Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

 

 Brahms Trio n° 1, opus 8

Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 20357
Age : 74
Date d'inscription : 19/08/2006

Brahms Trio n° 1, opus 8 Empty
MessageSujet: Brahms Trio n° 1, opus 8   Brahms Trio n° 1, opus 8 Empty2020-08-09, 12:15

Le Trio pour piano et cordes no 1 en si majeur opus 8 est un trio pour piano, violon et violoncelle de Johannes Brahms.
Composé en 1853-54 à Hanovre, publié en novembre 1854 et créé le 13 octobre 1855 à Dantzig.
Brahms a produit une version révisée du travail à l'été 1889 qui montre des altérations significatives de sorte qu'il peut même être considéré comme un trio de piano distinct (quatrième). Cette "nouvelle édition" ( Neue Ausgabe ), comme il l'appelait, a été créée le 10 janvier 1890 à Budapest et publié en février 1891.

Le trio est composé pour piano, violon et violoncelle, et c'est la seule œuvre de Brahms à exister aujourd'hui en deux versions publiées, bien que ce soit presque toujours la version révisée de 1890 qui est jouée aujourd'hui. L'œuvre est homotonale, avec deux mouvements en ton de si majeur et deux en si mineur. Il est également parmi les rares œuvres en plusieurs mouvements à commencer dans une clé majeure et à la fin de la tonique mineure (un autre exemple étant Felix Mendelssohn avec sa symphonie italienne.


Le trio est en quatre mouvements:

Version originale (1854): (durée d'environ 42 minutes)

Allegro con moto - Tempo un poco più Moderato - Schnell (494 mesures)
Scherzo : Allegro molto - Trio: Più lento - Tempo primo (459 mesures)
Adagio non troppo - Allegro - Tempo primo (157 mesures)
Finale: Allegro molto agitato - Un poco più lento - Tempo primo (518 mesures)


Version révisée (Neue Ausgabe) (1889): (durée d'environ 33 minutes)

Allegro con brio - Tranquillo - In tempo ma sempre sostenuto (289 mesures)
Scherzo: Allegro molto - Meno allegro - Tempo primo (460 mesures)
Adagio (99 barres)
Finale: Allegro (322 mesures)


Analyse

Premier mouvement : Si majeur, 4/4, alla breve dans la version révisée

Ce mouvement est un mouvement de forme sonate en si majeur. Il commence par un large thème au violoncelle et au piano et se développe en intensité. Entre les deux versions du trio, Brahms n'a pratiquement apporté aucun changement aux 80 premières mesures, si ce n'est d'omettre de petites interjections du violon qu'il n'aurait inclus que dans la première version pour répondre à un désir de Joseph Joachim. Dans la première version, le second sujet en sol dièse mineur et mi majeur (barre 126) comprend différents éléments thématiques, dont un seul est repris dans la réexposition comme base pour une fugue en "stile antico" (bar 354 ). Dans le trio révisé, le premier sujet est contrebalancé par un deuxième thème anacrustique plus délicat en sol dièse mineur, tandis que dans une nouvelle coda Tranquillo, les deux sujets sont combinés pour produire une atmosphère sereine.


Second mouvement : Si mineur, section trio et se terminant en si majeur, 3/4

Le scherzo en si mineur combine de délicats passages en filigrane avec des éclats de fortissimo. L'ambiance exubérante du premier mouvement revient dans la section trio en si majeur. Une tierce picarde, qui termine le mouvement en si majeur, prépare le terrain pour le troisième mouvement, également en si majeur. Les seules modifications que Brahms a appliquées à ce mouvement dans sa révision de l'œuvre étaient un doublement de la mélodie du trio culminant au violoncelle et une retouche de la coda.


Troisième mouvement : Si majeur, 4/4

Ce mouvement, en revenant à si majeur et suivant une forme ternaire simple, ouvre sur un thème chordal spacieux au piano, contrebalancé par une partie centrale où le violoncelle joue un poignante mélodie en sol dièse mineur faisant usage de chromatisme (barre 33). Dans la première version, un deuxième thème différent a été utilisé - une citation de "Am Meer" du Schwanengesang de Schubert (mesure 33) - et une section Allegro a été incluse vers la fin du mouvement (mesure 82).


Quatrième mouvement : Si mineur, 3/ 4

De retour en si mineur, le premier thème de ce mouvement est hautement chromatique et légèrement ambigu sur le plan tonique, avec un rythme pointillé très agité. Ceci est peut-être le mouvement que Brahms a modifié le plus entre les deux versions, avec le deuxième thème du violoncelle original en fa dièse majeur (barre 105) une allusion apparente à Beethoven de son lied Nimm sie denn hin, meine Lieder de An die ferne Geliebte, également cité dans Fantaisie de Schumann op. 17 - qui a été remplacé par un thème de piano arpégé plus vigoureux en ré majeur (mesure 64). Le contour et le rythme combinés de ce nouveau thème dans ses quatre premières mesures ont une ressemblance frappante avec "The Star-Spangled Banner". Après un épisode en si majeur rappelant l'ambiance du premier mouvement, la musique revient en si mineur et se termine de manière très turbulente.



1ère version



https://www.youtube.com/watch?v=eZaBTsi2PvE


2ème version



https://www.youtube.com/watch?v=6d5VLp502Ec
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 20357
Age : 74
Date d'inscription : 19/08/2006

Brahms Trio n° 1, opus 8 Empty
MessageSujet: Re: Brahms Trio n° 1, opus 8   Brahms Trio n° 1, opus 8 Empty2020-08-09, 12:28

Le chef d'orchestre et compositeur Joseph Swensen a orchestré la première version du trio en 2009, sous l'appellation "Sinfonia in B". Elle est sortie en CD de la firme Hyperion, avec aussi deux œuvres de Schumann également orchestrées :

Brahms Trio n° 1, opus 8 63521210

Les explications de Swensen :

L’œuvre, que j’ai intitulée Sinfonia in B, est mon orchestration de la version originale peu connue du trio de piano en si majeur de Brahms. Achevée en 1854, c'est la plus grande et sans doute la plus importante des premières œuvres publiées de Brahms, mais elle reste presque inconnue de la plupart des musiciens et des mélomanes.
Ce phénomène est le résultat du mécontentement apparent de Brahms à l'égard de l'œuvre (d'où sa révision de celle-ci plus de trois décennies plus tard), et de sa décision plutôt étrange de lister l'œuvre révisée comme Opus 8 (l'opus de l'original) malgré le fait qu'il s'agit de près de 75% de musique nouvellement composée et devrait avoir une liste plus proche de l'Opus 110! Pourtant, dans une lettre à son éditeur Fritz Simrock (datée du 13 décembre 1890), Brahms semble citer des raisons commerciales et techniques pour entreprendre la révision plutôt que des raisons purement artistiques: «… en ce qui concerne le trio rénové… je veux simplement dire que le l'ancien continuera à se vendre mal non pas parce qu'une grande partie est laide, mais parce qu'une grande partie est inutilement difficile.

L'Opus 8 original est, pour moi, intrigant pour de nombreuses raisons. Il s’agit non seulement d’une œuvre d’une qualité extraordinaire et d’une profondeur émotionnelle, écrite par un compositeur de 21 ans à peine, mais c’est un exemple par excellence du style précoce ultra-romantique et tourné vers l’avenir de Brahms; un style profondément influencé par son mentor Robert Schumann, dont l'étrange et merveilleux concerto pour violon a été achevé juste un an avant la publication de l'Opus 8 de Brahms. Cette même année a vu le jeune Johannes Brahms en compagnie de voix encore plus radicales que celle de son mentor. Dans sa lettre à Joseph Joachim (datée du 7 décembre 1853), Brahms écrit: «Berlioz m'a félicité avec une chaleur si excitante et si sincère que d'autres ont répété ses paroles avec douceur… Liszt revient lundi.» (On peut difficilement éviter de penser à Liszt et Berlioz quand on entend la fugue folle du premier mouvement du trio de Brahms de 1854.)

Cette première période a pris fin brutalement lorsque Schumann a tenté de se suicider pour la première fois. Le trio original de l'Opus 8 devait être la dernière œuvre que Brahms ait écrite avant une interruption de six ans au cours de laquelle il n'a pas publié un seul morceau de musique! En comparant l'Opus 8 original avec la version révisée, on peut clairement entendre que presque toute la musique "schumannesque'' remplie de fantaisie et subjectivement émotionnelle de l'original a été remplacée par le Brahms typiquement tardif: concis et intense, une poursuite économique de l'idéal classique. Ceci est un exemple parfait non seulement du rejet inconscient par Brahms de Schumann et bien sûr de Wagner, mais aussi de son adversité à toute la révolution musicale romantique germano-autrichienne qui a trouvé sa fin ultime et inévitable un peu plus d'un demi-siècle plus tard dans l'annihilation absolue de Schoenberg de la tonalité!

Mon élan initial pour écrire cette orchestration était de ressusciter d'une manière ou d'une autre cette grande œuvre, et de partager ainsi mon amour pour elle avec ceux qui n'auraient peut-être jamais l'occasion de l'entendre autrement. Le plus grand dilemme pour moi était de savoir comment traiter l’écriture virtuose extraordinaire pour piano de Brahms. Ce matériel, transcrit pour l’orchestre, ne pourrait jamais ressembler au style d’orchestration très conservateur de Brahms. Mon choix était entre imiter les propres orchestrations de Brahms - tous les produits de sa dernière période post-Schumann - ou être fidèle au matériau lui-même. J'ai choisi ce dernier, avec beaucoup d'enthousiasme, à un tel point que chaque note qui existe dans l'original a trouvé son chemin dans la version orchestrale. Le résultat est une orchestration où les capacités de chaque joueur sont poussées à l'extrême et où l'orchestre en tant qu'instrument virtuose est exploité au même degré que Brahms a exploité les limites du piano. Plus important encore, il en résulte un monde sonore orchestral plus «tourné vers l’avenir» que celui auquel on est habitué dans ses œuvres orchestrales ultérieures. J'espère que cette orchestration agit comme un miroir reflétant la mentalité de Johannes Brahms, 21 ans, étonnamment radical, particulière et incroyablement romantique.

Certes, en ce qui concerne les amitiés entre musiciens, la camaraderie partagée par Robert Schumann, Clara Schumann, Johnannes Brahms et Joseph Joachim a été parmi les plus fructueuses de toute l'histoire de la musique. Brahms avait rencontré les Schumann quelques semaines seulement avant d'être approché par Robert Schumann avec l'idée d'écrire le scherzo sur une sonate à quatre mouvements pour être présenté comme un cadeau à leur ami commun bien-aimé Joseph Joachim. Robert Schumann et son élève Albert Dietrich seraient les autres compositeurs participant à la collaboration. Joachim avait pris l'expression «Frei aber einsam» («libre mais solitaire») comme sa devise personnelle et l'idée était que tous les compositeurs fassent un usage proéminent des notes de musique F-A-E. J’ai choisi d’orchestrer les parties pour piano des deux mouvements les plus puissants de la Sonate F-A-E: Intermezzo de Schumann et Scherzo de Brahms. Ce n'est que quelques mois plus tard cette même année que Clara Schumann a terminé ses 3 Romances pour violon et piano également un cadeau pour Joseph Joachim. Peut-être son exclusion évidente du projet de son mari de la Sonate F-A-E l'a-t-elle inspirée à faire son propre cadeau encore plus personnel à sa chère amie. Ce sont des miniatures profondément touchantes, souvent intimes, chacune avec sa propre ambiance très particulière. Joseph Joachim et Clara Schumann ont interprété ces pièces à plusieurs reprises au cours de leur vie commune, notamment au roi George V de Hanovre, qui était "complètement extatique'' à leur sujet. Dans mes orchestrations, j'ai essayé de célébrer les compositeurs eux-mêmes en imaginant comment ils auraient pu jouer ces morceaux au piano, les couleurs et les timbres qu'ils auraient pu évoquer (les parties de violon solo sont inchangées par rapport aux originaux).

Traduire ce monde sonore imaginaire en celui d'un orchestre n'était pas seulement ma façon d'exprimer mon amour pour ces œuvres et ces artistes, mais c'est aussi ma tentative de les aider à se faire connaître et apprécier.

Joseph Swensen © 2009





https://www.youtube.com/watch?v=0LBDvHkJdpQ
Revenir en haut Aller en bas
 
Brahms Trio n° 1, opus 8
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Oeuvres & analyses musicales-
Sauter vers: