Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -22%
Promo sur APPLE Airpods 2 avec boitier de charge
Voir le deal
140 €

 

 Alexandre SCRIABINE (1872-1915)

Aller en bas 
AuteurMessage
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 24406
Age : 46
Date d'inscription : 10/08/2006

Alexandre SCRIABINE (1872-1915) Empty
MessageSujet: Alexandre SCRIABINE (1872-1915)   Alexandre SCRIABINE (1872-1915) Empty2006-08-15, 16:48

Alexandre-Nicolaïevitch Scriabine est un pianiste et un compositeur né à Moscou, le 6 janvier 1872 selon le calendrier grégorien (le 25 décembre 1871 selon le calendrier julien), et mort à Moscou, le 27 avril 1915.

Alexandre Scriabine se voyait souvent comme une figure religieuse ou messianique, peut-être influencé par le fait qu'il était né précisément le jour de Noël. Il a composé plusieurs morceaux de musique inoubliables; personnalité des plus fascinantes de la musique du début du siècle, longtemps méconnu, considéré comme excentrique, les idées philosophiques idéalistes d’Alexandre Scriabine étaient suffisantes pour détourner un grand nombre d’auditeurs.

Fils de Nicolaï Scriabine, diplomate, expert en langues orientales, et de Lyubov Petrovna Scriabine, pianiste talentueuse, il entre au conservatoire de Moscou en 1887. Elève de Safonov (Piano), de Tanayev (Contrepoint) et d'Arensky (Composition), c'est là qu'il rencontre un autre élève, Serge Rachmaninov qui devient son ami. Influencé par Chopin, qu'il considère comme son maître, il décide tout d'abord de devenir pianiste, commence sa carrière en 1892 et voyage dans toute l'Europe. Cependant, un jour qu'il joue les Reminiscences de Don Juan de Liszt, il se blesse à la main, et renonce à sa carrière de virtuose. Il se consacre alors essentiellement à la composition (contrairement à son ami Rachmaninoff, qui commença compositeur et finit pianiste). Alexandre Scriabine devient professeur de piano au conservatoire de Moscou entre 1898 et 1903.

Au début du XXe siècle, il s'intéresse profondément à la philosophie et à des courants de pensées orientalistes telle que la Théosophie, qui influencent très fortement ses compositions à partir de 1904. En 1908, il rencontre le chef d'orchestre Serge Koussevitzky qui l'aide grandement dans la défense de ses œuvres. Il meurt prématurément en 1915 d'une infection du sang consécutive à une piqûre au visage.

Par la combinaison des sons, des couleurs (« clavier à lumière » pour « Prométhée ou le poème du feu »), à la recherche d'une liberté spirituelle et de l’extase, sa musique évolue de façon toujours plus nette vers les aspects mystiques de la vie, de la mort, de la réincarnation.

Alexandre Scriabine est le cousin germain de Viatcheslav Molotov, proche collaborateur de Staline et signataire du pacte de non-agression germano-soviétique connu sous le nom de pacte "Ribbentrop-Molotov".



Dernière édition par Snoopy le 2021-01-12, 23:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Invité
Invité



Alexandre SCRIABINE (1872-1915) Empty
MessageSujet: Re: Alexandre SCRIABINE (1872-1915)   Alexandre SCRIABINE (1872-1915) Empty2007-09-23, 11:10

Je préfère son poème S-A-T-A-N-I-Q-U-E I love you

Citation :
Par la combinaison des sons, des couleurs (« clavier à lumière » pour « Prométhée ou le poème du feu »),

Pour les touches et ses associations de couleur :
=> http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/6/68/Scriabin_keyboard.png

La couleur du Sol Dièse = I love you
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 21246
Age : 74
Date d'inscription : 19/08/2006

Alexandre SCRIABINE (1872-1915) Empty
MessageSujet: Re: Alexandre SCRIABINE (1872-1915)   Alexandre SCRIABINE (1872-1915) Empty2010-02-25, 20:51

Catalogue des oeuvres :

Op.1 - Waltz in F minor (1886)
Op.2 - 3 Pieces (1889)
No.1 - Etude in C♯ minor
No.2 - Prelude in B major
No.3 - Impromptu à la Mazur in C major
Op.3 - 10 Mazurkas (1889)
Op.4 - Allegro Appasionato in E♭ minor (1892)
Op.5 - 2 Nocturnes (1890)
Op.6 - Piano Sonata No.1 in F minor (1892)
Op.7 - 2 Impromptus à la Mazur (1892)
Op.8 - 12 Etudes (1894)
Op.9 - Prelude and Nocturne for the Left Hand (1894)
Op.10 - 2 Impromptus (1894)
Op.11 - 24 Preludes (1896)
Op.12 - 2 Impromptus (1895)
Op.13 - 6 Preludes (1895)
Op.14 - 2 Impromptus (1895)
Op.15 - 5 Preludes (1896)
Op.16 - 5 Preludes (1895)
Op.17 - 7 Preludes (1896)
Op.18 - Allegro de concert in B♭ minor (1896)
Op.19 - Piano Sonata No.2 in G♯ minor (Sonata-Fantasy) (1897)
Op.20 - Piano Concerto in F♯ minor (1896)
Op.21 - Polonaise in B♭ minor (1897)
Op.22 - 4 Preludes (1897)
Op.23 - Piano Sonata No.3 in F♯ minor (1898)
Op.24 - Reverie for Orchestra (1898)
Op.25 - 9 Mazurkas (1899)
Op.26 - Symphony No. 1 in E major (1900)
Op.27 - 2 Preludes (1901)
Op.28 - Fantasy in B minor for Piano (1900)
Op.29 - Symphony No. 2 in C Minor (1902)
Op.30 - Piano Sonata No.4 in F♯ major (1903)
Op.31 - 4 Preludes (1903)
Op.32 - 2 Poemes (1903)
Op.33 - 4 Preludes (1903)
Op.34 - Poeme Tragique (1903)
Op.35 - 3 Preludes (1903)
Op.36 - Poeme Satanique (1903)
Op.37 - 4 Preludes (1903)
Op.38 - Waltz in A♭ major (1903)
Op.39 - 4 Preludes (1903)
Op.40 - 2 Mazurkas (1903)
Op.41 - Poeme (1903)
Op.42 - 8 Etudes
Op.43 - Symphony No.3, Le Divin Poeme
Op.44 - 2 Poemes (1904)
Op.45 - 3 Pieces (1904)
No.1 - Album Leaf in E♭ major
No.2 - Poème fantastique in C major
No.3 - Prelude in E♭ major
Op.46 - Scherzo (1905)
Op.47 - Quasi Waltz in F major (1905)
Op.48 - 4 Preludes (1905)
Op.49 - 3 Pieces (1905)
No.1 - Etude in E♭ major
No.2 - Prelude in F major
No.3 - Rêverie in C major
Op.50 - Opus Not Used by Scriabin
Op.51 - 4 Pieces (1906)
No.1 - Fragilité
No.2 - Prelude
No.3 - Poème Aile
No.4 - Danse Languide
Op.52 - 3 Pieces (1907)
No.1 - Poem in C major
No.2 - Enigma
No.3 - Poème languide in B major
Op.53 - Piano Sonata No.5 in F♯ major
Op.54 - Symphony No. 4, Le Poeme de l'extase (The Poem of Ecstasy)
Op.55 - Opus Not Used by Scriabin
Op.56 - 4 Pieces (1908)
No.1 - Prelude in E major
No.2 - Ironies in C major
No.3 - Nuances
No.4 - Etude
Op.57 - 2 Pieces (1908)
No.1 - Désir
No.2 - Caresse dansée
Op.58 - Album Leaf (1910)
Op.59 - 2 Pieces (1910)
No.1 - Poème
No.2 - Prelude
Op.60 - Prometheus, Le Poeme de feu (The Poem of Fire)
Op.61 - Poème-Nocturne (1911-12)
Op.62 - Piano Sonata No.6
Op.63 - 2 Poèmes (1911-12)
No.1 - Masque
No.2 - Etrangete
Op.64 - Piano Sonata No.7, White Mass
Op.65 - 3 Etudes
Op.66 - Piano Sonata No.8
Op.67 - 2 Preludes (1912-13)
Op.68 - Piano Sonata No.9, Black Mass
Op.69 - 2 Poèmes (1913)
Op.70 - Piano Sonata No.10 Insect
Op.71 - 2 Poèmes (1914)
Op.72 - Vers la flamme (Towards the flame)
Op.73 - 2 Danses (1914)
No.1 - Guirlandes
No.2 - Flammes sombres
Op.74 - 5 Preludes



Oeuvres sans opus

Andante for String Orchestra (1899)
Canon in D minor (1883)
Egorova (Egoroff) Variations (1887)
Fantasy for piano and orchestra in A minor (1889)
Fantasy for two pianos in A minor (1889) (arrangement of the above work?)
Fantasie in A minor (1887-88)
Feuillet d'album in A♭ major (1889)
Feuillet d'album in F♯ major (1905)
Fugue (1892)
Mazurka (1884)
Mazurka (1886)
Mazurka in F major (1889)
Mazurka in B minor (1889)
Mysterium for Orchestra (1903-15) (incomplete)
Nocturne in A♭ major (1884)
Romance for horn (1890)
Romance for voice (1894)
Piano Sonata in E♭ minor (1889)
Presto (?)
Sonata-Fantasy (1886)
Symphonic Allegro for Orchestra (1898)
Symphonic Poem in D minor (1896)
Valse in D♭ major (1886)
Valse in G♯ minor (1886)
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 14651
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Alexandre SCRIABINE (1872-1915) Empty
MessageSujet: Re: Alexandre SCRIABINE (1872-1915)   Alexandre SCRIABINE (1872-1915) Empty2013-01-27, 19:47

Le Poème de l'Extase: Alexandre SCRIABINE (1872-1915) 333455 Alexandre SCRIABINE (1872-1915) 333455 Alexandre SCRIABINE (1872-1915) 333455 
Piano Concerto:  Alexandre SCRIABINE (1872-1915) 333455  Alexandre SCRIABINE (1872-1915) 333455
Prométhée: Le Poème du feu:  Alexandre SCRIABINE (1872-1915) 333455  Alexandre SCRIABINE (1872-1915) 333455  Alexandre SCRIABINE (1872-1915) 333455

Cela faisait un moment que je souhaitais découvrir ce compositeur et je dois dire que j'ai été subjugué par la beauté de ces trois oeuvres et plus principalement par Prométhée. Voilà une lacune comblée avec brio!!! Je n'ai pas beaucoup de mots pour le moment afin d'expliquer à ma manière ce qui me touche dans cette musique mais l'impacte émotionnelle fut terrible. Disons que je ne maîtrise pas encore la superbe physionomie de ces oeuvres, que je n'en ai pas encore perçu toute la puissance expressive, je suis encore sous l'emprise de l'émotion. Gros coup de coeur pour ma part! Alexandre SCRIABINE (1872-1915) 956659

VizZ, tu connais? Je pense que tu aimerais....

Anatol Ugorski: piano
Chicago Symphony Chorus
Chicago Symphony Orchestra
Pierre Boulez.
Revenir en haut Aller en bas
Frantz 77

Frantz 77

Nombre de messages : 123
Age : 72
Date d'inscription : 17/10/2013

Alexandre SCRIABINE (1872-1915) Empty
MessageSujet: Alexendre Scriabine : L'intégrale pour piano solo    Alexandre SCRIABINE (1872-1915) Empty2013-10-31, 15:21

Impressionné par la liste des oeuvres complètes de Scriabine donnée par Joachim, j'apporte ma contribution à cet immense compositeur dont les "modernes" savent combien ils lui sont redevables....(O.Messiaen and Co)

Chez VOX BOX se trouvent les 12 sonates d'une part dans un double album(+ quelques opus) et un quintuple album réunissant toutes ses autres oeuvres pour piano ( sauf celles avec orchestre)
Interprétées par Michael PONTI ( enregistrement 1973-1974) c'est une somme indispensable ne serais-ce que par l'aspect unique du compositeur . Ses oeuvres ont un parcours tellement sincère et si immense dans l'étendue de leur chemin parcouru !
Les premières sont il est vrai teintées du romantisme; mais je les trouve déjà si atypiques.
Après la troisième sonate ( ceux qui la trouvent par Samson François, foncez!) c'est dans un autre monde qu'Alexandre Scriabine demeurera désormais - le sien, en avance de plusieurs décennies -

Je suis heureux que  Icare soit tombé sous l'envoutement de ce compositeur rare
- qui devait  être un interprète de très haut niveau de son temps -
J'ai déjà du signaler quelque part  des interprètes qui l'ont toujours très bien servit : Vladimir Horowitz, Vladimir Sofronitsky, ....
Revenir en haut Aller en bas
Bel Canto
Admin
Bel Canto

Nombre de messages : 6355
Age : 64
Date d'inscription : 10/07/2007

Alexandre SCRIABINE (1872-1915) Empty
MessageSujet: Re: Alexandre SCRIABINE (1872-1915)   Alexandre SCRIABINE (1872-1915) Empty2015-04-15, 13:18

Alexandre SCRIABINE (1872-1915) 00028910 paru le 6 avril 2015 chez Universal Music,
Artiste principal : Vladimir Ashkenazy

Détails des pistes (44)
3 Pieces for piano, Op.2 (Alexander Scriabin)
10 Mazurkas, Op.3 (1889)
12 Etudes For Piano, Op.8
4 Preludes, Op.22
8 Etudes, Op.42
Trois Morceaux, Op.45
3 Pieces, Op.52
2 Pieces, Op.57
2 Poèmes, Op.63
2 Poèmes, Op.69
Two Poèmes, Op.71
5 Preludes, Op.74
Two Preludes, Op.3 (Julian Scriabin)

Excellent titre que celui de ce CD consacré par Vladimir Ashkenazy à l’évolution des œuvres pour piano de Scriabine, de ses tout premiers succès chopino-rachmaninoviens à ses ultimes recherches, toujours plus atonales, toujours plus ramassées, plus concentrées, plus incompréhensibles aussi – non seulement pour le public d’alors mais encore et toujours par bien des auditeurs de nos jours qui se perdent dans les infinies enharmonies et les périlleux glissements d’accords instables et énigmatiques. On s’aperçoit qu’au fur et à mesure de son évolution, Scriabine raccourcit de plus en plus son propos, comme une sorte de Webern avant l’heure – ou comme le très tardif Beethoven des Bagatelles, estimant qu’il avait tout dit en deux voire une minute(s). Et plus on avance, plus l’on sent que le compositeur s’approche de la flamme… celle à laquelle il se brûlera à l’âge de 42 ans. Et l’incandescence finale vient de l’ultime piste du CD, un court prélude de Scriabine – Julian Scriabine, le fils du compositeur, écrit à l’âge de dix ans en 1918 – un an avant sa propre disparition tragique. Extravagante réussite pour un enfant qui sut incorporer le langage de son père tout en se gardant de n’être qu’un clone. Jusqu’où Julian Scriabine serait-il allé s’il ne s’était pas assez mystérieusement noyé dans le Dniepr le 22 juin 1919… Bon, de mauvaises langues affirmeraient-elles qu’une musique si aboutie ne pouvait pas être celle d’un gamin de dix printemps, mais qu’en savons-nous. Admettons que ce prélude est bien de lui. © SM/Qobuz
Revenir en haut Aller en bas
http://vitabella.sosblog.fr/index.htm
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 14651
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Alexandre SCRIABINE (1872-1915) Empty
MessageSujet: Re: Alexandre SCRIABINE (1872-1915)   Alexandre SCRIABINE (1872-1915) Empty2021-01-12, 23:23

Anatol Ugorski: piano
Chicago Symphony Chorus
Chicago Symphony Orchestra
Pierre Boulez.

J'entame un nouveau cycle que j'ai étrangement intitulé "La musique des sourds heureux" sans savoir exactement pourquoi je lui ai donné ce titre. Sans doute parce que pendant l'écoute d'une musique qui me rend heureux, je suis temporairement sourd de tout ce qui m'agace et m'indigne dans ce bas monde. Voilà, je pense que l'on peut voir les choses ainsi. En tout cas, ce cycle sera l'occasion pour moi d'écouter (découvertes & redécouvertes) John Field, Max Bruch, Canteloube, Chopin, Fauré, Sgambati, Schumann, etc... Ce soir, ce fut un moment fort de redécouverte avec trois oeuvres d'Alexandre Scriabine; Le Poème de l'extase, opus 54, le Concerto pour piano et orchestre, opus 20 et Prométhée, Le Poème du feu, opus 60 par les interprètes mentionnés ci-dessus.

<<Au cours de sa carrière, Alexandre Scriabine a de plus en plus tenté de faire de sa musique le vecteur d'un monde d'idées extatique et mystique; c'est ainsi qu'il mit en exergue de son poème symphonique "Le Poème de l'extase" un long poème, de titre identique, où se voit magnifiée la transe créatrice de l'esprit et sa toute-puissance divine. Il travailla à la composition à partir de 1905 pour l'achever en 1908; la première eut lieu le 10 décembre à New York sous la direction de Modest Altschuler. L'auditoire découvrait une musique irisée dès le premier instant, sans détermination harmonique, tournant sur elle-même avec volupté, puis poussée en avant d'instant en instant par des signaux impérieux qui culminaient dans le surgissement majestueux du "thème de l'affirmation de soi", conduisant l'oeuvre au puissant frémissement de son apothéose.>> Gottfried Eberle.

J'ai réécouté ces trois oeuvres d'un trait et je ne saurais pas m'arrêter sur chacune d'entre elles avec détails. Je n'en éprouve d'ailleurs pas le besoin immédiat. Ce qui en ressort globalement c'est une irisation fascinante de la matière orchestrale, toutes ces informations sonores qui me transpercent en même temps dans un mouvement orgasmique quasi continu. Je ressens vraiment l'extase dans Le Poème de l'extase, mais aussi une grande luminosité et un matériel sonore qui ne pouvait que devenir une formidable source d'inspiration pour les compositeurs qui allaient lui succéder. Son concerto me procure les mêmes sensations, un flottement intense et passionné qui n'arrête pas d'aller et venir, de tournoyer en quelque-sorte. Je pourrais aisément l'imaginer de forme "spiralique". Cette sensation d'être emporté dans un fascinant tourbillon m'est particulièrement forte dans Le Poème de l'extase et Prométhée, mais absolument pas exclue du Concerto pour piano. C'est sans doute le mouvement lent qui bénéficiera de ma plus belle attention, tellement les toutes premières mesures représentent déjà un moment de toute finesse qui sait m'attendrir. Après les ensoleillements des moments musicaux les plus expansifs, un peu de retenue et d'attendrissement sont forcément bienvenus. A savoir que le mouvement lent, puisque c'est sur ce moment-là du concerto que je me suis, cette fois-ci, arrêté, se compose d'une succession de cinq variations sur un thème chantant exposé "con sordini" par les cordes. Cependant, ce n'est pas de ce morceau que naquit ma plus belle émotion: ma plus vive émotion est arrivée avec Prométhée, plus précisément lorsque les choeurs entrent en scène. Là encore, le mécanisme de l'extase fait merveille, toujours cette forme "spiralique" mouvante qui m'absorbe et me balade dans des structures sonores fortement irisées.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Alexandre SCRIABINE (1872-1915) Empty
MessageSujet: Re: Alexandre SCRIABINE (1872-1915)   Alexandre SCRIABINE (1872-1915) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Alexandre SCRIABINE (1872-1915)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: