Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

 

 Verdi : The Lady and the Fool

Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 20355
Age : 74
Date d'inscription : 19/08/2006

Verdi : The Lady and the Fool Empty
MessageSujet: Verdi : The Lady and the Fool   Verdi : The Lady and the Fool Empty2020-09-03, 11:13

The Lady and the Fool est un ballet comique, créé par le chorégraphe John Cranko sur des musiques d'opéra peu connues de Giuseppe Verdi arrangée par Sir Charles Mackerras. L'histoire concerne l'amour d'un pauvre clown pour une beauté de la société, qui rejette finalement ses riches prétendants et choisit une vie avec le clown.

Contexte


Après le succès de Pineapple Poll (ballet comique inspiré d'opérettes de Gilbert et Sullivan, créé en 1951), Mackerras et Cranko ont cherché une nouvelle collaboration, décidant finalement d'adapter la musique de Verdi à une histoire de Cranko.

La pièce a été créée en 1954 au New Theatre, Oxford, avec sa première à Londres au Sadler's Wells Theatre le 31 mars 1954. Les deux clowns ont été joués par Kenneth MacMillan et Johaar Mosaval, avec Patricia Miller comme La capricciosa. L'année suivante, le ballet a été retravaillé par Cranko pour Covent Garden, ouverture le 9 juin 1955, laissant tomber un personnage et réaffectant certaines danses à d'autres personnages, permettant à l'action d'être plus clairement ciblée et les personnages plus intéressants.

Prologue

Pendant le prélude, le rideau se lève sur une rue sombre avec des couples en route pour un bal (musique d' Alzira).
Un triste thème(Jérusalem) marque l'entrée de deux pauvres clowns, Moondog et Bootface qui se dirigent vers un banc vide dans la rue, où ils s'endorment. Sur le chemin du bal et magnifiquement habillée, La Capricciosa remarque les deux clowns en lambeaux, les réveille et leur demande de danser pour elle (Alzira).
Les clowns dansent un divertissement grotesque; La Capricciosa est ravie de leur danse et les entraîne tous les deux avec elle au bal.

Acte 1

Dans une splendide salle de réception du palais de Signor Midas, les invités arrivent (musique d' Il finto Stanislao et Giovanna d'Arco). Signor Midas accueille tout le monde, accueille l'entrée du fringant Capitano Adoncino (Il finto Stanislao, Aroldo, Les vêpres siciliennes) et du romantique Prince d'Arroganza. L'hôte et ses invités sont poursuivis par deux débutantes à la recherche d'un mari riche, mais les hommes attendent avec impatience l'arrivée de La Capricciosa. À la hauteur d'une tarentelle, une fanfare annonce son arrivée, elle danse un solo brillant (les deux Foscari) et présente les deux clowns, qui se produisent ensuite pour les invités, avec une scène basée sur une querelle sur une rose (Il finto Stanislao, Aroldo).
Un groupe hors scène invite les invités à danser, laissant La Capricciosa masquée avec ses trois prétendants (Ernani). Ils dansent d'abord ensemble (les deux Foscari) puis un à un les hommes lui arrache un masque - pour révéler un autre masque en dessous; d'abord Midas (Ernani, I masnadieri), puis le prince (I masnadieri, Macbeth, les deux Foscari) et enfin Adoncino (Macbeth, Attila), mais ils sont rejetés et se retirent.
Seule, La Capricciosa enlève son dernier masque, et à ce moment Moondog entre et tombe instantanément amoureux d'elle (Attila). Le groupe hors scène reprend et tous rentrent, menant à plusieurs danses pour Midas (Jérusalem), le Prince (Ernani, I Lombardi alla prima crociata), les débutantes à la chasse au mari (Il finto Stanislao, Oberto), Adoncino, avec un pas de cinq pour finir (Jérusalem, Attila).
La Capricciosa entre, bientôt suivie de Moondog (Les vêpres siciliennes) qui lui fait des avances passionnées. Elle finit par laisser son amour la submerger et ils dansent un pas de deux (Aroldo, I masnadieri).

Après un ensemble dans lequel Bootface tente d'attirer les débutantes (Ernani, I Lombardi alla prima crociata, Les vêpres siciliennes), La Capricciosa entre. Malgré les appels de ses trois prétendants, elle choisit Moondog, et ils s'embrassent à l'horreur des invités qui quittent la pièce (Aroldo, Luisa Miller). La Capricciosa aide Moondog à se relever et ils partent lentement, laissant un Bootface désolé; mais ils reviennent et l'emmènent avec eux (Ernani, Aroldo).


Epilogue

Dans la scène finale, de retour dans la rue, tous les trois se pelotonnent pour dormir sur le banc Jérusalem, Aroldo).



https://www.youtube.com/watch?time_continue=4&v=gD0DAdcMSSU&feature=emb_logo
Revenir en haut Aller en bas
 
Verdi : The Lady and the Fool
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Oeuvres & analyses musicales-
Sauter vers: