Forum sur la musique classique
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Jeanne d'Arc "A l'Etendard"

Aller en bas 
AuteurMessage
joachim
Admin
avatar

Nombre de messages : 17654
Age : 72
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Jeanne d'Arc "A l'Etendard"   Mar 8 Mai - 13:44

En ce jour du 8 mai, on commémore Jeanne d'Arc. Voici alors la cantate qui a été composée en son hommage :



https://www.youtube.com/watch?time_continue=1&v=Njt3CyTUctc

Article Wikipedia :

À l’Étendard, également connu sous les titres de Cantate à l'étendard ou d'Hymne à l'étendard ou encore L’Étendard. Chant populaire, est un cantique choral, avec accompagnement de musique d'harmonie, conçu "en l'honneur de Jeanne d'Arc" et composé en 1899 par l'abbé Marcel Laurent (1860-1921), pour un chœur à quatre voix, sur des vers (octo- et décasyllabiques) du chanoine Gustave Vié (1849-1918). Sur la première page de la partition autographe, établie pour le 7 mai 1899, le titre donné est : L'Etendard de Jeanne d'Arc. Il est assorti d'une précision, peut-être notée dans un second et un troisième temps : Allegro triomphal avec Chœur (ces deux derniers mots semblent n'avoir été ajoutés qu'en troisième lieu, l'intervention du chœur étant précédée d'un épisode introductif à l'orchestre, qui occupe seul les deux premières pages). Musicalement, son caractère militaire est très prononcé.

Depuis 1899, À l'Etendard est chanté chaque année, à Orléans, au soir du 7 mai, au cours d'une des premières cérémonies des Fêtes johanniques annuelles (il est entonné à l'instant où le maire de la ville remet la bannière de Jeanne à l'évêque du diocèse). L'hymne acquit rapidement un rayonnement national et même international, qui lui valut d'être considéré comme "une sorte de Marseillaise johannique ", selon le mot de René Berthelot, directeur du Conservatoire d'Orléans de 1936 à 1972.

Selon l'organiste Édouard Mignan, qui fut son élève, enfant, dans le chœur de la maîtrise, le compositeur, Marcel-Etienne Laurent, maître de chapelle de la cathédrale d'Orléans, était un excellent organisateur. Mais Laurent reconnaissait lui-même que sa science de la musique était insuffisante, sa formation ayant été incomplète. En 1980, un chanoine de la cathédrale, Mgr Brun4, écrira "qu'il était assez musicien pour savoir qu'il ne l'était pas assez ". En 1899, Laurent soumit d'abord la partition à une sorte de "comité de lecture" improvisé, où figurait son plus brillant élève, Édouard Mignan, alors âgé de 15 ans. Laurent lui avait confié la mission d'accompagner la maîtrise de Sainte-Croix, au piano et à l'orgue (Mignan devint plus tard organiste titulaire de l'église de la Madeleine, à Paris). Ce jour-là, le jeune homme aida le compositeur à corriger plusieurs enchaînements d'accords. Par la suite, on demanda à un chef de musique militaire d'orchestrer cette "Cantate" dans laquelle peut aussi intervenir le quatuor à cordes.

Le 7 mai 1899, les "chorales de la ville", le grand séminaire et la maîtrise unirent leurs voix. L'hymne, exalté, connut un succès qui s'étendit bien au-delà d'Orléans (le pape l'entendit dès septembre). À une époque maintenant ancienne, il fut même proposé pour devenir l'hymne national de la France.

Paroles


couplet 1

Sonnez fanfares triomphales,
Tonnez canons, battez tambours !
Et vous, cloches des cathédrales,
Ébranlez-vous comme au grand jour !
En ce moment la France toute entière
Est debout avec ses enfants
Pour saluer, comme nous, la bannière
De la Pucelle d'Orléans !


Refrain

Étendard de la délivrance,
À la victoire il mena nos aïeux,
À leurs enfants il prêche l'Espérance,
Fils de ces preux, chantons comme eux,
Fils de ces preux, chantons comme eux,
Chantons comme eux,
Vive Jehanne, Vive la France !


couplet 2

Salut à la blanche bannière
Salut, salut aux noms bénis
Du Christ et de Sa Sainte Mère
Inscrits par Jehanne dans ses plis
Par eux, jadis, elle sauva la France
Aimons-les donc comme autrefois
Et de nouveau consacrons l'alliance
De notre épée avec la Croix !


couplet 3

Quels noms fameux tu nous rappelles,
Drapeau sacré, toujours vainqueur !
Patay, Beaugency, les Tourelles,
Et Reims où tu fus à l'honneur !
À ton aspect, que la France reprenne
Sa vieille foi et sa vieille ardeur,
En t'acclamant que ton peuple devienne,
Plus généreux, plus rédempteur !


couplet 4

Planant au-dessus de nos têtes,
Les grands français de tous les temps
Réclament leur part de nos fêtes
En s'unissant à leurs enfants !
Les anciens francs, les preux du Moyen Âge,
Et les braves des temps nouveaux
À Jehanne d'Arc rendent le même hommage,
Et lui présentent leurs drapeaux !
Revenir en haut Aller en bas
 
Jeanne d'Arc "A l'Etendard"
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toutes les musiques du monde :: Musique classique :: Oeuvres & analyses musicales-
Sauter vers: