Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Jean-Marie Leclair "l'aîné" (1697-1764)

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Jean-Marie Leclair "l'aîné" (1697-1764)   Dim 7 Oct - 15:46

Adolescent, Leclair était déjà un violiniste réputé. Après s'être mis au service du Roi en 1734, il démissionna quatre ans plus tard pour se produire en tournée. Il joua notamment à la cour d'Anne d'Orange, à La Haye, et à la cour du duc de Grammont.

Bien qu'il ait également écrit pour le théâtre, le plus éminent violoniste français de son temps reste surtout connu pour ses sonates et concertos pour violon.

Il est mort assassiné dans la nuit du 22 au 23 octobre 1764. Ce crime ne fut jamais élucidé.

Laisse le soin au spécialistes Snoopy ou Joachim de faire la biographie.

Source : WIKI

Du son :

Sonata no. 4 for Two Violas - Jean-Marie Leclair
1st viola: Yuri Bashmet, 2nd viola: Evan N. Wilson

Andante

Allegro Moderato

Largo

Vivace

Site de Evan N. Wilson

Site de Yuri Bashmet


Coco


Dernière édition par le Dim 7 Oct - 16:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 17541
Age : 72
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Jean-Marie Leclair "l'aîné" (1697-1764)   Dim 7 Oct - 16:09

Chère Coco, tu peux rectifier le titre du topic : c'est Leclair et non pas Leclerc comme le maréchal Wink

Curieux que ce compositeur important n'ait pas encore eu de topic...

Je verrai ce soir si je peux trouver quelque chose sur lui (Wiki ou ailleurs) sinon je consulterai mes bouquins...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Jean-Marie Leclair "l'aîné" (1697-1764)   Dim 7 Oct - 16:19

ooops Laughing

Voilà qui est fait Joachim. Merci.

Je le ne conaissais pas, suis tombée dessus par hasard en cherchant autre chose, comme d'hab Wink

D'autre oeuvres à écouter ici éditées sur Finale

suite for 2 flutes or violins and basso continuo

LA

Coco
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 17541
Age : 72
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Jean-Marie Leclair "l'aîné" (1697-1764)   Dim 7 Oct - 17:53

LECLAIR Jean-Marie (l’Aîné) 1697 - 1764

Biographie

Lyon, 10 mai 1697/Paris, 22 octobre 1764

Il apprend dans sa jeunesse l’art de la dentelle (c’était le métier de son père), la danse et le violon. Il commence ensuite une carrière de danseur et de maître de ballet, à Lyon puis à Turin, où il rencontre Somis avec lequel il se perfectionne dans le violon. À Paris, à Londres, à Kassel (où il joue avec Locatelli), il connaît vite un grand succès. De 1733 à 1737, il est musicien ordinaire de Louis XV. De 1738 à 1743, il vit à La Haye. Après un bref passage à Chambéry (1747), il se fixe enfin à Paris où il est directeur musical et compositeur du duc de Gramont. Il fut assassiné dans la nuit du 22 octobre 1764, peut-être par son neveu (ou par Jean-Jacques Rousseau ?).

Fondateur et grand virtuose de l’école française du violon, Leclair a su dans son œuvre opérer la fusion des styles italien et français. Son style élégant et brillant et sa science du contrepoint donnent à ses concertos et à ses sonates une valeur presque égale à ceux de Vivaldi.


Source : http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/actions-france_830/action-culturelle_1031/musique_11415/galerie-compositeurs_12379/leclair-jean-marie-aine-1697-1764_27777.html

Catalogue de l'oeuvre :

Opus 1 : Premier Livre de 12 sonates pour violon et basse continue (1723)
Opus 2 : Deuxième Livre de 12 sonates (1728)
Opus 3 : Six Sonates à deux violons sans basse (1730)
Opus 4 : Six Sonates en trio pour deux violons et basse continue (1731-1732)
Opus 5 : Troisième Livre de 12 sonates (1734)
Opus 6 : Première Récréation de musique d'une exécution facile composée pour deux flûtes ou deux violons et basse continue (1736)
Opus 7 : Six Concerti pour violon, cordes et basse continue (le troisième pouvant se jouer à la flûte) (1737)
Opus 8 : Deuxième Récréation de musique d'une exécution facile pour deux flûtes ou deux violons et basse continue (1737)
Opus 9 : Quatrième Livre de 12 sonates (1743)
Opus 10 : Six Concerti pour violon, cordes et basse continue (1745)
Opus 12 : Second Livre de 6 sonates à deux violons sans basse (1747-1749)
Opus 13 : Trois Ouvertures et trois Sonates en trio pour deux violons et basse continuen(1753)
Opus 14 : Trio (Ouverture) pour 2 violons et basse continue en la majeur (1766)
Opus 15 : Sonate pour violon et basse continue en fa majeur (1767)


Opus 11 : Scylla et Glaucus, tragédie en musique en 5 actes (1746)


Sans opus :

Ballet pour Semiramide d'Orlandini (1722)
Divertissement pour le Danger des Epreuves de Laporte (1749)
Apollon et Clymene, acte de ballet pour "les amusements lyriques" (1750)


Son frère Jean-Marie Leclair le cadet (1703-1777), également compositeur dont on connaît peu de choses.
"Premier Livre de sonates», publié pour violon et continuo, op.1 en 1739 et les sonates en duo pour 2 violons sans basse Op.2 publiées en 1750, sous la supervision de son frère aîné. D'autres travaux comme un divertissement champêtre, 2 symphonies, Ariettes avec orchestre et un motet sont perdus. De même, la cantate "Le Rhône et la Saône" qui a été créée en 1733 à l'Académie des Beaux-Arts. Friedrich Wilhelm Marpurg a écrit en 1755 sur le cadet comme étant "un virtuose non moins grand sur le violon que son frère aîné."


Dernière édition par joachim le Lun 18 Avr - 20:26, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jean

avatar

Nombre de messages : 6940
Age : 75
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: Jean-Marie Leclair "l'aîné" (1697-1764)   Dim 7 Oct - 19:25

OH........Jean jacques Rousseau assassin???...Déjà qu'il avait "largué" ses enfants!

Leclair n'aurait composé qu'un opéra (très beau chef d'oeuvre d'ailleurs... quand on aime les opéras baroques!)... en dehors de ses sonates et concertos...? Etonnant?
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 17541
Age : 72
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Jean-Marie Leclair "l'aîné" (1697-1764)   Dim 7 Oct - 19:54

Jean a écrit:
OH........Jean jacques Rousseau assassin???...Déjà qu'il avait "largué" ses enfants!

Leclair n'aurait composé qu'un opéra (très beau chef d'oeuvre d'ailleurs... quand on aime les opéras baroques!)... en dehors de ses sonates et concertos...? Etonnant?

J'ai fait un copier-coller du texte repris, en respectant la prose du rédacteur. Mais je ne sais pas où il a pu aller pêcher JJ Rousseau comme assassin.

Tout ce qu'on sait sur la fin de Leclair, c'est qu'il avait quitté sa femme et s'était retiré dans un quartier mal famé. Il a été assassiné alors qu'il rentrait chez lui, on l'a retrouvé dans le vestibule de sa maison. Le rapport de police mentionne trois suspects : le jardinier, sa femme et son neveu (Guillaume-François Vial, un violoniste, avec lequel Leclair avait eu des "mots"). Il semblerait que malgré des preuves flagrantes il n'ait pas été inculpé...

Alors je ne vois pas ce que Rousseau vient faire là-dedans.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Jean-Marie Leclair "l'aîné" (1697-1764)   Dim 7 Oct - 23:50

Je connais bien son violon qui est magnifique, très belle synthèse entre le style italien et le classicisme français. Sa tragédie lyrique Scylla et Glaucus est une merveille.

Je conseille quand même les livres VI, VII et VIII pour violon.

De l'excellente musique.
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 17541
Age : 72
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Jean-Marie Leclair "l'aîné" (1697-1764)   Lun 8 Oct - 11:48

vartan a écrit:
Je connais bien son violon qui est magnifique, très belle synthèse entre le style italien et le classicisme français. Sa tragédie lyrique Scylla et Glaucus est une merveille.

Je conseille quand même les livres VI, VII et VIII pour violon.

De l'excellente musique.

Moi et l'opéra baroque...(pareil pour Rameau et Lully). Scylla et Glaucus, je préfère la Suite d'orchestre qui en a été tirée Embarassed

Par contre j'aime bien ses sonates pour violon et basse continue, dont certaines sont prévues également à la flûte (à propos, que veux tu dire par les Livres VI, VII, VIII ? Il n'y a que quatre livres pour violon plus deux livres pour 2 violons ?)

Ses concertos pour violon sont magnifiques aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Jean-Marie Leclair "l'aîné" (1697-1764)   Lun 8 Oct - 11:57

Oui, je me trompe, pardon, je parle de l'opus VI et opus VIII qui sont des sortes de sonates dans un style de suite à la française et l'opus VII et l'opus X qui sont des concertos.
Revenir en haut Aller en bas
benoît

avatar

Nombre de messages : 302
Age : 54
Date d'inscription : 14/02/2007

MessageSujet: Re: Jean-Marie Leclair "l'aîné" (1697-1764)   Lun 8 Oct - 14:21

J' ai les concertos pour violon ou flûte op . 7 et 10 que je trouve vraiment magnifiques ,dans l' interprétation ancienne ( mais pas " à l' ancienne") de G. Jarry et C. Lardé avec J. F. Paillard .

Sans vouloir ramener ma fraise, je les conseille. Surtout pour ceux que la musique baroque rebute car ici Leclair est tiré plutôt vers les classicisme.

Evidemment, cela peut paraître ringard d' aimer encore ce style d' interprétations mais bon...

Les baroqueux négligent scandaleusement Leclair et c' est bien dommage Rolling Eyes (ce n' est que mon avis)
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 17541
Age : 72
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Jean-Marie Leclair "l'aîné" (1697-1764)   Lun 8 Oct - 16:17

benoît a écrit:


Les baroqueux négligent scandaleusement Leclair et c' est bien dommage Rolling Eyes (ce n' est que mon avis)

Probablement parce que ce n'est plus tout à fait un baroque (genre Vivaldi, JS Bach...) et ce n'est pas encore un classique ou un pré-classique (genre Jean-Chrétien Bach ou Stamitz).

CPE Bach, qui est un peu dans la même situation, a eu plus de chance, mais c'est un Bach....

Les concertos pour violon de Leclair sont sans doute ses oeuvres les plus proches du classicisme.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Jean-Marie Leclair "l'aîné" (1697-1764)   Lun 8 Oct - 20:02

benoît a écrit:
J' ai les concertos pour violon ou flûte op . 7 et 10 que je trouve vraiment magnifiques ,dans l' interprétation ancienne ( mais pas " à l' ancienne") de G. Jarry et C. Lardé avec J. F. Paillard .

Evidemment, cela peut paraître ringard d' aimer encore ce style d' interprétations mais bon...

Ca reste encore une bonne interprétation.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Jean-Marie Leclair "l'aîné" (1697-1764)   Mer 10 Oct - 23:20

Je retire ce que j'ai dit concernant Scylla et Glaucus.

Je viens de le réécouter après un bon moment passé dans sa pochette.
Ben c'est sec et peu inventif, quelques beaux passages dans les danses et la pastorale, mais il y a nettement mieux chez Rameau, Destouches ou Jacquet de la Guerre.
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 17541
Age : 72
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Jean-Marie Leclair "l'aîné" (1697-1764)   Jeu 11 Oct - 12:18

vartan a écrit:
Je retire ce que j'ai dit concernant Scylla et Glaucus.

Je viens de le réécouter après un bon moment passé dans sa pochette.
Ben c'est sec et peu inventif, quelques beaux passages dans les danses et la pastorale, mais il y a nettement mieux chez Rameau, Destouches ou Jacquet de la Guerre.

Tu as réussi à écouter un des deux opéras d'Elisabeth Jacquet de la Guerre ? Je croyais qu'ils n'étaient pas enregistrés.
Je n'ai entendu d'elle que quelques cantates, ses sonates en trio et ses pièces pour clavecin.
Moi qui en général n'aime pas trop le chant des baroqueux, j'ai apprécié ses cantates, en particulier l'Ile de Délos, Jephté et Judith.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Jean-Marie Leclair "l'aîné" (1697-1764)   Jeu 11 Oct - 14:11

J'adore son clavecin (un must pour moi peu suivi en général), pathos et mélancolie, poéésie et grandeur louisquatorzième.

Une vieille cassette pourrie pour son Céphale et Procris enregistré sur FM il y a peut-être 15 ou 20 ans lors de sa résurrection. J'aime beaucoup.
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 17541
Age : 72
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Jean-Marie Leclair "l'aîné" (1697-1764)   Ven 21 Juin - 17:41

Réputation

Bien qu’il ait également écrit pour le théâtre, le plus éminent violoniste français de son temps reste surtout connu pour ses sonates et concertos pour violon (Élisabeth de Haulteterre a joué ses sonates lors du Concert Spirituel en 1737). Ainsi, le Mercure de France de mars 1753 (p. 214) se fait-il l'écho d'une de ses publications : « M. Leclerc l'aîné vient de donner un Recueil d'Ouvertures & de Sonates en trio. Si notre suffrage particulier pouvoir ajouter quelque chose à l'idée qu'a l'Europe entière de cet Artiste, le plus célèbre qu'ait eu la France pour la Musique purement instrumentale, nous dirions que les nouveaux ouvrages de ce Musicien sont égaux, supérieurs même à tout, ce qu'il a fait de plus estimé. Nous en jugeons ainsi d'après les impressions vives & fortes qu'a fait sur nous l'exécution de plusieurs morceaux du Recueil que nous annonçons. On trouve ce Recueil chez l'Auteur, rue Taranne, & aux adresses ordinaires. »


Il possédait un violon d'Antonio Stradivari, surnommé le noir qui lui doit son nom : le Stradivarius de Jean-Marie Leclair


Enregistrements

L'œuvre de Leclair est peu enregistrée ; cela tient très probablement à la difficulté souvent étourdissante des compositions confiées au violon. Les œuvres les mieux servies restent les diverses pièces de chambre, pour flûte ou pour violon. Les Six Sonates en trio de l'opus 4 ont été enregistrées par Musica Alta Ripa pour le label MDG en 1996, enregistrement qui reçut un Diapason d'or.
Les douze concertos pour violon, véritable somme de la musique concertante occidentale, n'ont été enregistrés que deux fois dans l'histoire du disque. C'était en 1977, par Jean-François Paillard et Gérard Jarry, enregistrements effectués pour la firme Erato (Grand prix du disque), puis en 1994-1995, par Simon Standage et le Collegium Musicum 90 pour le label Chandos. Une première version partielle sur instruments d'époque contenant les cinq premiers concertos interprétés par Daniel Cuiller et l'Ensemble Stradivaria , était déjà sortie en 1988 et 1992 chez Universal Music.
Les Concertos pour violin de l'opus 7 ont connu un autre enregistrement en 2012 par Les Muffatti, orchestre baroque de Belgique dirigé parPeter Van Heyghen, et le violoniste Luis Otavio Santos, pour le label La Ramée, tandis que le concerto pour flûte à lui connu plusieurs gravures, en particuliers par les grands flûtistes français. On citera Jean-Pierre Rampal et Christian Lardé.
Revenir en haut Aller en bas
MarcSch



Nombre de messages : 3
Age : 45
Date d'inscription : 01/10/2015

MessageSujet: mort curieuse   Jeu 1 Oct - 11:40

Il a été trouvé assassiné, alors même que chez lui tout était fermé (de l’intérieur), d'où le mystère autour de cette mort.

Sa sonate pour tambourin est jolie, une découverte faite hier.
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 17541
Age : 72
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Jean-Marie Leclair "l'aîné" (1697-1764)   Jeu 10 Mai - 9:41

Rien sur lui depuis 2015  ?

Je recopie le nouvel article de Wikipedia, qui est plus complet que les précédents :

Jean-Marie Leclair, né le 10 mai 1697 à Lyon, paroisse Saint-Nizier, et mort assassiné le 22 octobre 1764 à Paris, est un violoniste et compositeur français de la période baroque. Ses frères Jean-Marie Leclair "le cadet" (1703-1777), Pierre Leclair (1709-1784) et Jean-Benoît Leclair (1714-après 1759) étaient aussi musiciens.


Il naît dans le quartier Saint-Bonaventure à Lyon. Son père Antoine est un passementier et un musicien : il joue au Concert de l’Académie des Beaux-Arts. Le jeune Jean-Marie a très tôt ses entrées à l’opéra. Dès son adolescence, il acquiert déjà une réputation de violoniste excellent. C'est toutefois comme danseur qu'il commence sa carrière, d'abord dans la troupe de l'opéra de Lyon, puis à Rouen et à Turin. Il perfectionne d'ailleurs son art de la danse et du violon à Turin.

En 1716, à l'âge de 18 ans, il épouse Marie-Rose Casthanie, une danseuse de la troupe de Lyon.

À Paris, en 1723, il fait paraître ses premières œuvres (Sonates pour violon) et se fait connaître comme violoniste virtuose en jouant au Concert spirituel. Son épouse meurt en 1728. Il se remarie dès 1730 avec Louise Roussel qui lui était venue en aide pour préparer l'impression de son Opus 2 au moment de la mort de sa première femme.

Après s’être mis au service du Roi comme ordinaire de la musique de Louis XV en 1733, il démissionne quatre ans plus tard après un différend et afin de se produire en tournée. Il joue bientôt à la cour d’Anne d’Orange – elle-même fine musicienne et ancienne élève de Haendel –, à La Haye et ses services sont retenus plusieurs mois par année par la cour entre 1738 et 1743.

Ayant accumulé des gains importants en donnant des cours privés à La Haye, il rentre à Paris en 1743. Trois ans plus tard, il se lance dans la composition de son unique opéra, Scylla et Glaucus, dont la première représentation a lieu le 4 octobre 1746 à à l'Académie royale de musique.

À partir de 1740, il est au service du duc de Grammont et s'occupe des divertissements donnés au théâtre privé de Puteaux et compose de la musique de scène. Ces musiques comprenaient notamment un long divertissement pour la comédie Les dangers des épreuves (1749) et une entrée complète, Apollon et Climène, pour l'opéra-ballet de divers auteurs, Les amusemens lyriques (1750).

Bien qu’il ait également écrit pour le théâtre, le plus éminent violoniste français de son temps reste surtout connu pour ses sonates et concertos pour violon (Élisabeth de Haulteterre a joué ses sonates au Concert Spirituel en 1737). Ainsi, le Mercure de France de mars 1753 (p. 214) se fait-il l'écho d'une de ses publications : "M. Leclerc l'aîné vient de donner un Recueil d'Ouvertures & de Sonates en trio. Si notre suffrage particulier pouvoit ajouter quelque chose à l'idée qu'a l'Europe entière de cet Artiste, le plus célèbre qu'ait eu la France pour la Musique purement instrumentale, nous dirions que les nouveaux ouvrages de ce Musicien sont égaux, supérieurs même, à tout ce qu'il a fait de plus estimé. Nous en jugeons ainsi d'après les impressions vives & fortes qu'a fait sur nous l'exécution de plusieurs morceaux du Recueil que nous annonçons. On trouve ce Recueil chez l'Auteur, rue Taranne, & aux adresses ordinaires".

Il a également écrit pour d'autres instruments que le violon, entre autres un concerto en ut majeur, pour instrument à vent (flûte allemande i.e. traversière ou hautbois). La partition est enregistrée en 33T par la Guilde du disque dans les années 1960. Selon l'annotation au dos de la pochette : "L'œuvre est d'une sûreté de style étonnante ; la hardiesse des harmonies, la richesse d'invention situent ce concerto bien au delà de la plupart des œuvres similaires du xviiie siècle".

En 1758, après une séparation abrupte avec sa seconde femme, Jean-Marie Leclair achète une petite résidence dans le quartier mal famé du Temple. Il est tué, dans des circonstances non élucidées, dans la nuit du 22 au 23 octobre 1764. Bien que le meurtre reste un mystère, il est possible que son l'ex-femme a peut-être été l'initiatrice - son motif étant le gain financier - bien que la plus forte suspicion repose sur son neveu, Guillaume-François Vial.

Un roman de Gérard Gefen, intitulé L’Assassinat de Jean-Marie Leclair (Belfond, 1990), tente de donner une solution à ce mystère.


Jean-Marie Leclair a sa place parmi les très grands musiciens français du XVIIIe siècle : mais sa réputation serait mieux établie probablement s'il était né à Hambourg ou à Venise, au lieu de voir le jour à Lyon. C'est comme danseur qu'il apparaît tout d'abord : trait typiquement français. Au XVIIIe siècle, composition, violon et danse ont encore partie liée en deçà des Alpes, et la réputation des danseurs français règne sur l'Europe entière. C'est à la cour de Turin que Leclair paraît ainsi pour la première fois ; il y est maître de ballet et travaille le violon avec Somis. De retour à Paris, en 1734 il entre à la Musique du roi Louis XV.
Il possédait un violon d'Antonio Stradivari, surnommé le noir qui lui doit son nom : le Stradivarius de Jean-Marie Leclair.


Liste des œuvres (toutes sont accompagnées par la basse continue sauf les opus 3 et 12. Les concertos sont pour violon, cordes et basse continue)

Premier Livre de sonates pour violon (ou flûte) et basse continue, opus 1 (1723)
Op. 1 No. 1 - Sonate pour violon en la mineur
Op. 1 No. 2 - Sonate pour violon en ut majeur
Op. 1 No. 3 - Sonate pour violon en si bémol majeur
Op. 1 No. 4 - Sonate pour violon en ré majeur
Op. 1 No. 5 - Sonate pour violon en sol majeur
Op. 1 No. 6 - Sonate pour violon en mi mineur
Op. 1 No. 7 - Sonate pour violon en fa majeur
Op. 1 No. 8 - Sonate pour violon en sol majeur
Op. 1 No. 9 - Sonate pour violon en la majeur
Op. 1 No. 10 - Sonate pour violon en ré majeur
Op. 1 No. 11 - Sonate pour violon en si bémol majeur
Op. 1 No. 12 - Sonate pour violon en si mineur


Second Livre de sonates pour violon (ou flûte traversière) avec la basse continue, opus 2 (1728)
Op. 2 No. 1 - Sonate pour violon en mi mineur
Op. 2 No. 2 - Sonate pour violon en fa majeur
Op. 2 No. 3 - Sonate pour violon en ut majeur
Op. 2 No. 4 - Sonate pour violon en la majeur
Op. 2 No. 5 - Sonate pour violon en sol majeur
Op. 2 No. 6 - Sonate pour violon en ré majeur
Op. 2 No. 7 - Sonate pour violon en si bémol majeur
Op. 2 No. 8 - Sonate pour violon en ré majeur
Op. 2 No. 9 - Sonate pour violon en mi majeur
Op. 2 No. 10 - Sonate pour violon en ut mineur
Op. 2 No. 11 - Sonate pour violon en si mineur
Op. 2 No. 12 - Sonate pour violon en sol mineur


Sonates à 2 violons sans basse, qui peuvent se jouer à 2 violes, opus 3 (1730)
Op. 3 No. 1 - Sonate pour 2 violons en sol majeur
Op. 3 No. 2 - Sonate pour 2 violons en la majeur
Op. 3 No. 3 - Sonate pour 2 violons en do majeur
Op. 3 No. 4 - Sonate pour 2 violons en fa majeur
Op. 3 No. 5 - Sonate pour 2 violons en mi mineur
Op. 3 No. 6 - Sonate pour 2 violons en ré majeur


Sonates en Trio pour 2 violons et basse continue, opus 4 (1731/33)
Op. 4 No. 1 - Trio pour 2 violons & continuo en ré mineur
Op. 4 No. 2 - Trio pour 2 violons & continuo en si bémol majeur
Op. 4 No. 3 - Trio pour 2 violons & continuo en ré mineur
Op. 4 No. 4 - Trio pour 2 violons & continuo en fa majeur
Op. 4 No. 5 - Trio pour 2 violons & continuo en sol mineur
Op. 4 No. 6 - Trio pour 2 violons & continuo en la majeur


Troisième Livre de sonates pour violon et basse continue, opus 5 (1734)
Op. 5 No. 1 - Sonate pour violon en la majeur
Op. 5 No. 2 - Sonate pour violon en fa majeur
Op. 5 No. 3 - Sonate pour violon en mi mineur
Op. 5 No. 4 - Sonate pour violon en si bémol majeur
Op. 5 No. 5 - Sonate pour violon en si mineur
Op. 5 No. 6 - Sonate pour violon en ut mineur
Op. 5 No. 7 - Sonate pour violon en la mineur
Op. 5 No. 8 - Sonate pour violon en ré majeur
Op. 5 No. 9 - Sonate pour violon en mi majeur
Op. 5 No. 10 - Sonate pour violon en ut majeur
Op. 5 No. 11 - Sonate pour violon en sol mineur
Op. 5 No. 12 - Sonate pour violon en sol majeur


Op. 6 - Première Récréation de musique en ré majeur pour 2 violons et continuo, (suite avec ouverture) opus 6 (1736)

6 Concertos per violino solo, 3 violini, alto e basso (per organo e violoncello), n° 3 aussi pour flûte ou hautbois, opus 7 (1737)
Op. 7 No. 1 - Concerto pour violon en ré mineur
Op. 7 No. 2 - Concerto pour violon en ré majeur
Op. 7 No. 3 - Concerto pour violon en ut majeur - également pour flûte
Op. 7 No. 4 - Concerto pour violon en fa majeur
Op. 7 No. 5 - Concerto pour violon en la mineur
Op. 7 No. 6 - Concerto pour violon en la majeur


Op. 8 - Deuxième Récréation de musique en sol mineur pour 2 violons ou 2 flûtes et continuo

Quatrième Livre de Sonates pour violon et basse continue, opus 9 (1738)
Op. 9 No. 1 - Sonate pour violon en la majeur
Op. 9 No. 2 - Sonate pour violon en mi mineur
Op. 9 No. 3 - Sonate pour violon en ré majeur
Op. 9 No. 4 - Sonate pour violon en la majeur
Op. 9 No. 5 - Sonate pour violon en la mineur
Op. 9 No. 6 - Sonate pour violon en ré majeur
Op. 9 No. 7 - Sonate pour violon en sol majeur
Op. 9 No. 8 - Sonate pour violon en ut majeur
Op. 9 No. 9 - Sonate pour violon en mi bémol majeur
Op. 9 No. 10 - Sonate pour violon en fa dièse mineur
Op. 9 No. 11 - Sonate pour violon en sol mineur
Op. 9 No. 12 - Sonate pour violon en sol majeur


2 Menuets pour violon et basse continue, dans le recueil "de menuets nouveaux français et italiens dansés aux bals de l'opéra" (1740)

6 Concertos per violino solo, tre violini, alto e basso per organo e violoncello, opus 10 (1743/45)
Op. 10 No. 1 - Concerto pour violon en si bémol majeur
Op. 10 No. 2 - Concerto pour violon en la majeur
Op. 10 No. 3 - Concerto pour violon en ré majeur
Op. 10 No. 4 - Concerto pour violon en fa majeur
Op. 10 No. 5 - Concerto pour violon en mi mineur
Op. 10 No. 6 - Concerto pour violon en sol mineur


Op. 11 - Scylla et Glaucus, tragédie en musique avec prologue et cinq actes, sur le livret d'Albaret, opus 11 (1746)

Second Livre de Sonates pour 2 violons (ou violes), opus 12 (1747)
Op. 12 No. 1 - Sonate pour 2 violons en si mineur
Op. 12 No. 2 - Sonate pour 2 violons en mi majeur
Op. 12 No. 3 - Sonate pour 2 violons en ré majeur
Op. 12 No. 4 - Sonate pour 2 violons en la majeur
Op. 12 No. 5 - Sonate pour 2 violons en sol mineur
Op. 12 No. 6 - Sonate pour 2 violons en si bémol majeur



3 Ouvertures et 3 Sonates en trio pour 2 violons et basse continue, opus 13 (1753)
Op. 13 No. 1 - Ouverture pour 2 violons & continuo en sol majeur
Op. 13 No. 2 - Trio pour 2 violons & continuo en ré majeur
Op. 13 No. 3 - Ouverture pour 2 violons & continuo en ré majeur
Op. 13 No. 4 - Trio pour 2 violons et basse continue en si mineur
Op. 13 No. 5 - Ouverture pour 2 violons & continuo en la majeur
Op. 13 No. 6 - Trio pour 2 violons & continuo en sol mineur


Op. 14 - Trio pour 2 violons & continuo en la majeur (suite avec ouverture), opus 14 (1766)

Op. 15 - Sonate pour violon en fa majeur, opus 15 (post, 1767)


œuvres perdues

Musique de ballet pour Semiramide de G. M. Orlandini, créée au Teatro Regio Ducale de Turin au carnaval de 1722 [musique et livret perdus].
Musique de ballet pour Didone abbandonata de D. Sarro, créée eu Teatro Regio Ducale de Turin pour le carnaval de 1727 [perdu]
Divertissement pour Le danger des épreuves, comédie en 1 acte donnée au théâtre du duc de Gramont à Puteaux le 19 juin 1749 [perdu]
Apollon et Climène, deuxième entrée des amusements lyriques, donnée au théâtre du duc de Gramont à Puteaux, en février 1750 [perdu]
Airs et danses occasionnels pour diverses productions théâtrales (1751-1764) [perdu]
Tablature idéale du violon jugée par feu M. le Clair l'aîné être la seule véritable, Paris 1766 [perdu]
Près des bois enchantés, cantate. Le poème a été publié dans « le Mercure de France » en janvier 1763, et la publication de la musique annoncée en 1767 [perdu]








https://www.youtube.com/watch?v=QILLHpLqjR8

Il s'agit ici de la version flûte du concerto op 7 n° 3


A titre de comparaison, voici la version violon

https://www.youtube.com/watch?v=ox_6rWUaZKU


Dernière édition par joachim le Jeu 10 Mai - 19:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
laudec

avatar

Nombre de messages : 3908
Age : 66
Date d'inscription : 25/02/2013

MessageSujet: Re: Jean-Marie Leclair "l'aîné" (1697-1764)   Jeu 10 Mai - 13:11

La musique de Jean-Marie Leclair me va droit au cœur, si directe et nuancée en même temps, un impossible devenu possible, j'adore ! j'aime la version pour violon mais tellement plus encore celle pour flûte, ce dialogue cordes-vents , si improbable me ravit totalement
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jean-Marie Leclair "l'aîné" (1697-1764)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jean-Marie Leclair "l'aîné" (1697-1764)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: