Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Persée de Lully

Aller en bas 
AuteurMessage
Snoopy
Admin
avatar

Nombre de messages : 21009
Age : 43
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Persée de Lully   Ven 5 Jan - 19:09

Huit ans ! Il aura fallu attendre huit ans pour voir enfin paraître un nouvel enregistrement intégral d’un opéra de Lully. Depuis Phaëton, dirigé par Marc Minkowski (Erato), rien, ou si peu. Seul Hugo Reyne a su se lancer dans un projet d’envergure et à long terme (Accord-Universal). On peut donc remercier Christophe Rousset de s’être penché sur cette belle endormie, ainsi que le label Astrée d’avoir su poser ses micros lors de la reprise de ce concert de Beaune à la Cité de la Musique.

Rien pourtant n’explique ce trop long silence, car Persée n’est pas une oeuvre mineure : composée en 1682, cette tragédie lyrique est la neuvième du surintendant, et déjà la huitième collaboration entre Lully et Quinault, six ans après Atys, quatre avant Armide. L’intrigue héroïque (combat contre Méduse, affrontement avec un monstre marin envoyée par l’orgueilleuse Junon) se mêle à l’intrigue amoureuse contant les tentatives de Mérope et Céphée pour contrarier les amours de Persée et Andromède. Le somptueux texte de Quinault est servi par une musique sans cesse changeante, qui passe imperceptiblement du récitatif à l’arioso, à l’air, au duo ou au choeur. La construction de l’ensemble sait varier les climats, et l’on retrouve ici les grandes scènes du genre : les furies (les gorgones), le sommeil de l’acte III, les plaintes et lamentations de l’acte IV (sur le modèle de la pompe funèbre d’Alceste ou du Miserere), l’arrivée fracassante du monstre marin. Ici, les rôles principaux ne sont pas ceux que l’on croit. Persée, notamment, chante très peu : sa première apparition se place à l’acte II, et les actes III et IV le trouvent muet ou quasiment. L’importance se reporte donc sur Andromède, tourmentée entre sa fidélité à Céphée et son amour naissant pour Persée, mais surtout sur les jaloux Mérope et Céphée, les méchants de service, qui bénéficient des plus belles scènes. Par ailleurs, le choeur joue de manière étonnante le rôle d’un protagoniste à part entière, particulièrement à l’acte IV où il commente l’arrivée du monstre marin venant dévorer Andromède.

La réalisation est ici exemplaire. Si la prise de son ne sait pas nous replacer dans une ambiance luxueuse digne de la partition, les rôles titres ont été bien distribués. Paul Agnew, malgré une courte prestation, sait donner vaillance et nuance à son personnage. Anna Maria Panzarella sait exprimer les tourments d’Andromède, mais on retient avant tout le couple Salomé Haller-Jérôme Corréas, partagés entre la colère, la douleur et la jalousie. Le reste de la distribution est à l’avenant (malgré une Cassiope dont la ligne de chant n’est pas toujours soignée) et le choeur fait preuve d’une belle homogénéité. L’orchestre est au diapason de cette production et achève, par ses ritournelles et son soutien varié et coloré (mention particulière à la basse continue), de rendre cet enregistrement indispensable à qui veut découvrir une pièce maîtresse de l’art lyrique français. Les mêmes protagonistes auraient-ils la bonne idée d’enregistrer Cadmus et Hermione, donné en concert à la même période ?

Paul Agnew( haute-contre )
Anna Maria Panzarella( dessus )
Salomé Haller( dessus )
Jérôme Correas( baryton-basse )
Vincent Billier( basse )
Les Chantres de la Chapelle( choeur )
Les Talens Lyriques( ensemble baroque )
Christophe Rousset( direction )

Astrée-Auvidis / Naïve 2002
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
 
Persée de Lully
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Informations musicales :: Films, CD & livres-
Sauter vers: