Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

 

 Musique moldave

Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 20582
Age : 74
Date d'inscription : 19/08/2006

Musique moldave Empty
MessageSujet: Musique moldave   Musique moldave Empty2020-09-17, 17:41

La musique moldave est jouée dans toute la Moldavie, tant roumaine qu'indépendante : elle partage bien des aspects musicaux avec la musique roumaine (dont elle fait partie, selon les musicologues et les ethnologues) et avec la musique ukrainienne, pays voisin dont de nombreux ressortissants vivent en Moldavie. La musique moldave est issue de la créativité musicale folklorique, qui se distingue par son originalité et la richesse de ses genres et de ses formes. Elle a parcouru un long chemin de développement des motifs folkloriques à la musique profane, académique et moderne de divers styles et tendances.

Elle présente des traits rythmiques et des ornementations mélodiques propres aux musiques balkaniques, tziganes et klezmer, qui ont intégré comme elle l'héritage des influences ottomane et orthodoxe.

Les Leoutars, film moldave d'Emil Loteanu (1971) a popularisé à l'étranger cette musique traditionnellement jouée par des lăutaris (troubadours), qui est toujours à l'honneur en Moldavie, avec la reviviscence actuelle d'un fonds musical plus authentique que le folklore pour fêtes et touristes pratiqué durant la seconde moitié du xxe siècle.


C'est au xve siècle que les premiers chants religieux sont transcrits par écrit dans les monastères moldaves. En 1653, la voïvode Vasile Lupu fonde une école de chant à Iași.

Durant le xviie siècle, le pays subit l'influence de la musique ottomane et des orchestres meterhané ou tubulhané jouent à la Cour princière. Par ailleurs, le prince moldave Dimitrie Cantemir rédige le Livre de la science sur le style littéraire de la musique (en turc : Kitabu "Ilmi'l-Mûsikí ala Vechi'l-Hurûfât), considéré comme un monument de la musique turque, avec environ 350 œuvres musicales répertoriées, dont beaucoup n'ont survécu que dans ce recueil.

À la fin du xviiie siècle, des compositeurs européens et russes recueillent quelques mélodies moldaves (Osip Kozlovsky, Bernhard Romberg et Mikhaïl Glinka). En 1834, A. Verstovsky et F. Rujitsky publient le Traité de mélodies moldaves folkloriques, et en 1854, C. Miculă publie Les Mélodies folkloriques moldaves.

Ce n'est qu'à partir du xixe siècle que la musique notée fait son apparition grâce notamment à la création d'un conservatoire de musique en 1836. À la fin du siècle, les plus grands compositeurs russes séjournent en Moldavie, notamment Anton Rubinstein, Alexandre Scriabine et Sergueï Rachmaninov.

Au xxe siècle, N. Vilinschi (la cantate Moldova en 1939), V. Cosencou (Moldovenescu poème en 1937) et L. Gurău (Doina en 1935 et la Symphonie no 1 en 1938) composent sur la base du folklore moldave. Après la guerre a commencé le développement soviétique de la musique avec Ştefan Neagu (Étienne le Grand de 1945, Bessarabien de 1947, Anniversaire de 1949 et Renaissance de la chanson de 1951). Eugen Coca crée des quatuors et des poèmes symphoniques (Codru de 1948, Chant de Hînceşti de 1950, Nouvelle Doina). Ils seront suivis par S. Lobel, V. Zagorsky, L. V. Polyakov, P. Rivilis, A. Luxemburg, N. Macovei et T. Chiriac. L'opéra n'est pas en reste avec les œuvres de David Hirschfeld et Eugen Doga.


Musique folklorique

La musique traditionnelle remonte également au xve siècle. Des structures modales diatoniques archaïques se retrouvent encore dans la miorița, une ancienne ballade qu'on retrouve en Roumanie, de même que le chant de Noël (colinde).

Au xviie siècle, la Moldavie subit également l'influence de la musique grecque. C'est la communauté juive des klezmer qui devait en recueillir les fruits, en associant doinas et syrtos au sein de la danse terkisher notamment. Pour enrichir encore les choses, on rencontre aussi des lăutari roms itinérants.

L'on danse (joc, hora) lors des rassemblements populaires et des mariages, avec diverses variantes (cumătria, bulgăreasca, olenadra, periniţa ou sîrba).

La doina est une douce complainte caractéristique de la musique moldave et roumaine.


Instruments de musique

À vent :

bucium ou trîmbiţă (famille des buccins)
caval
cimpoï (famille de la cornemuse)
fluer (famille des fifres et flûtes)
naï (proche de la flûte de Pan)
oboi (famille du hautbois)
surla
taragot (famille des clarinettes)
trişca.


À cordes :

cobza (proche de l'oud, dans la famille des luths)
lăuta
ţambal (famille du cymbalum).


À percussion :

dobă (grosse caisse)
tobă (famille des tambours)
toacă (famille des simandres).


Idiophones :

drîmba (famille des guimbardes)




https://www.youtube.com/watch?v=vsGg82uQXAo


https://www.youtube.com/watch?v=_tx0OFeRKuo


Et ici, Spécial Laudec Very Happy

https://www.youtube.com/watch?v=zgVN5nYUaqI
Revenir en haut Aller en bas
 
Musique moldave
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique de films, du monde & divers :: Musiques et danses du monde-
Sauter vers: