Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Paul Le Flem (1881-1984)

Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 17938
Age : 72
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Paul Le Flem (1881-1984)   Sam 19 Avr - 17:58

Le compositeur français Paul Le Flem est né à Lézardrieux (Côtes-d'Armor) le 18 mars 1881 et mort à Tréguier le 31 juillet 1984 à l'âge de 103 ans.

Orphelin à douze ans, Le Flem fut un brillant élève du lycée de Brest et apprit en autodidacte les rudiments de la musique. Joseph Farigoul, chef de la Musique des Équipages de la Flotte, après avoir entendu ses petites pièces, qu'il juge prometteuses, l'incite à gagner Paris dès 1899 pour s'inscrire au Conservatoire. Il obtint également une licence de philosophie à la Sorbonne, où il suivit les cours d'Henri Bergson. En 1902, il partit comme précepteur à Moscou et y apprit le russe.
Dix-huit mois plus tard, il s'inscrivit à la Schola Cantorum, où il étudia avec d'Indy et Roussel. En 1923, succédant à Roussel, il devint professeur de contrepoint jusqu'en 1939 et eut pour élèves Erik Satie et André Jolivet. De 1905 à 1913, il composa ses premières œuvres importantes et connut alors une période créatrice extrêmement féconde qui s'interrompit avec sa mobilisation durant la Grande Guerre.
De 1921 à 1937, il assura la critique musicale au quotidien Comœdia et reconnut le talent d'Igor Stravinski et de Darius Milhaud. D'une intelligence vive et d'une grande ouverture d'esprit, il défendit toute œuvre ayant retenu son attention, fût-elle éloignée de ses goûts. Il sut cependant toujours payer sans ostentation un tribut à ses origines bretonnes, par exemple en s'inscrivant au mouvement artistique breton des années 30, les Seiz Breur. Évitant les querelles d'écoles, de nationalité ou de génération, il n'hésita pas à envoyer son élève André Jolivet travailler auprès d'Edgard Varèse, alors totalement méprisé. Parallèlement, il exerça comme chef de chœur et pédagogue. Il se remit à composer en 1936 et dut s'arrêter en 1975 du fait de sa cécité.

Son œuvre

Les œuvres de Le Flem révèlent l'influence de la musique du xvie siècle, du folklore breton et, surtout, de Debussy.
Dans ses œuvres de jeunesse, il composa surtout pour les instruments, notamment une Sonate pour violon et piano, un Quintette avec cordes et quatre grandes pièces pour piano : Par Landes, Par Grèves, Vieux Calvaire et Avril. Pour l'orchestre, il composa une Symphonie, une Fantaisie avec piano solo, Les Voix du Large et, inspiré par un cantique breton, Pour les Morts (1913). Outre quelques mélodies et chœurs, il écrivit Aucassin et Nicolette (1909), accompagnement pour représentation d'ombres chinoises transcrit pour la scène en 1924.
Les œuvres de la maturité mirent fin à une période d'inactivité créatrice de près de vingt ans et concernèrent surtout l'art lyrique. En 1938, il composa son premier opéra, Le Rossignol de Saint-Malo, qui fut créé à l'Opéra-comique en 1942. Son deuxième opéra, La Clairière des Fées (1944), ne fut jamais joué. Il tira de La Magicienne de la mer (1954), qui fut un échec, deux Interludes, rares pages instrumentales créées durant cette époque, avec la 2e Symphonie (1956).
Durant sa vieillesse, Le Flem composa des ouvrages vocaux (Morvenn le Gaélique et Hommage à Rameau), une œuvre atonale, le Concertstück pour violon et orchestre (1964), une 3e Symphonie (1971), une 4e Symphonie (1975), La Maudite, opéra jamais représenté et ses Préludes pour orchestre (inachevés, 1976).

Source : Wikipedia.

Entendu très récemment un merveilleux Quintette pour piano et cordes en mi mineur de 1909, ainsi que sa sonate pour violon et piano en sol mineur de 1905. Si le quintette est différent de celui de Franck parce que moins tourmenté et qu'il fait appel à un folklore breton imaginaire il me semble qu'il l'égale pour  la beauté et le maniement des thèmes.
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
avatar

Nombre de messages : 21009
Age : 43
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: Paul Le Flem (1881-1984)   Sam 19 Avr - 23:48

C'est étonnant qu'en ayant eu une vie si longue il ne soit pas plus connu. confused
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 17938
Age : 72
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Paul Le Flem (1881-1984)   Mar 3 Fév - 15:44

Une biographie plus complète :

http://brahms.ircam.fr/composers/composer/2014/

J'ai écouté sa première symphonie en la majeur, enregistrée chez Timpani par l'orchestre de Bretagne dirigé par Claude Schnitzler.

Voici une oeuvre où la présence de thème bretons est indéniable. Par cette symphonie et ses oeuvres contemporaines, Paul Le Flem est en quelque sorte le Vincent d'Indy breton, par son lyrisme et son amour du pays.

A mon humble avis, elle est trop méconnue, alors qu'elle pourrait se ranger aux côtés de la symphonie de Chausson ou celle de Dukas.

Avec 44 minutes, c'est la plus longue des 4 symphonies de Paul le Flem et la plus intéressante pour moi. Les oeuvres de sa première période ont un côté post romantique tout à fait séduisant. Par contre, celles de sa dernière période (dont font partie les symphonies 3 et 4) entrent dans le sérialisme et me plaisent beaucoup moins.



Catalogue des oeuvres principales :
Source : http://www.compositeursbretons.com/www/sonaozer/fra/compositeurs-detail.asp?id_compositeurs=3


Oeuvres symphoniques et opéras

Sept pièces enfantines
Symphonie pastorale 1897
Orphée et Euridice, poème symphonique 1899
Symphonie n° 1 1906-1908
Les Voix du large 1910-11
Fantaisie pour piano et orchestre 1911
Danses 1912
Pour les morts 1920
Kercado, ballet en un acte 1933
La Folie de Lady Macbeth 1935
Le grand jardinier de France 1942
Adagio et Ronde des fées 1943
Le Village, poème symphonique 1943
Magicienne de la mer 1952
Hommage aux frères Lumière 1955
Impromptu 1956
Symphonie n° 2 1957
Jeu de mouettes 1957
Concertstück, pour violon et orchestre 1964
Symphonie n° 3 1967
Symphonie n° 4 1971-1974
Préludes 1975


Oeuvres de musique de chambre

Concertstück, pour violon et piano
Pavane de Mademoiselle, style Louis XIV, pour 2 violons, alto, violoncelle et contrebasse 1899
Heure pesante, quatuor à cordes 1902
Morceau en la mineur pour quatuor à cordes 1903
Soleils couchants pour baryton et piano 1904
Sonate pour piano et violon 1905
Quintette en mi mineur, pour 2 violons, alto, violoncelle et piano 1909
Danse désuète pour violon, alto, violoncelle et harpe 1909
Pièce lente pour orgue 1909
Danse désuète pour harpe 1909
Clair de lune sous bois pour harpe 1909
Clair de lune sous bois, version pour flûte, violon, alto, violoncelle et harpe 1952


Oeuvres pour piano et mélodies

Pour les morts pour piano à 4 mains
Les Paralytiques
Les Korrigans, valse bretonne pour le piano 1896
Mélancolie 1896-99
Éponine et Sabinius 1898-99
Pièce pour piano 1903
Par grèves & Par Landes 1907
Vieux calvaire 1910
Le Chant des genêts 1910
Avril 1910
Sept pièces enfantines 1911
Danses pour piano à 4 mains 1912
Paysage maritime 1917
Paysage champêtre 1917
Première symphonie pour piano à 4 mains 1928
Émotion 1938
Pour la main gauche 1961


Oeuvres vocales et religieuses

Deux chants bretons
Clair de lune pour chant et orchestre
Le Grillon du foyer pour chant et orchestre
Arpège pour chant et orchestre
Voix au bord de la mer
Soleils couchants pour chant et orchestre
Mandoline pour chant et orchestre
Requiem 1896
Orphée aux enfers 1896-99
Caïn, cantate 1902
Endymion et Séléné 1902-03
Aucassin et Nicolette 1908
Tu es Petrus 1909
Côtes tragiques 1911
Crépuscule d’Armor 1914
Crépuscule d’Armor 1914
Crépuscule d’Armor 1914
Crépuscule d’Armor 1914
Invocation pour chant et orchestre 1919
Hymne au vin 1925
Ar Vatez vihan 1935
Pourbaez vihan 1935
La Fête du printemps 1936-37
Le Rossignol de Saint-Malo 1938-42
La Clairière des fées 1943
Magicienne de la mer 1947
Dionysos 1948
Dix chants populaires écossais 1952
Neuf chansons bretonnes 1954
Dix-huit chants populaires bretons 1955
Morvenn Le Gaélique 1963
La Maudite, gwerz dramatique, pour solistes, chœur et orchestre 1966-68
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 12523
Age : 54
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Paul Le Flem (1881-1984)   Mar 19 Juil - 16:20

Ecoute des oeuvres symphoniques de Paul Le Flem: Pour les morts,Sept pièces enfantines,Le grand jardinier de France et la Symphonie n°4. Le compositeur qui a vécu 103 ans ne m'a pas vtraiment impressionné ni simplement ému! Mon humeur du moment où un style qui me glisse un peu dessus? C'est toujours très personnel, un ressenti surtout qu'il y a chez lui une écriture rigoureuse et une expression vigoureuse qui peut séduire. Sans avoir forcément passé un désagréable moment, il ne faut pas non plus exagérer, au bout d'un moment j'avais envie d'autre chose. Pour le moment, je préfère la musique de Philippe Gaubert que j'avais découverte peu de temps après sans être pour autant complètement conquis et juste après celle de Charles Koechlin qui m'avait aussitôt fasciné et me fascine encore.

 A Joachim,je ne vois rien de sériel dans sa quatrième symphonie qui, d'un autre côté, ne me comble pas comme je l'aurais espéré.


Dernière édition par Icare le Sam 28 Juil - 23:53, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 17938
Age : 72
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Paul Le Flem (1881-1984)   Mar 19 Juil - 17:22

Icare a écrit:
A Joachim,je ne vois rien de sériel dans sa quatrième symphonie qui, d'un autre côté, ne me comble pas comme je l'aurais espéré.

En fait je ne sais pas si elle est sérielle ou non, mais ce que je sais c'est qu'elle m'est apparue trop "moderne", en tout cas trop pour moi. Par contre j'ai adoré la première symphonie, ainsi que les oeuvres enregistrées sur le CD de la 4ème, notamment le Grand jardinier de France (qui est la suite d'une musique de film).
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 12523
Age : 54
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Paul Le Flem (1881-1984)   Sam 28 Juil - 23:50

Icare a écrit:
Ecoute des oeuvres symphoniques de Paul Le Flem: Pour les morts,Sept pièces enfantines,Le grand jardinier de France et la Symphonie n°4. Le compositeur qui a vécu 103 ans ne m'a pas vtraiment impressionné ni simplement ému! Mon humeur du moment où un style qui me glisse un peu dessus? C'est toujours très personnel, un ressenti surtout qu'il y a chez lui une écriture rigoureuse et une expression vigoureuse qui peut séduire. Sans avoir forcément passé un désagréable moment, il ne faut pas non plus exagérer, au bout d'un moment j'avais envie d'autre chose. Pour le moment, je préfère la musique de Philippe Gaubert que j'avais découverte peu de temps après sans être pour autant complètement conquis et juste après celle de Charles Koechlin qui m'avait aussitôt fasciné et me fascine encore.

A l'occasion de mon cycle "Mes bouderies bien-aimées", ces oeuvres de Paul Le Flem s'imposaient d'elles-mêmes tant elles ont eu du mal à me séduire, à m'intéresser vraiment. En y accordant une nouvelle écoute ce soir, c'est Pour les Morts (1919) qui me touche le plus. Ses Sept Pièces enfantines (1910-11) ont le mérite au moins d'être divertissantes. Il y a quand même des moments sympathiques dans Le Grand Jardinier de France (1942) et c'est peut-être aussi parce qu'il y utilise un petit orchestre réunissant dix-sept musiciens (flûte, hautbois, clarinette, basson, cor, trompette, trombone, timbales, cordes) que la poétique qui en ressort me parle davantage que la quatrième symphonie qui suit sur laquelle je bloque toujours un peu à l'exception du mouvement médium. Tu as raison, Joachim, cette suite de 19 minutes et des poussières est bien tirée d'une musique pour l'image, et plus précisément composée pour un court métrage de Jean Tedesco. Avec sa Symphonie n°4 (1971-72), bien que dédiée à un compositeur que j'aime beaucoup et occupe une belle place sur mes étagères, je n'y trouve pas vraiment mes émotions si ce n'est le mouvement lent qui m'apparaît comme un oasis ensoleillé au centre d'une masse orchestrale plutôt bavarde et chahutée par des contre-poids brutaux et pléthoriques. Je préfère largement les belles émotions que j'ai ressenties juste avant avec les trois symphonies d'André Jorrand.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Paul Le Flem (1881-1984)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Paul Le Flem (1881-1984)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: