Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -32%
Aspirateur balai sans fil Xiaomi Dreame V10 2-en-1
Voir le deal
169.99 €

 

 Arturo Toscanini (1867-1957)

Aller en bas 
AuteurMessage
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 21880
Age : 45
Date d'inscription : 10/08/2006

toscanini - Arturo Toscanini (1867-1957) Empty
MessageSujet: Arturo Toscanini (1867-1957)   toscanini - Arturo Toscanini (1867-1957) Empty2007-02-14, 11:07

Arturo Toscanini est un chef d'orchestre italien, né à Parme le 25 mars 1867 et mort à Riverdale (États-Unis) le 16 janvier 1957.

De 1876 à 1885, il étudie le violoncelle au Conservatoire royal de Parme. En 1886, il devient violoncelliste principal dans la compagnie d'opéra Rossi et part en tournée au Brésil.

Le 30 juin 1886 il remplace, au pied levé, le chef d'orchestre récusé par le public et dirige une représentation d'Aïda de Verdi. Le 9 octobre suivant, il fait ses débuts en Italie en dirigeant Edméa de Catalani.
Le 21 mai 1892, il dirige la création des Pagliacci de Leoncavallo.

De 1895 à 1898, il est directeur de l'Opéra de Régio de Turin ; il y dirige, en 1895, la première représentation italienne du Crépuscule des dieux de Wagner.

Le 1er février 1896, il dirige la création de La Bohème de Puccini, compositeur toscan dont il sera jusqu'à la fin l'ami indéfectible (malgré leurs divergences d'opinions politiques).

De 1898 à 1903, puis de 1906 à 1908, il est directeur musical de la Scala de Milan.

De 1908 à 1913, il est chef au Metropolitan Opera de New York : il y dirige la création mondiale de La fanciulla del West de Puccini, en 1910 ainsi que la création américaine de Boris Godounov de Moussorgski, en 1913.

De 1920 à 1929, il est à nouveau directeur musical de la Scala de Milan. Il y dirige, en 1926, la création mondiale de Turandot, opéra inachevé de Puccini (le soir de la première, il interrompt la représentation pour ne pas diriger le finale de l'opéra, composé par Franco Alfano. Toscanini avait, en vain, tenté d'imposer Riccardo Zandonai pour achever l'œuvre mais Tonio Puccini, fils du compositeur, avait préféré Alfano).

En 1929, en désaccord avec la politique de Mussolini, il quitte l'Italie et devient directeur musical de l'Orchestre philharmonique de New York. Il reviendra à Milan pour diriger, le 11 mai 1946, le concert de réouverture de la Scala de Milan, restaurée après son bombardement survenu pendant la guerre.

En 1930, il est le premier chef non allemand invité (par Siegfried Wagner) à diriger au Festival de Bayreuth. Il y dirigera Tannhäuser, Tristan et Isolde et Parsifal. Il a cette même année une vive altercation avec Maurice Ravel après avoir exécuté le Boléro deux fois trop rapidement.

En 1935, il dirige au Festival de Salzbourg des représentations de La Flûte enchantée, Fidelio, Les Maîtres Chanteurs de Nuremberg et Falstaff.
En 1936 à Tel Aviv, il dirige le concert célébrant la création de la Palestine.

De 1937 à 1954, il est chef de l'Orchestre symphonique de la NBC, créé spécialement pour lui par David Sarnoff, directeur de RCA. Les concerts donnés chaque semaine pour les retransmissions radiophoniques jusqu'en 1954 ont fait de lui, une des premières vedettes médiatiques.
Le 1er janvier 1957, il est victime d'une attaque d'apoplexie ; il meurt chez lui, à Riverdale, le 16 janvier suivant. Il est enterré au cimitero Monumentale de Milan.

Toscanini est considéré par ses contemporains, confrères musiciens ainsi que le public, comme l'un des plus grands chefs d'orchestre de son époque. Alors que toute sa vie publique il démontrera ses qualités de démocrate (il quitte l'Italie pour protester contre la politique de Mussolini ; il quitte Bayreuth puis Salzbourg pour protester contre les discriminations raciales des nazis), en face de ses musiciens il manifeste son autocratie et son caractère colérique.

Avec le despotisme et l'intransigeant perfectionnisme qu'il imposait aux musiciens de ses orchestres, ses interprétations sont d'une lumineuse intensité ; sa phénoménale « oreille » pour les détails et les sonorités orchestrales, sa mémoire visuelle lui permettaient de corriger des parties d'orchestres laissées pour compte pendant des décennies par ses collègues.
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 20034
Age : 74
Date d'inscription : 19/08/2006

toscanini - Arturo Toscanini (1867-1957) Empty
MessageSujet: Re: Arturo Toscanini (1867-1957)   toscanini - Arturo Toscanini (1867-1957) Empty2007-02-15, 12:29

Il a aussi un peu composé, mais moins que Furtwangler. j'ai entendu un jour un Prétude symphonique à la radio, mais il n'y a aucun CD à ma connaissance.
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 21880
Age : 45
Date d'inscription : 10/08/2006

toscanini - Arturo Toscanini (1867-1957) Empty
MessageSujet: Re: Arturo Toscanini (1867-1957)   toscanini - Arturo Toscanini (1867-1957) Empty2007-05-15, 12:35

Arturo Toscanini, chef d'orchestre.

par Ernst Van Bek

Arturo Toscanini
(1867-1957)

Né en 1867, à Parme, Arturo Toscanini fut l'un des chefs les plus importants de la première moitié du XX ème siècle. Egal de Wilhelm Furtwängler - son contemporain-, ayant des idées musicales diamétralement opposées, il incarne la figure du commandeur au regard tranchant, à la battue mordante, acérée, vive. Scrupuleux, il entend respecter les indications des compositeurs. Poigne d'acier, il dirige en maître voire en tyran. Mais à l'idéal artistique implacable, correspondant aussi une exigence morale et humaine qui s'exprimera contre le fascisme. Si la musique est un combat, demandant l'implication de toute les forces vitales de l'être qui la sert, Arturo Toscanini en est l'ambassadeur: un musicien intransigeant cherchant la perfection dans ce monde.

Verdi, Puccini, Wagner

A 19 ans, loin de son Italie natale, à Rio de Janeiro, Toscanini alors violoncelliste, remplace le chef prévu et dirige par coeur Aïda de Verdi. Déjà maître de la direction, doué d'une vaste culture musicale, le jeune musicien recherche un poste de directeur musical. Depuis 1885, il a son diplôme en poche, obtenu au Conservatoire de sa ville natale, Gênes. Ambition presque réalisée lorsqu'en 1887, à 20 ans, il participe comme second violoncelliste dans l'orchestre de la Scala à la création d'Otello de Giuseppe Verdi. Cette expérience décisive renforce son amour pour le théâtre verdien.

Le jeune chef milite énergiquement pour la scène lyrique contemporaine, en particulier les véristes. Il crée ainsi Edmea de Catalani (Turin, 1887), Paillasse de Leoncavallo (Milan, 1892), La Bohême de Puccini (Turin, 1896). Entre temps sa nouvelle stature de directeur musicale s'est imposée naturellement. Turin sera sa première "tribune": il doit y constituer l'orchestre du Teatro Regio et concevoir la programmation musicale. Il créera ainsi, les Quatre Pièces Sacrées de Verdi (1897) et dirige dès 1895, son autre "dieu", Richard Wagner, dont Le Crépuscule des dieux en première audition italienne, en 1895.

Milan, 1898

A 31 ans, le fougueux directeur musical prend les rennes de La Scala. Insatiable, conquérant de la perfection et de l'audace, entraînant sans faiblir les musiciens de l'orchestre derrière lui, à son rythme, Toscanini élargit le répertoire et dirige Pelléas, Eugène Onéguine, La Damnation de Faust, à nouveau, Le Crépuscule des dieux, Euryanthe... Mais lassé par d'incessants obstacles dans la quête de ce qu'il s'est fixé comme un idéal, le musicien s'éloigne de Milan à partir de 1903: il part en tournée avec l'Orchestre de Turin, un ensemble qu'il a façonné et qui est donc plus malléable à sa conception musicale.

New York, 1908-1915

A 41 ans, Toscanini traverse l'Océan Atlantique et rejoint le Metropolitan Opera. Malgré les lourdeurs administratives et l'apathie confortable de certains chanteurs dont Caruso ou Farrar, le maestro parmesan n'hésite pas là encore à bousculer les habitudes. Il y crée La fille du Far West de Puccini (1910) et aussi, en première américaine, Boris Godounov de Moussorsgki. L'épopée outre-atlantique aura duré sept ans.

Intraitable avec les nazis

En Italie pendant la guerre, Toscanini donne de nombreux concerts pour soutenir l'esprit des troupes (1915). De nouveau, La Scala le réclame en 1920: il y réorganise orchestre et choeur. Son énergie paraît illimitée. Sa force de travail et la pertinence de ses vues forcent l'admiration de tous ses contemporains. Au moment du fascisme naissant, ses racines républicaines (son père fut partisan de Garibaldi) se renforcent. Toscanini refuse de jouer l'hymne mussolinien à la création de Turandot de Puccini en 1926. En 1930 et 1931, il est l'invité du Festival de Bayreuth où il dirige Tannhäuser, Tristan et Parsifal. Entre 1934 et 1937, Toscanini réalise un voeu pieu: il dirige aussi au festival de Salzbourg, Falstaff, Fidelio, Les maîtres chanteurs, La flûte enchantée...

Les années 1930 représentent l'aboutissement du "son" Toscanini, la réalisation d'un idéal très élevé et qu'il n'a cessé de suivre quoi qu'il en coûte. L'année 1935 regroupe plusieurs concerts retentissants de ce point de vue, imposant sa baguette et la carrure de l'homme: Missa Solemnis de Beethoven (New York, avril), Fidelio et Falstaff (Festival de Salzbourg à l'été)... Auditeur de sa Lucia di Lammermoor puis de son Falstaff à la Scala, de son Tannhäuser à Bayreuth, le jeune Karajan est bouleversé, saisi par la puissance rythmique et le souffle lyrique des phrasés. Le sens de la construction insuffle à chacune de ses lectures, magnétisme expressif et grandeur spirituelle. Mais ce que nous ne mesurons pas suffisamment dans les enregistrements disponibles, c'est le travail de la texture et la sonorité des orchestres de Toscanini, qui d'après les témoignages des spectateurs et des auditeurs contemporains, suscitaient un égal enthousiasme.

Aux côtés de Verdi, Wagner, Toscanini a abondamment "servi" Debussy dont grâce à la sonorité qu'il obtenait, il jouait comme personne La mer. Le compositeur ébloui par l'interprétation du chef, accepta de modifier quelques passages selon les suggestions de son contemporain. Ajoutons qu'entre 1935 et 1938, il enregistre à Londres avec l'Orchestre symphonique de la BBC, de nombreuses gravures demeurées légendaires.

Ses positions politiques seront nettes et sans complaisance vis-à-vis des fascistes. Il cesse toute participation à Bayreuth en 1933 quand Hitler prend le pouvoir, et après l'Anschluss (1938), il refuse de jouer à Salzbourg.

Retour aux USA

A New-York, en 1933, sa fille Wanda est longuement courtisée par Vladimir Horowitz. Leur mariage est célébré le 21 décembre... à Milan. La chaîne NBC met à sa disposition, à New York, un orchestre symphonique qu'il dirigera entre 1937 et 1954. C'est à cette époque et avec cette phalange dont il dispose à son gré que Toscanini, dans le studio 8-H, réalisera bon nombre de ses enregistrements officiels pour la firme RCA. Les bandes de l'époque montrent avec volonté et exigence, comment le chef menait son orchestre, invectivant parfois violemment ses musiciens. Au nom de sa conception des oeuvres, il désirait ardemment un retour aux sources, dans le respect de la structure rythmique, pour l'intensité poétique des partitions, exigeant de ses troupes comme de lui-même. Scrupuleux des indications ou didascalies de l'auteur, Toscanini, apôtre de l'orthodoxie, s'inscrit dans la lignée des chefs tels Mendelssohn, puis Strauss, Busch, Krips, Szell... En cela, il s'écartait des conceptions de Berlioz, Wagner ou Liszt.

De retour dans l'Italie libérée, le chef dirige à La Scala et à La Fenice, rénovées. Il succombe dans son appartement new-yorkais de Riverdale, le 16 janvier 1957.

Discographie

Le répertoire de Toscanini étant particulièrement étendu, sa discographie malgré les apparences est aussi vaste, s'étendant en réalité de 1928 à 1954. Souhaitons qu'avec l'enrichissement des catalogues en téléchargement, l'ensemble des bandes soient un jour disponibles. Voici notre sélection.

Debussy

La mer, Iberia, Nocturnes..., Prélude à l'après-midi d'un faune. NBC symphony orchestra (1950, 1951, 1952).

Beethoven

Symphonie n°9. Missa Solemnis. E. Farrel, L. Marshall, N. Merriman... NBC symphony orchestra. RCA (1952, 1953)

Verdi

Requiem (RCA, live de 1951), Un bal masqué (RCA, 1954), Otello (RCA, 1947), Falstaff (RCA, live de 1950). Tous ces enregistrements avec le NBC symphony orchestra.

Puccini

La Bohème (RCA, live de 1946).

Wagner

Le Crépuscule des dieux, Tristan avec H. Traubel et L. Melchior (NBC symphony orchestra, RCA, 1941 à 1952).
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 20034
Age : 74
Date d'inscription : 19/08/2006

toscanini - Arturo Toscanini (1867-1957) Empty
MessageSujet: Re: Arturo Toscanini (1867-1957)   toscanini - Arturo Toscanini (1867-1957) Empty2020-02-15, 11:11

joachim a écrit:
Il a aussi un peu composé, mais moins que Furtwangler. j'ai entendu un jour un Prélude symphonique à la radio, mais il n'y a aucun CD à ma connaissance.

On trouve maintenant son Scherzo en sol mineur, un morceau de jeunesse (1884)




https://www.youtube.com/watch?v=QhAurKCYRLg



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




toscanini - Arturo Toscanini (1867-1957) Empty
MessageSujet: Re: Arturo Toscanini (1867-1957)   toscanini - Arturo Toscanini (1867-1957) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Arturo Toscanini (1867-1957)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les interprètes-
Sauter vers: