Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

 

 Edouard Gregoir (1822-1890)

Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 22489
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

Edouard Gregoir (1822-1890) Empty
MessageSujet: Edouard Gregoir (1822-1890)   Edouard Gregoir (1822-1890) Empty2021-06-20, 13:04

Eduardus Georgius Jacobus (Edouard) Gregoir (né à Turhout le 7 novembre 1822 – mort à Anvers le 26 juin 1890) était un pianiste, musicographe, compositeur et professeur de musique belge. Il était le frère de Joseph Gregoir (1817-1876) qui est également devenu musicien.

Il est le fils du marchand et musicien amateur Jacobus Joannes Gregoir, qui a donné des concerts à Anvers et dans les environs, et de Catharina Elisabeth Huens.

Edouard Gregoir a probablement reçu sa première éducation musicale de son père. Ensuite, lui et son frère sont allés à Biebrich (vers 1837) en Allemagne pour prendre des cours avec Crétien Rummel, le Kapellmeister du duc de Nassau. Cela a été suivi par des voyages d'orchestre, qui l'ont emmené en Angleterre, entre autres. Il a joué quelque temps avec les violonistes Maria et Teresa Milanollo.

Peu de temps après ces voyages (1844), Gregoir se plonge dans l'éducation musicale. Il est intervenu dans la réorganisation des méthodes d'enseignement de la musique à différents niveaux (Méthode théorique et pratique de chant à l'usage des écoles moyennes, écoles normales, écoles régimentaires et pensionnats en français et en flamand). Il a également été chargé de mettre en ordre l'éducation chorale dans l'armée belge. Entre-temps, ses compositions sont apparues et ont été jouées dans diverses villes européennes. Il enseigne lui-même à l' école normale de Lier et s'installe à Anvers.

Gregoir était surtout connu pour son travail musicographique. Il a publié la Galerie biographique des artistes musiciens belges du XVIIIème et du XIXème siècle, Schetsen van Nederlandsche toonkunstenaars et L'art musical en Belgique sous les règnes de Léopold I et Léopold II.

Une discussion s'engage alors sur ces œuvres musicographiques. Certains ont vu dans ses ouvrages une bonne suite à l'ouvrage de référence Biographie Universelle des Musiciens et bibliographie générale de la musique de François-Joseph Fétis à partir de 1881-1889 (une réédition de l'œuvre de Fétis a même été complétée par des textes de Gregoir, mais l'éditeur a décliné la responsabilité de ces textes lui-même) ; d'autres, dont Ernest Closson et Charles Van den Borren, ont vu de nombreuses inexactitudes et un déséquilibre dans l'importance des musiciens susmentionnés. A l'époque moderne, les œuvres sont principalement perçues comme une représentation du monde de la musique en Belgique au XIXe siècl , selon le Centre flamand d'études musicales (SVM) et Flavie Roquet. Il a également publié des articles dans des magazines tels que Le guide musical et De Vlaamsche Kunstbode. Une de ses oeuvres : Historique de la facture er des facteurs d'orgues a été réimprimé en 1972.

La SVM et Roquet mentionnent également de nombreuses compositions, qu'ils ne considèrent pas toutes comme de grande qualité. Mentionnés comme travail important :

La Vie (drame musical en deux parties, joué en 1848 à Frascati à Amsterdam sous la direction du compositeur)
De Belgen (Les Belges) en 1848 (drame avec ouverture)
Willem Beukels (opéra) (1856)
Marguerite d'Autriche (opéra) (1850)
un Te Deum et une Messe
Les Croisades, symphonie historique, avec représentations en 1850 à Amsterdam
Le Déluge (oratorio), avec représentations à Paris (1849)

Plusieurs de ses œuvres se trouvent à la bibliothèque du Conservatoire royal d'Anvers .
Revenir en haut Aller en bas
 
Edouard Gregoir (1822-1890)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: