’arrivée du jukebox propulse la musique swing dans tous les Etats et le style devient de plus en plus populaire. Plusieurs nouvelles figures font surface : Jimmy Dorsey, Benny Goodman, Jimmie Lunceford et Tommy Dorsey en sont quelques exemples. « Jazz is music, swing is business. » Peu importent les courants, Duke ne se laisse pas influencer et poursuit brillamment avec une sonorité de plus en plus dense et recherchée ; il ne ne s’arrête pas à ces différents styles : «Il n'existe que deux sortes de musique : la bonne et la mauvaise.»
Entre quelques visites dans sa ville natale, Ellington compose le 17 juillet 1936 « It Was a Sad Night in Harlem » en référence à son ami le boxer Joe Louis qui avait perdu son combat le 19 du mois précédent. Près de deux ans après la mort de sa mère, c’est au tour de son père J.E. Ellington de rendre l’âme; ce décès a un moins grand impact sur le compositeur. En décembre 1938, Duke rencontre pour la première fois le jeune Billy Strayhorn, un musicien local, alors âgé de 23 ans. Après l’avoir entendu interpréter une de ses chansons, Duke le prend sous son aile et l’engage comme parolier. Peu à peu, celui qui avait des antécédents d’études classiques devient un élément indispensable du groupe, polissant et arrangeant plusieurs compositions de Ellington.
Duke composa beaucoup de succès qui contribuèrent à sa renommée mondiale durant les années trente. C’est d’ailleurs sur une tournée très réussie que prendra fin cette décennie durant laquelle il composa Mood Indigo en 1930, It Don’t Mean a Thing (If It Ain’t Got that Swing) en 1932, Sophisticated Lady en 1933, In a Sentimental Mood en 1935, Caravan en 1937 avec Juan Tizol, I Let A Song Go Out Of My Heart en 1938, suivit de Do Nothing Till You Hear from Me en 1940 et Take the "A" Train (écrit avec la participation de Billy Strayhorn) en 1941.

Les années 40

Très tôt durant cette décennie, l’orchestre de Duke atteignit un sommet encore jamais atteint jusque là. Le 6 mars 1940, Ellington signe avec la nouvelle maison de production RCA Victor un contrat exclusif. À l’automne, Cootie Williams quitte le groupe pour des raisons personnelles et Ellington fait venir son fils Mercer avec lui sur les tournées en l’engageant comme technicien. Les nouvelles compositions pleuvent et Ellington peut compter sur Billy Strayhorn et Mercer en tant que partenaires compositeurs. Plusieurs succès naissent à cette époque très lucrative. “Cotton Tail", "Mainstem", "Harlem Airshaft" et "Streets of New York" en sont quelques exemples. Take the A Train, composé par Strayhorn connaît un succès fulgurant.
L’objectif à long terme de Ellington était d’élargir la forme « 3 minutes » des pièce jazz de l’époque. Lui et son orchestre désirent augmenter la durée ainsi qu’élaborer les textes d’avantage. Avec une bonne technique en poche, Strayhorn aide Duke à composer un prototype : Black, Brown and Beige, qui raconte l’histoire des afro-américains et qui sera joué pour la première fois au célèbre Carnegie Hall. Toutefois, ces longues compositions n’eurent pas un énorme succès comme en témoigne Jump for Joy qui ne fut joué qu’à seulement six reprises. Après le départ de sa choriste et amie intime Ivie Anderson, plusieurs filles se relaient à ce poste et Ellington en profite pour explorer de nouveaux horizons... ce qui cause le départ de Toby Hardwick saxophoniste de longue date, qui n’accepte pas l’attitude de Duke à se sujet. Peu à peu, le jazz perd de sa popularité et le groupe d’Ellington connaît un ralentissement considérable. De 1947 à 1951, le compositeur cesse pratiquement de composer et fait plusieurs tournées dont une européenne où le groupe joue 74 spectacles en 77 soirs.
En 1951, l’orchestre d’Ellington perd beaucoup de lustre avec le départ de Sonny Greer, Lawrence Brown et Johnny Hodges qui veulent évoluer en solo. Malgré tout, Duke continue de faire plusieurs apparitions dans différentes émissions télévisées.

Renaissance

La prestation d’Ellington au festival de Jazz de Newport en 1956 lui redonne de la visibilité et une nouveau public commence à s’intéresser à sa musique. Avec le retour de Hodges et sa réa- filiation avec Strayhorn, et des chansons telles que : Such Sweet Thunder et The Queen’s Suite, en l’honneur de la reine Élizabeth II. Duke connait un regain de popularité. En 1957, un nouveau contrat avec Columbia Records lui permet d’enregistrer Elligton at Newport qui devient meilleur vendeur. Il s’associe avec la maison pour 6 ans ainsi qu’avec Irving Townsend qui s’occupera du côté commercial et aussi artistique. Strayhorn et Ellington commencent l’écriture de musiques de films et en 1958, une tournée européenne est encensée par la critique. En 1959, Ella Fitzgerald enregistre plusieurs chansons avec Ellington et son orchestre ce qui vaut maintenant au Duke sa place parmi Great Americain Songbook. Par la suite, Ellington joue avec plusieurs grands noms dans le domaine de la musique : Count Basie, Frank Sinatra, Coleman Hawkins et plusieurs autres. 1966 marque le début de la composition classique pour Duke, et il compose un concert de musique sacrée. Après trois représentations 67,68 et 73, Duke annonce qu’il s’agit de sa période de composition la plus importante en raison du sérieux et de l’affection qu’il accorde à la religion : «J'ai eu trois éducations : la rue, l'école, la Bible ; c'est finalement la Bible qui compte le plus. C'est l'unique livre que nous devrions posséder.» Ses compositions sont maintenant devenues des standards de la musique et Ellington est plusieurs fois récompensé pour son travail colossal. Mai 1974, un mois après son 75e anniversaire de naissance, Duke succombe à une pneumonie. Plus de 12 000 personnes assistent à ses funérailles dont Ella Fitzgerald qui dit quelques mots : Its a very sad day. A genius has passed ! Côté musical, Mercer reprit immédiatement les rènes et dirigea l’orchestre pendant plusieurs années.
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16544
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Duke Ellington   Jeu 9 Oct - 17:54

Il est l'une des figures les plus importantes du jazz, voire de toute la musique américaine. En effet, il est considéré comme un des plus grands et des plus prolifiques compositeurs du xxe siècle, ayant développé de nouvelles idées symphoniques basées sur l'expression et l'intonation du jazz et du blues et ayant laissé au jazz de nombreux standards.

Son orchestre comprenait des musiciens qui étaient parfois considérés comme des géants du jazz et qui sont restés dans certains cas pendant des décennies avec lui. Certains d'entre eux étaient dignes d'intérêt par eux-mêmes, mais c'était surtout Ellington qui les transformait en l'un des orchestres les plus connus de l'histoire du jazz. Il avait l'habitude de composer spécifiquement pour certains de ses musiciens en tenant compte de leurs points forts, comme par exemple « Jeep's Blues » pour Johnny Hodges, « Concerto for Cootie » (« Do Nothing Till You Hear from Me ») pour Cootie Williams et « The Mooche » pour Tricky Sam Nanton. Il a aussi enregistré des morceaux composés par les membres de son orchestre, comme « Caravan » et « Perdido » de Juan Tizol. Après 1941, il collabore fréquemment avec le compositeur et arrangeur Billy Strayhorn qu'il appelle son alter ego.

Il était une des personnalités noires américaines les plus célèbres du xxe siècle, a enregistré pour un grand nombre de maisons de disque américaines, et a joué dans plusieurs films. Ellington et son orchestre font des tournées régulières aux États-Unis et en Europe depuis la création de l'orchestre en 1923 jusqu'à sa mort en 1974. Son fils Mercer Ellington prit ensuite les rênes de l'orchestre jusqu'à sa mort en 1996. Aujourd'hui l'orchestre est placé sous la direction de Barry Lee Hall, Jr.

Son orchestre, véritablement symphonique, n'avait rien à envier à un orchestre symphonique classique. Plusieurs compositions, comme :

la suite Black, Brown and Beige 1944
Les Trois Rois Noirs (Three Black Kings) 1973
New York A.Comin (pour piano et orchestre) 1943
Harlem, pour jazz-band et orchestre 1945


peuvent être assimilées à des oeuvres "classiques"
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
avatar

Nombre de messages : 21017
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: Duke Ellington   Jeu 9 Oct - 18:46

J'aime assez sa musique
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Bel Canto
Admin
avatar

Nombre de messages : 5927
Age : 61
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: Duke Ellington   Lun 4 Juil - 21:29

La rencontre de Duke Ellington et de Tchaïkovsky survint alors qu'il était en résidence à Las Vegas avec son orchestre au Riviera Hotel. C'était la première fois qu'il décidait de consacrer un album entier à l'oeuvre d'un autre compositeur. La Suite (succession de danses) était une forme qu'il affectionnait tout particulièrement. Comme les ballets de Tchaïkovsky restent encore à ce jour surtout connus pour leurs suites de morceaux choisis, c'est naturellement qu'Ellington, et son collaborateur en arrangement et composition, véritable alter ego, le pianiste Billy Strayhorn s'attellent à l'arrangement du célèbre conte de Noël de Tchaikovsky 'Casse Noisette' ...
Reste cet hommage ébouriffant d'un des grands génies de l'écriture jazz à un de ses pairs 'classiques', grand mélodiste et maître de l'orchestration s'il en fut. Ellington déclara qu'il veillait à user de la musique des autres comme il aimerait que l'on fit de la sienne.
Avec déférence, avec respect, avec une science et une spontanéité inouïe.

Extrait du livret - Festival musical de Wallonie - juillet 2011

Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16544
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Duke Ellington   Mar 5 Juil - 17:04

Elle est tellement transformée qu'on a du mal à reconnaître l'ouverture miniature de Casse Noisette (sauf un peu dans le solo de trompette) ! Sinon, musicalement parlant, c'est pas mal.
Revenir en haut Aller en bas
Bel Canto
Admin
avatar

Nombre de messages : 5927
Age : 61
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: Duke Ellington   Mar 5 Juil - 18:41

Tout à fait et effectivement, c'est assez difficile à reconnaître ...
Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
santorino

avatar

Nombre de messages : 100
Age : 54
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Duke Ellington   Mer 3 Aoû - 14:42

Connaissez-vous The Mooche?http://youtu.be/m_-IpeU2Su4
Revenir en haut Aller en bas
Stadler
Admin
avatar

Nombre de messages : 4199
Age : 47
Date d'inscription : 09/11/2006

MessageSujet: Re: Duke Ellington   Mer 3 Aoû - 14:53

santorino a écrit:
Connaissez-vous The Mooche?http://youtu.be/m_-IpeU2Su4

Oui, composé par The Duke pour ses musiciens "Tricky Sam" Nanton, trombone et Bubber Miley, trompette.


Du coup, je pense à un autre morceau d'Ellington : Chloé dont Boris Vian parle à plusieurs reprises dans l'Ecume des Jours.

Revenir en haut Aller en bas
http://clarinette-classique.forumactif.fr/index.htm
santorino

avatar

Nombre de messages : 100
Age : 54
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: The Duke!   Mer 3 Aoû - 15:02

Merci pour ce morceau que je ne connaissais pas. Sais-tu quel est l'instrumentiste qui joue de la sourdine, comme dans The Mooche?
Revenir en haut Aller en bas
Stadler
Admin
avatar

Nombre de messages : 4199
Age : 47
Date d'inscription : 09/11/2006

MessageSujet: Re: Duke Ellington   Mer 3 Aoû - 15:47

Pour The Mooche, je suis quasi certain que c'est Bubber Miley car :
1- c'est une trompette
2- il est dédicataire du morceau Wink

Pour Chloé, ce doit être Tricky Sam" Nanton au trombone Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://clarinette-classique.forumactif.fr/index.htm
santorino

avatar

Nombre de messages : 100
Age : 54
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: The Duke!   Mer 3 Aoû - 16:11

L'utilisation de la sourdine dans ces morceaux est je trouve assez réjouissante, ça "singe" la voix de manière ludique et cocasse!
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16544
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Duke Ellington   Sam 22 Aoû - 19:55

Sophisticated Ladies est une revue musicale basée sur la musique de Duke Ellington.

Après quinze avant-premières, la production de Broadway, conçue par Donald McKayle, réalisée par Michael Smuin, et chorégraphiée par McKayle, Smuin, Henry Letang, Bruce Heath, et Mercedes Ellington, fut donnée le 1er mars 1981 au Lunt-Fontanne Theater, et fut suivie de 767 représentations en deux ans. L'orchestration était de Al Cohn, les arrangements de Mayers Lloyd, avec le fils de Duke Ellington, Mercer Ellington, à la direction musicale

La première distribution comprenait Gregory Hines, Judith Jamison, Phyllis Hyman, Hinton Battle, Gregg Burge, et Mercer Ellington. Le frère ainé de Gregory Hines, Maurice, se joignit à la troupe plus tard.

Le premier acte relate les débuts d'Ellington au Cotton Club jusqu'à son premier grand succès, alors que le deuxième acte s'attache à l'homme privé et à l'artiste.

Les titres en étaient Mood Indigo, Take the "A" Train, I'm beginning to see the light, Hit me with a hot note and watch me bounce, Perdido, Caravan, Do it mean a thing (If It aint got that swing), I let a song go out of my heart, Old man blues, In a sentimental mood, Sophisticated lady, Don't get around much anymore, Satin Doll, I got it bad and that ain't good, Do nothing till you hear from me, I'm just a lucky so-and-so et Solitude.

La revue a été nommée pour huit Tony Awards en 1981 et a finalement obtenu le prix du meilleur second rôle (Battle Hinton) et des meilleurs costumes (Willa Kim).


On trouve ces "Dames sophistiquées" sur ce CD :



Seulement, si j'aime assez le jazz instrumental, je suis plutôt réticent au jazz chanté. Alors, je n'ai écouté que des extraits de ce disque qui dure 73 minutes : trop pour moi Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
mazurka

avatar

Nombre de messages : 371
Age : 37
Date d'inscription : 27/07/2010

MessageSujet: Re: Duke Ellington   Lun 22 Fév - 18:54

Et Caravan ! ça me rappelle le final de Wiplash quand je l'écoute  Very Happy

Revenir en haut Aller en bas
mazurka

avatar

Nombre de messages : 371
Age : 37
Date d'inscription : 27/07/2010

MessageSujet: Re: Duke Ellington   Lun 22 Fév - 18:57

Pour comparer, le voilà :

Revenir en haut Aller en bas
Pianoline
Mascotte du forum
Mascotte du forum
avatar

Nombre de messages : 2021
Age : 24
Date d'inscription : 08/06/2011

MessageSujet: Re: Duke Ellington   Lun 22 Fév - 20:32

Moi j'aime encore plus sa musique Chloé, que j'ai découvert grâce au merveilleux film L'écume des jours, tiré du roman du même nom de Boris Vian. J'adore cette nonchalance et ce brin de séduction jazzy dedans !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Duke Ellington   

Revenir en haut Aller en bas
 
Duke Ellington
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique de films, du monde & divers :: Autres styles musicaux-
Sauter vers: