Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-44%
Le deal à ne pas rater :
Lecteur de Cartes SD/Micro SD, USB Type C Micro USB OTG et Lecteur de ...
8.99 € 15.99 €
Voir le deal

 

 Ennio MORRICONE (cinéma)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 12 ... 19, 20, 21
AuteurMessage
laudec

laudec

Nombre de messages : 5014
Age : 68
Date d'inscription : 25/02/2013

Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 21 Empty
MessageSujet: Morricone   Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 21 Empty2020-07-10, 09:21

"Cinéma Paradiso" par Renaud Capuçon Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 21 185465 Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 21 395622 
https://youtu.be/Cj7miUnCojQ
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

Anouchka

Nombre de messages : 4262
Age : 59
Date d'inscription : 03/04/2014

Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 21 Empty
MessageSujet: Morricone   Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 21 Empty2020-07-11, 01:18

Consensus de mon mari, mon ami musicien vu hier, mon fils et moi :

Le plus beau thème, qui nous met les larmes aux yeux, c'est celui-ci, merci Ennio.... Crying or Very sad Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 21 333455

https://youtu.be/oag1Dfa1e_E
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 13736
Age : 56
Date d'inscription : 13/11/2009

Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 21 Empty
MessageSujet: Re: Ennio MORRICONE (cinéma)   Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 21 Empty2020-08-07, 08:59

Ennio Morricone à propos de sa première empreinte musicale pour le Septième Art:

<<La musique de "Il Federale / The Fascist" a été la première musique de film signée par moi. Je dis cela, car avant ces débuts, j'avais déjà écrit (composé) de la musique pour des films signés par d'autres compositeurs. Luciano Salce lui-même, réalisateur de "Il Federale" m'a engagé pour écrire la partition de ce film, car pour son précédent film ("Le Pillole di Ercole"), le producteur Dino De Laurentüs m'avait rejeté, parce que je lui étais inconnu. Les producteurs de "Il Federale" (Broggi et Libassi) m'ont accepté et j'ai fait mes débuts avec cette partition dans un film qui a eu un grand succès. Avec moi, d'autres personnes ont fait leurs débuts: l'actrice Stefania Sandrelli, le directeur de la photographie Enrico Menczer, le producteur exécutif Gianni Minervini, je me souviens de ça comme un bon et chanceux film pour tout le monde. C'était en 1961, l'année de la naissance de ma fille Alessandra.>>

J'ai interrompu temporairement mon cycle "Piano ou orchestre" parce que j'avais simplement envie de réécouter plusieurs musiques de films d'Ennio Morricone. Ce compositeur, par sa musique, m'a accompagné toute ma vie, comme d'autres ce le fut avec Vivaldi, Mozart, Beethoven, Ellington ou qui sais-je encore...J'ai décidé de privilégier que des anciennes bandes originales, entre - on va dire - 1961 et 1978. Je n'ai pas privilégié cette période parce qu'elle est ma préférée chez ce compositeur - toutes ses périodes m'intéressent -, autant celle de la révélation que celle de la maturité et de la confirmation. Je n'ai pas nécessairement besoin de marquer une prédilection pour l'une d'entre elles. Chacune dispose d'un intérêt et d'une spécificité qui lui sont propres. J'ai donc réécouté une poignante partition composée pour une mini-série de Giorgio Pelloni qui s'intitule Noi Lazzaroni (1978). Une des particularités de cette musique est un emploi de la voix d'Edda Dell'Orso très différent de, par exemple, Il était une fois dans l'Ouest. Dans Noi Lazzaroni, elle prend une dimension plus viscérale, plus sicilienne, plus déchirante. C'est complètement autre chose.

https://www.youtube.com/watch?v=QCivIjRlZ_E


J'ai également réécouté la musique de son premier western Duello nel Texas (1963) de Ricardo Blasco où des éléments caractéristiques de son style apparaissent, puis celle plus complète de son premier grand succès international, Pour une Poignée de Dollars (1964) de Sergio Leone. Ensuite, j'ai réécouté sa première musique composée pour un film, celle de Il Federale (1961) de Luciano Salce. J'aime de plus en plus cette B.O., ses combinaisons instrumentales, ses thèmes: elle regorge de fantaisie, d'ironie et révèle un musicien créatif...une créativité et des talents d'arrangeur/orchestrateur qui, ceci-dit, s'affichaient déjà dans ses arrangements pour la RAI, lorsqu'il était encore très courant que les chanteurs s'accompagnent d'un orchestre. J'ai aussi réécouté une bande originale que l'on peut aisément qualifier de monothématique, composée pour un film d'Aldo Lado, La Cosa Buffa (1972-73), un thème d'essence romantique, légèrement obsessionnel, assez riche en soi par son traitement et ses orchestrations, qui évolue selon différentes physionomies et se trouve totalement transcendé dans sa dernière exposition. Désormais, je compte bien réécouter la musique un peu étrange et poétique qu'il composa en 1969 pour une sorte de film obscur héroïco-comique, Tre Nel Mille de Franco Indovina, réalisateur qui mourut brutalement trois ans plus tard dans un accident aérien. Je retrouverai ainsi, entre autres combinaisons sonores, la beauté délicate d'une harpe ou d'une guitare sèche, une certaine ironie et une ambiance parfois bruitiste et naturalistique, parfois mystique. Je ressens comme une forme de plénitude dans le thème principal pour guitare solo et cordes, et, plus globalement, un aspect antique émane de toute la partition, jusque dans les morceaux les plus étranges...je pense par exemple au tout dernier qui s'intitule "Arrivo al Castello 2#"...ou les plus primitifs, je pense alors  à la "Saltarelle des trois marionnettes avec plusieurs mandolines et une percussion, sorte de caisse au son très rudimentaire: Le saltarello ou la saltarelle est une danse joyeuse et vivante dont les origines remontent au saltatio des Latins. Elle s'est développée à partir du treizième siècle dans l'Italie centrale. Cette danse est d'origine ancienne, typique de l'Italie centrale où on la retrouve dans le Latium, les Abruzzes, les Marches, l'Ombrie et le Molise. Elle pourrait remonter au SALTATIO , qui fut très populaire chez les Latins avant la conquête romaine. La saltarelle ou le saltarello appartient à la même famille que la tarentelle, la ballarella, la zumbarella, la ciuppicarella et la pizzicarella. Ce sont originellement des danses de bergers et de paysans. Je n'ai jamais vu ce film, mais en écoutant la musique d'Ennio Morricone, je me sentais si loin du monde moderne, si loin de la civilisation, dans un autre temps tantôt doux-rêveur, tantôt poétique, tantôt étrange et aussi en osmose avec la nature; les arbres, les oiseaux, les ruissellements de l'eau. Je les entends dans la musique par les bois, les vents.

L'intrigue: <<L'intrigue du film se déroule en l'an 1OOO. Un chevalier (Fortunato) et deux soldats qui ont survécu à un champ de bataille (Cob et Famine), sont dépouillés de tous leurs biens, vêtements compris, par des bandits. Les trois infortunés parviennent à se rhabiller en déshabillant tour à tour trois religieux et à reprendre la route, affamés...Aventures et mésaventures se succèdent.>>
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 21 Empty
MessageSujet: Re: Ennio MORRICONE (cinéma)   Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 21 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Ennio MORRICONE (cinéma)
Revenir en haut 
Page 21 sur 21Aller à la page : Précédent  1 ... 12 ... 19, 20, 21

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique de films, du monde & divers :: Jazz & Musiques de films-
Sauter vers: