Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -60%
Red Dead Redemption 2 – PS4 ou Xbox One
Voir le deal
15.99 €

 

 Giorgio GASLINI (cinéma & jazz)

Aller en bas 
AuteurMessage
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15416
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Giorgio GASLINI (cinéma & jazz) Empty
MessageSujet: Giorgio GASLINI (cinéma & jazz)   Giorgio GASLINI (cinéma & jazz) Empty2011-04-16, 16:26

Ma rencontre avec la musique de Giorgio Gaslini s'est effectuée par le jazz,par des interprétations de succès de la chanson italienne et de la musique de film des années soixante: chansons ou thèmes de Gino Paoli,Pino Spotti, Theo Usuelli, Fiorenzo Carpi, Pino Donaggio, Carlo Rustichelli... ainsi que d'autres oeuvres avec des interprètes aussi fameux que Don Cherry, Steve Lacy, Gato Barbieri, Enrico Rava, Aldo Romano...,puis une très belle B.O. qu'il composa pour le film "Un Amore" tiré d'un roman de Dino Buzzati.

Giorgio Gaslini,né le 22 octobre 1929 à Milan,n'est pas seulement un compositeur de jazz ni de film, il est aussi un compositeur très actif dans le domaine du contemporain, partagé entre Jazz, improvisation,musique appliquée et musique absolue, à l'instar de Lalo  Schifrin et de Denis Lavaillant, il composa toutefois de la musique de chambre, des lieds, des oeuvres symphoniques, des concertos,des opéras et des ballets qui seront représentés à La Scala de Milan et dans d'autres théâtres italiens. Mais sur ce fil, ce qui va nous intéresser, c'est sa musique de film, mais aussi sont oeuvre de jazz. Pour son oeuvre de concert, symphonique, musique de chambre, concertos, etc..., il faudra se rendre sur son autre topic dans la rubrique "Les compositeurs".

Quelques titres:

Giorgio Gaslini a composé une vingtaine de musiques pour le cinéma dont;

__UN AMORE,un film de Giovanni Venuccio (1965)
__BALI,film de Ugo Liberatore (1970)
__IL VERO E IL FALSO,film de Eriprando Visconti (1972)
__LA NOTTE,un film de Michelangelo Antonioni (1960)

Parmi ses oeuvres de jazz:

__DODIZI CANZONI D'AMORE pour 11 musiciens.1964
__NUOVI SENTIMENTI par le "Gaslini ensemble". 1965
__LA STAGIONE INCANTATA par le "Gaslini quartet" .1968
__URBAN GRIOT par le "Proxima centauri orchestra".
__ODISSEY par le "Proxima centauri orchestra".

Pour le ballet:

__CARMEN GRAFFITI par le "Giorgio Gaslini Globo-Quartet.
__DODICI MINUTI ALL'ALBA par le "Giorgio Gaslini Globo-Quartet + un quatuor à cordes et un quatuor à vents.


Dernière édition par Icare le 2020-04-26, 10:52, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15416
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Giorgio GASLINI (cinéma & jazz) Empty
MessageSujet: Re: Giorgio GASLINI (cinéma & jazz)   Giorgio GASLINI (cinéma & jazz) Empty2012-02-23, 20:48


L'instant musical: La Notte:

https://www.youtube.com/watch?v=AYRnOGyDIvU


Dernière édition par Icare le 2021-04-13, 09:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15416
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Giorgio GASLINI (cinéma & jazz) Empty
MessageSujet: Re: Giorgio GASLINI (cinéma & jazz)   Giorgio GASLINI (cinéma & jazz) Empty2016-09-15, 22:45

Icare a écrit: Je me rends compte que je suis très rarement déçu par une oeuvre de Giorgio Gaslini, que ce soit dans le domaine du jazz, de la musique de film ou du classique.

Je l'avais quand même un peu été par la partition du film-culte de Michelangelo Antonioni qui  réunit sur une même affiche Jeanne Moreau et Marcello Mastroianni; La Notte. Elle déploie un jazz de quatre musiciens que j'espérais plus envoûtant. Je l'ai réécoutée ce soir sans être renversé ni ennuyé. Un jazz nocturne donc, à l'image de son titre, mais aussi un peu tiède, interprété par le compositeur lui-même au piano, Eraldo Volante au saxophone ténor, Alceo Guatelli à la basse et Ettore Ulivelli à la batterie. Le disque bénéficie d'un très beau livret documenté et illustré par des photos du film mais d'un son moyen.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15416
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Giorgio GASLINI (cinéma & jazz) Empty
MessageSujet: Giorgio GASLINI (cinéma)   Giorgio GASLINI (cinéma & jazz) Empty2018-08-09, 17:38

De la douceur, de la tendresse, de la délicatesse, de la mélancolie, voilà tout ce qu'évoque le délicieux thème principal composé par Giorgio Gaslini pour Il vero e il falso/Le vrai et le faux, Un film de Eriprando Visconti avec Martin Balsam, Paola Pitagora, Terence Hill et Pietro Tordi. L'histoire que raconte ce film m'intéresse beaucoup, tout autant que la très belle partition de Gaslini qui a aussi ses moments de tension et de fureurs brèves. L'extrait le plus curieux et créatif s'intitule "Evanescenze" et dure plus de huit minutes, presque neuf. Il met en scène guitares et percussion. Assez étrange, quelque peu expérimental, dans sa plus grande partie d'un dépouillement extrême, je ne saurais dire quelle scène il illustre dans le film. Je serais curieux de savoir, curieux aussi de découvrir Terence Hill dans le rôle sérieux de l'avocat de la défense, très éloigné de Trinita et compagnie. La guitare sèche est très sollicitée dans cette B.O. et revient dans pratiquement toutes les expositions du thème principal dont la fragilité se rapproche de la berceuse dans la dernière d'entre elles. Outre des cordes finement utilisées, on y entend aussi un carillon, des petites percussions et, plutôt vers la fin un clavecin.

<<La cabane dans laquelle vit la Yougoslave Norma Zejzler (Shirley Corrigan) est en feu. Le cadavre calciné trouvé à l'intérieur est celui de la femme. Les enquêtes révèlent rapidement qu'il s'agit d'un incendie criminel et non d'un accident. Une jeune enseignante, Luisa Santini (Paola Pitagora) , est accusée par le procureur Torrisi (Martin Balsam) du meurtre: le motif serait, selon l’accusation, la jalousie de la femme envers la victime. Luisa est en effet l'épouse de Claudio Santini  , un amoureux de longue date de Norma Zjezler. Elle continue à professer son innocence, mais malgré la défense farouche de l'avocat Marco Manin (Terence Hill), elle est condamnée à dix ans de prison. le vrai et le faux! Tout semble clair, l’affaire semble résolue, Torrisi quant à lui, grâce aux implications médiatiques du procès de Luisa, a fait carrière, tandis que Manin, qui n’a jamais renoncé à l'innocence de sa patiente, attend impatiemment sa sortie de prison . Luisa part après avoir purgé sa peine et rencontre Norma Zejzler. Elle est à Rome, où elle vit avec une fausse identité. Ensemble avec Claudio Santini. Luisa la suit en attendant qu'elle lui fasse face. Et elle la tue. Pour la deuxième fois, selon la loi qui l'avait déjà trouvée coupable dix ans auparavant.>>

Bande-annonce qui donne une idée du thème musical de Gaslini et du film:

https://www.youtube.com/watch?v=DVJOAvoL0Rs
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15416
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Giorgio GASLINI (cinéma & jazz) Empty
MessageSujet: Re: Giorgio GASLINI (cinéma & jazz)   Giorgio GASLINI (cinéma & jazz) Empty2021-04-13, 10:45

Après m'être plus qu'agréablement diverti avec Dee Dee Bridgewater, Irvin Mayfield & "The New Orleans Jazz Orchestra" - elle s'autorise d'ailleurs quelques fantaisies avec sa voix -, et avant de replonger dans une anthologie de Nina Simone qui clôturera ma séance "jazz", je suis revenu à deux compositions d'un compositeur que j'aime beaucoup, Giorgio Gaslini, qui fut continuellement partagé entre jazz, musique de film et l'écriture de concertos, musiques symphoniques et de chambre, un peu comme André Previn et Lalo Schifrin. Les deux compositions en question s'intitulent Urban Griot et Odissey et sont interprétées par les musiciens du "Proxima Centauri Orchestra" auquel s'ajoute le piano de Giorgio Gaslini.

<<"Urban Griot" est une composition dans laquelle le compositeur tente d'imaginer un griot (crieur et chanteur africain) comme une figure moderne qui raconte les visages révélés et cachés de la métropole d'aujourd'hui: la ville triomphante, la ville cachée, la ville de la vie comme utopie. Le griot dans ce cas est la batterie de Vittorio Marinoni. "Urban Griot" est dédié à la mémoire du grand batteur italien Giampiero Prina, collaborateur artistique de Giorgio Gaslini pendant 25 ans.>> Art Lange May - 2003.

Giorgio GASLINI (cinéma & jazz) Hqdefault

Urban Griot est une oeuvre qui se constitue de neuf extraits, dont certains très courts, pour une durée totale qui dépasse à peine dix-sept minutes:
La citta tecnologica
La citta dell'oro
La citta ebbra
- Giampi Racconta - 1
La citta in ascolto
La citta intorno
La citta degli ultimi
- Giampi racconta - 2
La citta della vita
La batterie a effectivement une présence remarquée et peut-être même remarquable au sein de cette oeuvre, ce qui s'explique par l'hommage qui est ici rendu au batteur italien Giampiero Prina: <<À l'aube du 12 août 2002, Giampiero Prina est décédé à la clinique S. Raffaele de Milan. Il était sous traitement depuis quinze ans pour une grave pathologie du système lymphatique, soutenu avec une dignité exemplaire, mais aussi avec une réponse pleine de confiance et d'enthousiasme créatif. Même dans les derniers jours de sa vie, Giampiero a fait des projets à court et à long terme. Ici, l'image de l'homme, un jeune homme, se dessine et coïncide avec la forte identité artistique née et élevée à Milan puis révélée au niveau national et international. Musique, jazz contemporain, percussions, batterie, son multi-instrumentalisme et la création de nouveaux projets musicaux, telles étaient ses grandes motivations. Prina était un batteur de jazz d'une rare perfection, d'un professionnalisme exquis, témoin d'innombrables apparitions aux côtés de solistes italiens et étrangers de première grandeur. Tout cela fait de Giampiero Prina une partie indélébile de l'histoire du jazz contemporain. Quant à moi, j'ai eu le privilège de l'avoir comme alter ego depuis les années 70, dans tous mes ensembles aussi bien en concert qu'en disque; d'abord avec le "Solar Big Band" puis avec le quintette, puis avec le Quatuor Globo et dernièrement avec le "Proxima Centauri Orchestra" Précisément pour cette dernière formation de 15 solistes (qui déjà avec Giampiero à la batterie, avait fait l'album "Enigma" pour Soul Note) il y a quelques semaines à peine, j'ai composé et interprété une longue composition pour batterie et orchestre centrée sur la grande batterie de Giampiero. C'est l'histoire d'un chanteur d'une métropole d'aujourd'hui. Il ne pouvait pas jouer lui-même. Il donnera le titre à notre nouvel album: "Urban Griot" (à Giampiero Prina). Giampiero vit. Giorgio Gaslini.

Giorgio GASLINI (cinéma & jazz) A-1171013-1332373197.jpeg

Mini-biographie: Giampiero Prina , né à Milan en 1957, a étudié au Conservatoire "G. Verdi" de Milan. Il a commencé sa carrière de batteur à un très jeune âge, collaborant avec de nombreux joueurs de jazz italiens les plus importants tels que: Giorgio Gaslini, Franco Cerri, Massimo Urbani, Gianni Basso, Guido Mazzon, Dado Moroni, Flavio Boltro et des internationaux tels que : Sam Rivers, Phil Woods, Sal Nistico, Bob Wilber, Adrianne West, Geri Allen, Mal Waldrom, Harry Edison, Joe Venuti, Franco Ambrosetti, Luis Agudo, John Taylor. En 1991-92, il était batteur titulaire du Great National Jazz Orchestra. Il a enseigné dans les écoles de musique civique de San Donato Milanese, Vercelli, Milan, Bergame, Asti. Il a effectué des stages en Italie et à l'étranger et, à Lecco, il a été professeur de batterie pour les cours de haute spécialisation orientés vers la musique jazz, tenus à la Villa Gomes, sous la direction artistique de Giorgio Gaslini.

<<"Odyssée" dans cette longue composition, Gaslini retrace la dramaturgie d'Ulysse d'Homère, en 24 petits chapitres, avec une panoplie vertigineuse de solistes. Les aventures et les tribulations d'Ulysse et de ses compagnons jusqu'au retour à Ithaque et le départ agité qui s'ensuit pour de nouvelles destinations.>> Art Lange May - 2003.

Il y avait longtemps que je n'avais pas réécouté Urban Griot et Odissey, ce qui m'a permis de retrouver un jazz plus inventif et stimulant que dans mon souvenir. Elles ne font pas partie des meilleures compositions de Giorgio Gaslini dans le domaine du jazz - je pense par exemple à Dodici Minuti all'alba  par le "Giorgio Gaslini Globo-Quartet" auquel s'ajoute un quatuor à cordes et un quatuor à vents, ou encore Sacred Concert et Jazz Te Deum où le jazz rencontre la musique religieuse, mais j'aime bien dans l'ensemble. Il y a suffisamment de passages qui m'accrochent, des couleurs instrumentales attrayantes, des constructions thématiques qui retiennent mon attention...Que pourrais-je ajouter? Dans Urban Griot, la batterie n'est cependant pas trop envahissante et les cuivres pas trop saillants. Il y a selon moi un bel équilibre entre les différents intervenants, par exemple, une délicate considération pour la fragilité sonore du cor anglais, une tendresse inattendue de la contrebasse solo dans "La cité de la vie" que je me devais de citer, un marimba bienvenu dans Odissey, un piano serein vers sa conclusion....
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15416
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Giorgio GASLINI (cinéma & jazz) Empty
MessageSujet: Re: Giorgio GASLINI (cinéma & jazz)   Giorgio GASLINI (cinéma & jazz) Empty2021-07-23, 10:26

J'ai abordé pour la première fois l'univers de Giorgio Gaslini par les volumes n°3 & 4 d'une "Integrale - Antologia Cronologica" qui contient essentiellement des compositions de jazz et une musique de film. Je ne connais pas encore les deux premiers volets ni les suivants, c'est-à-dire les 5, 6, 7 et 8. Avant, je ne connaissais ce compositeur que de nom, savait qu'il s'agissait d'un musicien multifacettes, dans le style de l'Argentin Lalo Schifrin ou encore André Previn, un musicien qui compose dans le domaine du jazz, du cinéma et aussi des concertos, oeuvres symphoniques, vocales ainsi que de la musique de chambre. C'est aussi le souvenir d'une musique de film très belle entendue à l'époque du 33 tours, sans être complètement sûr, aujourd'hui, qu'il s'agissait bien d'une oeuvre de Giorgio Gaslini. Peu importe, le pas fut franchi avec enthousiasme et se poursuivit avec beaucoup d'autres albums. Le troisième volet de cette "intégrale" recouvre des oeuvres qui se situent entre 1964 et 1965.

Le premier opus est une série d'arrangements instrumentaux et jazzy de succès de la chanson romantique italienne réunis sous le titre I dodici canzoni d'amore (1964). On y trouve des titres de Gino Paoli, Pino Spotti, Domenico Modugno, Luigi Tenco, mais aussi Theo Usuelli, Fiorenzo Carpi, Pino Donaggio et Carlo Rustichelli, autant de noms connus dans le domaine de la B.O. italienne... et pas uniquement... Donaggio, par exemple, a composé pour le cinéma du cinéaste américain Brian de Palma... Ce fut l'occasion pour moi de redécouvrir des mélodies plus ou moins célèbres dans une autre mouture. Le petit ensemble instrumental se compose d'un piano (joué par Gaslini lui-même), de deux violons, un alto, un violoncelle, un trombone, un saxophone sopranino, un cor anglais, une clarinette basse et un accordéon. Globalement, j'avoue ne pas avoir été suffisamment émerveillé par les arrangements de Giorgio Gaslini. J'espérais mieux. C'est juste agréable avec l'amusement d'identifier des airs que j'avais déjà entendus dans leurs versions chantées.

Le meilleur vient ensuite, heureusement, avec sa musique pour le film de Gianni Vernuccio, Un Amore, dont le synopsis est basé sur le roman A Love Affair de Dino Buzzati. Plus de trente minutes me sont offertes sur douze extraits, certains de forme classiques, d'autres nettement plus jazzy, autour d'un excellent thème principal, lumineux, d'un optimisme communicatif, si bien imaginé. Il y a une sonorité scintillante qui joue la délicieuse mélodie...pas sûr de l'instrument, peut-être l'épinette... Rien que pour ces trente minutes de pur bonheur, je savais que j'avais bien fait de franchir le pas!

Giorgio GASLINI (cinéma & jazz) Un_amore

Le quatrième volume réunit deux oeuvres de jazz se situant entre 1966 et 1968. Il y a tout d'abord Nuovi Sentimenti (1966) par le "Gaslini Ensemble Internazionale". Celui-ci se compose d'un piano, d'une trompette de poche, de trois saxophones: soprano, ténor et alto, d'une flûte, d'une trompette, de deux basses et des percussions. Les musiciens sont davantage connus; Gato Barbieri, Don Cherry, Enrico Rava, Aldo Romano.... Pour une durée qui dépasse les 36 minutes. La seconde oeuvre date de 1968 et s'intitule La Stagione Incantata (28'09") par le "Giorgio Gaslini Quartet". Il s'agit d'un jazz assez âpre, moins mélodique que dans Dodici canzone d'amore. Si j'aime assez Nuovi Sentimenti, mon intérêt s'est davantage porté sur La Stagione Incantata. Toute la partie avec la flûte piccolo m'est irrésistible; son originalité, sa fantaisie, et même son italianité...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Giorgio GASLINI (cinéma & jazz) Empty
MessageSujet: Re: Giorgio GASLINI (cinéma & jazz)   Giorgio GASLINI (cinéma & jazz) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Giorgio GASLINI (cinéma & jazz)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique de films, du monde & divers :: Jazz & Musiques de films-
Sauter vers: