Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Luciano Pavarotti

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Snoopy
Admin
avatar

Nombre de messages : 21017
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Luciano Pavarotti   Sam 26 Aoû - 21:47

Le ténor italien Luciano Pavarotti (né le 12 octobre 1935), est l'un des plus célèbres chanteurs d'opéra contemporains.

Pavarotti est né à Modène, en Italie. Ses débuts à l'opéra datent du 29 avril 1961 dans le rôle de Rodolfo dans La Bohème, à l'opéra de Reggio Emilia. Ses débuts aux États-Unis datent de février 1965, dans Lucia di Lammermoor avec Joan Sutherland à Miami.

L'une de ses plus célèbres prestations a eu lieu au Metropolitan Opera de New York le 17 février 1972 dans La Fille du Régiment de Donizetti.
Depuis les années 1990, Pavarotti a étendu sa célébrité au-delà des amateurs d'opéra en se produisant sur scène avec des artistes de tous les horizons musicaux. Sa prestation avec Plácido Domingo et José Carreras, les Trois Ténors, est la plus célèbre.
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
calbo

avatar

Nombre de messages : 1032
Age : 46
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Luciano Pavarotti   Dim 1 Oct - 18:02

Ce fut un grand ténor, mais depuis le milieu des années 1990 sa voix a beaucoup perdu de volume et de timbre. Sa dernère apparition, lors de la cérémonie d'ouverture des J.O de Turin, laissa voir un Lucianno fantomatique.
Ses plus grands rôles sont, à mes yeux, Radamès et l'Arturo des puritains. Son répertoire est cependant très vaste.
Revenir en haut Aller en bas
http://artistes-italiens.forumsactifs.com/index.htm
Snoopy
Admin
avatar

Nombre de messages : 21017
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: Luciano Pavarotti   Jeu 6 Sep - 7:53

Le célèbre ténor italien Luciano Pavarotti, 71 ans, opéré en juillet 2006 d'un cancer du pancréas et hospitalisé début août, est décédé, a annoncé jeudi matin l'agence Ansa. Pavarotti avait été opéré en juillet 2006 d'un cancer du pancréas et était hospitalisé depuis début août

Son état de santé s'était brusquement aggravé mercredi. "L'état de Luciano Pavarotti s'est aggravé", a indiqué dans un premier temps la chaîne la chaîne d'information en continu Sky TG 24 dans un bandeau, sans autre précision ni source. Plus tard dans la soirée, la chaîne a cité l'agence de presse italienne AGI qui affirme que l'état de santé du ténor est "gravissime".

Luciano Pavarotti a été hospitalisé le 8 août à Modène pour un "état fièvreux" et il en est sorti le 25 août seulement pour poursuivre sa convalescence à la maison. Une opération du dos, début 2006, puis son intervention au pancréas quelques mois plus tard, avaient contraint le ténor à abandonner une grande tournée d'adieux de 40 concerts dans le monde entier, qu'il avait entamée en mai 2004. Depuis, le grand ténor n'est plus apparu en public.

Peu de temps après la dernière intervention, Pavarotti avait exprimé dans la presse le souhait de reprendre, début 2007, sa tournée d'adieu, mais n'avait pas réussi à concrétiser ce voeu.Au début de l'été, au cours d'une cérémonie musicale en l'honneur du ténor sur l'île d'Ischia près de Naples (sud), son épouse avait assuré que son mari se sentait bien et préparait un disque. "On ne peut jamais rien dire avec cette maladie, mais je pense que Luciano s'en sortira, il va bien. Il achève le cinquième cycle de chimiothérapie, il n'a pas perdu un cheveu et surtout il n'a pas maigri", avait-elle déclaré.Ce jour-là, le 10 juillet, l'artiste avait téléphoné dans la soirée aux organisateurs de la cérémonie et après avoir parlé avec les personnalités présentes, il avait conclu avec un "Au revoir à tous, je suis en train de préparer un autre disque Pavarotti & Friends".

Mercredi dans la matinée, Luciano Pavarotti avait exprimé, dans un communiqué cité par l'agence Ansa, son "émotion" à la suite de l'instauration d'un prix de l'"excellence culturelle" en Italie qu'il a été le premier à recevoir. "Je m'incline, plein d'émotion et de gratitude, devant le prix qui vient de m'être attribué, car il me donne l'opportunité de continuer à célébrer la magie d'une vie passée au service de l'art", dit-il.
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Snoopy
Admin
avatar

Nombre de messages : 21017
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: Luciano Pavarotti   Dim 16 Sep - 0:21

Luciano Pavarotti, ténor (1935-2007). Portrait
par Lucas Irom

Dans la famille Pavarotti dont le berceau est à Modène, chanter est une affaire familliale. Les parents du jeune Luciano sont fanatiques d'opéras. Il passe même des après midi à décortiquer à la radio ou au concert (plus rares), les qualités et les défauts d'une voix entendue, y compris les plus grandes. Son père, boulanger, avait une voix de ténor exceptionnel: il ne cessera de pousser son fils, en lui déclarant surtout que s'il aurait un jour une aussi belle voix que lui, il pourrait faire une toute autre carrière, plus glorieuse encore! Le jeune Luciano (né à Modène, le 12 octobre 1935) écoute, comme Callas, la voix de ses aînés à la radio. Il se forge des repères pour son oreille déjà musicale. Membre de la chorale de Modène, il expérimente le chant collectif et même l'ivresse du succès, quand en 1955, le choeur remporte un premier prix lors du concours international Eisteddfod, au pays de Galles.

Avant de se lancer corps et âme dans le chant et l'opéra italien, Luciano Pavarotti se destine tout d'abord à l'enseignement, comme instituteur... une expérience éprouvante où le jeune professeur doit crier pour se faire respecter... au risque d'y perdre la voix. Commercial dans l'âme, aimant les relations avec autrui, il suit aussi une formation pour être courtier en assurance. Ce qui lui convient mieux. Conviction, persuasion, clarté et charisme: l'excellent commercial, jovial et brillant déploie des qualités d'ouverture et de tempérament qui bientôt se révéleront sur la scène.

L'apprentissage du chant

Mais convaincus par ses premiers pas dans l'art lyrique, certainement séduits aussi par sa détermination, les parents de Luciano l'inscrivent pous suivre les cours de professionnels: Arrigo Pola puis Ettore Campogalli. Le jeune chanteur prend ses marques. Son aisance et sa musicalité l'imposent. Lauréat du Prix Achille Peri en 1961, le ténor fait ses débuts remarqués dans La Bohème de Puccini (Rodolfo), sous la direction de Francesco Molinari-Pradelli, au Théâtre Reggio Emilia. A 26 ans, Pavarotti se dévoile au monde. Rodolfo, rayonnant et conquérant, juvénil et amoureux, il peut conquérir les scènes de l'opéra. La douceur de l'émission, le raffinement, déjà, de la conduite vocale, et son tempérament fougueux, solaire, le distinguent absolument. Il enchaîne immédiatement les rôles: Le Duc de Mantoue (Rigoletto de Verdi), et Alfredo dans La Traviata du même Verdi.

Avisé, prudent, à l'écoute de sa voix (un vrai chanteur ne l'est jamais assez s'il veut demeurer et se maintenir), Pavarotti refuse d'être Cavaradossi dans La Tosca. Trop tôt lui confirme Giuseppe di Stefano dont il est l'admirateur et auprès duquel il recueille conseils et encouragements. L'avenir lui donnera raison. En abordant le rôle en 1973, dix années après, Pavarotti marquera le caractère du peintre Cavaradossi de manière décisive. Pour l'heure, le ténor à la voix d'or, soigne et cisèle ce quoi il excelle: la délicatesse des phrasés, le raffinement de l'élocution, la clarté et la légèreté du timbre. Tout ce qui impose en 1964, à 29 ans, son Idamante dans Idoménée de Mozart, au Festival de Glynebourne. Plus tard, les rôles drammatiques. Ainsi, logiquement, Donizetti et Bellini lui vont parfaitement. Leurs personnages portent la carrière fulgurante du chanteur, au cours des années 1960. Nemorino (l'Elixir d'amore de Donizetti), et Tonio (La Fille du Régiment, du même Donizetti). Chez Bellini, il renouvelle totalement le style du ténor di grazia, héroïque, tendre mais vaillant: Elvino (La Somnambula), Tebaldo (Les Capulets et les Montaigus)...

L'art du bel canto avec Joan Sutherland

La maîtrise à laquelle parvient le jeune Pavarotti gagne une étape décisive lorsqu'il part en tournée, en Australie, avec la soprano, alors au sommet de ses possibilités techniques, Joan Sutherland. La cantatrice prend sous son aile, le jeune ténor: elle a reconnu en lui, un partenaire exceptionnel. Tous deux offrent un renouveau triomphal du style bel cantiste, comme en témoignent leurs nombreux enregistrements de ce répertoire chez Decca (lire ci-après notre recommandation discographique).

A partir des années 1970, celles qui mènent à la quarantaine, fort d'une technique plus affûtée encore, grâce au travail mené avec Joan Sutherland (en particulier sur le plan du souffle: le chanteur s'est ainsi contruit un diaphragme en béton), Pavarotti ose graduellement les rôles plus dramatiques, chez Verdi et Puccini. Ainsi, Riccardo (Bal masqué), Rodolfo (Luisa Miler) puis Le Trouvère, chez Verdi; Cavaradossi (Tosca) puis Calaf (Turandot), chez Puccini. Cette évolution de la carrière culminera sur le plan dramatique avec Aïda de Verdi, dans les années 1980. Son Radamès éblouit par sa vaillance militaire, en totale adéquation avec le caractère à la fois belliqueux et amoureux du jeune soldat, épris de la belle esclave nubienne, devenu général puis traître par passion.

Viennent enfin, outre les rôles véristes: Canio (Paillasse de Leoncavallo, 1987), ou Enzo (Gioconda de Ponchielli), et encore Andrea Chénier de Giordano (en 1996 à New York), les derniers rôles verdiens qui manquaient à son profil audacieux: Ernani, Otello, puis Don Carlo de Verdi.

Le style Pavarotti

Le ténor n'a chanté qu'en italien, osant quelques airs en français, approchés en récital, jamais dans le cadre d'une production: Don José (Carmen de Bizet), Werther de Massenet (Pourquoi me réveiller?). Son souci de la clarté et de la diction n'ont pas à pâlir... Piètre acteur, du fait, avec les années, de son embonpoint (le géant de 1,90m pesait selon les périodes entre 90 et 120 kg), Luciano Pavarotti a réussi le tour de force de tout concentrer, dramatisme et intensité, tension et émotivité, dans sa seule voix. Une voix prodigieuse par sa projection claire et naturelle, un timbre "solaire", rayonnant et tendre, à la fois héroïque et raffiné. Qui a vu et écouté l'interprète, ait resté saisi par le charisme de chacune de ses prestations: l'expression passe chez lui par le feu de la voix, par l'acuité du regard, l'incandescence voire la fulgurance de l'émission naturellement timbrée et musicale.

L'amour de la foule

Le roi du contre-ut, n'a jamais caché son amour du risque et du défi. A 55 ans, en 1990, il innove et bouscule bon nombre d'habitudes conservatrices qui asphyxiaient le milieu lyrique. Avec les deux autres ténors médiatisés comme lui, Placido Domingo et José Carreras, Pavarotti "invente" un type de récital inédit à trois voix, en particulier pour la finale de la coupe du monde, le 16 juillet 1990. Ainsi est lancé le concept des trois Ténors.

C'est le début d'une aventure pharaonique (les mauvaises langues ont parlé de montage financier particulièrement judicieux) qui tout en suscitant un énorme succès auprès des foules de plus en plus nombreuses, a le bénéfice de démocratiser l'opéra auprès du plus grand nombre. Grâce au charisme et aux valeurs de coeur de "Big Pavarotti", l'opéra concrétise le déroulement de vastes rituels collectifs en plein air, où la vocalise et l'acrobatie expressive, mesurée cependant par une musicalité intacte, bercent et portent les foules.

Pavarotti élargit davantage sa palette musicale en repoussant encore les limites de ses concerts. Lors de performances mémorables, il chante aux cotés de stars de la pop et du rock, de la variété internationale, de Bono, à Maria Carey, avec Elton Jones aussi, prouvant au monde que le talent ne connaît pas de cloisons. Ses récitals "Pavarotti and friends" dont une partie des recettes sont reversées à des oeuvres charitatives, montrent que l'art est une célébration partagée qui gagne aux métissages et aux rencontres. Séduit, le public suit son favori: 500.000 spectateurs répondent ainsi à l'invitation en juin 1993 à New York.

Luciano Pavarotti avait commencé une tournée d'adieux à partir de 2004, programmant 40 concerts dans le monde, jusqu'en 2007. Hospitalisé en juillet 2006, il devait brusquement annuler sa tournée. Près d'un an plus tard, le ténor italien nous quittait, le 6 septembre dernier à l'âge de 71 ans, dans sa villa aux environs de Modène. Lire notre dépêche Mort de Luciano Pavarotti.

Les 10 rôles de Luciano Pavarotti

1961
Rodolfo (La Bohème de Puccini), Teatro Reggio Emilia

1964
Idamante (Idoménée de Mozart), Festival de Glyndebourne

1965
Nemorino (L'Elixir d'amore de Donizetti), Opéra de Melbourne

1967
Arturo (Les Puritains de Bellini), Opéra de Catane

1971
Riccardo (Un Bal Masqué de Verdi), San Francisco

1974
Rodolfo (Luisa Miller de Verdi), San Francisco

1977
Manrico (Le Trouvère de Verdi), San Francisco

1981
Radamès (Aïda de Verdi), San Francisco

1991
Otello (Verdi), Chicago

1996
Andrea Chénier, New York

Cd: 10 enregistrements incontournables

Tonio: La fille du régiment de Donizetti, 1967
Avec Joan Sutherland..., Choeur et orchestre du Covent Garden de Londres. Richard Bonynge, direction (2 cd Decca)

Nemorino: L'elisir d'amore de Donizetti, 1971
Avec Joan Sutherland, English chamber orchestra. Richard Bonynge, direction (2 cd, Decca)

Edgardo: Lucia di Lammermoor de Donizetti, 1972
Avec Joan Sutherland, Sherill Milnes..., Orchestre de Covent Garden de Londres. Richard Bonynge, direction (2 cd Decca).

Rodolfo: La Bohème de Puccini, 1973
Avec Mirella Freni, Rolando Panerai, Berliner Philharmoniker. Herbert von Karajan, direction (2 cd Decca).

Calaf: Turandot de Puccini, 1973
Avec Joan Sutherland, Montserrat Caballe... London Philharmonic Orchestra. Zubin Mehta, direction (2 cd Decca).

Pinkerton: Madama Butterfly de Puccini, 1974
Mirella Freni, Christa Ludwig..., Wiener Philharmoniker. Herbert von Karajan, direction (3 cd Decca).

Arturo: I Puritani (Les Puritains) de Bellini, 1975. Avec Joan Sutherland, Pietro Capuccili, Nicolai Ghiaurov, LSO. Richard Bonynge, direction (3 cd Decca)

Manrico: Le Trouvère de Verdi, 1975
Joan Sutherland, Marylin Horne, National Philharmonic Orchestra. Richard Bonynge (2cd Decca)

Andrea Chénier de Giordano, 1982
Avec Montserrat Caballe, Leo Nucci,... National Philharmonic orchestra. Riccardo Chailly, direction (2 cd Decca)

Riccardo: Le Bal masqué de Verdi, 1982/1983
Avec Margaret Price, Renato Bruson,... National Philharmonic Orchestra. Georg Solti (2 cd Decca)

Dvd

Requiem de Verdi, 1967
Avec Leontine Price, Fiorenza Cossotto, Nicolai Ghiaurov. Choeur et orchestre de La Scala. Herbet von Karajan, direction. Réalisation: Henri-Georges Cluzot. A 32 ans, Pavarotti flamboie au niveau de ses partenaires sous la baguette électrique d'un karajan transfiguré par la partition.

La Bohème de Puccini, 1988
Avec Mirella Freni, Nicolai Ghiaurov, choeur et orchestre de l'Opéra de San Francisco, Tullio Severini, direction. Réalisation: Brian Large (1 dvd Arthaus Musik). Aux côtés d'une Freni anthologique, Pavarotti stupéfie par sa vérité franche et son timbre éclatant dans un rôle qu'il a marqué définitivement.

Pavarotti for ever (Decca, 2007)
Publié quelques jours après la disparition du ténorissimo, ce coffret vidéo regroupe les rôles les plus significatifs du ténor. Prières et hymnes sublimés par une voix exceptionnelle s'enchaîne laissant le spectateur saisi par tant de musicalité, fluide, libre, rayonnante. Le sourire et le regard de Pavarotti: tout passe dans sa voix miraculeuse.
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Pavarotti   Mer 19 Aoû - 14:47

Pour la voix, rien à dire, tout-à-fait d'accord. Cependant il a une voix pour certains opéras, spécialement italiens. Dans les autres langues c'est un désastre. Et puis comme acteur je le trouve nul.
J'ai un DVD d'Ernani de Verdi dirigé par Levine (évidemment) au Met où il se produit avec Leona Mitchell. Physiquement ils ne sont pas du tout adéquat, cela les regardent, ils n'arrivent pas à s'embrasser en raison de leur taille ! Et puis alors quel jeu désatreux!!! Pire on ne peut pas. Il chante , par exemple, "je t'aime" en regardant le public mais j'amais Elvira. Bien que jeune il ne s'amiolera jamais et reste, pour moi, uniquement valable en CD ou en récital.
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
avatar

Nombre de messages : 21017
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: Luciano Pavarotti   Mer 19 Aoû - 15:11

Je partage aussi l'avis de Brunschwig. Une voix, tres belle certes, mais qu'une voix.
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Bel Canto
Admin
avatar

Nombre de messages : 5911
Age : 61
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: Luciano Pavarotti   Mer 19 Aoû - 20:15

Si je peux me permettre un commentaire ... c'est vrai que sur scène et dans du Verdi, Pavarotti pouvait être pataud et peu engagé surtout si on le compare à un Placido Domingo, de la même génération.
Je dois avouer que je n'appréciais guère ce ténor alors que j'était I love you de Domingo et puis un jour, j'ai découvert le bel canto et Pavarotti avec Surtherland et Bonyge ... un vrai bonheur !
Pavarotti est aussi un des rares à pouvoir me faire écouter (un peu un peu) des opéras veristes ... c'est un très beau 'Paillasse' par exemple ! Quant à son 'Nessun dorma' I love you I love you I love you
http://www.youtube.com/watch?v=TOfC9LfR3PI

A chacun son répertoire en fait ... et si Luciano est devenu légèrement cabotin en fin de carrière et a interprété des musiques qui lui plaisaient avec des amis, il a eu fichtrement bien raison. Wink

Un immense artiste en tout cas qui a eu aussi le talent de faire apprécier l'opéra à bien des non initiés ! Grazio signore Pavarotti ! I love you
Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
felyrops

avatar

Nombre de messages : 1446
Age : 71
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: Luciano Pavarotti   Dim 29 Jan - 22:42

Un portrait de Pavarotti orne à présent un timbre-poste italien de 0,65 €.
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
avatar

Nombre de messages : 21017
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: Luciano Pavarotti   Lun 30 Jan - 9:00

C'est bien, pour une fois que ce n'est pas un militaire!
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Icare
Admin
avatar

Nombre de messages : 11188
Age : 53
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Luciano Pavarotti   Lun 30 Jan - 20:42


Moi content aussi, préfère lécher le cul d'un ténor que d'un militaire. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
avatar

Nombre de messages : 21017
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: Luciano Pavarotti   Lun 30 Jan - 21:33

Laughing Laughing Laughing

Pour l'anecdote, peu avant Noel j'ai vu des affiches à Moscou avec "Pavarotti en concert" et une photo de lui. Je me suis dit qu'il devait y avoir un problème puisqu'il est mort. Et je regarde la date: début janvier. Je me dis "merde, c'est pas possible". Du coup je me rapproche de l'affiche et je vois en plus petit que c'est écrit que c'est un concert hommage. Mais sur le coup, l'affiche était vraiment présenté comme son dernier concert!
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Bel Canto
Admin
avatar

Nombre de messages : 5911
Age : 61
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: Luciano Pavarotti   Mer 6 Sep - 12:20

Il y a dix ans aujourd'hui disparaissait un des plus grand ténor de sa génération.
Hommage à ce grand monsieur ...      


https://www.youtube.com/watch?v=VATmgtmR5o4

Que personne ne dorme !
Plongé dans la solitude de la nuit pékinoise, le Prince inconnu attend le jour où il pourra finalement conquérir l'amour de Turandot, la princesse de glace.

Luciano fut un grand chanteur d'opéra mais il a également mis en valeur toutes ces mélodies napolitaines dont le soleil transparaît dans le chant !

https://www.youtube.com/watch?v=eQSNVBLTXYY
Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Luciano Pavarotti   

Revenir en haut Aller en bas
 
Luciano Pavarotti
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les interprètes-
Sauter vers: