Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -50%
Assassin’s Creed Valhalla PS4/PS5 et Xbox One ...
Voir le deal
34.99 €

 

 Les cantates hors J. S. BACH

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15414
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Les cantates hors J. S. BACH - Page 2 Empty
MessageSujet: Honegger   Les cantates hors J. S. BACH - Page 2 Empty2019-02-02, 09:20

Je ne me rappelais pas que la Cantate de Noël d'Arthur Honegger commençait sur un ton aussi sombre et dramatique. La première lueur de Noël apparaît avec un choeur d'enfants. Une Cantate de Noël est écrite pour baryton solo, choeur d'enfants, choeur mixte et grand orchestre avec orgue. C'est d'ailleurs l'orgue seul qui introduit les premières notes, par d'énigmatiques harmonies dans le grave. L'architecture globale de la cantate en fait une oeuvre harmonieuse qui peut se diviser en deux parties, si j'ose dire; une première partie d'une belle intensité dramatique, sous la forme d'une douloureuse procession, puis, après une intervention lumineuse d'un choeur d'enfant évoquant Noël, la cantate évolue progressivement vers la joie et la lumière. Elle devient un jaillissement de vie, une réponse festive aux cieux. La genèse: <<Dès 1937, le poète argovien Cäsar Von Arx avait pris contact avec Honegger au sujet d'une réalisation toute nouvelle des Jeux de la Passion qui se tenaient régulièrement à Selzach (commune suisse), près de Soleure. Trois ans plus tard débuta le travail commun sur cette Passion de Selzach, dont l'exécution devait durer une journée entière, divisée en deux moitiés. Von Arx envoyait le texte scène par scène à Honegger, demeuré à Paris occupé. Aucun des deux n'était pressé car il ne pouvait être question de représentations avant la fin de la guerre. Honegger travailla l'oeuvre entre novembre 1940 et février 1941, plus tard en novembre-décembre 1942, et pour la dernière fois en décembre 1944. Mais quelques mois après la libération, Von Arx se suicida, quelques heures seulement après avoir perdu sa femme, laissant son livret inachevé, et le projet grandiose qui eût représenté le couronnement de toute la vie créatrice d'Honegger, fut abandonné. Des années plus tard, Paul Sacher parvint à persuader le compositeur de réaliser au moins une partie de cette grande ébauche, celle consacrée à la Nativité du Christ (...)>>

Une Cantate de Noël:

https://www.youtube.com/watch?v=Vm2T5SSlCGI
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 22502
Age : 75
Date d'inscription : 19/08/2006

Les cantates hors J. S. BACH - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les cantates hors J. S. BACH   Les cantates hors J. S. BACH - Page 2 Empty2019-02-02, 10:08

Cette cantate de Noël d'Arthur Honegger me plaît beaucoup, je dois même avoir trois ou quatre CD de cette œuvre.

Son titre me fait penser à une autre cantate de Noël : L'Enfant à l'étoile de ... Gilbert Bécaud qui n'a pas composé que des chansons mais aussi des œuvres classiques (l'Opéra d'Aran et un concerto pour piano par exemple).

L'Enfant à l'étoile est une cantate de Noël sur une musique de Gilbert Bécaud et un texte de Louis Amade. Elle est créée et interprétée par Gilbert Bécaud et l'orchestre philharmonique, maîtrise et chœurs de la Radiodiffusion-télévision française sous la direction de Georges Prêtre. Le disque paraît en 1960 au format 33 tours 25 cm.

Enregistrement canadien de 2014 :

Vidéo désactivée
Revenir en haut Aller en bas
Mike56

Mike56

Nombre de messages : 194
Age : 64
Date d'inscription : 12/07/2018

Les cantates hors J. S. BACH - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les cantates hors J. S. BACH   Les cantates hors J. S. BACH - Page 2 Empty2019-02-02, 15:34

Icare a écrit:
Entre hier soir et ce soir, j'ai réécouté plusieurs cantates de Dieterich Buxtehude, ce qui m'a permis de faire un très grand pas dans le passé. Je les apprécie de plus en plus, par les sopranos Barbara Schlick et Monica Frimmer, les altos René Jacobs et Michaël Chance, le ténor Christoph Prégardien, le basse Peter Kooy, le "Knabenchor Hannover" et le "Amsterdam Baroque Orchestra" sous la direction de Ton Koopman.

....................


Ces cantates sont belles et apaisantes. Celle qui m'a ému un peu plus que les autres, cette fois-ci, est peut-être Jesu, meines Lebens Leben Buxwv 62.

https://www.youtube.com/watch?v=oYnizZskFQ8

Je viens d'écouter cette cantate Buxwv 62 de Buxtehude dont je connais peu sa musique.
Cette cantate est effectivement très belle. Cela me donne envie d'en découvrir d'autres.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15414
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Les cantates hors J. S. BACH - Page 2 Empty
MessageSujet: De Chassy   Les cantates hors J. S. BACH - Page 2 Empty2019-02-02, 17:37

Il fallait bien qu'il y ait un peu de jazz sur ce fil! La forme cantate a au moins inspiré un musicien qui a le swing dans la peau, ou, me semble-t-il, évolue agréablement entre le jazz et la forme classique. Ainsi la Cantate Jazz - Lunes pour choeur, piano et percussions de Guillaume de Chassy répond idéalement à cette demande: un petit Eden musical qui oscille avec aplomb entre la composition et l'improvisation et où la "vocalité" devient orchestrale. Elle trouva son inspiration dans le flamenco, les musiques de l'Europe de l'Est et sans doute celles d'un Prokofiev ou encore d'un Debussy. Peu importe l'origine des voluptés qu'elle porte en elle, cette cantate m'apaise et m'apporte un sentiment de bien-être et de bonheur, peut-être un zeste de mélancolie ci et là, notamment dans la seconde partie du premier extrait. Par "Les Eléments, ensemble vocal", Guillaume Chassy au piano, Pierre Dayraud aux percussions et Joël Suhubiette à la direction.

Jazz, musique classique, musiques du monde: autant de "sphères d'influences" qui ont contribué à former mon univers musical. C'est donc à une sorte de voyage à travers le temps et l'espace que vous convie LUNES. En tant que musicien de jazz, je me suis bien sûr nourri du langage d'artistes tels que Geri Allen, Herbie Hancock, Keith Jarrett ou Bill Chambers auquel est dédié Post-Scriptum. Mais je n'ai pas oublié que le jazz est avant tout un art de la "composition spontanée", autrement dit de l'improvisation: la partie de piano de LUNE n'est pas écrite (à l'exception des thématiques), même lorsqu'il est accompagné par le choeur et les percussions. Chaque interprétation est donc différente, leur donnant un caractère spontané et changeant. Les compositeurs de musique dite "classique" dont on relèvera la marque sont tous du vingtième siècle. La pièce "Lune" est un véritable hommage à Claude Debussy et à son sens merveilleux des couleurs. Celle intitulée "été 1917" adapte un thème du Premier concerto pour violon et orchestre de Serge Prokofiev, achevé en 1917 pendant la Révolution russe. Trois pièces sont directement inspirées du flamenco que j'ai étudié en profondeur grâce à un travail de longue date avec la danseuse flamenca Ana Yemo ; Séguiriya (danse de funérailles), "Louie Louie" par Buléria et "Majos Desnudos", hommage au peintre Francisco Goya et à sa fameuse Maja Desnudo. Si les structures traditionnelles du Flamenco sont respectées, en revanche leurs couleurs harmoniques ont subi le jeu des influences réciproques, Henri Dutilleux et Béla Bartok sont passés par-là. "Ali Baba" et "la Danse des Trolls" témoignent de mon goût pour les musiques d'Europe de l'Est et leur énergie rythmique irrésistible. Le choeur est employé d'une manière originale. Son rôle s'apparenterait plutôt à celui d'un orchestre dans un concerto, exposant les thématiques et soutenant les interventions du piano soliste. Cette conception a nécessité un travail spécifique avec le choeur et son chef, Joël Suhubiette, portant sur la prosodie, qui emploie un langage imaginaire adapté aux rythmes, le timbre avec peu de vibrato, et enfin la couleur "orchestrale".Guillaume de Chassy.

Comme je n'ai trouvé aucun extrait de Lunes, voici Jazz Cantate d'Andy Beck:

https://www.youtube.com/watch?v=eYPUYeB4Osw
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15414
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Les cantates hors J. S. BACH - Page 2 Empty
MessageSujet: Baird   Les cantates hors J. S. BACH - Page 2 Empty2019-02-02, 18:43

Je n'avais pas prévu de terminer mon cycle sur une oeuvre aussi sombre et désespérée que la cantate Goethe-Briefe/Lettres de Goethe (1970) de Tadeusz Baird, par le baryton Andrzej Hiolski et le "RTC Choir and Symphony Orchestra, Krakow sous la direction de Jan Krenz. Elle relate la correspondance entre le poète et Charlotte von Stein. Cette correspondance offrit une suite profondément touchante de lettres d'amour remplies d'attentes secrètes, de séparations forcées et de désirs douloureux. il est écrit que lors de la composition de cette cantate, Tadeusz Baird, un compositeur polonais qui n'est pas très connu ni beaucoup cité par les mélomanes mais que j'apprécie énormément, était sous l'influence directe de l'adagio de la dixième symphonie de Mahler, comme l'écriture des cordes le démontre. L'influence de Mahler ne m'est pas étonnante chez ce compositeur très personnel et cette cantate me fascine autant par la poignante prestation du baryton que par la richesse de l'orchestre, ses couleurs, son intensité, son hautbois solo au loin, comme une complainte. Les choeurs, parfois dans un style déclamatoire, y apporte aussi une réelle profondeur, pouvant faire écho à Schoenberg et Berg, voire aux cantates de Webern. La cantate a aussi ces effets brutaux - je pense déjà au tout début de l'oeuvre - qui me la rendent fortement dramatique et viscérale, peut-être un peu romantique, sûrement romantique...mais un romantisme chahuté, déchiré, torturé, enseveli par les éclats dissonants de la douleur et les ruines d'un amour qui s'effondre...J'adore la brutalité de l'introduction qui me propulse instantanément en orbite autour de la cantate de Tadeusz Baird:

https://www.youtube.com/watch?v=97qt8D1t3mI


Dernière édition par Icare le 2019-02-03, 07:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
laudec

laudec

Nombre de messages : 5668
Age : 69
Date d'inscription : 25/02/2013

Les cantates hors J. S. BACH - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les cantates hors J. S. BACH   Les cantates hors J. S. BACH - Page 2 Empty2019-02-02, 23:10

Elle m'impressionne cette cantate et je trouve que tu décris très bien, Icare, comme toujours d'ailleurs, les courants qui animent cette œuvre pourtant pas facile à décrire Les cantates hors J. S. BACH - Page 2 13150 Un vrai voyage intergalactique qui m'a fascinée.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15414
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Les cantates hors J. S. BACH - Page 2 Empty
MessageSujet: Wolpe   Les cantates hors J. S. BACH - Page 2 Empty2019-02-09, 18:43

la Cantate YIGDAL pour basse, choeur et orgue de Stefan Wolpe présente une oeuvre vocale puissante et expressive, dans laquelle l'orgue occupe un espace de choix. Fraîchement installé aux Etats-Unis, après avoir fuit l'Allemagne nazie, Wolpe composa la cantate Yigdal sur une commande de Dabid Puttermann alors cantor de la synagogue de la cinquième avenue de New York qui parvenait à obtenir de nombreux compositeurs qu'ils écrivent pour le service religieux juif. "Yigdal" est un poème de Moses ben Maimon, le philosophe, médecin, rabbin du XIIème siècle sur les treize fondements de la foi juive. Le compositeur y place beaucoup de passion, de foi, apportant une grande énergie aux choeurs, avec l'impression d'une forte inspiration baroque, au point que j'y ai perçu une influence du grand J. S. Bach - à moins que ce soit mon admiration infaillible pour le maître baroque qui suscite cette merveilleuse impression - toujours est-il que cette cantate qui possède ses beaux moments d'intensité et fait parfois la part belle à l'orgue d'église, m'a de nouveau enthousiasmé. L'adaptation du poème de Moses ben Maimon par Stefan Wolpe est porteuse un immense espoir de paix alors que l'Europe se déchire parmi les fracas d'une guerre extrêmement meurtrière.

https://www.youtube.com/watch?v=IRRZr1XA0Eg
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15414
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Les cantates hors J. S. BACH - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les cantates hors J. S. BACH   Les cantates hors J. S. BACH - Page 2 Empty2021-04-26, 21:38

La cantate d'Eleni Karaindrou que j'ai réécoutée à deux reprises aujourd'hui s'intitule David et elle est chantée en grec par la mezzo-soprano Irini Karagianni et le baryton Tassis Christoyannopoulos. Il y a aussi des parties purement instrumentales, comme par exemple les trois premiers extraits. Le thème d'ouverture, dont la construction mélodique est caractéristique du style très reconnaissable de Karaindrou, invite l'alto, la harpe, la flûte, l'hautbois, le clavecin et l'orchestre à cordes. Le thème de la "Repentance", moins impliqué dans la mélancolie que le thème introductif, quelque-part plus "neutre" et méditatif, invite la flûte, le violoncelle, le hautbois et la harpe. Il me semble assez inspiré de la musique ancienne. Il y en aura une reprise avec le même instrumentarium un peu plus loin. L'Ouverture sera également reprise plusieurs fois dont une version chantée par Irini Karagiani. Le thème de la "Compassion", quant à lui, invite l'alto et un orchestre de chambre. Avec "Devils", pour baryton, clavecin, choeur et orchestre, on change complètement de ton. Il y a là comme une transition ou plutôt un premier contraste avec une musique plus enlevée et extravertie. Elle transmet du bonheur, de la positivité, de l'espoir. Le caractère mélancolique du thème d'ouverture est provisoirement balayé par une fougue enthousiaste provenant d'un temps ancien. J'aime beaucoup cet extrait aux accents fortement baroques qui est assez inhabituel dans la musique d'Eleni Karaindrou, peut-être mon passage préféré de la cantate. Je retrouverai un peu de cette fougue d'un autre temps avec la "Procession" pour trompette, flûte, basson, clavecin et orchestre à cordes et le "Finale" pour mezzo-soprano, baryton, trompette, choeur et orchestre. J'aime bien cette fin radieuse qui me change des ambiances cordes un peu cafardeuses, si liées aux images dépouillées du cinéma d'Angelopoulos.

-
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 15414
Age : 57
Date d'inscription : 13/11/2009

Les cantates hors J. S. BACH - Page 2 Empty
MessageSujet: Maric   Les cantates hors J. S. BACH - Page 2 Empty2021-06-12, 21:31


A propos de la cantate Songs of Space/Chants de l'Espace de Ljubica Maric:

<<"Chants de l'Espace" (1956) est une cantate pour choeur mixte et orchestre symphonique, basée sur les épitaphes des tombes des Bogomiles bosniens (une secte chrétienne médiévale, fondée sur le manichéisme). Pour citer le compositeur elle-même: Je n'oublierai jamais le moment où j'ai découvert un calepin ronéotypé contenant des épitaphes gravées sur des tombes bogomiles en Bosnie et en Herzégovine, ni la nuit où la structure dramatique des sept inscriptions que j'avais choisies commença à prendre forme, ni enfin ce matin ou les premières notes jaillirent de ces mots si merveilleusement simples, si vivants, si vivifiants, face à la mort, la vie les illumine de toute sa valeur comme une pierre précieuse sur ce fond noir - éclat persistant dans son propre reflet. C'est une oeuvre qui non seulement témoigne de la maturité du talent musical de Ljubica Maric, mais c'est aussi la première oeuvre dans laquelle un concept philosophique profond - pierre angulaire de son acte créateur - se fond sans heurt à la musique. Pour le compositeur: L'espace a un sens, comme le temps et l'existence. La mort est au-delà de l'espace, éternelle - le néant. Mais dans notre expérience, elle affronte la vie et par conséquent ressemble à la vie, même s"il s'agit de la négation la plus abstraite de l'existence. Si la contemplation de ces inscriptions lapidaires antiques et de leur message de vie et de mort (dont l'expression tragique est tout à la fois humaine et éternelle) stimule la pensée de Maric, elle stimule tout autant son langage musical. Dans la cantate "Chants de l'Espace", Maric crée une synthèse unique de sonorités modernes et archaïques.>> Borislav Cicovacki. 2004. Extraits.

Par le "Radio-Television Belgrade Mixed Choir and Symphony Orchestra" - direction: Mladen Jagust.

Ces fameuses sonorités modernes et archaïques qui traversent l'oeuvre contribuent sans aucun doute à ma passion pour cette musique, d'une expressivité très prenante, de celle qui me tient en haleine pendant 28 minutes environ. J'avais écouté juste avant une autre cantate de la compositrice serbe, bien plus courte, moins de neuf minutes, intitulée Threshold of Dream, pour soprano, alto, narrateur et orchestre de chambre. De teneur fortement dramatique, elle était d'ambiance idéale, comme une continuité après l'oratorio profane Lella de la compositrice polonaise Joanna Brudowicz que je réécoutais pour la seconde fois.

...Toujours à propos des Chants de l'Espace:

<<L'un de mes plus beaux souvenirs de Yougoslavie, c'est d'avoir entendu "Chants de l'Espace" de Ljubica Maric. Le compositeur recourt à l'arsenal complet de la musique contemporaine pour atteindre un objectif majeur. Elle parle du plus profond de l'âme, dans une langue claire et impressionnante.>> Dmitri Chostakovitch.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Les cantates hors J. S. BACH - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les cantates hors J. S. BACH   Les cantates hors J. S. BACH - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Les cantates hors J. S. BACH
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Communauté :: Discussions sur la musique-
Sauter vers: