Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-33%
Le deal à ne pas rater :
Ventilateur ROWENTA VU5640 TURBO SILENCE EXTRÊME
67 € 100 €
Voir le deal

 

 La "folle" vie (ou pas) des solistes

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 21902
Age : 45
Date d'inscription : 10/08/2006

La "folle" vie (ou pas) des solistes - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: La "folle" vie (ou pas) des solistes   La "folle" vie (ou pas) des solistes - Page 2 Empty2020-05-03, 13:42

laudec a écrit:
Ici, je trouve que tu fais exactement ce que tu reproches à Anouchka et ça ne m'étonne pas...

1. Pas vraiment puisque ça répond aux questions posées par Benoit
2. Ca reste dans le sujet, je ne raconte pas en même temps comment je mange des fraises tagada en écoutant Mozart pendant que ma femme prépare la soupe
3. Ce n'est pas le bon endroit pour relancer la polémique, il y a un topic pour ça

ps. Pas besoin de reprendre l'intégralité de mon aparté (dont j'ai eu justement l'élégance de préciser que cela en était un), ca rallonge inutilement le fil
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
laudec

laudec

Nombre de messages : 5010
Age : 68
Date d'inscription : 25/02/2013

La "folle" vie (ou pas) des solistes - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: La "folle" vie (ou pas) des solistes   La "folle" vie (ou pas) des solistes - Page 2 Empty2020-05-03, 13:54

Snoopy a écrit:
Mais, soyons modeste, comme Jésus, par une parabole.

Un patron occidental, dans la moyenne, bien habillé, bien chaussé se promène en Chine dans son usine de confection avec laquelle il fait du business.

Hélas, la crise arrive, il se plaint, les affaires tournent mal, il va falloir vendre le jet privé et renoncer à l'achat de la nouvelle ferrari qu'il voulait acheter cette année. Il s'en plaint devant ses employés, (parce qu'en plus d'aimer se plaindre, ces gens là sont aussi souvent très égocentriques) sans même se rendre compte de l'indécence de ses propos par rapport à la situation de ses employés.

Pourtant, il remarque que des jeunes femmes, (ses employées donc), le regardent avec méchanceté, presque mépris. N'ont aucun attendrissement pour ses jérémiades.

Curieux de ce manque de compassion car comme il se doit, il doit être le centre du monde, il s'adresse alors à elles pour leur demander pourquoi ces regards si haineux?

Une des jeunes filles s'approche et lui dit: vous êtes déjà bien assez riche. Vous priver d'un peu de votre confort ne sera pas mortel alors que nous nous peinons à manger à notre faim tout en travaillant. Si vous êtes riche, c'est par notre travail. vos chemises, vos chaussures, c'est nous qui les fabriquons! Alors vos "problèmes" sont bien futiles par rapport aux nôtres qui sont bien plus vitaux.

Vexé, le patron occidental (en mode Laudec), leur répond alors " mais qui êtes vous pour juger de ce qu'est ma souffrance?"

Et la fille de lui répondre: c'est pour satisfaire VOS besoins futiles que moi JE souffre à fabriquer des chemises et des chaussures pour 3 euros par jour dans des conditions de travail épouvantable.

Donc tu l'auras compris, ma réponse à ta question "Qui êtes vous pour juger de ce qui est souffrance pour l'autre?": les victimes de ces gens que selon toi ils n'ont pas le droit juger

" il va falloir vendre le jet privé et renoncer à l'achat de la nouvelle ferrari qu'il voulait acheter cette année. Il s'en plaint devant ses employés,"

Pour moi ce petit "patron " que tu décris est une caricature de ce que nous sommes tous pour la plupart, avides de toujours plus, jamais contents, reprochant aux autres nos propres manquements.  Si j'ai ce patron en face de moi avec ce discours, j'aurai pitié de lui et j'aurais autant envie de rire que de pleurer à l'entendre.  Etant son employée, travaillant à la chaîne pour lui, je me sentirais fière de ne pas être à sa place à la triste place d'enfant riche pas heureux La "folle" vie (ou pas) des solistes - Page 2 248345

Pour moi, le problème n'est pas du tout sa plainte déplacée, ridicule mais plutôt le fait que sans broncher nous acceptons que cette situation existe.  Nous avons tout l'occasion aujourd'hui de voir des reportages qui nous montrent les abus phénoménaux d'hommes, de femmes et d'enfants qui esclaves du grand capital sont obligés de travailler dans des conditions d'insalubrité, de non respect de l'humain pour un salaire de misère.  Nous le savons tous et que faisons nous ?  Nous continuons à consommer de plus en plus en cherchant à payer le moins cher possible.  Ça c'est l'horrible réalité qui ne me fait plus rire, mais ce petit patron : c'est nous !
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 13726
Age : 56
Date d'inscription : 13/11/2009

La "folle" vie (ou pas) des solistes - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: La "folle" vie (ou pas) des solistes   La "folle" vie (ou pas) des solistes - Page 2 Empty2020-05-03, 15:36


Nous avons fermé des fils politiques pour en ouvrir un ici en plein espace musical. Hehe C'est d'ailleurs pour cette raison que je n'y participe pas. Je ne le reproche à personne car je savais que ça glisserait dans cette direction, le sujet s'y prêtant un peu dans l'absolu. Mais bon, où est passé la musique sur ce fil? Il serait temps de revenir à ces solistes blasés ou capricieux, que sais-je... La "folle" vie (ou pas) des solistes - Page 2 987794
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 21902
Age : 45
Date d'inscription : 10/08/2006

La "folle" vie (ou pas) des solistes - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: La "folle" vie (ou pas) des solistes   La "folle" vie (ou pas) des solistes - Page 2 Empty2020-05-03, 15:43

Je t'avoue que c'est ce que je commençais à me dire aussi même si je suis un peu fautif pour le coup d'avoir entretenu un peu cette discussion qui s'éloignait du fil. C'est pourquoi je n'ai pas voulu continuer en ne répondant pas au dernier message de Laudec pour ne pas relancer la machine et puis ton intervention est finalement tombée à point. Mains

Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 21902
Age : 45
Date d'inscription : 10/08/2006

La "folle" vie (ou pas) des solistes - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: La "folle" vie (ou pas) des solistes   La "folle" vie (ou pas) des solistes - Page 2 Empty2020-05-03, 15:49

On retourne donc dans le vif du sujet:

Les caprices de Vladimir Horowitz racontés par le technicien en chef des pianos Steinway

"Horowitz n’autorisait personne, sauf son technicien, à approcher son piano, ni même le toucher. Une seule fois dans sa vie, il déroge à sa règle et autorise Murray Perahia à en jouer. Après la première pièce, Horowitz ne tient plus et ne laissera plus jamais quelqu’un toucher à son instrument.

Il avait des rapports compliqués aux autres et il était difficile de se faire apprécier du grand pianiste comme en témoigne Franz Mohr, technicien en chef des pianos Steinway, devenu l’une des personnes les plus importantes aux yeux d’Horowitz."
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 21902
Age : 45
Date d'inscription : 10/08/2006

La "folle" vie (ou pas) des solistes - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: La "folle" vie (ou pas) des solistes   La "folle" vie (ou pas) des solistes - Page 2 Empty2020-06-09, 18:13


La star du violoncelle Gautier Capuçon renonce aux cachets de sa tournée controversée

Des artistes ont critiqué le prix des cachets exigés par l'artiste aux communes dans le cadre de sa tournée estivale, relate « Le Parisien ».

Face au brouhaha du monde de la musique classique, Gautier Capuçon a dû rétropédaler. Le célèbre violoncelliste français, qui devait partir seul avec son archet sur les routes de l'Hexagone pour une tournée baptisée « Un été en France », a annoncé qu'il renonçait à ses cachets. Nombre d'artistes ont pesté ces derniers jours contre l'initiative du Chambérien. Dans le viseur : les tarifs jugés exorbitants de ses prestations imposées à l'heure où la France vacille économiquement en raison de la pandémie de nouveau coronavirus.

« J'ai compris que les petites communes n'avaient pas de budget alloué à la culture. [...] Je sais que l'on traverse une crise économique majeure. Et j'entends la souffrance du milieu culturel, dévasté par la crise », a ainsi indiqué le musicien à nos confrères du Parisien, lundi 8 juin 2020.

Gautier Capuçon, frère du célèbre violoniste Renaud Capuçon, a donc décidé « d'offrir cette tournée et de prendre en charge l'ensemble des frais ». De quoi calmer la bronca ? Pas si sûr.

Face au brouhaha du monde de la musique classique, Gautier Capuçon a dû rétropédaler. Le célèbre violoncelliste français, qui devait partir seul avec son archet sur les routes de l'Hexagone pour une tournée baptisée « Un été en France », a annoncé qu'il renonçait à ses cachets. Nombre d'artistes ont pesté ces derniers jours contre l'initiative du Chambérien. Dans le viseur : les tarifs jugés exorbitants de ses prestations imposées à l'heure où la France vacille économiquement en raison de la pandémie de nouveau coronavirus.
« J'ai compris que les petites communes n'avaient pas de budget alloué à la culture. [...] Je sais que l'on traverse une crise économique majeure. Et j'entends la souffrance du milieu culturel, dévasté par la crise », a ainsi indiqué le musicien à nos confrères du Parisien, lundi 8 juin 2020. Gautier Capuçon, frère du célèbre violoniste Renaud Capuçon, a donc décidé « d'offrir cette tournée et de prendre en charge l'ensemble des frais ». De quoi calmer la bronca ? Pas si sûr.

« On ne vit pas dans le même univers »

2 800 euros pour les communes de moins de 3 000 habitants, 9 800 euros pour celles de plus de 60 000… Le prix des prestations, dévoilé dans un article de la Lettre du musicien, a fait jaser le monde du classique, où les précaires sont légion. « On ne vit pas dans le même univers », confirme dans les colonnes du Parisien Lisa Magrini, professeure de chant lyrique installée dans le Var.

Si la soprano juge normal que Gautier Capuçon soit rémunéré, elle rappelle cependant que « pour la plupart des musiciens classiques, des cachets à 400 euros pour une soirée, c'est le bout du monde ». « On fait très peu de choses avec peu de moyens. Gautier Capuçon pourrait se servir de sa notoriété pour parrainer d'autres artistes, se faire accompagner par des musiciens locaux », ajoute la violoniste Hélène Houzel.

Il n'y a pas que le versant financier d'« Un été en France » qui a fait bondir le milieu. Certains sont scandalisés par la préférence pour l'artiste de se faire accompagner d'un piano préenregistré sur iPad, plutôt que solliciter un pianiste de cher et d'os. « Artistiquement, c'est scandaleux, surtout pour un musicien de son niveau du pays », éructe un organiste. Gautier Capuçon mettra peut-être tout le monde d'accord grâce à son archet cet été et remédier ainsi à l'agitation ambiante.
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 21902
Age : 45
Date d'inscription : 10/08/2006

La "folle" vie (ou pas) des solistes - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: La "folle" vie (ou pas) des solistes   La "folle" vie (ou pas) des solistes - Page 2 Empty2020-07-15, 22:56

Un article qui date de 2016 mais qui est intéressant pour se faire une idée plus juste du monde de la musique dans la catégorie "question gros sous"

Source

Fonctionnaires ou saltimbanques ? Précaires ou favorisés ? Solidaires ou inégaux ? De l'enseignant au chef d'orchestre, enquête sur les rémunérations dans la musique classique.

Ce sont les revenus les plus élevés mais aussi les plus secrets. Pas de convention collective pour régir les cachets des solistes et des chefs invités : les fourchettes dépendent des ressources budgétaires de chaque structure. Dans un Opéra régional de taille moyenne, le cachet d'un chanteur par représentation ne dépasse pas 5 000 euros. A l'autre extrémité, les grandes maisons internationales, comme le Metropolitan de New York, le Staatsoper de Vienne ou l'Opéra de Paris, se sont accordées sur un top fee (cachet plafond, en anglais), pour éviter toute surenchère. Si l'Opéra de Paris, établissement public, refuse de communiquer ce montant, le Met de New York, institution privée, est plus transparent. Son top fee, qui doit correspondre à celui des autres grandes maisons, avoisine les 15 000 euros par représentation.

Qu'en est-il des phalanges symphoniques ? Dans un orchestre national de région, le cachet des solistes ou des chefs invités dépasse rarement les 10 000 euros par concert. A Paris, il peut être plus important. « Certains cachets élevés ne coûtent en fait pas un sou d'argent public, car ce sont des artistes qui attirent le public et remplissent les salles. Nous pouvons donc établir une tarification plus haute en ne dépensant rien pour la communication de ce concert », remarque Bruno Hamard, directeur général de l'Orchestre de Paris.

Aujourd'hui, les chefs les mieux payés (Riccardo Chailly, Daniel Barenboim, Riccardo Muti...), reçoivent jusqu'à 40 000 euros par concert. Certains se sont toujours astreints à des cachets plus faibles : Pierre Boulez touchait 18 000 euros alors que sa réputation lui aurait permis d'en demander bien plus ! Mais les orchestres régionaux ne sont pas toujours en position de négocier : « Les artistes sont prêts à faire des concessions pour venir à la Philharmonie de Paris, beaucoup moins pour aller à Strasbourg », note Francis Corpart. Lorsque le chef est engagé pour une série de plusieurs dates, les tarifs peuvent être parfois dégressifs à partir du deuxième soir. C'est donc souvent un montant forfaitaire que négocient les orchestres ou les opéras pour l'ensemble des représentations.

Jusqu'à 50 000 € par soirée pour Jonas Kaufmann

Et les répétitions ? Certaines maisons les rétribuent, d'autres non. « Le temps de répétition est rémunéré : il est compris dans les cachets. Et si l'artiste ne peut finalement pas chanter lors des représentations, par exemple en cas de maladie, son temps de travail en répétition est payé », explique Jean-Philippe Thiellay. Mais alors pourquoi ne pas parler en montant global et continuer à toujours donner les cachets par représentation ? « Les artistes et leurs agents y sont attachés. C'est un peu leur marqueur. Mais il arrive que pour des artistes français qui dépendent de l'intermittence du spectacle, on négocie un certain nombre de cachets incluant les répétitions », explique Alain Surrans, directeur de l'Opéra de Rennes et président du syndicat des Forces musicales. Dans la majorité des cas, les artistes sont représentés par des agents, dont la commission oscille entre 10 % (pour les agents français) et 20 % (pour les Anglais, aujourd'hui très actifs sur le marché avec des agences comme Askonas Holt ou Harrison Parrott).

La négociation peut aussi porter sur les voyages et l'hébergement. Là encore, les règles varient d'une maison à l'autre. Si, dans les grands orchestres ou Opéras, la plupart des cachets s'entendent all inclusive (l'artiste prend en charge voyages et logement), ce n'est pas le cas dans les structures plus petites. Exemple à l'Opéra de Rouen, comme nous l'explique son directeur Frédéric Roels : « Nous payons toujours les frais de voyage. Pour l'hébergement, c'est une variable d'ajustement : nous les prenons en charge pour les artistes à faibles cachets. Quant aux repas, nous avons reçu l'avis de l'Urssaf : les défraiements sont considérés comme du salaire, et donc chargeables. Nous ne les payons donc pas. »

La question des charges sociales est loin d'être anecdotique pour les entreprises culturelles. Un fait préoccupant : un artiste étranger engendre moins de charges, car il pourra se faire payer sur facture via son agent, alors qu'un artiste français sera nécessairement payé en salaire. Concurrence déloyale ? Pas forcément, car les frais de voyage étant plus importants pour les étrangers, les sommes déboursées par l'employeur restent relativement proches. Mais dans certains cas, le coût supérieur d'un chanteur français peut expliquer son absence…

Quant aux récitals, ils sont généralement mieux rémunérés pour un artiste lyrique qu'une production d'opéra : le cachet d'une Cecilia Bartoli ou d'un Jonas Kaufmann flirte allégrement avec les 50 000 euros par soir. Somme à laquelle peut aussi prétendre un Maurizio Pollini lorsqu'il est seul en scène (soit le double de ce qu'il perçoit pour un concerto), l'employeur n'ayant alors que son salaire à débourser.
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Pianoline
Mascotte du forum
Mascotte du forum
Pianoline

Nombre de messages : 1957
Age : 27
Date d'inscription : 08/06/2011

La "folle" vie (ou pas) des solistes - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: La "folle" vie (ou pas) des solistes   La "folle" vie (ou pas) des solistes - Page 2 Empty2020-07-15, 23:01

La "folle" vie (ou pas) des solistes - Page 2 10321 Pff... Ca me dégoute... Ca me dégoute trop, je ne sais pas quoi dire... La "folle" vie (ou pas) des solistes - Page 2 239662

Je n'arrive pas à être contente pour ces musiciens qui pourtant prospèrent dans ma branche professionnelle. Je ne comprends pas ces excès, quel que soit le milieu, quand tu vois la galère du reste du monde. Ce n'est pas vraiment la faute des solistes en eux même mais bien celle des institutions qui donnent ! S'ils sont aussi riches, pourquoi ne pas en profiter pour le mieux vivre au quotidien du monde ? soit en favorisant l'accès aux pauvres, soit en soutenant des associations, soit en aidant les artistes de n'importe quelle façon...

pale

Bref, l'argent, c'est vraiment pas mon domaine et je ne préfère finalement pas en savoir plus puisque ca m'est complètement inaccessible et que je ne changerai pas le monde. La "folle" vie (ou pas) des solistes - Page 2 1521897346
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 21902
Age : 45
Date d'inscription : 10/08/2006

La "folle" vie (ou pas) des solistes - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: La "folle" vie (ou pas) des solistes   La "folle" vie (ou pas) des solistes - Page 2 Empty2020-07-15, 23:19

Qu'ils gagnent bien leur vie, à la limite pourquoi pas? C'est la loi de l'offre et de la demande, la même chose pour un acteur, etc... Ca me semble injustifié au même titre que les footballeurs, etc... Mais c'est la règle du jeu. Si tout le monde est assez con pour l'accepter, pourquoi ça changerait?

Non, ce qui m'agace c'est quand certains artistes viennent encore se plaindre ou quand une institution vient pleurer en disant "on frôle la faillite" donnez plus de sous (argent public, subventions, etc.. donc nos impôts) ou que le prix des places augmentent pour compenser tout ça. Au final c'est toujours à nous de payer pour leur train de vie.

Alors que la solution la plus simple, serait d'arrêter de payer tout ce joli petit monde de manière mirobolante et revenir à des salaires corrects mais décents. Mais tant que tout le monde joue ce jeu, pourquoi ça s'arrêterait?

Sauf que le jour où tous ces artistes n'auront plus de lieux de pour se produire, plus de public pour acheter les places, ils n'auront pas d'autres choix que de revoir leurs prétentions à la baisse au risque de ne plus avoir de boulot du tout.

Et vu les crises successives que nous vivons car tout le monde veut toujours plus dans sa part du gâteau, ça pourrait arriver plus tôt qu'ils ne le pensent.
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 21902
Age : 45
Date d'inscription : 10/08/2006

La "folle" vie (ou pas) des solistes - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: La "folle" vie (ou pas) des solistes   La "folle" vie (ou pas) des solistes - Page 2 Empty2020-07-15, 23:24

Heureusement, certains sont plus sensibles au problème que d'autres:

Christian Gerhaher propose de diminuer les « gros cachets »

Source

Le célèbre baryton allemand, liedersänger émérite, a déploré dans un entretien que le milieu du chant soit trop compétitif et individualiste.

Dans un entretien à l'AFP relayé par La Croix, le baryton s'inquiète de ce que « Les artistes freelance sont en grand danger, notamment les plus jeunes » : « certains sont traités comme des esclaves culturels en ce moment. On leur dit "tu n'as pas besoin d'être payé, c'est déjà une énorme chance pour toi de chanter" en ces temps. C'est inacceptable. » La faute, selon lui, à un milieu trop peu encadré et trop individualiste

Ainsi, en cas de force majeure, « Il n'y a pas de réglementation, il n'y a pas de syndicat qui nous représente car nous sommes trop individualistes, trop compétitifs. » Ce à quoi, on l'espère, le collectif Unisson pourra remédier en France.

Des artistes insuffisamment — voire pas — rémunérés

Il en va de même des concerts offerts en streaming, un domaine dans lequel « il n'y a pas encore de loi pour la rémunération » et où il arrive que « les artistes ne [soient] pas rémunéré ». Christian Gerhaher appelle à une plus grande solidarité : « Je n'ai pas des cachets de rêve mais je suis bien payé. Et si c'est nécessaire de diminuer un peu les gros cachets pour augmenter les cachets de base, je ne pourrai pas dire non. »

Une prise de position qui semble faire écho à la polémique qui a entouré la révélation des cachets réclamés par le violoncelliste Gautier Gapuçon pour sa tournée « Un été en France ».
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Contenu sponsorisé




La "folle" vie (ou pas) des solistes - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: La "folle" vie (ou pas) des solistes   La "folle" vie (ou pas) des solistes - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
La "folle" vie (ou pas) des solistes
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Communauté :: Discussions sur la musique-
Sauter vers: