Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -20%
Bon plan rentrée : PC portable Asus à ...
Voir le deal
319 €

 

 Hans PFITZNER (1869-1949)

Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 22478
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

Hans PFITZNER (1869-1949) Empty
MessageSujet: Hans PFITZNER (1869-1949)   Hans PFITZNER (1869-1949) Empty2007-07-06, 16:35

Hans Erich Pfitzner (* 5 mai 1869 à Moscou; † 22 mai 1949 à Salzburg), était un compositeur et chef d'orchestre allemand.


Œuvres

Opéras

Der arme Heinrich WoO 15 (1891-93, UA 1895)
Die Rose vom Liebesgarten WoO 16 (1897-1900, UA 1901)
Das Christ-Elflein op.20 (dont ouverture op 20a) (1906, UA 1906)
Palestrina WoO 17 (dont Suite des 3 interludes) (1912-15, UA 1917)
Das Herz op.39 (1930-31, UA 1931)


Schauspielmusik (musiques de scène)

Das Fest auf Solhaug WoO 18 (dont suite des 3 Préludes) (1889-90)
Das Käthchen von Heilbronn op.17 (dont ouverture op 17a) (1905)
Gesang der Barden für Die Hermannsschlacht WoO 19(1906)


Musique pour Orchestre

Scherzo c-moll (1887)
Cellokonzert a-moll (1888)
Klavierkonzert Es-Dur op.31 (1922)
Violinkonzert h-moll op.34 (1923)
Sinfonie cis-moll op.36a (1932, Bearbeitung des Streichquartetts cis-Moll op.36)
Cellokonzert G-Dur op.42 (1935)
Duo concertant für Violine, Violoncello und kleines Orchester op.43 (1937)
Kleine Sinfonie G-Dur op.44 (1939)
Elegie und Reigen op.45 (1940)
Sinfonie C-Dur  "An die Freude" op.46 (1940)
Cellokonzert a-moll op.52 (1944)
Krakauer Begrüßung op.54 für Orchester (1944)
Fantasie a moll op.56 (1947)


Musique de chambre

Klaviertrio B-Dur (1886)
Streichquartett Nr.1 d-moll (1886)
Cellosonate fis-moll op.1 (1890)
Klaviertrio F-Dur op.8 (1896)
Streichquartett Nr.2 D-Dur op.13 (1902-03)
Klavierquintett C-Dur op.23 (1908)
Violinsonate e-moll op.27 (1918)
Streichquartett Nr.3 cis-moll op.36 (1925)
Streichquartett Nr.4 c-moll op.50 (1942)
Unorthographisches Fugato für Streichquartett (1943)
Sextett g-moll op.55 für Klavier, Klarinette, Violine, Viola, Violoncello und Kontrabass (1945)


Musique pour piano

Aus dem Notenbuch des Elfjährigen (1880)
Konzertwalzer a moll (1892)
5 Klavierstücke op.47 (1941) : 1. Letztes Aufbäumen – 2. Ausgelassenheit – 3. Hieroglyphe – 4. Zerrissenheit – 5. Melodie
6 Studien für Klavier op.51 (1943)


Musique pour chœur

Der Blumen Rache. Ballade für Alt, Frauenchor und Orchester (1888)
Rundgesang zum Neujahrsfest 1901 für Bariton, gemischten Chor und Klavier (1900)
Columbus für achtstimmigen Chor op 16 (1905)
Gesang der Barden (Kleist) für Männerchor und Orchester (1906)
Zwei deutsche Gesänge für Bariton und Männerchor op.25 (1915-16)
Von deutscher Seele. Kantate für Solostimmen, Chor, Orchester und Orgel op.28 (1921)
Das dunkle Reich. Chorfantasie für Solostimmen, Chor, Orchester und Orgel op.38 (1929)
Fons salutifer für Chor, Orchester und Orgel op.48 (1941)
Zwei Männerchöre op.49 (1941)
Drei Lieder für Männerchor und kleines Orchester op.53 (1944)
Urworte orphisch. Kantate für Solostimmen, Chor, Orchester und Orgel op.57 (1948-49, ergänzt von R. Rehan)


Lieder avec orchestre

Herr Oluf. Ballade für Bariton und Orchester op.12 (1891)
Die Heinzelmännchen für Bass und Orchester op.14 (1902-03)
Lethe für Bariton und Orchester op.37 (1926)


Lieder avec piano

6 Jugendlieder (1884-87)
7 Lieder op.2 (1888-89)
3 Lieder op.3 (1888-89)
4 Lieder op.4 (1888-89)
3 Lieder op.5 (1888-89)
6 Lieder op.6 (1888-89)
5 Lieder op.7 (1888-89)
5 Lieder op.9 (1888-89)
3 Lieder op.10 (1901)
5 Lieder op.11 (1901)
Untreu und Trost (1903)
4 Lieder op.15 (1904)
An den Mond op.18 (1906)
2 Lieder op.19 (1905)
2 Lieder op.21 (1907)
5 Lieder op.22 (1907)
4 Lieder op.24 (1909)
5 Lieder op.26 (1916)
4 Lieder op.29 (1922)
4 Lieder op.30 (1922)
4 Lieder op.32 (1923)
Alte Weisen op.33 (1923)
6 Liebeslieder op.35 (1924)
6 Lieder op.40 (1931)
3 Sonette op.41 (1931)
Die schlanke Wasserlilie (1949)

Orchestration de certains Lieder avec piano

Ist der Himmel darum im Lenz so blau (op. 2,2). Text: Richard von Volkmann
Ich hör ein Vöglein locken (op. 2,5). Text: Adolf Böttger
Immer leiser wird mein Schlummer (op. 2,6). Text: Hermann Lingg
Verrat (op. 2,7). Text: Alexander Kaufmann
Herbstlied (op. 3,2). Text: Friedrich von Sallet
Mein Herz ist wie die dunkle Nacht (op. 3,3). Text: Emanuel Geibel
Es glänzt so schön die sinkende Sonne (op. 4,1). Text: Heinrich Heine
Sie haben heut abend Gesellschaft (op. 4,2). Text: Heinrich Heine
Es fällt ein Stern herunter (op. 4,3). Text: Heinrich Heine
Es faßt mich wieder der alte Mut (op. 4,4). Text: Heinrich Heine
Frieden (op. 5,1). Text: James Grun
Über ein Stündlein (op. 7,3). Text: Paul Heyse
Venus mater (op. 11,4). Text: Richard Dehmel
Gretel (op. 11,5). Text: Carl Hermann Busse
Untreu und Trost. Text: Anonymus
Zorn (op. 15,2). Text: Joseph von Eichendorff
An die Mark (op. 15,3). Text: Ilse von Stach
Sonst (op. 15,4). Text: Joseph von Eichendorff
An den Mond (op. 18). Text: Johann Wolfgang von Goethe
Unter der Linden (op. 24,1). Text: Walther von der Vogelweide
Nachts (op. 26,2). Text: Joseph von Eichendorff
Trauerstille (op. 26,4). Text: Gottfried August Bürger
Willkommen und Abschied (op. 29,3). Text: Johann Wolfgang von Goethe
Wanderers Nachtlied („Der du von den Himmeln bist“; op. 40,5). Text: Johann Wolfgang von Goethe
Der Weckruf (op. 40,6; mit Chorstimmen). Text: Joseph von Eichendorff


Ecrits

Gesammelte Schriften (Augsburg, 1926–9)
Über musikalische Inspiration (Berlin, 1940)
ed. W. Abendroth: Reden–Schriften–Briefe (Berlin, 1955)


Voici l'oeuvre, pour le moment, de cet éminent compositeur du 20ème siècle, mais postromantique, pour ne pas dire romantique tout court.

Je vais essayer de trouver une bio en français;


Dernière édition par joachim le 2019-05-06, 10:20, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 26303
Age : 46
Date d'inscription : 10/08/2006

Hans PFITZNER (1869-1949) Empty
MessageSujet: Re: Hans PFITZNER (1869-1949)   Hans PFITZNER (1869-1949) Empty2007-07-07, 09:25

Compositeur allemand - Moscou, 15 mai 1869 – Salzbourg, 22 mai 1949

Après des études de piano et de composition à Frankfort, Hans Pfitzner occupe divers postes de chef d’orchestre et de professeur à Mayence, Berlin, Munich et Strasbourg.

1895 Création à Mayence de son opéra Der arme Heinrich qui est très bien accueilli. Pfitzner est vite considéré en Allemagne comme un grand compositeur national.

1917 Création à Munich, avec un vif succès, de son opéra Palestrina dirigé par Bruno Walter sur un livret d’Hans Pfitzner lui-même. Cette même année il écrit un pamphlet contre les idées modernes en matière musicale, notamment Futuristengefahr dirigé contre le compositeur Ferruccio Busoni.

Après la Première Guerre mondiale, il quitte Strasbourg pour enseigner à l’Académie des Arts de Berlin

De 1929 à 1934 on le trouve à Munich où il enseigne la composition à l’Akademie der Tonkunst

Il devient un ardent défenseur du Troisième Reich. Une Association Hans Pfitzner est crée à Berlin sous la présidence de Furtwängler en 1938.

1931 Création à Berlin de l’opéra Das Hertz, où Pfitzner se révèle un maître du fantastique et du romantisme noir

1944 Il dédie l’ouverture Krakauer Begrüssung à Hans Franck, le gouverneur meurtrier de la Pologne occupée et bénéficie du pouvoir nazi.

1948 Hans Pfitzner passe devant la cour de dénazification de Munich. Il est acquitté en raison de son état physique et moral très délabré et meurt à Salzbourg dans la misère.

D’une écriture traditionnelle, Hans Pfitzner est considéré, avec son contemporain Richard Strauss, comme un des derniers représentants du romantisme allemand. Tous deux cherchent une voie pour dépasser l’héritage wagnérien Outre des opéras et de la musique de scène, Hans Pfitzner a composé de nombreuses pièces pour orchestre.
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 22478
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

Hans PFITZNER (1869-1949) Empty
MessageSujet: Re: Hans PFITZNER (1869-1949)   Hans PFITZNER (1869-1949) Empty2007-07-07, 10:15

Merci, Snoopy, tu m'as épargné des recherches Wink Very Happy

Si la souris de Coco pouvait nous trouver quelque chose, ce serait parfait Very Happy

Un compositeur qualifié de "conservateur" tant son horreur de la musique moderne était flagrante. Le fait est que ce que j'ai écouté de lui est du pur romantisme.
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 22478
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

Hans PFITZNER (1869-1949) Empty
MessageSujet: Re: Hans PFITZNER (1869-1949)   Hans PFITZNER (1869-1949) Empty2010-10-11, 12:15

Je n'en ai plus reparlé, et pourtant j'ai écouté pas mal d'oeuvres de Pfitzner, dont ses 3 symphonies, les 6 concertos, la Fantaisie chorale Das dunkle Reich (en fait une sorte de Requiem inspiré par la mort de sa femme), musique de chambre, mais aucun opéra (sauf extraits symphoniques de Palestrina, de Der Herz, Die Rose von Liebesgarten...).

Toutes ces oeuvres confirment que Pfitzner, malgré ses dates, est un romantique dans la lignée de Brahms. Il est qualifié de "réactionnaire" car il a toujours rejeté tout ce qui est modernisme, sérialisme et autres inventions du 20ème siècle.

Dernier CD découvert, un CPO intéressant (comme d'habitude) de son quintette avec piano op 23 et du sextuor avec piano et clarinette op 55.

Hans PFITZNER (1869-1949) Cover_13

Le quintette est long, peut-être un peu trop (43 minutes), il fait penser lui aussi à Brahms, mais un Brahms moins génial, il faut bien le reconnaître. L'Adagio dure 17 minutes à lui tout seul et on a l'impression que Pfitzner ne trouve pas comment le faire évoluer, il a l'air de s'enliser... Heureusement, le joyeux final nous fait oublier ces longueurs.
Le sextuor est plus concis (26 minutes) et sans doute plus intéressant. 5 mouvement d'une grande sérénité, il date de la fin de sa vie (1945).

Au total, ces oeuvres méritent d'être découvertes, mais on n'a pas envie de les écouter en boucle.


Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 22478
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

Hans PFITZNER (1869-1949) Empty
MessageSujet: Re: Hans PFITZNER (1869-1949)   Hans PFITZNER (1869-1949) Empty2014-02-11, 12:14

Encore un CD avec des morceaux de Pfitzner et Richard Strauss, tirés d'opéras :

Hans PFITZNER (1869-1949) Back33

Il faut en particulier retenir les interludes de Palestrina, l'ouverture de Das Kätchen von Heilbronn, ainsi que l'extraordinaire prélude de Capriccio, de R Strauss, écrit pour sextuor à cordes.
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 22478
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

Hans PFITZNER (1869-1949) Empty
MessageSujet: Re: Hans PFITZNER (1869-1949)   Hans PFITZNER (1869-1949) Empty2019-05-06, 10:14

Une autre biographie

Hans (Erich) Pfitzner (né à Moscou le 5 mai 1869 - mort à Salzbourg le 22 mai 1949) était un chef d'orchestre et compositeur allemand.

Dès son plus jeune âge, il voyage en Allemagne où il se forme initialement avec son père. Plus tard, il a déménagé à Francfort, où il a terminé sa formation. Il a bientôt commencé à travailler comme enseignant à Berlin, où il a également écrit ses premières œuvres.
Plus tard, il se rendit à Vienne où il publia l'opéra Rose vom Liebesgarten sous la direction de Gustav Mahler. En 1909, il est nommé directeur de l'opéra et du conservatoire de Strasbourg, ville où, curieusement, son sentiment nationaliste allemand se manifeste plus fortement. C'est précisément là où, en 1917, il crée l'opéra Palestrina, considéré comme son grand chef-d'œuvre.

En 1918, après la fin de la Première Guerre mondiale, il fut expulsé de France, motivant son accession au nazisme naissant au point de montrer de l'admiration publique pour Hitler. À cette époque, il manifestait un rejet frontal de la part de l'atonalité et du jazz qu'il considérait comme contraire aux principes de la culture allemande.
Cependant, malgré son soutien inconditionnel au régime nazi, Hitler le méprisait politiquement et il "se retira" avec une pension régressive. En dépit de ce mépris, il est resté fidèle au nazisme et a obtenu un poste de directeur au service de Generalgouvernement, Hans Frank. Ces dernières années, il a modéré son discours et a refusé de condamner les musiciens juifs avec lesquels il avait travaillé.
Cependant, en tant que compositeur, il connut un grand succès pendant la période nazie et fut représenté dans toute l'Allemagne. Au cours des dernières années de sa vie, il a déménagé à Salzbourg où il a vécu dans une résidence gériatrique jusqu'en mai 1949, année de son décès.




https://www.youtube.com/watch?v=kd961b2KIaQ
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 26303
Age : 46
Date d'inscription : 10/08/2006

Hans PFITZNER (1869-1949) Empty
MessageSujet: Re: Hans PFITZNER (1869-1949)   Hans PFITZNER (1869-1949) Empty2020-05-11, 15:10

Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15396
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Hans PFITZNER (1869-1949) Empty
MessageSujet: Re: Hans PFITZNER (1869-1949)   Hans PFITZNER (1869-1949) Empty2021-05-22, 09:17

Deux Trios pour piano, violon et violoncelle de Hans Pfitzner:

Par le "Robert Schumann Trio"
__Kees Hülsmann: violon,
__Marien van Staalen: violoncelle,
__Jozef De Beenhouwer: piano

Encore un compositeur que j'aurai abordé et découvert - grâce à un grand mélomane bienfaiteur - par le biais de sa musique de chambre. Avant, je ne le connaissais que de nom et avais dû lire quelques éloges sur ce forum. J'en suis à une deuxième approche et je dois reconnaître que la première avait été particulièrement enthousiaste et ponctuée de très belles émotions. Voici ce que j'avais écrit sur le topic "Piano & Cordes":

Je trouve que le romantisme qui se développe avec beaucoup d'aisance dans le second mouvement de l'Opus 8 - sur presque quatorze minutes - est vraiment exquis, qu'il ressort à mon oreille dans une forme d'expression idéale - je dis bien "idéale" - par le piano et les deux instruments à cordes. J'ai adoré cette expression à la fois intime et passionnée du romantisme. Oui, là, mon ressenti n'est ni tiède ni en demi-teinte: pas de demi-mesure dans l'émotion que j'ai ressentie à ce moment précis de l'écoute, la musique a frappé dans le mille! De plus, rien ne se désagrège par la suite: le troisième mouvement m'a également captivé même s'il s'agit d'une émotion très différente...peut-être plus ludique... Il y a quelques élans de modernité dans cette oeuvre et ce mouvement en particulier, je pense au jeu du piano par-dessus une cascade des cordes, certes l'effet est court mais saisissant. Le quatrième mouvement ne manque pas d'éclat ni d'intérêt non plus. En fait, je pense aimer cet Opus 8 sur toute sa durée (...) Un coup de coeur! Le Trio en si bémol majeur n'affadit cependant pas l'ambiance car les deux premiers mouvements sont vraiment très beaux. Il est de dix ans plus ancien que l'Opus 8, mais l'expression romantique y est déjà exprimée de très belle façon, puis, comme je l'ai déjà écrit, je suis particulièrement sensible au romantisme lorsque celui-ci s'exprime par le biais du piano et des cordes, avec passion et selon une thématique accrocheuse, comme c'est le cas ici. Seul le troisième mouvement du Trio de 1886 me laisse un peu indifférent...

Hans PFITZNER (1869-1949) Pfitzner

Aujourd'hui, lors d'une réécoute en harmonie avec l'aurore, je ne peux pas dire que mon enthousiasme se soit tassé ni qu'il ait augmenté en intensité. Je suis toujours autant ému par les moments magnifiques, ceux que j'ai mentionnés dans mon commentaire ci-dessus. Il y a là un romantisme, et à d'autres endroits, une tonicité et un ludisme qui savent retenir mon attention, m'émouvoir de différentes manières. Je crois que le passage qui m'émeut le plus se situe dans l'"Allegro molto" du Trio pour piano en Si Bémol majeur. Il est profondément romantique et pourvu d'une construction mélodique qui m'est aussi tendre qu'irrésistible dans sa forme langoureuse et légèrement obsessionnelle. C'est une musique qui me touche davantage que celle de Carl Reinecke bien que celle-ci a grignoté du terrain dans mon coeur. Very Happy Reste à savoir si l'oeuvre pour orchestre de Hans Pfitzner me séduira au moins autant que sa musique de chambre...?...une porte reste donc entrouverte. En tout cas, cet album des deux trios pourrait bousculer un petit peu mon classement préférentiel des meilleurs albums de musique de chambre...

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Hans PFITZNER (1869-1949) Empty
MessageSujet: Re: Hans PFITZNER (1869-1949)   Hans PFITZNER (1869-1949) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Hans PFITZNER (1869-1949)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: