Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

 

  Dirk Brossé (cinéma)

Aller en bas 
AuteurMessage
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 14152
Age : 56
Date d'inscription : 13/11/2009

 Dirk Brossé (cinéma) Empty
MessageSujet: Dirk Brossé (cinéma)    Dirk Brossé (cinéma) EmptyDim 18 Oct 2020 - 15:43


Eléments biographiques: (source Wikipédia)

Dirk Brossé (né le 18 Février 1960 Heusden , Gand ) est un compositeur belge (flamand) et chef d'orchestre . Depuis 1999, Dirk Brossé est l'hôte musicale du Festival du Film de Flandre international à Gand et il a occupé également le titre de directeur musical du Festival musical et international de Tokyo . Il dirige actuellement l'orchestre de chambre de Philadelphie où il a été nommé chef d'orchestre en 2010, après avoir fait quelques apparitions avec l'Orchestre de Chambre en 2008 et 2009.

Travaux pour l'image

Dirk Brossé est surtout connu pour ses collaborations avec le réalisateur belge Stijn Coninx. Il a composé la musique de Hector (1987), Koko Flanelle (1989), Daens (1992), Quand la lumière vient (1998) et De Kavijaks (2005). Dirk Brossé est également connu pour la réalisation de la musique pour les films "Final Fantasy": The Spirits Within et The Good Thief (avec de la musique d'Elliot Goldenthal ) et la série télévisée Parade (2012), pour laquelle il a été nominé pour un "Emmy Award". En 2009, Dirk Brossé a dirigé la musique de John Williams (Star Wars) en Concert.

https://www.youtube.com/watch?v=KtpbBOFa9O0
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 14152
Age : 56
Date d'inscription : 13/11/2009

 Dirk Brossé (cinéma) Empty
MessageSujet: Re: Dirk Brossé (cinéma)    Dirk Brossé (cinéma) EmptyDim 18 Oct 2020 - 16:30


J'entame un nouveau cycle dans lequel je retrouve ma méthode d'"écoutes croisées" entre deux compositeurs, comme je l'avais précédemment fait avec Carter Burwell et Angelo Badalamenti. Cette fois-ci, j'ai jeté mon dévolu sur toutes les oeuvres que je possède de Dirk Brossé et Nicola Piovani que je vais réécouter les unes à la suite des autres sous la forme d'une écoute alternée entre les deux compositeurs. Il ne faut pas trop chercher une raison très rationnelle au fait que j'associe ces deux personnalités musicales au sein d'un même cycle. Certes, tous les deux ont composé pour l'image et se sont faits un nom dans ce domaine, Dirk Brossé ayant tenté d'équilibrer ses travaux pour le Septième Art avec ceux pour le concert, ayant d'ailleurs été plutôt bien édité en disque et desservi sur Youtube. Nicola Piovani a également composé en dehors de l'image; de la musique de chambre, une petite suite pour deux pianos, un Stabat Mater, un prélude symphonique intitulé Sarajevo, etc..., autant d'opus que je n'ai jamais eu l'occasion d'écouter.

Cette partie-là reste quand même très occultée par ses nombreuses compositions pour le cinéma. Ce qui lie ces deux compositeurs, dans mon esprit - et peut-être uniquement dans le mien - c'est un évident attachement pour la tonalité, pour le lyrisme, la belle mélodie, de celle qui vous enveloppe de beaux sentiments. Chaque compositeur évolue évidemment dans son propre style: Dirk Brossé subirait plutôt les influences de la musique anglo-saxon, germanique et française: John Williams fut sûrement pour lui une source d'inspiration, une référence, alors que la musique de Nicola Piovani est totalement imbibée d'italianité comme celle de Nino Rota, mais dans son style à lui. J'ai réécouté, il y a quelques heures, une partition de Dirk Brossé composée pour le film de Stijn Coninx, When the Light Comes (1998). La musique enchaîne des morceaux symphoniques allant des plus tendres aux plus fougueux, s'articulant autour d'autres morceaux plus chambristes et très mélodiques, parfois pour violon et piano, parfois pour piano seul. Les mélodies de Dirk Brossé, sans être d'une originalité renversante, sont pourtant très vite identifiables. D'une apparente simplicité, elles frisent la mièvrerie sans tombé dedans: ce compositeur a le don de savoir - du moins à mon goût - sublimer la banalité et d'en extirper l'émotion juste.

Le synopsis de When the Light Comes: <<La jeune Ellen décide de faire un voyage en bateau à Svalbard, dans le nord de la Norvège. Elle finit par errer dans le Spitzberg , où elle passe l'hiver dans une cabane sur un fjord entouré de glaciers. Elle partage une cabane avec un trappeur norvégien nommé Lars alors qu'elle tente de s'adapter au climat périlleux et de faire face à des dangers tels que la lutte contre les ours polaires.>> (Wikipédia)

<<When the Light Comes" est un nouveau défi, une quête musicale passionnante en compagnie de mon ami Dirk Brossé. Le long des sombres champs de glace, la musique glisse sur un sentiment de tension émotionnelle jusqu'à l'éclat et la chaleur du soleil. Invisible dans le paysage, on sent Dirk, profondément en conversation avec la nature, avec silence, quiétude. Merci, Dirk.>> Stijn Coninx.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 14152
Age : 56
Date d'inscription : 13/11/2009

 Dirk Brossé (cinéma) Empty
MessageSujet: Re: Dirk Brossé (cinéma)    Dirk Brossé (cinéma) EmptyDim 18 Oct 2020 - 22:46


Ce soir, j'ai réécouté la musique composée pour le film Marie (1993) de Marian Handwerker qui réunit à l'affiche Marie Gillain, Aurore Clément et Stéphane Ferrara. Je me demande d'ailleurs si ce n'est pas par cette bande originale que j'ai découvert l'existence de Dirk Brossé. Peu importe et voilà ce que rapporte le réalisateur sur le compositeur de son film: <<Ecouter la musique de Dirk Brossé est un rare bonheur. Elle transporte les personnages vers les sphères les plus profondes de l'émotion humaine. Le bonheur, la douleur se mélangent de telle sorte que nous assistons à la complétude du vécu humain: révolte et aspiration vers l'indicible. Dirk Brossé s'inscrit dans la toute grande tradition de la musique de film.>> Pour comprendre l'approche de Dirk Brossé qui s'exprime dans un lyrisme exacerbé et "juvénile" si j'ose dire - toujours ce don de sublimer la naïveté par des lignes mélodiques simples mais musicalement transcendées - tantôt pour orchestre, tantôt dans une formation instrumentale beaucoup plus réduite, genre piano seul ou flûte et piano, il faut savoir que toute l'intrigue s'articule autour d'une adolescente, de ses rêves, ses sentiments, ses espoirs, ses désillusions:

<<Marie est une adolescente d'aujourd'hui. Née à la fin des années 1970, elle a grandi loin des certitudes qui animaient la génération précédente. Aujourd'hui, au moment où elle devient femme, tout est à réinventer, à redéfinir. Alors Marie se lève et bouge. Elle quitte sa mère célibataire et sa ville de province coincée entre Meuse et rocher. Aux côtés d'un malfrat malmené lui aussi par la vie, elle rejoint Bruxelles où l'attendent d'autres pièges à espoir. La rue de l'Harmonie où elle avait rendez-vous s'avère n'être qu'un nouveau cul-de-sac. Mais Marie y rencontre Tonio, le fils du malfrat, un gosse de 7 ans. Pour empêcher qu'on enferme Tonio dans un home (la "Maison du bonheur"!), Marie doit se battre encore et reprendre la route... Malgré l'enfant qu'elle tient par la main et celui qui grandit dans son ventre, Marie est incapable de s'imaginer un futur. C'est sans doute pour cela qu'elle s'invente un ailleurs. Quand on n'a que l'amour en bagage, ailleurs est un mot aussi beau que demain.>> (Wikipédia.)

__Solistes__
Wim Brioen: guitare
Eric Vermeulen & Mireille Gleizes: pianos
Steven Cayers: violoncelle - particulièrement émouvant sur des extraits comme "Le bout du voyage" ou "Au seuil de la famille".
Dimitri Baeterman: cor anglais
Sabine Warnier: flûte - pour une superbe interprétation de "Marie et Tonio" avec la pianiste Mireille Gleizes.
Le Nouvel Orchestre de Chambre sous la direction de l'auteur.
Revenir en haut Aller en bas
laudec

laudec

Nombre de messages : 5330
Age : 68
Date d'inscription : 25/02/2013

 Dirk Brossé (cinéma) Empty
MessageSujet: Re: Dirk Brossé (cinéma)    Dirk Brossé (cinéma) EmptyLun 19 Oct 2020 - 9:50

Merci pour ce rappel à Dirk Brossé Icare, je l'avais déjà oublié alors que je l'aime beaucoup, ça fait du bien de le retrouver Wink

La vidéo d'un instant d'enregistrement du film de Ben Sombogaart dont je traduis le titre du néerlandais  en français: "S'agenouiller sur un lit de violons", traduit en anglais par "In my Father's Garden".  Toute l'ambiance de ces moments fondateurs Very Happy

https://youtu.be/ro3cIBAHrr4
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 14152
Age : 56
Date d'inscription : 13/11/2009

 Dirk Brossé (cinéma) Empty
MessageSujet: Re: Dirk Brossé (cinéma)    Dirk Brossé (cinéma) EmptyLun 19 Oct 2020 - 17:33

laudec a écrit:
Merci pour ce rappel à Dirk Brossé Icare, je l'avais déjà oublié alors que je l'aime beaucoup, ça fait du bien de le retrouver Wink

J'ai créé ce second topic spécial cinéma parce que, partagé entre musique appliquée et absolue, il est prolifique dans les deux domaines: compositions pour l'image et pour le concert. De Kavijaks (2005) est une série dramatique flamande en cinq partie de Stijn Coninx et la dernière musique de film que j'aurai découverte de Dirk Brossé, une dernière découverte qui date de 2007, c'est-à-dire que je suis resté treize ans, non pas sans écouter la musique de Dirk Brossé, mais sans rien découvrir de nouveau le concernant. On peut trouver sur Youtube son concerto pour violoncelle et sûrement quelques autres compositions qui me sont encore inédites. Globalement, cette bande originale ne diffère pas dans le style de ce qu'il avait composé jusqu'ici dans la musique de film: toujours ce goût pour les mélodies angéliques pleines de tendresse et si aisément identifiables, et pour ces pages d'un lyrisme exacerbé et porteuses de beaux sentiments, allant du romantisme à l'insouciance en passant par des effusions de joie. De Kavijaks relaterait l'histoire de l'enfance de Vantorre dans Heist, c'est le seul renseignement que j'ai et je suppose, par les quelques photos que j'ai à ma disposition, que l'intrigue se situe durant la Seconde Guerre Mondiale. Un drame sans aucun doute que je n'ai pas eu l'occasion de voir. Peut-être que Laudec en sait davantage sur cette série de Coninx.

La partition de Dirk Brossé est loin d'être sombre et pesante dans son ensemble. Elle possède bien sûr quelques moments de tensions et quelques passages relativement anxiogènes, mais ce n'est pas ce qui domine. Elle sait prendre ci et là un ton nettement plus léger et insouciant. Il y a même un thème enlevé qui respire le bonheur et revient au moins deux fois. Il y a aussi un thème étrange, peu habituel dans l'oeuvre du compositeur: singulier dans sa construction et par sa physionomie sonore, le genre de morceau qui fait un peu ovni musical et qu'il m'aurait été impossible de ne pas remarquer. Je me demande bien à quelle scène il correspond. C'est très probablement sur ce morceau qu'intervient le piano préparé, joué par Dirk Brossé lui-même. Des quatre bandes originales que je connais de lui, c'est cependant celle qui me plait le moins, lui préférant Marie, When the Light Comes et surtout Daens, film et musique sur lesquels je reviendrai plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 14152
Age : 56
Date d'inscription : 13/11/2009

 Dirk Brossé (cinéma) Empty
MessageSujet: Re: Dirk Brossé (cinéma)    Dirk Brossé (cinéma) EmptyMer 21 Oct 2020 - 15:56

Daens, ce n'est pas seulement ma musique de film préférée de Dirk Brossé, c'est aussi un film de Stijn Coninx (1992) qui compte beaucoup pour moi, qui par ailleurs est basé sur une histoire vraie et un personnage altruiste existant. Il s'inspire directement du roman biographique de Louis Paul Boon; Pieter Daens of hoe in de negentiende eeuw de arbeiders van Aalst vochten tegen armoede en onrecht (littéralement : Pieter Daens, ou comment au dix-neuvième siècle les travailleurs d'Alost se sont battus contre la pauvreté et l'injustice).: <<Le film relate la vie de l'abbé Adolf Daens, un prêtre catholique flamand, désireux d'aider la classe ouvrière miséreuse des années 1880 à Alost dans leur lutte sociale contre Charles Woeste.>>. Que ne fut pas ma grande joie de l'avoir trouvé en DVD, alors que celui-ci ne court pas les magasins, du moins en France. Peut-être le trouve-t-on plus facilement en Belgique...?...

https://www.youtube.com/watch?v=dUdbaR9X3Ao


En tout cas j'ai eu plus de chance qu'avec La Marche Triomphale de Marco Bellocchio. Outre un très beau film, magnifiquement interprété par Jan Decleir dans le rôle d'Adolf Daens et Gérard Desarthe, grand acteur et metteur-en-scène de théâtre français dans le rôle de l'homme politique belge Charles Woeste, je pouvais désormais apprécier la musique de Dirk Brossé dans son contexte. Il faut dire qu'elle réunit tous les éléments qui constituent sa prose sonore, son goût pour les mélodies très sentimentales et angéliques qu'il aime réduire pour piano seul après les avoir traitées par de belles envolées lyriques pleines d'humanité et d'espoir. Le compositeur aime parfois concocter, si bien sûr certaines scènes du film lui en offrent l'opportunité, des morceaux atmosphériques fortement atonals qui contrastent de manière radicale avec la partie lyrique qui est représentée par les thèmes principaux. Un autre extrait un peu différent pour choeur a cappella instaure un moment plus religieux et recueilli.
Revenir en haut Aller en bas
laudec

laudec

Nombre de messages : 5330
Age : 68
Date d'inscription : 25/02/2013

 Dirk Brossé (cinéma) Empty
MessageSujet: Re: Dirk Brossé (cinéma)    Dirk Brossé (cinéma) EmptyJeu 22 Oct 2020 - 13:22

Dirk Brossé, Stijn Coninx et Louis-Paul Boon, quel fabuleux trio.  "Daens" est un de mes films préférés avec "Mission" et "La liste de Schindler" , "les Misérables" et quelques autres.  Même si la mémoire me fait défaut, je garde l'impression très forte de ces images et de cette musique gravées en moi  Dirk Brossé (cinéma) 333455  merci Icare d'y revenir.  Je trouve seulement dommage de séparer les œuvres composées pour le cinéma du reste de l’œuvre d'un compositeur mais je suppose que c'est pour plus de visibilité ...



Autre film "Back to Utopia" autour du livre de Thomas More "Utopia" de 1516.
Collaboration féconde entre le réalisateur Fabio Wuytack et le compositeur et maestro Dirk Brossé  Dirk Brossé (cinéma) 185465 

Ici, la musique a été composée avant l'image, c'était le désir du réalisateur de créer l'image à partir de la musique  Dirk Brossé (cinéma) 333455
'

https://youtu.be/nguXiSFu8Ek
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




 Dirk Brossé (cinéma) Empty
MessageSujet: Re: Dirk Brossé (cinéma)    Dirk Brossé (cinéma) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Dirk Brossé (cinéma)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique de films, du monde & divers :: Jazz & Musiques de films-
Sauter vers: