Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

 

 D'aubades en sérénades...

Aller en bas 
AuteurMessage
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 14826
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

D'aubades en sérénades... Empty
MessageSujet: D'aubades en sérénades...   D'aubades en sérénades... Empty2021-01-16, 18:42


L'Aubade:

<<Une aubade est une prestation musicale donnée à l'aube ou tout au moins en matinée, en l'honneur de quelqu'un, le plus souvent devant son habitation ou, « image d'Épinal », sous sa fenêtre. Par extension, elle désigne également le genre musical joué à cette occasion. L'aubade trouve son origine dans les chansons des troubadours de Provence d'où le mot est originaire (aubada de alba, aube). Genre poétique et musical répandu dans l'Europe du Moyen Âge, une aube avait pour thème la séparation de deux amants prévenus par un guetteur complice (gaite en provençal) de l'imminence du jour. À l'instar de son opposé la sérénade, c'est aussi un court concert composé de chansons d'amour accompagnées le plus souvent de guitares ou de mandolines et donné sous les fenêtres de la bien-aimée pour agrémenter son éveil.

En musique classique, une aubade ou une alborada sous son appellation espagnole, est une œuvre de caractère reprenant le thème des amants et du veilleur comme bien sûr les œuvres inspirées du Roméo et Juliette de Shakespeare ou l'acte II de l'opéra Tristan et Isolde de Wagner ; voir aussi les aubades de Berlioz (H 78 b sur un texte d’Alfred de Musset), celles de Bizet, Lalo ou Poulenc et l'"Alborada del gracioso" extraite des Miroirs de Ravel. Edvard Grieg pour la pièce de théâtre Peer Gynt d'Henrik Ibsen en 1874 écrit une musique de scène pour orchestre symphonique commençant par l'aubade Au matin, le thème alternant la flûte et le hautbois. Inspiré d'un voyage de quatre mois en Espagne. en 1883, Emmanuel Chabrier compose une Aubade pour piano solo. Composé à l'origine pour piano, adapté pour la guitare, puis pour l'orchestre, le numéro trois de Recuerdos de Viaje, op.71, d'Isaac Albéniz (1887) est une "Alborada" dédicacée à la "Señorita Rafaela de Llorens". Créé également en 1887, à Saint-Pétersbourg, le Capriccio espagnol de Nikolaï Rimski-Korsakov pour orchestre symphonique avec violon principal, comporte deux "Alboradas" en premier et troisième mouvements.
>> Wikipédia - extrait.

https://www.youtube.com/watch?v=g4l07uzRzsA
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 25013
Age : 46
Date d'inscription : 10/08/2006

D'aubades en sérénades... Empty
MessageSujet: Re: D'aubades en sérénades...   D'aubades en sérénades... Empty2021-01-16, 18:44

Comme "Aubade" je préfère la célèbre série de photos de lingerie D'aubades en sérénades... 231625
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 14826
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

D'aubades en sérénades... Empty
MessageSujet: Re: D'aubades en sérénades...   D'aubades en sérénades... Empty2021-01-16, 18:50

Laughing  Laughing  Laughing peut-être que moi aussi...

La Sérénade:

<<La Sérénade (ou Serenata) est, dans son sens le plus commun, une composition ou une représentation musicale en l'honneur de quelqu'un jouée, comme l'origine de son nom l'indique, en soirée (opposée à l'aubade, jouée plutôt en matinée).
a) Dans la forme la plus ancienne, qui survit encore aujourd'hui, la Sérénade est une composition jouée afin de séduire une personne, sous ses fenêtres. De telles compositions se retrouvent dès le Moyen Âge jusqu'à la Renaissance.
b) Dans le répertoire baroque, où elle est généralement appelée Serenata (qui est la traduction en italien de "sérénade"), la Sérénade était un morceau joué en extérieur, au soir, où quelques voix sont accompagnées d'instruments. C'étaient généralement des œuvres courtes (moins d'une heure) mais longuement travaillées, tenant autant de la cantate que l'opéra.
c) Le type le plus représenté de sérénade apparaît durant l'ère classique et romantique, où elle se rapporte au divertimento. Le travail est ici plus léger que pour d'autres œuvres mettant en scène de grands ensembles (par exemple une symphonie), et la musicalité prime sur le développement ou l'intensité dramatique. La plupart de ces œuvres viennent d'Italie, d'Allemagne, d'Autriche ou de Bohème.
Les plus célèbres sérénades instrumentales, sont sans doute celles de Wolfgang A. Mozart, qui comptent entre 4 et 10 mouvements.
>> Wikipédia - extrait.

https://www.youtube.com/watch?v=0bjB-IWEYI0
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 21550
Age : 74
Date d'inscription : 19/08/2006

D'aubades en sérénades... Empty
MessageSujet: Re: D'aubades en sérénades...   D'aubades en sérénades... Empty2021-01-16, 19:18

Je ne connaissais pas l'aubade d'André Gagnon. Très jolie.

Le moins que l'on puisse dire c'est qu'en musique il existe beaucoup plus de sérénades que d'aubades, pas même chez les Classiques : rien chez Mozart ou Haydn...

Je me demande même s'il existe une aubade parmi les 603 Lieder de Schubert.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 14826
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

D'aubades en sérénades... Empty
MessageSujet: Dvorak   D'aubades en sérénades... Empty2021-01-16, 19:25

A vrai dire, je ne connais pas vraiment d'Aubades de mémoire, de celles que je pourrais citer et nommer à chaud, comme ça, en désignant le nom d'un compositeur, même pas celle que j'ai postée plus haut, bien que je connaisse ce compositeur québécois pour d'autres oeuvres que celle-ci. En revanche, je connaissais évidemment cette très attendrissante Sérénade de Franz Schubert. Aucun risque que je reste indifférent à la délicieuse mélodie, si romantique à mon oreille, autour de laquelle elle s'articule.

La Sérénade en ré mineur - Op.44 d'Anton Dvorak

En cette fin d'après-midi, j'ai réécouté deux sérénades, tout d'abord la Sérénade en ré mineur, Op.44 pour 13 vents, 2 violoncelles et contrebasse d'Anton Dvorak (1841-1904) et Sérénade en mi bémol majeur, Op.7 pour vents, violoncelle et contrebasse de Richard Strauss (1864-1949). Ces deux oeuvres sont interprétées par le "Kammermusik de Naples". A l'époque, dans le courant des années 1990, j'avais pris cet album car je m'intéressais vivement à la musique d'un compositeur contemporain français du nom de Jacques Bondon et que s'y trouvait sa Symphonie Concertante pour piano et dixtuor à vent. Ce fut une bonne décision car j'avais aussitôt aimé cette oeuvre. En  revanche, mon attachement à la Sérénade en ré mineur de Dvorak ne fut pas immédiat mais progressif. Aujourd'hui, c'est peut-être finalement la fois où j'ai le plus apprécié. Je l'ai appréciée sur ses quatre mouvements, sans doute un peu moins le quatrième dans l'absolu, mais sans doute parce que j'étais encore sous l'emprise du troisième que j'ai trouvé délicieusement obsessionnel. J'adore le jeu délicat et poétique des instruments à vent, leur rapport judicieux aux trois instruments à cordes. Il y a là une alchimie sonore qui fonctionne merveilleusement bien. L'"Andante con moto", d'une durée de neuf minutes, presqu'aussi long à lui seul que la Sérénade en mi bémol majeur, opus 7 de Richard Strauss, est un pur enchantement à mon oreille.

https://www.youtube.com/watch?v=st6vwMhukSc


<<Ecrite la même année que les "Trois Rhapsodies Slaves", la "Sérénade en ré mineur" d'Anton Dvorak confirme qu'en cette année 1878 le compositeur avait une attirance prononcée pour les musiques de style populaire. On retrouve, en effet, dans la Sérénade Opus 44 un effectif instrumental assez proche de celui des orchestres de village mais aussi, dans le deuxième mouvement (Minuetto) des figures caractéristiques des danses tchèques (Sousedska et Furiant) et, dans le "Finale: allegro molto", une polka. Le premier mouvement, "Quasi marcia", est d'allure très libre: c'est la rencontre d'une joyeuse assemblée que vont les hautbois, clarinettes, bassons, contrebassons et cors. Le "Minuetto" et le Finale se situent dans le même climat de gaieté auquel le troisième mouvement, "Andante con moto", oppose sa sérénité contemplative.>> Jean Roy.


Dernière édition par Icare le 2021-01-16, 19:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 14826
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

D'aubades en sérénades... Empty
MessageSujet: Strauss   D'aubades en sérénades... Empty2021-01-16, 19:47

La Sérénade en mi bémol majeur, opus 7 de Richard Strauss:

Elle est beaucoup plus courte que celle de Dvorak, n'atteignant pas les dix minutes et en un seul mouvement. De même humeur gracieuse et un peu champêtre, elle aussi mêlant les instruments à vent au violoncelle et à la contrebasse, elle ne me procure cependant pas le même effet. Elle me parle beaucoup moins que l'opus 44 du compositeur Tchèque, c'est indéniable. L'oeuvre n'est pas déplaisante en soi mais je dirais qu'elle se laisse aussi facilement écouter qu'elle se laisse oublier. Je l'ai trouvée un peu anecdotique. Les thèmes ne m'accrochent pas et, par moment, le son des vents ensemble ne me séduit pas tant que ça.

<<La Sérénade en mi bémol majeur, opus 7 de Richard Strauss date de l'année 1881. C'est l'oeuvre d'un très jeune musicien. Richard Strauss n'avait alors que 17 ans mais il avait été joué à Munich et son opus7 sera créé à Dresde l'année suivante. L'opus 7 est un seul mouvement. Son caractère sérieux et poétique laisse entendre que ce n'est là ni un exercice d'école ni un simple divertissement mais un des premiers essais de celui qui deviendra un des maîtres de l'orchestration.>> Jean Roy.

https://www.youtube.com/watch?v=0KdoD6Zow74


Dernière édition par Icare le 2021-01-17, 12:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 25013
Age : 46
Date d'inscription : 10/08/2006

D'aubades en sérénades... Empty
MessageSujet: Re: D'aubades en sérénades...   D'aubades en sérénades... Empty2021-01-16, 19:56

Il y a aussi la Sérénade mélancolique en si bémol mineur, op. 26, de Tchaïkovsky, composée en 1875

La Sérénade mélancolique est en trois temps. Après une courte introduction majeure et andante de l'orchestre avec des imitation, le thème est exposé par le violon solo, joué sur la corde de sol qui lui donne une plus grande richesse de son. Avant de rejouer ce thème, cette fois sur la corde la et à l'octave supérieure, un rapide développement en ré bémol majeur puis en si bémol majeur conduise à une cadence. La réexposition est suivie par un passage crescendo introduisant un la bémol grâce à un emprunt de sol bémol majeur, et pour cela, Tchaïkovsky ornemente autour de cette gamme.

À la suite de celui-ci est exposé un second thème majeur sur la corde de mi, à un tempo largamente, réexposé directement après en octaves. Ce passage est l'une des difficultés principales de la pièce. Après une cadence plus développée, le premier thème est intégralement réexposé et la pièce se termine à la suite d'un court développement.


https://www.youtube.com/watch?v=4jEhYy0gRic


Dernière édition par Snoopy le 2021-01-16, 20:00, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 14826
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

D'aubades en sérénades... Empty
MessageSujet: Re: D'aubades en sérénades...   D'aubades en sérénades... Empty2021-01-16, 19:59


Oui bien sûr!Very Happy Je ne suis pas entrain de consacrer un cycle sur ce thème, mais dès que j'aurai l'occasion d'écouter une aubade ou une sérénade je l'évoquerai sur ce fil. D'aubades en sérénades... 987794
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 21550
Age : 74
Date d'inscription : 19/08/2006

D'aubades en sérénades... Empty
MessageSujet: Re: D'aubades en sérénades...   D'aubades en sérénades... Empty2021-01-16, 20:09

Il y a une audade célèbre, c'est celle du Roi d'Ys de Lalo "Vainement ma bien-aimée". C'est d'ailleurs, avec l'ouverture, la seul air connu de ce superbe opéra jamais représenté



https://www.youtube.com/watch?v=uhfiiyjeus0

Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 14826
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

D'aubades en sérénades... Empty
MessageSujet: Re: D'aubades en sérénades...   D'aubades en sérénades... Empty2021-01-19, 19:10


Sérénade en pays letton - 1934 - dernière œuvre orchestrale de Jâzeps Vitols:

Je me suis permis, Joachim, de retransmettre cette Sérénade de Jâzeps Vitols sur ce topic. Je suis même en train de l'écouter. La partie introductive est pleine d'entrain, directement inspirée du folklore letton. La partie lente avec violon solo est celle qui me correspond le mieux, un sympathiquement moment de rêverie et de tendresse auquel je demeure assez sensible. Une partie bien plus animée et joyeuse s'ensuit, mais sans me faire beaucoup d'effet.

https://www.youtube.com/watch?v=bTjBSS-io-c&feature=emb_title
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 21550
Age : 74
Date d'inscription : 19/08/2006

D'aubades en sérénades... Empty
MessageSujet: Re: D'aubades en sérénades...   D'aubades en sérénades... Empty2021-01-19, 19:27

Icare a écrit:
Je me suis permis, Joachim, de retransmettre cette Sérénade de Jâzeps Vitols sur ce topic.

Mais tu as bien fait Mains

Tu connais l'Aubade pour piano et orchestre de 18 instruments, de Francis Poulenc ? C'est "concerto chorégraphique", appelé ainsi car "cette pièce fut bien conçue à l’origine comme musique de ballet. L’œuvre fut créée pour la soirée du 18 juin 1929 chez les Noailles, ce qui détermina la taille de l’orchestre dont Poulenc allait pouvoir disposer. Lors de la création, la chorégraphie était de Bronislava Nijinska. Il y eut quelques mois plus tard une reprise au Théâtre des Champs-Élysées dont Poulenc désapprouva la chorégraphie due cette fois à George Balanchine.

Le titre évoque ironiquement les airs joués ou chantés à l'aube sous la fenêtre de la personne courtisée. Ici, l’action commence un matin, et se termine le lendemain à l’aube"
citation wiki

Il y a 8 parties :

Toccata (lento et pesante)
Récitatif (larghetto)
Rondeau (allegro)
Presto
Récitatif (larghetto)
Andante (andante con moto)
Allegro féroce
Conclusion (adagio)



https://www.youtube.com/watch?v=xdfnbuUZumI
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 14826
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

D'aubades en sérénades... Empty
MessageSujet: Re: D'aubades en sérénades...   D'aubades en sérénades... Empty2021-01-19, 19:43

joachim a écrit:
Tu connais l'Aubade pour piano et orchestre de 18 instruments, de Francis Poulenc ?

Non, je ne connaissais pas et ne savais même pas qu'il en avait composé une. Francis Poulenc n'est pas encore un compositeur que je connais très bien, plusieurs pièces orchestrales, de la musique de chambre, un concerto pour deux piano et un, champêtre, pour clavecin, et bientôt son Gloria et son Stabat Mater.

Merci pour cette présentation, je l'écouterai quand j'aurai plus de temps devant moi. Mains
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




D'aubades en sérénades... Empty
MessageSujet: Re: D'aubades en sérénades...   D'aubades en sérénades... Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
D'aubades en sérénades...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Communauté :: Discussions sur la musique-
Sauter vers: