Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Révolutions ou révoltes en musique!

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
laudec

laudec

Nombre de messages : 4319
Age : 66
Date d'inscription : 25/02/2013

MessageSujet: Re: Révolutions ou révoltes en musique!   Dim 16 Déc - 23:12

Je ne la connaissais pas, c'est vrai que les atrocités ne datent pas d'aujourd'hui, chaque jour de nouvelles, jusqu'à ce qu'on en fasse une chanson, un film, une musique, un opéra, un livre ... n'oublions pas
Revenir en haut Aller en bas
Anouchka

Anouchka

Nombre de messages : 4114
Age : 58
Date d'inscription : 03/04/2014

MessageSujet: Re: Révolutions ou révoltes en musique!   Lun 17 Déc - 18:12

Merci Icare, j'écouterai tout cela ce soir plus tard. Merci d'avoir parlé du "Napoléon" d'Abel Gance.
Hélas, les atrocités seront toujours présentes..
Musique D'Ennio Morricone.. (j'ignorais, alors que j'ai chanté cette chanson en choral).
Here's to you est une chanson de Joan Baez et Ennio Morricone, parue en 1971 dans la bande originale du film Sacco et Vanzetti (Sacco e Vanzetti) de Giuliano Montaldo.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 12871
Age : 55
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Shostakovich   Lun 17 Déc - 19:30

Merci Anouchka car je n'avais pas pensé à Sacco et Vanzetti, mais il est vrai que leur condamnation à mort a suscité dans le monde des remous populaires et ce qui s'apparente à une révolte. Dans le film de Montaldo, elle est montrée par des images d'archives en noir et blanc avec l'autre titre chanté par Joan Baez. Cette musique trouve donc sa place sur ce fil. Wink

https://www.youtube.com/watch?v=HNKPUuxaLRE

laudec a écrit:
Je ne la connaissais pas, c'est vrai que les atrocités ne datent pas d'aujourd'hui, chaque jour de nouvelles, jusqu'à ce qu'on en fasse une chanson, un film, une musique, un opéra, un livre ... n'oublions pas

Si la vie était un long fleuve tranquille, de quoi parleraient les livres, les opéras, les chansons, le cinéma et le théâtre: d'amour, de bonheur et de beauté? J'ai moi-même conscience que la plupart des films que j'aime sont des drames, voire des tragédies, que je suis finalement fasciné par ce qui m'indigne et me révolte...Je n'aurais pas la prétention de prendre mon cas pour une généralité, mais serais-je atteint de romantisme morbide?

En cette fin d'après-midi, j'ai réécouté une oeuvre de Dmitri Shostakovich, The Execution of Stepan Razin, opus 19, pour basse, choeur et orchestre sur un poème de Yevgeny Yevtushenko. <<Stepan (Stenka) Timofeïevitch Razine (1630-1671) est un chef cosaque, qui mena un soulèvement contre la noblesse et la bureaucratie tsariste dans le sud de la Russie. La révolte de Razine fut spontanée, locale, sans programme politique bien arrêté. Même s'il combattait le système féodal, il se proclamait tsariste. Cependant, le gouvernement étouffa l'insurrection et durcit sa politique, menant des représailles massives. De nombreuses chansons racontent son histoire et en font toutefois un héros populaire. Razine préfigure la révolte de Iemelian Pougatchev, également menée par les cosaques du Don. La révolte de Stenka Razine fut enseignée dans les livres d'histoire de l'URSS. Elle constituait, selon les historiens soviétiques, un acte pré-révolutionnaire, en quelque sorte une prémisse de la révolution de 1905, car Razine est décrit comme un libérateur se rebellant contre les autorités tyranniques tsaristes et obtenant le soutien du peuple. Les exécutions, pillages et massacres commis par Razine ne sont que rarement évoqués. Selon certains livres, l'œuvre de Razine fut "un vigoureux acte de lutte du peuple pour sa libération, une importante étape de la formation de ses traditions révolutionnaires". Le régime soviétique ira jusqu'à donner son nom à « l'usine Stepan Razine de production de bière et de boissons sans alcool de Saint-Pétersbourg.>> Il y a des passages assez dynamiques que j'aime bien dans cette oeuvre. Jusqu'ici, je l'écoutais à la suite du superbe Oratorio pathétique de Georgy Sviridov, mais, cette fois-ci, je l'ai réécoutée seule et j'ai immédiatement été happé par son caractère très dramatique ainsi que par sa puissance expressive. Les effets parfois furtifs de l'orchestre y furent saisissants. Je ne l'ai jamais autant appréciée qu'aujourd'hui. Par Assen Vassilev (basse), le "Varna Philharmonic Orchestra and Chorus" sous la direction de Andre Andreev. Je ne vais pas quitter Shostakovich trop vite car je vais réécouter, ce soir, sa douzième symphonie. les érudits sauront pourquoi.

https://www.youtube.com/watch?v=_oOk15PI6aA
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 12871
Age : 55
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Révolutions ou révoltes en musique!   Lun 17 Déc - 23:02


La Symphonie n°12, opus 112 "1917", par le "Leningrad Philharmonic Orchestra" sous la direction de Evgeny Mravinsky, se divise en quatre mouvements; "Petrograd révolutionnaire/Razliv/Aurore/L'aube de l'humanité". L'oeuvre démarre sur un grand thème passionné et facilement mémorisable. On ne peut qu'être ému par son caractère solennel et dramatique. un jeu du basson amorcera une conquête de l'humain sur l'humain. Le thème principal émergera tel un héros au-dessus de la bataille, du tumulte. Lorsqu'il réapparaîtra, il y a comme un parfum enthousiasmant de victoire, le thème se métamorphosant en hymne de l'espoir: <<Chostakovitch lui-même sentait-il que les flots d'enthousiasme et d'espoir suscités par la révolution ne tiendraient pas à la longue ce qu'ils promettaient? Il est aisé de critiquer les oeuvres de Chostakovitch d'origine patriotique. Mais n'était-il pas plus habile que nous sommes enclins à le supposer en représentant également ici son propre point de vue, sachant fort bien que l'on comprendrait sa musique comme il se doit hors de Russie? On en sera toujours réduit aux spéculations. A nous de tirer nos propres conclusions.>> Luc Knödler. J'aime de plus en plus cette symphonie et le côté "pompier" du quatrième mouvement que j'avais regretté sur le fil du compositeur s'est totalement dissipé. "Razliv" est un autre moment magnifique de la symphonie, très lent avec flûte puis clarinette solos. Très bel usage dans ces soli des vents allant du bois au cuivre...

https://www.youtube.com/watch?v=K_IGkwov3EM
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 12871
Age : 55
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Révolutions ou révoltes en musique!   Mar 18 Déc - 20:08


Ennio Morricone a composé de la musique pour un certain nombre de films où il est question de révolutions ou de révoltes. Le plus connu d'entre tous est très certainement le film de Sergio Leone; Il était une fois la révolution (1971). <<Mexique, 1913. Deux personnages font connaissance : un pilleur de diligences, Juan Miranda (Rod Steiger), et un Irlandais, membre de l’IRA en fuite, spécialiste en explosifs, John Mallory (James Coburn) — mais dont le véritable prénom est Sean, le personnage souhaitant occulter son passé irlandais en dissimulant son identité. Juan voit en John le complice idéal pour braquer la banque de Mesa Verde qui se révélera plus riche en prisonniers politiques qu’en lingots d’or. Juan et John vont alors se trouver plongés en plein cœur de la tourmente de la révolution mexicaine, et ce, bien malgré eux. C'est toujours un immense plaisir de réécouter ce "classique" d'Ennio Morricone dont les merveilleuses mélodies m'ont bercé depuis tellement longtemps. J'aurais pu terminer ce cycle sur cette musique en particulier, ce qui aurait été une belle conclusion. Je ne propose pas d'extrait car Kristian a eu la bonne idée de me devancer. Je vais plutôt m'arrêter sur une autre partition moins connue du maître italien, écrite pour un film de Bernardo Bertolucci; Prima della rivoluzione. Prima della rivoluzione est un film italien réalisé par Bernardo Bertolucci, sorti en 1964. Il doit son titre à la phrase de Talleyrand : « Celui qui n'a pas vécu au XIIIème siècle avant la Révolution - prima della rivoluzione en italien - ne connaît pas la douceur de vivre et ne peut imaginer ce qu'il y a de bonheur dans la vie. » Avec Les Poings dans les poches de Marco Bellocchio, également mis en musique par Ennio Morricone, ce film est considéré comme un film précurseur des mouvements sociaux de 1968. <<En 1962 à Parme, Fabrizio, jeune militant du Parti communiste italien, est tiraillé entre sa vie bourgeoise et ses aspirations à suivre les idées marxistes qui parcourent le monde. Il épouse finalement Clelia, une jeune fille de bonne famille.>> Voilà qui fut en même temps mon modeste hommage à ce grand cinéaste que fut Bernardo Bertolucci, décédé il y a peu.

https://www.youtube.com/watch?v=XwEPWFFf928


Revenir en haut Aller en bas
Icare
Admin
Icare

Nombre de messages : 12871
Age : 55
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Révolutions ou révoltes en musique!   Mar 18 Déc - 22:02

C'est avec la Cantate pour le vingtième anniversaire de la révolution d'octobre de Sergueï Prokofiev que se termine mon cycle. Intense et viril:

https://www.youtube.com/watch?v=GkJSGspaxWM
Revenir en haut Aller en bas
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 18385
Age : 72
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Re: Révolutions ou révoltes en musique!   Mer 19 Déc - 10:26

Cette cantate pour le 20ème anniversaire d'octobre est relativement connue (il y a plusieurs enregistrement sur youtube). Par contre celle composée pour le 30ème anniversaire, beaucoup plus courte et moins "pompière", est tombée dans l'oubli :



https://www.youtube.com/watch?v=vvmmQ8qbhP8&pbjreload=10

Commentaire

Cette composition a été écrite pour célébrer le 30e anniversaire de la révolution russe d'octobre 1917. On s'attendait habituellement à ce que les compositeurs soviétiques satisfassent aux exigences des événements gouvernementaux, ce que Prokofiev a fait à plusieurs reprises. mais à peine avec enthousiasme. Flourish, Mighty Homeland (Fleuris, puissante Patrie) dure moins de dix minutes et est une œuvre relativement modeste, surtout si on la compare à la Cantate du compositeur pour le 20e anniversaire de la révolution d'octobre opus 74(1936 - 1937), une œuvre gigantesque nécessitant cinq cents artistes et contenant une satire. Terminé sous le premier règne de terreur de Staline, Prokofiev le retira sagement et l'œuvre ne fut jamais entendue de son vivant. Dans cette pièce chorale op. 114, il a délibérément gardé une musique simple, refusant de lui donner la grandiosité voulue par les commissaires des arts soviétiques.

Prokofiev ouvre ce travail sur un texte de Evgeni Dolmatovsky avec une charmante marche jouée à la trompette. Le choeur mixte entre ensuite pour introduire un thème a cappella plutôt solennel mais attrayant. Pour le reste de l’œuvre, le choeur domine les débats, l’orchestre étant relégué dans un rôle d’accompagnement et de brefs commentaires musicaux entre les passages choraux, bien qu’il reprenne l’ouverture de la marche. C’est un effort charmant mais mineur dont les forces principales sont ses thèmes contrastés et mémorables et son caractère modéré.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Révolutions ou révoltes en musique!   

Revenir en haut Aller en bas
 
Révolutions ou révoltes en musique!
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique de films, du monde & divers :: Musiques de films-
Sauter vers: