Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 La scie musicale

Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 19357
Age : 73
Date d'inscription : 19/08/2006

La scie musicale Empty
MessageSujet: La scie musicale   La scie musicale EmptyMar 5 Mar - 19:00

La scie musicale est un instrument de musique de la famille idiophone selon le système Hornbostel-Sachs. Elle est constituée par une lame d'acier que l'on fait vibrer et qui frottée par un archet produit un son musical qui peut être modulé par la torsion et la courbure de la scie obtenue par la pression des doigts de la main. Capable de glissando continu ( portamento ), le son crée un ton éthéré, très semblable au theremine.

C'est vers 1870 que, grâce aux progrès de la métallurgie, on peut commencer à fabriquer des scies aux sonorités acceptables pour constituer de bons instruments. Cette évolution se fait parallèlement dans plusieurs pays. Ainsi plusieurs musiciens industrieux déposent des brevets dans leurs pays respectifs.

Vers 1900, on peut trouver de bonnes scies musicales, héritées des égoïnes à qui l'on coupe parfois les dents et dont on modifie les formes et la poignée ou "crosse". Certains ajoutent une poignée ou "manette d'inflexion" pour plus de commodité.

Certaines scies musicales peuvent atteindre voire dépasser une tessiture de 3½ octaves d'amplitude. Pour atteindre cette caractéristique, il faut bien sûr une qualité suffisante d'acier trempé, à la bonne épaisseur, bonne dureté, bonnes dimensions, et taillée dans le bon sens du laminage.

Une scie musicale typique mesure 5 pouces (13 cm) de large à l'extrémité du manche et 1 pouce (2,5 cm) de large à l'extrémité. Une telle scie produira généralement environ deux octaves, quelle que soit leur longueur. Une scie à basse peut mesurer plus de 15 cm (6 pouces) au manche et produire environ deux octaves et demi. Il existe également des scies musicales avec une plage de 3 à 4 octaves, et de nouvelles améliorations ont permis d'obtenir une plage de notes allant jusqu'à 5 octaves.

Les scistes utilisent souvent des scies à bois standard, bien que des scies à musique spéciales soient également fabriquées. Par rapport aux scies à bois, les lames de scies musicales sont généralement plus larges, pour la gamme, et plus, pour un contrôle plus précis. Ils n'ont pas de dents taillées ou affûtées et peuvent avoir un grain parallèle au bord arrière de la scie plutôt que parallèle aux dents. Certaines scies musicales sont faites de métal plus mince, afin d'accroître la flexibilité, tandis que d' autres sont plus épaisses, pour une plus riche ton, le soutenir plus longtemps, et les harmoniques plus forts.

La plupart des scistes utilisent des archets pour violoncelle ou violon, utilisant de la colophane pour violon , mais certains utilisent des arcs improvisés fabriqués à la maison, tels que des goujons en bois.


Façon de jouer

La pratique la plus courante consiste à jouer assis, en serrant la poignée de la scie entre les cuisses et l’autre extrémité maintenue d’une main, bien que certains préfèrent jouer debout. La bordure dentée est plutôt orientée face au musicien. Celle-ci est parfois limée, ce qui n'a pas d'effet significatif sur le son produit.

Le principe général de jeu est d'imprimer une double courbure (en "S") à la lame. Alors que les parties courbées subissent une flexion qui amortit le son, celle-ci s'annule dans la partie centrale du S, au point d'inflexion de la courbe. Le son est généralement produit par un archet frotté (ou parfois un maillet frappé), contre la bordure lisse, c'est-à-dire non dentée, à ce point de la lame. La hauteur du son produit est directement liée à la largeur de la scie à ce point. L'instrumentiste fait ainsi varier la hauteur du son en déplaçant le point d'inflexion sur la lame. Différents effets de jeu peuvent être obtenus, en déplaçant les cuisses ou la main qui tient l'extrémité pour travailler la durée de note (sustain), et produire un vibrato par exemple.
Parfois, la scie musicale est utilisée dans la musique orchestrale, mais les percussionnistes pour orchestre sont rarement aussi des scistes.

Les clowns et quelques virtuoses permirent à l'instrument de vivoter jusqu'au début du xxie siècle où l'engouement des curieux et passionnés de scie musicale sembla reprendre.

Marlene Dietrich jouait de cet instrument ; est probablement la joueuse de scie musicale la plus connue. Lorsqu'elle a étudié le violon pendant un an à Weimar, à l'âge de 20 ans, ses compétences musicales étaient déjà évidentes. Quelques années plus tard, elle apprit à jouer de la scie musicale alors qu'elle tournait le film "Café Electric" à Vienne en 1927. Son collègue, l'acteur et musicien bavarois Igo Sym, lui expliqua comment jouer. Pendant les pauses de tournage et le week-end, tous deux jouaient des duos romantiques, lui au piano et elle à la scie musicale. Elle a pris la scie avec elle lorsqu'elle est partie à Hollywood en 1929 et y a joué dans les années suivantes lors de tournages et de fêtes hollywoodiennes. Quand elle a participé à la United Service Organizations (USO) montre les troupes américaines en 1944, elle a également joué sur la scie. Certaines de ces émissions ont été diffusées à la radio. Il existe donc deux rares enregistrements d'elle
Natalia Paruz, connue sous le pseudonyme Saw Lady ("La dame à la scie"), joue de la scie musicale dans des films, des publicités, des orchestres dans le monde entier. En novembre 2007, elle a fait ses débuts au Carnegie Hall, où elle a joué en solo.
En France, Emmanuel Brun fait partie des plus grands lamistes, ses compositions pour la lame sonore lui ont valu la reconnaissance de Yehudi Menuhin. Pascal Ayerbe joue lui de la "lame sonore", longue scie sans dents munie d'une poignée d'inflexion inventée par Jacques Keller en 1948. Depuis 2009, Tom Fink et Gladys Hulot se produisent à deux lames sonores. En 2010, Jean Claude Welche, associe le son de la scie musicale avec trois orgues de barbarie Raffin (Allemagne). Cet instrument est également utilisé de nombreuses fois dans les productions d'Olivia Ruiz, de La Tordue et Les Ogres de Barback.


Compositeurs

À partir du début des années 1920, les compositeurs de musique contemporaine et populaire ont écrit pour la scie musicale. Le premier était probablement Dmitri Chostakovitch. Il a inclus la scie musicale, par exemple dans la musique de film de The New Babylon (1929), dans The Nose (1928) et dans Lady Macbeth du district de Mtsensk (1934). Aram Khachaturian, qui connaissait la musique de Chostakovitch, a inclus la scie musicale dans son Concerto pour piano (1936) du deuxième mouvement.
Le suisse Arthur Honegger est un autre compositeur qui a inclus la scie dans son opéra Antigone en 1924.
Le compositeur roumain George Enescu a utilisé la scie musicale à la fin du deuxième acte de son opéra Œdipe (1931) pour montrer dans un vaste glissando - qui commence par le mezzo-soprano et se poursuit par la scie - la mort et l'ascension du sphinx tué par Œdipe.

Le compositeur italien Giacinto Scelsi a écrit une partie pour la scie dans sa pièce en quart-ton Quattro pezzi par orchestre (1959).
Le compositeur allemand Hans Werner Henze a pris la scie pour caractériser le méchant héros de son opéra tragique Élégie pour jeunes amoureux (1961).

Les autres compositeurs étaient Krysztof Penderecki avec Fluorescences (1961), De natura sonoris Nr. 2 (1971) et l'opéra Ubu Rex (1990), Bernd Alois Zimmermann avec Stille und Umkehr (1970), George Crumb avec les Ancient voices of children (1970), John Corigliano avec The Mannheim Rocket (2001).

Chaya Czernowin a utilisé la scie dans son opéra "PNIMA ... Ins Innere" (2000) pour représenter le personnage du grand-père, traumatisé par l'Holocauste.

Il y a également Leif Segerstam, Hans Zender (orchestration de "5 préludes" de Claude Debussy), Franz Schreker (opéra Christophorus) et Oscar Strasnoy (opéra Le bal).

La compositrice russe Lera Auerbach a écrit pour la scie dans son ballet La petite sirène (2005), dans son poème symphonique Rêves et murmures de Poséidon (2005), dans son oratorio "Requiem Dresden - Ode à la paix" (2012), dans son Concerto pour piano No.1 (2015), dans son oratorio comique The Infant Minstrel et sa ménagerie particulière (2016) et dans son concerto pour violon N° 4 "NyX - Fractured dreams" (2017).

Le compositeur canadien Robert Minden a beaucoup écrit pour la scie musicale. Michael A. Levine a composé Divination By Mirrors pour soliste et deux ensembles à cordes accordés à un quart de ton, tirant parti de la capacité de la scie à jouer dans les deux accords.

Jonathan Rutherford (An intake ob Breath), Dana Wilson (Whispers from Another Time), Heinrich Gattermeyer (Elegie für Singende Säge, Cembalo (ou Klavier), Vito Zuraj (Musica di [ sic ] caméra (2001)) et Britta-Maria Bernhard (Tranquillo).
Revenir en haut Aller en bas
 
La scie musicale
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Informations musicales :: Les instruments de musique-
Sauter vers: