Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

 

 Gershwin : Rhapsody in Blue

Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 21550
Age : 74
Date d'inscription : 19/08/2006

Gershwin : Rhapsody in Blue Empty
MessageSujet: Gershwin : Rhapsody in Blue   Gershwin : Rhapsody in Blue Empty2021-02-07, 09:45

J'étais persuadé qu'il y avait un fil sur ce "tube" archi célèbre, mais je n'ai rien trouvé, alors qu'il y en a un sur la Second Rhapsody Gershwin : Rhapsody in Blue 1521897346


Rhapsody in Blue est une œuvre pour piano et orchestre ou harmonie composée par George Gershwin en 1924, qui combine des éléments de musique classique et de jazz.

L'œuvre a été orchestrée par Ferde Grofé à trois reprises, en 1924, 1926 et finalement en 1942. La première eut lieu lors d'un concert intitulé An Experiment in Modern Music le 12 février 1924 à l'Aeolian Hall de New York, interprétée par l'orchestre de Paul Whiteman, commanditaire de l'œuvre, avec George Gershwin au piano. Le Cambridge Music Handbook estime que "Rhapsody in Blue a établi la réputation de Gershwin comme compositeur de renom et est depuis devenue une des plus populaires œuvres orchestrales américaines'. Elle a également donné son nom à une rose.

Après le succès d'un concert expérimental jazz-classique de la chanteuse canadienne Eva Gauthier au Aeolian Hall de New-York le premier novembre 1923, le chef d'orchestre Paul Whiteman décida de se risquer dans un projet plus ambitieux. Il commanda alors à Gershwin un concerto pour présenter lors d'un concert jazz au Aeolian Hall en février 1924. Whiteman avait commencé à s'intéresser à une composition de ce genre par Gershwin après avoir été impressionné par l'originalité de l'opéra en un acte Blue Monday, qui avait été un échec. Gershwin n'était pas trop enthousiaste à l'idée de cette nouvelle pièce car sa nouvelle comédie, Sweet Little Devil, devait faire ses débuts à New York le 21 janvier. Il devrait encore probablement réviser la partition jusqu'à cette date et il ne pensait pas avoir le temps pour composer le concerto.

Le 4 janvier, le frère de George Gershwin, Ira Gershwin lut dans le New York Tribune un article intitulé "Qu'est-ce que la musique américaine ?" à propos du concert de Whiteman. Le dernier paragraphe annonçait que "George Gershwin travaillait à un concerto jazz". Mis au courant, Gershwin décida finalement de composer la pièce.

Comme il ne restait plus que cinq semaines avant le concert, Gershwin se mit rapidement au travail. C'est dans un train de Boston que les idées pour Rhapsody in Blue lui sont venues : comme il a précisé lui-même à son biographe Isaac Golldberg en 1931 :

C'était dans le train, avec ses rythmes d'acier, son cliquetis [ sic ] bang, si souvent stimulant pour un compositeur ... J'entends souvent de la musique au cœur même du bruit. Et là j'ai soudain entendu - et même vu sur papier - la construction complète de la rhapsodie, du début à la fin. Aucun nouveau thème ne m'est venu, mais j'ai travaillé sur le matériel thématique déjà dans ma tête et essayé de concevoir la composition dans son ensemble. Je l'ai entendu comme une sorte de kaléidoscope musical de l'Amérique, de notre vaste melting-pot, de notre dynamisme national sans double, de notre folie métropolitaine. Au moment où j'arrivais à Boston, j'avais une intrigue précise de la pièce, par opposition à sa substance réelle.

Il commença le 7 janvier, comme indiqué sur le manuscrit pour deux pianos. La composition fut achevée en quelques semaines et Gershwin demanda à Ferde Grofé de faire les arrangements pour orchestre. Les orchestrations furent finies le 4 février, seulement huit jours avant la première.

Le célèbre solo de clarinette en glissando ouvrant l'oeuvre n'est pas de Gershwin à l'origine, et n'était pas inclus dans la partition originale. Il s'agit d'un ajout du clarinettiste Ross Gorman au cours d'une répétition, ce dernier travaillant alors pour Paul Whiteman.
Ce solo fut longtemps redouté des clarinettistes solistes, de par son niveau de technicité requise. Anecdote peu commune, Georges Grisez, premier clarinettiste de l'Orchestre symphonique de Baltimore meurt sur scène en 1946 juste après l'avoir achevé.

Rhapsody in Blue fut créé durant l'après-midi du 12 février 1924 sous le titre An Experiment in Modern Music. Le concert eut lieu au Aeolian Hall à New York.

L'orchestre de Whiteman était un jazz band incluant une section de cordes, avec George Gershwin au piano. Gershwin improvisa les solos de piano. Comme il n'écrivit la partition de piano qu'après le concert, nous ne savons pas à quoi ressemblait la Rhapsody originale. Gershwin l'a entendu et a insisté pour qu'il soit répété dans la représentation.

L'œuvre suscita des critiques variées. Quelques-uns le qualifièrent de "musique de nègre', d'autres de musique sans forme. D'autres encore clamèrent le génie du compositeur.

Gershwin a affirmé que Ferde Grofé était l'élément clé du succès de la pièce, et les critiques applaudirent les orchestrations. Grofé confirma en 1938 que Gershwin n'avait pas assez de connaissances en orchestration en 1924. Après la première, Grofé fit de nouvelles orchestrations en 1926 et en 1942, chaque fois pour un orchestre plus large. La version la plus récente est la plus souvent entendue.
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 25013
Age : 46
Date d'inscription : 10/08/2006

Gershwin : Rhapsody in Blue Empty
MessageSujet: Re: Gershwin : Rhapsody in Blue   Gershwin : Rhapsody in Blue Empty2021-02-07, 10:41

joachim a écrit:
J'étais persuadé qu'il y avait un fil sur ce "tube" archi célèbre, mais je n'ai rien trouvé, alors qu'il y en a un sur la Second Rhapsody Gershwin : Rhapsody in Blue 1521897346

Je pense que c'est parce que Gershwin, finalement est résumé à son seul "Rhapsody in Blue" et donc on en parle (et quasi que de ça) dans son topic dédié compositeur. Ben du coup, cette oeuvre aura son topic qui lui est propre Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 21550
Age : 74
Date d'inscription : 19/08/2006

Gershwin : Rhapsody in Blue Empty
MessageSujet: Re: Gershwin : Rhapsody in Blue   Gershwin : Rhapsody in Blue Empty2021-02-07, 19:45

Snoopy a écrit:
Ben du coup, cette oeuvre aura son topic qui lui est propre Wink

Une œuvre qui le mérite !

Je n'avais pas tout à fait terminé. Glané sur Wiki anglais

Orchestration

Le biographe de Gershwin Isaac Goldberg a écrit en 1931:

"Dans le feu de l'action [de la première], la contribution de Ferdie [ sic ] Grofé, l'arrangeur du staff de Whiteman qui avait marqué la Rhapsody en dix jours, a été oubliée ou ignorée. Il est vrai qu'une partie appréciable du score avait été indiqué par Gershwin; néanmoins, la contribution de Grofé était de première importance, non seulement pour la composition, mais pour la partition jazz de l'avenir immédiat. "

Gershwin a affirmé que Ferde Grofé était l'élément clé du succès de la pièce, et les critiques applaudirent les orchestrations. Grofé confirma en 1938 que Gershwin n'avait pas assez de connaissances en orchestration en 1924. Après la première, Grofé fit de nouvelles orchestrations en 1926 et en 1942, chaque fois pour un orchestre plus large. La version la plus récente est la plus souvent entendue.

L'orchestration de 1924 pour l'orchestre de 23 musiciens de Whiteman est pour une flûte, un hautbois, des clarinettes (en mi bémol, en si bémol, alto et basse), un basson, des saxophones, 2 cors, 2 trompettes, 2 bugles, un euphonium, 2 trombones, un trombone basse, un tuba, 2 pianos, un celesta, un banjo, des tambours, des timbales, une batterie, des violons, des contrebasses et un accordéon10. Plusieurs musiciens jouaient de deux instruments.

L'orchestration de 1942 est pour piano solo, 2 flûtes, 2 hautbois, 2 clarinettes en si bémol (les deux doublant la clarinette en la), une clarinette basse en si bémol, 2 bassons, 3 cors en fa, 3 trompettes en si bémol, 3 trombones, un tuba, des timbales, des percussions (crash, caisse claire, grosse caisse, gong, triangle, cloches et cymbales), piano, 2 saxophones alto en mi bémol, un saxophone ténor en si bémol, un banjo, et des instruments à cordes (violons, altos, violoncelles et contrebasses);


Analyse

Le début de Rhapsody in Blue est écrite comme un trille de clarinette suivi d'un legato, 17 notes dans une gamme diatonique. Pendant une répétition, le clarinettiste virtuose de Whiteman, Ross Gorman, a rendu la partie supérieure de la gamme comme un glissando captivant et semblable à un trombone. Gershwin l'a entendu et a insisté pour qu'il soit répété dans la représentation. L'effet est produit en utilisant les muscles de la langue et de la gorge pour changer la résonance de la cavité buccale, contrôlant ainsi la hauteur de la hauteur continue. De nombreux clarinettistes ouvrent également progressivement les trous de tonalité gauche de leur instrument lors du passage du dernier concert fa au concert supérieur si ♭ainsi que. Cet effet est maintenant devenu une pratique de performance standard pour le travail. Anecdote peu commune, Georges Grisez, premier clarinettiste de l'Orchestre symphonique de Baltimore meurt sur scène en 1946 juste après avoir achevé le glissando.

Rhapsody in Blue présente à la fois une invention rythmique et une inspiration mélodique, et démontre la capacité de Gershwin à écrire une pièce avec une structure harmonique et mélodique à grande échelle. La pièce se caractérise par une forte interdépendance motivique. Une grande partie des éléments de motivation est introduite dans les 14 premières mesures. Le musicologue David Schiff a identifié cinq thèmes principaux plus une sixième "étiquette". Parmi ceux-ci, deux apparaissent dans les 14 premières mesures et la balise apparaît dans la mesure 19. Deux des trois thèmes restants sont rythmiquement liés au tout premier thème de la mesure 2, qui est parfois appelé le Glissando thème - après le glissando d' ouverture dans le solo de clarinette - ou le thème de Ritornello. Le thème restant est le thème dite du Train, qui est le premier à apparaître à la répétition 9 après le matériel d'ouverture. Tous ces thèmes reposent sur l' échelle des bleus, qui comprend des septièmes abaissés et un mélange de tierces majeures et mineures. Chaque thème apparaît à la fois sous forme orchestrée et en solo de piano. Il existe des différences considérables dans le style de présentation de chaque thème.

La structure harmonique de la rhapsodie est plus difficile à analyser. La pièce commence et se termine en si ♭ majeur, mais dans la direction module de sous-dominante très tôt, en revenant à si ♭ majeur à la fin, assez brusquement. L'ouverture module "vers le bas", pour ainsi dire, à travers les touches si ♭, mi ♭, la ♭, ré ♭, sol ♭, si, mi et enfin en La majeur. La modulation à travers le cercle des quintes dans le sens inverse inverse les relations tonales classiques, mais ne les abandonne pas. La section centrale entière réside principalement en do majeur, avec des incursions en sol majeur (la relation dominante). De telles modulations se produisent librement, mais pas toujours avec la direction harmonique. Gershwin utilise fréquemment une progression harmonique récursive de tierces mineures pour donner l'illusion du mouvement alors qu'en fait un passage ne change pas de clé du début à la fin. La modulation par tierces est une caractéristique commune de la musique de Tin Pan Alley.

Les influences du jazz et d'autres styles contemporains sont présentes dans Rhapsody in Blue. Les rythmes de Ragtime sont abondants, comme l'est le rythme cubain "clave", qui se double d'un rythme de danse dans la danse jazz de Charleston. Les propres intentions de Gershwin étaient de corriger la croyance que le jazz devait être joué strictement à temps pour qu'on puisse danser dessus. Les tempos de la rhapsodie varient considérablement et il y a une utilisation presque extrême du rubato dans de nombreux endroits. L'influence la plus claire du jazz est l'utilisation de notes bleues, et l'exploration de leur relation à demi-pas joue un rôle clé dans la rhapsodie. L'utilisation d'instruments dits "vernaculaires", tels que l' accordéon, le banjo et les saxophones dans l'orchestre, contribue à son style jazz ou populaire, et les deux derniers de ces instruments sont restés une partie de l'orchestre "standard" de la notation de Grofé.




https://www.youtube.com/watch?v=Fpsku1TwQ7E



Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 25013
Age : 46
Date d'inscription : 10/08/2006

Gershwin : Rhapsody in Blue Empty
MessageSujet: Re: Gershwin : Rhapsody in Blue   Gershwin : Rhapsody in Blue Empty2021-02-07, 22:18

N'empêche on dira ce qu'on veut, les russes on les reconnait toujours (à leurs courbes) Gershwin : Rhapsody in Blue 699201
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Contenu sponsorisé




Gershwin : Rhapsody in Blue Empty
MessageSujet: Re: Gershwin : Rhapsody in Blue   Gershwin : Rhapsody in Blue Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Gershwin : Rhapsody in Blue
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Oeuvres & analyses musicales-
Sauter vers: