Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 John Adams, né en 1947

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: John Adams, né en 1947   Mar 25 Mar - 18:57



Un compositeur au style très accessible, au langage parfois inégal mais toujours surprenant (il a écrit de nombreux opéras, des orchestrations de pièces pour piano de Liszt, Debussy ou Ives, plusieurs concertos et d'innombrables oeuvres pour le concert, il est également chef d'orchestre, on lui doit de splendides interprétations des musiques de film de Takemitsu ou de Leonard Rosenman).

Son chef d'oeuvre est sans doute ce bouleversant recueil de mélodies pour baryton et petit orchestre :
The wound dresser (avec commentaires audio)

dont voici le texte :
The Wound-Dresser par Walt Whitman (1819-1892)

Bearing the bandages, water and sponge,
Straight and swift to my wounded I go,
Where they lie on the ground after the battle brought in,
Where their priceless blood reddens the grass the ground,
Or to the rows of the hospital tent, or under the roofed hospital,
To the long rows of cots up and down each side I return,
To each and all one after another I draw near, not one do I miss,
An attendant follows holding a tray, he carries a refuse pail,
Soon to be filled with clotted rags and blood, emptied, and filled again.

I onward go, I stop,
With hinged knees and steady hand to dress wounds,
I am firm with each, the pangs are sharp yet unavoidable,
One turns to me his appealing eyes - poor boy! I never knew you,
Yet I think I could not refuse this moment to die for you, if that
would save you.

On, on I go, (open doors of time! open hospital doors!)
The crushed head I dress, (poor crazed hand tear not the bandage away,)
The neck of the cavalry-man with the bullet through and through examine,
Hard the breathing rattles, quite glazed already the eye, yet life
struggles hard,
(Come sweet death! be persuaded O beautiful death!
In mercy come quickly.)

From the stump of the arm, the amputated hand,
I undo the clotted lint, remove the slough, wash off the matter and blood,
Back on his pillow the soldier bends with curved neck and side falling head,
His eyes are closed, his face is pale, he dares not look on the
bloody stump,
And has not yet looked on it.

I dress a wound in the side, deep, deep,
But a day or two more, for see the frame all wasted and sinking,
And the yellow-blue countenance see.

I dress the perforated shoulder, the foot with the bullet-wound,
Cleanse the one with a gnawing and putrid gangrene, so sickening,
so offensive,
While the attendant stands behind aside me holding the tray and pail.

I am faithful, I do not give out,
The fractured thigh, the knee, the wound in the abdomen,
These and more I dress with impassive hand, (yet deep in my breast
a fire, a burning flame.)

Thus in silence in dreams' projections,
Returning, resuming, I thread my way through the hospitals,
The hurt and wounded I pacify with soothing hand,
I sit by the restless all the dark night, some are so young,
Some suffer so much, I recall the experience sweet and sad,
(Many a soldier's loving arms about this neck have crossed and rested,
Many a soldier's kiss dwells on these bearded lips.)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: John Adams, né en 1947   Mar 25 Mar - 22:37

Quelques une de ses oeuvres que j'ai adorées :
-concerto pour piano "Century Rolls"
-Slonimsky's earbox
-Short Ride in a Fast Machine

les autres, je les ai simplement aimées.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: John Adams, né en 1947   Mer 26 Mar - 1:24

Ralph a écrit:
-Short Ride in a Fast Machine
ça c'est son côté "spectaculaire" et accessible, je préfère personnellement son aspect plus intimiste et brittenien. Sinon je crois qu'on entend un extrait de cette pièce dans le lien que je donne.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: John Adams, né en 1947   Mer 26 Mar - 8:10

Pourquoi pas ? (voir ci-dessous) Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: John Adams, né en 1947   Mer 26 Mar - 11:00

J'ai tout de même du mal à ne pas piquer un roupillon lorsqu'il m'arrive d'écouter du John Adams. C'est bien fait mais "terriblement" tonal...
L'adjectif "terriblement" suggère que le respect de la tonalité impose des lignes mélodiques originales ici plus qu'ailleurs. Or, ce n'est pas le cas dans tout ce que j'ai pu entendre de ce compositeur. N'est pas Ravel, Debussy, Honnegger, Fauré ou Roussel qui veut.
Pour autant, cette musique a de l'allure et je ne le nie pas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: John Adams, né en 1947   Mer 26 Mar - 14:34

Son style reste très anglo-saxon, rien à voir avec les modèles très français que tu cites, et ses références les plus profondes sont plus à chercher chez le Britten le plus pudique et le plus impressionniste (celui des mélodies : nocturne, sérénade, les illuminations...), Vaughan-Williams, F.Bridge, Ives, Barber ou Copland (voire Reich pour son aspect "minimaliste" mais ce n'est pas son aspect le plus personnel ni le plus séduisant).

Et puis la tonalité n'exclue pas des dissonances subtiles et un remarquable travail harmonique ou mélodique, et c'est le cas dans "The wound-dresser" (et chez Britten d'ailleurs : si tu écoutes sa très sombre "Symphonie de Requiem", son "Concerto pour la main gauche" ou d'autres pièces, les dissonances parfois à la limite de l'atonalité sont monnaie courante).
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16482
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: John Adams, né en 1947   Sam 21 Aoû - 12:05

Je suis à l'écoute de ce CD :





Harmonielehre (1985) est une sorte de grand poème symphonique d'une quarantaine de minutes en trois parties où le minimalisme (sorte de répétitions) est à l'honneur. C'est pas mal, surtout la troisième partie censée décrire un conte rêvé par sa fille Quickly.

The Chairman Dances, dérivé de son opéra Nixon in China, a une texture musicale plus traditionnelle, c'est le morceau que je préfère du CD.

Les two Fanfares : Tromba Lontana et Slow Ride in a fast Machine sont deux pièces pour 2 trompettes et orchestre, où là aussi on retrouve les thèmes répétitifs chers aux minimalistes.

Pour du contemporain, c'est pas mal du tout Wink



Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11184
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: John Adams, né en 1947   Sam 21 Aoû - 16:28

Si du côté des minimalistes américains,j'ai une large préférence pour les travaux de MORTON FELDMAN et de STEVE REICH, j'aime assez certaines oeuvres de JOHN ADAMS bien que je le trouve malgré tout un brin surestimé. Son opéra NIXON IN CHINA m'a par exemple beaucoup ennuyé, ayant trouvé cela très plat, en tout cas sur disque. En revanche,j'aime beaucoup THE CHAIRMAN DANCES pourtant dérivées de l'opéra et FEARFUL SYMMETRIES for orchestra. Toujours dans ce registre, j'adore IN C de TERRY RILEY,oeuvre un peu pionnière en ce domaine, quoique devancé par le compositeur belge KAREL GOEYVAERTS avec l'une de ses COMPOSITIE, la n°4, il me semble, qui est aussi la première oeuvre électronique de l'histoire de la musique. Composée en 1952.


Dernière édition par Icare le Mer 15 Juil - 19:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Bel Canto
Admin
avatar

Nombre de messages : 5901
Age : 61
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: John Adams, né en 1947   Ven 3 Juin - 13:21

kfigaro a écrit:

Son chef d'oeuvre est sans doute ce bouleversant recueil de mélodies pour baryton et petit orchestre :The wound dresser dont voici le texte :

The Wound-Dresser par Walt Whitman (1819-1892)

Bearing the bandages, water and sponge,
Straight and swift to my wounded I go,
Where they lie on the ground after the battle brought in,
Where their priceless blood reddens the grass the ground,
Or to the rows of the hospital tent, or under the roofed hospital,
To the long rows of cots up and down each side I return,
To each and all one after another I draw near, not one do I miss,
An attendant follows holding a tray, he carries a refuse pail,
Soon to be filled with clotted rags and blood, emptied, and filled again.

I onward go, I stop,
With hinged knees and steady hand to dress wounds,
I am firm with each, the pangs are sharp yet unavoidable,
One turns to me his appealing eyes - poor boy! I never knew you,
Yet I think I could not refuse this moment to die for you, if that
would save you.

On, on I go, (open doors of time! open hospital doors!)
The crushed head I dress, (poor crazed hand tear not the bandage away,)
The neck of the cavalry-man with the bullet through and through examine,
Hard the breathing rattles, quite glazed already the eye, yet life
struggles hard,
(Come sweet death! be persuaded O beautiful death!
In mercy come quickly.)

From the stump of the arm, the amputated hand,
I undo the clotted lint, remove the slough, wash off the matter and blood,
Back on his pillow the soldier bends with curved neck and side falling head,
His eyes are closed, his face is pale, he dares not look on the
bloody stump,
And has not yet looked on it.

I dress a wound in the side, deep, deep,
But a day or two more, for see the frame all wasted and sinking,
And the yellow-blue countenance see.

I dress the perforated shoulder, the foot with the bullet-wound,
Cleanse the one with a gnawing and putrid gangrene, so sickening,
so offensive,
While the attendant stands behind aside me holding the tray and pail.

I am faithful, I do not give out,
The fractured thigh, the knee, the wound in the abdomen,
These and more I dress with impassive hand, (yet deep in my breast
a fire, a burning flame.)

Thus in silence in dreams' projections,
Returning, resuming, I thread my way through the hospitals,
The hurt and wounded I pacify with soothing hand,
I sit by the restless all the dark night, some are so young,
Some suffer so much, I recall the experience sweet and sad,
(Many a soldier's loving arms about this neck have crossed and rested,
Many a soldier's kiss dwells on these bearded lips.)



J'ai découvert cette mélodie par hasard en faisant des recherches sur T Hampson et j'ai trouvé que c'était très agréable à l'écoute !
Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11184
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: John Adams, né en 1947   Mer 15 Juil - 19:32

Il y avait longtemps que je n'avais réécouté la musique de John Adams. La dernière fois, c'était carrément en concert; l'opéra Nixon in China, et j'avais mieux apprécié que sur cd, même sur le plan purement musical. Bien sûr, en concert, j'ai plus prêté attention à l'intrigue que sur disque. Il y avait toute la partie visuelle, la mise en scène, les décors, les déplacements de tous les protagonistes sur scène. Au début, comme je n'avais pas aimé cet opéra sur disque, j'appréhendais, avais surtout peur de trouver le temps long. Laughing Heureusement, que la personne qui m'a proposé cette sortie a trouvé les bons mots pour me convaincre. En plus, il avait des places gratuites. Finalement, je ne me suis pas ennuyé. A la fin, j'avais quelques fourmis sous le pantalon et n'étais pas malheureux lorsque l'opéra se termina. Cependant, je n'ai pas regretté. Pas mal. Aujourd'hui, l'oeuvre de John Adams que j'ai découverte en audio, est The Gospel According to the Other Mary , une "Passion-oratorio" en deux actes qui a selon moi une allure d'opéra, sous la direction du fameux Gustavo Dudamel. L'oeuvre est fastidieuse et il y a suffisamment eu de passages dynamiques qui m'ont tenu en haleine pour ne pas avoir ressenti d'ennui en l'écoutant. L'approche est tonale et les orchestrations y sont assez fouillées. Il m'a semblé avoir entendu plusieurs fois le son caractéristique du cymbalum, seulement il n'est crédité nulle-part. A réécouter afin d'affiner mon impression plutôt favorable.

Eléments biographiques:

John Coolidge Adams, né le 15 février 1947 à Worcester (Massachusetts), est un compositeur et chef d'orchestre américain de musique contemporaine. Au départ fortement inspiré par la musique minimaliste, il s'en éloigne en produisant des œuvres dans des styles très divers, marquées par une grande habileté orchestrale. Né dans une famille amatrice de jazz – son père joue du saxophone et sa mère chante – John Adams apprend de son père la clarinette, et joue dans des groupes et orchestres locaux de la région de East Concord dans le New Hampshire où la famille habite. Adams prend ses premiers cours théoriques de musique à onze ans, puis étudie la direction d'orchestre durant les cours d'été du Dartmouth College. Il étudie la musique au Harvard College de 1965 à 1971, puis au conservatoire de San Francisco. Il dispense au conservatoire des cours de musique et donne des concerts de musique d'avant-garde. Il s'intéresse aux nouvelles technologies de musique électronique et prend des cours de vidéo. Adams rejoint, à partir de 1977, avec sa pièce Phrygian Gates, le courant de la musique minimaliste, qu'il enrichit par la suite d'une composante symphonique nécessitant parfois une riche orchestration. À partir de 1978, il se voit reconnu avec Shaker Loops, un septuor à cordes, comme un compositeur important. Il y établit en partie son style orchestral et commence à se détacher du courant minimaliste1. Shaker Loops bénéficie d'une bonne diffusion grâce à l'utilisation de sa première partie dans le film Barfly de Barbet Schroeder. Il rencontre Edo de Waart et devient conseiller de l'Orchestre symphonique de San Francisco pour les musiques nouvelles. L'année suivante, Adams se produit pour la première fois à New York au musée Guggenheim soutenu par Steve Reich. Sa première œuvre majeure, qui rencontre un large public et connaît un succès international, est Nixon in China, en 1987. En 2002, Adams répond à une commande de plusieurs institutions new-yorkaises souhaitant commémorer la mémoire des victimes des attentats du 11 septembre 2001 et compose On the Transmigration of Souls. Cela lui vaut en 2003 un prix Pulitzer de musique, prix qu'il trouve lui-même largement dévalué et arbitraire. En 2014, la représentation de son opéra The Death of Klinghoffer au Metropolitan de New-York provoque à nouveau une vive polémique (comme lors de sa création en 1991), certaines personnes lui reprochant d'être une œuvre antisémite.
Revenir en haut Aller en bas
Henri



Nombre de messages : 271
Age : 63
Date d'inscription : 23/05/2015

MessageSujet: Re: John Adams, né en 1947   Mer 15 Juil - 23:44

C'est par John Adams que j'avais commencé à découvrir les contemporains américains (ainsi qu'avec Glass), et que j'avais constaté avec plaisir qu'ils osaient faire une musique bien différente de ce qu'on estimait à l'époque en France devoir être "La musique contemporaine", c'est à dire quelque chose de chiant et insupportable à écouter. J'écoutais beaucoup alors Harmonielehre, Common tone in Simple Time, Shaker Loops, Fearful Symetries, etc. Et puis... eh bien cela fait de nombreuses années que je ne l'écoute plus. Non pas parce que ça ne me plait plus, mais parce que j'ai découvert beaucoup d'autres choses, dont beaucoup que j'aime sans doute plus, et donc voilà, il y en a qu'on finit par oublier. Merci de me refaire penser à lui. Mais bon, je ne vais toujours pas écouter ses opéras.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11184
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: John Adams, né en 1947   Jeu 16 Juil - 8:01

Henri a écrit:
C'est par John Adams que j'avais commencé à découvrir les contemporains américains (ainsi qu'avec Glass), et que j'avais constaté avec plaisir qu'ils osaient faire une musique bien différente de ce qu'on estimait à l'époque en France devoir être "La musique contemporaine", c'est à dire quelque chose de chiant et insupportable à écouter.

Oui, tout dépend quoi. Les Notation pour orchestre de Pierre Boulez est une oeuvre fascinante à mon oreille et, franchement, entre Dutilleux et Glass, je prends Dutilleux sans hésitation, parce que Glass, le plus souvent: Sleep C'est tellement pauvre sur le plan harmonique et si rébarbatif, cet espèce de répétitif creux au kilomètre...Mais bon, c'est un autre sujet. La musique de John Adams est déjà, à mes oreilles, bien plus souvent intéressante que celle de Glass. Il a su suffisamment s'écarter d'un genre répétitif qui tournait en rond et sa musique est quand même plus riche sur le plan harmonique que celle de Glass. (Bon, chez ce dernier, il y a seulement quelques pièces triées sur le volet que j'aime bien écouter de temps en temps, peut-être pour me délivrer d'écoutes plus intenses, mais rien qui ne me fascine vraiment.)
Revenir en haut Aller en bas
Henri



Nombre de messages : 271
Age : 63
Date d'inscription : 23/05/2015

MessageSujet: Re: John Adams, né en 1947   Jeu 16 Juil - 9:55

Je crois que la première oeuvre de Glass que j'ai écoutée était "Itaipu" et ça m'avait vraiment "décoiffé". Il y avait un souffle, une intensité ! C'était quasiment, pour moi qui suis prompt à associer des images à la musique, une projection sur grand écran panoramique. Après j'ai écouté beaucoup d'autres disques de sa gigantesque production, et c'est vrai qu'il est souvent lassant par sa propension à s'auto-plagier, à se répéter en répétant toujours les mêmes arpèges, les mêmes formules mélodiques et harmoniques. Mais il lui arrive quand même de sortir de ses propres sentiers battus et rebattus.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11184
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: John Adams, né en 1947   Jeu 16 Juil - 10:20

Henri a écrit:
Je crois que la première oeuvre de Glass que j'ai écoutée était "Itaipu" et ça m'avait vraiment "décoiffé".

Oui, c'est une des rares oeuvres que j'aime vraiment bien de ce compositeur. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

avatar

Nombre de messages : 2586
Age : 56
Date d'inscription : 03/04/2014

MessageSujet: Re: John Adams, né en 1947   Ven 29 Avr - 0:23

Doctor Atomic est un opéra de John Adams, livret de Peter Sellars, créé le1er octobre 2005 au San Francisco Opera sous la direction de Donald Runnicles dans une mise en scène de Peter Sellars sur une chorégraphie de Lucinda Childs.

Cela passait tard -maintenant- sur une chaîne musicale. Je n'ai pas enregistré, mais il y aura sans doute un replay.
Connaissez-vous cet opéra ? Les premières images s'annoncent assez "trash" (étant donné le titre, et d'après ce que j'ai vite lu sur Wiki, cela retracerait les essais atomiques américains du siècle dernier sur la bombe atomique) -Il paraît que tout a été horrible, y compris la conception de la bombe, avec les savants complètement quasi-emprisonnés pour continuer leurs recherches. Et en America, please.-
?
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11184
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: John Adams, né en 1947   Ven 29 Avr - 8:59


Je connais le film de Roland Joffé "Fat man and Little Boy" qui traite de ce sujet mais pas l'opéra de John Adams. J'ai, en revanche, vu en concert à Châtelet, il y a quelques années, du même auteur, "Nixon in China". Je n'en suis pas sorti émerveillé mais j'ai bien aimé, en tout cas suffisamment pour ne pas avoir trouvé le temps long.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11184
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: John Adams, né en 1947   Ven 29 Avr - 17:58

Ca tombe bien que tu ais fait remonter ce topic à la surface car, aujourd'hui, j'ai réécouté Fearful Symmetries pour orchestre et The Chairman Dances, foxtrot pour orchestre, le tout sous la direction de Kristjan Järvi. C'est une musique, dans les deux cas, quasi-exclusivement basée sur le rythme, la pulsation rythmique, bien que celle-ci ne manque ni d'effets ni de couleurs. L'orchestre est généreux et il y a du relief! Voilà effectivement des oeuvres "sportives", si j'ose dire, qui se ressentent aussi physiquement, comme une grande transe symphonique avec quelques moments d'accalmie bienvenus. Les deux oeuvres réunies, c'est une danse de 38 à 39 minutes environ, répétitive et enthousiasmante. Dans cette forme répétitive, il m'est plus souvent exaltant que Philip Glass et Michaël Nyman, mais je ne sais pas si je tiendrais avec le même engouement sur 7O minutes. Toutefois, je ne connais pas encore très bien l'oeuvre de John Adams ni son cheminement artistique. Il m'a semblé avoir lu quelque-part qu'il s'était un peu écarté du genre répétitif et l'oeuvre que je m'apprête à réécouter; son oratorio-passion The Gospel According to the Other Mary, semble répondre à cette évolution de son style. Tiens! C'est Gustavo Dudamel à la baguette! Je l'aurais bien vu danser en dirigeant Fearful Symmetries, si si! Hehe
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11184
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: John Adams, né en 1947   Ven 29 Avr - 22:55

Icare a écrit:
Aujourd'hui, l'oeuvre de John Adams que j'ai découverte en audio, est The Gospel According to the Other Mary , une "Passion-oratorio" en deux actes qui a selon moi une allure d'opéra, sous la direction du fameux Gustavo Dudamel. L'oeuvre est fastidieuse et il y a suffisamment eu de passages dynamiques qui m'ont tenu en haleine pour ne pas avoir ressenti d'ennui en l'écoutant. L'approche est tonale et les orchestrations y sont assez fouillées. Il m'a semblé avoir entendu plusieurs fois le son caractéristique du cymbalum, seulement il n'est crédité nulle-part. A réécouter afin d'affiner mon impression plutôt favorable.

J'aime de plus en plus cette oeuvre, aussi bien pour ses passages les plus rythmés et qui reflètent bien le style du compositeur, que pour ses passages les plus lents. Dans ce registre, le troisième extrait tiré de la Scène 5 de l'Acte I; "Tell me: how is this night different" est particulièrement émouvant et plus magnifique encore le second extrait de la Scène 6 de l'Acte II; "Why seek ye the living among the dead?", qui est aussi le Final, la conclusion de l'oratorio. J'ai également apprécié les combinaisons instrumentales qui m'ont paru assez recherchées ainsi que l'emploi d'un cymbalum. Bon signe, c'est également et peut-être avant tout un style musical qui me captive au-delà de l'oeuvre en elle-même, ce qui m'amène à penser que John Adams est un compositeur sur lequel je risque de me pencher avec davantage de suivi. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

avatar

Nombre de messages : 2586
Age : 56
Date d'inscription : 03/04/2014

MessageSujet: Re: John Adams, né en 1947   Sam 30 Avr - 0:43

Tant mieux si cela t'a donné l'envie d'en écouter plus ! Very Happy Et moi, ça me donne envie de découvrir ce compositeur que je ne connaîs pas, j'avoue humblement ! Mais le fil que j'ai lu, justement... Le poème en anglais...("the wound-dresser") Dudamel à la baguette, dis-tu.. Hum ! Tout pour me tenter, quoi ! Hehe
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: John Adams, né en 1947   

Revenir en haut Aller en bas
 
John Adams, né en 1947
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: