Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Ariodante de Haendel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Snoopy
Admin


Nombre de messages : 21022
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Ariodante de Haendel   Mer 28 Fév - 11:41

Haendel, Ariodante (1735)

Haendel ne cessa jamais de maintenir son idéal : implanter l'opéra italien à Londres. Directeur de théâtre, négociateur hors pair pour s'assurer les stars du chant à son époque, le compositeur émerveilla les londoniens par la magie, l'héroïsme, le pathétique et aussi le comique, magistralement mêlés par exemple dans Serse (1738). Ariodante appartient à la période où il doit intégrer les changements irréversibles du public, moins concerné par le moralisme des épopées en langue italienne, que les drames de langue anglaise, en particulier, le nouveau genre des oratorios. Si Haendel, dès l'été 1733, compose Esther, Deborah et Athalia, trois ouvrages sacrés, exaltant les vertus des Saints, le compositeur poursuit néanmoins sa propre définition de l'opéra seria, lequel reste pour lui, en dépit de tout, le genre noble par excellence.
Christophe Rousset s'attaque à l'un des derniers chefs-d'oeuvre du théâtre lyrique haendélien. Les chanteurs réunis autour du chef français sont prometteurs : en particulier, dans le rôle titre, Angelina Kirchschlager qui vient d'enregistrer un récital Haendel chez Sony Bmg : "Handel arias". La mezzo autrichienne y interprète quatre airs d'Ariodante dont l'émouvant lamento tragique et suicidaire : "Scherza infida", morceau anthologique pour tout mezzo actuel, désireux en près de 9 minutes, de démontrer la palette des affects les plus ténus.

La force des évocations chevaleresques, la gravité sombre et tragique du rôle-titre révèle le compositeur, expert depuis ses premières oeuvres italiennes, telle Agrippina (Venise, 1708), dans l'expression de la psychologie musicale des caractères. L'oeuvre approche le thème des illusions et de la fatalité apparente : tout détermine Ariodante à accepter le fatalisme d'un destin contraire (trahison de sa promise Ginevra), mais l'intuition individuelle défait la conspiration du visible.

Ariodante est un chevalier fidèle et loyal qui souffre et se tourmente sur sa condition d'homme et ses aspirations affectives. Haendel n'a jamais touché au plus près de la grandeur morale, des fragilités et des contradictions de la personne. Avec Ariodante, il agrège certes de nouveaux styles et les tendances du goût contemporain (ballet français par exemple), il crée surtout un nouveau type de héros. Dans le cadre des conventions scéniques, il laisse s'épanouir une nouvelle typologie de héros : faillible, acceptant ses propres doutes, humain, profondément humain. Ariodante est une féerie médiévale où la folie menace l'équilibre mental des protagonistes. Psyché, action, esthétique, dramaturgie : l'opéra de 1735 est une oeuvre charnière dans la carrière lyrique de Haendel.

La discographie de l'oeuvre est dominée par l'interprétation qu'en donna Anne-Sofie Otter chez Archiv. Sur la scène parisienne, Rousset et ses Talens Lyriques, feront-ils tout aussi bien? Ce qui déjà relèverait de la prouesse...

Ariodante
Opéra en trois actes
Livret de Antonio Salvi
D'après le Roland furieux de L'Arioste (1516)
Londres, Covent Garden, le 8 janvier 1735

par Alexandre Pham
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ariodante de Haendel   Jeu 28 Juin - 7:11

Ah ! Scherza infida par Von Otter , un sommet ! ne pas négliger Lynn Dawson, sa partenaire, au même niveau !
Revenir en haut Aller en bas
Marcus



Nombre de messages : 187
Age : 42
Date d'inscription : 29/01/2007

MessageSujet: Re: Ariodante de Haendel   Mar 11 Sep - 0:07

Dans la série "Marcus découvre l'opéra", je pense aller voir cet opéra qui sera joué à Genève au mois de novembre.
Ce sera l'occasion pour moi de voir pour la première fois un opéra de Haendel sur scène.
J'aime beaucoup la musique instrumentale et sacrée de Haendel mais s'agissant des opéras, je ne connais pour l'instant que Giulio Cesare (j'ai vu en DVD la version du Festival de Glyndebourne 2005, direction William Christie).

La distribution de ce Ariodante s'annonce prometteuse: Joyce Di Donato, Sandrine Piau, Patricia Petibon Very Happy .
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin


Nombre de messages : 21022
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: Ariodante de Haendel   Mar 11 Sep - 12:31

N'oublie pas de nous faire partager tes impressions ensuite Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Marcus



Nombre de messages : 187
Age : 42
Date d'inscription : 29/01/2007

MessageSujet: Re: Ariodante de Haendel   Mar 11 Sep - 22:24

Je n'y manquerai pas (mais je n'ai pas encore mon billet, la location ne s'ouvre que début octobre).
Je vais probablement comme toi aller voir un opéra chaque mois cette saison, il y aura ensuite La flûte enchantée en décembre Very Happy .
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin


Nombre de messages : 21022
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: Ariodante de Haendel   Mar 11 Sep - 23:05

C'est une excellente idée Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Marcus



Nombre de messages : 187
Age : 42
Date d'inscription : 29/01/2007

MessageSujet: Re: Ariodante de Haendel   Lun 19 Nov - 23:40

J'ai donc vu ce Ariodante jeudi dernier au Grand théâtre de Genève. Un vrai régal pour les oreilles Very Happy , mais moins pour les yeux .
Je n'ai pas du tout été convaincu par la mise en scène et les décors de Pierre Strosser. J'avais pourtant bien aimé ses "Maîtres chanteurs" l'année passée, mais il faut croire que Wagner l'inspire plus que Haendel...

C'est d'ailleurs exagéré de parler de "décors" vu qu'il n'y avait en fait qu'un fond noir avec de temps en temps quelques images vidéo difficilement visibles depuis le haut de la salle. Quant à la mise en scène, il y a bien eu une idée un peu originale (mais mal réalisée à mon avis): lors du duel du 3ème acte entre Lurcanio et Polinesso (le méchant),au lieu de s'affronter à l'épée, ils se mettent à jouer aux échecs Rolling Eyes ... (je me demandais depuis le début pourquoi il y avait un échiquier au milieu de la scène, mais bon passons...).

Voilà pour le côté négatif. Mais heureusement il y a aussi eu beaucoup de positif. Musicalement, et c'est finalement le plus important, c'était magnifique. L'Orchestre de chambre de Genève, dirigé par Kenneth Montgomery, était en très grande forme.
Et la distribution irréprochable, dominée par une Joyce di Donato époustouflante dans le rôle titre, j'ai eu des frissons à chacun de ses airs, en particulier dans le fameux "Scherza infida". Patricia Petibon formidable aussi dans le rôle de Ginevra.
Ce serait trop long de citer tous les autres interprètes mais je les ai tous trouvés très bons.

En résumé, j'ai passé une très bonne soirée, avant tout grâce à Haendel et aux musiciens.
Mais c'est avec ce genre de mise en scène qu'on se dit que ça aurait finalement été tout aussi bien avec une version de concert...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ariodante de Haendel   Ven 15 Fév - 14:01

ACCORDS EN SCENE a écrit:
Ah ! Scherza infida par Von Otter , un sommet ! ne pas négliger Lynn Dawson, sa partenaire, au même niveau !

Salut, absolument d'accord! Merveilleux morceau que ce Scherza infida de Handel et sensationnelle interprétation d'Anne-Sofie, un moment de musique sur lequel on revient sans cesse, ébloui par tant de perfection. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ariodante de Haendel   Aujourd'hui à 6:59

Revenir en haut Aller en bas
 
Ariodante de Haendel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: L'opéra, les ballets et le chant-
Sauter vers: