Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment :
Rentrée 2020 – Jusqu’à 60% ...
Voir le deal

 

 La Symphonie n° 13 ( Chostakovitch )

Aller en bas 
AuteurMessage
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 21950
Age : 45
Date d'inscription : 10/08/2006

La Symphonie n° 13 ( Chostakovitch ) Empty
MessageSujet: La Symphonie n° 13 ( Chostakovitch )   La Symphonie n° 13 ( Chostakovitch ) Empty2006-12-23, 23:26

La Symphonie n° 13 en si bémol mineur (Opus 113, sous-titrée Babi Yar) de Dmitri Chostakovitch, pour voix basse, chœur d'homme et orchestre, a été créée le 8 décembre 1962 à Moscou par l'Orchestre philharmonique de Moscou et le chœur de l'Institut Gnessin sous la direction de Kirill Kondrashin (après que Evgeni Mravinski ait refusé de diriger l'œuvre). Le soliste était Vitali Gromadsky. La durée d'exécution est de 60 à 70 minutes. L'œuvre a cinq mouvements:

Adagio (Babi Yar)
Allegretto (Humour)
Adagio (Dans le magasin)
Largo (Peurs)
Allegretto (Une carrrière)

La symphonie présente des poèmes d'Evgueni Yevtuchenko sur le massacre de Babi Yar ainsi que d'autres textes. Le premier poème Babi Yar critique implicitement l'antisémitisme soviétique. La symphonie a été composée alors que régnait la censure en Union soviétique et Nikita Khrouchtchev menaça de stopper l'exécution de l'œuvre. La création eu bien lieu mais Yevtushenko fut contraint d'ajouter une strophe à son poème pour proclamer que des Russes et des Ukrainiens non-juifs avaient péri aux cotés des juifs à Babi Yar. La partition avec le texte original a été à nouveau publiée en 1970.

L'œuvre est fortement influencée par Mahler et Moussorgski.
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 20105
Age : 74
Date d'inscription : 19/08/2006

La Symphonie n° 13 ( Chostakovitch ) Empty
MessageSujet: Re: La Symphonie n° 13 ( Chostakovitch )   La Symphonie n° 13 ( Chostakovitch ) Empty2006-12-24, 10:51

Les symphonies 13 et 14 de Chostakovitch sont celles que j'aime le moins, car elles n'ont rien de symphonies, ce sont des sortes de cantates (comme la 8ème de Mahler). Même si le sujet est poignant (surtout Babi Yar), elles auraient du s'appeler cantate ou oratorio mais pas symphonies.
Tu vas aussi nous parler de la 7 ème, la Leningrad ? Là, c'est une vraie symphonie Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 21950
Age : 45
Date d'inscription : 10/08/2006

La Symphonie n° 13 ( Chostakovitch ) Empty
MessageSujet: Re: La Symphonie n° 13 ( Chostakovitch )   La Symphonie n° 13 ( Chostakovitch ) Empty2006-12-24, 11:34

La Symphonie n°7 en ut majeur, op. 60, fut composée par Dmitri Chostakovitch en 1941. La création fut assurée pendant la seconde Guerre mondiale, le 5 mars 1942 à Kouïbychev par l'orchestre du Théâtre Bolchoï de Moscou sous la direction de Samuil Samosoud. La symphonie est dédiée à la ville de Léningrad.

Fait rare pour une symphonie de Chostakovitch, l'œuvre est rapidement devenue populaire dans le monde soviétique comme à l'ouest. Ceci s'explique par l'objet même de la symphonie, qui exalte la résistance contre l'envahisseur allemand. Moins universelle après la guerre, la symphonie a plus récemment été analysée somme une œuvre antistalinienne. L'intention de Chostakovitch reste cependant floue, puisqu'elle dépend particulièrement de la date de début de composition de la symphonie, mal connue.
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Mario Ouellette

Mario Ouellette

Nombre de messages : 34
Age : 67
Date d'inscription : 08/08/2012

La Symphonie n° 13 ( Chostakovitch ) Empty
MessageSujet: Re: La Symphonie n° 13 ( Chostakovitch )   La Symphonie n° 13 ( Chostakovitch ) Empty2012-08-08, 19:19

Chostakovitch s'est vu constamment limité par les diktats de ce qu'on appelait, à l'époque, "le réalisme socialiste", bref une dictature idéologique/artistique sans merci. Staline pouvait alors censurer ce qu'il voulait si ça ne correspondait pas à des goûts. On sait ce qui s'est passé avec l'Opéra Lady Mcbeth de Mzensk : en 1936, lors d'une représentation, Staline quitta la salle enragé. L'oeuvre fut démolie par les "critiques" de l'époque et reléguée aux oubliettes. Aussi, le contexte devait jouer sur ce que les auteurs soviétiques pouvaient se permettre d'écrire, histoire de ne pas choquer personne. Cet opéra, très moderne pour l'époque, décrivait la vie quotidienne en Russie, dans les villages, la répression, etc. La quatrième symphonie par exemple fut cachée pendant 25 ans (Kondrachine l'a ramenée à l'existence) alors que la mort de Staline permettait à la dixième symphonie de voir le jour.

Aussi, l'opposition de Chostakovitch ne s'exprimera pas ouvertement mais en filigrane dans sa musique ; c'était le seul endroit où la liberté pouvait encore filtrer. La vie du compositeur ne tenait, en effet, qu'à un fil. Les symphonies de guerre furent des succès qui, à mon avis, ont compensé dans une certaine mesure les "accrocs" à l'idéologie stalinienne, je parle ici de la survie du compositeur. Par exemple, la no 7 (dite "Léningrad", admirablement interprétée par Mravinski, et endossée par Chostakovitch lui-même) parle de l'invasion nazie en Russie, la symphonie fut dédiée à la ville de Léningrad (aujourd'hui St-Petersbourg). En raison des enjeux idéologiques, elle devint rapidement populaire et encensée par la critique soviétique de l'époque.

La treizième symphonie, composée sous Khrouchtchev à l'époque du "dégel" mais tout cela demeurait fragile en raison d'instances bureaucratiques antisémites. C'est pourquoi, la symphonie devait ajouter aux juifs tués par les nazis à Balby Yar, dans la région de Kiev (Ukraine), par l'élargissement du thème, les meurtres staliniens : les meurtres des nazis étaient analogues à ceux de l'appareil policier (NKVD) de Beria, bras droit de Staline. L'auteur pose la question de l'éthique des citoyens, de la morale, et en cela il englobe beaucoup. Et pour peu qu'on réfléchisse, remettait en question l'éthique du passé stalinien.

Cette symphonie est quelque peu particulière car, effectivement, des éléments de l'oratorio sont intégrés. La poète Ievtouchenko a écrit spécialement pour cette symphonie le poème "Les Terreurs". Faut dire que ce poète progressiste se heurtait lui aussi à ceux qui voulaient revenir au stalinisme et, évidemment, Chostakovitch voulait répandre par sa symphonie la perspective humanitaire présente dans ces vers. Cela n'allait pas sans donner une certaine notoriété à ce poète mal vu des réactionnaires de l'époque.

Chostakovitch permet de voir de l'intérieur ce qui se passait dans les année staliniennes, dans ce qu'il vivait et ressentait, et c'est en cela que réside son apport majeur car il a des connotations éminemment idéologiques et politiques mais dans un sens progressiste. Il a permis de rappeler aux consciences le drame du communisme soviétique. Aussi, l'effondrement de l'URSS n'a pas fait pleurer grand-monde.
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 21950
Age : 45
Date d'inscription : 10/08/2006

La Symphonie n° 13 ( Chostakovitch ) Empty
MessageSujet: Re: La Symphonie n° 13 ( Chostakovitch )   La Symphonie n° 13 ( Chostakovitch ) Empty2012-08-08, 22:15

Mario Ouellette a écrit:
Aussi, l'effondrement de l'URSS n'a pas fait pleurer grand-monde.

Je suis plus mitigé sur cet avis qui est un typique copier/coller de la pensée occidentale


Dernière édition par Snoopy le 2012-08-08, 23:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
joachim
Admin
joachim

Nombre de messages : 20105
Age : 74
Date d'inscription : 19/08/2006

La Symphonie n° 13 ( Chostakovitch ) Empty
MessageSujet: Re: La Symphonie n° 13 ( Chostakovitch )   La Symphonie n° 13 ( Chostakovitch ) Empty2012-08-08, 23:15

Snoopy a écrit:
Mario Ouellette a écrit:
Aussi, l'effondrement de l'URSS n'a pas fait pleurer grand-monde.

Je suis plus mitigé sur cet avis qui est un typique copier/coller de la pensée occidentale

+ 1
Revenir en haut Aller en bas
Mario Ouellette

Mario Ouellette

Nombre de messages : 34
Age : 67
Date d'inscription : 08/08/2012

La Symphonie n° 13 ( Chostakovitch ) Empty
MessageSujet: Re: La Symphonie n° 13 ( Chostakovitch )   La Symphonie n° 13 ( Chostakovitch ) Empty2012-08-09, 06:45

Pour l'effondrement de l'URSS : je ne vois pas comment ce système pouvait tenir et fonctionner sans se remettre en question au plan idéologique. Pour plusieurs, ce fut la perte de bien des illusions.

D'autre part, ce qui a suivi, évidemment, n'a pas été mieux : les inégalités se sont accentuées plus gravement encore. La différence entre la richesse de Moscou et celle des villages est énorme. Un de mes amis qui a visité récemment la Russie, a vu le long de la Volga ces villages d'une pauvreté déconcertante. Aujourd'hui, c'est un capitalisme sauvage qui est en vigueur : bref, la corruption sévit toujours.

Ce que je trouve grave, de mon point de vue, c'est tout ce sang versé pour des résultats aussi dérisoires : la Révolution d'octobre a été un échec avec Staline. Le "réalisme socialiste" touchait aux libertés de création chez les artistes, c'était ni plus ni moins que de la censure. Chostakovitch en a été victime comme bien d'autres et sa musique laisse transpirer ses désillusions. À ce titre, je me souviens d'un documentaire sur sa vie, les Borodin avaient joué chez lui le 8e quatuor à cordes et Chostakovitch était alors fondu en larmes. Il a certes, comme le roseau, plié sous la censure mais il n'a pas rompu.

Peut être d'autres créateurs inspirés vont-ils un jour transmettre d'une manière analogue leurs désillusions face à ce qui se passe présentement dans ce pays.

Pour le reste, sans faire de politique (étant passablement désillusionné à ce niveau), je ne valide pas non plus les visées hégémoniques de quelque pays que ce soit, y compris, pour être plus clair, celles de l'Occident. Les situations politiques et idéologiques sont devenues plus complexes.
Revenir en haut Aller en bas
Snoopy
Admin
Snoopy

Nombre de messages : 21950
Age : 45
Date d'inscription : 10/08/2006

La Symphonie n° 13 ( Chostakovitch ) Empty
MessageSujet: Re: La Symphonie n° 13 ( Chostakovitch )   La Symphonie n° 13 ( Chostakovitch ) Empty2012-08-09, 09:59

Ce n'est pas faux mais c'est plus complexe. Mais là où je veux en venir c'est que les occidentaux n'analysent le problème "russe" que sous le spectre du nombre de mort qu'a causé la révolution et Staline ( je ne dis pas le communisme mais Staline car on confond trop souvent communisme et stalinisme) et enfin le ratio entre tout ça et le résultat qui est la chute de l'URSS et une transition ratée après les années 90 qui se poursuit toujours actuellement.

Meme si on ne conteste pas tout ce que tu viens dire, cela reste partial car c'est une analyse à vision unique. On ne se concentre que sur le négatif sans regarder le positif qu'il pouvait y avoir. Ce n'est pas parce qu'un régime est mauvais qu'il est automatiquement dans son intégralité. Il y avait des trucs très bien sous le communisme aussi. Le communisme ce n'est pas que Staline et les goulags. D'ailleurs ce n'est pas un hasard si une grande majorité des gens qui ont vécu sous, le regrette aujourd'hui. Il est donc étrange de constater que des "victimes" regrettent leur bourreau.

"Bourreau" parce que NOUS l'étudions de ce point de vue, les russes non. Staline n'a jamais été aussi populaire en Russie que ses dernières années, c'est un comble. Combien de fois j'ai pu entendre et lire "c'était finalement mieux avant meme si on avait pas de liberté politique", etc...N'oublions pas non plus que pendant 70 ans c'est l'URSS qui a tenu le haut du pavé dans de nombreuses disciplines.

Mais bref, je n'irai pas plus loin, non pas que je ne veuille pas discuter de ce sujet (que j'ai fait 100 fois ) mais parce que je sais que celui qui n'a pas vécu en URSS ou dans la Russie d'aujourd'hui ne peut pas vraiment comprendre d'autant que conscient ou non, nous sommes bourrés d'apriori négatifs sans même savoir concrètement ce qu'était la réalité de l'époque et celle d'aujourd'hui. Il faut véritablement vivre en Russie et "à la russe" et discuter avec les plus anciens pour comprendre toutes les nuances de ce qu'était le communisme et le comparer à la situation d'aujourd'hui...qui est bien pire que sous le communisme. Mais pour nous petits occidentaux donneurs de leçons, les russes sont "libres" aujourd'hui, c'est donc l'essentiel, c'est donc forcément mieux. Mais libres de quoi? Libre de crever de faim et de froid parce que plus personne ne s'occupent d'eux et que c'est la jungle. Cette liberté qu'on leur a fait miroiter, ils la payent cher croit moi...et n'en veulent pas.
Revenir en haut Aller en bas
http://musiqueclassique.forumpro.fr
Mario Ouellette

Mario Ouellette

Nombre de messages : 34
Age : 67
Date d'inscription : 08/08/2012

La Symphonie n° 13 ( Chostakovitch ) Empty
MessageSujet: Re: La Symphonie n° 13 ( Chostakovitch )   La Symphonie n° 13 ( Chostakovitch ) Empty2012-08-09, 19:00

"On ne se concentre que sur le négatif sans regarder le positif qu'il pouvait y avoir. Ce n'est pas parce qu'un régime est mauvais qu'il est automatiquement dans son intégralité. Il y avait des trucs très bien sous le communisme aussi. Le communisme ce n'est pas que Staline et les goulags."

C'est juste, et cela recadre le débat. Mon point de vue est cependant loin d'être aussi "occidental", car en Occident, aussi la répression sous le maccarthysme aux États-Unis a amené de la censure, des pertes d'emploi, et le reste. Pour moi, peu importe le système, l'injustice demeure de l'injustice, idem pour la censure. Et, effectivement, nous n'avons pas à donner de leçons, car j'ose à peine penser à ce qui serait survenu dans nos pays si on aurait vécu les mêmes difficultés. Pas de leçon à donner quand on pense aux nombreux coups d'États qui surviennent dans le monde au nom de la "démocratie", etc.

En effet, beaucoup voudraient revenir à l'ère communiste des années '70 car ils avaient au moins des services gratuits et plus de sécurité. L'Occident a aussi de sérieuses responsabilités : encerclement de l'URSS, guerres de Corée et du Vietnam, course effrénée aux armes. Et ce qui se passe présentement en Russie est liée aussi aux doctrines économiques importées de l'école de Friedman (néolibéralisme de l'école de Chicago) ; ce qui a permis une hémorragie financière sans précédent dans les années Eltsine avec le bradage de ce qui appartenait au peuple. Ajoutons, en effet, à tout cela une corruption encore plus grande qu'une démocratie à géométrie variable peine à justifier. Et, on ne peut vraiment parler de liberté quand on est affamé.

Ce que je retiens, c'est que les arts, la musique en particulier, nous permettent d'être sensible à ce qui se vit de l'intérieur, l'ambiance et aussi ce qui est ressenti. Cela est aussi vrai pour le roman (outre Soljénitsyne, cf. l'excellent roman d'Emmanuel Carrière dans "Limonov" où le personnage principal est un nostalgique de l'ère stalinienne). Pour comprendre aussi ce qui s'est passé lors de l'invasion des Allemands, lire aussi, comme envers de la médaille, J. Litell "Les bienveillantes" (prix Goncourt) pour donner une idée de l'ambiance qui régnait là-bas. Cela augmente aussi, à mon humble avis, l'intérêt historique de la 13e symphonie de Chostakovitch.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




La Symphonie n° 13 ( Chostakovitch ) Empty
MessageSujet: Re: La Symphonie n° 13 ( Chostakovitch )   La Symphonie n° 13 ( Chostakovitch ) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
La Symphonie n° 13 ( Chostakovitch )
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Oeuvres & analyses musicales-
Sauter vers: