Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez
 

 Compositions pour pianoforte de CPE Bach à Scharwenka

Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 18463
Age : 72
Date d'inscription : 19/08/2006

Compositions pour pianoforte de CPE Bach à Scharwenka  Empty
MessageSujet: Compositions pour pianoforte de CPE Bach à Scharwenka    Compositions pour pianoforte de CPE Bach à Scharwenka  EmptyMer 16 Jan - 20:09

Je recopie ici cet extrait du Dictionnaire de la musique et des musiciens, partie consacrée au pianoforte, edité par George Grove en 1900 (d'où bien sûr absence de compositeurs après Moritz Moszkovski, soit du point de vue date, après environ 1880).

La traduction est celle de Google, d'où parfois du mauvais français, mais dans l'ensemble c'est tout à fait acceptable.



Le but de cet article est de donner une idée approximative du nombre de pièces composées pour le pianoforte seul; tous les duos avec d'autres instruments, à l'exception des trios, quatuors, quintets, sextets ou septets, étant exclus de la musique de chambre. Bien que compilée avec soin à partir de nombreux catalogues et biographies, notre liste ne peut prétendre à une correction complète. La plus grande difficulté a été rencontrée en ce qui concerne les compositeurs anglais. la plupart des œuvres des compositeurs anglais du siècle dernier sont épuisées et ne peuvent souvent être obtenues qu'avec grande difficulté. Les noms des compositeurs sont donnés dans un ordre strictement chronologique. Nous commençons notre liste avec l'année 1760, 14 ans après que l'illustre Sebastian Bach eut essayé le 'Silbermann Flügel' en présence de Frédéric le Grand au château royal de Potsdam. À cette époque, Carl Philipp Emanuel Bach (1714-1788), le deuxième fils de Sebastian, était le chef d'orchestre de la musique privée du roi. et comme il fut le premier à discerner la nécessité d'adopter un style et une expression modifiés pour l'application nouvellement inventée du marteau au lieu de la tangente [voirPianoforte ], il est juste de commencer la longue chaîne de compositeurs avec lui.

Emanuel Bach a laissé environ 210 pièces, dont pas moins de 93 sonates. Parmi eux, les 93 meilleurs (18) ont été republiés à Leipzig par Leuckart; et le Dr EF Baumgart, de Breslau, leur a écrit une préface extrêmement intéressante, dans laquelle le style de performance et la vraie manière d’exécuter les grâces et les agrémens sont décrits de la manière la plus complète qui soit. La même firme a également publié les rondos et fantasias (1-6) d’Emanuel Bach. Le regretté Aristide Farrenc, dans son Trésor des pianistes, a publié l'intégralité de la collection de la Sonaten für Kenner und Liebhaber de Bach, composée en 1779, 1780, 1783, 1785 et 1787. moins de 52 concertos.

Pier Domenico Paradies(1712-1795 [App. P.748 "1710-1792"]) un compositeur napolitain a écrit 12 bonnes sonates (deux mouvements chacune), dont le n ° 6, en la majeur, est un véritable joyau.

Johann Ernst Eberlin (1716-1776 [App. P.748 "1702-1762"]) a écrit des préludes, des toccatas et des fugues; distingué par une certaine expression mélancolique et une agréable tendresse. Sept des préludes (ou volontaires) et des fugues se trouvent dans «Practical Harmony» de Clementi.

Friedrich Wilhelm Marpurg (1718-1795), l'éminent théoricien, écrivit 6 sonates, 6 fugues et plusieurs caprices. Les sonates, bien qu'un peu sèches, ne sont pas sans intérêt.

Johann Philipp Kirnberger(1721–1783) s'est distingué par 9 fugues et quelques pièces plus petites, dont une gavotte en ré mineur et un charmant allegro pour boîte à musique sont devenues très populaires.

Georg Benda (1721-1795) a laissé 6 sonates (Paris, Farrenc), 5 concertos et 3 suites de divers petits morceaux. Les sonates sont extrêmement bonnes, une matière très intéressante.

Schobert (son prénom est inconnu) (1730-1768 [App. P.748 "1767"]) a laissé 4 sonates, 5 concertos et 1 concerto pastorale. Celles-ci ont été publiées à Londres par Bland, mais sont épuisées; les sonates sont un peu vides, mais élégantes et agréables.

Giuseppe Sarti (1730-1802 [App. 748 "1729"]) composa 6 sonates (Londres, 1762) claires, lumineuses et faciles.

Joseph Haydn(1732–1809), la littérature pour pianoforte comprend 34 sonates, 9 pièces plus petites et 20 concertos. Bien que les sonates de Haydn ne soient pas écrites avec le même soin et la même affection que ses quatuors et symphonies, elles contiennent de nombreuses beautés et sont pleines d’intérêt; parmi les plus petites pièces, la belle Andante avec variations en fa mineur est maintenant devenue une pièce de stock dans les «récitals de pianoforte».

Antonio Maria Gaspare Sacchini (1735-1786 [App. P.748 "1734"]) composa 12 sonates (op. 3 et 4). Comme presque toutes les sonates de compositeurs italiens, elles sont écrites dans un style léger, fluide et brillant, sans prétendre à une finition raffinée.

Johann Christian Bach(1735–1782), le " Bach de Milan ou Londres", composa 18 concertos, 12 sonates pour solo, 1 sonate en duo pour 4 mains et 1 pour 2 pianos, qui, bien que possédant une certaine élégance et fluidité, sont en tous les cas sont inférieurs à ceux de son frère Emanuel.

Johann Georg Albrechtsberger (1736-1809) composa 18 préludes et 59 fugues. Un bon nombre d'entre eux sont inclus dans «l'harmonie pratique» de Clementi et doivent encore être obtenus à Vienne (Haslinger et Witzendorf). Albrechtsberger étant un organiste distingué, il est naturel que ses fugues manquent de la vie et de l'animation suggérées par la nature du pianoforte en tant qu'instrument.

Johann Wanhal , Van Hall ou Wanhall(1739–1813), compositeur autrefois très populaire, nous a laissé 23 grandes sonates, 106 sonates et 49 livres de variations, de fantaisies, etc. Ses sonates ne sont pas dépourvues de mélodie et ont été considérées (à leur époque) comme brillantes; mais Wanhal étant un contemporain de Haydn et de Mozart, ses œuvres furent bientôt éclipsées par les sonates de ces deux illustres compositeurs.

André Ernest Grétry (1741-1813) a composé 6 sonates (Paris, 1768) qui contiennent de la matière d'un grand intérêt.

John Abraham Fisher (1744-1800) a laissé 9 concertos (Londres, Clementi & Broderip). En tant que violoniste, ses concertos pour pianoforte ne peuvent se prévaloir d'aucune originalité de traitement.

James Hook(1746–1827) composa 6 grands concertos pour Vauxhall (op. 55), 6 sonates (op. 54), 3 sonates (op. 71), 3 sonates sur airs irlandais (op. 92), plusieurs pièces pour deux interprètes, et un grand nombre de petites pièces.

Johann Wilhelm Haessler (1747-1822) a composé 25 sonates, 6 sonatines, une fantasia et une sonate et une gigue. Ses sonates (Breitkopf & Härtel) sont toujours excellentes pour l'enseignement, et son Gigue en ré mineur fougueux et extrêmement brillant mérite d'être connu de tous.

Carl Benda (1748-1836) a composé 6 sonates et 6 adagios; ce dernier doit être recommandé comme enseignement.

Les 3 sonates et autres pièces plus petites de l'abbé Johann Franz Xaver Sterkel (1750-1817) sont agréables et ne manquent pas d'une certaine élégance.

Nicolas Joseph Hullmandel (1751–1823), élève d'Emanuel Bach, composa 6 sonates (op. 6) et une grande sonate (op. 11); ce dernier contient suffisamment d’intérêt.

Muzio Clementi (1752-1832) composa 64 sonates, 6 sonates à quatre mains et un pour 2 pianofortes, 12 monférins (op. 49), 100 études ('Gradus ad [1]Parnassum '), 50 leçons, préludes, etc. La grande valeur et l'importance des compositions pour pianoforte de Clementi sont universellement reconnues; En effet, son «Gradus» et certaines de ses sonates sont indispensables à l’élève qui souhaite apprendre le pianoforte à fond.

Léopold Kozeluch (1753-1814 [App. P.748 "1754"]) a écrit 11 concertos, 12 sonates pour solo, 1 concerto à 4 mains et 1 recueil de pièces plus petites; certains de ces derniers ont été republiés à Londres et possèdent un certain charme pittoresque.

Wolfgang Amadeus Mozart(1756–1791) a écrit 22 sonates solo, 4 sonates, 2 fantasias, une fugue et un jeu de variations, le tout pour 4 mains, une sonate et une fugue pour 2 pianofortes, 21 livres de variations, 3 rondos, 3 fantasias, un dans le style de Haendel, un adagio, mars, gigue, menuet et valse pour piano solo, 25 concertos pour un piano, un pour 2 et un pour 3 pianos, ainsi que deux rondes pour piano et orchestre, publié récemment par Breitkopf & Härtel dans leur édition complète de Mozart. L'expression gracieuse, douce et affectueuse de ces compositions, leur charme irrésistible, leur finition parfaite, leur union merveilleuse entre science profonde et invention spontanée, les rendent tout à fait uniques.

L'abbé Joseph Gelinek (1757-1825 [App. P.748 "1758") fut l'un des compositeurs les plus prolifiques du pianoforte.110 livres de variations, 8 pot-pourris et 10 rondos. Parmi les variantes, les numéros 21, 29, 33, 36 et 67 (voir le catalogue d'André) étaient à leur époque les plus populaires et ne méritent pas encore d'être reconnus.

Ignaz Pleyel (1757-1831), élève de Haydn, composa 2 concertos, 6 sonates (op. 15) et 12 sonatines, 5 séries de variations, 5 rondos, 48 ​​courtes pièces faciles et 57 leçons (études). Parmi celles-ci, les sonatines sont toujours très estimées et leur caractère léger, gai et agréable plaira beaucoup aux jeunes étudiants.

Emanuel Aloys Förster(1757–1823 [App. P. "1748"]) composèrent 18 sonates, 6 sonates et 5 livres de variations. Le catalogue thématique des œuvres de Mozart (p. 530) de Köchel mentionne que les dix variations connues d'un allegretto de l'opéra de Sarti, «I finti eredi», sont de Förster et non de Mozart.

Louis Adam (1758–1848) est surtout connu pour sa «Méthode de piano du conservatoire», mais il a également écrit une sonate (op. 31), des polonaises et des rondos, une introduction et des variations, ainsi que plusieurs pièces plus petites, le tout devant être trouvé dans sa méthode.

Giacomo Goffredo Ferrari (1759–1842) a laissé 3 sonatines (opus 30), et 15 sonates plus longues (opus 14 et 31), 3 solos, un concerto en do (opus 6) et 12 pièces plus petites.

Luigi Cherubini(1760–1842) a écrit 6 sonates et 1 fantasia. La grande importance et la renommée que Cherubini a obtenues par ses opéras et ses compositions sacrées n’auraient pas été procurées par ces sonates.

Johann Ludwig Dussek (1761-1812) a écrit, selon le catalogue de Breitkopf & Härtel et Whistling, 32 sonates, 12 concertos et un grand nombre d'airs avec variations, fugues, leçons, etc. Des sonates, nos 21, 27, 29 et 31 de la nouvelle édition de Breitkopf ont obtenu la plus grande popularité; et parmi les plus petites pièces, le roman préféré de la reine Hortense, "Partant pour la Syrie", "La Consolation", "Les Adieux", toutes avec des variations, sont toujours très populaires.

Johann Christian Ludwig Abeille(1761-1832) est devenu à son époque bien connu par sa sonate et ses 9 variations dans le style de Mozart; Ses 4 sonates composées en 1789 étaient moins connues. Nous avons aussi un concerto en do et un concerto à 4 mains.

Adalbert Gyrowetz (1763-1850), autrefois bien connu et apprécié à Londres, composa 3 concertos et sonates op. 62 et 63; qui, comme toutes ses compositions, sont agréables et mélodieuses.

Daniel Steibelt(1764–1823) a écrit pas moins de 81 sonates et sonates, 117 rondos, 7 concertos, dont le n ° 3 contient le fameux rondo «Storm», tandis que le n ° 6 s'appelle «Voyage au mont Saint Bernard» et Le n ° 7 est le "Concert militaire" avec l'accompagnement de deux orchestres. Steibelt aimait beaucoup les descriptifs, et parmi ses fantasmes, l'un décrivait «la bataille de Neerwinde» (1793), la «destruction de Moscou» (1812), un voyage de Paris à Pétersbourg, et enfin, Les Adieux de Bayard à sa dame. Les seules pièces de pianoforte de Steibelt actuellement jouées sont le très joli rondeau 'Le Berger et son troupeau,' le 'Storm' et ses 50 études.

Franz Seraphinus Lauska(1764–1828), à qui Weber dédia sa deuxième sonate, en A♭, laissa 18 sonates - dont op. 4 et op. 20 sont les meilleurs - 4 livres de variations, différents rondos et polonaises.

Friedrich Heinrich Himmel (1765-1814) - plus célébré par son «Fanchon» (1809), ses chansons désormais nationales «An Alexis» et «Es kann ja nicht immer so bleiben», que par ses compositions pour pianoforte - n'a écrit que 5 pièces , parmi lesquels les 12 variations sur l'air 'Ich klage Dir' étaient autrefois extrêmement populaires.

Anton Eberl(1766-1807), écrivain aisé et fluide, composa 2 concertos, un pour 2 pianos, 6 sonates et 3 séries de variations. Il faut mentionner que les variations bien connues attribuées à WA Mozart, «Zu Steffan sprach im Traume» et celles de Anditters de Dittersdorf, «Freundin sanfter Herzenstriebe», sont en réalité d’Eberl et ne font pas partie des trois livres mentionnés plus haut.

Ignaz Anton Franz Xaver Ladurner (1766-1839) est un nom inconnu des oreilles anglaises. Ladurner a écrit 2 livres de variations, plusieurs fantasmes, dont l'un en forme de sonate sur un air de «Don Giovanni» de Mozart, intéressant et remarquable pour son développement thématique.

Samuel Wesley (1766-1837), bien connu comme un jeune prodige et un grand organiste, a composé plusieurs sonates en solo et à 4 mains publiées par Hofmeister de Leipzig.

August Eberhard Müller(1767-1817) composa 17 sonates et sonates, cadences pour les concertos, les études de Mozart (toujours avec succès); mais sa juste renommée repose sur ses excellents caprices (six op. 29, trois op. 31, trois op. 33 et trois op. 41). Ils sont extrêmement utiles à la pratique. plein de sons, une musique substantielle et agréable, et réellement amusant pour l'étudiant. Les plus difficiles et les plus intéressants sont les Nos 3, 4 et 6 de l’op. 29, n° 4 de l'op. 31, n° 3 de l'op. 34 et n° 1 de l'op. 41. On raconte que le premier mouvement de la Sonate en B (édition de Pauer, n ° 20), communément attribué à WA Mozart, est réellement celui de AE ​​Müller.

Hyacinthe Jadin(1769–1802) jouit à son époque d'une grande réputation en France; 5 sonates en solo, 1 duo idem et 4 concertos sont tous publiés; et à présent, ils ne sont plus utilisés.

Ludwig van Beethoven(1770-1827) ont enrichi la littérature du pianoforte avec les œuvres les plus précieuses; en effet, nous pouvons dire avec fierté à ses sonates un monument qui se démarque comme les pyramides - toujours frais, rempli de tout le charme, de tout l'intérêt et de toute l'intellectualité que peut posséder la musique, tout en exprimant toutes les émotions les plus différentes qui agitent la l'âme humaine. Les sonates de Beethoven sont vraiment les productions les plus grandes et les plus parfaites dont puisse se vanter le Pianoforte, et peuvent sans aucun doute prétendre dépasser toutes les autres compositions, quel que soit l'instrument solo. Il a écrit 32 sonates, 6 sonates plus petites, 21 séries de variations, 3 séries de bagatelles, 3 rondes, une polonaise, une fantasia et plusieurs pièces plus petites, telles que préludes, menus menu, etc. 5 grands concertos et plusieurs courts morceaux à quatre mains.

Johann Nepomuk Wittasek(1770–1839), un nom totalement inconnu des oreilles anglaises, composa plusieurs livres de musique de danse particulièrement gracieuse, tels que Minuets et Ländler.

Friedrich Joseph Kirmair (1770-1814), également inconnu ici, était à son époque l'un des compositeurs de pianoforte les plus populaires; il a publié 6 sonates et plus de 40 recueils de variations, parmi lesquels les variations du menuet de «Don Giovanni» de Mozart ont été imprimées par pas moins de douze firmes différentes.

John Baptist Cramer(1771–1858) était un compositeur prolifique; il a écrit 105 sonates, 7 concertos, 3 duos à quatre mains, 18 divertissements, 100 études, 24 séries de variations et de nombreux rondos et fantasmes. Bien que les sonates de Cramer contiennent beaucoup de choses bonnes, substantielles et même intéressantes, elles ne peuvent être comparées à ses études, qui sont des modèles de construction concise et de rondeur plastique, regorgent de mélodies intéressantes et charmantes, et sont avant tout parfaites à l'euphonie et facile, naturel, modulation.

Joseph Woelfl (1772-1812) a composé 26 sonates, dont deux seulement, "Non Plus Ultra", op. 41, et «Le Diable à quatre», op. 50, sont toujours joués - 5 concertos et un concerto militaire (non sans intérêt) - 2 fantasmes avec des fugues, 14 livres de variations,

Christoph Ernst Friedrich Weyse (1774-1842), compositeur danois, a publié 3 sonates, 4 Allegri de bravura et 12 excellentes études, qui méritent d'être republiées; Robert Schumann parle en termes très élevés des deux séries d’études op. 8 et op. 60.

Wenzel Tomaschek (1774-1850), professeur d'Alexander Dreyschock et de Julius Schulhoff, compositeur dont les Bohémiens sont très fiers, a écrit 5 sonates, 1 rondo, 37 églogues (vraiment idylliques) 12 rhapsodies, 3 ditirambi, et 3 allegri capriciosi di bravura; le ditirambi et certaines églogues offrent toujours un matériel précieux pour les cours.

Philipp Jacob Riotte(1776–1856) s'est fait connaître par une fantaisie descriptive appelée «La bataille de Leipsic». Ses 12 sonates, 7 rondos et 14 recueils de variations jouissent d’une moins grande popularité.

Ludwig Berger (1777-1839), professeur respecté de Mendelssohn et de Taubert, était un compositeur persévérant et prospère. il a écrit 1 concerto, 4 sonates, 4 cahiers de variations (ceux sur l'ancien air français, "Ah! vous dirai-je Maman" sont les plus populaires), 5 rondos, 29 études (dont 27 ont été republiées par Breitkopf & Härtel), 32 pièces plus petites, des préludes et des fugues, une toccata et, enfin, une "Alla Turca" encore très jouée en Allemagne.

Francesco Giuseppe Pollini(1778–1847), l'un des compositeurs de pianoforte italiens les plus intelligents, a écrit trois sonates, un divertimento pastorale (op. 34), une toccata majuscule en sol majeur, fantasias, capriccios et 32 ​​études, dont une écrite sur trois Les portées étaient très populaires à Vienne. La musique de Pollini est toujours saine et mérite des recommandations chaleureuses, ce qui en fait un excellent matériau pour les études techniques.

Johann Nepomuk Hummel(1778-1837) a écrit 5 sonates (n ° 1, op. 12 et n ° 2, op. 20, sous l'influence de Mozart), dont la sonate (op. 81) en fa mineur et la grande sonate (op. 106) en D présentent les difficultés techniques les plus complexes; 3 sonates pour quatre mains, dont celle de A ♭ (op. 92) est remarquablement belle; plusieurs autres duos, dont le charmant op. nocturne. 99; 7 concertos (ceux en la mineur, op. 85, B mineur, op. 89 et A♭, op. 113, sont des œuvres classiques); 16 livres de petites pièces, rondos, divertissements, dont la charmante introduction et polacca 'La Bella Capricciosa, op. 55, et le rondo vif et extrêmement difficile en si mineur (op. 109), sont les plus en évidence; 4 livres de caprices et d'études. Les compositions de Hummel sont remarquables par leur construction solide, leur élégance et leur éclat.

Johann Horzalka (1778-1860), compositeur bohémien très talentueux, a écrit une sonate intéressante (op. 9), 11 livres de variations et plusieurs rondos, parmi lesquelsle Rondo pastoral (op. 11) et le Rondo hongrois (op. 28) étaient les grands favoris de Vienne; ses nocturnes (op. 27), Fantasia pastorale (op. 54) et d'excellentes études (op. 39) sont également à recommander.

Johann Heinrich Clasing (1779–1829) a publié une sonate (op. 5), 6 rondos, 2 fantasias et plusieurs pièces plus petites - toutes les productions d'un musicien son.

Nicolaus von Krufft (1779-1818) était un compositeur autrefois très estimé à Vienne; il a laissé une sonate, 12 livres de variations, 3 grands caprices, 12 études et 24 préludes et fugues; tous pleins d'élégance et de goût.

Wilhelm Friedrich Riem (1779–1837) composa 8 sonates, 6 sonates, 2 recueils de variations, polonaises, écossaises, valses et anglais très appréciés dans le nord de l'Allemagne.

MJC Leidesdorf, l'ami de Beethoven et de Schubert (1780-1839 [App. P. 748 "1840"]), écrivit 4 sonates, 22 rondes, 36 livres de variations et une quantité de fantaisies ou d'airs d'opéra; et peut être appelé un précurseur de Henry Herz et Carl Czerny.

Anton Diabelli (1781–1858): les 29 sonatines solo et 23 charmantes sonatines de ce compositeur prolifique sont toujours très populaires; ses 36 cahiers de variations et 426 cahiers de pot-pourris furent, une fois de plus, très demandés; En effet, les mérites de Diabelli en tant que compositeur éducatif sont indiscutables.

Jonathan Blewitt (1782-1835 [App. P. 748 "1853"]) laissa un concerto, une sonate et un divertissement sur des airs écossais.

John Field(1782-1837), l'élève préféré de Muzio Clementi, composa 7 concertos, 18 nocturnes, 6 séries de variations, 3 sonates, 2 fantasias sur des airs nationaux et une grande étude capitale, à travers toutes les clefs, dont l'exécution est un véritable tour de force. Parmi les concertos, les n° 4 dans E et n° 3 dans A ♭ sont les plus connus.

Georges Onslow (1784–1853), mieux connu pour ses quatuors et ses quintets, composa 2 excellentes sonates en duo en fa et mi mineur, 4 livres de variations ('Charmante Gabrielle' est particulièrement recommandé), une toccata en capital majeur, et une grande sonate.

August Alexander Klengel(1784–1852), élève de Clementi, écrivit 4 sonates, 8 rondos, 8 recueils de variations, 4 fantasias et 30 études. Ses œuvres principales sont toutefois d'abord Les Avant Coureurs, composées de 24 canons, une sorte de préparation pour le "Wohltemperirtes Clavier" de Sebastian Bach, et ensuite de 24 canons et de 24 fugues. Parmi les fugues, celle sur le thème «La ci darem» est un véritable joyau.

Ferdinand Ries (1784-1838), élève de Beethoven, composa 9 concertos (ceux en do mineur et en mi méritant d'être vivement recommandés), selon sa propre énumération: 52 sonates, 15 fantasias, 35 rondos, 49 livres de variations, et 25 duos, comprenant des sonates, des marches, des polonaises, des variations.

De Charles Neate(1784–1877), qui ont bénéficié de l'enseignement de Field et Woelfl et de l'amitié de Beethoven, nous n'avons que 2 sonates (publiées en Allemagne) et un ouvrage précieux sur l'art du doigté.

Conrad Berg (1785–1852), professeur alsacien très respecté, composa 1 sonate, 3 livres de variations et 7 rondos.

Wenzel Plachy (1785–1858) a écrit 35 séries de variations et un très grand nombre de pièces éducatives, parmi lesquelles les œuvres collectives «Amusements» et «Les Délices de l'Opéra» jouissaient autrefois d'une grande popularité en Autriche et dans le Sud. Allemagne.

Le compositeur danois Friedrich Kuhlau(1786–1832) a écrit 15 sonates, de nombreuses sonatinas (très estimées), 27 cahiers de variations, un bon nombre de rondos et autres pièces éducatives et 19 duos, parmi lesquels les variations des chansons de Beethoven sont très bonnes.

Carl Maria von Weber (1786-1826) nous a laissé quatre sonates, 3 concertos, 2 polonaises, 2 rondos, 8 recueils de variations, de valses, d'écossaises et de duos très charmants.

Henri Lemoine (1786–1854) s’occupe principalement d’œuvres pédagogiques; parmi eux, on trouve un bon nombre de divertissements, 34 ouvrages intitulés «Bagatelles», une œuvre collective intitulée «Récréations musicales» et le célèbre ouvrage «Etudes enfantines», op. 37.

George Frederic Pinto ( Sauters , 1786-1806), artiste d’une rare promesse, n’a laissé que quelques sonates.

John F. Burrowes (1787–1852) était un écrivain éducatif, dont Pianoforte Primer est encore très demandé.

Ludwig Böhner (1787-1860), qui revendique la paternité du second sujet de Freyschütz Overture de Weber, écrit une sonate, 14 livres de variations, 6 fantasias, 12 bagatelles et un très joli Ave Maria.

Hieronimus Payer (1787-1845), compositeur peu connu des musiciens anglais, a écrit environ 160 œuvres éducatives légères et moyennement difficiles, composées de variations, de rondos, de mélanges, etc., qui ont acquis une grande popularité à Vienne. et y sont toujours utilisés à des fins d’enseignement.

Friedrich Kalkbrenner(1788–1849) était un écrivain prolifique. Nous avons à lui 4 concertos, 8 sonates solo (une pour la main gauche seulement), 18 fantaisies, 20 rondes, 24 livres de variations, 6 ouvrages différents (ceux de l'op. 143 sont tout à fait excellents), 2 sonates en duo, et un nombre considérable de petits duos de pianoforte.

Charles Chaulieu (1788–1849) a composé des variations, des divertissements, des bagatelles, des caprices et un grand nombre d'études très utiles.

Johann Peter Pixis (1788–1874) a laissé 2 sonates, 23 livres de variations, 20 rondos et différentes collections de pièces plus petites.

Simon Sechter(1788–1867), qui enseigna l'harmonie et le contrepoint à Thalberg, Döhler, Kullak, Köhler, Vieuxtemps - et avec qui Schubert avait commencé à étudier lorsque la mort l'enleva, composé de 23 fugues, 16 préludes, canons, etc. parmi ses compositions en duo, les 24 fugues sur airs populaires nationaux et comiques doivent être recommandées comme très amusantes.

Le compositeur pédagogique Aloys Schmitt (1789-1866), maître de Ferdinand Hiller, dont les nombreux ouvrages d'études sont bien connus, a également écrit 22 sonates et sonates en solo, 16 sonates en duo, 15 livres de variations, 6 concertos, 1 concertstück, fantasias, 10 rondos et une quantité de petits morceaux.

Anton Halm(1789–1872), professeur réputé de Vienne, composa 3 sonates, 4 rondos, 4 recueils de variations et 4 études: «Etudes de concert», «Etudes mélodieuses, pathétiques et héroiques».

Maria Szymanowska (née Wolowska)(1790? –1831) a écrit 5 fantasias, un nocturne, un ensemble de variations et 12 études; Robert Schumann parle avec une chaleur considérable des études.

Giovanni Battista Sammartini (1700) a composé pas moins de 2800 œuvres, mais son industrie est plus que rivalisée et son efficacité largement dépassée par Carl Czerny(1791–1857), le véritable Lope de la Vega du pianoforte, qui écrivit une quantité telle qu'il est impossible de rendre compte de toutes ses compositions originales, de ses arrangements, transcriptions, etc. Il suffit de dire , que ses œuvres s'étendent au-delà de 1000; de ceux-ci, un seul, le «Décamérone», contient 300 pièces et le contenu moyen de chaque opus est de 100; en effet, il n’existe pas de branche ni de forme de musique de pianoforte dans laquelle Czerny n’était pas actif. En plus de cela, son énergie à organiser des oratorios, des opéras, des symphonies, des ouvertures, des quatuors, des quintettes, etc., est vraiment merveilleuse. son nom sera cependant perpétué par ses études éminemment utiles et pratiques.

Johann Hugo Worzischek(1791–1825), compositeur viennois aux talents exceptionnels, a écrit une sonate, 12 rhapsodies, 2 livres de variations, plusieurs polonaises et 3 rondos, parmi lesquels le «Rondeau espagnol» était particulièrement apprécié des pianistes de Vienne.

Friedrich Wilhelm Grund (1791–187? [App. P.748 "1874"]), un professeur très estimé de Hambourg, est toujours bien connu par ses études bien écrites (op. 21). Il a également composé des sonates et des rondos.

Christian Traugott Brunner (1792–1874) a composé environ 300 pièces et collections bien écrites et à des fins éducatives.

Cipriani Potter(1792–1871) composé (d'après des catalogues allemands, les éditions anglaises étant épuisées et difficiles à obtenir) 2 livres de variations, 3 toccatas, 1 sonate, 2 livres d'études (utilisés à une époque à l'Académie royale de musique) , deux rondos. Il compiacente, op. 16 et le divertimento 'La Placidita', en la majeur, sont encore joués; un grand duo pour deux pianos (op. 6) et une introduction et un rondo (op. 8) pour quatre mains contiennent une matière très intéressante.

Mobitz Hauptmann (1792–1868), bien connu de nombreux musiciens anglais comme excellent professeur, composa 12 pièces détachées et plusieurs sonatines.

François Hünten(1793–1878), compositeur éducatif d'un certain mérite, a écrit environ 200 collections et œuvres faciles et moyennement difficiles à exécuter. Certaines œuvres de Hünten, telles que «Les Emeraudes», «Trois Airs italiens», op. 65; les rondinos 'Le petit Tambour' et 'An Alexis' sont devenus très connus. Ses études (op. 158) sont extrêmement utiles et agréables.

Ignaz Moscheles(1794–1870) a composé 7 concertos, parmi lesquels celui en sol mineur jouit encore d'une grande réputation bien méritée; 5 sonates en solo, 2 sonates en duo (op. 47, op. 112), dont la première, en, mérite d'être rappelée, 10 cahiers de variations, 20 rondos, de nombreux fantasias («Souvenir d'Irlande») et un grand nombre de petites pièces. Ses célèbres duos, ses pièces pour 2 pianofortes, "Hommage à Handel" et "Les Contrastes" (8 mains), et ses plus excellentes études, op. 70 et op. 95, sont considérés comme classiques et méritent pleinement cette désignation.

Carl Arnold (1794) a écrit 4 sonates, 3 recueils de variations, 3 rondes et un recueil d'études bien connues en Allemagne centrale il y a 30 ans.

Jacques Herz(1794–1880), le frère aîné du célèbre Henri Herz, n'a écrit que quelques pièces originales (nocturnes). Ses variations (7 livres), 10 rondes, 20 airs de ballet, fantasias, et plus particulièrement ses 11 livres de brillants valses sur airs d'opéra, étaient autrefois de grands favoris.

Heinrich Marschner (1795–1861) composa 8 sonates, 12 rondos, variations, fantasias et 7 très bons duos (Duo, op. 62). Carl Loewe (1796–1869) composa 4 sonates (la sonate «Gipsy» était autrefois bien connue) et plusieurs fantasmes caractéristiques, parmi lesquels «Mazeppa», «Le frère de la Miséricorde» et «Images bibliques» suscitèrent une grande attention. dans leur temps. Jacob Schmitt(1796–1853) ont écrit environ 400 œuvres, principalement éducatives; ils se composent de variations, rondos, nocturnes, d’excellentes sonatines, de bonnes études, de pot-pourris et d’un certain nombre de duos très utiles et divertissants.

Franz Schubert(1797–1828) a écrit 10 sonates, 2 sonates en duo (op. 30, 140), 8 impromptus (op. 90, 142), 6 comédies musicales, 2 fantasias, adagio et rondo (très charmant), 158 valses, 29 ländler (Danses rustiques allemandes) et 21 ecossaises. Parmi ses duos, la belle fantasia en fa mineur (op. 103), le très peu connu «Divertissement en forme d’une marche brillante et raisonnée», le splendide et hautement caractéristique «Divertissement à la Hongroise» (op. 63). 54), le charmant rondeau en la (op. 107) et la collection incomparable de marches (op. 27, 40, 51, 55, 66, 121) sont des œuvres classiques remplies de beautés incomparables.

Franz Schoberlechner(1797–1843), un Viennois élève de Hummel et bien connu en Italie et en Russie était très populaire à son époque. Il composa 2 sonates, 15 recueils de variations, 5 rondos, des fantasmes, un duo-rondo brillant en mi mineur et plusieurs pièces plus petites.

Heinrich Wohlfahrt (1797) s'est forgé une grande réputation grâce à ses fameux manuels d'instruction pour enfants; mais ses sonatines et autres petits morceaux sont également très précieux.

Carl Gottlieb Reissiger (1798–1859) a écrit 2 sonates, 5 livres de variations, 25 rondes et plusieurs fantaisies.

Henri Bertinijuin (1798–1876) réclame une reconnaissance reconnaissante pour ses 20 livres d'excellentes études, pour environ 250 différentes collections de pièces solo faciles, moyennement difficiles et difficiles et pour un grand nombre d'excellents et des plus utiles duos. Son arrangement du 'Wohltemperirtes Clavier' de Bach à quatre mains n'est pas assez connu.

Carl Mayer (1799–1862) était un compositeur prolifique. il a écrit 2 grands concertos, plusieurs allegros brillants avec accompagnement d'orchestre, de nombreux rondos, scherzos, variations, fantasias, toccatas (en mi) et une collection de pièces de salon élégantes et agréables, telles que «Jugendblüthen».Immortellen, '' Shadow pictures '', Myrthen ', etc. Ses nombreux duos sont excellents pour l'enseignement; et ses études, op. 31, 55, 61, 92, 93, 100 et 119 sont hautement recommandables.

Heinrich friedeich Enckhausen (1799–) a obtenu une bonne réputation pour ses sonatinas, sonates, rondes et autres pièces éducatives utiles et utiles.

Carl Kulenkamp (1799–17) a écrit environ 60 œuvres au caractère léger et agréable. parmi eux ses polonaises et ses valses ont acquis une réputation considérable.

Joseph Christoph Kessler (1800–1872) a composé des variations, bagatelles, nocturnes, scherzos, préludes, cadences et une sonate, en (op. 47); et ses grandes études (op. 20) sont toujours estimées grandement et à juste titre.

Johann Wenzel Kalliwoda(1800-1866) composa un grand nombre de tournées, valses, impromptus, contredanses et duos amusants.

Franz Xaver Chotek (1800–1852), nom bien connu en Autriche, a composé environ 130 œuvres sur des airs d'opéra, principalement pour le divertissement et l'enseignement.

Carl Schunke (1801-1839) a écrit environ 60 ouvrages pédagogiques; parmi eux, la collection 'Le Pensionnat' (op. 52), tant pour solo que pour duo, est devenue bien connue.

Carl Georg Lickl (1801-1877) a écrit environ 80 œuvres. Parmi elles, les charmantes collections intitulées «Ischler Bilder» (op. 57), «Elegieen» (op. 63) et «Novelletten» (op. 66) méritent une meilleure connaissance.

Ferdinand Beyer(1803–1863): ce compositeur prolifique a publié plus de 800 pièces amusantes et instructives, composées principalement d'arrangements, de variations, de valses et de divertissements.

Jean Amédée le Froid de Méreaux (1803-1874) est connu pour son excellent travail collectif "Les Clavecinistes". Ses grandes études et plusieurs pièces plus petites sont bien composées, mais comme elles ne sont publiées qu'en France, elles sont peu connues en Allemagne et en Angleterre.

Adolph Heinrich Sponholtz (1803–1851) composa des sonates, des pièces caractéristiques, des études et plusieurs recueils de musique de danse très agréables.

Salomon Burkhardt (1803-1849) a écrit environ 70 œuvres, principalement éducatives, parmi lesquelles de nombreux duos, toujours très populaires en Allemagne.

Jules Benoît(1804, maintenant Sir Julius [App. P.748 "date de décès, 1885"]) a écrit des concertos, des sonates, des fantasmes, des variations, des rêveries, des rondos, des divertissements et de nombreuses transcriptions d'oeuvres classiques.

Luise Farrenc ( Dumont ) (1804-1875) a composé une quarantaine d'œuvres d'un mérite considérable; parmi eux ses études op. 26, 41 et 42 sont bien connus et joués en Allemagne. Sa collaboration à la publication du grand ouvrage collectif de son mari, "Le Trésor des pianistes", mérite une reconnaissance reconnaissante.

Carl August Krebs ( Miedke , 1804-1880) a composé un grand nombre de pièces élégantes et agréables.

Friedrich Burgmüller(1804–1874 [App. P. 748 "1806"]) composa un grand nombre d'œuvres éducatives particulièrement utiles pour leur précision en matière d'expression et d'orthographe musicale.

Henri Herz (1806–) est l'un des compositeurs les plus prolifiques du pianoforte. il a écrit plus de 200 ouvrages, dont 60 recueils de variations, de nombreux fantaisies et des pièces de salon de toutes sortes. Ses études, op. 20, 100, 119, 151, 152, 153 sont très populaires sur le continent et ses quatre ouvrages d’études techniques ont acquis une réputation mondiale. Ses duos, op. 16, 50 et 70 sont fortement recommandés pour l'enseignement.

Joseph Nowakowski (1805), professeur de polonais, composa 12 études (op. 25, consacrées à Chopin) et remporta un vif succès avec ses airs polonais, ses mazurkas et ses polonaises.

Julie von Baroni-Cavalcabo - après Julie von Webenau - (1805) a écrit une sonate, des rondes, 3 caprices, des fantasias et plusieurs pièces plus petites, dont l'une 'Au bord du lac' est très charmante.

Le compositeur danois Johann Peter Emil Hartmann (1805) a écrit une sonate de prix, variations, croquis, rondes, caprices, dont Schumann parle avec sympathie.

George Alexander Osborne (1806) a composé un grand nombre de variations, des fantasmes sur des airs d'opéra et nationaux, des rondinos et de nombreuses pièces de salon, dont la valse préférée 'La Pluie des Perles' [App. p.748 omettre le mot valse "] fait le tour du monde.

Johann Friedrich Kittl(1806-1868) a écrit 12 idylles, scherzi, divertimenti, etc., qui jouissaient d'une certaine popularité en Bohême.

Anna Caroline de Belleville-Ouby (1806-1880) a écrit plusieurs pièces de salon élégantes et populaires, dont la fantasia sur les airs écossais a obtenu un grand succès en Angleterre.

Felix Dobrzinsky (1807–1867), un Polonais, s'est principalement consacré à la musique de son pays natal. Ses variations et ses fantaisies sont composés sur des airs polonais, et ses autres compositions sont composées de polonaises et de mazurkas, dont l'une, "Mazurka a la Kujawianka", est devenue bien connue.

Les mérites de Julius Knore(1807–1861) ne résident pas dans ses œuvres originales, mais dans ses œuvres éducatives soigneusement compilées et systématiquement commandées: «Méthodischer Leitfaden für Klavierlehrer» et «Matériel pour les ouvriers mécaniciens de Klavierspiel».

Franz Xaver Chwatal (1808–1880 [App. P. 748 "1879"]) a laissé un grand nombre de sonates et de sonatines (à 2 et 4 mains), de rondes, de variations, de fantasmes, d'excellentes paraphrases de chants célèbres, d'œuvres collectives, parmi Musikalisches Blumengartchen est devenu bien connu. Ses pièces sont écrites couramment et agréablement.

Hubert Ferdinand Kufferath(1808– [App. P. 748 "date du décès de 1882"]), un professeur bruxellois très respecté, composa de bonnes études (op. 2 et 8), des divertissements, des romanzas, etc. ses arrangements pour piano des andantes des concertos de Mendelssohn, op. 25 et 40, sont éminemment réussis.

Felix Mendelssohn-Bartholdy(1809–1847) composa 2 concertos, 1 capriccio (op. 22), un rondo (op. 29), une sérénade et allegro giojoso (op. 43), le tout avec des accompagnements orchestraux; 1 sonate (op. 6) 4 fantasias (op. 16 et 28), plusieurs scherzi, 3 séries de variations, notamment les 17 Variations sérieuses (op. 54); 3 caprices (op. 33), 36 chansons sans paroles (nos 37 à 48 ont été publiés après sa mort), des préludes et des fugues (op. 35), 2 sketches, un capriccio (op. 5), 6 pièces de Noël, un andante cantabile et presto agitato, une étude en fa mineur, un scherzo à capriccio en fa mineur, une barcarole en la et deux duos, andante et variations op. 83 a ,et allegro brillant, op. 92. Deux sonates, préludes, études, etc. ont été publiés après sa mort. La grande beauté, la rondeur plastique et l'euphonie sans faille des œuvres pour pianoforte de Mendelssohn leur ont valu une reconnaissance universelle; En effet, certaines d'entre elles, en particulier les chansons sans paroles (livres 1 à 6), sont de véritables pièces de la maison. Dans ses scherzos, Mendelssohn est sans égal; toutes ses œuvres sont en effet marquées par une forte individualité que nombre de ses disciples ont tenté en vain d'imiter.

Frédéric François Chopin [5](1809–1849) composa 2 concertos, des variations sur «Là ci darem», une grande fantasia (air polonois), un grand rondo (Krakowiak) et une «Grande Polonoise précédée d'un Andante spianato», avec accompagnement orchestral; 2 sonates, 1 fantasia (op. 49), 1 duo pour deux pianos, 24 préludes, 27 études, 18 nocturnes, 4 ballades, 4 impromptus, 17 valses, 12 polonaises, 56 mazurkas, 4 scherzos, etc., etc. Peu nombreux. Les œuvres de pianoforte ont acquis une popularité aussi générale et durable que celles de Chopin. En fait, on peut dire que leur popularité est comparable à celle des œuvres pour pianoforte de Schumann, en augmentation constante.

Adolphe Claire le Carpentier(1809-1869) ont écrit environ 160 œuvres (principalement éducatives); elles consistent en bagatelles, rondes, variations, collections appelées Mosaïques, qui jouissent d’une grande réputation en France.

Le compositeur danois, Johann Ole Emil Horneman (1809-1870) s'est fait connaître grâce à ses 12 caprices, ses 12 sketches et ses "Chansons du Nord sans paroles".


Dernière édition par joachim le Jeu 17 Jan - 19:31, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 18463
Age : 72
Date d'inscription : 19/08/2006

Compositions pour pianoforte de CPE Bach à Scharwenka  Empty
MessageSujet: Re: Compositions pour pianoforte de CPE Bach à Scharwenka    Compositions pour pianoforte de CPE Bach à Scharwenka  EmptyMer 16 Jan - 20:10

Suite et fin

Robert Schumann(1810–1856) laissa un riche héritage: il composa 1 concerto, 1 concertstück, 1 concert-allegro, 6 sonates (op. 11, 14, 22, 118), 11 pièces fantaisies (phantasie-stücke), 8 novelletten, 12 études symphoniques, 12 transcriptions des caprices de Paganini, 6 études sous forme de canon et 4 esquisses pour le piano à pédales; collections caractéristiques, «Les Papillons», «Die Davidsbündler», «Carneval», «Scènes d'enfance», «Kreisleriana», «Arabesque», «Blumenstück», «Humoresque», «Visions nocturnes», «Carnaval de Vienne», '' Album pour les jeunes, «Scènes de la forêt», «Feuilles de couleurs variées», «Feuilles de l’album», «Chansons du matin»; variations sur le nom 'Abegg', 6 intermezzi, impromptu sur un air de Clara Wieck, une toccata, un allegro, une fantasia, 3 romanzas, scherzo, gigue, romanza et fughetta; 6 fugues sur le nom 'Bach'; 4 fugues, 4 marches, 7 pièces en forme de fughetta; en plus en duos, "Oriental Pictures", 12 duos pianoforte pour joueurs de tous âges et "Ball Scenes". Dans l'œuvre de pianoforte de Schumann, nous possédons l'un des plus grands trésors; ils sont incomparables par leur contenu poétique et intellectuel et constituent une source incessante de plaisir des plus authentiques.

Félicien David (1810-1876) a écrit plusieurs recueils de mélodies très charmantes, plus ou moins liées à son célèbre 'Le Désert'; leurs noms, "Les Minarets", "Les Brises d'Orient", suggèrent cette relation; 3 valses expressives de sa composition peuvent également être recommandées.

Wilhelm Taubert (1811–), élève de Ludwig Berger, a composé un grand nombre de pièces agréables, efficaces, brillantes et intéressantes. Nous avons de son stylo, 1 concerto, 5 sonates, impromptus, scherzos, 12 excellentes études, op. 40 (un travail remarquable), les célèbres «Campanella» et «Najade»; œuvres collectives de grand mérite, à savoir. «Miniatures», «Camera Obscura», «Tutti frutti», «Minnelieder», «Souvenir d'Ecosse», etc. Parmi ses duos originaux figurent quatre marches et un duo (op. 10) en la mineur.

Léopoldine Blahetka(1811–) a composé un concertstück, 12 livres de variations, des polonaises, une fantasia «néerlandaise» et une «anglaise».

Camille Marie Stamaty (1811-1870), professeur réputé à Paris, composa un concerto, 2 sonates, 25 études (op. 11), "Etudes progressives" (op. 37, 38, 39); ainsi que les études «Les Concertantes» (op. 46, 47); fantasias et nombreuses transcriptions.

Henri Rosellen (1811– [App. P. 748 "date de la mort 1876"]), professeur de français populaire, a composé environ 150 œuvres, composées principalement de fantasias, de rondes et de divertissements sur des airs préférés, 12 études (op. 60). , plusieurs duos, excellent pour les cours.

Ferdinand Hiller(1811– [App. P. 748 "date du décès de 1885"]) a composé un grand nombre de pièces excellentes et très intéressantes, pleines de talent et d'intelligence. Plusieurs concertos (op. 5 en A♭, op. 69 en fa♯ mineur) et sonates, les célèbres études (op. 15, 52), capriccios, un grand nombre de petites pièces ('zur Guitarre,' 'Albumblatt, '' La Danse des Fées, '' La Danse des Fantômes '),' Réveries au Piano '(op. 17, 33),' Huit mésures variées, '24 Claverstücke, op. 66, 79, 81; six sonates, op. 95, «Gavotte», «Sarabande» et «Courante» (op. 115), etc.

Franz Liszt [6](1811– [App. P. 748 "date du décès de 1886"]) a été actif dans toutes les branches de la composition pour pianoforte: parmi ses compositions originales, on trouve (op. 1) 12 études, transformées plus tard en «Etudes d'exécution transcendante '; un «Allegro di Bravura» (op. 4), une «Valse di Bravura» (op. 6), «Album d'un Voyageur», en 12 morceaux, «Canzone napolitana», «Grand concert Harmonies poétiques et religieuses» solo, concerto pathétique (pour 2 pianos), Consolations, une sonate en si majeur. Parmi ses œuvres composées sur des airs nationaux ou celles d’autres compositeurs figurent ses célèbres «Rhapsodies hongroises», «Trois airs suisses», des transcriptions d’air de Donizetti, Mercadante, Rossini, Bellini; des chansons de Schubert, Schumann, Mendelssohn, Franz, Dessauer, Alabieff, Berlioz, Beethoven, Weber, Le duc de Saxe Coburg; nombreux fantasmes et variations sur des airs d'opéra, arrangements de symphonies de Beethoven et Berlioz, de fugues d'orgue de Sebastian Bach, paraphrases de pièces de violon de Paganini et Ferdinand David; En effet, l'activité et la polyvalence de Liszt sont vraiment étonnantes.

Vincenz Lachner (1811–) a composé plusieurs rondinos, un prélude et une toccata en ré mineur, impromptu et tarentella, «Bunte Blätter», de charmantes danses rustiques, etc.

Sigismund Thalberg [7] (1812-1871). Parmi les pièces originales de Thalberg figurent «Souvenirs de Vienne»; 12 caprices; valses, op. 4; grand concerto, op. 5; caprice en mi mineur, op. 15; 2 nocturnes, op. 16; caprice dans E ♭, op. 19; 3 nocturnes, op. 21;grande fantasia, op. 22; 12 études, op. 26; nocturne, op. 28; scherzo, op. 31; andante, op. 32; grand nocturne, op. 35; La Cadence, impromptu, op. 36, i .; Nouvelle étude, op. 36, ii .; Romance sans paroles, op. 36, iii .; Romance et étude, op. 38; 3 romans, op. 41; Thême original et Etude en la mineur, op. 45; grandes valses brillantes, op. 47; Graziosa, Melody; Le Départ, Romance (Etude), op. 55; Grande Sonate, op. 56; Marche funebre variée, op. 57; Barcarole, op. 60; Valse mélodique, op. 62; Les Capricieuses, valses, op. 64; Tarentelle, op. 65. Les autres œuvres de Thalberg sont des fantaisies sur des airs d'opéra de Mozart, Rossini, Meyerbeer, Bellini, Donizetti, Verdi, Auber, etc., ainsi que des transcriptions (L'Art du Chant) d'une variété de chansons et d'airs.

Gustav Flügel (1812–), un nom inconnu en Angleterre, a écrit environ 40 ouvrages; parmi eux 4 sonates, fantasmes, variations, pièces caractéristiques (Nachtfalter, etc.).

Joseph Schad (1812-1879) composa une trentaine d'œuvres, sonates et pièces de salon d'un caractère quelque peu sentimental.

Charles Valentin Alkan (1813– [App. P. 748 "date de mort, mai 1888"]), compositeur français d'une grande originalité, a été rendu célèbre par ses excellentes études (op. 38 et 39), par Bourrée d'Auvergne, Le Preux, Le Chemin de fer; son concerto et ses duos contiennent également beaucoup d'intérêt.

Ernst Haberbier(1813-1869) composa une soixantaine d'œuvres, dont la belle Études-Poésies (24 œuvres caractéristiques), op. 53 et les 8 Nouvelles Etudes-Poésies, op. 59, méritent une grande et universelle reconnaissance. Ces 32 pièces font partie des meilleures et des plus intéressantes écrites au cours des 20 dernières années. op. 55 et 56 sont également très intéressants.

Carl Vollweiler (1813-1848) a écrit une sonate de prix, de nombreux fantasias, tarentelle, défilés , variations, etc.

Jacob Rosenhain (1813–) s'est fait connaître par ses 12 Études passées (op. 17) et 24 Études mélodiques 20). Sa sonate (op. 47) 'Morceaux de Concert', fantasias, romanzas, etc. est moins connue.

Theodor Oesten(1813-1870), compositeur éducatif prolifique, a écrit un très grand nombre d'œuvres collectives: Blumenlese, Réminiscences d'Opéras, Les Fleurs de l'Opéra, le Répertoire de l'Opéra, etc. ses rondinos, valses, etc., sont à recommander pour une écriture claire, correcte et efficace.

Louis Winkler (1813–) n'a composé que quelques pièces originales, mais sa collection de fantaisies, son livre «Les Délices de l'Opéra», et particulièrement ses arrangements efficaces de la musique de chambre de Beethoven (une vaste et précieuse collection), grande approbation.

Eduard Eggeling (1813–) est bien connu en Allemagne pour ses excellentes études préparatoires à la réalisation des œuvres de Sebastian Bach.

Adolph Henselt(1814–) est l'un des compositeurs vivants les plus célèbres du pianoforte. Parmi ses œuvres originales figurent Variations de concert (Elisire d'amore), op. 1; 12 Etudes caractéristiques, op. 2; Poëme d'Amour, op. 3; Rhapsody, op. 4; 12 études de salon, op. 5; 2 nocturnes, op. 6; impromptu, op. 7; Pensée fugitive, op. 8; Variations de concert (Robert le Diable), op. 11; Tableau musical, un grand concerto en fa mineur, op. 16; plusieurs valses. Outre ces morceaux, Henselt a traduit bon nombre de chansons russes. Certaines de ses pièces sont devenues universellement connues.

Delphine von Schauroth, après Hill-Handley (1814–), a écrit une sonate et un capriccio, dont Schumann rend compte très favorablement.

Félicien Le Couppey (1814– [App. P. 748 "date de la mort de 1887"]), professeur parisien expérimenté et méritoire, s'est distingué par sa facilité, son utilité, son sens pratique et sa qualité "Etudes primaires, expressifs, progressifs." Son recueil d’études (op. 22) intitulé Le Rhythme, et ses "A, B, C." sont encore très utilisés.

Charles Kensington Salaman (1814–) est bien connu à Londres, entre autres pour ses Saltarello, Pavan, Rondo nel tempo della Giga, une Toccata, «6 mélodies caractéristiques», «Twilight Thoughts», etc.

Theodor Döhler (1814–1855) [App. 748 "1856"]) a composé un concerto, 12 grandes études, 50 études de salon, une charmante tarentelle (op. 39), 12 nocturnes, des ballades, de nombreuses variations et fantasmes.

Anton Gerke(1814-1870), un professeur respecté de Saint-Pétersbourg, écrivit 12 divertissements, 10 pièces différentes et faciles, et un nombre considérable de pièces plus petites.

Stephen Heller (1815–). Bien que de nombreuses compositions de Heller soient devenues populaires, aucune n’a obtenu le succès de ses excellentes études, op. 16, 45, 46, 47 et 90; Parmi ses plus grandes œuvres figurent trois sonates et fantasmes, ainsi que des préludes, des églogues, des valses, des pièces caractéristiques, «Dans les bois», «Images de rêve», «Dans Wald und Flur», «Promenades d'un solitaire», «Nuits blanches», '7 excellentes tarentellas, canzonettas, allegro pastorale, charmants fantasias et rondes.

Robert Volkmann(1815– [App. P.748 "date du décès de 1883"]) a composé une sonate, nocturnes, "Livre d'images musicales" (op. 11), "Wander Sketches" (op. 23), "Visegrád" collection intéressante de 12 pièces), «Chansons de grand-mère», «Croquis hongrois», marches, une toccata et plusieurs pièces plus petites.

Charles Voss (1815– [App. P. 748 "date de la mort de 1882"]), auteur prolifique de pièces de salon, a publié environ 350 ouvrages; ils sont écrits avec beaucoup de facilité et de fluidité, mais un peu négligemment.

Ferdinand Praeger (1815–) est connu depuis longtemps à Londres; Ses meilleures œuvres se trouvent dans l'album Praeger (2 vols. Leipzig).

Eduard Wolff(1816-1880) a composé environ 300 pièces, parmi lesquelles ses «Etudes», 24 op. 20, 24 op. 50, 24 op. 100; et ses 48 études, op. 189, 190, 191, 192, «L'art de chanter sur le piano» sont très utilisés en France. Ses polonaises, ses mazurkas et d’autres ouvrages nationaux sont excellents et ses nombreux fantasmes, variations, scherzos, nocturnes, valses, tarentellas, présentent un grand intérêt. Son ouvrage collectif, 'La jeune pianiste' (36 pièces), est utile à des fins pédagogiques.

Carl Haslinger (1816-1868), fils et successeur du célèbre éditeur viennois Tobias Haslinger, était un musicien expérimenté et intelligent, dont les sonatines, variations, nocturnes, fantaisies sur des airs d'opéra étaient très bonnes pour l'enseignement. Le nombre de ses œuvres est d'environ 60.

Léopold von Meter (1816–) aécrit spécifiquement de bons valses viennois (voir par curiosité les vals du futur), d’excellentes polkas, des marches originales capitales et des transcriptions très efficaces d’airs turcs - «Machmudier», «Bajazeth», «Air de Nedjib Pacha», etc .; ses arrangements d'airs russo-bohémiens sont bons; moins ses fantasmes, qui sont des copies faibles du style de Thalberg.

Sir William Sterndale Bennett (1816-1875). De cet auteur, parti trop tôt, nous avons 4 concertos, 3 sketches musicaux, op. dix; 6 études sous la forme de capriccios, op. 11; 3 impromptus, op. 12; sonate, op. 13; 3 romans, op. 14; une fantasia, op. 16; un Allegro grazioso, op. 18; un capriccio (avec accompagnements d'orchestre), op. 22; une suite de pièces, op. 24 (6 pièces); Rondo piacevole, op. 25; un Capriccio scherzando, op. 27; introduction et pastorale, rondino, caprice, op. 28; 'L'Amabile e l'Appassionata', 2 Etudes caractéristiques, op. 29; thème et variations, op. 30; préludes et études, op. 33; 'Pas triste, pas gai,' rondo, op. 34; Minuetto espressivo, op. 35; Jeanne d'Arc, sonate; prélude dans B; divertissements pour deux artistes.

Antoine François Marmontel (1816–), l'un des professeurs parisiens les plus populaires et les plus expérimentés, a écrit une sonate, 4 livres d'études, 2 grandes valses (bien connues) 40 mélodies et romances, polonaises et mazurkas.

Joseph Adalbert Pacher (1816–1871), ancien professeur très populaire à Vienne, écrivit de bonnes études, op. 3, 7, 10; caprices, impromptus et transcriptions très efficaces de chansons et de pièces d'opéra.

Fritz Spindler(1817–) de Dresde, a fourni aux étudiants un nombre inhabituellement élevé de pièces de salon efficaces, faciles à utiliser et pratiquement écrites; ses œuvres sont plus de 300; parmi eux, Wellenspiel, Frisches Grim et Husarenritt ont acquis une popularité générale. ses transcriptions de pièces d'opéra, de chansons de Schubert et de mélodies nationales (op. 73) sont particulièrement bien faites.

Le célèbre compositeur danois, Niels W. Gade (1817–) a écrit plusieurs œuvres d'une extrême beauté. Ses Aquarellen, Arabesque, Christmas pieces, Fantasiestücke, Sonata (op. 28), «Volkstanze», sont vivement recommandés.

Ignaz Tedesco (1817–) a composé environ 70 œuvres, dont 18 pièces originales.

Antoine Chevalier de Kontski (1817–) a composé des études, 5 valses, des fantasias, des caprices, des méditations, des scherzos; parmi ceux-ci, un seul, "le réveil du lion", a obtenu un large tirage.

Alexandre Philippe Billet (1817–) a publié 17 études, nocturnes, rondes, fantaisies sur airs d'opéra, mosaïques, etc. etc.

Louis Jaime Alfred Lefebure-Wély (1817–1869) a laissé un grand nombre de pièces lumineuses agréables. parmi eux, "Les Cloches du Monastère", "Le Calme du Soir" et "La Retraite militaire" sont très connus.

Emile Prudent(1817–1863) ont écrit une trentaine d'œuvres originales dans le style de Thalberg, élégantes et bien sonnantes; dans le Concert-symphonique (op. 34), il prend son envol; ses études, 'Le Hirondelles', 'Le Réveil des Fées' (op. 41). et 6 études de salon (op. 60) sont vivement recommandées.

Alexander Dreyschock (1818-1869) composa une sonate, 6 nocturnes, des rondos, des rhapsodies et un grand nombre de pièces caractéristiques; ses variations pour la main gauche seulement sont une excellente étude.

W. Vincent Wallace (1818–1865 [App. P. 748 "1814"]), cet Irlandais aux dons exceptionnels, composa un grand nombre de pièces très efficaces; sa composition caractéristique «Musique murmurant dans les arbres» et ses brillantes polkas étaient autrefois très populaires.

Theodor Kullak(1818– [App. P. 748 "date du décès de 1882"]) composa une symphonie de piano (op. 27), un concerto (op. 55), une sonate (op. 7) et de nombreuses pièces caractéristiques ('La Gazelle, "Danse des Sylphides"), de nombreuses œuvres collectives - "Lieder aus alter Zeit", "Les Fleurs du Sud", "Les Fleurs animées", "La jeunesse des temps", "Dans les bois et les champs", transcriptions de mélodies nationales, excellentes études ('Les Arpèges'), scherzos, fantasias et plusieurs œuvres éducatives très méritoires.

Henri Cramer (1818-1877), aucun parent de John Baptist Cramer, a écrit un très grand nombre (plus de 800) de pot-pourris, chants nationaux, mélanges, etc.

Louis (Brouillon) Lacombe (1818– [App. P.748 "date de la mort 1884 "]) a publié environ 40 articles,

Félix Godefroid (1818–), en fait un harpiste, a composé environ 180 pièces de piano élégantes et légères; composé principalement de Morceaux de genre, de transcriptions, de fantaisies, de Tyroliennes, etc., parmi lesquels "La Danse des Sylphes" est devenue universellement connue.

Adolph Gutmann (1818– [App. P.748 "date du décès de 1882"]), élève favori et ami de Chopin, a publié une soixantaine d'ouvrages, principalement avec des titres de fantaisie; certains d'entre eux (op. 28, 33, 46) sont devenus connus; ses 10 Etudes caractéristiques, op. 12 sont à recommander.

Henri Ravina (1818-1862 [App. P.748 "omettre la date du décès car Ravina est toujours en vie"]), bien connu pour ses élégantes et jolies études (op. 2 et op. 24), écrit également un grand nombre de dessins pièces de salle, parmi lesquelles la Sicilienne, Barcarole, Rondo villageois, Nocturne gracieux, sont devenus très populaires. Ses fantasia sur les airs d'opéra sont bien compilés.

Johann Kafka (1819–), très populaire dans certaines régions d’Allemagne, a publié environ 200 numéros de pièces de salon légères et moyennement difficiles; son «Erinnerung an Steinbach» est devenu bien connu.

Clara Schumann ( Wieck, 1819–) a publié un concerto, un scherzo (op. 14), 4 pièces fugitives, 33 préludes et fugues (opus 16); 4 polonaises, Caprice en formes de Valse, une variété romanesque, 4 pièces caractéristiques, soirées musicales, Hexentanz, variations de concert, etc.

Albert Loeschhorn (1819-) a publié un grand nombre de belles, mélodieuses et bien écrites. des pièces de salon et des transcriptions d'airs d'opéra et nationaux. Ses études, op. 65, 66, 67, en difficulté graduée sont très précieux.

Carl Evers (1819– [App. P.748 "date du décès de 1875"])composé de quatre sonates; un ouvrage collectif, 'Jours sereins, jours d'orage'; tarentelles, valses, études, fantasmes, etc .; «Chansons d'amour», un recueil de chansons d'amour dans lesquelles sont imités les différents personnages nationaux.

Brinley Richards (1819- [App. P.748 "date du décès de 1885"]), musicien populaire gallois, a publié un livre d'études d'octave, Caprices, une tarentelle, "Souvenirs du pays de Galles" et un très grand nombre de fantasmes. et d'autres pièces amusantes et agréables, qui ont une large circulation. Plusieurs de ses œuvres originales ultérieures contiennent une matière très intéressante.

Henry Litolff(1820– [App. P.748 "1818"]) a écrit 3 concertos symphoniques, caprices, nocturnes, 6 études (op. 18), des fantaisies sur des airs d'opéra, et un nombre considérable de pièces caractéristiques, parmi lesquelles -lied 'est devenu très célèbre.

Louis Köhler (1820– [App. P.748 "date du décès de 1886"]) est l’un des compositeurs les plus distingués du monde de la pédagogie: le nombre de ses études faciles, moyennement difficiles et très difficiles, des exercices techniques, des sonatines, les rondos, arrangements de danses et de mélodies de toutes les nations, sont exceptionnellement grands, et certaines de ses études (en particulier celles des op. 112 et 128) ont une valeur durable.

Wilhelm Kruger (1820-) a composé un grand nombre de pièces élégantes et agréables; La Harpe éolienne et Chanson du Gondolier

Cornelius Gurlitt (1820–), excellent musicien, a écrit les pièces les plus précieuses pour l’instruction; ses sonates, sonatines, études et collections de pièces amusantes pour jeunes étudiants sont exceptionnellement bonnes.

Alexander Ernst Fesca (1820-1849) a composé un morceau de concert, 3 rondos, 4 fantasias, 2 livres de variations, 4 nocturnes et plusieurs pièces caractéristiques, parmi lesquelles «Scène de Bal» et «La Danse des Sylphides» sont très efficace et bien écrit.

Charles Edward Horsley (1821-1876 [App. P.748 "1822"]), autrefois bien connu à Londres, a laissé une sonate et de nombreuses mélodies gracieuses et efficaces.

Dietrich Krug(1821-1880), compositeur très industrialisé d'œuvres pédagogiques (telles que celles de Czerny, Hünten, Oesten, etc.), a écrit environ 400 livres de pièces amusantes et instructives. Ses collections, "Echoes of the Opera" et "Fashionable Library" (Mode Bibliothek), sont bien connues et très utilisées.

Charles Bovy de Lysberg (1821-1873), professeur très respecté de Genève, a composé environ 70 pièces de salon aux titres fantaisistes, qui sont devenues plus ou moins populaires.

Rudolph Willmers(1821-1878) composa environ 130 pièces, dont 2 solos de concert avec accompagnements orchestraux («Un jour d'été en Norvège», op. 37, très bien), des sonates, 6 études, de nombreux fantasmes sur des pièces d'opéra, un grand nombre d'études de concert très efficaces («Sehnsucht am Meere», «La Pompa di Festa», «La Sylphide», «Trillerketten», etc.). Les morceaux de Willmers sont très précieux pour l'instruction. Charles Edward Stephens (1821–) a publié une sonate, un duo brillant (4 mains), une allégro-rhapsodie, des impromptus, des fantasias et des pièces caractéristiques, pleins de fantaisie et de sensations.

Joachim Raff (1822– [App. P.748 "date du décès de 1882"]) a produit un nombre inhabituellement grand de pièces de toutes sortes, concertos, sonates, suites, fantasias, nocturnes, impromptus, une œuvre collective 'Die Oper im Salon, 'danse dans le style ancien et moderne; ses pièces sont de différents niveaux de difficulté.

Theodor Gouvy (1822–) a composé une sonate et 4 sérénades.

Wilhelm Kuhe (1823–) a écrit un grand nombre de fantasias et de transcriptions d'opéras légers et agréables; Parmi ses pièces originales, 3 Songs sans paroles (op. 12), «Das Glockenspiel» (op. 13) et «Andante et étude» (op. 14), ont été très appréciés.

Alexandre Edouard Goria(1823-1860) composa environ 130 pièces de salon; ils sont élégants et efficaces, et certains d’entre eux, tels que la Olga-mazurka, le Caprice-Nocturne, le Barcarole, la Berceuse, sont devenus universellement connus. Parmi ses 31 grandes études, celles de l'op. 63 sont très bons; ses fantasmes et ses transcriptions sont très intelligemment écrits et très efficaces.

Le Dr Julius Schaeffer (1823–), musicien au mérite exceptionnel, mais inconnu en Angleterre, a composé, entre autres, «Fantasie-Variationen», une œuvre extrêmement remarquable, pleine d'originalité et d'audace; ses Fantasie Stücke, Songs sans paroles et Polonaise sont également très intéressants.

Jean Vogt(1823–) composa des préludes et des fugues, une vingtaine de cahiers de salon, un andante et un allegro de concert avec accompagnements orchestraux (op. 33) et 12 excellentes études (op. 26).

Theodor Kirchner (1824–), compositeur aux talents exceptionnels, a écrit bon nombre de pièces fascinantes. parmi eux, les œuvres collectives «Feuilles d'albums», «Préludes», «Légendes», «Grüsse an me Freunde», «Kleine Lust-und-Trauerspiele» sont remplies de documents originaux. ses transcriptions des chansons de Mendelssohn sont l'œuvre d'un musicien raffiné.

Carl Reinecke(1824–) a composé de nombreuses et bonnes œuvres; entre autres 2 concertos, sonates, de nombreuses sonates, fantaisies, 'Alte und neue Tänze,' ballades, variations sur un thème de Haendel, de nombreuses pièces éducatives ('Haus Musik'), 17 cadences de concertos de Bach, Mozart, Beethoven, Weber , excellents duos pour 2 pianos, beaucoup de bonnes pièces pour 4 mains, et des études très utiles et bien écrites.

Friedrich Smetana de Prague (1824– [App. P.748 "date du décès de 1884"]) a publié 6 Morceaux caractéristiques, feuilles d'album, danses de Bohême, etc.

Albert Jungmann (1824–) a écrit plus de 400 textes faciles et agréables pour les débutants et les joueurs pas très avancés. Edouard Franck(1824–), compositeur de grand talent, a publié bon nombre de pièces; parmi eux, une sonate (op. 6), scherzo (op. 7). et 25 variations (op. 14), sont connues depuis un large cercle.

Emanuel Aguilar (1824–) a publié nocturnes, mélodies, plusieurs morceaux de salon, ainsi que 5 canons et une fugue en deux parties, destinés à préparer l'étude des œuvres de Sebastian Bach.

Anton Herzberg (1825–) a composé un grand nombre de pièces de salon (environ 120 sont publiées); parmi eux les mazurkas sont très bons.

Julius Carl Eschmann (1825– [App. P. 748 "date de la mort de 1882"]) s'est fait un nom grâce à ses excellentes sélections d'œuvres classiques pour débutants. Son guide ('Wegweiser') sur la littérature du pianoforte est très précieux.

Charles Wehli (1825–) a écrit de nombreuses nocturnes, ballades, romanzas et autres pièces plus courtes; son dancemusic est particulièrement élégant et agréable.

Julius Schulhoff (1825–) a composé une sonate, 9 idylles, 3 impromptus, 1 morceau de concert, 33 nocturnes, valses, galops, mazurkas, etc., environ 60 pièces dont la plupart ont obtenu un très large tirage.

Louis Ehlert (1825– [App. P. 748 "date de la mort de 1884"]) a publié une "Sonate romantique" et plusieurs pièces plus courtes très gracieuses et raffinées.

Moritz Strakosch (1825– [App. P. 748 "date de la mort de 1887"]) a écrit de nombreux livres d'élégante dancemusic et de transcriptions d'airs d'opéra italiens.

Walter Cecil Macfarren (1826–) a publié des gavottes, des impromptus, des pièces caractéristiques, des mélodies, des nocturnes, des galops, des valses, des mazurkas, etc., qui sont composés avec beaucoup de soin et avec goût.

Lindsay Sloper (1826–) a composé de bonnes études (op. 3, 13) et un certain nombre de petites pièces agréables, certaines très intéressantes.

Wilhelm Speidel (1826–) a publié plusieurs sonates, des images des Highlands et, parmi d'autres plus petites pièces, un très bon Saltarello (op. 20).

Hermann Berens (1826-1880) a laissé nombre d'excellents ouvrages éducatifs. Ses études, op. 61, 66, 70, 73, 77 et 79 sont vraiment très précieux; il en va de même de ses sonatines, op. 81 et 89, et un petit ouvrage intitulé " La formation de la main gauche ".

Edward Silas(1827–) a composé un grand nombre de pièces caractéristiques, romanzas, une gavotte capitale en mi mineur et d'excellents duos.

Gustav Merkel (1827– [App. P. 748 "date de la mort de 1885"]) a composé de nombreuses pièces pratiquement écrites et efficaces; parmi eux op. 18, 20, 25, 61, 65, 81 et 84 sont devenus très populaires.

Hermann A. Wollenhaupt (1827–1863) a écrit des pièces courtes mais mélodieuses et agréables, parmi lesquelles ses marches, ses valses et ses scherzos sont dignes de la grande reconnaissance qu'ils ont trouvée.

Adolfo Fumagalli (1828–1856) a publié environ 90 pièces de salon composées de sérénades, de tarentelles, de fantasmes, de transcriptions très efficaces, etc.

Woldemar Bargiel(1828–) a composé d’excellentes suites, op. 7, 8, 31. très précieux 'Pianoforte-stücke,' op. 32 et 41, très intéressant "Bagatelles", op. 4, un vigoureux Fantasiestück, op. 27, et bon nombre d'autres pièces de valeur.

Hans Seeling (1828–1862) a écrit 11 pièces uniques, parmi lesquelles son charmant «Loreley» a remporté un vif succès, ainsi que 3 œuvres collectives - «Concert Studies», «Schilflieder» et «Mémoires d'un artiste». Les pièces de Seeling sont très fascinantes.

Ernst Heinrich Lübeck (1829-1876) a écrit un petit nombre de pièces de salon.

LM Gottschalk (1829-1869) a composé environ 60 pièces de salon; parmi eux figurent "Le Bananier", "Le Mancenillier" et "Bamboulo", qui ont obtenu une large diffusion.(1829–) a publié un concerto (op. 10), 12 études de concerts (op. 13), un andante et scherzo, rêveries, nocturnes, «Rondo-Caprice», etc.

Anton Rubinstein (1829–) a concertos composés, sonates, fantasmes, préludes et fugues, études, toutes sortes de dance-music ('Le Bal', etc.), de nombreuses œuvres collectives, telles que 'Kamennoi-Ostrow' (24 pièces), suite (10 pièces) , 6 morceaux, op. 51, 'Album de Peterhof' (12 pièces), 'Miniatures' (12 pièces) 'Miscellanées' (8 livres), un grand nombre de cadences en duo pour les concertos de Beethoven, 2e, 3e et 5t, et pour le Concerto en ré mineur de Mozart , etc. Seules quelques pièces de pianoforte de Rubinstein ont acquis une popularité générale. étant très difficile et nécessitant de très grandes mains pour leur exécution,

Heinrich FD Stiehl (1829–) a écrit un nombre considérable de courts morceaux de dessin.

Renaud de Vilbac (1829– [App. P. 748 "date du décès de 1884"]) a composé de nombreuses pièces de salon (40), parmi lesquelles les 3 morceaux de salon, op. 23 et 3 caprices, op. 25, sont devenus bien connus; ses duos, op. 19, op. 24, op. 26, et en particulier son œuvre collective «Les beautés des opéras» (Norma, Barbier de Séville, Euryanthe, Freischutz, etc.) sont très populaires.

Jacques Blumenthal (1829–) a publié un nombre considérable de pièces de salon, dont certaines ont acquis une certaine popularité.

Hans von Bülow(1830–) a publié plusieurs ouvrages, parmi lesquels le recueil de 10 pièces «Il Carnovale di Milano», op. 21, a obtenu la popularité. Ses éditions des sonates de Beethoven et d'autres œuvres classiques sont empreintes de dévotion et d'enthousiasme, ainsi que par un degré d'intelligence remarquable.

Julius Handrock (1830–) a écrit un grand nombre de textes instructifs précieux, très utilisés en Allemagne.

Wilhelm Ganz (1830–) a publié un nombre considérable de pièces de salon brillantes et agréables.

Adolph Schloesser (1830–) a composé de nombreuses pièces de salon brillantes et efficaces. parmi ses efforts les plus ambitieux se trouve une suite, op. 119, qui contient une excellente musique.

Gustav Lange(1830–), un professeur respecté de Berlin, a composé un grand nombre de pièces de salon qui jouissent également d'une certaine popularité en Angleterre.

Karl Klindworth (1830–) est principalement connu pour son édition critique de Chopin et par d'excellents arrangements de Schubert, Wagner, Tschaikowsky, etc. WS Rockstro (1830–), en plus d'avoir arrangé et monté divers opéras classiques, est réputé pour être volumineux. Compositeur de pièces de salons telles que «Mes Songes», «Christabel», etc.

Salomon Jadassohn (1831–) a publié des œuvres bien écrites, parmi lesquelles 3 morceaux, bal masqué (7 airs de ballet), sérénade, variations sérieuses, sont populaires; ses cadences au concerto n ° 4 de Beethoven sont à recommander.

Julius von Kolb(1831–) publié rêveries et intermezzos.

Alfred Jaell (1832– [App. P.748 "date du décès de 1882"]) est l’auteur d’un grand nombre de pièces de cônes et de cônes et de transcriptions efficaces; parmi celles-ci, les transcriptions de certaines pièces d'opéra de Richard Wagner sont très bien faites.

Joseph Ascher (1831-1869) a composé un grand nombre de pièces de salon légères et efficaces, d'élégance dansante, de bonnes marches (Fanfare militaire). Certaines de ses œuvres jouissent d'une grande popularité.

Eduard Hecht (1832– [App. P.748 "date de la mort de 1887"]) a composé plusieurs pièces bien écrites, qui méritent une meilleure connaissance.

Francis Edward Bache(1833–1858), un musicien très doué, très prometteur, a publié environ 20 pièces pleines de mélodie et deexpression. Parmi les plus en vue figurent «La belle Madeleine» et le galop «L'irrésistible».

Johannes Brahms (1833–) a composé un concerto, 3 sonates, un scherzo, des variations sur des airs de Haendel, Schumann et Paganini, des ballades, des danses hongroises (deux ensembles), des valses, etc., 8 clavierstücke (caprices et intermezzi) et 2 rhapsodies. L’intérêt de ces œuvres ne tient pas tant au charme spontané ou à l’expression gracieuse qu’à leur substance solide, leur caractère intellectuel et leur développement logique, qui attirent l’attention et la maintiennent jusqu’au bout.

William George Cusins (1833–) est connu pour son Concerto en la mineur, ainsi que pour ses défilés et autres pièces.

Franz Bendel(1833-1874) a écrit un grand nombre de textes efficaces et brillants, parmi lesquels plusieurs sont devenus très populaires; ses transcriptions de chansons de Rubinstein, Chopin, Brahms et Franz sont tout à fait excellentes.

Alexander Winterberger (1834–), élève de Franz Liszt, a composé une fantasia (op. 19), deux idylles, une étude de salon, valse-caprice et plusieurs autres pièces courtes. Anton Krause (1834–) a produit une musique de grande qualité, à savoir 25 sonates et sonates à 2 et 4 mains, environ 30 études, ainsi que 2 livres d'études sur l'arpège.

Camille Saint-Saëns (1835–) est le compositeur de 4 concertos et de nombreuses pièces plus petites, telles que des gavottes et des mazurkas; également d'excellentes variations pour 2 pianos sur un thème de Beethoven, etc.

Robert Goldbeck(1835–) a publié un grand nombre de pièces agréables et légères.

Bernhahd Scholz (1835–) a composé une collection remarquablement bien écrite de pièces agréables et pratiques pour le divertissement et l’instruction.

Emil Breslaur (1836–): parmi les œuvres de ce compositeur, son «Technische Grundlage des Klavierspiels», op. 27, a suscité une attention considérable.

Friedrich August Wilhelm Baumfelder (1836–) a écrit un grand nombre de textes légers, propices à l'instruction.

Adolph Jensen(1837–1879) avant sa mort trop précoce, composa des pièces fort intéressantes, parmi lesquelles Wanderbilder, Lieder et Tänze (20 pièces) Jagd-Scene, Praeludium et Romanze, Valses, Caprices, Idyllen, Hochzeit-musik '(duo) , Ländler aus Berchtesgaden, Wald-Idylle (op. 47) et «Erinnerungen» sont désormais bien connus.

Joseph Wieniawski (1837–) a publié de splendides valses, fantasmes, variations, chansons sans paroles, d'excellents mazurkas (op. 23).

Constantin Bürgel (1837–) a composé plusieurs sonates, une suite, Arietta e Gavotta (op. 25), 2 danse-caprices, etc., qui jouissent tous d'une bonne réputation en Allemagne.

Alexandre César Léopold (Georges) Bizet(1838–75), à gauche de «Jeux d'enfants» (12 morceaux), «Les chants du Rhin» (6 bof.), De nombreuses transcriptions et arrangements, et notamment «Le Pianiste-chanteur», 150 morceaux de toutes les écoles, transcrit, marqué et figuré.

Theodore Ritter (1838– [App. P. 748 "date de la mort de 1886"]) est l'auteur d'un bon nombre de pièces de salon efficaces et brillantes ("Chant du braconnier", "Sylphes", etc.)

John Francis Barnett (1838- [App. P.748 "1837"]) a publié un nombre considérable de pièces caractéristiques, agréables et instructives, également un concerto en ré mineur (op. 25).

Joseph Rheinberger (1839–) a composé un grand nombre de pièces à 2 et 4 mains (concerto, fantasias, toccatas, pièces caractéristiques, etc.);

Par son op 5, Michael von Asantschewsky (1839–) s'est fait un nom par son op. 4, 3 pièces; op. 6, Passatempo; op. 8, 6 duos; op. 12 'Festival Polonaise.'

Sydney Smith (1839–) a composé un grand nombre de pièces légères et agréables, très populaires dans certains milieux.

Friedrich Gernsheim (1839–) a composé plusieurs œuvres hautement distinguées. Hermann Goetz (1840-1876): de ce compositeur parti trop tôt, nous avons Genrebilder (op. 13), six sonates, une sonate en duo et un grand concerto (op. 18).

Peter Tschaikowski (1840–) est connu pour son grand concerto, son impromptu et son scherzo russe et 8 autres pièces originales.

Ernst Rudorff(1840–) a publié Etude (op. 29, n ° 1); Concert-étude (do. N ° 2); 8 Fantasiestücke et une Fantasie; 6 pièces pour 4 mains et Variations pour deux PF.

Carl Tausig (1841–1871), qui, comme Jensen, mourut trop jeune, écrivit deux études de concert et transcrivit des mélodies gitanes, des séries de Strauss («Nouvelles soirées de Vienne»), plusieurs mouvements des quatuors de Beethoven, «Walküren Ritt de Wagner , » etc.

Heinrich Hofmann (1842-) a composé un bon nombre de jolies pièces et très efficaces. Ses duos "Italienische Liebes-Novelle" (op. 19), transcriptions de mélodies norvégiennes, hongroises et russes, sont devenus très populaires.

Edvard Grieg(1843–) a composé un concerto, une sonate et plusieurs morceaux plus petits, tous élégants et fortement impressionnés par le caractère norvégien.

Alexander Mackenzie , d'Édimbourg (1847-1847), a publié un quatuor pour pianoforte et cordes (opus 11), Trois Morceaux (opus 15) et d'autres pièces.

Philipp Scharwenka (1847–) a composé d’excellents solos et duos et son frère,

Xaver Scharwenka (1850–), a écrit un grand nombre d’œuvres extrêmement efficaces, brillantes et mélodieuses.

Hubert Parry (1848–) a composé 2 sonates, un duo pour 2 pianos, un concerto, etc.

Moritz Moszkowski(1854–), né à Breslau, est l’un des compositeurs les plus talentueux du moment. ses charmants duos, cinq valses, Album espagnol, Spanische Tänze (op. 12) et la suite 'From Foreign Countries', ainsi que ses excellentes études de concert, menus menus, valses, polonaises, ont acquis une grande popularité en peu de temps.

La liste qui précède ne donne qu’une idée très incomplète et inadéquate de l’énorme quantité de musique écrite pour le piano. Chaque année produit des milliers de pièces; et comme chaque opéra, oratorio, cantate, symphonie ou quatuor est arrangé pour deux ou quatre mains, on peut avoir une idée de l'ampleur et de l'étendue presque ahurissante de la bibliothèque de pianoforte. La musique de danse aussi, dans sa forme la plus populaire et la plus pratique, est la propriété du piano; en fait, le nombre d'œuvres écrites pour elle dépasse de loinceux écrits pour l'église, le théâtre ou toutes les autres branches de la musique. En réalité, il n’est pas exagéré de dire que les progrès de l’art ont été en grande partie dus à ce noble instrument. Les arrangements seuls, une branche de l'art qui, entre les mains de musiciens aussi intelligents que Watts, Czerny, Mockwitz, Winkler, Horn, Ulrich, Hugo, Horr, Wittmann, Klindworth, Prout et bien d'autres, auraient atteint perfection, peut littéralement compter par dizaines de milliers.

Notre liste a été compilée dans le but de rendre justice aux noms de tous les artistes importants; mais l'activité des compositeurs et des éditeurs est si grande qu'il est possible que certains aient été omis. Parmi ceux à qui nous ne pouvons pas donner plus de préavis, mais qui méritent d'être mentionnés pour leurs productions plus ou moins connues, figurent: —Franz Behr, Ernst Berens, Francesco Berger, Jules Brissac, Ignaz Brüll, JB Calkin, Willem Coenen, Charles Delioux, Emile Doré, Jules Egghard (comte Hardegen. Décédé), A. Ehmant, GJ van Eycken (décédé), René Favarger (décédé), George Forbes, Alban Förster, Adolphe Gollmick, Hans Hampel, JW Harmston, JW Harmston, Carl Henause, Heinrich Henkel, Siegfried Jacoby, E. Ketterer (mort), A. Klauwell, Richard Kleinmichel, J. Leybach, R. Löffler, Joseph Low, Carl Mächtig, Tito Mattei, Theodor Mauss, Jean Louis Nicodé, Arthur O'Leary, A. Pieczonka, Joseph L. Roeckel, Julius Röntgen, Joseph Rummel (décédé), Gustav Satter, J. Schiffmacher, Bernhard Scholz, W. Schulthes (décédé), Boyton Smith, Berthold Tours, ch. Wachtmann, Agnes Zimmermann.


Dernière édition par joachim le Jeu 17 Jan - 20:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 18463
Age : 72
Date d'inscription : 19/08/2006

Compositions pour pianoforte de CPE Bach à Scharwenka  Empty
MessageSujet: Re: Compositions pour pianoforte de CPE Bach à Scharwenka    Compositions pour pianoforte de CPE Bach à Scharwenka  EmptyMer 16 Jan - 20:12

Je n'ai plus le temps aujourd'hui mais dès demain je vais essayer d'aérer un peu le "fouilli" Wink

edit

Ouf, j'ai mis plus d'une heure à dégager les compositeurs de l'ensemble où ils étaient compactés. J'en ai sûrement oubliés. La traduction Google semble dans l'ensemble assez bonne, sauf pour les fantaisies qu'il traduit par "fantasmes". J'ai corrigé ceux que j'ai vus mais il y en a certainement d'autres Wink
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Compositions pour pianoforte de CPE Bach à Scharwenka  Empty
MessageSujet: Re: Compositions pour pianoforte de CPE Bach à Scharwenka    Compositions pour pianoforte de CPE Bach à Scharwenka  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Compositions pour pianoforte de CPE Bach à Scharwenka
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Histoire de la musique-
Sauter vers: