Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

 

 Roffredo Caetani (1871-1961)

Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 22501
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

Roffredo Caetani (1871-1961) Empty
MessageSujet: Roffredo Caetani (1871-1961)   Roffredo Caetani (1871-1961) Empty2021-06-13, 17:47

Roffredo Caetani, prince de Bassiano, dernier duc de Sermoneta, né à Rome 13 octobre 1871, où il est mort le 11 avril 1961, est un compositeur, collectionneur d'art et mécène italien.

Roffredo Caetani est le fils d' Onorato Caetani, qui fut maire de Rome et ministre des Affaires étrangères, et de l’aristocrate anglaise Ada Bootle-Wilbraham. Caetani grandit dans un milieu mélomane (son père était également président de l’académie de Philharmonie romaine), il est filleul de Franz Liszt qui reconnait très tôt son talent.

Il étudie le piano avec Giovanni Sgambati, l'harmonie et le contrepoint avec Cesare De Sanctis, deux musiciens qui travaillaient à la diffusion de la musique instrumentale. Il poursuit ses études à Berlin et à Vienne, où il rencontre Johannes Brahms et Cosima Wagner. Il commence à composer, en particulier de la musique pour orchestre de chambre, et en 1889 donne son premier concert public de l’intermède symphonique pour grand orchestre, Op. 2 dans la salle Palestrina à Rome (Palais Pamphilj).

À Bayreuth, il rencontre en 1902 la comtesse Greffulhe, née Elisabeth de Caraman-Chimay, fondatrice et présidente de la Société des grandes auditions musicales. Elle le prend sous sa protection, l'encourage à composer et organise des concerts pour faire connaître ses œuvres. Pendant dix ans, ils seront liés par une profonde amitié amoureuse. En 1909, il effectue un séjour de plusieurs mois à Paris. A cette occasion, elle lui fait découvrir les Ballets Russes qu'elle vient de lancer via la Société des grandes auditions musicales, et travaille avec lui sur le livret de son opéra Hypathia. Elle se lie également d'amitié avec la famille de Roffredo, qu'elle rencontre à plusieurs reprises : elle entretient avec son père Onorato, duc de Sermoneta, une correspondance régulière, qui se poursuivra jusqu'à la mort de celui-ci. La comtesse Greffulhe et Roffredo Caetani se reverront de temps en temps et continueront à s'écrire jusqu'à la mort de cette dernière, en août 1952, comme en témoigne la correspondance conservée dans les archives. Après leur dernière rencontre, en octobre 1951, il lui écrit : "Tant que je vivrai, je garderai de vous la plus lumineuse image qu’un être humain puisse évoquer dans son cœur ! [...] Chère amie, à quand ? Le temps s’envole ; il y a au moins ceci de bon qu’il nous rapproche du jour où j’aurai la joie de vous revoir."

À Paris, il rencontre Marguerite Chapin, née le 24 juin 1880 à New London, une Américaine qui étudiait le chant avec Jean de Reszke. Il l’épouse en 1911 ; deux enfants naîtront de cette union : Lelia, en 1913 et Camillo, en 1915

En France, Caetani s’installe à la Villa Romaine, à Versailles, et s'entoure de grandes figures du monde artistique et littéraire (Paul Valéry, Saint-John Perse, Valery Larbaud, Léon-Paul Fargue). En 1924, Marguerite Chapin fonde la revue littéraire Commerce International. En 1932, la famille retourne en Italie et s’installe au château de Sermoneta.

En 1939, Roffredo Caetani est nommé académicien de Santa Cecilia.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, son fils Camillo meurt au combat, le 15 décembre 1940, marquant ainsi la fin de la dynastie.

L'île du soleil, une histoire musicale en deux actes, est mise en scène au Teatro dell'Opera de Rome, sous la direction de Tullio Serafin, metteur en scène Marcello Govoni.

Après la Seconde Guerre mondiale, la famille s’installe Via Caetani, siège du magazine littéraire Botteghe Oscure de Marguerite Chapin.

Roffredo Caetani meurt à Rome le 11 avril 1961. Sa femme meurt à Ninfa le 17 décembre 1963

Caetani était un musicien très apprécié à l'étranger, mais pratiquement ignoré en Italie, en raison de son dévouement à la musique de chambre. Son opéra Hypatia présenté le 23 mai 1926 au Deutsches Nationaltheater Weimar, dans la version allemande, eut à l'étranger un succès retentissant auprès du public et des critiques, mais ne fut retransmis à la RAI qu’en 1957 dans une version abrégée dirigée par Fernando Previtali. Ses œuvres ont été éditées par Schott (Mayence).


Œuvres

Quatuor en ré majeur, op. 1 (1888)
Intermède symphonique, op. 2
Sonate pour piano en la bémol. majeur, op. 3
Quintette pour piano et cordes en fa dièse mineur, op. 4 (1897) :
Trio avec piano en ré majeur, op. 5 (1897)
Sonate pour violon et piano en si bémol, op. 6
12 Variations sur un Prélude de Chopin en ut mineur, op. 7
Préludes symphoniques, op. 8 : n. 1 en mi bémol majeur, n. 2 en ut mineur, n. 3 en la majeur
Compositions pour piano, op. 9 : n. 1 Ballade en fa dièse mineur ; n. 2 Quatre impromptus en la bémol, si bémol, la mineur, mi bémol ; n.m. 3 Toccata en ré majeur
Suite pour orchestre en si mineur, op. 10
5 Préludes symphoniques pour orchestre, op. 11
Quatuor en fa mineur op 12 (1904), dédié à la comtesse Greffulhe
Una festa campestre, Scherzo pour violon et piano dédié à Gioconda De Vito
Musique sacrée avec un Requiem pour la mort de son fils Camillo
Hypatie, opéra en trois actes (éd. 1924, 1953)
L'isola del sole, opéra en trois actes (Rome 1943) au Théâtre Royal de l' Opéra de Rome dirigé par Tullio Serafin , mis en scène par Marcello Govoni
Il canto dei tre bimbi, pour piano et trois sopranos
La Commedia d'un musicista, 5 pièces pour piano
Italia mia !  opera teatrale (Domodossola, 1926)


Quatuors à cordes n° 2 en famineur, op. 12 - Quatuor à cordes n° 1 en ré majeur, op. 1




https://www.youtube.com/watch?v=eGURsENoyWM

Commentaire

Parmi les compositeurs peu connus, il faut compter Roffredo Caetani (1871-1961). Une sortie de Brilliant Classics de sa musique pour piano (BC94909) a déjà révélé une voix lyrique et sans vergogne romantique travaillant dans la tradition post-lisztienne indépendamment des bouleversements musicaux et des révolutions autour de lui. Caetani avait plus de raisons que la plupart de son tempérament réactionnaire, en tant que filleul de Liszt lui-même. Le compositeur hongrois a reconnu le talent du jeune Romain et l'a confié à son ami Giovanni Sgambati pour qu'il l'instruise et le raffine.

Le Quatuor Op.1 No.1 de cette sortie était l'un des premiers produits des années d'études de Caetani, composé alors qu'il n'avait que 17 ans, mais se distinguait par une maîtrise précoce du genre, comme la critique contemporaine n'a pas tardé à le reconnaître. Le quatuor se décline en une seule et vaste portée : une structure innovante pour l'époque, si à sa manière l'écriture est incontestablement redevable à l'exemple de Beethoven.
Vingt ans plus tard, Caetani revient au genre du quatuor avec son Op.12 en fa mineur : une œuvre en trois mouvements d'une ampleur considérablement plus grande à la fois dans ses thèmes et dans son développement.
Revenir en haut Aller en bas
 
Roffredo Caetani (1871-1961)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: