Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-33%
Le deal à ne pas rater :
Antivol en U pour vélo avec câble [Vente Flasch]
13.05 € 19.56 €
Voir le deal

 

 Poème symphonique

Aller en bas 
AuteurMessage
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 23713
Age : 46
Date d'inscription : 10/08/2006

Poème symphonique Empty
MessageSujet: Poème symphonique   Poème symphonique EmptyDim 25 Oct 2020 - 5:10

Le poème symphonique est un genre musical destiné à un orchestre symphonique, sur un sujet littéraire, philosophique, pictural ou descriptif.

Le poème symphonique est une composition orchestrale, généralement en un seul mouvement, de forme libre, inspirée par une idée extra-musicale poétique ou descriptive, très en vogue au xixe siècle. C'est l'un des genres représentatifs de la musique à programme au xixe siècle, au côté de la symphonie à programme et de l'ouverture à programme. La différence entre la musique à programme et le poème symphonique — appelé Sinfonische Dichtung ou encore Tondichtung (littéralement « poésie sonore ») dans la tradition germanique —, réside en ce que le poème symphonique, issu de l'ouverture de concert, s'organise en un mouvement alors que la symphonie à programme obéit au découpage traditionnel du genre symphonie. La Symphonie fantastique (1830) et Harold en Italie (1834) d'Hector Berlioz, la Sinfonia Domestica (1902) et Une symphonie alpestre (1911-1915) de Richard Strauss sont, par exemple, des symphonies à programme et non des poèmes symphoniques.

Principaux représentants

En Allemagne, ce sont essentiellement Franz Liszt et son cercle de Weimar qui se font les ardents défenseurs de la musique à programme — héritiers en cela des conceptions berlioziennes. Franz Liszt forge le genre du poème symphonique lors de son séjour à Weimar.

Si les deux grands représentants du poème symphonique en Allemagne sont Franz Liszt (13 poèmes symphoniques, parmi lesquels Les Préludes (1845-1853), Mazeppa (1851), Prométhée (1850-1855), Hamlet (1858), etc.) et Richard Strauss (Don Juan (1888-1889), Ainsi parlait Zarathoustra (1896), Don Quichotte (1897), etc.), ce genre musical connaît un destin lié à sa nature, subissant les attaques des défenseurs de la musique pure (ou musique absolue), en tout premier lieu d'Edouard Hanslick, célèbre critique musical hostile à Wagner (et dépeint par ce dernier sous les traits de Beckmesser dans Les Maîtres Chanteurs de Nuremberg, 1861-1867). Le poème symphonique se fait souvent — notamment dans les pays de culture nordique ou slave — le vecteur d'une pensée « nationaliste » en musique (Jean Sibelius, Finlandia (1899-1900) ; Bedřich Smetana, La Moldau (1874-1879)) ou de fantasmes orientalisants (Nikolaï Rimski-Korsakov, Shéhérazade (1888)).

Mais il est aussi une forme d'expression de conceptions visionnaires du langage musical, introduites justement par une volonté descriptive, pour Sibelius toujours, qui y incorpore la voix dans Luonnotar (1913), et pour des compositeurs comme Modeste Moussorgski dans Une nuit sur le mont Chauve (1869-1886) ou encore, bien plus tard, un Georges Enesco avec sa Vox maris. Sergueï Rachmaninov porte le genre à un sommet, lorsque celui-ci commence à décliner, avec son Île des morts (1909). Le poème symphonique connaît également une existence réussie en France, en particulier grâce à Camille Saint-Saëns et ses quatre poèmes, Le Rouet d'Omphale (1869), Phaéton (1873), la Danse Macabre (1874) et La Jeunesse d’hercule (1877). Le Prélude à l'après-midi d'un faune (1894) de Claude Debussy se rattache aussi au poème symphonique, pris dans un sens très large, alors que La Mer (1905) s'apparente plutôt à une symphonie à programme.

Déclin

Le poème symphonique paraît néanmoins tomber en une relative désuétude après la Première Guerre mondiale, à l'exception de quelques cas isolés. Dans l'ensemble, les compositeurs français lui préfèrent le ballet ; tandis qu'il revient à Darius Milhaud de revendiquer la fusion des deux genres avec son « poème plastique » L'Homme et son désir. Simultanément, l'esthétique de la Nouvelle Objectivité conquiert l'Allemagne. On peut dire que le poème symphonique décline en raison du désintérêt pour le grand orchestre post-wagnérien et d'une volonté générale de libérer la musique instrumentale de l'élément littéraire.
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 23713
Age : 46
Date d'inscription : 10/08/2006

Poème symphonique Empty
MessageSujet: Re: Poème symphonique   Poème symphonique EmptyDim 25 Oct 2020 - 5:11

Très beau poème symphonique de Fibich


https://www.youtube.com/watch?v=U5Wo4ZV6t6o

Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 20882
Age : 74
Date d'inscription : 19/08/2006

Poème symphonique Empty
MessageSujet: Re: Poème symphonique   Poème symphonique EmptyDim 25 Oct 2020 - 15:05

Curieux qu'il n'y ait pas encore eu de topic sur le poème symphonique !

Ce poème en ré bémol majeur de Fibich, assez célèbre, est la partie centrale d'un poème symphonique intitulé "Au crépuscule", son opus 39 de 1893.



https://www.youtube.com/watch?v=P2pqv52SnOk


Dernière édition par joachim le Dim 25 Oct 2020 - 15:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 23713
Age : 46
Date d'inscription : 10/08/2006

Poème symphonique Empty
MessageSujet: Re: Poème symphonique   Poème symphonique EmptyDim 25 Oct 2020 - 15:12

joachim a écrit:
Curieux qu'il n'y ait pas encore eu de topic sur le poème symphonique !.

Ben oui, faut tout faire ici Poème symphonique 231625
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 20882
Age : 74
Date d'inscription : 19/08/2006

Poème symphonique Empty
MessageSujet: Re: Poème symphonique   Poème symphonique EmptyDim 25 Oct 2020 - 15:46

Snoopy a écrit:
joachim a écrit:
Curieux qu'il n'y ait pas encore eu de topic sur le poème symphonique !.

Ben oui, faut tout faire ici Poème symphonique 231625

Combien de fois l'ai-je déjà dit Poème symphonique 699201

Tiens, pour en rester à Fibich, après son poème symphonique "Au Crépuscuke" ci-dessus (dont est extrait le célèbre poème en ré bémol), voici "Le Printemps" pour nous remettre du baume au cœur en cet automne sinistre :





https://www.youtube.com/watch?v=7mF5u9qERXQ
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 23713
Age : 46
Date d'inscription : 10/08/2006

Poème symphonique Empty
MessageSujet: Re: Poème symphonique   Poème symphonique EmptyDim 25 Oct 2020 - 18:01

J'avais hésité entre ces deux vidéos justement Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Contenu sponsorisé




Poème symphonique Empty
MessageSujet: Re: Poème symphonique   Poème symphonique Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Poème symphonique
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Oeuvres & analyses musicales-
Sauter vers: