Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -60%
Baskets Nike Air Max 2090
Voir le deal
60 €
anipassion.com

 

 Glass Marcano, cheffe d'orchestre

Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 21754
Age : 74
Date d'inscription : 19/08/2006

Glass Marcano, cheffe d'orchestre Empty
MessageSujet: Glass Marcano, cheffe d'orchestre   Glass Marcano, cheffe d'orchestre Empty2021-03-05, 10:49

Article de France Musique du 4 novembre 2020 https://www.francemusique.fr/musique-classique/video-glass-marcano-89287


Glass Marcano, cheffe d'orchestre 600x3310

En très peu de temps, sa vie a changé du tout au tout. Au Venezuela, Glass Marcano jonglait entre des études de droit, des cours du soir pour devenir cheffe d’orchestre et un travail en tant que vendeuse de fruits dans la boutique familiale. Deux jours plus tard, la voilà sur la scène de la Philharmonie en train de diriger le Paris Mozart Orchestra de Claire Gibault.

De la détermination, Glass Marcano (GladysMarli Vadel de Marcano sur l’état civil) en a à revendre. En décidant de postuler au concours La Maestra, réservé aux femmes cheffes d’orchestre, elle ne mesure pas encore l'épreuve que cela va être pour elle. Première difficulté : les frais d’inscription de 150 euros. Depuis la crise financière , le salaire moyen au Venezuela est de 2,5 dollars et Glass Marcano n’a pas les ressources financières suffisantes. Peu importe, elle met en place une cagnotte et sollicite son réseau pour l’alimenter. Pour pouvoir postuler, elle doit également envoyer une vidéo où elle dirige un orchestre. Glass Marcano sollicite ses professeurs de musique et ceux-ci l’aident à réaliser cette vidéo.

Se dresse alors un autre obstacle : comment envoyer cette vidéo alors que le débit internet est extrêmement faible au Venezuela ? « J’ai eu l’impression que l’univers entier conspirait pour que je ne puisse pas participer à ce concours » se souvient la jeune cheffe d’orchestre. Après plusieurs tentatives, elle finit par y arriver. Enfin, une semaine avant la fin du concours, Glass Marcano se rend compte qu’elle n’a réussi à réunir que 80 euros avec sa cagnotte. Désespérée, elle contacte les organisateurs du concours qui lui proposent d’avancer l’argent pour qu’elle puisse participer. A cela s’ajoute la crise sanitaire due au coronavirus : devant se dérouler en mars 2020, le concours La Maestra est annulé.

Mais heureux rebondissement : finalement, il est reporté en septembre et Glass Marcano fait partie des candidates sélectionnées : « Quand j’ai reçu le courrier, je ne comprenais pas ce qu’il y avait écrit, ne parlant ni français ni anglais. Mais j’ai vu le mot ‘Félicitations’ et j’ai compris, […] ça a été l’un des meilleurs moments de ma vie ».

Dernier obstacle à la venue de Glass Marcano à Paris : du fait de la crise sanitaire, le trafic aérien est arrêté.

« On a vu que de sa part il y avait une volonté incroyable de venir à Paris et de trouver par tous les moyens possibles une manière de s'inscrire. Et c'était très, très, très émouvant. » - Emmanuel Hondré, directeur des concerts de la Philharmonie

Les organisateurs du concours se démènent alors et sollicitent le Ministère des Affaires Etrangères et l’Ambassade de France à Caracas. Ainsi, Glass Marcano embarque dans un vol humanitaire jusqu’à Madrid puis prend un autre avion jusqu’à Paris. « Pour une jeune fille de 24 ans ne parlant qu'espagnol, n'étant jamais sortie du Venezuela, il fallait avoir un vrai tempérament » conclut Claire Gibault, cheffe d’orchestre et co-directrice de La Maestra.

Quand Glass Marcano se présente pour les éliminatoires de La Maestra à la Philharmonie, elle n’a pas presque dormi depuis 48 heures, depuis son départ de Caracas.

Ne parlant ni anglais, ni français, elle est inquiète et se demande comment elle va arriver à communiquer avec les musiciens du Paris Mozart Orchestra.

Et pourtant… Elle monte sur scène, s’empare de la baguette, et époustoufle jury et public. Claire Gibault n’en revient toujours pas : « Quel don, quel talent ! A 24 ans, se donner de cette façon avec un orchestre qu'elle ne connaissait pas... Quand on voit les premières vidéos de Gustavo Dudamel, lui aussi issu d’El Sistema, il dirigeait comme un diable sortant de sa boîte au début ».

En effet, Glass Marcano doit sa formation musicale à El Sistema, un programme d’éducation musicale initié par José Antonio Abreu au Venezuela. Cette méthode d’apprentissage est ouverte à tous, dès l’âge de deux ans, et de certains musiciens issus de cette formation, à l'instar de Gustavo Dudamel, développent une carrière internationale.

Sur scène, Glass Marcano saute, jubile, communique et blague avec l’orchestre sans pourtant parler la même langue : « Elle parle musique ! Dans le sens où elle ne parle pas français ni anglais. Elle s'exprime, elle chante, elle fait des gestes...Ça marche, c'est incroyable, mais elle s'en sort finalement avec uniquement la musique pour pouvoir communiquer avec l'orchestre » décrit Emmanuel Hondré.

Si la jeune cheffe vénézuélienne ne remporte pas le concours, elle décroche le Prix de l’Orchestre décerné par le Paris Mozart Orchestra, conquis et touché par la prestation de Glass Marcano.


« Lors du concours », souligne Emmanuel Hondré, « il est apparu très clairement que Glass avait des besoins de formation et donc d'étudier dans un conservatoire où techniquement, les choses sont plus abouties. ». Tout s'enchaîne très rapidement : non seulement elle intègre le Conservatoire régional de Paris, mais de nombreux chefs, musiciens ou affiliés au concours se mobilisent pour aider Glass : « Il y a eu une sorte d'élan de solidarité que les musiciens ont senti très vite devoir faire vis à vis d'une personnalité aussi étonnante » raconte le directeur des concerts de la Philharmonie, Emmanuel Hondré.

La cheffe d’orchestre Marin Alsop lui propose une masterclass en visio-conférence, le chef Maxime Pascal lui propose de l’assister sur certains concerts, elle va travailler pour l’orchestre Demos à la Philharmonie et va assister Claire Gibault avec un objectif très motivant pour septembre prochain. En effet, la jeune cheffe vénézuélienne va partager l’affiche avec la co-directrice du concours La Maestra : « Elle est faite pour ça. Elle le veut, donc il faut la guider maintenant. Et il faut l'aider à se réaliser pleinement. »

Glass Marcano a donc une année devant elle pour parfaire sa formation et débuter sa carrière. Elle a déjà en tête une ligne directrice : « Le rôle d’un chef d’orchestre, c’est de diriger un groupe de personnes musicalement et spirituellement. Je me souviens d’une phrase que mon chef m’a dit : ‘tu es un bon chef lorsque tu inspires l’orchestre’. »

Cette trajectoire incroyable s’inscrit parfaitement dans l’esprit du concours La Maestra : « Cela a été un concours qui cherchait un esprit plus solidaire, plus ouvert, avec moins l'idée d'éliminer que de créer une forme de solidarité » souligne Emmanuel Hondré. « Grâce à cette initiative, nous abordions un sujet de société qui était beaucoup plus large que la musique classique, c'est à dire la place de la femme dans les situations de leadership, de partage et d'initiative, de pouvoir et de destin commun. »

Les organisateurs sont déjà en train de préparer la prochaine édition du concours La Maestra qui aura lieu en mars 2022 : « On a tiré des leçons du premier concours. On espère qu'il se passera dans un moment plus calme sur le plan international. »




https://www.youtube.com/watch?v=M55UUAPCF1s&t=5s




Article du Figaro : https://www.lefigaro.fr/culture/comment-glass-marcano-est-devenue-la-premiere-cheffe-d-orchestre-noire-en-france-20210208

Je recopie l'article, du 8 février 2021, au cas où il serait supprimé

La Vénézuélienne de 24 ans, repérée par le concours La Maestra, a dirigé l'ensemble Le Balcon en novembre et l'Orchestre symphonique Région Centre-Val de Loire ce week-end.

Des marchés du Venezuela à l'Opéra de Tours: portée par son énergie débordante, Glass Marcano a connu une ascension fulgurante. Elle est devenue la première cheffe d'orchestre noire à diriger en France depuis sa participation au concours La Maestra cet automne. Ce week-end, elle était à Tours, à la tête de l'Orchestre symphonique Région Centre-Val de Loire pour un programme Beethoven-Bizet enregistré sans public, épidémie oblige. Cheveux tirés en arrière, lunettes sur le nez, baskets blanches et tenue de jogging, Glass Marcano est assise sur un tabouret haut. Elle n'hésite pas à en descendre régulièrement pour préciser ses consignes, partitions en main. La jeune femme de 24 ans manie d'un geste ample la baguette, sans jamais se départir de son large sourire. «Joue ce passage comme les vagues sur la mer!», lance-t-elle à un musicien dans un mélange de français et d'anglais. À l’issue des répétitions, la Vénézuélienne lève les yeux vers les dorures et les velours rouges du théâtre à l'italienne de Tours. «Je vis un rêve éveillé comme dans un film, savoure-t-elle. Mais, dans ce théâtre, je réalise que c'est bien la réalité!»

Soutenue par la fondation Singer-Polignac depuis décembre 2020, Glass Marcano a tout fait pour participer à la première édition de La Maestra, concours international de cheffes d'orchestre organisé par la Philharmonie de Paris et le Paris Mozart Orchestra. «Je voulais faire ce concours à tout prix», raconte-t-elle. «Pour payer les 150 euros de frais d'inscription, j'ai vendu des fruits sur les marchés, chez moi, dans l'État d'Yaracuy. Ce concours a fait basculer ma vie en quelques jours.»

Repérée sur Internet, la jeune femme impressionne Claire Gibault, la cheffe du Paris Mozart Orchestra. «Je l'ai découverte sur des vidéos. J'ai tout de suite été fascinée par son énergie et son charisme», affirme l'organisatrice du concours. La cheffe entreprend alors de faire venir à Paris sa jeune consœur en septembre, alors que l'espace aérien du Venezuela est fermé en raison de la crise sanitaire. L'ambassade de France à Caracas se démène, lui offre le visa et lui trouve un vol humanitaire espagnol, direction Madrid et l'Europe. «C'était la première fois qu'elle prenait l'avion et qu'elle sortait de son pays», se rappelle Claire Gibault. «C'est un beau conte de fées moderne.»

Glass Marcano n'a pas gagné le premier prix mais son énergie et sa direction très intuitive, loin des codes classiques, ont convaincu. En novembre, Glass Marcano est invitée par Maxime Pascal à diriger son ensemble Le Balcon. Le directeur de l'Opéra de Tours Laurent Campellone est lui aussi charmé et a décidé de lui confier son orchestre. «Elle marque une étape dans l'histoire de la musique occidentale, estime-t-il. Le fait qu'elle soit la première femme noire à diriger un orchestre n'est qu'anecdotique face au fait qu'elle est une immense musicienne. Nous avons trois ou quatre grands chefs de ce niveau par génération. Glass en fait partie!»

Les membres de l'Orchestre symphonique du Centre-Val de Loire ont pu constater son charisme dès les premières répétitions. «La barrière de la langue l'empêche de rentrer dans des détails techniques pour l'instant. Mais ça ne pose aucun problème. Elle est très inspirée, habitée. Elle respire la musique», commente Audrey Rousseau, l'un des deux violons de l'opéra de Tours.

Issue du programme d'enseignement El Sistema, qui propose une méthode d'apprentissage alternative de la musique, en parallèle d'une intégration sociale pour les jeunes défavorisés, Glass Marcano a commencé le violon à 8 ans. Elle s'oriente ensuite vers des études de droit, tout en dirigeant des orchestres d'enfants. La jeune femme vient d'intégrer le conservatoire régional de Paris dans la classe de perfectionnement.

En attendant de poursuivre son ascension, elle a pu diriger un concert samedi à Tours. Au programme de la captation, le Concerto pour violon en ré majeur, op. 61 de Beethoven et la Symphonie en ut majeur de Georges Bizet. En raison de l'épidémie, la cheffe a dirigé son orchestre dos au vide, impatiente de rencontrer le public, dans le monde entier. «Je rêve de diriger à Vienne, à Londres, à la Scala de Milan, s'enthousiasme-t-elle. Mais pour ça je sais qu'il faut continuer de travailler, travailler toujours et encore.»
Revenir en haut Aller en bas
 
Glass Marcano, cheffe d'orchestre
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les interprètes-
Sauter vers: