Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Le motet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Snoopy
Admin


Nombre de messages : 21022
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Le motet   Mer 23 Aoû - 10:35

Le choral, luthérien a puisé à des sources diverses, vivant de l'invention mélodique des créateurs protestants, mais aussi et surtout de nombreux emprunts (chant grégorien, chansons et cantiques populaires du moyen Age.

D'emblée, les recueils de chorals allemands connurent un grand succès et une large diffusion.

Le peuple se passionnait pour le chant des chorals : Luther les faisait enseigner dans les écoles aux jeunes enfants. Sagement, il comptait sur la jeunesse pour faire évoluer le répertoire et, tout à la fois, inculquer au peuple les idées de la Réforme.

En traduisant des hymnes latins, en faisant des paraphrases de psaumes et de passages bibliques, le Réformateur allemand fut dans le domaine poétique le créateur du cantique spirituel, un genre qui devait connaître en Allemagne un prodigieux développement.

Au XVIIIè siècle, les poésies ont inspiré aux musiciens des mélodies de chorals qui demeurent parmi les plus belles de la musique protestante.
A la mort de Luther, le nombre de mélodies. de chorals était infime. Le travail incessant de plusieurs générations de maîtres musiciens allait contribuer à l'édification d'un ensemble monumental de chorals, car en 1697 un immense recueil en huit volumes, publié à Leipzig, en contenait près de cinq mille.

Cet ouvrage faisait partie de la bibliographie de Jean-Sébastien Bach, et c'est là qu'il a puisé sans cesse les mélodies de ses plus profondes méditations religieuses.

En un siècle où la musique était essentiellement vocale, les premiers musiciens de la Réforme allemande luthérienne, qui avaient été élevés dans le catholicisme et formés dans les maîtrises des cathédrales ou certaines chapelles de cour, étaient experts dans l'exécution du plain-chant et des motets polyphoniques.

C'est tout naturellement qu'ils adaptèrent au nouveau culte les procédés qu'ils avaient appris à maîtriser, écrivant d'abord de grandes compositions (psaumes ou cantiques) en forme de motet.
Les compositeurs de la deuxième génération adoptèrent un style descriptif apparenté à la chanson.

Vers la fin du XVI ème siècle et le début du XVII ème, on apprit à connaître en milieu protestant les concertos venus d 'Italie, où les instruments venaient se joindre aux voix.

Parallèlement, la musique d'orgue atteignait des sommets avec des compositeurs tels que Jean-Sébastien Bach.

Comme leurs contemporains catholiques qui mettaient en musique des textes latins, les musiciens protestants composèrent passions et motets en langue allemande.

Si leurs langues différaient, la pensée des uns et des autres se traduisait dans les mêmes formes musicales : le motet, le concert d'église, l'oratorio, le prélude, la fugue.

La spécificité du répertoire protestant tient au fait que les compositeurs se soumirent délibérément aux exigences de la liturgie, et collaborèrent avec les Réformateurs.

Qu'il soit harmonisé verticalement, introduit en valeurs longues dans un motet ou dans un grand choeur polyphonique, le choral ne se coulait pas dans un moule tout préparé, mais il servait à l'oeuvre de principe structurel "l'oeuvre créait sa forme".
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Bel Canto
Admin


Nombre de messages : 5598
Age : 60
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: Le motet   Sam 17 Juil - 14:07

Introduction au concert d'hier soir, au Festival Musical de Namur – livret.
'Motets pour la Chapelle Royale'

Imprimez par exprès Commandement de Sa Majesté peut on lire aux frontispices des recueils de motets publiés par Ballard à Paris dans les années 1680.

Ces motets composés tant à la gloire du roi de France qu'à celle du roi des cieux ont servi de modèles à tous les ouvrages de ce genre qui ont formé le fonds du répertoire des principales institutions musicales françaises, au premier rang desquelles la Chapelle Royale, et cela jusqu'à la Révolution.
Grands et petits motets ont ainsi été directement associés à l'éclosion et à la perpétuation d'un modèle exclusivement français de musique sacrée, qui s'est développé au service du rituel d'une église gallicane qui avait proclamé sa virtuelle indépendance vis-à-vis de Rome. Les deux formes de motets ont donc été employées en alternance au sein des offices, pour la grand-messe comme pour la messe basse. Dans les grandes occasions, c'est le grand motet, qui fait appel aux solistes, à l'orchestre et au chœur, qui était privilégié. Le petit motet, généralement confié aux seules voix solistes et au continuo, trouvait lui aussi sa place, notamment à l'élévation et à la communion. L'un et l'autre évoluent selon un schéma musical discontinu, comme le souligne Perrin, l'un des collaborateurs de Jean-Baptiste LULLY : … le Motet est une pièce variée de plusieurs chants ou musiques liées, mais différentes […].

Toutefois, la variété de la pièce sera encor plus grande & la composition plus facile pour le Musicien, quand il y aura une variété affectée dans les stances & dans les Versets & qu'ils seront composez pour un changement continuel.
Quant à la définition du motet par Brossard, dans son dictionnaire de Musique édité à Paris en 1701, elle couvre toutes les possibilités du fait de son manque de précision : C'est une composition de Musique, fort figurée & enrichie de tout ce qu'il y a de plus fin dans l'art de la composition à 1,2,2,3,5,6,7,8 & plus encore de Voix ou de Parties, souvent avec des Instruments, mais ordinairement & presque toujours, du moins avec une Basse-continue […]. On étend à présent la signification de ce terme à toutes les pièces qui sont faites sur des Paroles Latines sur quelque sujet que ce soit, comme sont les louanges des Saints, les Elévations & c. On fait même des Pseaumes entiers en forme de Motet.

Sur le plan structurel, un motet consistait donc en une suite d'épisodes ininterrompus qui se fondent et s'élident les uns dans les autres, l'ensemble étant éventuellement précédé d'une symphonie et animé par des ritournelles qui indiquent les principales articulations du texte.

Sous le règne de Louis XIV, une réelle évolution stylistique s'organise, qui conduit les compositeurs à évoluer d'une écriture polyphonique proche des maîtres français du début du 17ème siècle (soit homophone, soit davantage développée selon le principe des imitations) jusqu'aux motets avec basse continue dans lesquels triomphe déjà le sens déclamatoire typique du baroque et l'expression très réservée du verbe qui deviendront caractéristiques du langage du motet français. Un compositeur joue au sein de ce processus un rôle fondamental, à savoir celui du pionnier : Henry du Mont.
Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
Bel Canto
Admin


Nombre de messages : 5598
Age : 60
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: Le motet   Sam 17 Juil - 14:14



Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
Snoopy
Admin


Nombre de messages : 21022
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: Le motet   Sam 17 Juil - 18:00

Je ne sais plus où mais on a parlé du CD qui se trouve en haut à droite, sur le forum Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Bel Canto
Admin


Nombre de messages : 5598
Age : 60
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: Le motet   Sam 17 Juil - 18:06

Snoopy a écrit:
Je ne sais plus où mais on a parlé du CD qui se trouve en haut à droite, sur le forum Wink

ici : http://musiqueclassique.forumpro.fr/les-compositeurs-f2/pierre-robert-t4943.htm?highlight=robert
Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
Snoopy
Admin


Nombre de messages : 21022
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: Le motet   Sam 17 Juil - 18:09

Ah ben oui! Merci
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le motet   Aujourd'hui à 6:59

Revenir en haut Aller en bas
 
Le motet
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: L'opéra, les ballets et le chant-
Sauter vers: