Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le deal à ne pas rater :
iPhone 13 Pro : où précommander le nouvel iPhone 13 d’Apple ?
Voir le deal

 

 Boris Kliuzner ou Kljusner (1909-1975)

Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 22502
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

Boris Kliuzner ou Kljusner (1909-1975) Empty
MessageSujet: Boris Kliuzner ou Kljusner (1909-1975)   Boris Kliuzner ou Kljusner (1909-1975) Empty2021-06-04, 09:48

Boris Lasarewitsch Kljusner (russe Борис Лазаревич Клюзнер), né le 2 Juin  1909 à Astrakhan, mort le 21 mai 1975 à Komarowo, était un compositeur russe.

Boris Lazarevich Klyuzner est né le 2 juin 1909 à Astrakhan dans la famille du chanteur d'opéra et professeur de musique Lazar Iosifovich Klyuzner(1872-1918) et l'artiste Lyubov Yakovlevna Kluzner (née Gordel, 1877-1942 ?). Le père de Boris Kluzner, diplômé avec mention du Conservatoire de Saint-Pétersbourg en 1900 s'est produit sous le pseudonyme de Lavrovsky au Théâtre impérial Mariinsky de Saint-Pétersbourg, ainsi qu'aux opéras de Minsk, Vitebsk et Tiflis. Après avoir refusé de se convertir à l'orthodoxie, il a été contraint de quitter le théâtre, de quitter Saint-Pétersbourg et de déménager avec sa famille à Astrakhan, où, depuis 1904, il a enseigné le chant dans une école de musique. Il meurt en 1918 à Astrakhan d'une balle accidentelle lors des émeutes révolutionnaires. La mère de Boris Klyuzner, Lyubov Yakovlevna Klyuzner (née Gordel, 1877-1942 ?) était une artiste, a travaillé à l'usine de porcelaine Lomonosov. Elle mourut à Leningrad assiégé. Le frère aîné de B. Kluzner est mort pendant la guerre civile.

Après la mort de leur père en 1918, les Kluzner retournent à Petrograd, la patrie de la mère du compositeur.

Kljusner a étudié de 1937 à 1941 avec Mikhail Gnessin au Conservatoire de Leningrad, où il s'est occupé, entre autres, de la culture musicale juive. Après avoir obtenu son diplôme, il a servi dans l' Armée rouge au front de 1941 à 1945 et s'est ainsi retrouvé à Vienne à la fin de la guerre. Grâce à l'intercession de Dunayevsky, Chostakovitch et Gnessine, il est autorisé à quitter l'armée et à retourner à Léningrad, où il est élu au conseil d'administration de l'association des compositeurs locaux.
En 1948, il refusa de participer à la campagne prescrite contre des collègues dénoncés comme formalistes (Chostakovitch y a assisté). Ce conflit avec la ligne officielle l'accompagne pendant plusieurs années, et en 1952 il est menacé d'emprisonnement. En 1961 il a démissionné de l'association des compositeurs, un événement inhabituel même pendant la période de dégel sous Khrouchtchev.
Il a ensuite déménagé à Moscou. Il est resté un esprit contentieux.
Malgré tout cela, son œuvre contient également des dédicaces à Lénine - comme sa quatrième, dernière symphonie, qui contient en même temps des éléments accusateurs. Les historiens de la musique le comptent parmi les oubliés et les "marginalisés" de l'ère soviétique.

Il est mort d'une crise cardiaque dans sa retraite, une maison qu'il a lui-même construite dans le village balnéaire de Komarowo, au nord-ouest de Leningrad, l'actuelle Saint-Pétersbourg.

Kljusner a laissé 4 symphonies, 4 concertos, de la musique de chambre, des sonates et de la musique de film. Stylistiquement, il se situait entre le romantisme tardif dans la tradition de Mahler et un moderne expressif et dissonant. Dans ses symphonies, il a essayé des techniques libres de douze tons, des clusters et des instruments inhabituels dans le genre tels que la batterie, l'orgue et la guitare électrique. Les représentations de ses œuvres sont restées extrêmement rares. L'ouvrage de dédicace In Memoriam Boris Kliuzner (1977) d'Alexander Wustin, basé sur les paroles du poète Yuri Olescha, interdit à l'époque de Staline, traite de la mort de Kljusner.

Symphonies :

Première Symphonie ;
Deuxième Symphonie (dédiée à Yevgeny Mravinsky);
Troisième Symphonie (paroles de G. Yasuesi, traduits par V. Sikorsky), choeur de femmes, choeur d'enfants, orchestre, instruments électroniques ;
Symphonie n° 4 (E. Bagritsky, N. Zabolotsky, V. Mayakovsky), basse, chœur, orchestre.


Concertos:

Concerto pour piano et orchestre;
Concerto pour violon (premier interprète Mikhail Vayman);
Double Concerto pour violon (premiers interprètes Mikhail Vayman et Boris Gutnikov);
Concertino pour clarinette et orchestre.


Musique d'orchestre :

Trois ouvertures.


Musique vocale avec orchestre :

The Seasons (E. Bagritsky, P. B. Shelley), soprano, baryton, orchestre, (version orchestrale des cycles vocaux) ;
Poème sur Lénine (S. Davydov), baryton, chœur, orchestre;
Monologue "Conversation avec le camarade Lénine", (V. Mayakovsky), voix, symph. orchestre.


Musique instrumentale et de chambre :

Sonate pour piano n° 1 ;
Quintette pour quatuor à cordes et clarinette ;
4 Préludes pour Piano ;
Sonate pour violoncelle n° 1 ;
Sonate pour violoncelle n° 2 ;
Trio pour piano, violon et violoncelle;
Arietta pour violon et piano ;
Sonate pour violon et piano ;
Sonate pour piano n°2.


Musique vocale :

Deux poèmes sur le texte de. E. Bagritski ;
Six romances sur paroles A. Pouchkine ("Dieu m'interdit de devenir fou", "Mon cher ami"; "Signes", "Automne", "Le chariot de la vie", "Désir");
Trois romances sur paroles N. Brown ; Romances sur paroles R. Burns, W. Wordsworth, D. Keats, P. Shelley, E. Verharn.




https://www.youtube.com/watch?v=t4vWp3D2btM
Revenir en haut Aller en bas
 
Boris Kliuzner ou Kljusner (1909-1975)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: