Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Robert Nicholas Charles Bochsa (1789-1856)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Snoopy
Admin
avatar

Nombre de messages : 21016
Age : 42
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Robert Nicholas Charles Bochsa (1789-1856)   Lun 22 Jan - 2:26

Robert Nicholas Charles Bochsa est un corniste Français

Il est né à Montmedy en France en 1789 et il est décédé à Sydney en Australie en 1856. Bochsa est un compositeur et un harpiste français virtuose. Il est le fils du hautboïste et compositeur tchèque Karl de Bochsa, exilé en France (1760-1821). Charles travaillera d'abord dans des théâtres à Lyon et Bordeaux, puis va à Paris en 1806 comme éditeur et travaillera à la cour française de 1813 à 1817, et il a composé des oeuvres de musique de chambre et une méthode et airs pour flûte.

D'abord élève de son père, il a étudié à Bordeaux avec F. Beck et au Conservatoire de Paris avec Catel et Mehul. Il a édité de nombreuses oeuvres solos pour harpe et a créé une école de harpe. Certaines de ses oeuvres ont été éditées par sa propre maison d'édition. Il a inventé plusieurs techniques pour la harpe, et plusieurs manières de jouer avec un flageolet chromatique.

Les nombreuses contrefaçons de documents l'ont incité à protéger ses oeuvres dans plusieurs pays à la fois.

C'était un musicien et un compositeur très célèbre. Il a occupé un poste professeur de harpe à l'Académie Royale de Musique de Londres de 1822 à 1827. Il a effectué de nombreux voyages dans le monde entier.

Il est mort en 1856 en Australie, après une vie très active.

Nocturne op.3 a été éditée en 1810 par Bochsa lui-même à Paris. À cette époque, il a édité plusieurs Nocturnes pour harpe avec accompagnement par d'autres instruments tels que le Haubois, LE COR, la clarinette.

On trouve une note sur la page de titre, elle indique que la partie Hautbois était joué par Garnier et la partie COR par F. Jacomin. On peut supposer que Bochsa a demandé à ces musiciens leur avis pendant qu'il le composaient et qu'il a également joués avec eux.

Ses oeuvres

Nocture op3 - cor, hautbois, harpe
1er Concerto de harpe en ré majeur op15
Etude - Valse en Fa pour 2 harpes
Deuxième Nocturne pour cor et Harpe
Célèbres études pour la harpe. Paris éditée en 1963
Concerto de Nocturne pour Harpe et FLUTE Op.71-3
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16657
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Robert Nicholas Charles Bochsa (1789-1856)   Lun 22 Jan - 12:30

Bochsa, qui a eu une vie sentimentale fort agitée Wink

Je connais son concerto pour harpe en ré mineur opus 15 que Lily Laskine nous a fait découvrir. Il me semble qu'il n'est pas réédité en CD.
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16657
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Robert Nicholas Charles Bochsa (1789-1856)   Ven 11 Mai - 14:13

Voici en complément l'article de wikipedia, un peu plus complet. Par contre, je n'ai toujours pas trouvé son catalogue entier

Né à Montmédy (Meuse) le 9 août 1789 et mort à Sydney (Australie) le 6 janvier 1856, Nicolas Bochsa a été un génie musical précoce devenu harpiste de premier plan, compositeur prolifique (pour la harpe, mais également par exemple, d'opéras-comiques), escroc spécialiste dans l’art de la contrefaçon de signatures mais aussi professeur, chef d'orchestre, éditeur, directeur de théâtre, imprésario, commercial, grand voyageur infatigable, producteur. Voilà ce qui peut résumer en quelques mots le personnage hors norme qu’est Bochsa. Il passa presque toute sa vie hors de France, tant en Europe qu’en Amérique.

Il fut très célèbre au XIXe siècle, à la fois parce que compositeur prolifique et harpiste de tout premier plan – il fut harpiste de Napoléon et de Louis XVIII –, mais aussi à cause de ses extravagances et de ses graves démêlés avec les justices française et anglaise, qui défrayèrent la chronique. Oublié injustement de l’Histoire – les dictionnaires musicaux l'omettent ou ne lui consacrent que quelques lignes — les harpistes le connaissent tous, au moins de nom, puisque ses œuvres sont encore jouées lors de concours de harpe et ses études pour harpe toujours interprétées.

Bochsa a pourtant été, en son temps, une véritable étoile internationale de la musique. Il défraya la chronique, en France comme en Angleterre, pour des affaires pas toujours musicales. Comme pour toutes les stars, les femmes ont joué un rôle déterminant dans la vie de Bochsa. Son destin sera, pour l’essentiel, lié à celui d’une autre étoile oubliée, grande soprano, Anna Rivière, épouse en premières noces d’Henry Bishop, compositeur surnommé un temps le Mozart anglais. Né dans une famille modeste dans un petit bourg lorrain, c’est à Sydney en Australie qu’il mourra et qu’il est enterré aujourd’hui.
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16657
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Robert Nicholas Charles Bochsa (1789-1856)   Mer 15 Oct - 20:12

J'ai retrouvé des oeuvres de Bochsa que je croyais avoir égarées :

Le concerto pour harpe et orchestre n° 1 en ré mineur opus 15 avec un mouvement central "écossaise" qui ne figurait pas dans la version de Lily Laskine

un nocturne pour cor et harpe (sans opus ??)

une sonate pour clarinette et harpe ou piano en mi bémol majeur (sans opus ?)

une fantaisie pour harpe sur I Capuletti e Montecchi de Bellini

Malheureusement je n'ai pas les interprètes ni la référence du CD. Le concerto est particulièrement bien interprété.
Comme le concerto est le premier, je suppose qu'il y en a au moins un autre. A quand un enregistrement ?
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16657
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Robert Nicholas Charles Bochsa (1789-1856)   Dim 18 Aoû - 9:44

D'autres renseignements sur cet artiste hors du commun

Fils du hautboïste, compositeur et éditeur Karl (dit Charles) Bochsa, originaire de Bohême, il étudie le piano avec son père, premier hautbois au Grand Théâtre de Lyon, puis la composition avec Franz Beck à Bordeaux avant d'entrer en 1807 au Conservatoire de Paris dans les classes de Charles-Simon Catel pour l'harmonie, Étienne-Nicolas Méhul pour la composition, François-Joseph Naderman et Marin pour la harpe. Détenteur d'un premier prix d'harmonie, il est nommé harpiste dans la musique impériale de Napoléon en 1812, poste qu'il conservera sous Louis XVIII. Il épouse la même année Georgette Ducrest, fille du marquis du Crest et nièce de madame de Genlis, qui lui donnera deux enfants.

Sa brillante carrière est toutefois interrompue par une condamnation à douze ans de travaux forcés, 4 000 francs d'amende et «à la marque» pour faux et vol. Il est en effet accusé d'avoir contrefait la signature de plusieurs personnes, musiciens célèbres (Berton, Méhul, Boieldieu, Nicolò) ou personnalités influentes (le comte Decazes, le duc de Wellington), sur des bons au porteur pour assouvir son goût du luxe. Le jugement est rendu par la cour d'assises de la Seine le 17 février 1818 en l'absence de Bochsa qui a prudemment choisi de quitter la France pour l'Angleterre l'année précédente en abandonnant femme et enfants.

À Londres, il devient successivement directeur de la musique du théâtre du roi, de l'Opéra-Italien et du Conservatoire royal de musique. Professeur de harpe à l'Academy of Music de et chef d'orchestre au King's Theatre. Le 5 juillet 1839, il étrenne à l'Opéra-Italien de Londres une série de concerts en compagnie de la soprano française Anna Rivière, épouse du compositeur Henry Rowley Bishop, surnommé le «Mozart anglais» et auteur du célèbre Home! Sweet Home! (1823). Il dédie à celle-ci de nombreuses mélodies et arrangements avant d'entamer une liaison qui durera jusqu'à la mort du compositeur. Ainsi, la cantatrice n'hésite pas à quitter son mari et ses trois enfants pour suivre son amant lorsque ce dernier quitte l'Angleterre suite à des accusations de bigamie. Bochsa est en effet accusé d'avoir épousé Amy Wilson (sœur de la célèbre courtisane et maîtresse présumée - entre autres - du prince de Galles, Harriette Wilson), sans avoir divorcé de sa première épouse.

Les amants entreprennent une tournée qui les conduit à travers toute l'Europe (Danemark, Suède, Russie, Autriche, Hongrie, etc.) avant de s'installer à Naples où la direction du Teatro San Carlo engage Anna Bishop comme prima donna assoluta di cartello et Bochsa comme chef d'orchestre de 1843 à 1845. Ils se produisent plus de 300 fois dans une vingtaine d'opéras différents parmi lesquels La fidanzata corsa de Pacini, La cantatrice villane de Fioravanti, Lucia di Lammermoor et L'elisir d'amore de Donizetti, Beatrice di Tenda et La sonnambula de Bellini, Il barbiere di Siviglia et Otello de Rossini, I due Foscari de Verdi et créent Il Vascello di Gama de Mercadante.
Après une nouvelle tournée en Belgique, Suisse, Hollande, ils gagnent les États-Unis et enfin l'Australie où Bochsa meurt en 1856. Anna fait édifier un tombeau au Camperdown Cemetary de Sydney avec cette dédicace : «This monument is erected in sincere devotedness by his faithfull friend & pupil Anna Bishop»

Nicolas-Charles Bochsa a composé plus de 350 œuvres, la plupart pour harpe (sonates, duos, fantaisies, symphonies, etc.) dont deux concertos et un nocturne pour deux harpes, flûte et cor anglais, mais également des opéras et opéras-comiques, un Requiem, des ballets, une sonate pour piano, un quatuor pour hautbois, violon, alto et basse, trois quatuors pour deux violons, alto et basse, un quintette pour harpe, hautbois, flûte, cor et basson, des trios pour violon, violoncelle et piano, un concerto pour flûte, plusieurs mélodies et de nombreux arrangements comprenant La Marseillaise et les Quadrilles pour violon de Niccolò Paganini.



Oeuvres

Orchestre

Symphonie en ut mineur (1821)
2 Symphonies concertantes
4 Concertos pour harpe et orchestre, dont n° 1 en ré mineur, op 15
Andante sostenuto pour cor, harpe et orchestre
Air irlandais pour harpe, orchestre à cordes et flûte, op 293
Sérénade op 27 et Ouverture militaire op 29 pour orchestre d'harmonies (1820)


Musique de chambre

Le Souvenir, pour piano, violon et harpe, op 47 (1813)
Les Pensées, pour piano, violon et harpe, op 74 (1818)
Septuor pour harpe et 6 instruments (1821)
Trio concertant pour piano, harpe et cor, op 88 (1822)
9 Nocturnes pour violoncelle et harpe (avec J.L. Duport) (1806/17)
6 Nocturnes concertants pour violon et harpe (avec Kreutzer) (1822)
Nocturne pour cor, hautbois et harpe, op 3 (1810)
Nocturne en trio pour cor, clarinette et harpe (1815)
Nocturne concertant en sol mineur pour flûte et harpe, op 71/3 (1818)
20 Sonates pour violon et harpe
14 Duos pour harpe et piano
Grande sonate en mi bémol majeur pour clarinette et harpe, op 52 (1808)
Nocturne 1 pour clarinette et harpe
Nocturne 2 pour cor et harpe "l'Echo"
2 Nocturnes pour hautbois (ou flûte, clarinette, violon) et harpe, op 50
2 Nocturnes pour clarinette et harpe, op 5
Pot-Pourri pour clarinette et harpe
Grande Fantaisie sur le Barbier de Séville, pour harpe, 2 violons, alto et violoncelle
Divertissement en fa majeur pour harpe, piano et flûte ou violon, op 82
Thème et Variations pour clarinette et harpe
Introduction et Marche pour flûte et harpe
Sonate pastorale pour flûte et harpe en fa majeur, op 36
Melange de airs (Pot-pourri en trio), pour flûte ou violon, cor et harpe, op 38
Secondo Rondoletto sopra un'Aria favorita di Gioacchino Rossini pour flûte et harpe
Trois Airs variés pour 2 clarinettes, op 10
Trois quatuors concertants pour 4 clarinettes
Duo pour 2 harpes sur l'air Soyez sensibles en si b majeur, op 19


Harpe seule

20 Sonates
Adestes fideles, introduction, variations et finale en si bémol majeur
Variations sur Batti Batti o bel Masetto en sol majeur
Variations sur La ci darem la mano, en si bémol maheur
Variations sur Voi che sapete, en si bémol majeur
Variazioni sulla Cavatina «Di piacer mi balza il cor» de La Gazza ladra
Airs favoris de Rosina, de William Shield, op 202
40 Etudes faciles, op 318
Fantaisie, op 72
Fantasia on a favorite Irish Melody
Fantasia sull'aria «Non so più cosa son, cosa faccio» de Le Nozze di Figaro
Au bord d'une fontaine
Les Cloches bleues, fantaisie avec variations, op 164
Impromptu sacré, op 200 (1820)
Marche française en mi bémol majeur
Rondo alla polacca
La Tempête, op 80 (1819)
15 Préludes courts et brillants, 2 livres (1820)
50 Exercices, op 34
25 Exercices-Etudes, op 62
Explication de ses nouveaux effets et passages (1832)
12 Leçons élémentaires
16 Lessons (1833)
Méthode de harpe, op 60
Petite Méthode, op 61 (1830)

Panorama musical
Souvenir de Naples


Musique religieuse

Le Déluge universel, oratorio (1806)
Requiem pour le transfert des cendres de Louis XVI à Saint Denis (1816)


Ballets

La Dansomanie (1806)
Justine ou la Cruche cassée (1825)
Le Temple de la concorde (1825)
La Naissance de Vénus (1826)
Le Corsaire (1837)


Opéras

Le Retour de Trajan, ou la Rome triomphante (1805)
L'Héritier de Paimpol (1813)
Alphonse d'Aragon (1814)
Les Héritiers Michau ou Le Moulin de Lieursaint (1814)
La Lettre de change (1815)
Les Noces de Gamache (1815)
Le Roi de la Ligue ou la Ville assiégée (1815)
Un mari pour étrennes (1816)
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 16657
Age : 71
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Robert Nicholas Charles Bochsa (1789-1856)   Jeu 13 Aoû - 11:02

Un Cd de musiques pour clarinette et harpe est entièrement consacré aux Bochsa père et fils. Une musique très agréable qui devrait faire les délices de l'ami Stadler Wink



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Robert Nicholas Charles Bochsa (1789-1856)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Robert Nicholas Charles Bochsa (1789-1856)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: