Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -21%
Ventilateur ROWENTA VU5640 TURBO SILENCE EXTRÊME
Voir le deal
77.89 €

 

 Ennio MORRICONE (cinéma)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 18, 19, 20  Suivant
AuteurMessage
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 13536
Age : 56
Date d'inscription : 13/11/2009

Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: Ennio MORRICONE (cinéma)   Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 19 Empty2018-11-23, 19:52


Ces derniers temps, j'ai été muet sur la musique, ce qui ne veut pas dire que je n'ai rien écouté. Au contraire, j'ai écouté beaucoup de choses, mais d'un seul compositeur; Ennio Morricone. Ce fut ma façon de fêter ses 90 ans!!

...Et en écho à ceci: http://www.cinematheque.fr/cycle/ennio-morricone-461.html
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

Anouchka

Nombre de messages : 4332
Age : 59
Date d'inscription : 03/04/2014

Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: Ennio MORRICONE (cinéma)   Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 19 Empty2018-11-23, 22:02

Super ça, merci Icare ! Je suppose que tu iras voir l'expo à la Cinémathèque ! Je n'ai pas eu le temps de lire toute la rétrospective, mais j'ai regardé la petite vidéo qui me semble être un montage de petits bouts de films ? J'ai cru reconnaître Gian Maria Volonte au tout début. C'est un extrait musical de quel film ?  Wink
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 13536
Age : 56
Date d'inscription : 13/11/2009

Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: Ennio MORRICONE (cinéma)   Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 19 Empty2018-11-23, 22:21

Anouchka a écrit:
Super ça, merci Icare ! Je suppose que tu iras voir l'expo à la Cinémathèque ! Je n'ai pas eu le temps de lire toute la rétrospective, mais j'ai regardé la petite vidéo qui me semble être un montage de petits bouts de films ? J'ai cru reconnaître Gian Maria Volonte au tout début. C'est un extrait musical de quel film ?  Wink

C'est un montage de plusieurs films, effectivement, dont Quatre mouches de velours gris, qui revient plusieurs fois dans la courte vidéo, un giallo de Dario Argento que j'ai d'ailleurs revu il y a peu. J'en parle sur le topic: "Les films d'Icare". Au tout début, c'est bien l'excellent Gian Maria Volonte dans Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon, chef d'oeuvre du cinéma politique d'Elio Petri. C'est la musique de ce film qui accompagne tout le montage de la petite vidéo. C'est un film que j'ai également revu il n'y a pas très longtemps et j'en parle aussi sur le fil en question.
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

Anouchka

Nombre de messages : 4332
Age : 59
Date d'inscription : 03/04/2014

Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: Ennio MORRICONE (cinéma)   Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 19 Empty2018-11-23, 23:57

Merci pour ta réponse.  Very Happy  J'irai voir sur le fil de tes films, le résumé de ceux dont tu parles et que je ne connaîs" pas. Oui "Enquête sur un citoyen etc.." est vraiment un très bon film avec évidemment une musique splendide. Merci de nous faire part de tes impressions si tu vas voir la rétrospective.  Wink
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

Anouchka

Nombre de messages : 4332
Age : 59
Date d'inscription : 03/04/2014

Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: Ennio MORRICONE (cinéma)   Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 19 Empty2018-11-29, 23:55

Finalement Icare, es-tu allé à la cinémathèque ?  Wink
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 13536
Age : 56
Date d'inscription : 13/11/2009

Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: Ennio MORRICONE (cinéma)   Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 19 Empty2018-11-30, 07:42


Non, je n'ai pas pu pour des raisons familiales.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 13536
Age : 56
Date d'inscription : 13/11/2009

Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: Ennio MORRICONE (cinéma)   Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 19 Empty2019-01-18, 23:40


<<La fausse nouvelle du décès du compositeur qui composa les musiques des Incorruptibles, Il était une fois en Amérique ou Pour une poignée de dollars, annoncée jeudi après-midi sur Twitter a provoqué un emballement médiatique sans précédent. Pas de panique, à 90 ans Ennio Morricone est toujours vivant et bien portant.>>

https://fr.mediamass.net/people/ennio-morricone/rumeurdeces.html

Une mauvaise blague apparemment. Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
laudec

laudec

Nombre de messages : 4803
Age : 68
Date d'inscription : 25/02/2013

Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: Ennio MORRICONE (cinéma)   Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 19 Empty2019-01-20, 19:43

Quelle blague de mauvais goût pfff Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 19 Icon_neu
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

Anouchka

Nombre de messages : 4332
Age : 59
Date d'inscription : 03/04/2014

Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: Ennio MORRICONE (cinéma)   Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 19 Empty2019-01-21, 00:09

Et j'ai lu des fake news concernant une soi-disant interview que Morricone avait donnée à Playboy Allemagne Rolling Eyes , où il appelait Torrentino de noms d'oiseux en fustigeant son talent... Tout faux, évidemment !
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 13536
Age : 56
Date d'inscription : 13/11/2009

Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: Ennio MORRICONE (cinéma)   Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 19 Empty2019-03-02, 20:15

Etrange doit être ce film de Masuo Ikeda ( peintre, illustrateur, sculpteur, céramiste, imprimeur d'estampes, romancier et réalisateur japonais originaire de la préfecture de Nagano) qui m'apparaît comme une tragédie érotique. Dedicato al Mare Egeo est un film que je n'ai jamais vu et qui ne m'attire pas particulièrement. C'est juste la musique d'Ennio Morricone qui a toujours su retenir mon attention et me faire vivre l'érotisme et la tragédie par la seule force des sons et de la manière la plus suggestive qui soit. Globalement, la partition est bien plus proche de la pop instrumentale que d'une écriture classique. Elle évolue autour d'un thème principal fortement mélancolique à deux dimensions. Ce thème met un peu mal-à-l'aise. Il y a tout d'abord une dimension très féminine qui est appuyée sur certaines versions par une voix de femme, plutôt juvenile - avec cette particularité ou préférence du compositeur de l'employer comme un instrument c'est-à-dire sans texte - puis une dimension lacrymale exprimée par le violon de Yoko Sato sur une tonalité très particulière lui conférant quelque-chose de viscéral et de pur à la fois. En général, je n'aime pas trop les musiques qui cherchent les larmes et, aussi paradoxal que ça puisse paraître, il en ressort tout autre chose, une peinture sonore certes lacrymale mais non larmoyante, un mélange délicat et risqué d'innocence et de perversité. D'ailleurs, le thème principal finit toujours par se déconstruire et prendre une direction atonale et obsessionnelle. Le drame est lattant, il naît du jeu, d'un jeu où l'innocence se pervertit. La version pop-jazz du thème principal, avec un saxophone tout aussi viscéral que le violon solo, est plus masculin et plus sauvage dans sa mélancolie. Tout est dans le vif et l'éclat, acide, corrosif, peut-on même dire d'une vulgarité parfaitement assumée. A cela, s'oppose en humeur un étonnant morceau intitulé "Cavallina a Cavallo" explorant la voix de Ilona Staller alias Cicciolina, actrice pornographique devenue femme politique, élue au Parlement en  Italie. Le morceau est une "farce" musicale fort bien construite, très ludique et porteuse d'une joie très communicative, sensuelle, érotique et très féminine. A ce moment-là, Ennio Morricone s'abandonne à la fantaisie, ne se prend pas du tout au sérieux: la musique se moque d'elle-même, peut-être parce que les personnages du film se moquent également d'eux-mêmes, de leurs sentiments, de leurs émotions, de leur sérieux. Un autre thème plein d'entrain et de joie apportera une provisoire respiration à la tragédie qui se noue. Le point d'orgue sera atteint avec le Final qui va jusqu'à inclure les sons réels de l'issue tragique de cette histoire où l'on peut croire que le tir au pistolet est également un jeu de roulette russe que les pleurs d'une jeune femme finiront par engloutir.


Dernière édition par Icare le 2019-09-03, 22:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Daisybraille



Nombre de messages : 127
Age : 64
Date d'inscription : 24/05/2019

Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 19 Empty
MessageSujet: Ah, ce cher Ennio !   Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 19 Empty2019-06-02, 23:55

Sa musique me poursuit depuis ma tendre enfance, quand l'une de mes condisciples de classe me l'a fait découvrir. Il donne à l'image un relief particulier, elle devient palpable, et je comprends très bien que les musiciens qui interprètent sa musique jubilent.
Comment a-t-on pu inventer sa mort sur les media ? N'importe quoi ! Reste avec nous, Ennio ! On t'aime trop !
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

Anouchka

Nombre de messages : 4332
Age : 59
Date d'inscription : 03/04/2014

Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: Ennio MORRICONE (cinéma)   Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 19 Empty2019-06-10, 00:55

Sa musique m'a encore séduite ce soir sur un film de Deray, "Le marginal", avec Belmondo. Film pas mal, Belmondo excellent comme toujours, mais c'est surtout la musique de Morricone qui exalte un peu l'action. J'aurais bien aimé qu'il ait composé la musique du dernier Tarentino qui semble formidable, mais c'est ainsi. Bien sûr qu'il n'est pas mort !! Mais il est âgé et peut être malade ou très fatigué...
Revenir en haut Aller en bas
Daisybraille



Nombre de messages : 127
Age : 64
Date d'inscription : 24/05/2019

Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 19 Empty
MessageSujet: Je comprends...   Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 19 Empty2019-06-10, 08:11

Je comprends ton ressenti Anouchka, mais Ennio ne peut pas écrire la musique de tous les films, malheureusement. Heureusement, il a des élèves, des assistants et des collègues qui, eux aussi, ont fait du bon boulot. Mais Ennio, c'est le Maître, et personne ne fera aussi bien que lui...
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 13536
Age : 56
Date d'inscription : 13/11/2009

Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: Ennio MORRICONE (cinéma)   Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 19 Empty2019-09-03, 22:35


Comment des hommes peuvent-ils infliger autant de souffrance et d'horreur à leurs semblables?

https://www.youtube.com/watch?v=g5VPFWEftFQ


Sorstalansag/Être sans Destin (2005), un film britannique, allemand, hongrois réalisé par le réalisateur hongrois Lajos Koltai, sorti en 2005 et tiré du roman autobiographique d'Imre Kertész. Avec Marcell Nagy, Bela Dora, Janos Ban, Balint Péntek...Daniel Craig...Ennio Morricone dira qu'il a composé pour ce film sur la déportation des juifs "une musique simple"....J'ignore si elle est simple, mais, malgré les scènes tragiques qu'elle accompagne, elle m'est porteuse d'un immense espoir dès que je lève les yeux vers le ciel en l'écoutant, comme je viens de le faire ce soir: une musique de transition entre mon "cycle hongrois" et un nouveau qui sera entièrement dédié à la B.O.. Toutefois, un lien les unira puisque chaque bande originale appartient à un film s'articulant autour d'un personnage qui a réellement existé.
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

Anouchka

Nombre de messages : 4332
Age : 59
Date d'inscription : 03/04/2014

Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: Ennio MORRICONE (cinéma)   Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 19 Empty2019-09-07, 20:30

Ce film doit être bouleversant.. Crying or Very sad
J'ai vu avant l'été, beaucoup de films sur cette période (la Shoah, l'occupation allemande, le débarquement, la libération de Paris, l'après-guerre compliqué).... (En plus je lis régulièrement des livres de Patrick Modiano qui ne parle pratiquement que de cela, étant donné son enfance torturée).......
Alors...., malgré Ennio Morricone et ton super compte-rendu,  je crois que pour le moment, j'ai envie de films "plus gais"...
Mais je le note dans ma mémoire, qui est aussi celle du forum ! Wink
______________________________________________________________________________________________________

Autre mail ce dimanche 15 septembre : (je me débrouille avec les fonctionnalités que je puis utiliser ! Wink )



J'ai vu jeudi dernier (12 sept), "Peur sur la ville", film d'Henri Verneuil avec Belmondo. C'est un thriller très très stressant, et la musique de Morricone est au diapason = angoissante : Beaucoup de percussions violentes, des tonalités stridentes, ce n'est pas "cool" du tout. Le thème musical s'adoucit avec "le thème de la fête foraine", soit avec le siffleur cher à Morricone.
Très belle musique de film, mais je ne suis pas prête à regarder cela de nouveau (malgré les cascades invraisemblables de notre Jean-Paul), c'est très hard ! Embarassed


Dernière édition par Anouchka le 2019-09-15, 21:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Daisybraille



Nombre de messages : 127
Age : 64
Date d'inscription : 24/05/2019

Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 19 Empty
MessageSujet: Sacré Ennio !   Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 19 Empty2019-09-08, 18:35

C'est vrai qu'Ennio a, grâce à sa musique, abordé tous les sujets, toutes les émotions, du rire au chagrin le plus extrême. Ma sœur et moi l'avons écouté en descendant vers le Midi, et elle m'a dit, ce qui est vrai, que la musique d'Ennio souligne nos temps de réflexion, nos imaginations.
Qu'il reste encore longtemps parmi nous ! Nous l'aimons notre Ennio !
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

Anouchka

Nombre de messages : 4332
Age : 59
Date d'inscription : 03/04/2014

Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: Ennio MORRICONE (cinéma)   Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 19 Empty2019-09-15, 21:45


re mail ce dimanche 15 septembre : (je me débrouille avec les fonctionnalités que je puis utiliser !  Wink  )



J'ai vu jeudi dernier (12 sept), "Peur sur la ville", film d'Henri Verneuil avec Belmondo. C'est un thriller très très stressant, et la musique de Morricone est au diapason = angoissante : Beaucoup de percussions violentes, des tonalités stridentes, ce n'est pas "cool" du tout. Le thème musical s'adoucit avec "le thème de la fête foraine", soit avec le siffleur cher à Morricone.
Très belle musique de film, mais je ne suis pas prête à regarder cela de nouveau (malgré les cascades invraisemblables de notre Jean-Paul), c'est très hard ! Embarassed

https://youtu.be/92NE_w425pg
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 13536
Age : 56
Date d'inscription : 13/11/2009

Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: Ennio MORRICONE (cinéma)   Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 19 Empty2019-10-05, 22:02

Je vais bientôt revoir ce film que je n'ai pas vu depuis très longtemps. Une scène n'a cependant jamais quitté mon esprit, celle du générique-début; un Paris nocturne et la musique de Morricone qui crée une ambiance incroyable. Je suis désolé mais on ne sait plus faire ça aujourd'hui. Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 19 231625

https://www.dailymotion.com/video/x68ro8

Quoi qu'on en dise, ça a de la gueule!! Depuis, à chaque fois que j'ai la possibilité d'observer Paris la nuit, j'ai cette musique en tête qui, et ça je ne l'ai jamais oublié non plus, s'achève sur un battement de coeur. Une grande ville comme Paris m'est toujours autant fascinante qu'effrayante. Pourquoi effrayante? Parce que lorsque j'avais la possibilité de l'observer la nuit de haut, avec toutes ces artères et ces millions de fenêtres allumées, je ne pouvais m'empêcher d'imaginer qu'au moment où j'observais cette ville dans toute son immensité, un meurtre put très bien avoir lieu derrière l'une d'entre elle ou la préparation d'un attentat, d'un braquage, etc...N'y a-t-il pas meilleure musique pour éveiller des pensées aussi sombres...?...Mais dans une telle immensité où tant d'êtres humains s'y entassent, il se passe forcément quelque-chose quelque-part...


Dernière édition par Icare le 2019-10-05, 22:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

Anouchka

Nombre de messages : 4332
Age : 59
Date d'inscription : 03/04/2014

Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: Ennio MORRICONE (cinéma)   Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 19 Empty2019-10-05, 22:24

Eh oui, comme je te comprends ! Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 19 185465  Je crois que j'en ai parlé sur la page précédente, et j'étais "tétanisée", bouleversée par la musique ! (qui compte énormément pour le suspense de ce film "hard").Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 19 10321
Tu as raison, ON NE SAIT PLUS FAIRE CA MUSICALEMENT ET RECONSTITUER AINSI CE PARIS NOCTURNE (que j'ai habité dans ces années-là).
Le thème du siffleur sur les percussions dissonnantes et angoissantes, cf. le générique, c'est vraiment génial ! Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 19 333455

(P.S. : mon message était du 22 septembre). ah aussi, le suspense sur "l'amour est enfant de bohême" !!).
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

Anouchka

Nombre de messages : 4332
Age : 59
Date d'inscription : 03/04/2014

Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 19 Empty
MessageSujet: Morricone 3   Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 19 Empty2019-10-07, 00:17

Et Paris est aussi merveilleusement filmé la nuit, avec cette marche du "loup solitaire", dans "Le professionnel" (Lautner), l'un de films préférés de Belmondo et très angoissant aussi. Musique d'un certain Ennio Morricone qui reste mythique !
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 13536
Age : 56
Date d'inscription : 13/11/2009

Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: Ennio MORRICONE (cinéma)   Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 19 Empty2020-04-11, 18:48


J'effectue un travail de séparation entre sa musique de film et son oeuvre classique. Ce fil était si fastidieux que ça m'a pris du temps et me suis presque arraché les cheveux. J'ai dû m'y reprendre en plusieurs fois. Je vérifierai plus tard si l'ensemble reste cohérent, si des messages ne se sont pas mélangés. Plus tard je ferai pareil avec John Williams et Bernard Herrmann.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 13536
Age : 56
Date d'inscription : 13/11/2009

Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: Ennio MORRICONE (cinéma)   Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 19 Empty2020-04-11, 23:09

Un Difetto di Famiglia, un film d'Alberto Simone (2002) et, sauf erreur, une unique collaboration avec Ennio Morricone. Il semble avoir collaboré avec un certain Vittorio Cosma, homonyme de notre Cosma national. En plus, ils ont les mêmes initiales.

Aurais-je une attirance particulière pour la musique italienne, qu'il s'agisse de la chanson - "canzone" en italien - notamment napolitaine, la musique de film et le classique, toutes périodes confondues? Je pense que oui. Je pense que quelque-part j'ai une sensibilité "très italienne", du moins dans le domaine purement musical, encore que je pourrais aussi me poser la même question dans celui du Septième Art. J'avais d'ailleurs abordé le sujet sur le fil "Les films d'Icare". Evidemment, la réponse ne peut pas être à 100% dans l'affirmative car mes goûts musicaux dépassent largement toutes les frontières. Il suffit de parcourir ce forum pour s'en rendre compte. Je suis fasciné par des musiques et des compositeurs du monde entier, à commencer par l'immense Johannes Sebastian Bach qui n'était pas italien, bien qu'il ait composé un concerto nommé ainsi, dont le titre original est "Concerto nach Italienischem Gusto" (Concerto dans le goût Italien)...que j'aime beaucoup bien sûr! Je ne peux donc réduire mon goût musical à la simple musique italienne, c'est une chose entendue, néanmoins celle-ci a un immense pouvoir émotionnel sur moi, ce pouvoir allant de la "musique légère" à la "savante", voire à la plus austère et ascétique, en passant par la voix d'opéra. Gian Francesco Malipiero, Luigi Dallapiccola, Goffredo Petrassi, provoquent chez moi de très fortes émotions. Une fois, je discutais avec un amoureux de la musique française, surtout les impressionnistes, Debussy, Ravel, Fauré jusqu'à la musique de film d'un Georges Delerue et d'un Philippe Sarde, mais il n'y a rien à faire, même si j'apprécie la musique de ces compositeurs, du moins le meilleur de leur production, elle ne me touche pas avec la même intensité, ni elle ne m'émerveille ni ne me prend aux tripes comme c'est le cas avec beaucoup de compositeurs italiens de différentes périodes et oeuvrant dans différents domaines. Voilà ce qui m'a traversé l'esprit pendant que j'écoutais la musique d'Ennio Morricone pour le film d'Alberto Simone, Un difetto di famiglia. Je me demandais pourquoi cette bande originale me rend si facilement heureux lorsque je l'écoute, pourquoi transforme-t-elle si facilement mon humeur, comment change-t-elle si facilement ma tristesse en une joie indicible qui n'est même pas due au souvenir d'un film que je n'ai jamais vu...?...Le métrage d'Alberto Simone a l'air d'être une comédie familiale avec un fond sérieux. La musique est un bain de légèreté et de poésie. Elle m'inspire le bonheur de vivre, une bouffée de fantaisie pour chasser les idées moroses que le confinement germe en nous. C'est une musique de séduction immédiate, d'une grande fluidité avec de belles mélodies qui me traversent à chaque fois. Elle est rompue par quelques moments de courte tension dont l'un contient un passage exquis à partir d'un motif d'une simplicité désarmante. Elle communique une envie de vivre, transmet les émotions des personnages principaux, leur insouciance, leur nostalgie, leurs espoirs et leurs sentiments, avec une infinitésimale touche mélancolique faisant de cette musique un large sourire musical légèrement humidifié par une larme sur la lèvre supérieure, reste d'une douleur très ancienne.

Synopsis: <<Le jour fixé pour le mariage de sa fille, Nicola se retrouve à pleurer la mort de la mère âgée. Lors de ses funérailles réapparaissent, après quarante ans, Francesco, l'autre fils du défunt, qui à un jeune âge, rendant son homosexualité publique , a fait scandale dans la famille. Les deux frères se détestent mais, respectant les souhaits maternels, ils sont obligés de voyager ensemble pour accompagner le corps dans leur pays d'origine. De plus, pendant le voyage, Nicola a découvert beaucoup d'autres choses sur la vie de Francesco.>>
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

Anouchka

Nombre de messages : 4332
Age : 59
Date d'inscription : 03/04/2014

Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: Ennio MORRICONE (cinéma)   Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 19 Empty2020-04-12, 23:57

Icare a écrit:
La musique - Morricone-, est un bain de légèreté et de poésie. Elle m'inspire le bonheur de vivre, une bouffée de fantaisie pour chasser les idées moroses que le confinement germe en nous. C'est une musique de séduction immédiate, d'une grande fluidité avec de belles mélodies qui me traversent à chaque fois. Elle est rompue par quelques moments de courte tension dont l'un contient un passage exquis à partir d'un motif d'une simplicité désarmante. Elle communique une envie de vivre, transmet les émotions des personnages principaux, leur insouciance, leur nostalgie, leurs espoirs et leurs sentiments, avec une infinitésimale touche mélancolique faisant de cette musique un large sourire musical légèrement humidifié par une larme sur la lèvre supérieure, reste d'une douleur très ancienne.

Très intéressant ton témoignage Icare. Very Happy
Sans faire de la psy de bazar, comme on dit.... Je pense que la musique d'Ennio Morricone et les films italiens ont dû surgir dans ta vie peut-être sans même que tu t'en rendes compte, soit par un coup de foudre lors d'une soudaine découverte qui t'a émerveillé, soit progressivement, au hasard d'une rencontre, d'un évènement émotionnel pour toi dont tu n'as peut-être même pas souvenir...
Bref, tu es tombé amoureux de sa musique, d'où l'envie de l'écouter plus ainsi que voir les films pour lesquels il a composés... Enfin, supposition de ma part... Wink
Je n'ai vécu cela qu'une fois : Dans mon enfance, écoutant beaucoup Bach, Beethoven et Haydn avec papa, un jour il y a eu, en-dehors de la fameuse "petite musique de nuit" (que j'aimais beaucoup mais sans plus), ce déclic avec le concerto KV 466 N° 20 en ré mineur de Mozart ... Et la mystique de sa musique m'a imprégnée à jamais.... Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 19 333455

Je pense que les chocs musicaux aussi forts que ceux que j'évoque, dont les tiens bien sûr, tiennent probablement beaucoup à notre subconscient, et à ce qui nous parle directement, avec nos souvenirs, nos affects... Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 19 185465
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

Anouchka

Nombre de messages : 4332
Age : 59
Date d'inscription : 03/04/2014

Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: Ennio MORRICONE (cinéma)   Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 19 Empty2020-04-13, 00:02

Et je ne connais ni le film, ni cette musique-là...
J'essaierai de trouver une BO si elle existe sur youtube ?
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 13536
Age : 56
Date d'inscription : 13/11/2009

Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: Ennio MORRICONE (cinéma)   Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 19 Empty2020-05-16, 08:57

Une Nana peut en cacher une autre:

Mon nouveau cycle aurait pu s'intituler "Ennio Morricone et les femmes" ou "Ennio Morricone et les actrices". Les femmes, qu'il s'agisse de personnages réels ou fictifs ou des grandes actrices qui les ont incarnées, ont toujours été une grande source d'inspiration pour Ennio Morricone; Romy Schneider, Catherine Deneuve, Florinda Bolkan, Ornella Muti, Claudia Cardinale, Liv Ullmann, Monica Bellucci, Isabelle Huppert..., je ne pourrais jamais toutes les citer!

Mon premier choix s'est porté sur Anna Coupeau, le personnage, et Francesca Dellera, l'actrice qui lui prêta ses traits et sa voix. Tout lecteur assidu d'Emile Zola saura qui est Anna Coupeau, faute de connaître l'actrice qui l'interprète qui n'est pas forcément très connue. Il s'agit donc d'un roman d'Emile Zola porté sur le petit écran en 1983 par Alberto Negrin.

<<Nana est un roman d’Émile Zola publié par Georges Charpentier en février 1880, le neuvième de la série Les Rougon-Macquart, traitant du thème de la prostitution féminine à travers le parcours d’une lorette puis cocotte dont les charmes ont affolé les plus hauts dignitaires du Second Empire. Le récit, présenté comme la suite de L'Assommoir, est d'abord publié sous forme de feuilleton dans Le Voltaire du 16 octobre 1879 au 5 février 1880, puis en volume chez Charpentier, le 14 février 1880.>> (Wiki)

Nana fut plusieurs fois porté à l'écran, petit et grand, le grand d'abord, en 1910 par une adaptation en Suède de Kund Lumbye, puis en 1926, par un film muet de Jean Renoir sur une musique de Maurice Jaubert. En 1934, Hollywood s'accapara le roman d'Emile Zola dont la réalisation fut confiée à Dorothy Arzner et George Fitzmaurice. Le producteur Samuel Goldwyn souhaitait par ce film lancer la carrière américaine de l'actrice russe Anna Sten, malheureusement, le film ne remporta pas le succès attendu. C'est Alfred Newman qui en signa la musique. Christian-Jacque réalisa sa version en 1955 avec Martine Carol dans le rôle-clé et sur une bande-son de Georges Van Parys et enfin Dan Wolman en 1983, le titre français étant Nana: Le désir avec Katya Berger dans le rôle d'Anna Coupeau. Pour le petit écran, il existe au moins trois adaptations du roman d'Emile Zola; une mini-série de Maurice Cazeneuve (1981) avec une Véronique Genest qui s'était faite descendre par la critique, celle donc d'Alberto Negrin de 1999 et enfin un feuilleton en deux parties réalisé en 2001 par Edouard Molinaro.

Musique pour le "Nana" de Dan Wolman - Extrait (1983)

https://www.youtube.com/watch?v=J8ueUx0AOes

Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 19 C6d2af91b259fc05c20e5fce0f570d59--literature-books-classic-literature

Musique pour le "Nana" d'Alberto Negrin - Extrait (1999)

https://www.youtube.com/watch?v=xiEvuiPGtpI


Ennio Morricone a la particularité d'avoir mis en musique deux "Nana", d'abord le film de Dan Wolman en 1983 et, seize ans plus tard, la série télévisée qu'en tirera Alberto Negrin. On pourrait aisément imaginer qu'une même histoire, même racontée différemment, pourrait inspirer au compositeur deux approches musicales similaires, et bien non, il n'en est rien. Il en est ressorti deux approches très différentes, bien que les deux puissent être teintées de romantisme et de mélancolie. En seize ans, le style d'un compositeur a tout d'abord le temps d'évoluer, sans compter que Dan Wolman et Alberto Negrin sont très certainement des cinéastes très différents qui n'ont pas forcément filmé Anna Coupeau de la même manière, etc...Je dis "très certainement" car je n'ai malheureusement pas encore vu le film de Dan Wolman qui, d'après les quelques renseignements que j'ai, serait davantage tourné vers l'érotisme: les scènes saphiques entre Nana et Satin, étant tournées par deux demi-sœurs dans la vraie vie, Katya et Debra Berger, selon ce que j'ai pu lire dans Wikipédia. En revanche, j'ai pu voir la série tv d'Alberto Negrin qui me semble très proche du roman, tout en costumes dans des décors soignés et somptueux avec une Anna Coupeau très bien incarnée par Francesca dellera. La musique d'Ennio Morricone évolue avec classe et classicisme entre romantisme et tragédie.


Dernière édition par Icare le 2020-05-17, 11:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: Ennio MORRICONE (cinéma)   Ennio MORRICONE (cinéma) - Page 19 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Ennio MORRICONE (cinéma)
Revenir en haut 
Page 19 sur 20Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 18, 19, 20  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique de films, du monde & divers :: Musiques de films-
Sauter vers: