Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Kismet (le Destin), d'après Borodine

Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 19318
Age : 73
Date d'inscription : 19/08/2006

Kismet (le Destin), d'après Borodine Empty
MessageSujet: Kismet (le Destin), d'après Borodine   Kismet (le Destin), d'après Borodine EmptyMar 21 Mai - 20:12

Kismet est une musique de scène (un "musical" en anglais) basée sur une pièce de théâtre d'Edward Knoblock datant de 1911.
Robert Wright et George Forrest en ont réalisé en 1954 une adaptation musicale, uniquement basée sur de la musique de Borodine.

Situé à Bagdad en 1071 avant JC, le récit raconte comment l'intelligent poète Hajj suit son "Kismet" - son "destin" - en vainquant le diabolique Wazir (chef de la police), en aidant sa fille à épouser son calife bienfaiteur, et en s'en allant au dernier rideau avec l'une des plus grandes beautés de Bagdad.

La comédie musicale a été produite pour la première fois à Broadway en 1953 et a remporté le Tony Award de la meilleure comédie musicale en 1954. Elle a également remporté un franc succès dans le West End de Londres et a bénéficié de plusieurs reprises. Une version de film de 1955 a été produite par Metro-Goldwyn-Mayer.


Ce medley comprend des extraits d'œuvres originales de Borodine sur lesquelles sont fondées plusieurs des meilleures chansons de "Kismet":

Symphonie n° 2, Mouvement 1 (destin);
Dans les steppes de l'Asie centrale (Sables du temps);
Quatuor à cordes n° 2, mouvement 3 (et ceci est mon bien-aimé);
Symphonie n° 1, mouvement 1 (Gesticulate);
Quatuor à cordes n° 2, mouvement 2 (babioles, bracelets joncs et perles);
Ouverture du prince Igor (l'olivier);
Sérénade (sous-titré Rêver d'une chanson d'amour) de la Petite Suite (La nuit de mes nuits);
Danses polovtsiennes du prince Igor (Il est amoureux, Étranger au paradis, Danse 'Samaris' et Bazar des caravanes).


La Suite qui en a été tirée se trouve sur youtube :



https://www.youtube.com/watch?v=c2SsdeYMEOg

Pour ceux qui préfèrent la version intégrale chantée

https://www.youtube.com/watch?v=jxePBFSYNR4

et en voici le synopsis complet :

Kismet se déroule dans un Bagdad fictif à l'époque des Mille et Une Nuits .

Acte 1
Dans une mosquée , un imam prie lorsque le soleil se lève ("Les Sables du Temps"). Trois mendiants sont assis à l'extérieur du temple, mais le quatrième, Hajj , s'est rendu à La Mecque. En pleurant "Rhymes! Fine Rhymes!", Un poète entre pour vendre ses vers. Sa belle fille Marsinah se joint à l'argumentaire de vente, mais ils n'ont aucun succès ("Rhymes Have I"). Marsinah est envoyée pour voler des oranges au bazar pour leur petit-déjeuner, pendant que son père s'assoit pour mendier. Lorsque les mendiants s'opposent à ce que le poète prenne la place de Hajj, il prétend être un cousin de Hajj. Le poète menace de maudire ceux qui ne lui donnent pas d’argent et gagne bientôt quelques pièces ("Destin"). Hassen-Ben, un grand homme du désert, le prend pour Hajj et le kidnappe. Le poète (appelé par la suite Hadj) est conduit à Jawan, un brigand notoire. Il y a quinze ans, le vrai Hajj avait jeté à Jawan une malédiction qui avait entraîné la disparition du petit fils du brigand. Maintenant, il veut que la malédiction soit retirée. Le nouveau Hajj, voyant la possibilité de gagner de l'argent, promet de le faire pour 100 pièces d'or. Jawan part à Bagdad chercher son fils et Hajj se réjouit de ses nouvelles richesses ("Fate" (reprise)).

De retour dans la ville, le Wazir de police passe par le bazar très fréquenté ("bazar des caravanes"). Le méchant Wazir et sa séduisante belle épouse de femme, Lalume, discutent d'un prêt dont il a désespérément besoin. En échange de l'argent prêté par le roi d'Ababou, le calife doit épouser une (ou les trois) des princesses d'Ababou, qui exécutent une danse sexy. Par leur amah , les princesses disent à Lalume qu'elles souhaitent rentrer chez elles. Lalume les convainc que Bagdad est beaucoup plus excitant que n'importe quel autre endroit de la planète ("Not Since Nineveh").

Marsinah est poursuivie par un marchand de fruits dont elle a volé les marchandises. Son père arrive pour la sauver en lui donnant de l'argent. Hajj donne à sa fille la moitié de l'argent et s'en va. Les marchands ont présenté leurs plus beaux "babioles, bracelets et perles" à la jeune femme. Le jeune calife et son conseiller, Omar Khayyam , voyagent incognito. Il est frappé par la beauté de Marsinah et la suit. Ailleurs, Hajj baigne dans la lueur de certaines esclaves vêtues de vêtements minces qu'il vient d'acheter, lorsqu'il est arrêté par la police, qui vérifie les identités parce qu'elles recherchent Jawan. Le chef reconnaît, sur les pièces de monnaie, le blasond'une famille, Jawan a volé et arrêté Hajj en tant que voleur. Pendant ce temps, Marsinah a trouvé une petite maison pittoresque avec un beau jardin à acheter pour son père et pour elle-même. Elle est en train d'admirer le jardin lorsque le calife s'introduit et, se faisant passer pour un jardinier, se présente à elle. Ils tombent amoureux sur place ("Stranger in Paradise"). Ils promettent de se revoir dans le jardin au lever de la lune. Le calife dit à Omar qu'il est tombé amoureux de la princesse d'Ababu; ils sont furieux qu'il semble les ignorer, mais le policier en chef les rassure: "Il est amoureux".

Au palais des Wazir, Hajj est jugé pour le vol de 100 pièces d'or. Le Wazir n'a pas besoin de preuves; il condamne le Hajj à 20 coups de fouet et sa main droite doit être coupée. Le poète plaide que, en tant que poète et conteur, la perte d'une main paralyserait sa carrière; c'est le geste qui raconte l'histoire ("gesticule"). La charmante Lalume, attirée par le beau poète, demande pardon à son mari, mais le Wazir n’est pas convaincu et ordonne à ses gardes d’entraîner Hajj pour qu’il soit puni. Alors que le Hajj insulte le Wazir, un garde entre en alerte et annonce qu'ils ont capturé Jawan. Le vieux brigand est amené et demande au Hajj où se trouve son fils. Il voit autour du cou du Wazir un médaillon que portait son fils lors de sa capture. Le Wazir est son fils! Jawan loue le pouvoir du grand magicien, Hajj, un homme qui a le pouvoir de maudire et d'infirmer. Jawan est ravi de voir son fils, mais le Wazir condamne son propre père à mort. "Pour le principal juge deLa Mésopotamie, avoir pour père le principal criminel de la Mésopotamie, "est une pensée inquiétante", dit-il.

Alors que Jawan est conduit à son exécution, le Wazir se rend compte que le "puissant magicien" l'a maudit. Au moment où il est sur le point d'assassiner Hajj, le calife entre avec la nouvelle qu'il a trouvé une épouse, un roturier, et qu'il l'épousera ce soir. Le Wazir est désemparé: si le calife n'épouse pas une princesse d'Ababou, le Wazir sera ruiné. Il conclut que cela est le résultat de la malédiction de Hajj et le prie d'inverser la situation en lui promettant un sursis et le titre d' Émir . Hajj accepte. Lalume sait que le poète n'est pas un sorcier, mais elle décide qu'il peut être sa chance d'une vie ennuyeuse ("Bored") [4]et tombe amoureux de lui; elle promet d'aider. Lorsque le Wazir revient, Hajj chante une invocation mystique au destin alors que les esclaves-filles dansent sauvagement, distraient le Wazir. Hajj saute par la fenêtre, laissant son manteau derrière lui. Quand le Wazir voit qu'il est parti, il saisit le manteau avec étonnement et s'évanouit.

Acte 2
Le calife et son cortège de mariage s'approchent de la maison de sa bien-aimée ("La nuit de mes nuits"). À l'intérieur, Marsinah ne pense qu'à son jardinier ("Stranger in Paradise" (reprise)). Hajj entre et lui raconte sa situation et dit qu'ils doivent fuir immédiatement à Damas , mais Marsinah refuse de partir. Ils se disputent et il la frappe presque avant de s'en aller, honteux. Elle part dans la direction opposée. Quand le calife entre dans le jardin, son amour n'y est pas.

Le Wazir est informé par ses espions que la fiancée du calife a disparu. Il se réjouit du pouvoir qu'il exerce en ayant un magicien en tant qu'Emir ("Was I Wazir?"). Il demande à Lalume de garder son nouvel émir heureux et elle est impatiente de se conformer à la loi ("Rahadlakum"). Hajj et Lalume discutent d'un voyage dans une "petite oasis, une semaine de voyage à dos de chameau" lorsque Marsinah entrera dans le Harem. Le père et la fille se réconcilient. Elle lui parle de son amant et lui demande de le retrouver. Au même moment, le calife, dans la pièce voisine, ordonne au Wazir de retrouver son amour ("Et ceci est mon bien-aimé"). Hajj et Omar se rencontrent et se lancent dans une bataille d'esprits ("L'olivier").

Le Wazir, dans l'espoir de convaincre le calife que ne vouloir qu'une seule femme n'est qu'une phase, lui montre son harem à travers un judas où il voit Marsinah. Le calife est horrifié de voir que son amour est un membre du harem du Wazir, et le Wazir, certain que Hajj a tout arrangé, prétend qu'elle est l'une de ses épouses. Le calife, le cœur brisé, accepte de choisir sa femme-épouse ce soir-là pendant son diwan . Pour ne pas avoir menti à son prince, le Wazir épouse immédiatement Marsinah, lui promettant de lui rendre visite cette nuit-là. Elle jure de se tuer s'il le fait.

Cette nuit-là, au diwan du calife, les candidats à la danse pour lui: la princesse Zubbediya de Damas, la princesse Samaris de Bangalore et les trois princesses Ababu. Le calife est insensible. Hajj est à la recherche de Marsinah; le Wazir remercie le "sorcier" d'avoir placé la bien-aimée du calife dans son propre harem. En riant, il lui dit qu'il a épousé la jolie petite Marsinah. Réalisant ce qui s'est passé, Hajj tire un couteau, mais a une meilleure idée. Il prend une plaque vierge et la jette dans une piscine, proclamant que, une fois récupérée, elle lira le nom de la future épouse du calife. Il donne secrètement une autre tablette au Wazir, celle-ci portant le nom d'Ababu, et lui dit de la remplacer par la tablette de la piscine. Lorsque le Wazir entre dans la piscine, Hajj le fait trébucher et le maintient sous l'eau jusqu'à ce qu'il se noie.

Hajj explique tout au calife, qui est joyeusement réuni avec Marsinah. Le calife est prêt à pardonner à Hajj l'assassinat d'un officier public, mais le poète demande, à titre de punition, d'être "banni dans une oasis terrible ... au moins à une semaine de chameau" et d'être obligé réconfortez la veuve du Wazir dans son "chagrin". Alors que les deux couples s’unissent, le poète réfléchit à la fugacité de "The Sands of Time".


Revenir en haut Aller en bas
 
Kismet (le Destin), d'après Borodine
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique de films, du monde & divers :: La musique en vidéos-
Sauter vers: