Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Buxtehude: "O Fröliche Stunden" (Tubéry, 2006)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Snoopy
Admin
avatar

Nombre de messages : 21016
Age : 43
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Buxtehude: "O Fröliche Stunden" (Tubéry, 2006)   Dim 23 Sep - 9:48

par Adrien De Vries

Geste vocal, implication fervente et concertante de La Fenice, élévation d'un chef habité par le répertoire qu'il aborde: voilà l'un des disques Buxtehude les plus aboutis qui tombe à pic pour l'année 2007, celle du tricentenaire de la mort du compositeur de Lübeck.

Organiste de la Marienkirche de Lübeck à partir de 1668, Dietrich Buxtehude (né en 1637), est donc un musicien trentenaire comblé. Son statut lui assure des revenus confortables, sa renommée dépasse les frontières (en particulier auprès du jeune Bach qui vient le voir à pieds, depuis Arnstadt, à la fin de 1705). Compositeur, virtuose du clavier, Buxtehude est surtout l'administrateur des fameux Abendmusiken, concerts du dimanche dans l'église dont il est titulaire, dont les sujets peuvent ne pas être sacrés. La réputation et le prestige des Abendmusiken va croissante: toute la population et les riches patriciens de Lübeck dépensent sans compter pour maintenir le niveau, faire venir les meilleurs instrumentistes et chanteurs de la région, sous les divins auspices de Buxtehude qui compose évidemment de nombreuses pièces à cette occasion. Pour la plupart, il s'agit de Concerts spirituels dont la tradition est parfaitement implantée grâce aux prédécesseurs de Buxtehude, Heinrich Schütz, Michael Praetorius, Samuel Scheidt. A l'imaginaire poétique des textes souvent sacrés (Prose biblique tels que Psaumes...), répond la fine incise de la ligne autant vocale qu'instrumentale qui se livrent une série de joutes dialoguées dont l'objectif recherche l'articulation expressive et suave des textes. La majorité des poèmes loue l'infinie gloire du Sauveur, temps de méditation heureuse et laudative que le chant concertant des musiciens rehaussent autant par le foisonnement des couleurs que les associations "conflictuelles", destinées à relancer continûment le dynamisme agissant des paroles (voix/cornet, voix/violon, voix/dulciane...). Dans un cadre ainsi réglé, les interprètes peuvent à loisir souligner les correspondances alternées, le "jeu" des combinaisons et des réponses, entre voix et instruments, entre les instruments eux-mêmes. Tubéry excelle comme à son habitude entre dramatisme inspiré et mesure. Il semble prendre pour appui interprétatif, la projection agissante du verbe. En cela, soliste aussi virtuose qu'expressif, Hans Jörg Mammel lui apporte une superbe maestrià. Geste vocal, implication fervente et concertante de La Fenice, élévation d'un chef habité par le répertoire qu'il aborde: voilà l'un des disques Buxtehude les plus aboutis qui tombe à pic pour l'année 2007, celle du tricentenaire de la mort du compositeur de Lübeck.

Dietrich Buxtehude (ca 1637-1707)
O Fröliche Stunden. Concerts Spirituels.
Hans Jörg Mammel, ténor
La Fenice
Jean Tubéry, direction



http://www.classiquenews.com
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
 
Buxtehude: "O Fröliche Stunden" (Tubéry, 2006)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Informations musicales :: Films, CD & livres-
Sauter vers: