Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 James Oswald (1710-1769)

Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 19318
Age : 73
Date d'inscription : 19/08/2006

James Oswald (1710-1769) Empty
MessageSujet: James Oswald (1710-1769)   James Oswald (1710-1769) EmptyJeu 7 Nov - 18:14

James Oswald (né à Crail le 14 mars 1710 - mort à Knebworth, Herts le 2 janvier 1769) est un compositeur, éditeur, arrangeur et violoncelliste écossais.

Son père, John Oswald (? -1758), musicien de talent, était le timbaliste de Crail et devint plus tard le chef de la ville de Berwick-upon-Tweed ; son frère Henry (1714-?) devint également musicien professionnel.

En 1734, Oswald enseignait la danse à Dunfermline. Un carnet de croquis (collection privée de Lord Balfour of Burleigh, microfilm in GB-En) montre de nombreuses caractéristiques de son style de composition déjà en place. Un ensemble de mélodies pour violon de scordatura (dans The Caledonian Pocket Companion, x, c1760), dédié aux clients de la région de Fife et Tayside, était probablement écrit à cette époque, ainsi que les airs pour violon et continuo. Les bases de Ballendine and Alloa House (dans A Curious Collection of Scots Tunes, 1740).

En 1735, il s'installe à Edimbourg, où sa Collection of Minuets (1736) le lance en tant que compositeur et éditeur ; il était également occupé en tant que violoncelliste et professeur. Le sommet de sa période à Edimbourg était sa Curious Collection of Scots Tunes (1740), qui disposait d’une liste d’abonnements immense et comprenait la Sonata of Scots Tunes, la belle chanson maçonnique Grant me, kind Heaven et d’excellentes variations de violon.

Dans une annonce dans le journal Caledonian Mercury (8 mai 1740), il annonça qu’après son livre, il partait pour l’Italie, mais se rendit à Londres à la fin de 1741. Les premières années d’Oswald à Londres furent marquées par la modification : Une grande partie de son travail à Edimbourg a été réimprimé et il a expérimenté l'écriture dans le goût de Londres (par exemple, Colin’s Kisses, 1742).
En 1744, il épousa Marion Melvill. ils eurent quatre filles et adoptèrent une nièce. Une pratique d'enseignement lucrative remplace celle qu'il avait laissée à Edimbourg. Vers 1745, les deux premiers volumes de The Caledonian Pocket Companion, une collection bon marché de mélodies à une ligne convenant à la flûte, au violon ou à tout autre instrument, ont été publiés. Ce travail devait être le succès de la vie d’Oswald; il comptait 12 volumes et de nombreux tirés à part, et des exemplaires circulaient encore longtemps après sa mort.
En 1747, il obtint une licence royale lui permettant d’imprimer ses propres compositions et de créer son propre bureau d’édition et son magasin dans St Martin’s Lane. Il se mit également dans la musique de théâtre et fonda la Société du temple d'Apollon, qui devait l'occuper jusqu'aux environs de 1762. Les activités de la société sont entourées de mystère. Burney pensait que c’était simplement un moyen de permettre à Oswald d’écrire de la musique de théâtre à des tarifs réduits, mais cela ne correspond pas à d’autres informations : la société a commandé des sonates à Giuseppe Sammartini, Oswald a publié les sonates de l’un de ses membres, John Reid (1756, 1762 ) et des réunions et des concerts ont eu lieu dans une maison de Queen Square (1755, 1761).
En 1750, le cercle de patrons d’Oswald comprenait la famille royale. Kidson a deviné qu'Oswald avait enseigné aux enfants royaux au cours des années 1750; il est certain que sa nomination en tant que compositeur de chambre de George III le 31 janvier 1761, immédiatement après l’accession au trône de cet homme de 18 ans, suggérerait un tel service.

Au cours des années 1750, Oswald composa de la musique de chambre, dont certaines à une échelle relativement grande. Il a imprimé les plus grandes pièces sous le pseudonyme de "Dottel Figlio" (c’est-à-dire Nicolas Dôthel), nom même d’un compositeur et virtuose de la flûte vivant à Florence à l’époque.
En 1764, la femme d’Oswald est décédée, de même que son protecteur et ami John Robinson-Lytton. Il se rapprocha de la veuve de Robinson-Lytton, Leonora, et, ayant en réalité une pension royale, il décida de vendre son magasin et son entreprise d’édition et de se retirer dans la maison de campagne Robinson-Lytton de Knebworth; il a alors épousé Leonora.



https://www.youtube.com/watch?v=QX6ebv5og3I
Revenir en haut Aller en bas
 
James Oswald (1710-1769)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Les compositeurs-
Sauter vers: